Vous êtes ici : Accueil > Formations > Certificat de capacité d'orthophoniste

Certificat de capacité d'orthophoniste

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
167 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Elaboration et début de validation d’une échelle de dépistage rapide des troubles du langage en phase aigüe des accidents vasculaires cérébraux hémisphériques droits : R-LAST    - Chauveau Salome  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’aphasie croisée atypique se définit comme une aphasie survenant dans le cadre d’un accident vasculaire hémisphérique droit. Contrairement à l’aphasie croisée miroir, elle ne mime pas une aphasie hémisphérique gauche. La prévalence de l’aphasie atypique ne fait pas consensus dans la littérature, en raison de l’absence de test permettant d’évaluer en phase aigüe les composantes du langage qui y sont altérées. R-LAST a été élaboré pour pallier ce manque en USINV. Il permet de dépister les aphasies croisées atypiques en phase aigüe de l’AVC hémisphérique droit, et ainsi permettre aux patients dépistés, une orientation plus précoce vers de la rééducation orthophonique. R-LAST fait l’objet d’une validation interne (homogénéité des items, items plafond ou plancher), inter-examinateur (corrélation de scores cotés par deux examinateurs en double aveugle) et externe (résultats conformes à notre gold standard : la MEC-P, test orthophonique d’une durée de 30 minutes destiné au diagnostic des aphasies atypiques en phase de stabilisation de l’AVC droit). La validation interne et la validation inter-examinateur consistent en la passation du R-LAST en double aveugle à tous les patients entrant avec un AVC droit dans les USINV du Centre Hospitalier Sud-Francilien et du Centre Hospitalier de Versailles. La validation externe est réalisée lors des consultations post-AVC de patients présentant un AVC droit sans aphasie croisée miroir (score normal au LAST) et porte sur la comparaison des scores obtenus au R-LAST et à la MEC-P. Les résultats présentés sont ceux obtenus après 7 mois d’inclusion. Le temps de passation moyen du R-LAST est d’environ 3 minutes, proposant un gain de 27 minutes par rapport à la MEC-P. Nous ne notons pas d’item plancher, un possible effet plafond (cependant les inclusions ne sont qu’à 12% de l’objectif fixé), une corrélation parfaite des scores inter-examinateur, une bonne sensibilité (1/20 faux-négatif) et une bonne spécificité (1/20 faux-positif).

  • La rééducation orthophonique du trouble développemental du langage avec une approche multimodale : étude d’un cas    - Foucart Severine  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le vocabulaire employé pour caractériser et définir les troubles du langage oral a été clarifié et harmonisé sous les termes de : trouble développemental du langage (TDL), trouble du langage associé à une pathologie, difficultés de langage et trouble du développement des sons de la parole. Le diagnostic du TDL s’appuie sur le fait que plusieurs aspects du langage comme la phonologie, le lexique, soient perturbés, entraînant des répercussions au quotidien. Les prises en charge orthophoniques traditionnelles de ce trouble s’appuient sur les aspects linguistiques spécifiques mais également sur une entrée précoce dans le langage écrit. Cependant, l’être humain regroupe plusieurs sens. Après avoir fait, l’analogie avec le langage, nous allons étudier l’apport de la multimodalité dans une prise en charge orthophonique sur le langage oral et les prérequis au langage écrit. Une étude de cas a été réalisée chez un patient de grande section de maternelle ayant un trouble développemental du langage. Le protocole consiste à réaliser des tâches de conscience phonologique (maniement des syllabes et des phonèmes) ainsi que la correspondance phonème-graphème avec un support multimodal (méthode Borel-Maisonny et lettres en relief de Montessori) à travers les matériels développés pour cette étude. Des résultats positifs sont obtenus pour la discrimination phonologique et les habiletés pour le langage écrit, confirmant une des deux hypothèses. Cependant il n’y a pas de transfert sur l’articulation, possiblement en raison du temps faible d’observation et des difficultés très importantes d’expression du patient. Les conclusions confirment l’intérêt d’orienter la prise en charge orthophonique vers le multimodal.

  • État des lieux des pratiques et des besoins des professionnels de santé concernant les prises en soin des troubles de l’oralité alimentaire en groupes thérapeutiques : vers la création d’un outil d’évaluation et de suivi des groupes thérapeutiques    - Fournier Olivia  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles de l’oralité résultent de l’interaction de différents facteurs. Ils peuvent provenir de difficultés concernant l’intégration sensorielle des patients, mais aussi de difficultés oro-motrices propres à chaque individu. L’environnement a également un impact et apporte une dimension comportementale à ces troubles. La prise en soin des troubles de l’oralité alimentaire en groupes thérapeutiques est pluriprofessionnelle. Elle implique différents corps de métier (orthophonistes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, etc.). L’objectif de ce mémoire est de dresser un état des lieux des pratiques actuelles des professionnels de santé concernant l’élaboration d’un outil d’analyse de ces groupes. Nous avons donc diffusé aux professionnels de santé français, proposant ou non un groupe thérapeutique, un questionnaire s’intéressant à leur pratique et permettant d’exprimer leurs besoins. Nos résultats démontrent un intérêt mitigé pour l’élaboration d’un outil d’analyse. Ils mettent cependant en évidence des attentes concernant un outil qualitatif et quantitatif. Ces attentes concernent également l’évaluation des participants au démarrage des groupes. La perspective éventuelle de poursuite de ce travail serait l’élaboration et le test d’un outil d’analyse des groupesthérapeutiques à la lumière de ces résultats.

  • Qualité de vie relative à la voix après pharyngo-laryngectomie totale : développement d’un questionnaire d’auto-évaluation    - Garapin Berenice  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La (pharyngo)-laryngectomie totale est préconisée chez les patients atteints de cancer du larynx. Cette opération mutilante les prive de leur voix originelle. Il leur est proposé d’apprendre à utiliser une voix de substitution. Leur handicap vocal a un impact certain sur leur qualité de vie.

    Méthode : Une analyse de la littérature a été réalisée afin de rechercher les limites des outils actuellement disponibles pour évaluer la qualité de vie relative à la voix des patients opérés de (pharyngo)-laryngectomie totale, ainsi que recueillir les plaintes formulées par ce groupe de patients.

    Résultats : le Voice Handicap Index (VHI) et le Voice-Related Quality of life (V-RQOL) ne sont pas suffisamment adaptés pour évaluer la qualité de vie relative à la voix des patients opérés de (pharyngo)-laryngectomie totale et n’ont jamais été validés auprès de ce groupe de patients, si particuliers de par leur voix alaryngée. Le recueil des plaintes liées à la voix a permis l’élaboration d’un nouvel outil d’évaluation de la qualité de vie relative à la voix : le VHI-LT.

    Discussion : Le VHI-LT est fondé sur les préoccupations réelles des patients opérés de (pharyngo)-laryngectomie totale et sa forme est semblable à celles des outils de référence connus aujourd’hui. Il est composé de 18 items ce qui le rend facile et rapide à compléter pour le patient, et à analyser pour le clinicien. Il explore de façon équilibrée les trois domaines qui renvoient à la qualité de vie, les domaines physique, fonctionnel et émotionnel. Cette étude s’appuie exclusivement sur la littérature et n’a pas encore été soumis à un groupe de patients. Un travail de validation est encore nécessaire pour montrer la pertinence du VHI-LT.

  • Étude des liens entre les difficultés de mastication et le développement langagier    - Gilles Celia  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’intérêt des orthophonistes pour les troubles de l’oralité alimentaire est grandissant. L’oralité alimentaire et l’oralité verbale partagent de nombreux points communs : elles se développent en parallèle chez le jeune enfant, utilisent des effecteurs anatomiques communs et semblent partager des structures cérébrales. La comorbidité des troubles de l’oralité alimentaire et du langage oral est observée, mais peu d’études à ce jour ont cherché à tester expérimentalement l’existence de ce lien. De plus, la mastication et la parole se caractériseraient par des cycles successifs d’oscillation mandibulaire. C’est pour ces différentes raisons que nous avons choisi de vérifier l’impact d’un trouble de la mastication sur le développement de la parole en comparant les compétences masticatoires et articulatoires chez des enfants âgés entre 2 ans ½ et 3 ans. L’objectif de cette recherche est donc d’étudier l’interaction entre l’oralité alimentaire et verbale en comparant les résultats de 8 enfants au développement typique à ceux de 3 enfants ayant des difficultés de mastication. Pour répondre à cet objectif, les compétences des enfants ont été testées à partir d’épreuves concernant la mastication d’un gâteau et d’épreuves concernant l’articulation à savoir le tableau phonétique, le débit articulatoire, la complexité des productions et les diadococinésies. Les résultats obtenus ne permettent pas d’affirmer clairement l’influence d’un trouble de l’oralité alimentaire sur l’oralité verbale. Dans notre étude, le paramètre de l’intelligibilité de la parole n’a pas été testé alors que le débit et la précision articulatoire sont liés à celle-ci. Des chercheurs ont trouvé un lien entre compétences masticatoires et l’intelligibilité de la parole. Il serait intéressant lors de futures recherches d’investiguer dans cette direction.

  • Développement des compétences phonologiques chez l’enfant implanté cochléaire    - Guilbaud Lisa  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette étude longitudinale porte sur les compétences phonologiques chez quinze enfants sourds implantés entre 22 et 60 mois suivis à 18 mois et à 10 ans post implant. Elle a comme objectif d'analyser la proportion correcte des consonnes (PCC), des voyelles (PVC) et des groupes consonantiques (PGC) en production spontanée afin de déterminer si l'âge d'implantation et/ou le mode de communication gestuelle sont les meilleurs prédicteurs de la phonologie. Des enregistrements de la parole spontanée en situation de jeu et de narration ont été effectués puis retranscrits selon les codes du CHILDES. L'analyse phonologique des énoncés a été réalisée via le logiciel Phon pour mesurer le taux correct des consonnes, des voyelles et des groupes consonantiques. Les résultats montrent que la parole de trois enfants à 10 ans d’implantation reste marquée par de nombreuses omissions. D’autres développent un sigmatisme portant sur la consonne /s/. L’âge d’implantation précoce est un prédicteur meilleur que l’utilisation de la langue parlée complétée (LPC) sur les 3 mesures de précision phonologique. Cependant, l’évolution de la précision des consonnes est prédite par l’interaction entre ces deux facteurs (i.e. la combinaison entre âge d’implantation précoce et l’utilisation du LPC). Si ces résultats restent à discuter en raison d'une forte variabilité interindividuelle, ils permettent néanmoins d’ouvrir des perspectives cliniques orthophoniques. Des études ultérieures devront permettre de confronter ces résultats à une analyse acoustique et morphosyntaxique afin de mettre en lien les différents niveaux de la parole et de vérifier ces prédicteurs.

  • Analyse de la réhabilitation vocale par implant phonatoire chez les patients traités par (pharyngo)-laryngectomie totale    - Jobert Anais  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La réhabilitation vocale des patients (pharyngo)-laryngectomisés porteurs d’un implant phonatoire concerne l’apprentissage de la voix trachéo-oesophagienne. La qualité de cette voix de substitution est d’une importance cruciale pour un accès à une communication orale optimale. La qualité de voix trachéo-oesophagienne témoigne aujourd’hui d’une grande variabilité selon les patients et leurs modalités de traitement et de prise en charge. Il était donc pertinent d’évaluer la qualité de voix trachéo-oesophagienne des patients (pharyngo)-laryngectomisés afin de rendre compte de cette hétérogénéité et des difficultés éventuelles rencontrées. Une étude rétrospective a été réalisée au sein du service ORL du CHU de Poitiers sur un échantillon de dix patients évalués à douze mois minimum de la fin de toute thérapie. Le protocole comprenait différents outils d’évaluation subjective et objective de la qualité de voix trachéo-oesophagienne. Les résultats ont mis en évidence une qualité de voix satisfaisante en termes de fonctionnalité au quotidien. Néanmoins, des difficultés persistaient, même à distance des traitements. Elles résultaient d’une atteinte physique et psychique et s’illustraient principalement par une altération du timbre vocal, une mauvaise gestion du souffle trachéal, des efforts à l’émission vocale ou encore une impossibilité à communiquer en groupe ou dans le bruit. De plus, le ressenti des patients quant à leur voix de substitution n’était pas toujours en lien avec le degré d’atteinte vocale objectivé. Ce ressenti pouvait également différer de celui de leur interlocuteur. Enfin, une variabilité de la qualité de voix trachéo-oesophagienne a pu être confirmée selon des facteurs inhérents aux patients et à leur parcours de soin. La prise en charge orthophonique du patient (pharyngo)-laryngectomisé doit tenir compte de la présence de ces difficultés sur le long terme tout en considérant la notion d’hétérogénéité qui nécessite de repartir de la plainte de chacun pour une prise en charge la mieux adaptée possible.

  • La prise en charge orthophonique des troubles de l'oralité alimentaire chez le patient adulte : études de cas    - Le bars Juliette  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles de l’oralité alimentaire peuvent se manifester par le refus ou l’évitement de l’alimentation, une hyper ou une hyposensibilité tactile orale, une hyper ou une hyposensorialité orale, une sélectivité ou encore une néophobie alimentaire. Si ces troubles sont bien documentés en ce qui concerne leur diagnostic et leur prise en charge chez l’enfant, c’est moins le cas lorsque ces troubles apparaissent chez l’adulte. Ainsi, notre étude a pour objectif de prouver qu’une prise en charge orthophonique peut améliorer la façon de s’alimenter des patients adultes porteurs d’un trouble de l’oralité alimentaire, menant à une alimentation diversifiée tant au niveau du goût que des textures acceptées. De plus, cette rééducation peut permettre une normalisation de l’état nutritionnel par une augmentation pondérale lorsque cela est nécessaire. Nous avons donc mis en place un protocole de bilan et de rééducation orthophonique basés sur la littérature française et internationale. Après analyse qualitative des résultats, ceux-ci montrent qu’une prise en charge orthophonique peut d’une part permettre une reprise alimentaire efficiente, couvrant les besoins nutritionnels et assurant un gain pondéral. D’autre part, cette rééducation permet d’étoffer le répertoire alimentaire du patient et de diversifier l’alimentation. Enfin, nous avons montré que la rééducation orthophonique n’était efficace que si elle prenait en compte les aspects fonctionnels, mais également la composante motivationnelle et psychologique. Nos recherches nous ont permis de réaliser que la création d’une formation adaptée aux orthophonistes mais également à l’ensemble des professionnels médicaux et paramédicaux impliqués dans la prise en charge de ces troubles pourrait être bénéfique. En effet, face à ces troubles, une rééducation pluridisciplinaire est généralement nécessaire afin de considérer le patient dans sa globalité et de lui venir en aide le mieux possible.

  • Evaluation de la tablette numérique "Larytab" comme support d'éducation thérapeutique du patient (pharyngo-)laryngectomisé total    - Pichon Caroline  -  25 juin 2019


  • Etude des liens entre les habiletés en motricité fine et les habiletés en langage écrit chez des enfants de CE2    - Vicet Marine  -  25 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette étude a examiné les liens entre la motricité fine et le langage écrit chez 242 enfants de CE2. Plusieurs études montrent que les habiletés en motricité fine sont reliées aux habiletés en langage écrit. Par ailleurs, certains auteurs avancent que la graphomotricité pourrait médiatiser le lien entre la motricité fine et le langage écrit. Ainsi, nous avons évalué la motricité fine, la graphomotricité, la lecture de mots, la compréhension écrite, l’orthographe et la production écrite. Nous nous attendions à trouver un lien et une influence de la motricité fine tout comme de la graphomotricité sur les différentes dimensions du langage écrit. De plus, nous supposions que le lien entre la motricité fine et le langage écrit serait médiatisé par la graphomotricité. Des analyses de corrélations, de régres-sions hiérarchiques et de régressions multiples, contrôlant les prédicteurs langagiers, ont été réalisées. Nos résultats ont mis en évidence un lien entre la motricité fine et le langage écrit pour toutes les dimensions évaluées. Cepen-dant, l’influence de la motricité fine était limitée à la lecture de mots et à la production écrite, tandis que la gra-phomotricité montrait un effet sur toutes les dimensions du langage écrit, exceptée la compréhension. De plus, l’influence de la motricité fine sur la vitesse de lecture et sur la production écrite était médiatisée par la grapho-motricité. Ainsi, les résultats de notre étude mettent en avant l’importance de la graphomotricité en tant que pré-dicteur du langage écrit. Notre étude conforte l’hypothèse d’une médiation de la graphomotricité, expliquant le lien entre la motricité fine et le langage écrit. L’exploration des liens entre la motricité fine et le langage écrit chez des enfants avec des troubles des apprentissages pourraient apporter de nouveaux éléments sur ces troubles et leurs comorbidités et ouvrir des pistes de prise en charge en orthophonie.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales