Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2128 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1801 à 1810
Tri :   Date travaux par page
  • Détection des troubles cognitifs précoces dans la sclérose en plaques    - Blanchot Charlotte  -  01 juillet 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La sclérose en plaques est une pathologie démyélinisante du système nerveux central qui évolue par poussées et qui est caractérisée par la présence de différents symptômes, certains comme les troubles moteurs et/ou sensitifs sont objectivables mais d'autres comme la fatigue ne le sont pas. A l'heure où les critères diagnostiques de la SEP sont remis en cause, nous avons donc voulu savoir si cette fatigue ne permettrait pas de détecter la progression du handicap à un stade précoce de la maladie, c'est-à-dire avant que ce dernier ne devienne visible. Pour cela, nous avons comparé les performances aux tests cognitifs (tests de transfert inter-hémisphérique visuel, auditif et somesthésique ainsi que la BC cog SEP) et aux échelles de qualité de vie et de fatigue chez deux groupes de patients SEP : des patients ne présentant encore aucun handicap visible (EDSS<3) et des patients avec un handicap objectivable (EDSS>3). Nous avons donc pu constater que le test de transfert inter-hémisphérique somesthésique (TIS) est à la fois le seul test corrélé à la fatigue et à la qualité de vie chez les patients avec un EDSS < 3, il met donc en avant des atteintes qui ne sont pas prises en compte par l'EDSS. De plus, ce test est parmi les différents tests de transfert inter-hémisphérique, celui qui statistiquement est le plus corrélé à la BC cog SEP. Enfin, c'est un test simple et rapide de passation qui ne fatigue pas les patients autant que d'autres tests. Prendre en considération ce test dans l'évaluation du handicap invisible de la SEP pourrait ainsi permettre d'envisager un suivi et une prise en charge multidisciplinaire de la maladie à un stade plus précoce.

  • Trisomie 21 : orthophonie précoce et approches signées, la nécessité et la création d'une campagne d'information auprès des médecins    - Piriou Marie  -  28 juin 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La prise en charge orthophonique auprès des enfants porteurs de trisomie 21 doit être la plus précoce possible dès 2 ou 4 mois. A travers un accompagnement parental indispensable, de nombreux axes sont à développer en prenant en compte les compétences et les difficultés de l'enfant. Des approches signées comme le Makaton et le français signé peuvent être intégrées à la prise en charge. Ainsi, les compétences pré-langagières et langagières de l'enfant porteur de trisomie 21 seront travaillées afin de rétablir une relation parent-enfant naturelle, relation altérée à cause de l'annonce diagnostic. Le syndrome oro-facial inhérent à la trisomie 21 sera largement réduit. Or il apparaît que les orthophonistes reçoivent les enfants trop tard, seulement lorsqu'ils commencent à parler. Les médecins étant prescripteurs de l'orthophonie et en général conseiller des soins à prodiguer à l'enfant, il apparaît qu'une campagne d'informations auprès d'eux serait intéressante. Après la réalisation d'une enquête auprès de ces mêmes professionnels, il apparaît que la création d'outils médiatiques est indispensable afin de convaincre les médecins de l'utilité de la précocité de la prise en charge orthophonique. Ainsi, une plaquette et un CD-Rom ont été construits afin de répondre aux attentes et aux besoins des différents professionnels mais aussi dans l'espoir de systématiser la prescription orthophonique auprès des jeunes enfants porteurs de trisomie 21.

  • Apport de l'imagerie de diffusion thoracique dans la caractérisation tissulaire des cancers broncho-pulmonaires    - Hamya Ibtihal  -  28 juin 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : Evaluer la pertinence de l'imagerie de diffusion thoracique dans la caractérisation tissulaire des cancers pulmonaires par mesure de l'ADC (Apparent Diffusion Coefficient) et étudier le lien entre les valeurs de ce dernier et le SUV (standardized uptake value) mesuré à la TEP-TDM au 18-FDG (Tomographie par Emission de Positons au 18-Fluoro-Désoxy-Glucose).

    Matériels et méthodes : Quarante quatre patients atteints de cancers pulmonaires ont été inclus prospectivement au CHU de Poitiers entre 2011 et 2013. Une IRM de diffusion et une TEP-TDM au 18FDG ont été réalisées lors du bilan initial pré-thérapeutique. Des mesures quantitatives d'ADC et de SUV ont été effectuées pour tous les patients retenus.

    Résultats : Trente neuf patients ont été finalement retenus pour notre étude (20 patients atteints d'adénocarcinomes, treize avaient un carcinome épidermoïde et six atteints de carcinomes neuro-endocrines à petites cellules). Il existait une différence statistiquement significative entre la valeur de l'ADC des adénocarcinomes et celle des carcinomes neuroendocrines (p=0.017), nous avons retrouvé également une différence statistiquement significative entre l'ADC des carcinomes différenciés et celui des carcinomes peu ou moyennement différenciés quel que soit le type histologique .La valeur de l'ADC des adénocarcinomes bien différenciés était la plus élevée. Par ailleurs, nous avons objectivé une corrélation inverse entre les valeurs de l'ADC et celles du SUV.

    Conclusion : L'IRM de diffusion permet de fournir des informations indispensables à la caractérisation tissulaire des cancers du poumon. Elle pourrait être considérée dans l'avenir comme un outil supplémentaire pour l'évaluation de la réponse tumorale aux traitements.

  • Enrichissement du stock lexical passif via un apprentissage implicite chez des enfants dysphasiques de 10 à 12 ; 6 ans    - Bocquené Marine  -  27 juin 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le lexique des enfants dysphasiques est qualifié de pauvre, générique et restreint. Certains auteurs déclarent que ces enfants apprennent et enrichissent leur lexique dans des mesures homologues aux enfants développement langagier normal (DLN) mais dans des temps de succession plus longs. D'autres suggèrent que l'apprentissage et le développement lexical des dysphasiques sont différents de ceux d'un enfant DLN et ne sauraient se résumer à un simple décalage des acquisitions. Dans cette étude nous avons voulu savoir si les dysphasiques peuvent enrichir leur stock lexical passif via un apprentissage implicite, au même titre que les enfants DLN. Pour cela nous avons imaginé dix histoires contenant dix mots-cible. Après la lecture hebdomadaire (exposition auditive aux mots) d'une histoire à cinq enfants ayant un trouble spécifique du langage oral, nous faisons un travail d'évocation lexicale pour renforcer les éventuelles acquisitions de représentations mentales des mots-cible. Les résultats montrent que les enfants ont su attribuer des représentations mentales sémantiques à au moins un nouveau mot présenté en contexte sans apprentissage dirigé. Ils ont tous enrichi leur stock lexical passif par le biais d'un apprentissage implicite.

  • Parcours de soins des patients atteints de myélome multiple incidents en Poitou-Charentes en 2008-2009    - Puyade Mathieu  -  27 juin 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, le plan cancer 2003-2007 a été mis en place devant un constat d'inégalité d'accès aux soins en cancérologie. Le myélome multiple est un cancer hématologique avec une présentation protéiforme dont le pronostic a été révolutionné par les dernières évolutions thérapeutiques. Sa prise en charge est éclatée entre différentes spécialités, dans des centres de tailles diverses. Cette tumeur est potentiellement une maladie modèle pour tenter de dégager des déterminants d'inégalités d'accès aux soins.

    Méthodes : Les cas de myélome incidents en 2008 et 2009 ont été identifiés par le registre des cancers de la région Poitou-Charentes, permettant ainsi l'investigation des dossiers, ainsi que l'accès à de nombreuses données collectées par le registre. Pour vérifier la qualité de la prise en charge l'adéquation, nous avons comparé d'une part le bilan préthérapeutique (diagnostic et extension) et d'autre part le traitement aux recommandations de la Société Française d'Hématologie 2008-2009.

    Résultats : Deux cent trente cinq patients ont été inclus. Le bilan diagnostique était conforme à 95 % et le bilan d'extension à 56% et le traitement à 82 %. Pour le bilan thérapeutique, étaient associés à une prise en charge non conforme la distance domicile-centre de référence (> 50 kilomètres OR = 2,57 [1,10-5,98]), la non réalisation d'une IRM OR = 3,04 [1,58-5,84], et la prise en charge dans un centre sans hématologue (OR = 2,87 [1,13-7,30]). Pour le traitement, seule une prise en charge dans un centre sans hématologue (OR = 5,08 [1,55 – 16,57]) était associée à un traitement non conforme.

    Conclusion : La principale voie d'amélioration de la qualité des soins passe par l'orientation des patients dans des structures ayant une compétence reconnue en hématologie.

  • Fixations colorectales focales en TEP-TDM : importance de la coloscopie et apport du SUVmax pour orienter sur la gravité anatomopathologique des lésions : à propos de 123 patients en Poitou-Charentes    - Cassou-Mounat Thibaut  -  25 juin 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent en France tout âge et sexe confondus. La prévalence des adénomes est élevée et augmente avec l'âge atteignant 30% des sujets de plus de 65 ans. On sait que l'adénocarcinome colorectal se développe dans 60 à 80% des cas à partir de lésions précancéreuses, le plus souvent adénomateuses, et son dépistage permet d'agir précocement afin de limiter les risques de survenue de lésions cancéreuses métastatiques. L'objectif principal de notre étude est de conforter l'importance de réaliser une coloscopie devant une fixation focale colorectale en TEP-TDM. Nous essayerons aussi de mettre en évidence une corrélation entre l'histologie et la valeur du SUVmax des fixations colorectales fortuites.

    Matériel et méthode : C'est une étude rétrospective de janvier 2010 à novembre 2012, bi centrique, portant sur 123 patients. Tous les patients ont eu une TEP-TDM et une coloscopie en suivant. Durant cette période, sur 6756 TEP-TDM réalisés, seulement 388 patients ont eu une TEP-TDM et une coloscopie. N'ont été inclus que les patients ayant eu l'examen TEP-TDM avant la coloscopie, et qui n'avaient pas de cancer colorectal connu.

    Résultats : Au total pour ces 123 patients, nous avons observé 136 fixations focales suspectes, dont 119 (87,5%) correspondaient à des lésions bénignes ou malignes. 85 étaient des « polypes » (51 adénomes de bas grades, 16 polypes hyperplasiques, 8 adénomes de haut grade et 10 adénocarcinomes), 28 histologies inflammatoires, 5 métastases (3 d'origine ovarienne, 1 de l'endomètre et 1 myélome), 1 lymphome et 17 faux positifs. Il a été trouvé une différence statistiquement significative (p<0,001) entre les valeurs de SUVmax du groupe adénocarcinome et des adénomes de bas grade. Elle restait également significative entre les groupes composés d'une part des adénocarcinomes et des adénomes haut grade et d'autre part des adénomes de bas grade et des polypes hyperplasiques (p<0,001). 97,7% des lésions qui avaient un SUVmax supérieur à 10 étaient soit des adénocarcinomes soit des adénomes de haut grade. Un seul adénocarcinome avait un SUVmax inférieur à 5,561.

    Conclusion : Notre étude confirme l'importance de réaliser une coloscopie devant la présence d'une fixation colorectale. Elle met également en évidence des résultats prometteurs qui tendraient à prouver que la valeur du SUVmax pourrait nous orienter sur la gravité histologique d'une lésion et donc l'urgence à faire une coloscopie. Une valeur de SUVmax supérieur à 10 serait plutôt en faveur d'adénocarcinomes ou d'adénomes de haut grade, et une valeur en dessous de 5,561 serait plutôt en faveur de lésions d'adénomes de bas grade, de polypes hyperplasique ou de lésions inflammatoires. Cependant, seule une étude prospective de grande ampleur, formée de groupes homogènes, pourra déterminer de façon rigoureuse une valeur seuil fiable.

  • Représentations et pratiques des médecins généralistes d'un département, les Deux-Sèvres, vis-à-vis des addictions    - Foo Chan Chin Elodie  -  25 juin 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les consommations de substances psychoactives sont un véritable problème de santé publique en France à l'origine de nombreuses complications bio-psycho-sociales. L'investissement des médecins généralistes est très variable en fonction des addictions. L'objectif principal de l'étude est de décrire les représentations et les pratiques des médecins généralistes d'un département, le 79, vis-à-vis des addictions, jusqu'à lors inconnues. Les objectifs secondaires sont la comparaison des résultats aux données du Baromètre Santé National 2009 et la comparaison des substances entre elles.

    Méthode : Une enquête observationnelle, déclarative, par questionnaire en face-à-face, à visée descriptive, a été menée de Novembre 2011 à Décembre 2012. La population-cible était constituée de la quasi-totalité des médecins généralistes du territoire, à l'exception de 2 médecins qui n'ont pas répondu.

    Résultats : La majorité des médecins généralistes du 79 effectuent le dépistage et la prise en charge du tabac de façon plus importante qu'au niveau national. Concernant l'alcool, le cannabis et les opiacés, ils adressent majoritairement, leurs patients à un confrère ou une structure et ce plus fréquemment qu'au niveau national. Ces différences sont significatives. La comparaison des substances entre elles montrent que celles-ci sont toutes significativement différentes les unes des autres mais qu'ils existe toutefois une forte corrélation entre le cannabis et les opiacés.

  • Approche systémique du bégaiement chez l'enfant de moins de 5 ans : production d'un outil de médiation familiale    - Dauga Emilie  -  21 juin 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Bien qu'il n'existe pas de consensus sur la cause du bégaiement, nous savons aujourd'hui la place que prend l'environnement face à ce trouble chez le jeune enfant (entre 2 ans et 5 ans). La guidance parentale représente aujourd'hui en France une réponse incontournable de la prise en charge du bégaiement du jeune enfant. Cette prise en charge impliquant la famille et les modifications qu'elle sera à même d'effectuer au sein de son fonctionnement rejoint les objectifs de la thérapie familiale systémique. En parallèle, nous sommes souvent confrontés en clinique à la difficulté de certains parents à mettre en place, voire à comprendre, les nouvelles orientations que nous leur proposons pour fluidifier la communication intrafamiliale et avec leur enfant bègue. Il m'a semblé donc intéressant de m'inspirer de la théorie systémique pour élaborer un jeu de médiation familiale. Celui-ci s'articule autour des facteurs pérennisant le maintien du bégaiement définis par Shapiro. J'ai de fait créé un jeu de cartes nommé "Joyeux bla-blas". Celui-ci se répartit en cinq thèmes : le temps, l'éducation, la voix, les émotions et la communication. Selon les éléments d'anamnèse, l'orthophoniste remet un ou plusieurs thèmes à la famille. Les règles du jeu se veulent simples. Tel un outil systémique, le jeu est introduit dans la famille. Chaque jour, à un moment réfléchi avec l'orthophoniste, un membre de la famille tire une carte au sort. Sur celle-ci une action est proposée qui s'adresse à un ou tous les membres de la famille. Ce jeu a été testé par trois enfants et leur famille. Au fil des rencontres, j'ai pu élaborer une observation clinique riche qui a été complétée par un questionnaire mettant en évidence le ressenti des familles des patients quant à la fonctionnalité du jeu et l'intérêt thérapeutique qu'ils y ont trouvé. Il a été observé que l'intérêt du jeu réside d'une part, dans la facilitation d'application qu'il donne aux conseils de l'orthophoniste, d'autre part dans la place positive qu'il donne à l'enfant bègue qui devient l'initiateur d'un moment agréable en famille. La réflexion autour de ce jeu mériterait d'être poursuivie par une connaissance plus approfondie des thérapies familiales systémiques et des outils qui y sont utilisés.

  • La prise en charge du couple aphasique : quels impacts sur la communication multimodale du patient ?    - Joffre Marie  -  21 juin 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'approche écosystémique tient compte du patient aphasique et de son environnement. Elle considère que les difficultés communicationnelles rencontrées par les sujets résultent à la fois de leurs déficiences langagières mais aussi des comportements de leurs interlocuteurs. Ce courant de pensée a laissé la voie à de nouvelles méthodes de prise en charge prenant en compte le partenaire conversationnel. Nous nous sommes demandé si la prise en charge du couple aphasique permettrait une évolution de la communication multimodale du patient et si celle-ci pourrait se généraliser à toutes les situations de communication. Pour cela, nous avons évalué les capacités communicationnelles du sujet, en interaction ou non avec son partenaire conversationnel et la satisfaction qui en résultait. Nous avons ensuite établi un protocole d'intervention sur 4 séances d'1h30 à 2h, composé d'une information, de l'élaboration d'un plan de communication ainsi que de l'entraînement direct du couple. Chaque programme de remédiation a été personnalisé en tenant compte des résultats de l'évaluation. Suite à la prise en charge des couples, nous avons constaté un renforcement des comportements adaptés chez les interlocuteurs et un recours à divers canaux de communication. Ces modifications ont impacté la communication multimodale de tous les patients, en expression et/ou en réception. En outre, nous avons observé une amélioration qualitative et quantitative des échanges et de la satisfaction de la communication au sein des couples. Contre toute attente, nous avons noté chez plusieurs sujets une progression de la compréhension verbale dans les différentes épreuves. Le protocole présenté propose une approche plus fonctionnelle de l'aphasie incluant l'environnement du patient. Il devrait compléter la prise en charge « classique », axée sur les altérations langagières. Les outils utilisés et la forme du protocole peuvent aisément être inclus dans une pratique orthophonique aussi bien en libéral qu'en centre.

  • Elaboration d'une plaquette à l'attention des orthophonistes pour une information concernant les paralysies faciales périphériques    - Vautrin Julie  -  21 juin 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Paralysie Faciale Périphérique (PFP) entraîne un trouble des mimiques, de l'articulation, de la déglutition et un défaut de fermeture de l'oeil. Cette pathologie peut avoir des répercussions psychologiques car elle affecte le visage, donc une partie de l'identité et de la personnalité. La prise en charge orthophonique doit être précoce afin d'optimiser les résultats. Ce type de rééducation, étant relativement récent, ne fait généralement pas l'objet d'un enseignement particulièrement important. Nous nous attendons donc à une insuffisance de formation et de connaissances de la part des orthophonistes. Aussi, par l'intermédiaire d'un questionnaire, nous nous sommes alors intéressées aux connaissances des professionnels sur ce domaine. Suite à l'analyse des réponses, nous avons pu voir qu'un enseignement a été transmis, mais que celui-ci ne satisfait pas pleinement les professionnels, qui restent en attente d'éléments pratiques pour leur rééducation. Nous avons donc élaboré une plaquette qui tente de répondre à leurs besoins. Pour créer cette plaquette, nous avons étudié la rééducation de nombreux patients pour ainsi comprendre les différents axes de rééducation selon la paralysie faciale (flasque, post-séquellaire, après chirurgie reconstructrice). Nous avons alors élaboré une plaquette d'information présentant des éléments sommaires mais utiles à la rééducation des PFP. Cette plaquette ne se veut pas exhaustive sur le sujet mais elle a pour but d'aider et de guider les professionnels dans leur pratique.

|< << 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales