Vous êtes ici : Accueil > Disciplines > Médecine générale

Médecine générale

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
794 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 21 à 30
Tri :   Date travaux par page
  • Etude des modifications de pratiques des médecins généralistes charentais face à la COVID 19    - Brun Benjamin  -  29 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La pandémie de COVID 19, singulière qui doit autant à son nouvel agent qu'au mode de vie du XXI SIÈCLE, aura demandé des efforts d'adaptation de la part de tous les acteurs en santé, médecins généralistes inclus, notamment lors de l'instauration du confinement de 8 semaines en France.

    Objectif : Identifier les modifications de pratiques mises en place par les médecins généralistes charentais, et les freins à leur mise en place pour faire face au covid 19, lors de la période de confinement.

    Méthodes : Il a été réalisé une étude descriptive, qualitative auprès des médecins généralistes libéraux installés en Charente, sur le mois d'avril 2020, par questionnaire à remplir en ligne. Comprenant des questions à choix multiples et des questions à rédaction libre.

    Résultats et discussion : 71 médecins ont répondu, sur 256 correspondant aux critères d'inclusion (28%), répartis sur tout le département. Ils se sont mis à pratiquer fortement la téléconsultation, malgré des difficultés liées aux réseaux de télécommunications. Ils ont augmenté leurs communications envers les autres intervenants de santé. Mise en évidence de la limitation de la diffusion au maximum du virus, tout en essayant de prendre en charge au mieux les autres personnes. Et cela malgré un manque de moyens matériels.

    Conclusion : Il est nécessaire de continuer à développer la téléconsultation. Il faut aussi renforcer la coordination entre les différents professionnels de santé mais aussi gérer au mieux les stocks de matériels au niveau national et local.

  • Dépistage Rapide de Fragilité en Médecine Générale : création d'une nouvelle échelle de fragilité (étude pilote)    - Suarez Jeremy  -  22 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le dépistage précoce de la fragilité, état transitoire fréquent pouvant être réversible chez le sujet âgé et responsable d'une morbi-mortalité importante, permet de prévenir ses complications.

    Objectif : Évaluation de la performance de l'outil « DRFMG » pour dépister la fragilité définie par les critères de Fried dans une population communautaire de patients âgés d'au moins 75 ans. Évaluation la faisabilité de l'outil « DRFMG » pour la pratique de la médecine générale.

    Méthodes : Étude prospective non interventionnelle menée en Poitou-Charentes pendant 12 mois, ayant inclus des patients de 75 ans et plus, jugés comme autonomes par l'échelle ADL. Ces patients ne devaient pas résider en EHPAD, et présenter un score ADL supérieur ou égal à 4.

    Résultats : Dans cette population communautaire de 200 patients âgés en moyenne de 81,4 ans, la fragilité selon les critères de Fried avait une prévalence de 32,5 %. La fragilité selon l'outil « DRFMG » avait une prévalence de 35,0 % et tous ses items hormis l'isolement à domicile étaient significativement associés à la fragilité. Son seuil de repérage de la fragilité est de 3 critères sur 6. Il était rapide (temps de réalisation moyen : 2 minutes et 02 secondes), avait une sensibilité de 88,0 % et une valeur prédictive négative de 91,0 %.

    Conclusion : L'outil « DRFMG » permet de dépister la fragilité avec une sensibilité et une valeur prédictive négative pas plus faibles que le gold standard. Il s'affranchit d'une formation préalable et d'un matériel nécessaire. Il est rapide, applicable en consultation de médecine générale, et reproductible. Lorsqu'il est anormal, une Évaluation Gériatrique Standardisée est recommandée.

  • Comment guider le patient dans ses recherches d'informations sur internet afin qu'elles soient fiables et facilitatrices lors de la consultation en Médecine Générale ?    - Morin Salome  -  22 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Internet est un outil qui s'est développé depuis 1960 pour devenir aujourd'hui une source d'information incontournable. En 2018, 89% des ménages français avaient un accès à Internet. Ce moyen de recherche est très utilisé dans le domaine de la santé, 71% des patients consulteraient Internet dans le but d'obtenir des informations en matière de santé. Et ce, notamment avec l'évolution de la relation médecin-patient vers un modèle de décision partagée. L'essor d'Internet a entrainé la multiplicité des sources et la question de leur fiabilité. Alors, comment guider le patient dans ses recherches d'information sur Internet afin qu'elles soient fiables et facilitatrices lors de la consultation en médecine générale ?

    Méthode : Nous avons mené une revue de la littérature avec exemple de recherche sur Internet afin d'étudier la qualité de l'information diffusé sur le web. Pour cet exemple, nous avons effectué la recherche via « Google », puis comparé des sites Internet commerciaux à des sites non commerciaux.

    Résultats et Discussion : il existe deux types de sites Internet lors d'une recherche via « Google » : des sites commerciaux avec publicités et des sites non commerciaux. Lorsque le patient effectue une recherche sur l'exemple « mal de gorge », les premiers liens sont tous vers des sites commerciaux et le premier lien vers un site non commercial est situé en 7ème position, à la 2ème page. Selon plusieurs études, les informations fournies par les sites commerciaux sont de moindre qualité, et souvent erronées. Les publicités présentes permettent leur financement, et concernent souvent des produits de santé. La mauvaise qualité de l'information et l'influence de la publicité perturbent la relation médecin-patient voire les prescriptions médicales. Pourtant des sites non commerciaux existent et semblent être pertinents, par exemple le site sante.fr financé par le ministère de la santé, ne présentant aucune publicité et renvoyant vers des sites Internet vérifiés et fiables.

    Conclusion : cette revue de la littérature met en évidence l'importance de guider le patient sur Internet vers des sites avec informations fiables. Pour cela, le site sante.fr, outil utilisé comme un moteur de recherche et développé par le ministère de la santé semble être bien adapté d'autant qu'il renvoie également sur le site ameli.fr.

  • Le dépistage de Helicobacter pylori en soins primaires dans le cadre de la prévention du cancer gastrique : revue narrative de la littérature    - Salvan Julie  -  19 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : D'après la Haute Autorité de Santé (HAS) en mars 2019, environ 80 % des cancers de l'estomac seraient en relation avec une infection à Helicobacter pylori. Son éradication a montré un impact sur la diminution de l'incidence du cancer gastrique.

    Méthode et objectif : Cette revue narrative de littérature a pour but de réaliser un état des lieux des connaissances sur l'indication de recherche et de traitement de l'infection à Helicobacter pylori en soins primaires chez les personnes âgées de moins de 40 ans en prévention du cancer gastrique.

    Résultats : Dans les pays où la prévalence de Helicobacter pylori est faible, le dépistage en population générale n'est pas recommandé mais un dépistage ciblé est préconisé. Le dépistage peut être fait facilement par des tests non invasifs en soins primaires : le test respiratoire à l'urée, la sérologie et la détection d'antigène dans les selles. Un nouveau test par PCR dans les selles permettrait de simplifier la prise en charge. Les modalités de traitement sont bien codifiées et réalisables en soins primaires. Une hétérogénéité des pratiques en soins primaires a été constatée à travers le monde malgré l'existence des recommandations bien codifiées de Maastricht, ceci par manque de campagnes d'informations.

    Conclusion : Il est nécessaire de développer la recherche en soins primaires afin d'évaluer l'impact de l'utilisation de ce nouveau test par PCR dans les selles sur la diminution de l'incidence du cancer gastrique et sur le plan médico-économique.

  • Le dépistage de Helicobacter pylori en soins primaires dans le cadre de la prévention du cancer gastrique : revue narrative de la littérature    - Roch Marie-caroline  -  19 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : D'après la Haute Autorité de Santé (HAS) en mars 2019, environ 80 % des cancers de l'estomac seraient en relation avec une infection à Helicobacter pylori. Son éradication a montré un impact sur la diminution de l'incidence du cancer gastrique.

    Méthode et objectif : Cette revue narrative de littérature a pour but de réaliser un état des lieux des connaissances sur l'indication de recherche et de traitement de l'infection à Helicobacter pylori en soins primaires chez les personnes âgées de moins de 45 ans en prévention du cancer gastrique.

    Résultats : Dans les pays où la prévalence de Helicobacter pylori est faible, le dépistage en population générale n'est pas recommandé mais un dépistage ciblé est préconisé. Le dépistage peut être fait facilement par des tests non invasifs en soins primaires : le test respiratoire à l'urée, la sérologie et la détection d'antigène dans les selles. Un nouveau test par PCR dans les selles permettrait de simplifier la prise en charge. Les modalités de traitement sont bien codifiées et réalisables en soins primaires. Une hétérogénéité des pratiques en soins primaires a été constatée à travers le monde malgré l'existence des recommandations bien codifiées de Maastricht, ceci par manque de campagnes d'informations.

    Conclusion : Il est nécessaire de développer la recherche en soins primaires afin d'évaluer l'impact de l'utilisation de ce nouveau test par PCR dans les selles sur la diminution de l'incidence du cancer gastrique et sur le plan médico-économique.

  • Revue systématique et méta-analyse sur la prévalence du burn-out dans la population générale et chez les soignants : Analyse intermédiaire    - Rivaud Adrien  -  15 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'épuisement professionnel des soignants est fréquent, aux alentours de 45% en France, et est source de carence en soins. Il serait lié à un dysfonctionnement de l'empathie utilisé pluri quotidiennement par les soignants à la différence des non-soignants. Cette hypothèse devrait se traduire par des prévalences d'épuisement professionnel différentes entre soignants et non-soignants.

    Objectif principal : Nous allons déterminer si la prévalence de l'épuisement professionnel chez les soignants est plus importante chez les soignants que chez les non-soignants, dans le monde entier.

    Méthode : Nous avons effectué une revue systématique de la littérature en utilisant pour bases de données MEDLINE (PUBMED), EMBASE, COCHRANE, psycINFO, BDSP, Google Scholar, SUDOC. Après sélection des articles nous avons extrait les données puis analysé les résultats pour une méta-analyse. Le burn out a été évalué selon l'échelle MBI (Maslach Burnout Inventory). Ont été considérés en burn out les patients ayant au moins une des trois composantes du burn out pathologique.

    Résultats : 1151 articles ont été identifiés, parmi lesquels 159 ont été sélectionnés après application des critères de sélection. Au total, 114.023 personnes ont été inclus dans cette étude, dont 87.976 soignants et 26.047 non-soignants. Sur ce total, 42,4% des soignants sont considérés comme en burn out contre 36,2% des non-soignants. Une méta analyse a pu être faite sur 3 études confirmant la différence de prévalence (OR 3,50 [3,27 ; 3,73] I2 97% P < 0,001).

    Conclusion : La prévalence du burn out est plus élevée chez les soignants que chez les non-soignants.

  • Place de l'autoévaluation en pédagogie médicale et dans l'évaluation de la phase socle du DES de médecine générale : revue de la littérature et étude qualitative auprès des tuteurs    - Audier Louise  -  15 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction – Pour devenir médecin généraliste, les étudiants doivent répondre à des exigences pédagogiques dans le but, depuis la promotion 2017, d'une certification intermédiaire (phase socle) puis finale (phase d'approfondissement). La pédagogie du DES de médecine générale est l'approche par compétence dans laquelle l'autoévaluation doit être centrale car contribuant fortement à la réflexivité et à l'autonomie de l'apprenant au cours de ses apprentissages. Le but de ce travail de thèse est de savoir quel est l'impact d'une autoévaluation préalable des compétences par l'étudiant sur l'évaluation de la phase socle par le tuteur et de préciser la place de l'autoévaluation en général dans le processus d'apprentissage et d'évaluation notamment des étudiants en DES de médecine générale.

    Matériels et méthodes – Méthode qualitative par entretiens semi-dirigés réalisés auprès de 15 tuteurs concernant l'évaluation de la phase socle et la place du questionnaire d'autoévaluation destiné aux étudiants. Revue de la littérature concernant la place de l'autoévaluation en général dans la formation et l'évaluation des étudiants notamment en DES de médecine générale.

    Résultats – L'autoévaluation des compétences des étudiants en fin de phase socle permet un travail réflexif sur leur niveau de compétence. Il facilite l'hétéroévaluation par le tuteur et la rend plus pertinente car centrée sur l'apprenant. Le processus d'autoévaluation doit être expliqué et compris si l'on veut une implication nécessaire du tuteuré et du tuteur. C'est dans ce sens que la revue de la littérature place l'autoévaluation comme un continuum à l'approche réflexive.

    Discussion et conclusion – L'autoévaluation est indispensable à la réflexivité des étudiants et à une hétéro-évaluation par l'enseignant, pertinente car centrée sur l'apprenant. Elle permet aussi à l'étudiant et au tuteur d'accroitre leur motivation de gagner en efficacité. L'étudiant passe alors d'un « être évalué » à un « être apprenant » et développe une autonomie d'apprentissage utile tout au long de sa vie.

  • Évaluation des risques psycho-sociaux chez les assistants de régulation médicale de la région Nouvelle Aquitaine    - Delhomez Astrid  -  09 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, il existe 2000 Assistants de Régulation Médicale constituant le « front office » des Centres de Réception et de Régulation des Appels 15. C'est une profession peu connue mais exposée aux contraintes des métiers liés à l'urgence. L'ensemble des difficultés induites par cette profession peut entrainer des risques psycho-sociaux. Notre objectif est d'évaluer les risques psycho-sociaux au sein d'une population d'ARM.

    Matériels et Méthodes : il s'agit d'une étude épidémiologique, descriptive et prospective réalisée par l'envoi de questionnaires anonymisés (questionnaire de Karasek et de Siegrist) à tous les ARM de la région Nouvelle-Aquitaine du 15 juin au 15 août 2020.

    Résultats : Nous avons obtenu 110 réponses soit 42,6% de l'effectif total de la région Nouvelle-Aquitaine dont 57 femmes (51,8%) et 53 hommes (48,2%). Parmi ces réponses, nous avons identifié 102 ARM soit 92,7% en situation de « Job Strain » et 101 soit 91,8% en situation d'« Iso Strain ». Trente-sept ARM sont surinvestis dans leur travail selon l'échantillon et 9 d'entre eux estiment qu'il existe un déséquilibre entre les efforts qu'ils fournissent et les récompenses perçues.

    Discussion : les résultats semblent cohérents avec ceux trouvés dans la littérature, nous retrouvons donc une grande majorité des ARM en situation tendue et vulnérables aux risques psycho-sociaux. Cependant, les conditions sanitaires actuelles ont pu fausser certains résultats. Il semble primordial de réitérer le questionnaire à distance de la COVID-19 et pourquoi pas d'élargir le questionnaire au niveau national et de le compléter en analysant les facteurs de risques afin de proposer des aménagements ou des politiques de prévention ciblées.

    Conclusion : Devant ce taux important de situation tendue au sein des ARM de la région Nouvelle-Aquitaine, il nous semble essentiel de trouver des solutions en se questionnant tout d'abord sur les facteurs impliqués. L'existence des risques psycho-sociaux chez les ARM ne peut pas être niée.

  • Evaluation de l’utilisation du questionnaire PREVED (Pregnancy prevention endocrine disruptor) par les médecins généralistes    - Rafidison Diana  -  07 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    Une prévention de l’exposition aux perturbateurs endocriniens doit être réalisée durant les 1000 premiers jours de vie, et le médecin généraliste en est un acteur incontournable. Le questionnaire PREVED établit des scores sur les connaissances, attitudes et pratiques des patientes sur le sujet et pourrait sensibiliser les femmes enceintes et jeunes mères.

    Objectifs

    L’objectif principal était d’évaluer l’utilisation du questionnaire comme outil de prévention par les médecins généralistes. Les objectifs secondaires étaient d’analyser les pratiques cliniques préventives de médecine générale sur les perturbateurs endocriniens.

    Matériels et Méthodes

    Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été menée. Le questionnaire PREVED a été rempli par la population cible, puis les scores ont été générés. Les médecins, préalablement formés, ont réalisé une consultation de sensibilisation aux perturbateurs endocriniens à partir de ce questionnaire, durant laquelle les patientes ont également reçu un kit de prévention. L’analyse et le codage des données ont été réalisé par analyse du contenu avec une triangulation. L’analyse sur le questionnaire a porté sur sa faisabilité et son utilité.

    Résultats

    Six médecins généralistes ont été interrogés. Le questionnaire a pu être intégré à la pratique des médecins généralistes car le sujet de la prévention de l’exposition aux perturbateurs endocriniens a été jugé pertinent. La faisabilité de l’outil a été notée 3/5 et son amélioration jugée nécessaire : aménager les contraintes organisationnelles, simplifier le questionnaire pour le rendre plus accessible, optimiser le rôle des scores. La catégorie socio-professionnelle des patientes a influencé la sélection de la patientèle cible. Les médecins généralistes ont constaté que l’outil a facilité la sensibilisation, ainsi que la documentation de prévention. Concernant les pratiques cliniques préventives, le manque de formation scientifique et pratique générant un manque de légitimité des savoirs a été évoqué par les médecins, qui attendent des recommandations claires des autorités sanitaires.

    Conclusion

    La mise en place du questionnaire PREVED a été jugée faisable dans l’exercice de la médecine générale, mais a nécessité des améliorations afin de le rendre optimal. Une meilleure formation des médecins généralistes et une information au grand public sont souhaitées pour compléter cet outil jugé utile.

  • Étude pronostique à partir d'une cohorte historique des patients perdus de vue post chirurgie-bariatrique au Centre Spécialisé de l'Obésité (CSO) Poitou-Charentes et évaluation des raisons de la rupture du suivi    - Rabaud-Carrié Philippine  -  05 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : L'obésité est une pandémie qui touche environ 7,6 millions de français et ses complications entraînent au moins 2,8 millions de décès. Le surpoids et l'obésité sont reconnus comme la cinquième cause de mortalité par l'OMS, c'est donc un problème de santé publique. La chirurgie bariatrique est le traitement le plus efficace pour traiter cette maladie et ses complications si les patients ont mis en place en parallèle un nouveau mode de vie et qu'ils sont suivis à vie. Le suivi sert à s'assurer qu'il n'y a pas de complications médicales ou chirurgicales, à dépister et prendre en charge les complications nutritionnelles (carences vitaminiques), à ajuster les traitements des comorbiditées associées présentes en pré-opératoire mais aussi à prendre en charge une éventuelle reprise de poids. Or, il existe un nombre important de patients perdus de vue. Cette étude rétrospective vise à identifier les patients perdus de vue et à déterminer leur raison de rupture au CSO afin d'améliorer la prise en charge.

    MATERIELS ET METHODES : Nous avons inclus les patients opérés d'une chirurgie bariatrique et suivis au CSO Poitou-Charentes de 2005 à juillet 2018. Sur une population de 519 patients, 407 patients ont été retenus dans notre étude. Nous avons sélectionné les patients perdus de vue et comparé les deux populations afin d'étudier s'il existait des facteurs prédictifs d'être perdu de vue. Puis, nous avons contacté par téléphone les patients perdus de vue afin de répondre à un questionnaire.

    RÉSULTATS : Le taux de perdus de vue dans notre étude est de 44,7%. La majorité des patients est perdue de vue entre 1 et 3 ans après la chirurgie (65%). 24% ont repris un suivi régulier au CSO P-C et ¼ déclarent avoir toujours un suivi hors du CSO, qui est assuré à 75% par leur médecin traitant. La majorité des patients perdus de vue (77.5%) souhaiterait revenir en consultation au CSO. Le motif principal de rupture avec le CSO P-C avancé par les patients est qu'ils attendaient d'être convoqués par le centre (46%). D'autres évoquent un manque de temps, une difficulté à prendre rendez-vous et une distance trop importante avec le centre. La distance avec le centre est un facteur de risque prédictif significatif d'être perdu de vue dans cette étude. Certains facteurs comme le type de chirurgie (SG), le fait d'avoir un diabète pré-opératoire et d'avoir eu un antécédent de chirurgie bariatrique semblent être associés à un risque moins important d'être perdu de vue. Par ailleurs, l'âge, le sexe, la PEP et l'IMC pré-opératoire n'ont pas été identifiés, dans cette étude, comme des facteurs prédictifs d'être perdu de vue. Seulement 53% des patients perdus de vue prennent quotidiennement une supplémentation vitaminique, 47% ont arrêté par inutilité et 11% mettent en avant leur coût. Seuls 34 % des patients pensent que le suivi médical post chirurgie bariatrique doit se faire à vie.

    CONCLUSION : Les patients vivant à une distance importante du centre nécessitent une surveillance renforcée notamment entre la première et la troisième année après la chirurgie. Il existe un important manque de connaissances de la part des patients concernant leur suivi. La supplémentation vitaminique chez les patients perdus de vue n'est pas satisfaisante. Les patients perdus de vue sont en demande de soins de la part de spécialistes, une amélioration de l'accès aux soins semble primordiale pour ces patients.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales