Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2328 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • La schizophrénie : généralités, prise en charge et présentation d'un cas clinique    - Belkaid Yassine  -  25 novembre 2019  - Thèse d'exercice


  • Effets indésirables de la colchicine : étude rétrospective des cas déclarés sur la base nationale de pharmacovigilance    - Galinant Etienne  -  19 novembre 2019  - Thèse d'exercice


  • Toxicité de la faune et de la flore guadeloupéenne : cas des scolopendres et du mancenillier    - Nathou Veronique  -  22 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Guadeloupe de par sa situation géographique dans les Caraïbes et son climat offre une flore luxuriante et une faune très diversifiée. De nombreuses plantes de cette flore sont à la base de la médecine populaire de la Guadeloupe.

    Cependant un certain nombre de ces espèces végétales sont toxiques et peuvent exposer l’homme à un danger potentiel. Parmi ces espèces, on compte le mancenillier qui est considéré comme un des arbres les plus toxiques au monde. Chez les espèces animales à l’origine d’envenimation, on retrouve les scolopendres.

    Les scolopendres et le mancenillier sont à l’origine de nombreux signes cliniques généralement bénins.

    Néanmoins, les cas graves voire mortels ne sont pas à exclure. Il est donc important que la prise en charge par un professionnel de santé soit menée avec rigueur.

    Le pharmacien est un acteur de premier plan dans cette prise en charge du patient et dans la mise en place de mesures préventives.

    Cette thèse débute par une présentation générale de la Guadeloupe.

    Dans un second temps, elle décrit les caractères morphologiques des scolopendres, les conséquences de l’envenimation chez l’Homme et les animaux, la prise en charge à l’officine et les conseils aux voyageurs.

    Puis elle se poursuit par la description des caractères botaniques du mancenillier, de la toxicité chez les animaux et l’Homme.

    Pour finir, les règles de prévention et les comportements à adopter face à une situation à risque sont abordés dans le but d’informer aussi bien les autochtones que les touristes.

  • Microbiote cutané, Malassezia et pityriasis capitis    - Aubry Melanie  -  21 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les pellicules du cuir chevelu ou pityriasis capitis, sont un réel désagrément dans le quotidien des personnes concernées. Plus d'une personne sur deux serait impliquée dans le monde, ce qui fait de cette pathologie un combat non négligeable. De nombreux facteurs interagissent et sont susceptibles d'affecter l'état de santé du cuir chevelu.

    Tout d'abord, la détérioration de la couche cornée ou stratum corneum, couche cellulaire la plus superficielle de l'épiderme entraine l'altération de sa fonction de barrière de perméabilité épidermique (BPE). L'intrusion anarchique d'acides gras issus du sébum et la perte d'eau transépidermique (déshydratation) qui en découle, perturbent l'organisation des lipides du stratum corneum et sont à l'origine d'inflammation, d'irritation et surtout d'un processus de desquamation désordonné. L'exacerbation de la sécrétion de sébum perturbe d'autant plus l'organisation des couches cellulaires épidermiques et fournit des acides gras supplémentaires pour nourrir le principal pathogène impliqué dans le pityriasis capitis : la levure du genre Malassezia.

    Malassezia sp, par l'intermédiaire de ses lipases, est impliqué dans la physiopathologie des pellicules. En effet, ces lipases en hydrolysant les triglycérides issus du sébum, libèrent des acides gras saturés spécifiques dont la levure a besoin pour proliférer, et libèrent également des acides gras insaturés irritants qui pénètrent dans la couche cornée et perturbent eux aussi l'organisation cellulaire et la desquamation physiologique.

    Malassezia fait parti du microbiote du cuir chevelu. Ce microbiote est composé d'espèces fongiques, bactériennes, virales etc... qui interagissent entre elles de façon plus ou moins synergique ou antagoniste. Le maintien d'un microbiote équilibré contribue à protéger l'hôte d'agressions pathogènes. En effet, un déséquilibre du microbiote, dysobiose, peut favoriser la colonisation par des agents pathogènes ou la prolifération excessive d'espèces commensales, favorisant ainsi des pathologies plus ou moins conséquentes.

    Tous les facteurs externes ou internes à l'homme qui pourraient rompre l'équilibre du microbiote, ont une réelle implication dans le développement du pityriasis capitis.

    Toutefois, une susceptibilité individuelle est aussi à prendre en compte dans la survenue du pityriasis capitis ; ce facteur étant difficilement maitrisable.

    Cette thèse fait le point sur les connaissances actuelles en lien avec le microbiote cutané, le genre Malassezia et pityriasis capitis.

  • Étude de l’intérêt potentiel de deux palmiers du plateau des Guyanes Oenocarpus bacaba et Oenocarpus bataua vis-à-vis du stress oxydatif    - Torvic Naell  -  03 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les radicaux libres oxygénés sont des espèces chimiques rendues réactives par la présence d'électrons de valence non appariés. Ces radicaux sont naturellement produits et régulés par l'organisme mais parfois un déséquilibre peut s’établir causant des dommages pouvant conduire à l’apparition de pathologies.

    Les polyphénols sont des piégeurs de radicaux libres qui, une fois apportés à l'organisme aident à diminuer un stress oxydant. En Guyane, deux palmiers en sont particulièrement riches : le Comou, Oenocarpus bacaba et le Patawa, Oenocarpus bataua. Les fruits de ces deux palmiers sont consommés de manière régulière par la population Guyanaise pour leur intérêt alimentaire et médicinales (utilisés en cas de diarrhée, de céphalées, de toux). La littérature scientifique semble démontrer que la consommation de ces fruits pourrait être bénéfique dans un contexte de stress oxydant pour la population au vue des activités démontrées par leurs composés.

  • Prévention par l’iode stable en cas d’accident nucléaire : place du pharmacien d’officine    - Cuvillier Philippe  -  02 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En 2019, selon l’International Atomic Energy Agency, un total de 450 réacteurs nucléaires sont en fonctionnement répartis sur 4 continents.

    Le risque d’accident nucléaire est donc présent partout dans le monde. La protection universelle contre une émission de radioactivité accidentelle reste la prise de iodure de potassium. Plus précisément, il protège la thyroïde de l’iode radioactif. À partir de Juin 2019, La France augmente, le périmètre de sécurité, appelé Plan Particulier d’Intervention (PPI), autour des 19 centrales nucléaire de l’hexagone, passant de 10 à 20 km. Par la même occasion, une campagne de distribution de iodure de potassium et de sensibilisation de la population est lancée.

    Les campagnes régulières permettent de rappeler les bons gestes les bons réflexes en cas de situation d’urgence.

    Les comprimés de iodure de potassium sont des médicaments. Le pharmacien, gardien du médicament en est donc principalement responsable. C’est lui qui délivrera aux particuliers et représentant des établissements recevant du public les comprimés d’iode, et est en mesure de répondre à toutes les questions, de rassurer et de conseiller.

  • Signature épigénétique de la chromatine dans le scandale de la Dépakine® : médias et science    - Gourinchat Lea  -  02 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’épilepsie est une maladie cérébrale caractérisée par la survenue d’au moins 2 crises non provoquées (ou réflexes) espacées de 24h. Elle touche environ 600 000 personnes en France et reste une maladie complexe de part ces différents types de crises et les différents traitements. Ainsi, une molécule efficace pour les crises généralisées peut ne pas être efficace pour les crises focales et vice-versa.

    L’acide valproïque, plus connu sous le nom de Dépakine®, a longtemps été le traitement de référence de l’épilepsie car efficace pour tout type de crises. L’acide valproïque agit en augmentant le taux de neurotransmetteurs GABA.

    En plus de ses propriétés pharmacologiques recherchées en thérapeutique, il apparait être un inhibiteur des histones désacétylases. De ce fait, l’acide valproïque constitue une marque épigénétique c’est-à-dire qu’il est susceptible de modifier l’ADN sans en modifier la séquence et cette marque est transmissible et irréversible.

    Les marques épigénétiques sont nombreuses ; méthylation/déméthylation de l’ADN, acétylation/désacétylation de l’ADN, les ARN non codants…Autant de marques que de conséquences possibles telle qu’une augmentation ou une diminution de la transcription pouvant ainsi entraîner le développement de cancers.

    Le scandale associé à l’acide valproïque, plus communément appelé scandale de la Dépakine® repose sur un manque d’informations vis-à-vis des patientes. En effet, dès les années 80 la littérature scientifique rapporte de nombreux cas de malformations or ce médicament n’est déconseillé chez la femme enceinte qu’en 2006. Ce scandale c’est aussi des troubles autistiques qui s’expliquent par l’activité d’inhibiteur des histones désacétylases de l’acide valproïque.

    Le scandale de la Dépakine® c’est entre 16 600 à 30 400 enfants atteints de troubles mentaux et du comportement, 2150 à 4100 cas de malformations congénitales majeures, un risque de malformations congénitales multiplié par 4 ou 5, 10,7% de cas de de malformations et dans 30 à 40% des cas des troubles graves du développement et du comportement.

  • Place des thérapeutiques injectables dans la prise en charge du diabète de type 2    - Brechoire Elodie  -  01 octobre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    De nos jours, le diabète de type 2 est une pathologie qui ne cesse de se répandre et dont les conséquences peuvent être néfastes. Un nombre important de thérapeutiques sont donc disponibles sur le marché français. L’objectif de cette thèse est d’analyser la place des traitements injectables parmi tout cet arsenal thérapeutique.

    Dans un premier temps, nous ferons donc des rappels sur la physiopathologie du diabète.

    Dans un deuxième temps, nous décrirons les deux grandes catégories de médicaments injectables disponibles : les insulines et les analogues du GLP-1.

    Dans un troisième temps nous verrons les recommandations actuelles de prise en charge du diabète de type 2.

    Enfin, pour terminer, nous analyserons les résultats des deux questionnaires : l’un adressé aux médecins diabétologues, l’autre aux patients diabétiques.

  • Appendicites aiguës en pédiatrie : identification de facteurs de risque de complication et adaptation de l’antibiothérapie    - Louet Camille  -  23 septembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La pathologie appendiculaire est fréquemment retrouvée en pédiatrie. La variété des présentations existantes rend la prise en charge difficile à homogénéiser. Il existe un risque de complication non négligeable en post-opératoire (abcès post-opératoires, occlusion, douleurs abdominales, fièvre persistante, surinfection de la cicatrice, perforation per-opératoire, nausées invalidantes, absence d’amélioration clinique…). Dans ce contexte, il est pertinent d’identifier des facteurs de risque de complication afin de choisir l’antibiothérapie la plus adaptée le plus précocement possible. Une étude rétrospective a été menée chez les enfants ayant eu une appendicectomie pour un diagnostic d’appendicite ou de péritonite aiguë entre décembre 2016 et avril 2018. Sur les 296 patients inclus, 41 (13.8%) ont présenté au moins une complication post-opératoire. L’analyse univariée entre les deux groupes (avec et sans complications) a permis d’identifier les facteurs de risque suivants : sexe féminin, protéine C-réactive supérieure à 60 mg/L, présence d’une péritonite ou d’un abcès, présence d’une perforation. Un score prédictif de complication a été proposé en attribuant 1 point par critère. A partir d’un score supérieur à 3, nous proposons l’instauration d’emblée du traitement de 2ème intention pour les péritonites, les abcès et les plastrons appendiculaires. De plus, la comparaison de nos pratiques aux dernières recommandations des sociétés savantes a permis d’identifier deux pistes d’amélioration : un moindre recours aux carbapénèmes, et l’optimisation des durées de traitement. Au vu des résultats de notre étude, la révision de notre protocole local de prise en charge des appendicites aiguës semble pertinente afin d’améliorer l’usage des antibiotiques dans une démarche de lutte contre l’émergence des résistances bactériennes et de préservation de l’efficacité des antibiotiques.

  • Impact des polluants pesticides sur l’agressivité et la réponse aux traitements des glioblastomes    - Berthy Elise  -  16 septembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La population mondiale est exposée aux pesticides , via l’alimentation puisque 90% des aliments sont contaminés par au moins un pesticide. Cette exposition est réglementée mais seulement pour chaque pesticide pris individuellement : la sécurité des associations liées à l’utilisation ou à l’exposition environnementale n’est p as évaluée . Or les individus ne sont pas exposés à un seul pesticide mais à un mélange de pesticides puisque près de 40% des aliments sont poly contaminés.

    Les effets, à long terme, de cette poly-exposition chronique de faibles doses de pesticides sont, encore à ce jour, peu connus. Cette thèse se compose de deux études : une étude fondamentale visant à évaluer les conséquences de la poly-exposition chronique, à un mélange de 7 pesticides (couramment retrouvés ou ayant été couramment retrouvés dans l’alimentation), d’un acteur clef du micro-environnement tumoral, les CAF (Cancer Associated Fibroblats), issus de MSC (Cellules Souches Mésenchymateuses) sur l’agressivité et la résistance au traitement des cellules tumorales gliales ; et une étude clinique visant à étudier l’impact d’une exposition professionnelle aux pesticides sur la survie globale, sur la survie sans rechute et l’âge au diagnostic des patients atteints de glioblastome.

    Pour réaliser l’étude fondamentale , deux modèles in vitro ont été mis en place : un modèle de co-culture CAF pré-exposés aux pesticides-primoculture de glioblastome (GBM) et un modèle d’exposition d’une primoculture de GBM au milieu conditionné de CAF pré exposés aux pesticides. Il a alors été montré que l’exposition chronique des CAF aux pesticides pourrait entrainer un enrichissement en cellules souches cancéreuses (CSC), une surproduction de CCL5 , une surexpression des gènes prolactine et leptine, connues pour favoriser l’invasion tumorale. Ainsi, l’exposition chronique des CAF aux pesticides pourrait conduire à l’apparition d’une population tumorale plus agressives et plus invasives.

    En outre, une étude clinique nationale, rétrospective, multicentrique, réalisée sur 227 patients (50 patients atteints de glioblatome et professionnellement exposés aux pesticides et 177 patients atteints de glioblastome mais non exposés aux pesticides) a mis en évidence une diminution de la survie globale des patients professionnellement exposés aux pesticides : la survie globale des patients professionnellement exposés aux pesticides est de 12.1 mois alors qu’elle est de 16 mois pour les non exposés. Une analyse multivariée, réalisée grâce au modèle Cox, n’a pas pu mettre en évidence l’impact direct de l’exposition chronique aux pesticides dans cette diminution de survie.

    Toutefois, une différence de prise en charge significative entre les 2 groupes de patients a été constatée : les patients professionnellement exposés aux pesticides sont moins pris en charge par exérèse et par le protocole Stupp, protocole de référence, que les patients non exposés. Il devient alors important de comprendre cette différence de prise en charge. Elle est probablement due au fait que 1.7 fois plus de patients exposés aux pesticides ait plus de 70 ans. Le pourcentage d’indice de Karnosky inférieur à 60 % semble également être plus important dans le groupe patients exposés. Cette différence de prise en charge pourrait également être due à une différence de localisation tumorale ou d’invasivité. Dès lors, une comparaison de la localisation tumorale des patients exposés et non exposés semble intéressante.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales