Vous êtes ici : Accueil

Travaux d'étudiants en ligne à l'Université de Poitiers

Rechercher un travail d'étudiant

UPétille (Texte IntégraL de Littérature grise Étudiante de l'Université de Poitiers) est un projet de l’Université de Poitiers visant à valoriser les formations et les travaux d’étudiants (mémoires, rapports de stage, thèses d'exercice, etc.) soutenus à l'Université de Poitiers. Ce projet est également un élément structurant de la politique de l’établissement sur les questions de production et de partage de connaissances, ainsi que de lutte contre le plagiat.

Dernière mise en ligne le 22 juillet 2022

Nombre de travaux en ligne : 3367

 

Dernières soutenances !

accès internet    accès intranet    pas d'accès
  • Description des modalités de prise en charge des carences en vitamine C dans un service de médecine interne et maladies infectieuses   - Épinoux Bastien - 07 juillet 2022

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La vitamine C ou acide ascorbique est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme. Elle intervient dans un très grand nombre de réaction chimique avec des rôles dans la synthèse et la stabilisation du collagène, métabolisme du fer, la synthèse hormonale, l'immunité… Une carence profonde et prolongée conduit à une pathologie connue depuis l'antiquité : le scorbut. Bien que la mortalité du scorbut ait été grandement diminuée suite à l'expérience de James LIND, cette pathologie carentielle, notamment du fait de l'apparition de nouveaux facteurs de risque, semble réémergente.

    Matériel et méthode : Etude rétrospective des modalités de prise en charge globale réalisé sur 143 patients présentant une carence en vitamine C, dans le service de médecine interne et maladies infectieuses du CHU de POITIERS sur la période du 01/01/2016 au 31/12/2020.

    Résultats : L'objectif principal de l'étude, ayant pour but de décrire les prises en charges proposées aux patients carencés, permet de constater que, quelque soit le motif du dosage ou la profondeur de la carence, les patients reçoivent une supplémentation dans à peine la moitié des cas et que, parmi ces supplémentations seulement la moitié peuvent être considérées comme complète. De plus, une enquête alimentaire ou une consultation diététique permettant de prévenir la récidive de ces carences a été retrouvée dans moins d'un tiers des cas. L'objectif secondaire est de confronter la réalité pratique de ces prises en charge aux dernières recommandations de la HAS visant à limiter les dosages de la vitamine C. En effet, selon ces recommandations, les prises en charges décrites représentent des dépenses « inutiles » équivalent à près de 10 fois le coût des supplémentations.

    Conclusion : Les résultats de ce travail va dans le sens des recommandations de la HAS au vu de la réalité pratique et du surcoût engendré, mais, met surtout en exergue une difficulté pour le praticien dans ses prises en charge du fait de l'absence de recommandations clairement établies.

  • Prévalence d'un titre anticorps protecteur avant la 3ème injection contre la Covid dans une population gériatrique et caractéristiques associées   - Montfort Romain - 07 juillet 2022

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION :

    La pandémie de Covid-19 provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 a profondément bousculé notre système de soins et a été un défi sanitaire immense. La recherche et le développement rapide de vaccins efficaces contre le Covid-19 a été fondamentale. Cependant, de nombreuses questions demeurent, parmi lequel l'existence d'un seuil protecteur d'anticorps, permettant d'affiner la stratégie vaccinale. Les premières études mettent en avant un seuil protecteur qui pourrait se trouver à 264 BAU/mL.

    METHODE :

    Cette étude a été menée dans le pôle de Gériatrie du CHU de Poitiers, auprès de patients en unités sanitaires et de résidents séjournant dans les unités médico-sociales, vaccinés contre la Covid et ayant eu un titrage d'anticorps anti Covid avant la réalisation de la 3ième injection. Les objectifs de l'étude étaient de définir la prévalence des sujets avec titre anticorps protecteur avant la 3ième injection et de voir les caractéristiques associées à un titre d'anticorps protecteur.

    RESULTATS :

    Plus de 70% (n=53) des personnes avaient un titre d'anticorps protecteur (≥ 264 BAU/mL) dont 89% (n=47) qui avaient été infectés par le Covid 19 et plus particulièrement quand l'infection était survenue avant la seconde injection vaccinale (p=0,04). Un antécédent d'infection était ainsi significativement associé à la protection immunitaire (p < 0,001). L'ancienneté de la vaccination était associée à une moindre protection, puisque tous les 10 jours supplémentaires entre la deuxième dose de vaccin et la date de titrage, il était constaté une diminution significative de titre d'environ 137 BAU/mL (p = <0,001).

    Les personnes avec titre d'anticorps non protecteur, étaient significativement plus souvent insuffisants rénaux modérés ou sévères (p = 0,019). Parmi les sujets avec antécédent Covid, les quatre qui avaient un titre d'anticorps non protecteur étaient significativement plus âgés (p = 0,021).

    CONCLUSION :

    Les sujets présentant une insuffisance rénale modérée ou sévère et les plus âgés, malgré un antécédent de Covid, avaient une protection moindre. Ces résultats permettent d'identifier les profils de patients les plus susceptibles d'avoir une efficacité vaccinale amoindrie et pour lesquels une adaptation du calendrier vaccinal serait pertinente.

  • Etude de l'évolution des traitements contre l'insomnie de 1950 à aujourd'hui   - Nedeau Pierre - 05 juillet 2022

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Parmi les patients se présentant au comptoir de pharmacie d’officine, ceux qui souffrent d’insomnie sont très nombreux ; l’insomnie a, en effet, une forte incidence dans la population française.

    Depuis 1950, les traitements disponibles, pour lutter contre l’insomnie, ont évolué au fur et mesure des découvertes de nouvelles molécules.

    La rétrospective de ces traitements de 1950 à nos jours offre un regard objectif sur les moyens utilisés par les praticiens de l’époque pour traiter les patients souffrant d’insomnie.

    Les traitements essentiellement chimiques et lourds d’effets secondaires au cours du XXème siècle, aboutissent à une réécriture des recommandations de la prise en charge de l’insomnie dans les années 2000. Le recours aux molécules hypnotiques devient mieux encadré.

    Durant cette même période, les fabricants développent et proposent dans les officines de plus en plus de compléments alimentaires à base de mélatonine. Ce traitement n’offre des avancées que limitées et son utilisation doit être restreinte à certaines insomnies. Enfin, l’utilisation des plantes en vrac en tisane répond aujourd’hui à la demande des patients souhaitant se tourner vers des remèdes plus naturels et dont l’efficacité est prouvée.

    Les tisanes de plantes sont une opportunité pour le pharmacien d’officine qui se doit de connaître les caractéristiques de ces plantes pour préparer des tisanes de qualité afin d’offrir un remède aux patients souffrant d’insomnie.

Plus de résultats...


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales