Vous êtes ici : Accueil

Travaux d'étudiants en ligne à l'Université de Poitiers

Rechercher un travail d'étudiant

UPétille (Texte IntégraL de Littérature grise Étudiante de l'Université de Poitiers) est un projet de l’Université de Poitiers visant à valoriser les formations et les travaux d’étudiants (mémoires, rapports de stage, thèses d'exercice, etc.) soutenus à l'Université de Poitiers. Ce projet est également un élément structurant de la politique de l’établissement sur les questions de production et de partage de connaissances, ainsi que de lutte contre le plagiat.

Dernière mise en ligne le 01 juillet 2020

Nombre de travaux en ligne : 2586

 

Dernières soutenances !

accès internet    accès intranet    pas d'accès
  • Impact de la mélatonine sur le rythme veille/sommeil et sa place dans l'arsenal thérapeutique contre l'insomnie   - Malhouroux Jonathan - 09 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale, découverte pour la première fois 1958 par Aaron Lerner. Elle est synthétisée quasiment exclusivement la nuit et permet de réguler notre rythme circadien veille/sommeil. Son taux de sécrétion varie énormément, notamment selon l’âge et les saisons. De plus, son impact sur les individus est très inégal puisque les effets de la mélatonine exogène sont plus ou moins marqués selon l’utilisateur. La mélatonine est donc une hormone majeure puisque le sommeil est indispensable pour être en bonne santé. Toutefois, les troubles du sommeil dans la population sont nombreux et même s’ils sont mieux pris en charge qu’il y a quelques années, il y a encore du chemin à faire. En effet, trop peu de patients consultent exclusivement pour un trouble du sommeil, qui parfois dure depuis plusieurs années.

    La mélatonine exogène est un puissant resynchroniseur de notre horloge biologique et donc serait un traitement potentiel pour certains troubles du rythme circadien du sommeil. Elle pourrait également être une alternative ou un complément thérapeutique dans le traitement de l’insomnie, dont la prise en charge habituelle utilise la thérapie cognitive et comportementale. Son utilisation permettrait d’obtenir des résultats sur la latence d’endormissement, la durée et l’efficacité du sommeil. Mais les véritables atouts de la mélatonine sont peut-être ses effets indésirables moindres que ceux des autres hypnotiques, tout du moins à court terme, et son potentiel dans le sevrage de ces hypnotiques.

  • La gamma-sarcoglycanopathie   - Omarjee Karima - 09 avril 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La gamma-sarcoglycanopathie ou LGMD R5 liée au γ-sarcoglycane, est une maladie rare. Cette dystrophie musculaire des ceintures est une maladie génétique à transmission autosomique récessive due à des mutations dans le gène de la γ-sarcoglycane (SGCG). Il existe quatre formes de sarcoglycanopathies : α, β, γ, et δ ; et la γ-sarcoglycanopathie est la forme prédominante dans les pays du Maghreb et dans les populations roms avec une prévalence de 0,13 pour 100 000. Elle est caractérisée par une atrophie et une faiblesse musculaires progressives, principalement des muscles des ceintures pelvienne et scapulaire, une hypertrophie commune du mollet, des contractures articulaires précoces, une cognition normale, un taux de créatine kinase sérique élevé, et peut impliquer à la fois des atteintes respiratoire et cardiaque. L’âge d’apparition, la perte de la marche et l’évolution de la maladie sont hétérogènes mais dans la majorité des cas, elle débute avant l’âge de 10 ans avec un déplacement en fauteuil roulant après l’âge de 15 ans. Le diagnostic de la LGMD R5 repose sur l’analyse génétique, et en particulier par la technique de séquençage de nouvelle génération. Le suivi de la maladie doit être précoce, régulier, personnalisé et nécessite la réalisation de bilans et évaluations impliquant différents professionnels de santé (neurologue, cardiologue, pneumologue, médecin de médecine physique et de réadaptation, ergothérapeute, kinésithérapeute, etc…). À ce jour, le traitement est symptomatique avec une prise en charge multidisciplinaire mais la recherche progresse et les perspectives thérapeutiques de thérapie génique représentent un espoir de traitement curatif de la LGMD R5.

    Le pharmacien d’officine a également toute sa place et un rôle à jouer dans le parcours de soins et dans la prise en charge multidisciplinaire du patient atteint de γ-sarcoglycanopathie au travers de conseils et d’un accompagnement personnalisé.

  • La médecine traditionnelle, une alternative aux traitements conventionnels contre le paludisme ?   - Bailleul Melanie - 03 mars 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le paludisme est responsable de plus de 500 000 décès par an dans le monde et notamment en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Il existe actuellement des traitements préventifs et curatifs mais ce parasite a montré sa capacité à développer rapidement des résistances lui permettant d’échapper aux traitements. Ces résistances apparaissent par le biais de mécanismes moléculaires variés activant les voies de survie cellulaire ou les mécanismes d’élimination des xénobiotiques par les cellules infectées.

    Depuis le début des années 2000 et l’apparition en Asie des premières résistances suite à l’utilisation de molécules purifiées en monothérapie, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande d’utiliser des polythérapies dans le traitement du paludisme. Parmi ces polythérapies, les ACTs (Artemisinin-based Combination Therapies) associant des dérivés de l’artémisinine, une plante utilisée par les tradi-thérapeutes sous forme de tisanes dans le traitement des infections paludéennes, à d’autres antipaludéens sont actuellement les seuls traitements curatifs encore actifs sur les infections à Plasmodium falciparum.

    Cependant, face au risque d’apparition de résistances à l’artémisinine, il devient urgent de trouver de nouvelles molécules et/ou de nouvelles associations thérapeutiques.

    Se baser sur les connaissances ancestrales empiriques des tradi-thérapeutes et y associer une démarche scientifique rigoureuse pourrait permettre de lever les réticences qui s’expriment sur l’utilisation de ces plantes dans le traitement du paludisme. Il serait possible ainsi de mieux caractériser les plantes d’intérêt et les molécules actives qu’elles contiennent, d’évaluer les modes d’administration et de réduire les risques potentiels de cytotoxicité, afin d’établir de nouveaux traitements.

Plus de résultats...


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales