Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine > Psychiatrie

Psychiatrie

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
54 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Processus adolescent et engagement des jeunes radicalisés : clés de compréhension : étude pilote dans le cadre d'une recherche action pour la prévention de la radicalisation    - Lenjalley Adrien  -  21 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le terrorisme djihadiste a pris une nouvelle forme depuis quelques années. L'Occident est relativement peu touché en comparaison des pays musulmans, pourtant la préoccupation est aujourd'hui majeure et anime les débats politiques et universitaires en France. La littérature scientifique s'est très largement penchée sur la question du terrorisme, et différents modèles de compréhension psycho-comportementaux ont émergé pour tenter d'expliquer la radicalisation. Aucun n'est réellement satisfaisant et ne permet d'appréhender le phénomène dans toute sa complexité. En effet, il semble difficile de synthétiser les approches historiques, sociologique, criminologique et psychologique. Sur ce dernier point, les chercheurs du monde entier s'accordent sur l'absence de psychopathologie du terrorisme. Pourtant deux éléments interrogent : l'âge de ces jeunes qui partent faire le djihad, et la forte proportion d'adolescents convertis sans racines culturelles liées à l'islam. De ce constat est né le désir de comprendre en quoi le processus de radicalisation s'inscrit dans le processus adolescent. L'adolescence est une période de grande vulnérabilité sur le plan identitaire. Le dégagement des figures d'attachement et la recherche d'étayage sur le groupe de pairs sont des enjeux essentiels particulièrement bien exploités par les recruteurs du djihad. L'objectif de ce travail est de faire émerger des connaissances théoriques sur la question de la radicalisation adolescente en France. Pour cela, nous avons constitué un groupe de recherche à la Maison de Solenn de l'hôpital Cochin à Paris qui interroge la place de l'engagement chez les jeunes. Le travail présenté ici est une étude pilote qualitative phénoménologique sur les représentations des parents et des adolescents concernant la conversion du jeune à l'islam. Les entretiens se sont déroulés sous la forme d'évaluations pédopsychiatriques classiques et le matériel verbal a été analysé transversalement en utilisant l'Interpretative Phénomenological Analysis (IPA). Les principaux résultats inscrivent l'engagement religieux dans une dynamique relationnelle parent-enfant et dans la construction d'un rapport à soi et au monde. L'engagement apparaît donc ici comme une modalité d'expression de l'adolescence et du processus de séparation-individuation.

  • De la capacité à jouer au plaisir de penser : les troubles psychiques de l'adolescent souffrant d'anxiété sociale à l'épreuve du Dixit    - Giacobi Carole  -  13 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le jeu revêt une multitude de définitions selon les époques, les auteurs, les disciplines qui se sont intéressés à la question. Dans le domaine de la santé mentale et de la prise en charge thérapeutique de l'enfant et de l'adolescent, il semble correspondre à une activité de plaisir qui permet le recouvrement de deux aires transitionnelles (au sens winnicottien du terme) : celle de l'enfant et celle du thérapeute, tous deux partie prenante du jeu et de la création de l'espace de co-pensée qui en découle.

    Dans certaines organisations psychopathologiques telles que l'anxiété sociale, ou plus globalement les tableaux d'inhibition majeure, cette capacité de jeu peut être altérée voire inexistante. Il a pu alors être observé en parallèle une difficulté pour l'enfant à investir et déployer sa pensée et ses capacités réflexives.

    La capacité de jouer présiderait-elle à la capacité de penser ? De telles hypothèses incitent à porter une attention particulière au jeu spontané de l'enfant que nous sommes amenés à prendre en charge. Cela invite également à s'interroger sur la place du jeu dans le soin et l'approche thérapeutique. A.FREUD et M.KLEIN en ont fait, chacune à leur manière et malgré certaines divergences profondes, l'élément central de leur théorie comme de leur pratique.

    Notre hypothèse est que le jeu de société Dixit, créé par le Dr ROUBIRA, puisse être un support ludique pertinent dans les soins médiatisés proposés aux adolescents souffrant de problématiques d'inhibition s'inscrivant dans l'entité nosographique de l'anxiété sociale. Un protocole d'étude monocentrique contrôlée non randomisée, en ouvert et prospective de l'effet d'un groupe thérapeutique autour du jeu de société Dixit sur des adolescents présentant une anxiété sociale (selon les critères de la CIM10) est présenté dans ce travail, et reste cependant à mettre en pratique.

    De nombreux retours de professionnels, évoluant dans le domaine de la santé mentale mais aussi en domaine extra-médical, et utilisant déjà le Dixit dans des situations très variées, ont également permis d'en dégager empiriquement l'intérêt et d'identifier les grandes dimensions abordées à travers ce jeu. Ainsi, l'accès à la créativité et l'imaginaire du sujet, le recours à la théorie de l'esprit et au symbolisme, la liberté du joueur et le caractère ludique sont-ils unanimement plébiscités.

    En conclusion et à l'issue de notre réflexion sur le jeu de l'enfant et de l'adolescent, le jeu de société Dixit nous semble en tant que support ludique être un outil pertinent dans la prise en charge de certaines entités psychopathologiques. Il serait toutefois intéressant de pouvoir confirmer et valider scientifiquement cette impression clinique et théorique par la mise en œuvre du protocole d'étude présenté.

  • Vécu des soins psychiques par les mères " borderline" dans le post-partum    - Ancelin Chloé  -  13 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les patientes souffrant du trouble de la personnalité borderline peuvent être en difficulté dans l'accès à la parentalité et la relation avec leur bébé. Les distorsions interactives augmentent le risque d'apparition de difficultés psychiques pour l'enfant au cours de son développement psycho-affectif. Ces patientes adhèrent peu au suivi pédopsychiatrique et l'accompagnement de ces patientes peut être complexe pour les soignants.

    Objectif : Ce travail exploratoire vient interroger le vécu des soins dans le post-partum des mères borderline afin de pacifier la rencontre de ces mères avec les soins psychiques.

    Matériel et Méthode : Deux entretiens semi structurés d'une heure ont été proposé aux patientes borderline rencontrées sur la maternité. Une enquête auprès des médecins généralistes a été associée à se travail.

    Résultats : Les patientes expriment un besoin de réassurance et de validation de la part des soignants. Une écoute bienveillante et sans jugement de leur vécu semble leur permettre de se sentir contenues par les soignants. L'enquête auprès des médecins généralistes nous ouvre plusieurs perspectives notamment du côté de la prévention.

    Conclusion : Ces résultats sont discutés et mis en correspondance avec ceux de la littérature. Ils ouvrent des pistes de réflexion sur l'organisation des soins et la prévention.

  • Intérêt de l'Iowa Gambling Task (IGT) comme marqueur prédictif de rechute dans l'alcoolisme    - Benferhat Moktar-Ahmed  -  13 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction :Les recherches actuelles en addictologie montrent que les sujets avec trouble de l'usage de l'alcool ont une altération de la prise de décision.Cette étude exploratoire vise à vérifier l’hypothèse selon laquelle une mauvaise prise de décision serait associée à plus de rechute.

    Patients et méthode : Les patients ont été recrutés dans le service d’addictologie du service universitaire de psychiatrie du Centre Hospitalier Henri Laborit à Poitiers. Le motif d’admission était la prise en charge d’un sevrage dans le cadre d’unealcoolo-dépendance. Les participants ont effectué I’IGT, une tâche neurocognitive de prise de décisions comprenant 100 sélections de cartes divisées en cinq blocs pour les analyses, la semaine précédant leur sortie. L’objectif principal de cettethèseétait de déterminersi la performance à l’IGTévaluéeavant la sortie, étaitassociée au risque de rechute à 1 mois.L'impact des fonctions cognitives, des traits de personnalité (impulsivité, recherche de sensation, personnalité antisociale), etdes modalités de consommation sur la prise de décision furentégalementrecherchés.

    Résultats : Le travail de thèse ne présente que les résultats les plus préliminaires de cette étude qui n'a pu débuter qu'en juin 2016.Nous n’avons pas retrouvé de différence significative entre les patients ayant rechutéà 1 mois etceux restés abstinents, selon leur performance initiale à l'IGT. Nous n'avons pas trouvé d'impactdes fonctions cognitives, des traits de personnalité (impulsivité, recherche de sensation, personnalité antisociale), ni des modalités de consommations sur la prise de décision.

    Conclusion : En dépit de l’absence de résultat, probablement en lien avec un effectif trop réduit, ce travail apparaît important à continuer à mener. En effet, un plus grand effectif permettrait très probablement de mettre en évidence une différence de performance à l’IGT ayant une implication clinique directe pour la prise en charge de nos patients, contribuant à la personnalisation de leurs soins.

  • Lien entre la prise de décision et la rechute chez les patients alcooliques transplantés hépatiques    - Bujor Daniela-Andreea  -  12 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Le trouble lié à l'usage de l'alcool est un problème de santé publique majeur. Parmi ses conséquences cliniques graves, l'atteinte hépatique alcoolique est l'une des plus fréquentes. À un stade très évolué d'atteinte hépatique, le seul traitement disponible est la transplantation. Toutefois, près de 20% des patients alcoolodépendants sevrés rechuteront dans une consommation alcoolique sévère en post-greffe et un tiers d'entre eux développeront une cirrhose alcoolique récurrente, grevant sérieusement leur pronostic vital. Il apparaît primordial de bien repérer les patients les plus à risque de rechute en post greffe, afin de mieux identifier les facteurs prédictifs de cette rechute et proposer une prise en charge plus ciblée aux patients à risque. L'objectif de notre étude pilote est l'évaluation de la prise de décision, mesuré par l'Iowa Gambling Task, chez les patients transplantés pour cirrhose éthylique. Cette étude pilote s'inscrit dans une étude qui a pour objectif principal d'évaluer la prise de décision en tant que facteur prédictif de rechute en post transplantation hépatique.

    Méthode : L'étude est descriptive unicentrique non randomisée et ouverte. Les patients transplantés hépatiques sont recrutés dans le service de gastro-entérologie du CHU de Poitiers.

    Résultats : Nous avons inclus dix patients transplantés hépatiques qui ne présentent pas de rechute de consommation d'alcool. Nos résultats montrent une corrélation significative négative entre la prise de décision et l'âge des patients. Dans la population évaluée dans notre étude pilote, le score global de l'IGT est supérieur aux scores des patients alcooliques abstinents décrits dans la littérature, mais inférieur aux résultats de la population contrôle. Par ailleurs, les patients inclus présentent des facteurs cliniques protecteurs de rechute retrouvés dans la littérature.

    Conclusion : La taille de l'échantillon recruté ne nous permet pas de généraliser les résultats. Cependant, on peut mettre en avant l'importance de continuer cette étude pour pouvoir mettre en évidence les différents facteurs qui influencent la rechute dans cette population à risque.

  • Troubles de l'usage de l'alcool et prise de décision: apports de la méditation de pleine conscience    - Coulon Marion  -  10 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les recherches actuelles en addictologie montrent que les sujets avec un trouble de l'usage de l'alcool ont une altération de la prise de décision, processus dans lequel les émotions jouent un rôle important. La méditation de pleine conscience est un outil thérapeutique, permettant d'améliorer la gestion de celles-ci, et de limiter le taux de rechute éthylique.

    Méthodes : Nous avons réalisé une étude prospective, quasi-expérimentale, mono-centrique, au Service Hospitalier d'Aide à la Libération des Ethyliques de La Rochelle. Vingt-neuf patients présentant un trouble de l'usage de l'alcool et hospitalisés pour une cure complexe ont été inclus. Ils bénéficiaient d'une prise en charge psychocorporelle de type méditation de pleine conscience. L'objectif principal était d'établir un lien entre la méditation de pleine conscience et les performances décisionnelles des sujets grâce à l'Iowa Gambling Task (IGT). Les objectifs secondaires étaient d'étudier l'implication thérapeutique des sujets, l'impact des comorbidités psychiatriques et addictives, les caractéristiques cliniques du trouble de l'usage de l'alcool, et de confirmer le déficit décisionnel chez ces sujets, déjà mis en évidence dans la littérature.

    Résultats : Les résultats montraient une amélioration des performances à l'IGT en fin de cure mais nous n'avons pas retrouvé d'association statistiquement significative entre l'amélioration des performances décisionnelles à l'IGT et la pratique de la méditation de pleine conscience. Nous retrouvons un déficit de la prise de décision chez les sujets inclus présentant un trouble de l'usage de l'alcool, en comparaison aux résultats de la littérature. Les performances à l'IGT ne sont pas corrélées avec les caractéristiques cliniques, ni avec les comorbidités psychiatriques ou addictives. En revanche, il existe une corrélation positive significative (p = 0,88) entre l'implication thérapeutique du sujet dans la pratique de la médiation de pleine conscience et l'amélioration des scores à l'IGT.

    Conclusion : Ces résultats préliminaires, même s'ils nécessitent d'être approfondis et précisés sur une population plus large, confirment la présence de troubles de la prise de décision chez les patients présentant un trouble de l'usage de l'alcool. Ils révèlent l'importance de l'investissement du sujet dans sa prise en charge.

  • Thérapie avec le cheval dans le trouble autistique de l'enfant : à propos d'une expérience en pédopsychiatrie    - Depagne Marie-pauline  -  31 mai 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les thérapies à médiation animale connaissent un succès croissant dans tous les domaines du soin, y compris le soin psychique. La thérapie avec le cheval (TAC) est utilisée notamment dans de nombreux services de psychiatrie de l'enfant. Pour autant, on ne trouve que très peu de littérature sur son efficacité, sa spécificité, ses moyens d'action et l'argumentaire qui justifie son utilisation est bien souvent construit sur les convictions personnelles de l'auteur au sujet des bienfaits de la présence animale pour le patient. C'est dans ce contexte qu'on s'est posé la question de l'efficacité de la thérapie avec le cheval dans l'autisme sévère chez l'enfant et de ses effets spécifiques dans cette indication précise.

    On a donc suivi pendant six mois un groupe de trois enfants autistes, accueillis en hôpital de jour au sein d'un service de psychiatrie de l'enfant, participant hebdomadairement à des séances de TAC. On a évalué leurs progrès selon deux modalités : en recueillant des observations cliniques puis en remplissant une échelle d'observation une fois par mois et en comparant le score des enfants à la CARS (Childhood Autism Rating Scale) avant et après l'intervention thérapeutique.

    On a pu observer une amélioration significative des scores à la CARS pour deux enfants sur trois. Les observations cliniques ont mis en évidence une amélioration des dimensions symptomatiques, sensorielles, psychomotrices et affectives pour tous les enfants. Notre réflexion nous a amené à proposer des hypothèses concernant les mécanismes qui sous tendaient ces évolutions positives, hypothèses étayées par nos observations cliniques.

    Nous avons ainsi exposé sur un plan clinique l'efficacité et des modes d'action spécifiques de la TAC dans l'autisme sévère de l'enfant.

  • Adolescents à hauts risques psychosociaux et sentiment d’affiliation en famille d’accueil : à propos de 4 cas cliniques    - Poitrine Cécile  -  30 mai 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La stabilité d’un placement est un des enjeux majeurs de la prise en charge des adolescents confiés à l’Aide sociale à l’enfance, du fait de son impact sur leur santé et leur devenir psychosocial.

    Objectifs : L’objectif principal est de vérifier l’influence de la qualité de l’affiliation sur la stabilité des placements, les troubles psychiatriques et le devenir de l’adolescent placé. Les objectifs secondaires explorent les déterminants d’une affiliation réussie.

    Matériel et Méthode : Nous avons réalisé une étude de cas auprès d’adolescents en famille d’accueil depuis plus d’un an et suivis en service de psychiatrie de l’adolescent. À l’aide d’un entretien semi-dirigé, nous avons interrogé leur quotidien et recueilli leur sentiment d’affiliation pour l’intégrer au récit de leur parcours.

    Résultats : Les 4 adolescents ont évoqué des affiliations différentes globalement positives, mais qui n’ont pas toujours été suffisantes pour éviter une rupture. Le langage de parenté utilisé semblait un marqueur de lien. Se sentir chez soi, pouvoir compter sur la famille d’accueil et bénéficier de ses soins, contribuaient au sentiment d’affiliation. Un placement stable, un projet professionnel et une amélioration clinique ont été constatés pour 2 adolescentes dont l’affiliation apparaissait particulièrement réussie. Les déterminants étaient : une participation active de l’adolescent à son projet, la prise en compte de ses préoccupations familiales, la qualité des relations sociales de la famille d'accueil, les éléments d'intégration mis en place, sa tolérance aux troubles psychiques et son soutien des soins.

    Conclusion : L'affiliation doit faire l'objet d'évaluation et d'accompagnement dans la prise en charge des adolescents confiés.

  • Prise en charge hospitalière des patients ayant bénéficié de l’article 122-1 alinéa 1 du Code pénal entre 2004 et 2014 en Poitou-Charentes : état des lieux et réflexion sur l’influence d’un climat sécuritaire sur les soins proposés à cette population    - Wagner Laure  -  30 mars 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La prise en charge des malades mentaux ayant commis une infraction en lien avec leur pathologie a de tout temps posé question. Depuis 1810, l’irresponsabilité pénale du malade mental est inscrite dans la loi avec l’article 64 du Code pénal. Depuis le vote de la loi d’internement en 1838, leur prise en charge est confiée à l’hôpital psychiatrique où ils doivent être traités comme les autres patients, leur responsabilité n’ayant pas été retenue sur le plan pénal. Cependant, la crainte de la récidive et la diminution des moyens attribués à l’intra-hospitalier en psychiatrie peut pousser les soignants à prendre en charge de manière différente les patients ayant commis des actes violents judiciarisés.

    Notre étude rétrospective, comparative, multicentrique effectuée dans les hôpitaux psychiatriques du Poitou-Charentes entre 2004 et 2014 nous a permis de montrer que les patients hospitalisés après l’application de l’article 122-1 alinéa 1 du Code pénal étaient hospitalisés plus longtemps et dans des conditions plus coercitives qu’une population de patients hospitalisés en SDRE comparable. En effet, la durée de l’hospitalisation, le maintien de la mesure SDRE, le maintien en service fermé ou en isolement étaient significativement plus longs pour les patients irresponsabilisés pénalement. Ils faisaient également l’objet de prescription de molécules à effet sédatif à des posologies plus élevées en début d’hospitalisation.

    Ces constatations nous ont permis de discuter des liens entre la politique actuelle et la prise en charge de cette population particulière au cours de l’hospitalisation.

  • Le mésusage d'alcool en post chirurgie bariatrique : Étude de cas chez des personnes obèses morbides opérées    - Mis Marie  -  19 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les résultats de la chirurgie bariatrique, étayés par des preuves scientifiques, ne sont plus à démontrer, tant sur le plan somatique que psychologique. Cependant un nombre croissant d'études indiquent que les personnes obèses opérées d'une chirurgie bariatrique ont un risque accru de développer un mésusage d'alcool.

    Notre étude a pour but d'apporter un éclairage clinique sur ces patients particuliers, aux antécédents d'extrême obésité, ayant eu recours à une chirurgie de réduction de poids.Pour cela, dans un premier temps, nous avons mis en perspective ces deux troubles complexes, multifactoriels et hétérogènes, que sont l'obésité morbide et le mésusage d'alcool par le biais d'une approche théorique transnosographique.

    Puis la lecture de quatre cas cliniques, nous a permis d'aborder cette complexité des liens entre alimentation et consommation d'alcool, dans un contexte psychopathologique et chirurgical favorisant le passage de l'un à l'autre.

    En conclusion, une prise en charge intégrative, inspirée du modèle biopsychosocial des addictions, pourrait être indiquée, en complément de la chirurgie bariatrique.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales