Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1373 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 21 à 30
Tri :   Date travaux par page
  • Prévention quaternaire chez les internes en médecine générale    - Fossat India-Marie  -  13 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : État des lieux des connaissances des IMG de la région Poitou-Charentes en matière de prévention quaternaire, et évaluer dans un second temps leurs besoins en formation et leur intérêt à se former à cette prévention.

    Matériels et méthodes : Nous avons réalisé du 21 Juin 2016 au 05 Septembre 2016 une enquête observationnelle, descriptive, quantitative en région Poitou-Charentes. Un questionnaire anonyme a été diffusé par mail avec un lien internet pour les réponses. La population étudiée était l'ensemble des internes inscrits au DES du DMG de la faculté de médecine de Poitiers, des années universitaires correspondant aux promotions 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016.

    Résultats : Le degré de sensibilisation au diagnostic de situation depuis le début de l'internat était élevé pour la majorité des internes interrogés, soit 51% (n=55), modéré pour 25% (n=27), et très élevé pour 18% (n=19). Au moment de l'enquête, les participants étaient 76% (n=82) à avoir validé un RSCA . Le degré de sensibilisation aux principes de l‘EBM depuis le début de l'internat était quant à lui élevé pour la majorité des internes interrogés, soit 44% (n=47), modéré pour 30% (n=32) et très élevé pour 13% (n=14). Parmi les IMG restants, 17% (n=18) qui avaient déjà entendu parler de la P4, soit 18 des 108 participants, seuls 12 avaient tenté d‘expliquer en une phrase le principe de prévention quaternaire, dont 3 ayant déclaré ne plus s‘en souvenir. 6 d'entre eux avaient donné une explication correcte ou se rapprochant de la définition de la P4. La moitié d'entre eux, soit 51% (n=55), ne pensaient pas être pleinement formés à la protection du patient. Le thème du séminaire pour lequel les internes interrogés avaient eu le plus d'intérêt, au moment de l'enquête, était celui concernant la relation médecin-patient, soit 44% (n=48). En GEAPI, c'est le thème de l‘incertitude qui les avait intéressés le plus, soit 28% (n=30). La très grande majorité, soit 89% (n=96) des internes interrogés déclaraient être intéressés par une formation sur la P4.

    Conclusion : Cette étude montre que la P4 selon le modèle relationnel est mal identifiée, peu connue voir inconnue des IMG en Poitou-Charentes ayant participé à cette enquête. Pourtant, les IMG, semblent avoir besoin d'outils pédagogiques comme ceux de la P4, ce qui leurs permettraient une meilleure compréhension de la complexité de la relation médecin-patient, ainsi qu'une meilleure gestion de leurs propres doutes et de ceux de leur patient.

  • Ressenti des médecins généralistes quant à l'utilisation du protocole BPCO d'ASALEE    - Hau Virginie  -  13 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Le protocole de coopération ASALEE a pour but d'améliorer la qualité des soins en médecine générale grâce à la coopération médecins/infirmières. Il permet le dépistage et la prise en charge de maladies chroniques comme la BPCO, qui constitue un véritable problème de santé publique.

    Objectif : Évaluer le ressenti des médecins généralistes vis-à-vis du protocole BPCO d'ASALEE.

    Méthodes : Une étude qualitative a été réalisée à partir d'entretiens individuels semi-dirigés sur quatorze médecins généralistes charentais faisant partie d'ASALEE. Tous les entretiens ont été retranscrits de la manière la plus fidèle possible sur documents Word puis analysés grâce au logiciel NVIVO11. Une analyse thématique des verbatim recueillis a permis de traiter les données.

    Résultats : Au sujet du ressenti des médecins généralistes, les résultats retrouvés sont: un faible intérêt au dépistage de la BPCO, une utilisation essentiellement dans le cadre du sevrage tabagique et un manque de compétence des médecins quant à la lecture des spirométries. Face à ce constat, nombre de médecins sont demandeurs de formations. Il faut également signaler que des doutes sur la fiabilité des résultats des appareils utilisés (mini spirométries) sont émis par certains médecins. Un des points positifs de cette étude a révélé que l'intégralité des médecins interrogés est satisfaite de leur collaboration avec les infirmières ASALEE. Elles apportent une aide majeure dans la prise en charge des maladies chroniques. Par leur proximité elles facilitent la réalisation des dépistages et permettent au médecin un gain de temps non négligeable. Une fois dépistés, les patients sont majoritairement adressés au pneumologue. Cependant l'accès à ces derniers est de plus en plus difficile en raison de l'évolution démographique de la population médicale et des refus de patients pour divers motifs (délais, distance etc.). Le suivi des patients pose également problème en raison de l'absence de protocole clairement établi à ce jour.

    Conclusion : Cette étude, la première à s'intéresser au ressenti des médecins généralistes ASALEE vis-à-vis du protocole BPCO met en lumière les raisons de la faible utilisation de ce protocole. Des améliorations sont possibles pour rendre la BPCO plus attrayante aux yeux des médecins généralistes et permettre ainsi d'améliorer le dépistage et la prise en charge des patients BPCO.

  • Auto-évaluation des compétences en santé sexuelle et génitalité des internes de médecine générale de Poitou-Charentes, promotions 2011 à 2015    - Augé Eva  -  13 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les motifs « gynécologiques » de consultation sont fréquents en médecine ambulatoire et requièrent des compétences spécifiques.

    Matériel et Méthode : Étude descriptive de l'auto-évaluation des compétences en santé sexuelle et génitalité par questionnaire anonyme aux internes de médecine générale des promotions 2011 à 2015 dans la région Poitou-Charentes.

    Résultats : 156 internes ont été inclus et s'autoévaluent comme compétents dans 6/23 compétences interrogées (27%). Cette proportion augmente en sous-groupes en « gynécologie en milieu hospitalier » (16/23), en ambulatoire (13/23) et en PMI (12/23). Leur auto-évaluation est supérieure aux groupes « stage mère enfant non réalisé », « stage couplé gynécologie et pédiatrie en hospitalier » et « stage hospitalier de pédiatrie ». La différence est significative dans 18/23 compétences. Les stages mère enfant « couplé hospitalier » et « pédiatrie hospitalier » ne s'autoévaluent pas comme compétents dans cette étude. Le milieu hospitalier et la gynécologie favorisent l'apprentissage des actes techniques comme le toucher vaginal, l'examen au spéculum et la pose de l'implant contraceptif. Aucun stage ne favorise la pose de D.I.U de manière significative. Pour les conditions d'apprentissage, le contexte de médecine générale est évoqué pour 39% des internes (53/137). 67% des internes (91/135) ont réalisé des consultations en autonomie.

    Conclusion : Il existe un manque de compétences déclaré par les internes. La pratique de la gynécologie en stage entraîne une différence significative d'acquisition des compétences. L'enquête présente les conditions d'apprentissage des internes. Des propositions sont faites pour améliorer l'acquisition de compétences en stage mère enfant via la mutualisation des moyens hospitaliers et ambulatoires. a

  • La place de l'assistant de consultation en zone sous médicalisée pour la médecine générale ambulatoire: enquête d'opinion auprès de médecins généralistes    - Kichenama Elrick  -  13 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les difficultés des zones sous-médicalisées ont été essentiellement réfléchies en termes de nombre de praticien et non en temps médical disponible. En effet, les aspirations concernant le rythme de travail et le profil de la nouvelle génération ont évolués. L'objectif de cette étude est de déterminer le gain de temps de consultation grâce à la collaboration d'un assistant de consultation.

    Matériel et méthodes : Il s'agit d'une étude prospective multicentrique par questionnaire, menée auprès de 30 médecins généralistes de Charente-Charente Maritime, sur 20 journées. L'objectif principal est d'estimer le gain de temps par consultation après une journée de travail effectuée en partenariat avec un assistant de consultation.

    Résultats : L'étude portait sur l'opinion de 30 médecins. Celle-ci a montré qu'un assistant de consultation permettait un gain de temps d'environ 4 minutes par consultation. 80% des médecins interrogés étaient « d'accord » sur une possible amélioration des délais d'accès aux soins, et les trois quarts estimaient la présence d'un assistant important pour diminuer la fatigue et l'épuisement ressentis.

    Conclusion : Ainsi, l'intervention d'un assistant de consultation permettrait un gain de temps aux praticiens, leur offrant ainsi la possibilité de répondre à une demande de soins toujours plus croissante.

  • Anticoagulation préventive et fibrillation atriale, évaluation des pratiques en gériatrie et suivi à 4 mois    - Deshayes Florian  -  06 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'arythmie cardiaque par fibrillation atriale (ACFA) touche 9% de la population des plus de 80 ans et est responsable de 25% des accidents vasculaires cérébraux. La prévention des complications emboligènes est optimisée par une anticoagulation curatrice. Les anticoagulants oraux directs (AOD) ont montré une supériorité par rapport à la coumadine. La décision thérapeutique reste cependant complexe dans la population gériatrique.

    Nous rapportons une évaluation des pratiques au travers des conclusions de la réunion hebdomadaire réalisée dans le service de gériatrie du CHU du Poitiers, dédiée à une prise décisionnelle collégiale quant à l'anticoagulation préventive dans les dossiers jugés complexes de patients avec ACFA. Nous avons également recueilli le suivi de la prescription 4 mois après la sortie du service et discutons, sur la période de l'étude, la place des AOD dans cette prise en charge.

    Méthode : Etude prospective menée de juin à novembre 2015. Au total, 98 dossiers ont été expertisés et inclus dans l'étude, soit 28% des patients hospitalisés en Gériatrie avec ACFA durant la période de l'étude. Les données colligées étaient sociodémographiques et le résultat de la prescription d'anticoagulation ou non, issu d'une réflexion basée sur les scores CHA2DS2-VASc et HAS-BLED, et l'évaluation gériatrique : risque d'une observance non sécurisée, score d'autonomie GIR, notion de chutes, antécédent hémorragique et index de comorbidités (GCI). Le suivi de l'ordonnance 4 mois après la sortie du service était réalisé par envoi d'un courrier aux médecins traitants.

    Résultats : La population de l'étude était âgée de 87,9 ± 5,9 ans et prenait en moyenne 7,8 ± 2,6 médicaments chroniques. A l'admission, 20 patients avaient une ACFA de novo et 78 avaient une AC/FA connue. La moyenne des scores HAS-BLED et CHA2DS2-VASc étaient respectivement de 3±1,1 et 5±1,4. A l'admission dans le service 71,7% des patients (56/78) avaient une prescription orale d'anticoagulants (83,9% AVK, 16,1% AOD) ; en sortie de service on notait une diminution avec 51% des patients (50/98) anticoagulés (84% AVK, 16 % AOD). Parmi les patients avec ACFA de novo 11/20 ont eu une instauration d'anticoagulation toujours par AVK, dont 9 avec clairance de la créatinine (Cockcroft) ≥ 30 ml/mn. Si la HAS recommandait la prescription des AOD en première intention, 35 patients supplémentaires (avec clairance Cockcroft ≥ 30 ml/mn) auraient été traités par AOD en sortie du service. A 4 mois de suivi, 29 patients étaient décédés et 4 perdus de vue, l'ordonnance indiquait une modification chez 18 patients (27,7%) avec prescription orale d'anticoagulant chez 56,9 % (37/65) des patients (78,3% AVK, 21,7 % AOD).

    Discussion : La prescription des anticoagulants dans le cadre de l'ACFA est une décision difficile dans la population gériatrique et nécessite un temps de réflexion idéalement collégial. Sur la période de l'étude, on note une application stricte des recommandations de la HAS par les gériatres avec une prescription anticoagulante toujours par AVK. Il existe une bonne adhésion des médecins traitants à la prescription hospitalière. Si la réévaluation des recommandations de la HAS, positionnait les AOD en première ligne, cela n'influencerait probablement pas la décision finale, mais les AVK, si retenus, n'auraient qu'une prescription limitée aux contre-indications des AOD. La décision thérapeutique n'est par ailleurs pas pérenne et doit être réévaluée dans le temps.

  • Faut-il déléguer la rédaction du certificat de non contre-indication au sport aux cardiologues ? : qu'en pensent les médecins généralistes ?    - Ladougne Guillaume  -  01 décembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La délivrance d'un certificat médical de non contre-indication au sport est un motif récurrent de consultation en médecine générale. En partant du constat que le principal risque dépistable de la pratique sportive est cardiovasculaire, nous avons décidé de tester auprès de médecins généralistes l'hypothèse de la délégation de la rédaction de ce certificat par les cardiologues.

    Matériel et Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative à partir de focus groups de médecins généralistes. L'analyse des verbatim a été effectuée selon la méthode de la théorisation ancrée. Elle a permis la réalisation d'arbres thématiques et l'identification de concepts transversaux. Nous avons également auditionné des cardiologues et des responsables d'une fédération multisports au cours d'entretiens individuels semi-directifs.

    Résultats : Nous avons organisé 3 focus groups regroupant 23 médecins généralistes. Trois arbres thématiques ont été réalisés. Ils regroupent les arguments en faveur ou contre notre hypothèse ainsi que leurs représentations de cette consultation. Nous avons identifié 3 concepts ; le paradoxe du sport toxique, l'opposition lexicale entre les termes “détourner“ la consultation et “obliger“ à consulter et enfin l'omniprésence du thème de la prévention.

    Discussion : Les médecins généralistes ont expliqué avoir détourné cette consultation pour faire de la prévention. Qu'ils aient été favorables ou opposés à notre hypothèse, ils se sont accordés sur l'idée de la création d'une consultation spécifique dédiée à la prévention. L'analyse des verbatim issus des entretiens avec les cardiologues et les responsables d'une fédération multisports a permis de confirmer les thèmes évoqués par les médecins généralistes.

    Conclusion : Notre étude a fait émerger la nécessité d'un changement de paradigme avec la création d'une consultation de prévention. Il serait souhaitable que de nouveaux travaux soient menés afin d'étudier la faisabilité de cette proposition et ses modalités.

  • Synthèse du cadre réglementaire des médicaments de thérapie innovante et des préparations cellulaires et tissulaires à finalité thérapeutique    - Bamas Alice  -  29 novembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le droit pharmaceutique européen et français se construit autour de la notion de médicament.

    Il tend à se complexifier davantage avec les nouvelles découvertes scientifiques et technologiques qui ont lieu chaque jour. Il est donc capital pour le législateur de ne pas prendre du retard pour réglementer les produits de santé et ainsi assurer la sécurité des malades.

    En 2007 le règlement européen 1394/2007 pose les bases d’une nouvelle classification et une clarification du cadre réglementaire des médicaments de thérapie innovante (MTI) qui sont maintenant divisés en quatre classes.

    Directement applicable dans tous les états de l’Union Européenne, ce règlement constitue un cadre réglementaire essentiel pour les laboratoires pharmaceutiques qui mettent au point ce type de produits, leur permettant de les caractériser et ainsi travailler dans les normes.

    Dans un même temps, les préparations cellulaires et tissulaires à visée thérapeutique ont un cadre réglementaire spécifique qui comporte des similitudes avec celui des MTI, ce qui complexifie la mise sur le marché de certains produits de santé. La réglementation actuelle des produits de santé est très complexe ; pour un produit de santé, plusieurs directives et règlements européens ainsi que les lois propres à l’Etat membre sont à respecter.

  • Homicide sériel et schizophrénie : étude du profil psycho-criminologique et de la prise en charge de 14 cas    - Pastor Marion  -  29 novembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La population des meurtriers en série est faible et hétérogène. Elle est de ce fait assez peu étudiée. On ne retrouve actuellement pas d'études concernant les tueurs en série souffrant de schizophrénie, il parait pourtant intéressant d'étudier cette population pour essayer de dégager des particularités au niveau de l'histoire de vie et de la dynamique du passage à l'acte, ainsi que d'étudier la phase post-criminelle et leur prise en charge.

    Notre étude descriptive portait sur 14 cas, sur le territoire des USA, inclus à partir du site murderpedia. Une grille de recueil des données a été élaborée. Elle concernait l'étude des phases pré-criminelle, criminelle et post-criminelle de ses auteurs.

    Parmi les résultats intéressants ayant pu être dégagé, nous retrouvions généralement des auteurs isolés, schizophrènes paranoïdes, chez qui le délire semblait prendre une place importante dans le passage à l'acte, en association avec une paraphilie ou un trouble sexuel, ainsi qu'un trouble de la personnalité, en général antisocial. De plus, ces auteurs étaient presque tous connus de la psychiatrie et de la justice, et étaient en général en rupture de soins avant le premier homicide.

    La prise en charge post-sentencielle de ces patients était très inégale avec certains patients condamnés à mort, bien que paraissant assez clairement délirants au moment des faits. Les patients semblant avoir eu la prise en charge la plus adaptée étaient ceux qui ont pu bénéficier d'une irresponsabilisation pénale et ont donc été transférés en unités de psychiatrie médicolégale.

  • Prise en charge de l'acidocétose diabétique de l'enfant : comparaison du protocole de l'ISPAD avec les protocoles de huit centres hospitalo-universitaires    - Biarnès Simon  -  28 novembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La prise en charge de l'acidocétose diabétique de l'enfant nécessite un protocole qui soit à jour des recommandations actuelles, publiées par la International Society for Pediatric and Adolescent Diabetes dans le journal Pediatric Diabetes. La prise en charge de l'acidocétose de l'enfant est variable selon les centres hospitalo-universitaires (CHU), ce qui pourrait avoir un impact clinique sur les patients. Le but principal de l'étude est de comparer les protocoles de huit CHU français aux recommandations actuelles.

    Méthodes : Il s'agit d'une étude descriptive, comparative, monocentrique, qui compare huit protocoles de prise en charge de l'acidocétose diabétique de l'enfant entre eux et avec les recommandations officielles.

    Résultats : Plusieurs points des protocoles qui sont concordants entre eux et avec les recommandations comme la définition de l'acidocétose, l'évaluation neurologique, le type d'hydratation initiale, la définition de l'oedème cérébral. Cependant, des discordances existent comme les critères de transfert en soins spécialisés, les apports en potassium dans la réhydratation, l'utilisation du bicarbonate intraveineux, la dose initiale d'insuline intraveineuse, le traitement de l'oedème cérébral.

    Conclusion : Cette étude fait un état des lieux sur la prise en charge de l'acidocétose diabétique de l'enfant dans huit CHU français. Les discordances s'expliquent par l'existence de controverse dans la littérature, l'expérience personnelle des centres, et une remise à jour des protocoles qui n'a pas encore été réalisée.

  • Évaluation de la morbi-mortalité à 3 mois post chirurgie d'une fracture du col du fémur chez les patients de plus de 75 ans en orthogériatrie versus orthopédie    - Coudérioux Clarisse  -  25 novembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La fracture de hanche chez les personnes âgées entraîne des conséquences importantes en termes de morbi-mortalité. En Septembre 2015, à l'initiative des gériatres et après accord des orthopédistes, anesthésistes, urgentistes et de l'Institution, des lits d'Orthogériatrie ont été créés au sein du Pôle de Gériatrie du CHU de Poitiers avec pour souhait d'y admettre les patients fracturés avec un profil gériatrique, c'est-à-dire polypathologiques. L'objectif de notre étude est une évaluation de la mortalité à 3 mois d'une chirurgie d'une fracture de hanche des patients de plus de 75 ans après hospitalisation en Orthogériatrie ou en Orthopédie-Traumatologie.

    Méthode : Il s'agit d'une étude monocentrique observationnelle avec évaluation prospective de la morbi-mortalité à 3 mois et analyse de données rétrospectives des séjours enregistrés entre le 15 Septembre 2015 et le 30 Avril 2016. Tous les patients de plus de 75 ans se présentant aux urgences du CHU pour fracture de hanche avec décision d'un traitement chirurgical ont été inclus. Le critère de jugement principal était la mortalité à 3 mois. Les critères de jugement secondaires correspondaient au délai de prise en charge chirurgicale après admission aux Urgences, à l'évaluation du profil clinique du patient (score de comorbidités de Charlson, nombre de traitements chroniques), au changement du lieu de vie à 3 mois et à l'existence d'une nouvelle fracture ou d'une récidive d'hospitalisation sur un suivi de 3 mois.

    Résultats : Au total, 152 patients ont été inclus, 76 patients hospitalisés en Orthogériatrie et 76 en Orthopédie-Traumatologie. Les 2 groupes n'étaient pas différents à l'inclusion en termes de sex-ratio (avec une majorité de femmes), de moyenne d'âge 87,38±6,12 ans et 88,37±5,75 ans respectivement, ni de lieu de vie. Sur l'ensemble des patients, la mortalité à 3 mois était de 13,82%, sans différence significative entre les 2 groupes (15,79% en Orthopédie-Traumatologie et 11,84% en Orthogériatrie, p=0,48). Le délai de prise en charge chirurgicale était de 0,85 jours pour les patients admis en Orthogériatrie et de 2,01 jours pour ceux admis en Orthopédie-Traumatologie (p=0,009), avec un total de 13,16% des patients opérés à plus de 48h de leur arrivée aux urgences. Il n'y avait pas de différence significative concernant l'évolution du lieu de vie (p=0,09), l'existence d'une nouvelle fracture (p=0,74) ou le recours à une nouvelle hospitalisation au cours du suivi ( 23,53% en Orthogériatrie et 28,99% en Orthopédie-Traumatologie, p=0,47).

    Conclusion : Notre étude montre que le taux de mortalité à 3 mois est identique dans les 2 groupes. En revanche, le profil des patients admis en Orthogériatrie n'est pas plus morbide que celui des patients admis en Orthopédie-Traumatologie. Le délai de prise en charge chirurgicale est précoce au CHU de Poitiers, avec un délai inférieur aux chiffres nationaux, probablement favorisé par la dynamique de cette filière orthogériatrique.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales