Sciences économiques et sociales

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
10 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Relaxation et attention en classe de première en SES    - Cheminal Elodie  -  28 mai 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette recherche avait pour but de répondre à la question suivante, la relaxation a-t-elle une influence sur l’attention des élèves ? L’étude a été réalisée en classe de première, au lycée en Sciences Economique et Sociale sur vingt-quatre élèves. Les élèves ont effectué des séances de relaxation et ont été observés via une grille d’observation de comportements inattentifs, suite à ces séances, sur l’étude d’un texte. Seul six élèves ont été observés durant trois semaines soit neuf séances. Les résultats montrent que les comportements inattentifs diminuent après la mise en place de séances de relaxation mais ne permettent pas de prouver qu’il y a une influence de la relation sur le long terme puisque l’on n’observe pas de diminution des comportements au fur et à mesure des séances.

  • Autorité et genre    - Dagonat Justine  -  28 mai 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Au sein des lycées français, les élèves ont tous un statut identique, et sont soumis aux mêmes normes scolaires. Cependant, il existe tout de même des différences, notamment des différences liées au genre. Cette étude s’intéresse au respect des normes scolaires afin d’expliquer comment la socialisation différentielle en fonction du genre peut être créatrice de déviance. En effet, il s’agira de saisir les raisons qui mènent les élèves en fonction de leur genre à transgresser les règles formelles inscrites dans un règlement intérieur.

  • Le poids des apparences dans le jugement scolaire    - Ducroix Benoît, Clavere Jonathan  -  16 mai 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre travail scientifique réflexif s’intitule « le poids des apparences dans le jugement scolaire ». Notre principale problématique est de se demander en quoi la tenue vestimentaire de l’élève peut influencer l’opinion de l’enseignant sur l’élève et si le rapport entretenu par l’enseignant lui-même avec l’apparence a également un impact sur l’opinion qu’il se fait de ses élèves. Nous avons donc construit une base de données commune établie à partir de données collectées sur le terrain. Cette base contenait des données subjectives sur les élèves fondées sur les perceptions de l’enseignant (style vestimentaire, attitude, niveau supposé, niveau d’intégration) mais également des données objectives (classe, profession des parents, moyenne). Nous avons complété cette base de données avec deux autres indicateurs : un questionnaire mesurant le rapport à l’apparence des différents professeurs et un indicateur mesurant l’erreur commise par les professeurs sur le niveau supposé en début d’année par rapport à la moyenne réelle de leurs élèves. A travers l’exploitation de la base de données, nous pouvons constater que les élèves dont le niveau estimé est élevé sont également ceux dont les tenues vestimentaires sont jugées les plus élégantes, colorées, stylées ou soignées. A l’inverse des résultats contraires se manifestent chez les élèves dont le niveau scolaire est estimé faible. Malgré ces constats, notre analyse semble à relativiser. Nous ne constatons pas de liens significatifs entre l’opinion du professeur et le rapport entretenu lui-même avec l’apparence vestimentaire. L’étude des différentes variables croisées avec l’erreur de jugement du professeur nous a révélé différentes corrélations. Premièrement, les élèves très curieux ou très agréables sont surestimés alors que les élèves peu curieux ou peu agréables sont sous-estimés. De plus, l’erreur de jugement est une fonction décroissante de la rapidité. Par ailleurs, les élèves les mieux intégrés dans la classe sont mieux estimés que les élèves moins bien intégrés. Enfin, plus un élève s’écarte de la sensibilité moyenne, moins son niveau est correctement évalué par les professeurs. Cependant, en croisant le caractère stylé des élèves et l’erreur commise par leur professeur, nous n’obtenons pas de résultats significatifs. En conclusion, ces interrogations nous amènent donc à être encore plus vigilants face à la manière de juger un élève et nous emmènent également à nous questionner sur l’adaptation de notre conduite face à l’évaluation.

  • Le poids des apparences dans le jugement scolaire    - Clavère Jonathan, Ducroix Benoît  -  16 mai 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre travail scientifique réflexif s’intitule « le poids des apparences dans le jugement scolaire ». Notre principale problématique est de se demander en quoi la tenue vestimentaire de l’élève peut influencer l’opinion de l’enseignant sur l’élève et si le rapport entretenu par l’enseignant lui-même avec l’apparence a également un impact sur l’opinion qu’il se fait de ses élèves. Nous avons donc construit une base de données commune établie à partir de données collectées sur le terrain. Cette base contenait des données subjectives sur les élèves fondées sur les perceptions de l’enseignant (style vestimentaire, attitude, niveau supposé, niveau d’intégration) mais également des données objectives (classe, profession des parents, moyenne). Nous avons compléter cette base de données avec deux autres indicateurs : un questionnaire mesurant le rapport à l’apparence des différents professeurs et un indicateur mesurant l’erreur commise par les professeurs sur le niveau supposé en début d’année par rapport à la moyenne réelle de leurs élèves. A travers l’exploitation de la base de données, nous pouvons constater que les élèves dont le niveau estimé est élevé sont également ceux dont les tenues vestimentaires sont jugées les plus élégantes, colorées, stylées ou soignées. A l’inverse des résultats contraires se manifestent chez les élèves dont le niveau scolaire est estimé faible. Malgré ces constats, notre analyse semble à relativiser. Nous ne constatons pas de lien significatif entre l’opinion du professeur et le rapport entretenu lui-même avec l’apparence vestimentaire. L’étude des différentes variables croisées avec l’erreur de jugement du professeur nous a révélé différentes corrélations. Premièrement, les élèves très curieux ou très agréables sont surestimés alors que les élèves peu curieux ou peu agréables sont sous-estimés. De plus, l’erreur de jugement est une fonction décroissante de la rapidité. Par ailleurs, les élèves les mieux intégrés dans la classe sont mieux estimés que les élèves moins bien intégrés. Enfin, plus un élève s’écarte de la sensibilité moyenne, moins son niveau est correctement évalué par les professeurs. Cependant, en croisant le caractère stylé des élèves et l’erreur commise par leur professeur, nous n’obtenons pas de résultats significatifs. En conclusion, ces interrogations nous amènent donc à être encore plus vigilants face à la manière de juger un élève et nous amènent également à nous questionner sur l’adapatation de notre conduite face à l’évaluation.

  • Esprit critique et origine sociale sont-ils liés ?    - Parat Antoine  -  20 mai 2016

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce travail de recherche réalisée en SES vise à la compréhension du lien qui peut exister entre l'esprit critique des élèves et leur origine sociale. En quoi cette origine sociale fonctionne-t-elle comme une variable déterminante et quel lien entre le capital culturel et l'esprit critique.

  • Comment les programmes de la discipline de sciences économiques et sociales permettent-ils d’éduquer au développement durable ?    - Chef--ternil Pierre-emmanuel  -  20 mai 2016

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’étude cherche à rendre compte du rapport entre le programme de sciences économiques et sociales et l’éducation au développement durable. Pour ce faire l’étude est centrée autour de 3 hypothèses. La première théorique est que le programme de SES permet de bien connaître les enjeux du DD et permet aux élèves de développer un avis critique. La seconde est que les élèves sont motivés par le DD pour des raisons qui ne sont pas purement scolaire poussant la réflexion sur le terme s’éducation. Enfin la troisième visant à comprendre l’utilisation des compétences scolaire faites par les élèves dans le milieu extra-scolaire faisant le lien compétence et connaissance.

  • Comment optimiser le niveau d'attention des élèves à partir de la sélection de dispositifs pédagogiques adaptés en Sciences économiques et sociales ?    - Dos santos peireira travessa Nuno  -  03 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le succès des apprentissages ne peut être garanti si les élèves ne sont pas en mesure de maintenir un niveau élevé d'attention tout au long des activités préparées par l'enseignant. Le choix de dispositifs pédagogiques joue sur la motivation des élèves. Or ce facteur est capital afin de réussir à optimiser leur niveau d'attention.

  • Jeu / Inégalités. De l'usage du jeu en SES pour lutter contre les inégalités scolaires    - Claeys Julien, Lodenet Kevin, Gauthier Tony  -  30 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le rapport PISA 2012 met en exergue le caractère inégalitaire de l’École française ; constat analysé sociologiquement depuis un demi-siècle. Dès lors, comment la pratique pédagogique de l'enseignant peut-elle combattre ces inégalités ? Ce débat est soulevé par les pédagogies nouvelles développées depuis la fin du XIXème siècle. Or, depuis leur création en 1966, les Sciences Économiques et Sociales se réfèrent à ces pédagogies afin de mettre l'élève au centre de la construction de son savoir. Ainsi, des dispositifs alternatifs au cours magistral sont mis en place. Qu'en est-il de leur impact sur les inégalités scolaires ? Qu'en est-il d'un dispositif parmi d'autre qu'est le jeu ? A la lumière d'expérimentation de jeux en classe de SES, ce dernier se révèle à la fois réducteur d'inégalités et source d'inégalités nouvelles. Cela permet d'éclairer la pratique enseignante dans la prise en compte de l'hétérogénéité des élèves.

  • Le jeu et la motivation en Sciences Economiques et Sociales    - Barrachina Vincent, Leveau Coralie  -  30 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Pourquoi utiliser le jeu comme support pédagogique ? Peut-on réellement apprendre par le jeu ? Quels sont les liens précis entre la motivation et le jeu en Sciences Économiques et Sociales ? L'étude portera dans un premier temps la didactique des Sciences Économiques et Sociales afin de montrer quelle place est faite au jeu. Sont ensuite étudiés plus précisément les concepts de jeu et de motivation. Pour terminer, l'étude montrera comment mettre en relation le jeu et la motivation en SES dans le cadre d’un jeu mis en place lors d’un cours de SES de seconde.

  • L'utilisation du jeu en cours de Sciences économiques et sociales favorise-t-elle la réussite scolaire des lycéens ?    - Georges Camille, Neveu Julie  -  30 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Suite aux résultats déplorables de la France au sein de l'enquête PISA de 2013, la réussite éducative est devenue un des objectifs principaux du Ministre de l'Éducation Nationale pour favoriser la réussite scolaire de chaque élève. Mais à l’heure où la lutte contre les inégalités sociales est au centre de cette réussite éducative, les pédagogies actives, et plus spécifiquement l’utilisation du jeu en cours, peuvent-elles contribuer à cette réduction des inégalités sociales entre les élèves ? De même, peuvent-elles favoriser la réussite scolaire de l’ensemble des lycéens ? C’est pour répondre en partie à cette question que ce travail d’étude et de recherche a été mené. Pour cela, nous avons fait passer deux types de questionnaires. Le premier questionnaire est adressé aux lycéens avec des questions essentiellement fermées. Le second questionnaire est adressé, quant-à-lui, aux enseignants ayant déjà utilisé le jeu en cours ; il comporte uniquement des questions ouvertes. Notre étude est d'autant plus riche qu'elle se base à la fois sur une enquête quantitative (traitement des données des questionnaires à questions fermées) et sur une enquête qualitative (traitement des avis et opinions des élèves et des enseignants). Les conclusions que nous avons pues tirer de ce TER suscitent des pistes de réflexion supplémentaires, notamment en ce qui concerne l’impact des inégalités sociales entre élèves sur leur réussite scolaire.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales