Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Birault François

Birault François

Les travaux encadrés par "Birault François"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
37 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Revue systématique de la littérature de l'empathie en médecine générale    - Ouairy Marie  -  01 mars 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'empathie est une compétence relationnelle nécessaire et indispensable en médecine générale. Parallèlement, le syndrome d'épuisement professionnel ou « burnout » affecte particulièrement les médecins généralistes. Récemment, une corrélation a été établie entre l'épuisement professionnel et les troubles de l'empathie chez les médecins. Approfondir cette notion d'empathie pourrait donc contribuer à améliorer la relation médecin-patient mais également à diminuer les effets néfastes du burnout, notamment le risque d'erreurs médicales.

    Objectif : L'objectif est de décrire dans la littérature médicale, l'état des connaissances actuelles sur l'empathie en médecine générale.

    Sources documentaires : Une revue de la littérature a été réalisée à partir des bases de données PubMed et The Cochrane Library, à l'aide des mots clés empathie/médecine générale et médecin généraliste en utilisant les recommandations PRISMA Statement et la gradation des recommandations de bonne pratique de la HAS.

    Sélection des études : 31 articles ont été analysés dont 15 sélectionnés parmi les 937 références identifiées par la revue de la littérature et 16 autres qui ont été ajoutés à la sélection.

    Résultats : Pour le patient, l'empathie conduit à de meilleurs résultats cliniques et biologiques ; elle génère une plus grande satisfaction envers le médecin, une meilleure adhésion et observance thérapeutique et permet également de réduire les symptômes d'anxiété. Pour le médecin généraliste, l'empathie participe de son accomplissement professionnel et joue, de ce fait, un rôle-clé dans la prévention de l'épuisement au travail. De nombreux obstacles peuvent néanmoins indéniablement empêcher les médecins d'adopter ce comportement empathique.

    Discussion : Renforcer et restructurer l'enseignement de l'empathie dans la formation médicale initiale et continue des médecins doit être au centre des priorités des programmes d'enseignement. Disposer d'outils pour développer leur compétence empathique, afin de mieux maitriser la relation avec les patients, mais aussi prévenir l'épuisement professionnel aurait un impact primordial dans la réduction des dépenses de santé publique.

  • Épuisement professionnel chez les étudiants de médecine : enquête transversale auprès des internes de l'université de Poitiers    - Begue Camille  -  28 novembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le syndrome d'épuisement professionnel ou burnout correspond à l'épuisement d'un état mental et physique consécutif à l'exposition d'un stress prolongé dans le cadre du travail. Les prévalences sont élevées chez les internes avec des conséquences délétères importantes sur les plans personnel et professionnel.

    Objectif: Dans un premier temps, décrire le syndrome d'épuisement professionnel chez les étudiants de troisième cycle d'études médicales et comparer différentes caractéristiques sociodémographiques et facteurs de stress perçus au travail entre les sujets présentant un burnout et ceux ne le présentant pas de comparer les caractéristiques. Dans un second temps, avoir un aperçu de la connaissance des internes de la problématique, leurs difficultés et leur intérêt à la proposition d'un enseignement à l'université spécifique pour améliorer leur bien-être et diminuer l'épuisement professionnel, par une enquête exploratoire.

    Matériel et méthode: Enquête transversale auprès des internes de la faculté de médecine de Poitiers lors des choix de stage en amphithéâtre en mai 2016. Les variables concernant le syndrome d'épuisement professionnel, les différentes caractéristiques et les données de l'enquête exploratoire ont été recueillies à l'aide d'auto questionnaires. L'épuisement professionnel a été évalué par le test standardisé MBI. Des analyses univariées ont été conduites sur l'ensemble de l'échantillon et en sous-groupe pour les différentes dimensions en fonction du sexe et du surinvestissement.

    Résultat: Cent quatre quinze questionnaires ont été analysés. Près de soixante-dix pourcent de l'échantillon présentait un critère de burnout. Les facteurs associés au burnout étaient le surinvestissement (p=0,003) et l'épuisement émotionnel dans le sous-groupe surinvestissement (p=0,001). Les scores moyens des dimensions étaient modérés pour l'épuisement émotionnel (19,80 ± 11,12), la dépersonnalisation (9,61 ± 5,87) et à la limite basse pour l'accomplissement personnel (33,28 ± 8,15). Les internes étaient pour la majorité favorables à la mise en place d'un enseignement facultatif, rencontraient des difficultés pour s'arrêter lorsqu'ils en ressentaient le besoin, et, les internes épuisés avaient plus de difficultés à gérer leurs émotions ainsi qu'à exprimer leurs difficultés liées au travail par peur d'être stigmatisés.

    Conclusion: Ces résultats suggèrent de renforcer la sensibilisation et le dépistage du burnout chez les internes. Un enseignement spécifique avec l'apprentissage de techniques permettant de faire face au stress et de gestion des émotions serait une voie d'intervention intéressante pour prévenir et réduire l'épuisement professionnel.

  • Approche quantitative des freins perçus par les médecins généralistes pour se faire aider par une structure dédiée en situation de burn out    - Métais Charles  -  12 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Plus d'un médecin généraliste sur deux est concerné par le burn out. Des structures de soins spécifiques pour les soignants ont été créées en réponse, mais les médecins les utilisent peu. Les freins des médecins pour se faire soigner sont nombreux et ils jouent un rôle dans cette problématique.

    Objectif : Recueillir la perception des médecins généralistes à propos des différents freins pour faire appel à une structure d'aide dédiée en situation de burn out.

    Méthode : Une enquête d'opinion, créée à partir des données de la littérature sur le sujet, a été adressée par mail à des médecins généralistes libéraux en cours d'activité dans 9 départements entre mars et juin 2017. Le questionnaire contenait 16 freins potentiels que les répondants devaient chacun coter sur 10, en se projetant en situation de burn out.

    Résultats : 637 questionnaires ont été reçus sur les 3167 médecins contactés (taux de participation 20.2%). 73% des répondants se sentaient concernés par le burn out, dont 28% fortement avec un retentissement important sur leur vie. Le frein le plus ressenti était le manque de temps (m=6.14/10, s= 2.60). Les autres freins les plus ressentis étaient la tendance à banaliser ses symptômes (m=5.46, s=2.75) et le conditionnement pour l'invulnérabilité et le contrôle (m=5.11, s=2.88). Le fait de se sentir concerné par le burn out était associé à une cotation significativement supérieure des 16 items (p<0.005).

    Conclusion : Ces données constituent un apport utile afin de comprendre le point de vue des médecins en situation de burn out et leurs difficultés pour débuter une démarche visant à améliorer leur situation. Des études complémentaires pourraient être intéressantes, notamment en interrogeant les intervenants des structures dédiées sur les freins qu'ils constatent chez les médecins-patients.

  • Besoins et attentes des médecins en matière de prise en charge de leur propre santé : entretiens semi-dirigés auprès de 20 médecins du Poitou-Charentes    - Bessaguet Aurélie  -  07 septembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le parcours de soins des médecins pour la gestion de leur propre santé est complexe. Leur comportement de santé et la spécificité de prise en charge en font des patients pas comme les autres. Des programmes étrangers, précurseurs en la matière, proposent depuis de nombreuses années une aide spécifiquement dédiée aux soins des médecins en difficulté. En France, cette offre se structure depuis moins longtemps.

    Objectif : Depuis 2014, Association Santé des Soignants en Poitou-Charentes propose un réseau de soins dédié, via son dispositif téléphonique, aux médecins en difficulté. Mais qu'en est-il réellement des besoins et attentes des médecins Picto-Charentais en matière de santé ? Est-ce en adéquation avec les propositions du réseau ?

    Matériel et Méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 20 médecins du Poitou-Charentes de novembre 2016 à janvier 2017. Un échantillonnage en variation maximale a été réalisé. Les verbatims ainsi recueillis jusqu'à saturation des données ont été analysés via le logiciel NVivo 11, avec triangulation des données.

    Résultats : Les médecins interrogés ont pris conscience des limites à leur comportement de santé, dominé par un recours à l'autogestion et à l’auto-déclaration du médecin référent. Il leur a semblé nécessaire de se faire prendre en charge par autrui en toute objectivité, tout en garantissant anonymat et confidentialité. Ainsi le dispositif téléphonique proposé par le réseau de soins leur a paru être une bonne solution pour leur venir en aide avant tout dans le domaine psychologique (burn out, conduites addictives). De plus, la formation des soignants-intervenants aux soins de leurs confrères leur a paru être indispensable dans cette relation si spécifique. Cependant le manque de communication autour de l'existence d'un tel réseau a semblé être un des freins à leur accès aux soins.

    Conclusion : Bien que les besoins et attentes des médecins interrogés semblent être en accord avec les propositions faites par le réseau de soins du Poitou-Charentes, il s'avère que le manque de communication autour de son existence limite encore aujourd'hui l'accès aux soins des médecins en difficulté. Il semble que des efforts d'information soient encore nécessaires.

  • Mise à disposition des vaccins au cabinet des médecins généralistes : proposition d'un dispositif expérimental    - Dubois Estelle  -  07 septembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, la couverture vaccinale des vaccins recommandés reste insuffisante. Le parcours vaccinal actuel, jugé trop chronophage, a été pointé du doigt à de nombreuses reprises, notamment par la dernière concertation citoyenne sur le sujet. Les données de la littérature insistent également sur l'importance d'un accès facile à la vaccination pour améliorer les taux vaccinaux. Nous reprenons ici les chiffres d'une étude expérimentale avec pour objectif principal de montrer que la mise à disposition des vaccins au cabinet des médecins généralistes permet d'améliorer la couverture vaccinale.

    Méthodes : Essai d'intervention prospectif, réalisé auprès de médecins libéraux exerçant en Vienne, du 17 au 29 septembre 2012. Les médecins étaient randomisés dans 3 groupes : « témoin », « rendez-vous », et « vaccination immédiate ». Une première semaine où les médecins vaccinaient selon leurs habitudes était comparée à une deuxième semaine où les médecins devaient appliquer le protocole de l'étude. Le critère de jugement principal était l'amélioration du taux de vaccination réalisé dans les délais souhaités entre la 1ère et la 2e semaine. Les schémas vaccinaux étudiés étaient le dTP/dTPCa et le ROR.

    Résultats : 74 médecins ont été inclus et répartis dans les 3 groupes, 69 ont réellement participé à l'étude, pour un total de 302 formulaires de vaccination exploitables. Le taux de vaccinations réalisées dans le délai souhaité ne diffère pas significativement entre les 3 groupes lors de la première semaine d'observation (p=0,38). Lors de la deuxième semaine, l'amélioration du taux de vaccination est significative dans le seul groupe « vaccination immédiate », passant de 50,0% à 82,2% (p=0,0006).

    Conclusion : Lorsque les vaccins sont disponibles au cabinet du généraliste, avec un stock renouvelé sous la supervision d'un pharmacien, le taux de vaccinations réalisées dans les délais souhaités atteint 82% dans cette étude départementale. Ces données demandant à être confirmées par une étude de plus grande ampleur, un protocole régional pourrait être proposé.

  • Burnout et dépression    - Letondor Virginie  -  30 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : La relation entre burnout et dépression est, depuis de nombreuses années, un sujet d'étude et un objet de controverse. Le but de cette étude est d'examiner cette relation, à travers la littérature existante.

    Méthode : Une recherche dans les bases de données PUBMED et GOOGLE SCHOLAR, sur des articles en Anglais ou en Français, a permis de sélectionner 103 articles. Ces études se rapportaient à trois points de vue de la relation burnout / dépression : le lien au niveau des symptômes, la relation temporelle et le lien biologique.

    Résultats : Les différentes études montrent des résultats hétérogènes et contradictoires : il semble exister une proximité entre les deux notions au niveau symptomatologique, la relation temporelle est quant à elle incertaine et au niveau biologique il apparait quelques différences mais ne permettant pas de caractériser le burnout.

    Conclusion : Le lien entre les deux notions reste flou et incertain, une clarification du concept de burnout semble nécessaire.

  • Mise à disposition des vaccins au cabinet des médecins généralistes : proposition d'un dispositif expérimental    - Dubois Estelle  -  07 septembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, la couverture vaccinale des vaccins recommandés reste insuffisante. Le parcours vaccinal actuel, jugé trop chronophage, a été pointé du doigt à de nombreuses reprises, notamment par la dernière concertation citoyenne sur le sujet. Les données de la littérature insistent également sur l'importance d'un accès facile à la vaccination pour améliorer les taux vaccinaux. Nous reprenons ici les chiffres d'une étude expérimentale avec pour objectif principal de montrer que la mise à disposition des vaccins au cabinet des médecins généralistes permet d'améliorer la couverture vaccinale.

    Méthodes : Essai d'intervention prospectif, réalisé auprès de médecins libéraux exerçant en Vienne, du 17 au 29 septembre 2012. Les médecins étaient randomisés dans 3 groupes : « témoin », « rendez-vous », et « vaccination immédiate ». Une première semaine où les médecins vaccinaient selon leurs habitudes était comparée à une deuxième semaine où les médecins devaient appliquer le protocole de l'étude. Le critère de jugement principal était l'amélioration du taux de vaccination réalisé dans les délais souhaités entre la 1ère et la 2e semaine. Les schémas vaccinaux étudiés étaient le dTP/dTPCa et le ROR.

    Résultats : 74 médecins ont été inclus et répartis dans les 3 groupes, 69 ont réellement participé à l'étude, pour un total de 302 formulaires de vaccination exploitables. Le taux de vaccinations réalisées dans le délai souhaité ne diffère pas significativement entre les 3 groupes lors de la première semaine d'observation (p=0,38). Lors de la deuxième semaine, l'amélioration du taux de vaccination est significative dans le seul groupe « vaccination immédiate », passant de 50,0% à 82,2% (p=0,0006).

    Conclusion : Lorsque les vaccins sont disponibles au cabinet du généraliste, avec un stock renouvelé sous la supervision d'un pharmacien, le taux de vaccinations réalisées dans les délais souhaités atteint 82% dans cette étude départementale. Ces données demandant à être confirmées par une étude de plus grande ampleur, un protocole régional pourrait être proposé.

  • Motivations et Obstacles au Comportement de Prévention des Médecins Généralistes envers leur propre Santé : Enquête en Vienne auprès de vingt médecins généralistes par entretiens semi-dirigés    - Berger Carole  -  09 février 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : Notre objectif principal était d'identifier les motivations et obstacles au changement du comportement de prévention des médecins généralistes envers leur propre santé afin d'améliorer leur prise en charge médicale.
    Notre objectif secondaire était de proposer un outil simple, pouvant être utilisé au cours d'une consultation de prévention pour améliorer le comportement de prévention des médecins généralistes envers leur propre santé.

    Méthode : Nous avons effectué une enquête qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 20 médecins généralistes de la Vienne. La saturation a été atteinte au 17ème entretien. Le corpus a été analysé selon les méthodes de l'analyse thématique avec le logiciel N Vivo par deux chercheurs à partir des entretiens retranscrits par écrit.

    Résultats : Les motivations et les obstacles trouvés au comportement de prévention des médecins généralistes envers leur propre santé ont été classés en trois domaines : environnemental, professionnel et personnel. Pour en faciliter la perception et l'utilisation nous les avons présentés sous forme d'un tableau récapitulatif. Nous avons créé un outil simple, synthèse de nos résultats et de nos recherches bibliographiques menées notamment sur le modèle du changement de comportement de Proschaska et DiClemente et de la méthode reconnue de l'Entretien Motivationnel, visant à faciliter la réalisation d'une consultation dédiée au comportement de prévention d'un soignant et à la rendre plus efficace.

    Discussion : La discussion montre que dès le stade de la prévention, les médecins présentent une grande ambivalence dans la prise en charge de leur santé. De même les obstacles rencontrés dans le cadre de la pathologie sont fréquemment déjà présents au stade de la prévention. Sur le plan des motivations comme sur celui des freins, l'influence du statut de médecin est très importante. Toutefois celles de sa personnalité et de son environnement matériel et affectif ne sont pas à négliger et tendent à nous rappeler que le médecin est avant tout une personne qui nécessite, au même titre que le patient lambda, une prise en charge dans sa globalité.

    Conclusion : En matière de prévention, la prise en charge d'un soignant nécessite subtilité et rigueur. L'écoute empathique et l'absence de jugement sont indispensables pour accepter l'ambivalence et rouler avec les résistances de cette population particulière. Une approche globale selon le modèle biopsychosocial de Engel facilite l'expression des obstacles et motivations au changement de comportement. Le support à la consultation de prévention d'un soignant que nous proposons pour améliorer la prise en charge du comportement de prévention des médecins généralistes envers leur propre santé doit maintenant être testé.

  • Une installation en maison de santé pluridisciplinaire est-elle protectrice contre le burn-out ? : Étude du lien entre mode d'installation, score d'accomplissement personnel du Maslach Burnout Inventory, et facteurs de risque ou protecteurs de burn-out    - Guillemot Marie  -  25 janvier 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out (BO) a une survenue conditionnée par trois types de facteurs protecteurs ou à risque : intra-individuels, organisationnels et inter-individuels. Le BO est mesuré par le Maslach Burnout Inventory via 3 composantes : l'épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et la perte d'accomplissement personnel (AP), laquelle semble être la plus atteinte chez les médecins généralistes de Poitou-Charentes. Les Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MDSP) ont été présentées par plusieurs études comme étant protectrices du BO.

    Objectif : Le but de ce travail était d'étudier le lien entre le score d'AP et le mode d'installation des médecins généralistes de Poitou-Charentes à travers les liens avec les facteurs intra-individuels, organisationnels et inter-individuels, et d'étudier la stabilité de ces liens dans le temps.

    Matériel et méthodes : Nous avons soumis 961 médecins généralistes à un questionnaire en ligne à 3 reprises entre février et août 2015. Les 200 primo-répondants ont été répartis en 3 groupes selon leur mode d'installation (seul, cabinet de groupe, en MDSP). Nous avons ensuite cherché un lien entre le mode d'installation et chaque facteur.

    Résultats : 30,5% des répondants étaient installés seuls, 52,5% en groupe, 17% en MDSP. Il s'agit en majorité d'hommes (60,5%), âgés en moyenne de 53 ans (les médecins installés seuls étant plus âgés que les autres-56 ans en moyenne).
    La majorité (68%) présentait un score d'AP élevé. Nous n'avons pas retrouvé de lien entre le mode d'installation et ce score : les médecins de MDSP n'ont pas un meilleur score.
    Les stratégies de coping positives sont peu utilisées (en dehors du coping actif, utilisé par 69 à 71% de la population totale).
    L'analyse des 3 types de facteurs confirme certains aspects protecteurs de la MDSP : délégation des tâches non médicales (100% des médecins en MDSP ont un secrétariat pour répondre aux appels téléphoniques, contre 69% des médecins installés seuls -p<0,05- et 97% des médecins en cabinet de groupe –p>0,05), implication universitaire (74% des médecins en MDSP contre 42% en cabinet de groupe et 26% seul- p<0,05), plus de semaines de congés (7 semaines en moyenne en MDSP contre 5 seul -p<0,05- et 6 en groupe -p>0,05), soutien confraternel (71% considèrent parfois ou souvent leurs collègues comme une ressource lors de situation difficile contre 46% des médecins seuls –p<0,05- et 71% en cabinet de groupe –p>0,05); mais en infirme d'autres qui étaient supposés améliorés par la MDSP, ne retrouvant aucun lien avec certains facteurs (flexibilité horaire, interférence travail-famille, temps consacré à la formation médicale continue), voire établissant un risque plus important de BO chez les médecins en MDSP (charge de travail-38 actes/jour en MDSP contre 35 pour les médecins en groupe –p>0,05- et 31 pour les médecins seuls -p<0,05, nombre de gardes).

    Conclusion : Contrairement à ce qui a été exposé dans la littérature jusqu'à présent, une installation en MDSP ne présente pas moins de facteurs de risque de BO : si quelques facteurs protecteurs sont plus présents, la majorité des facteurs de risque n'est pas moins représentée, et certains sont même prépondérants dans ce mode d'installation.

  • Méta-analyse sur l'efficacité des patchs de nicotine dans le sevrage tabagique des femmes enceintes    - Moothoocarpen Aude  -  05 janvier 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le tabagisme de la femme enceinte, problème important en santé publique, peut bénéficier de différents traitements pharmacologiques de sevrage tabagique, dont les patchs de nicotine. L'objectif principal de ce travail était d'évaluer l'efficacité des patchs de nicotine dans cette population.

    Matériel et méthode : La méta-analyse a été réalisée à l'aide du logiciel Review Manager 5.3. La revue de la littérature, menée jusqu'au premier septembre 2015, a été réalisée dans huit bases de données. Seuls les ECR (essais cliniques randomisés) et quasi-ECR testant l'efficacité des patchs de nicotine dans le sevrage tabagique ont été sélectionnés.

    Résultats : Sept études incluant un total de 2467 femmes enceintes fumeuses (1238 femmes dans le groupe Expérimental traité par patchs de nicotine et 1229 femmes dans le groupe Contrôle) ont été sélectionnées. Les patchs de nicotine ont une efficacité statistiquement significative dans le sevrage tabagique des femmes enceintes (RR = 1,56 ; Ic 95% [1,18-2,06]). Une méta-analyse incluant uniquement les six ECR a été réalisée : les patchs de nicotine semblent efficaces pendant la grossesse (RR = 1,39 ; Ic 95% [1,03-1,87]).

    Discussion : Le recours aux patchs de nicotine montre une efficacité faible, une absence d'amélioration prouvée sur les conséquences foetales. L'absence de iatrogénie justifie malgré cela cette thérapeutique au regard du gain possible pour la santé des femmes en l'absence d'alternative acceptable. Les résistances doivent être intégrées dans cette prise en charge.

|< << 1 2 3 4 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales