Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine > Ophtalmologie

Ophtalmologie

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
9 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 9
Tri :   Date travaux par page
  • Étude OCTAVE : néo-vaisseaux choroïdiens de la DMLA exsudative: aspect en angiographie-OCT    - Espenan-Bellet Julie  -  30 septembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'angiographie-OCT (OCT-A) est une nouvelle méthode d'investigation non-invasive permettant de visualiser la micro-vascularisation rétinienne et choroïdienne, sans risque d'effet indésirable. Nous avons étudié les caractéristiques des néo-vaisseaux choroïdiens en OCT-A, chez les patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) exsudative.

    Méthode : Etude prospective, non interventionnelle, monocentrique, réalisée en juillet 2015 sur une population de patients souffrant d'une DMLA exsudative. L'objectif principal était de décrire les caractéristiques sémiologiques des néo-vaisseaux en OCT-A. Les objectifs secondaires étaient de comparer les caractéristiques sémiologiques des néo-vaisseaux de type 1 et 2 en OCT-A, et d'autre part celles des néo-vaisseaux naïfs et non-naïfs de traitement par anti-VEGF.

    Résultats : Au total, 47 yeux de 43 patients ont été analysés. L'âge moyen était de 80 ans. Pour tous les yeux étudiés, la membrane néo-vasculaire diagnostiquée avec les examens de référence était retrouvée en OCT-A. Les types morphologiques de néo-vaisseaux les plus fréquemment retrouvés dans la population générale étaient les glomérules (40,4% des cas), les arbres touffus (23,4%) et les néo-vaisseaux fragmentés (21,3%). Le plexus capillaire superficiel était préservé dans la majorité des cas, à l'inverse du plexus capillaire profond. En regard de la lésion néo-vasculaire, le réseau choriocapillaire était raréfié et désorganisé dans respectivement 95,7 et 93,6% des cas.

    Conclusion : Notre étude propose une nouvelle classification des néo-vaisseaux visualisés en OCT-A dans la DMLA exsudative et détaille les lésions occasionnées dans les différentes couches de la rétine et de la choroïde.

  • Retinal Microvascular Alterations related to Diabetes: An Optical Coherence Tomography Angiography Study    - Gozlan Julien  -  05 octobre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'angiographie à la fluorescéine représente l'outil de référence pour évaluer la maculopathie diabétique ischémique (MDI), qui est une cause de baisse d'acuité visuelle irréversible chez les patients diabétiques. Le but de cette étude était d'explorer l'atteinte de la zone avasculaire centrale (ZAC) et de la microcirculation périfovéolaire au cours de la rétinopathie diabétique non proliférante (RDNP) en angiographie OCT.

    Patients et méthodes : Étude transversale portant sur des yeux de patients diabétiques atteints de RDNP. Un interrogatoire médical, une mesure de la meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC), un examen à la lampe à fente et du fond d’œil, des rétinographies couleur, un SD-OCT et un OCT Swept-Source étaient pratiqués chez tous les patients inclus. De plus, un examen d'angiographie OCT était réalisé afin d'évaluer les plexus capillaires superficiel et profond dans chaque œil à l'étude.

    Résultats : Cinquante huit yeux de 35 patients, dont l'âge moyen était de 61.8 ans, atteints de RDNP ont été inclus dans cette étude. Parmi eux, 19 yeux présentaient une RDNP minime, 24 yeux présentaient une RDNP modérée et 15 yeux présentaient une RDNP sévère. Une progression significative du grade de la ZAC (p < 0.0001), de la surface de la ZAC (p = 0.0036), du périmètre de la ZAC (p = 0.0001), et de l'index de non-perfusion du plexus capillaire superficiel (INP) (p = 0.0009) a été mise en évidence avec l'aggravation de la RDNP (comparaison entre chaque groupe). De plus, une corrélation significative était retrouvée entre l'INP et la MAVC (p = 0.007).

    Conclusion : L'angiographie OCT est une nouvelle technique d'imagerie rétinienne vasculaire capable d'explorer la MDI dans la RDNP de façon non-invasive. L'INP, un index d'OCT angiographie nouvellement décrit, permet d'explorer en une mesure unique à la fois la vascularisation fovéolaire et périfovéolaire.

  • Relationships between macular pigment optical density and lacquer crack related to high myopia    - Benoudis Léa  -  10 juin 2015  - Thèse d'exercice


  • Efficacité et tolérance de la PNeumoTrabéculoplastie (PNT) dans la prise en charge de l'hypertonie intra-oculaire et du glaucome primitif à angle ouvert : impact sur des critères biométriques du segment antérieur analysés en imagerie UBM    - Lichtwitz Olivier  -  07 octobre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La pneumotrabéculoplastie (PNT) est une nouvelle technique non chirurgicale dans la prise en charge de l'hypertonie intra-oculaire et du glaucome primitif à angle ouvert. Par un phénomène de succion, la PNT permet de réduire significativement la PIO. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'efficacité et la tolérance de la PNT chez des patients avec une HTIO ou un GPAO, ainsi que son impact sur des critères biométriques du segment antérieur analysés en ultrabiomicroscopie (UBM).

    Matériels et méthodes : Dans cette étude pilote, exploratrice, prospective, en ouvert, monocentrique, non randomisée, ont été inclus 23 yeux de 23 patients atteints d'HTIO ou de GPAO avec une PIO > 21 mmHg avec un suivi de 6 mois. Pour chaque patient, l'oeil avec la PIO la plus élevée était inclu dans l'étude (groupe PNT), l'oeil avec la PIO la plus basse servait de contrôle intra-individuel (groupe adelphe). La PNT était réalisée au 1er, 7ème, 90ème et 180ème jour. Nous avons réalisé initialement et à 6 mois une courbe diurne de PIO, un OCT, un CV et un UBM. Le patient était considéré comme répondeur à la PNT si la réduction de la PIO était > 15% par rapport à la PIO initiale. Les critères biométriques mesurés étaient la profondeur de la chambre antérieure, le degré d'ouverture de l'angle irido-cornéen, la surface du corps ciliaire.

    Résultats : Initialement, la PIO moyenne était de 26.1 mmHg le groupe PNT et 22.2 mmHg dans le groupe adelphe. A 6 mois, dans le groupe PNT, 18 yeux sur 23 (78%) étaient répondeurs avec une PIO moyenne de 21.4 mmHg (réduction moyenne de 4.7 mmHg soit -18%, p < 0.0001), chez les répondeurs la réduction moyenne était de 5.5 mmHg soit 22%; dans le groupe adelphe, la PIO moyenne était de 21.2 mmHg (réduction moyenne de 1 mmHg soit -4.6%). A 6 mois, les yeux du groupe PNT ont montré une diminution de la surface du corps ciliaire en UBM de 0.2 mm2 (soit une réduction de -7.4%, p < 0.0001) traduisant un effet de cycloaffaiblissement de la PNT; cet effet n'était pas retrouvé dans le groupe adelphe -0.0 mm2, -0.7%, p = 0.089 ). Les principaux effets secondaires, spontanément résolutifs en quelques jours, sont l'hyperhémie conjonctivale, l'hémorragie sous conjonctivale et la kératite.

    Conclusion: La PNT est une méthode physique efficace et sûre dans la prise en charge de l'HTIO et du GPAO. Elle est non invasive, peu onéreuse, facile et rapide de réalisation. Son effet permet une baisse durable de la PIO pendant une période de 3 à 6 mois. Des séances de PNT itératives sont possibles. L'UBM met en évidence un effet de cycloaffaiblissement sur l’œil traité par PNT entrainant probablement une diminution de la sécrétion d'humeur aqueuse.

  • Injections intravitréennes de ranibizumab complétées par photocoagulation laser en grid pour le traitement de l'œdème maculaire diabétique avec déficit visuel (étude LLOMD)    - Cazet-Supervielle Agathe  -  07 octobre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : L'objectif de notre travail est d'évaluer, en se basant sur l'évolution de l'acuité visuelle (AV), la nécessité d'IVT complémentaires de ranibizumab à un an, suivant un traitement initial comprenant 3 IVT à un mois d'intervalle associées à un traitement par laser au 4ième mois, chez des patients porteurs d'un œdème maculaire diabétique (OMD) diffus ou mixte.

    Matériels et Méthodes : 30 patients présentant un OMD avec AV <69 lettres et CRT>310 μm ont été inclus. Il s'agit d'une étude prospective, interventionnelle, monocentrique, ouverte, non contrôlée, de phase 2, sans insu. Nous avons évalué la nécessité de réinjection dans les 6 mois suivant le traitement initial, la variation de l'AV, de l'épaisseur rétinienne centrale (CRT), de la qualité de vie, et de la sensibilité rétinienne à l'ERGmf.

    Résultats : Sur un an, 46,7% des patients n'ont pas nécessité de réinjection. Le nombre moyen d'IVT était de 4,9. Le gain moyen d'AV est de + 8,5 lettres (p<0,001 ; IC 95% = 4,5 – 12,5). 73,3% des yeux ont gagné > 5 lettres. 46,7% des yeux ont gagné > 10 lettres. 33,3% des yeux ont gagné > 15 lettres à 12 mois. La CRT a diminué significativement de -78,9 microns (p=0,014 ; IC95%= -16,8 – -140,9). Le questionnaire de qualité de vie montre une amélioration significative de la santé générale (p=0,030), de la vision générale (p=0,001), de la réalisation d'activités avec vision proche (p=0,040) et de la santé mentale (p=0,045). A l'ERGmf, il existe une diminution significative du signal RMS, de l'amplitude de l'onde P1 et de l'onde N1; le temps de latence de l'onde P1 est allongé. Seule une AV basse à l'inclusion est associée avec une nécessité de réinjecter au moins une fois au cours de la 1ère année.

    Conclusion : Notre étude soulève l'intérêt du laser maculaire réalisé au 4ème mois après un traitement d'attaque par IVT de ranibizumab, pour réduire le nombre d'IVT au cours de la 1ère année chez des patients présentant un OMD.

  • Performances visuelles et qualité de vie après chirurgie de la cataracte : implants intraoculaires jaunes versus implants intraoculaires photochromiques    - Sultan Guillaume  -  14 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : Les objectifs étaient d'évaluer les performances visuelles et la qualité de vie des patients pseudophakes implantés avec des lentilles intraoculaires photochromiques et des lentilles intraoculaires jaunes.

    Lieu : Service d'ophtalmologie du CHU de Poitiers, Poitiers, France

    Conception : Étude de cohorte, prospective, de mars 2012 à août 2013 Matériel et méthodes : Des patients présentant une cataracte étaient séparés en 2 groupes et bénéficiaient d'une extraction extra-capsulaire avec phako-émulsification et pose d'implants intraoculaires de chambre postérieure. Dans le premier groupe (groupe photochromique) étaient implantées des lentilles photo-chromiques claires filtrant les rayons UV (EyePx Éclipse, Ophta France) jaunissant et filtrant la lumière bleue sous l'effet des rayons UV. Dans le second groupe (groupe jaune), étaient implantées des lentilles jaunes (Hoya 251-Hoya surgicals Optics et Podeye -Physiol). Les explorations postopératoires comprenaient la mesure de la meilleure acuité visuelle de loin corrigée (MAVC) photopique et scotopique et de la sensibilité au contraste statique photopique avec et sans éblouissement. Le questionnaire NEI-VFQ25 était distribué avant et après chirurgie pour évaluer la qualité de vie des patients.

    Résultats : 36 yeux de 22 patients étaient inclus dans le groupe photo-chromique et 44 yeux de 28 patients étaient inclus dans le groupe jaune. Parmi 29 yeux du groupe photo-chromique et 26 yeux du groupe jaune, il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre les MAVC photopiques et entre les MAVC scotopiques. La MAVC scotopique était statistiquement significativement diminuée par rapport à la MAVC photopique, uniquement dans le groupe jaune. Parmi 32 yeux du groupe photochromique et 22 yeux du groupe jaune, il n'y avait pas de différence statistiquement significative des fonctions de sensibilité au contraste avec et sans éblouissement dans l'ensemble des populations, et dans les sous groupes de patients diabétiques ou présentant une maculopathie liée à l'âge. Parmi 17 patients du groupe photochromique et 20 patients du groupe jaune, aucune différence statistiquement significative n'était retrouvée au niveau des différents scores du questionnaire de qualité de vie en postopératoire.

    Conclusions : Les 2 types de lentilles intraoculaires photo-chromiques et jaunes procurent des performances visuelles comparables concernant l'acuité visuelle photopique et scotopique et la sensibilité au contraste photopique. Ces 2 types d'implants peuvent être proposés aux patients. Des précautions sont néanmoins à prendre avec les implants jaunes concernant la vision scotopique. Des études sur la vision mésopique et des évaluations à plus long terme, comparant leurs capacités de photo-protection et le retentissement sur le cycle circadien semblent nécessaires pour guider le choix entre ces 2 types d'implants.

  • Etude parallèle des microcirculations rétinienne et cutanée au stade précoce du diabète de type 1    - Benisty Déborah  -  24 septembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La rétinopathie diabétique (RD), complication microvasculaire du diabète, représente la première cause de cécité dans les pays occidentaux. Des atteintes précoces de la microcirculation et notamment une dysfonction endothéliale seraient impliqués dès les stades précoces de la maladie, au niveau rétinien mais également au niveau d’autres microcirculations périphériques telle que celle de la peau. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer, la vasoréactivité rétinienne de jeunes patients diabétiques de type 1, au stade précoce de leur maladie, et de mettre ces résultats et de comparer ces données avec celles obtenues au niveau de la microcirculation cutanée.

    MATERIELS ET METHODES : 16 jeunes patients diabétiques de type 1 sans signe de RD, sans hypertension artérielle et sans microalbuminurie et 16 témoins appariés pour l’âge et le sexe ont inclus été dans cette étude. L’étude de la microcirculation rétinienne a été réalisée à l’aide du Retinal Vessel Analyzer®, une technique d’imagerie dynamique et non invasive. Nous avons étudié la vasodilatation rétinienne endothélium-dépendante, induite par une stimulation lumineuse intermittente de type flicker et la réactivité à l’oxyde nitrique libéré par de la trinitrine (Natispray®) (test de la vasodilatation non endothélium-dépendante). La réactivité de la microcirculation cutanée a été évaluée par la technique de laser Doppler flowmétrie couplée à l’administration transcutanée d’acétylcholine (Ach) par iontophorèse (test de la vasodilatation endothélium-dépendante) et au réchauffement cutanée (test de la vasodilatation maximale).

    RESULTATS : A l’état basal, Les diamètres des artérioles et des veinules étaient augmentées chez les diabétiques. La vasodilatation artérielle rétinienne induite par le flicker était significativement diminuée chez les patients diabétiques (1,7 % vs 2,5 % dans le groupe contrôle ; p < 0,05). La trinitrine induisait une vasodilatation rétinienne dans le groupe contrôle qui n’est pas retrouvée chez les diabétiques (p < 0,05). Au niveau cutané, une diminution de la vasodilatation à l’Ach et à la chaleur étaient présentes chez les patients diabétiques.

    CONCLUSION : Chez les patients diabétiques de type 1, ans RD et sans microalbuminurie, nous avons mis en évidence des anomalies infracliniques conjointes des microcirculations rétinienne et cutanée dans le sens d’une dysfonction endothéliale et d’une diminution de la capacité maximale de vasodilatation. L’altération de la réponse rétinienne au flicker intervient également dans le cadre d’une altération du couplage neurovasculaire rétinien et pourrait être considérée comme un marqueur de risque de RD.

  • Intérêt du MeiboPatch® dans le traitement des dysfonctionnements des glandes de Meibomius‎ : impact sur la qualité de vision mesuré par aberrométrie double pass, OQAS    - Dupont Lionel  -  14 septembre 2012  - Thèse d'exercice


  • La chirurgie de la paralysie unilatérale de l’oblique supérieur : expérience nantaise de 2000 à 2010    - Maleama Myriam  -  14 septembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : Cette étude rétrospective avait pour objectif la comparaison de quatre stratégies chirurgicales impliquant un renforcement de l’oblique supérieur dans la prise en charge de la paralysie de ce muscle, quelle que soit son étiologie.

    Patients et méthodes : 259 patients opérés au CHU de Nantes entre 2000 et 2010 d’une paralysie unilatérale de l’oblique supérieur ont été inclus.

    Résultats : 9.3% de l’effectif avait une paralysie de l’oblique supérieur acquise. Les patients ont eu un suivi post-opératoire moyen de 22,5 mois (sd = 28). 83% des patients ont eu une déviation résiduelle moyenne en position primaire de 2 " pour l’angle de loin (sd : 3), 2 " pour l’angle de près (sd : 3), et 5 " pour l’angle en version (sd : 5) après une seule opération. L’intervention la plus pratiquée (43 %) a été la combinaison d’un renforcement de l’oblique supérieur à un recul de l’oblique inférieur, qui a été la stratégie chirurgicale la plus rentable pour la diminution de l’excyclotorsion des deux yeux.

    Discussion et conclusion : Le renforcement de l’oblique supérieur combiné à un recul de l’oblique inférieur en première intention a permis d’obtenir l’association d’une diminution importante de la déviation oculaire et d’une correction de la cyclotorsion.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales