Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Lebreton Jean-Pascal

Lebreton Jean-Pascal

Les travaux encadrés par "Lebreton Jean-Pascal"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
6 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 6
Tri :   Date travaux par page
  • Apport de l'imagerie par résonance magnétique dans la surveillance des cholestéatomes opérés de l'oreille moyenne    - Leclerc Justine  -  08 septembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: L'objectif de cette étude était de mesurer la fiabilité de l'imagerie par résonnance magnétique (IRM) dans le diagnostic de récurrence de cholestéatome. Les différentes séquences d'IRM ont été évaluées. Secondairement la prévalence et la localisation des cholestéatomes résiduels ont été examinées.

    Patients et méthode: Soixante sept cas ont été analysés de façon rétrospective. Il s'agissait de 53 patients (17 femmes et 36 hommes) ayant déjà eu une tympanoplastie première et au moins une IRM lors du suivi. Les constatations radiologiques ont été comparées aux résultats chirurgicaux ou à un suivi radioclinique de deux ans. Pour chaque séquence (T1, T2, T1 injectée avec acquisition tardive, Diffusion) la sensibilité, spécificité, valeur prédictive positive et valeur prédictive négative ont été calculées.

    Résultats: La sensibilité et la spécificité étaient respectivement de 89.7% et 84.4% pour les séquences T1 injectée avec acquisition tardive et de 93.1% et 97.4% pour les séquences de Diffusion. Les valeurs prédictives positives et négatives étaient respectivement de 83.8% et 90% pour les séquences T1 injectée avec acquisition tardive et de 96.4% et de 94.9% pour les séquences de Diffusion. Le taux de cholestéatome résiduel était de 29.8%, l'attique était la localisation préférentielle. Le délai moyen entre la chirurgie et la première IRM était de 30 mois pour la population adultes et 14.9 mois pour la population pédiatrique.

    Conclusion: L'IRM est une technique fiable pour la surveillance des cholestéatomes opérés. Les séquences les plus discriminantes sont les séquences de Difffusion et T1 injectée avec acquisition tardive.

  • Etat des lieux du suivi rééducatif en orthophonie d'une population d'adolescents sourds appareillés    - De La Morinière Tiphaine  -  14 juin 2016

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans les cas de surdité, la rééducation orthophonique mise en place est généralement longue et intensive et peut s’avérer coûteuse pour les enfants porteurs de ce handicap. Ainsi, à l’adolescence, période de la vie où de nombreux changements s’opèrent, et notamment au niveau identitaire, qu’en est-il vraiment de l’investissement des jeunes sourds dans leur prise en charge orthophonique ?

    Cette étude descriptive vise à dresser un état des lieux du suivi rééducatif en orthophonie d’une population d’adolescents sourds appareillés (appareillage conventionnel acoustique et/ou implant cochléaire). Nous avons donc conçu un questionnaire dans le but de recueillir les réponses de jeunes sourds appareillés et de leurs parents, sur leur ressenti vis-à-vis de leur prise en charge orthophonique. Nous avons également corrélé les réponses des jeunes au questionnaire, au gain prothétique apporté par leur aide auditive.

    Notre travail a pour but de contribuer à l’actualisation des connaissances sur la prise en charge orthophonique d’adolescents sourds appareillés, cette tranche d’âge étant peu étudiée dans la littérature scientifique. Lassitude, bénéfice, attentes, nous avons tenté de dégager quelques éléments caractéristiques de la prise en charge orthophonique. Par la suite, nous avons souhaité proposer quelques améliorations pour la rééducation en orthophonie dans le but de la rendre plus attractive et surtout plus adaptée aux besoins de chaque jeune.

  • Suivi otologique des enfants porteurs d'une fente palatine : Étude descriptive rétrospective    - Laraufie Camille  -  22 octobre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : des pathologies otologiques chroniques sont fréquentes chez les enfants porteurs d'une fente palatine (FP). Un suivi ORL précoce est nécessaire devant les conséquences possibles sur les seuils audiométriques et l'acquisition du langage.

    Objectifs : cette étude fait un état des lieux dans une population d'enfants suivie au CHU de Poitiers. Elle discute de l'importance des pathologies d'oreille moyenne en cas de FP et de leurs retentissements. Une prise en charge ORL optimisée sera proposée.

    Matériels et méthodes : une étude descriptive rétrospective multicentrique a été faite à partir des enfants opérés de FP au CHU de Poitiers entre 2007 et 2012.

    Résultats : parmi 108 enfants inclus, 94% avaient consulté l'ORL. 89% des enfants avaient une otite séro-muqueuse (OSM) et 84% une surdité. 92% des enfants en indication de pose d'aérateurs trans-tympaniques (ATT) en ont bénéficié : la surdité a régressé chez 90% d'entre eux. Le nombre moyen de poses d'ATT était de 1,2 par enfant : 80% de Reuter (courte durée) et 20% de T-tube (longue durée) pour la première pose. 23% des enfants avaient un retard de langage et 81% avaient bénéficié d'au moins une consultation orthophonique.

    Discussion : au terme d'une revue de la littérature nous proposons le schéma de prise en charge suivant : première consultation ORL avant six mois. S'il existe une OSM associée à une surdité, deux prises en charge pourront être proposées aux parents : la pose de T-tube pendant la chirurgie palatine ou une surveillance à quatre mois avec la pose de Reuter si l'OSM persiste. La surveillance ORL doit s'effectuer tous les six mois à long terme et être associée à un suivi orthophonique précoce.

    Conclusion : le suivi ORL des enfants porteurs d'une FP doit être précoce et régulier à long terme afin de dépister et traiter l'OSM et ses complications telles que la surdité qui peut causer un retard de langage.

  • L'oralité alimentaire chez les enfants et adolescents atteints du syndrome CHARGE : état des lieux du vécu des familles    - Le roux Constant  -  26 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le Syndrome CHARGE est une maladie congénitale polymalformative rare dans laquelle les troubles de l’oralité alimentaire constituent une préoccupation majeure dès le plus jeune âge. Cette étude descriptive vise à dresser un état des lieux de ces troubles en recueillant les réponses des parents sur les difficultés de leur enfant par le biais d’un questionnaire. Il s’agit de contribuer à l’actualisation des connaissances sur ce syndrome encore méconnu de beaucoup de professionnels du soin, et d’identifier quelles peuvent être les principales manifestations de dysoralité susceptibles de s’y exprimer. Notre étude met ainsi en avant plusieurs domaines que nous proposons de considérer comme typiques des problématiques alimentaires des patients CHARGE. À partir de la littérature existante et de l’analyse des réponses des parents, dans le but de répondre aux besoins spécifiques des personnes atteintes du Syndrome CHARGE et de leur entourage, nous proposons enfin des pistes de prise en charge concrètes pour les orthophonistes travaillant en partenariat avec la famille au sein d’une équipe pluridisciplinaire

  • Evaluation des fonctions auditives centrales, de l'attention et de la mémoire de travail dans la compréhension de la parole dans le bruit chez des patients presbyacousiques appareillés    - Rosso Valérie  -  05 juillet 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La presbyacousie, enjeu de santé majeur, est un modèle de pathologie multifactorielle. Elle atteint certes l'audition périphérique. Mais, elle fait également intervenir des facteurs centraux et des facteurs cognitifs. La combinaison de ces trois niveaux d'atteinte entraînerait donc des troubles perceptivo cognitifs beaucoup plus complexes qu'une simple surdité. Ainsi par exemple, ces adultes se plaignent de façon récurrente de ne pas comprendre dans le bruit, au delà des résultats obtenus au niveau des seuils auditifs et en dépit du port régulier de l'aide auditive. Or, en France, de nombreux patients presbyacousiques sont appareillés sans prescription de bilan orthophonique. L'hypothèse est posée d'une possible amélioration de la communication par une rééducation orthophonique spécifique incluant un entraînement auditif ciblé, la stimulation de l'attention et de la mémoire de travail. Cela suppose au préalable d'affiner le diagnostic orthophonique en précisant l'origine du trouble. Nous avons donc mené une étude exploratoire auprès de 17 patients presbyacousiques appareillés se plaignant de ne pas comprendre dans le bruit afin de répondre à cette question. L'insatisfaction de certains patients vis-à-vis d'une prothèse auditive pour la compréhension de la parole en milieu bruyant est-elle la conséquence d'une altération des processus auditifs centraux, de troubles de la mémoire et/ou de l'attention ? Nos résultats indiquent que ces patients présentent des troubles de l'audition centrale objectivés par deux des sub-tests du BAC mesurant les capacités de décodage phonétique et l'aptitude dichotique. Certains patients présentent également une altération de l'attention soutenue et/ou de la mémoire de travail. En revanche, nous n'avons pas mis en évidence de corrélation entre le niveau d'atteinte de ces fonctions et le niveau de gêne en milieu bruyant objectivé par le questionnaire APHAB. L'orthophoniste a toute sa place dans un travail interdisciplinaire avec l'ORL et l'audioprothésiste afin d'améliorer l'accompagnement du patient presbyacousique appareillé.

  • Recherche d'une corrélation entre les performances en lecture labiale et les capacités visuelles (attention et mémoire visuelles) chez l'adulte devenu sourd    - Ruault Elodie

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Environ cinq millions de personnes en France présentent une déficience auditive, acquise pour la majorité d'entre elles. En touchant à la communication, celle-ci représente un véritable handicap. Le rôle de l'orthophoniste est alors de permettre à la personne devenue sourde d'améliorer son niveau de compréhension lors de la communication orale, notamment par l'apprentissage de la lecture labiale. La réception de la parole étant audiovisuelle, la lecture labiale va venir compenser la perte auditive en axant la réception de la parole sur le visuel. Cependant, tous les individus ne sont pas égaux face à cet apprentissage. Nous nous sommes donc interrogés sur les causes possibles de cette variabilité des performances en lecture labiale chez les adultes devenus sourds dans le but de dégager des axes de rééducation orthophonique complémentaires qui homogénéiseraient les niveaux. Nous pensions que les compétences en lecture labiale pouvaient être liées aux capacités visuelles telles que la mémoire et l'attention visuelles mais également à d'autres facteurs (durée de la surdité, plainte du sujet, suivi d'une rééducation de la lecture labiale). Pour le vérifier, nous avons mené une étude auprès de 14 patients adultes devenus sourds. Nous avons évalué leur niveau de lecture labiale que nous avons comparé au score d'attention visuelle et de mémoire visuelle et aux autres facteurs que nous avions définis. Nos résultats n'ont pas mis en évidence de corrélations, nos hypothèses n'ont donc pas été vérifiées. Nous pensons qu'il est important de poursuivre cette étude avec un nombre plus élevé de sujets mais aussi de l'étendre en visant d'autres fonctions visuelles. La prise en charge des devenus sourds en orthophonie est un domaine qui demande à être davantage exploré.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales