Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2462 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Sels d’aluminium dans les antitranspirants et risque potentiel du cancer du sein : connaissances actuelles et rôle du pharmacien d'officine    - Gabignon Margaux  -  17 février 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La polémique concernant les sels d’aluminium présents dans les antitranspirants et leur potentiel rôle dans l’apparition du cancer du sein est un sujet préoccupant.

    Notre thèse a pour objectif d’évaluer les connaissances actuelles et de préciser les rôles du pharmacien dans cette problématique.

    Dans un premier temps, nous avons repris la physiologie de la sudation ainsi que les pathologies liées à cette dernière. Nous avons décrit les différents sels d’aluminium présents dans les antitranspirants et leur mécanisme d’action.

    Après un rappel anatomique, le cancer du sein et ses thérapeutiques ont été présentés. Nous avons étudié les différentes voies d’exposition à l’aluminium, sa pharmacocinétique, ses effets indésirables et sa toxicité.

    Nous avons également fait l’analyse d’études qui recherchaient une causalité des sels d’aluminium dans l’apparition du cancer du sein. L’aspect règlementaire et les recommandations existantes ont été exposés.

    Une enquête et son analyse ont été réalisées avec l’objectif de connaître les habitudes, les attentes et craintes des consommateurs d’antitranspirants contenant des sels d’aluminium.

    Enfin, nous avons développé les rôles du pharmacien : les conseils qu’il doit donner, les alternatives qu’il peut proposer et son action dans la cosmétovigilance et la prévention du cancer du sein.

  • La prise en charge orthétique dans l’arthrose    - Menager Mathilde  -  17 février 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En France, l’arthrose est la pathologie articulaire la plus répandue, elle diminue considérablement la qualité de vie des patients. L’arthrose peut toucher toutes les articulations, les cervicales et le rachis, l’épaule, le coude, le poignet et le pouce ainsi que la hanche, le genou, la cheville et le pied.

    Il existe de nombreux traitements de l’arthrose, médicamenteux ou non, un certain nombre ne sont plus remboursés. D’après les recommandations de la HAS, la prise en charge d’un patient atteint d’arthrose repose d’abord sur des mesures hygiéno-diététiques, de kinésithérapie et orthopédiques.

    L’orthèse est un dispositif médical de classe I. La mise sur le marché est règlementée et conditionnée par l'obtention d'un marquage CE. La CNEDiMTS s’occupe de leurs conditions d’inscription sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables. Le Comité Economique des Produits de Santé détermine la base de remboursement. La plupart des orthèses sont remboursées, pour l’indication arthrose. Les orthèses présentent de nombreux avantages, elles sont aujourd’hui un moyen thérapeutique les moins invasifs de lutte contre l’arthrose.

    Le pharmacien orthésiste a un rôle clé dans la dispensation des orthèses, notamment dans la prise de mesure ainsi que des conseils sur le port de l’orthèse et pour leur entretien. Pour assurer une bonne prise en charge orthétique, il doit connaître les différents critères de choix qui permettront de garantir leur efficacité et une bonne observance des patients.

  • Prise en charge des patientes en post-cancer du sein : adaptation du conseil du pharmacien, et implication dans les associations    - Faucher Charlotte  -  13 janvier 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le cancer du sein est le premier cancer féminin, plus de 50 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. Face à cette augmentation de cas, le pharmacien se voit confronté de plus en plus à ces patientes, qui ont besoin de conseils et d’explications sur leur maladie et leurs traitements.

    Le pharmacien peut s’impliquer dans des associations de patients afin d’aider au mieux les patientes grâce à ses connaissances. Il peut également participer aux associations de professionnels de santé afin d’améliorer ses connaissances, d’une part, et d’en partager d’autres, d’autre part..

    De plus, de nombreuses patientes préfèrent avoir recours aux produits naturels pour se soigner, le pharmacien doit donc être à même de répondre aux attentes de ces dernières, en leur expliquant les contre-indications à prendre certaines plantes lors de leur traitement. Le pharmacien est donc un rempart pour la bonne observance des patientes.

  • Conseil en officine chez le sportif : la nutrition et l’homéopathie du sportif    - Pacôme Alarie  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Comment pratiquer le sport dans les meilleures conditions ? La nutrition peut aider à rester en forme, à préparer le corps à l’effort et à mieux récupérer lors d’une activité. Lorsque le sportif est blessé ou pour prévenir ces blessures, l'homéopathie est particulièrement adaptée car sans toxicité et sans risque pour le sportif d'absorber des substances dopantes interdites. Cette thèse présente dans une première partie la synthèse des connaissances scientifiques en matière de nutrition du sportif et les conseils à l'officine sur ce sujet. Dans une deuxième partie, ce travail présente l'homéopathie comme thérapeutique et propose des conseils à l'officine adaptés au sportif.

  • Les nouvelles réglementations émanant de l’arrêté du 12 juillet 2017 portant sur la fin de l’exonération de la codéine et d’autres dérivés de l’opium : enquête dans les pharmacies d’officine    - Ricou Julie  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le 12 juillet 2017, la ministre de la santé Agnès Buzyn a décidé d'inscrire la codéine, ainsi que d'autres dérivés de l'opium potentiellement détournés comme le dextrométhorphane, la noscapine et la codéthyline, sur la liste des médicaments délivrés uniquement sur ordonnance. Ceci pour limiter les dérives et les mésusages tel que le Purple Drank surtout consommé par les jeunes.

    A la suite de ces nouvelles règlementations, le nombre d’ordonnances à base de produits codéinés a augmenté car certains patients qui présentaient une addiction à la codéine ont obtenu des prescriptions médicales. Cependant, le nombre total de ventes de médicaments codéinés a chuté car d’autres consommateurs ont tenté de trouver des solutions de sevrage ou se sont tournés vers d’autres substances. Certains consommateurs ont commencé à enfreindre la loi dans le but de se procurer de la codéine. En effet, en 2018, on remarque une recrudescence du nombre d’ordonnances falsifiées comportant des produits codéinés.

    La plupart des préparateurs sont favorables au nouvel arrêté restreignant l’accès à la codéine. En revanche, la majorité des pharmaciens sont contre les nouvelles règlementations car ils considèrent qu’ils manquent de moyens pour soulager les fortes douleurs et notamment les douleurs dentaires. Ne trouvant pas d’autres alternatives efficaces, on remarque de nombreuses délivrances d’anti-inflammatoires pour soulager les douleurs dentaires malgré le risque d’induire de graves effets indésirables potentiellement létaux lors d’un abcès dentaire.

  • Exigences de formation des équipes opérationnelles en milieu de répartition aseptique : aspect qualité, managérial et organisationnel    - Texeron Anne-Claire  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La conformité (c’est-à-dire : la sécurité, qualité et efficacité) du médicament est garantie par le procédé de fabrication ; celui-ci étant d’autant plus complexe en milieu de répartition aseptique que les contraintes environnementales pour limiter l’introduction de contaminants sont nombreuses. Or, la main d’oeuvre, ressource principale des sites de production, est aussi la source majeure de ces contaminations. Dès lors, la maitrise du procédé par les équipes opérationnelles - dont les activités sont ainsi critiques pour la conformité du produit - doit être garantie par leur qualification. Le présent document s’attache donc à décrire la réglementation, les exigences, les contraintes, les modalités et les bénéfices de la formation des équipes opérationnelles ainsi que les moyens mis en place l’assurer, du point de vue de l’établissement.

    Cette thèse aborde d’abord cette problématique sous un angle « qualité », d’après les référentiels Qualité en vigueur. Ces derniers décrivent les principes généraux du processus de formation, à savoir : une formation initiale et continue, appropriée, documentée, efficace et challengée par le système de gestion de la qualité. L’encadrement est alors responsable de la mise en place des moyens nécessaires pour assurer la compétence et la qualification du personnel. A cet égard, l’habilitation des opérationnels avec un APS apparait comme une étape critique puisqu’elle vient caractériser leur maitrise des contraintes aseptiques, garantissant ainsi la stérilité du procédé.

    Dans un second temps, à l’appui des outils disponibles, des rôles et responsabilités de chacun, des opportunités d’évolution et des interrogations actuelles, sont détaillées les contraintes organisationnelles et les bénéfices de la formation des équipes opérationnelles sous un angle plus « managérial ». En effet, pour rester concurrentielles les entreprises s’adaptent, faisant ainsi évoluer les postes et, incidemment, les axes stratégiques de développement et les plans de formation. Or, en parallèle, le développement professionnel est un facteur d’épanouissement des collaborateurs. Le superviseur d’équipe apparait ainsi comme l’intermédiaire entre les souhaits de l’établissement et les souhaits individuels des opérationnels qu’il doit réussir à concilier pour construire des équipes équilibrées, diversifiées, flexibles et agiles.

    Enfin, la présentation d’une application concrète de ces difficultés et bénéfices dans un service de répartition aseptique, permet d’exposer et de démontrer que la problématique de coordination et de suivi des formations est au coeur des préoccupation du terrain et qu’elle peut être appréhendée avec les mêmes outils d’amélioration continue que la performance.

  • Les compléments alimentaires du sportif : généralités et enquête descriptive    - Rousselot Thibaut  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans notre société actuelle, l’image que l’on renvoie prend de plus en plus d’importance. A l’heure où les réseaux sociaux font partie de notre quotidien, notre corps devient une carte de visite, qu’il est nécessaire de modeler et d’affuter. Pour y parvenir, les sportifs n’hésitent plus à utiliser des compléments alimentaires spécialisés.

    De nombreux influenceurs pratiquent le fitness, font la promotion quotidienne de ces produits et incitent à leur consommation. Ainsi, les réseaux sociaux ont permis la démocratisation de la consommation des compléments alimentaires pour les sportifs.

    Dans ce contexte où le phénomène fitness est en plein essor, associé à un engouement pour les compléments alimentaires, cela constitue une véritable opportunité pour les marques qui multiplient les références disponibles sur le marché. Quels compléments alimentaires consommer pour développer la masse musculaire ou pour améliorer la récupération ? Comment les consommer et à quelle posologie ? Sont-ils efficaces ? Sont-ils sans danger ? Sont-ils de qualité ?

    Face à ce phénomène nouveau de consommation, voici des questions qu’un sportif est en droit de se poser. Le pharmacien d’officine doit être capable d’apporter des réponses à ces interrogations et prodiguer les bons conseils.

    Dans ce travail, nous avons tenté de répondre à ces interrogations en réalisant une enquête auprès des sportifs pratiquant dans les salles de sport pour permettre de visualiser quel type de population est concerné, quelles sont les habitudes de consommation de ces sportifs, quels compléments alimentaires sont consommés et en quelles quantités.

  • Impact des agences régionales de santé et des organismes d'assurance maladie sur la visite médicale : exemple des G-CSF    - Morel Paul  -  18 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les Agences Régionales de Santé et les Caisses d’Assurance Maladie sont les instances publiques qui permettent l'exécution des politiques de santé publique en France. Il est de notoriété publique que les économies sur les dépenses de santé sont un axe majeur dans ces politiques de santé publique. Les médecins sont poussés à prescrire génériques et les biosimilaires, et plus particulièrement dans les médicaments du PHEV (Prescriptions hospitalières exécutées en ville). Ce PHEV contient les G-CSF (Granulocyte-Colony Stimulating Factor), qui sont des médicaments prescrits dans le cadre des chimiothérapies pour réduire l’incidence des neutropénies fébriles. Les neutropénies fébriles sont des manifestations faisant suite aux chimiothérapies et pouvant entrainer la mort du patient. Pour éviter cela, les recommandations internationales émanant de sociétés savantes renommées suggèrent la prescription de G-CSF qui existent sous deux formes.

    La forme « long-lasting », Neulasta, et la forme dite « quotidienne » Neupogen et biosimilaires.

    Les médecins sont donc poussés à prescrire des biosimilaires de Neupogen car plus économiques mais on sait que ces médicaments sont généralement utilisés dans le mésusage, ce qui entraine des hospitalisations (donc des coûts) et parfois des décès. Il est donc important lors de la visite médicale de continuer à promouvoir le bon usage des G-CSF (et des médicaments en général car il est permis d’imaginer que cette classe de médicaments n’est pas un cas isolé) auprès des médecins prescripteurs de façon à diminuer dans la mesure du possible l’incidence de ces événements.

  • La scopolamine, son utilisation thérapeutique et hors thérapeutique    - Lippi Clara  -  17 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Scopolamine, présente en quantités variables dans certaines Solanacées dites « mydriatiques » et obtenue industriellement par extraction à partir d'autres espèces, possède des propriétés parasympatholytiques comparables à celle de l'atropine, elle est un inhibiteur compétitif et réversible des récepteurs cholinergiques muscariniques. Elle agit sur le SNC et a une action sédative, amnésiante, incapacitante et potentiellement hallucinogène à dose élevée.

    Son utilisation thérapeutique en France est uniquement réservée à la prise en charge du mal des transports, des râles agoniques ainsi que des douleurs spasmodiques, occlusions intestinales et coliques hépatiques, sous deux formes, injectable et transdermique.

    Son usage hors thérapeutique est une constante dans l’histoire des civilisations, lors de rites initiatiques ou religieux, puis comme « sérum de vérité » au début du 20ème siècle et plus récemment à des fins criminelles, en Amérique Latine où elle est appelée « Burundanga » ou « souffle du diable ». Les victimes deviennent dociles et perdent leur libre arbitre, permettant à l’agresseur d’obtenir n’importe quelle information ou action, d’apparence consentie, de la part de la victime.

    Son utilisation volontaire récréative est plus récente, désormais hors de l’Amérique Latine et dont l’accès aux procédés de fabrication artisanaux à partir de substances en vente libre est permis au travers d’internet.

    Les intoxications à la scopolamine sont graves et peuvent aboutir au coma. Il existe un antidote, la physostigmine, qui peut s’utiliser en milieu hospitalier.

  • Les Traitements de Substitution aux Opiacés (TSO) et leurs mésusages : Étude auprès des patients et des pharmaciens de la Communauté d’Agglomération Royan Atlantique (CARA)    - De sousa ribeiro Emmanuel  -  13 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En 2017, l’OFDT estime que 500 000 personnes ont expérimenté l’héroïne. On dénombre en France aujourd’hui près de 180 000 personnes bénéficiant d’une prescription de MSO pour faire face à cette addiction.

    Par ailleurs, lorsque l’on regarde l’étymologie du mot médicament, il provient du grec ancien pharmakon qui signifie le remède, le poison et le bouc-émissaire (dans le sens de l’exutoire ici).(5) Ainsi, le médicament lui-même peut être mal interprété dans son usage, il peut être confondu avec la drogue tant les propriétés pharmacologiques sont proches. Ce phénomène s’observe dans la rue, là où normalement circulent les substances psychoactives illicites, on trouve aujourd’hui les MSO sur le marché noir parallèle ; c’est le « fuitage pharmaceutique ». Ainsi, on retrouve aujourd’hui les MSO dans des conduites addictives et la recherche de « défonce » qui se traduit par l’abus de substances psychoactives, en témoignent également les voies d’administration employées : injection, sniff etc.

    L’objectif de cette étude locale est de mieux identifier, mieux comprendre les pratiques de mésusages sur une aire géographique bien définie et de comparer les différentes réponses apportées par les différentes études avec les chiffres nationaux, régionaux et départementaux. Dans un deuxième temps, l’intérêt de cette étude est de savoir quelles actions sont réalisables et envisageables pour limiter le mésusage à l’échelle de l’officine. Au total, 85 questionnaires ont été complétés sur 336 patients estimés soit un taux de réponse de 25,3% et 21 pharmaciens ont accepté de répondre à notre enquête.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales