Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2985 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 21 à 30
Tri :   Date travaux par page
  • Portail de signalement des événements sanitaires indésirables : état des lieux des déclarations de pharmacovigilance dans l’ex-région Poitou-Charentes sur 3 ans    - Joyeux Florian  -  30 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Face à la sous notification de pharmacovigilance en France, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis à disposition, dans la continuité de la loi HPST de 2009, le portail de signalement des événements sanitaires indésirables en ligne le 13 mars 2017. Ce portail, destiné aux professionnels de santé comme aux patients, a pour objectif d’augmenter le nombre de déclarations d’évènements indésirables.

    Objectifs : Il s’agissait de réaliser un état des lieux des déclarations de pharmacovigilance issues du portail de signalement en ex-région Poitou-Charentes afin de répondre à 3 questions : Qui déclare ? Quelle est la nature des effets indésirables (EI) déclarés ? Quelle est la qualité de ces déclarations ?

    Matériel et méthodes : L’ensemble des cas issus du portail de signalement des évènements sanitaires indésirables notifiés au CRPV de Poitiers entre le 13/03/2017 et le 13/03/2020 ont été extraits de la BNPV et analysés. Un score permettant d’évaluer l’informativité des déclarations a été calculé pour l’ensemble des déclarations inclues.

    Résultats : 359 cas ont été inclus et analysés : 58,8% des cas ont été déclarés par des patients et 41,2% par des professionnels de santé. Les professionnels de santé étaient des pharmaciens (48,6%) et des médecins (47,3%). Les patients ayant présenté l’EI étaient majoritairement des femmes (64,0%), de tout âge parmi les déclarations issues des patients et âgés de plus de 65 ans pour les déclarations des professionnels de santé (48,0%). Plus d’un tiers des cas déclarés par les professionnels de santé étaient graves, contre 28% des cas notifiés par les patients. L’hospitalisation ou la prolongation d’hospitalisation et la mise en jeu du pronostic vital faisaient partie des critères de gravité les plus représentés dans les déclarations issues des professionnels de santé alors que le caractère médicalement significatif était plus souvent souligné dans les déclarations issues des patients. Soixante et onze pour cent des EI notifiés provenaient des patients (2,8 EI par cas). Parmi les classes organes les plus représentées aussi bien dans les déclarations des professionnels de santé que celles des patients, figuraient les troubles généraux et anomalies du site d’administration, les affections gastro-intestinales, les affections du système nerveux, les affections de la peau et du tissu sous cutané et les affections psychiatriques. Les anti-infectieux à usage systémique, les médicaments du système cardiovasculaire et les médicaments du système nerveux étaient les plus fréquemment rapportés quel que soit le notificateur. Enfin, le score d’informativité des déclarations étaient respectivement de 4,2 et 4,3/5 pour les déclarations issues des patients et des professionnels de santé. Conclusion : Les patients, impliqués dans plus de la moitié des déclarations, ont donc largement adopté le portail de signalement des événements indésirables Le type d’effet indésirable et l’informativité des déclarations étaient similaires entre les professionnels de santé et les patients. En revanche, les déclarations provenant des professionnels de santé concernaient plus fréquemment des effets indésirables graves ou inattendus. Bien que le nombre de déclarations de pharmacovigilance augmente d’années en années, la sous notification reste un problème majeur et un enjeu pour les années à venir. Le portail de signalement, dont l’utilisation reste encore marginale, mériterait d’être davantage connu et promu auprès de la population et des professionnels de santé.

  • Dermatologie et cosmétologie masculines : conseils en officine et analyse d’enquêtes    - Nzeza kamisele Nathan  -  30 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’objectif de ce travail est d’étudier d’une part les spécificités structurales et physiologiques de la peau de l’homme et d’autre part, les produits dermocosmétiques formulés pour eux, afin d’établir les conseils que peut donner le pharmacien d’officine à ses patients. Une enquête réalisée auprès des clients et des pharmaciens permet de mieux comprendre l’utilisation et les besoins des hommes en matière de dermocosmétiques.

    Dans un premier temps, nous ferons un rappel sur la structure de la peau, détaillerons les spécificités de la peau masculine ainsi que le rôle des androgènes sur sa structure et sa physiologie. Dans un deuxième temps, nous aborderons la dermo-cosmétologie en exposant sa définition et son cadre législatif puis la composition des dermocosmétiques formulés pour les hommes. Nous analyserons ensuite les résultats des questionnaires de l’enquête afin de mieux comprendre les problématiques dermocosmétiques masculines. Enfin, dans une dernière partie, nous détaillerons les conseils à fournir aux patients.

  • Comparaison du profil des patients âgés de plus de 75 ans, présentant un AVC orienté en Gériatrie ou en Neurologie au CHU de Poitiers    - Arriudarre Victor  -  30 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La prise en charge de l'AVC chez la personne âgée est un enjeu de santé publique. Pourtant aucune mesure spécifique ne cible cette population à risque, qui justifie un parcours de soins personnalisé et optimisé.

    Objectifs : Déterminer les caractéristiques des patients > 75 ans, hospitalisés via les urgences ou en admission directe pour un AVC associés à leur orientation vers le service de neurologie ou de gériatrie pour la suite de la prise en charge ; identifier le pronostic vital et fonctionnel des patients en fonction du lieu d'hospitalisation, au cours du parcours de soins hospitaliers.

    Méthode : Étude épidémiologique descriptive, observationnelle, transversale, rétrospective au CHU de Poitiers du 01/01 au 31/12/2019. Tous les patients > 75ans hospitalisés pour un diagnostic d'AVC en gériatrie ou neurologie étaient éligibles. Données recueillies : socio-démographiques, comorbidités, données neurologiques cliniques, biologiques et imagerie cérébrales, soins réalisés en cours d'hospitalisation, suivi jusqu'au 31/12/2020.

    Résultats : 397 patients ont été inclus dans cette étude (96 patients du service de gériatrie, et 301 patients du service de neurologie). Les patients hospitalisés en gériatrie étaient plus âgés, plus comorbides, plus dépendants, vivant plus fréquemment en institution par rapport aux individus hospitalisés en neurologie (p<0,001).

    Malgré une prise en charge multidisciplinaire impliquant plus fréquemment les kinésithérapeutes (p = 0,02), les ergothérapeutes (p <0,001), l'équipe de psychiatrie (p< 0,001) et l'assistante sociale (p= 0,002), le pronostic vital et fonctionnel des patients étaient plus sou-vent péjoratifs à la sortie du service de gériatrie (p= 0,03), en lien logique avec leur âge avancé et leurs niveaux de comorbidités. L'analyse de survie (ajusté au sexe, âge et score de comorbidité de Charslon) ne montrait pas de différence significative en lien avec l'unité d'hospitalisation. Le taux de réhospitalisations non programmées était élevé à 27% concernant le bras gériatrique (p = 0,0015) dans un délai moyen d'un an, avec une orientation privilégiée vers la gériatrie à la 2e hospitalisation (p< 0,001).

    Conclusion : Nos résultats confirment que les patients > 75 ans hospitalisés pour AVC dans le service de gériatrie sont plus âgés et plus comorbides, par rapport à ceux hospitalisés en neurologie. Malgré un tableau clinique neurologique initial comparable, les patients gériatriques avaient un pronostic plus sombre ou une sortie d'hospitalisation plus fréquente vers une institution, malgré une prise en charge multidisciplinaire impliquant un plus grand nombre de professionnels.

    Une prise en charge conjointe entre les neurologues et les gériatres, serait essentielle à chaque moment de la prise en charge de l'AVC, depuis l'identification d'un profil type dès les urgences, à leur phénotypage en cours d'hospitalisation pour une personnalisation du parcours de soins et un suivi optimal au décours du séjour hospitalier.

  • Enquête d'opinion sur la place de l'assistant médical en médecine générale ambulatoire en Martinique : faisabilité et comparaison avec des résultats obtenus en territoire Charentais    - Limet Sandrine  -  29 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Afin de répondre à la crise de démographie médicale et aux inégalités d'accès aux soins, la réforme « Ma Santé 2022 » prévoit la libération de temps médical, notamment grâce au déploiement d'assistants médicaux. Le but est de faciliter l'accès aux soins en augmentant les consultations. L'objectif de cette étude est d'évaluer le gain de temps avec un assistant médical en médecine générale en Martinique et l'impact de cette collaboration, selon les médecins, sur l'accès aux soins. L'objectif secondaire est d'évaluer la faisabilité de cette collaboration. Une comparaison des résultats à ceux obtenus dans une étude menée dans les Charentes permet d'évaluer les divergences entre les territoires.

    Matériels et Méthode : Réalisation d'une étude quantitative, transversale, de faisabilité dans 30 cabinets de médecine générale en Martinique, au moyen d'une intervention d'une journée de travail en collaboration avec une assistante médicale.

    Résultats : Le gain de temps obtenu avec l'assistante est estimé à 5,33 minutes. 86.7% des médecins sont favorables à l'amélioration de l'accès aux soins avec un assistant. Les médecins semblent globalement favorables à la collaboration. Le gain de temps est supérieur en Martinique par rapport au territoire Charentais, l'avis sur l'amélioration de l'accès aux soins y est plus nuancé et les inconvénients plus importants. Les principaux obstacles sont le statut d'employeur, l'utilité discutée en fonction du type de consultation, le financement et la responsabilité en cas d'erreur médicale.

    Discussion : Les médecins Martiniquais sont favorables à l'amélioration de l'accès aux soins et des conditions de travail avec un assistant médical. Ils semblent privilégier toutefois l'amélioration qualitative des soins. La faisabilité de cette collaboration est moindre en Martinique par rapport au territoire Charentais. De faibles recrutements peuvent être redoutés sur le territoire Martiniquais, et signerait la persistance d'inégalités. Cependant, le manque de représentativité de l'échantillon nécessite d'autres investigations pour étayer ces conclusions. L'impact du déploiement des assistants médicaux devra être réévalué dans le temps.

  • Les médicaments biosimilaires en France : état des lieux et rôles du pharmacien dans leur développement    - Ciavatta Paul  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les médicaments biologiques et biosimilaires sont issus du vivant. De cette caractéristique résulte un développement, une mise sur le marché et un statut réglementaire particuliers. Les biosimilaires diffèrent ainsi des médicaments génériques.

    Depuis l’autorisation en 2006 du 1er biosimilaire, ils sont désormais 42 à être commercialisés en France et se répartissent au sein de 16 groupes biologiques similaires. Anticorps, dérivés d’hormones ou encore facteurs de croissance, les biosimilaires s’inscrivent dans la stratégie thérapeutique de pathologies telles que le diabète et les maladies inflammatoires auto-immunes.

    Commercialisés moins chers que leur bioréférent, les biosimilaires représentent une source d’économie considérable pour le système de santé. Leur développement sur le marché hospitalier et en ville dépend non seulement de leur prescription par les médecins, mais aussi de l’adhésion du patient à ce nouveau traitement. Le pharmacien, spécialiste du médicament, a ainsi un double rôle à jouer. D’une part, la formation des professionnels de santé à ces biothérapies relativement récentes. D’autre part, la communication auprès des patients sous la forme d’un discours éclairé et rassurant. Les biosimilaires ont en effet la même qualité, efficacité, sécurité et la même posologie que leur médicament de référence.

  • Gestion Qualité de la crise de la COVID-19 en établissement pharmaceutique producteur de médicaments    - Cagnat Amelie  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice


  • Ergonomie en pharmacie d’officine : état des lieux de l’impact sur la santé, quelles solutions à apporter ?    - Rhalab Leila  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Travailler en pharmacie d’officine nécessite d’opérer diverses activités, plusieurs rôles et tâches, plus ou moins contraignants. Les gestes répétitifs au quotidien vont être à l’origine, à long terme, de contraintes et d’impacts sur la santé. La position debout prolongée, la manutention et le port de charges sont des contraintes prépondérantes. Afin de remédier et de soulager ces contraintes, des solutions ergonomiques peuvent être mises en place. Un agencement du travail, adapté aux capacités et aux besoins de chacun, peut réduire considérablement les sollicitations physiques. Ralentir l’apparition de troubles musculo-squelettiques, la fatigue et autres inconforts, va permettre d’accroitre le bien-être au travail et le soulagement de toute l’équipe officinale. Nous avons effectué une enquête qui a recensé ces contraintes dans 72 pharmacies d’officine, afin de trouver des solutions ergonomiques adaptées aux besoins de chaque opérateur en fonction de l’activité officinale effectuée.

  • Usage de la photochimiothérapie extracorporelle dans les maladies auto-immunes : Revue systématique de la littérature    - Liberatore Johanne  -  25 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : La Photochimiothérapie extra-corporelle (PCE) est une technique de thérapie cellulaire indiquée dans le traitement des lymphomes T cutanés, de la maladie greffon-vs-hôte (GVH), et du rejet de greffe d'organe solide. Elle n'est pas validée dans le traitement des maladies auto-immunes mais a fait l'objet d'études préliminaires. Son indication dans la sclérodermie, la sclérose en plaques, ou dans certaines pathologies dermatologiques est à l'étude.

    Objectif : Réaliser une revue de la littérature de l'utilisation de la PCE dans les maladies auto-immunes afin de questionner sa place dans la stratégie thérapeutique.

    Méthode : Nous avons identifié les publications répondant aux termes « Autoimmune Disease » AND « Photopheresis » et « Systemic Sclerosis » AND « Photopheresis » dans la base de données PubMed.

    Résultats : La PCE montre des résultats intéressants dans les atteintes cutanées de la sclérodermie systémique en association aux traitements conventionnels, et serait bénéfique dans le traitement de la sclérose en plaques réfractaire aux traitements immunosuppresseurs actuels. Enfin, des observations ont été rapportées concernant l'efficacité de la PCE dans le LES, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, et certaines pathologies dermatologiques.

    Conclusion : La PCE montre des résultats prometteurs dans la stratégie de prise en charge des maladies auto-immunes telles que la sclérodermie, la sclérose en plaques, et certaines pathologies dermatologiques. Son utilisation est bien tolérée et ne semble pas exposer le patient aux effets indésirables classiques des thérapies immunosuppressives actuelles, et notamment au risque infectieux. Des essais cliniques complémentaires sont nécessaires pour valider son efficacité et sa tolérance.

  • Peut-on réorienter des patients se présentant spontanément à l'accueil des urgences de Châtellerault vers la médecine de ville ?    - Rico Aurore  -  24 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les consultations aux urgences étant en hausse depuis quelques années, la réorientation pourrait permettre un désengorgement des urgences, une amélioration du parcours de soins du patient et de la collaboration médecin de ville-hôpital. Les consultations non urgentes pourraient-elles être réorientées vers la médecine générale sans risque et quelles sont les limites ?

    Nous avons étudié la réorientation des patients non urgents à l'accueil du service des urgences de Châtellerault sur 3 mois. L'Infirmier d'Accueil et d'Orientation pouvait ré adresser le patient vers son médecin traitant après son accord et celui de l'urgentiste de garde à l'aide d'une fiche de réorientation et suivant des algorithmes.

    32 patients ont été réorientés sur les 568 ré orientables (étudiés rétrospectivement). Le nombre de réorientation décroit de mai à août et en soirée. Les motifs les plus souvent réorientés sont les prurits et piqûres d'insecte. 24 patients sur 32 ont pu consulter un médecin dans la journée ou les jours suivants. Nous avons pu recontacter 13 patients pour leur suivi.

    Grâce aux données de notre étude et aux comparaisons avec la littérature, nous avons pu lister les solutions envisageables pour une réorientation fiable et sécurisée.

  • La médiation des maisons d'édition régionales    - Gouraud Elodie  -  22 juin 2021

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’édition régionale, encore méconnue du grand public et de la recherche littéraire, est néanmoins une actrice importante de nos régions. Pourtant, les maisons d’édition régionales peinent à se faire une place sur le marché littéraire français : le monopole des grandes maisons d’édition et le désintérêt des populations plus jeunes n’aidant pas, l’édition régionale a alors besoin de mettre en place une stratégie afin de promouvoir la visibilité de son catalogue. Ce mémoire vise alors à étudier les différentes formes de médiation qu’une maison d’édition régionale peut mettre en place afin de s’assurer une place sur le marché littéraire français de manière durable. Le territoire étant une notion importante pour une telle structure, nous nous interrogeons sur le lien que celui-ci peut entretenir avec la médiation d’une maison d’édition régionale. De plus, avec le développement d’Internet ces dernières années, il est primordial que les maisons d’édition régionales suivent le mouvement et étendent leur médiation en ligne. La médiation est une stratégie primordiale à mettre en place pour la structure régionale, qui alors gagne en visibilité et reconnaissance. La crise sanitaire ayant mis à mal l’industrie littéraire française, il est également important que nous nous interrogions sur les changements que celle-ci a pu apporter à la médiation de l’édition régionale et quelle forme celle-ci peut prendre pour le futur.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales