Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1836 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 51 à 60
Tri :   Date travaux par page
  • Mutilations sexuelles féminines : état des lieux des connaissances des internes en médecine générale en Poitou-Charentes    - Bonningues Marine  -  05 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les mutilations sexuelles féminines sont un problème de santé publique à l’échelle mondiale et la France n’est pas épargnée par ces pratiques. Il était donc intéressant de s’interroger sur les connaissances des futurs médecins sur un sujet aussi sensible.

    Méthode : Nous avons réalisé une enquête descriptive transversale afin de faire un état des lieux des connaissances des internes en médecine générale de la région Poitou-Charentes. Notre questionnaire a été élaboré en nous basant sur des sites officiels accessibles à tous et sur des thèses. Il était disponible en ligne et en version papier.

    Résultats : 87.5% des étudiants ayant participé à notre enquête sont dans l’impossibilité d’identifier le stade de mutilation d’une patiente. Les étudiants de sexe féminin semblent plus à même de définir le type de mutilation observé tout comme les étudiants venant de région abritant un grand nombre de femmes mutilées. Avoir été confronté aux mutilations ne permettrait pas une meilleure reconnaissance de la mutilation à l’examen clinique mais une meilleure confiance en soi quant à sa prise en charge. 82% des participants à l’enquête n’ont jamais été confrontés aux mutilations et 8% se disent capables de prendre en charge une patiente mutilée.

    Conclusion : Un manque de connaissance des internes a été mis en évidence. Il serait intéressant de tester le programme de formation proposé suite à cette enquête et mener une étude analytique à plus grande échelle afin de savoir si les paramètres étudiés (sexe, stage en gynécologie lors de l’externat, région d’origine, confrontation antérieure aux mutilations et ressenti sur sa prise en charge) ont une influence significative ou non.

  • Intégration de la pratique de l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse dans l’activité professionnelle des sages-femmes libérales du secteur Poitou-Charentes : étude menée de mai à septembre 2017    - Gendron Chloe  -  05 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Pour en améliorer l’accès, les sages-femmes peuvent prescrire et pratiquer des interruptions volontaires de grossesse médicamenteuses (IVGM) depuis 2016. Les objectifs de notre étude étaient de déterminer la proportion de sages-femmes libérales (SFL) du Poitou-Charentes souhaitant intégrer l’IVGM dans leur activité professionnelle, d’identifier les facteurs favorisants et les freins à cette pratique et de calculer la proportion de SFL remplissant les critères demandés par la loi pour en réaliser sans formation complémentaire.

    Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude observationnelle, transversale, analytique et multicentrique réalisée par le biais d’un questionnaire envoyé aux SFL de l’ex région Poitou-Charentes.

    Résultats : 67% des SFL de l’ex région Poitou-Charentes ont participé à l’étude. Parmi elles, 24,7% souhaitaient intégrer l’IVGM dans leur pratique avant 2 ans, 15,1% à plus long terme et un seul en réalisait déjà. La raison majoritairement évoquée par 89% d’entre elles était de proposer une prise en charge plus globale des patientes. Les SFL souhaitant intégrer l’IVGM dans leur pratique réalisaient significativement plus de suivi gynécologique (p=0,03). Le principal frein évoqué par 51,0% des SFL ne souhaitant pas réaliser d’IVGM était l’absence de formation ou d’expérience antérieure. 29,0% des SFL remplissaient les critères demandés par la loi pour théoriquement réaliser des IVGM sans formation complémentaire.

    Conclusion : Les SFL portent un intérêt à cette nouvelle activité et pourraient donc en développer l’offre de soin. Cette activité reste peu pratiquée actuellement par les SFL, un accompagnement et des formations destinées aux SFL seraient à mettre en place.

  • Prise en charge des variétés occipito-postérieures au cours du travail et facteurs prédictifs de rotation : étude prospective et descriptive menée au CHU de Poitiers du 9 mai au 30 décembre 2017    - Retailleau Marine  -  05 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction et objectifs : Les présentations d’un fœtus en position occipito-sacré entrainent de manière significative des complications maternelles et fœtales au cours du travail et de l’accouchement. Notre étude avait pour objectif de décrire la méthode utilisée en première intention par les professionnels et d’identifier les méthodes favorisant la rotation de la tête fœtale.

    Méthode : Il s’agissait d’une étude descriptive prospective d’une cohorte de 205 femmes présentant une variété occipito-postérieure au cours du travail obstétrical, au CHU de Poitiers du 9 mai au 30 décembre 2017.

    Résultats : La mobilisation maternelle était la méthode utilisée en premier lieu par les professionnels. Seul l’expectative mettait en évidence une différence significative sur l’issue de l’accouchement (p = 0,03). Une rotation instrumentale par ventouse montrait une augmentation des variétés postérieures persistantes (p = 0,01) malgré 50 % de rotation antérieure. Notre étude a montré des taux d’accouchement par césarienne ou par extraction instrumentale plus fréquentes lors de variété postérieure, et également des déchirures périnéales, et une quantité de saignements significativement plus importantes (p = 0,01). Les issues néonatales étaient cependant comparables entre les groupes.

    Conclusion : Notre étude confirme les effets délétères des variétés postérieures à l’expulsion et seul l’attitude expectative entraine une rotation significative de la tête fœtale. Un accompagnement personnalisé des femmes est nécessaire pour permettre une bonne accommodation fœto-pelvienne.

  • Craintes des primipares face au retour à domicile et évolution au cours du premier mois : étude transversale prospective monocentrique menée au CHU de Poitiers du 1er juillet 2017 au 31 janvier 2018    - Rhouy Cassandra  -  05 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La naissance d’un premier enfant crée de profonds bouleversements dans la vie familiale et apporte d’importantes responsabilités. La préparation à la sortie de la maternité doit donc être optimale. Nous avons voulu connaitre la proportion et l’évolution des craintes des primipares face au retour à domicile. Matériel et méthodes : Une étude transversale prospective monocentrique a été réalisée au CHU de Poitiers. Un premier questionnaire a été distribué aux primipares à la maternité afin de quantifier et hiérarchiser leurs craintes. Un deuxième questionnaire leur a été envoyé un mois après leur accouchement pour évaluer le retour à domicile et la satisfaction du séjour à la maternité. Résultats : Les résultats ont montré que les trois premières craintes des femmes à la maternité étaient la séparation avec le nouveau-né au moment de la reprise du travail, le manque de temps pour soi et la reprise des rapports sexuels après l’accouchement. Un mois après le retour à domicile, le plus difficile pour les femmes était d’organiser leur temps (p = 0,005), gérer la reprise du travail (p = 0,029) et être bien entourée (p = 0,05). La durée moyenne du séjour à la maternité était de 3,9 jours et 86,5% (n = 83) des mères en étaient satisfaites. Conclusion : L’étude a confirmé que la principale crainte des femmes concernait l’enfant, elles craignaient également la nouvelle organisation à adopter au retour à domicile. Avec la diminution de la durée du séjour à la maternité, un accompagnement à domicile était nécessaire afin d’aider les mères à prendre confiance en leur capacités.

  • Dépression du post-partum : connaissances, pratiques et besoins de formation des sages-femmes libérales et de PMI    - Chaignon Barbara  -  04 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La dépression du post-partum (DPP) est une pathologie fréquente mais insuffisamment connue malgré les conséquences parfois sévères. Les objectifs étaient d’évaluer la connaissance des sages-femmes (SF) sur la DPP, leurs pratiques et les besoins en termes d’informations sur le sujet puis de voir s’il existait des différences entre le secteur libéral et le secteur de Protection Maternelle et Infantile (PMI).

    Matériel et méthodes : Il s’agissait d’une étude observationnelle multicentrique, descriptive et comparative à partir d’un questionnaire en ligne envoyé aux SF libérales et de PMI de l’ex région Poitou-Charentes.

    Résultats : 122 questionnaires ont été analysés. Les SF manquent de connaissances sur la DPP, des lacunes subsistent en termes de dépistage avec 24% des SF ayant connaissance de l’Edinburgh Post-Natal Scale (EPDS) mais aussi concernant la prise en charge de cette pathologie.

    Les SF se sentent démunies car insuffisamment formées, 93,4% souhaiteraient une formation supplémentaire et 82,8% seraient pour la mise en place d’un dépistage systématique à domicile à 3 mois du PP.

    Discussion : Notre étude semble en accord avec le fait que la DPP soit sous-diagnostiquée et des progressions sont nécessaires en prévention de la santé mentale.

    Conclusion : La DPP est un problème de santé publique majeur et le rôle de la sage-femme est essentiel pour la prévention et le dépistage de cette pathologie. La nécessité de formation des sages-femmes et l’élaboration d’un protocole leur étant destiné sont à prévoir.

  • Peau à peau en suites de couches : état des lieux des pratiques des sages-femmes et des auxiliaires de puériculture des services de suites de couches de deux établissements de type III et IIb    - Kriz Anais  -  04 juin 2018


  • Les implants Essure : complications per et post opératoire à court moyen et long terme : étude de cohorte rétrospective dans un centre de type 3 auprès de 387 femmes de 2007 à 2016    - Coiscaud Justine  -  04 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Essure a pendant longtemps convaincu par sa simplicité d'utilisation. Pourtant, l’efficacité et la sécurité du dispositif ont été remises en question récemment. Le but de ce mémoire était d’évaluer les complications observées en per et post opératoire à court, moyen et long terme ainsi que la fréquence des grossesses spontanées après la pose d'Essure.

    Cette étude de cohorte rétrospective a été menée auprès des 387 femmes qui ont accepté la stérilisation par méthode Essure entre 2007 et 2016 dans un centre de type trois.

    Nos résultats ont pu montrer un taux de succès de l’intervention de 87,3% (n=49). Trois virgule quatre pourcents (n=13) des patientes ont eu une complication durant les trois mois qui ont suivi l’intervention. Chez 7,5% (n=29) les complications sont survenues au-delà des trois mois. Quelques années après la pose des implants Essure 3,9% (n=15) des patientes ont décidé de les retirer suite à de nombreux effets indésirables. Soixante-quatre virgule trois pourcents (n=9) d’entre elles ont eu un test d’allergie au nickel positif. Sur les 387 patientes de l’étude nous avons diagnostiqué deux grossesses soit 0,52%.

    Nos résultats montrent un faible taux de complications et de grossesses suite à la pose des implants Essure. Devant le nombre important de plainte de femmes porteuses des implants Essure recensée par l’association R.E.S.I.S.T le principe de précaution a été appliqué.

  • Vaccination antigrippale des femmes enceintes : évaluation des connaissances et des pratiques des sages-femmes : étude observationnelle transversale auprès des sages-femmes hospitalières et libérales du Poitou-Charentes    - Denoue Romane  -  04 juin 2018


  • Procédure d'enregistrement d'un nouveau médicament aux États-Unis    - Jouteux Remy  -  01 juin 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Avant qu’un médicament puisse être administré à un patient il devra passer par plusieurs étapes : le développement pharmaceutique.

    C’est un processus long allant de la découverte du principe actif à sa commercialisation, en passant par la formulation galénique, aux études pré cliniques et cliniques. A côté de l’aspect scientifique de la recherche, il y a la partie réglementaire qui aide à assurer que le Sponsor d’une étude soit bien en accord avec les recommandations d’un pays donné.

    Dans cette thèse est abordé l’aspect réglementaire aux États-Unis, à travers les autorisations, tout d’abord d’étudier le produit chez l’homme, puis une fois les données scientifiques positives, de l’enregistrer pour le commercialiser.

  • Etats des lieux de la doctrine d’évaluation des médicaments cardiovasculaires par la Commission de la Transparence    - Taransaud Julie  -  01 juin 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Commission de la Transparence (CT) est une instance scientifique qui évalue les médicaments, quelle que soit l’aire thérapeutique, en vue de leur prise en charge par la solidarité nationale. Elle s’appuie sur le service médical rendu (SMR), permettant la recommandation du remboursement et l’amélioration du service médical rendu (ASMR), quantifiant l’apport d’un médicament par rapport à l’existant dans une indication donnée. Ces dernières années, ces deux critères ont fait l’objet de critiques récurrentes fondées essentiellement sur leur chevauchement, avec un SMR partiellement comparatif. Afin de moderniser ces deux indicateurs, la Haute Autorité de santé (HAS) a construit, dès 2012, un projet d’indicateur unique, appelé intérêt thérapeutique relatif, qui après expérimentation n’a pas été retenu. A l’issu de ces travaux, la Ministre de la santé a chargé, en 2015, Dominique POLTON de dresser un bilan des difficultés rencontrées lors de l’évaluation des produits de santé. Le rapport POLTON a souligné le manque de lisibilité et de prédictibilité du système actuel d’accès au remboursement. Plusieurs scénarios d’évolution du couple SMR/ASMR ont été proposés, dont un pouvant s’appliquer sans bouleverser l’architecture générale (sans modifications législatives) et dont la HAS s’est emparée.

    Dans ce contexte, le service Evaluation des médicaments de la HAS a souhaité mettre à jour la doctrine de la CT pour améliorer la lisibilité des avis rendus et la prédictibilité des décisions à droit constant. Pour se faire il a souhaité disposer d’un bilan récent des déterminants de l’appréciation du SMR et de l’ASMR des médicaments par aire thérapeutique, pour ainsi être en mesure de clarifier la doctrine implicite de la Commission.

    L’objectif principal de ce travail a été d’analyser les critères influençant l’appréciation et la gradation du SMR et de l’ASMR des médicaments cardiovasculaires par la CT. Une étude rétrospective descriptive a été mise en place et a porté sur l’ensemble des médicaments cardiovasculaires évalués par la CT entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2015 dans le cadre d’une primo-inscription ou d’une extension d’indication instruit en procédure complète.

    Sur la période de l’étude, 28 médicaments cardiovasculaires représentant 44 indications ou sous-indications ont été évalués par la CT. Près de 8 indications sur 10 ont obtenu un avis favorable au remboursement (SMR suffisant) et la quasi-totalité n’ont pas apporté d’AMSR (ASMR V). Les critères déterminants la gradation du SMR des médicaments cardiovasculaires ont été le rapport efficacité/effets indésirables et la place dans la stratégie thérapeutique. L’appréciation de l’ASMR de ces médicaments est apparue associée à la qualité de la démonstration scientifique et au besoin médical.

    Les résultats de cette étude ont été confrontés à ceux du rapport POLTON, portant sur l’ensemble des médicaments évalués en 2014, et à ceux des autres états des lieux réalisés par le service Evaluation des médicaments en oncologie, diabétologie, vaccin et antibiothérapie. Compte tenu des différences observées, la standardisation de ces critères ainsi que la mise en place d’une doctrine précise déclinable à l’ensemble des aires thérapeutiques semblent, à ce jour, difficiles. Néanmoins, un socle de constat commun a été identifié.

    Les différents états des lieux réalisés ont offert un panorama utile et préliminaire à la mise à jour de la doctrine de la CT. Ils ont ainsi permis à la Commission d’analyser rétrospectivement ses modalités d’évaluation des médicaments, pour aujourd’hui être en capacité, si elle le souhaite, de les modifier.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales