Vous êtes ici : Accueil > Années de soutenance > 2021

2021

Les travaux soutenues en 2021

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
28 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Influence of operator's learning curve on safety and efficacy of endovascular intracranial aneurysms treatment with Woven EndoBridge    - Daubé Pierre  -  28 octobre 2021  - Thèse d'exercice


  • Epidémiologie et pronostic des métastases cérébrales au cours de l'évolution des cancers bronchiques non à petites cellules    - Hirigoyen Elodie  -  07 avril 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La survenue de métastases cérébrales concerne la moitié des patients atteints de CBNPC. Une actualisation des connaissances sur le pronostic des patients atteints de CBNPC avec métastase(s) cérébrale(s) permettrait d'apprécier l'impact et la pertinence de la prise en charge multidisciplinaire dans cette population.

    Matériel et méthodes : Une étude de cohorte rétrospective observationnelle menée au CHU de Poitiers a évalué le pronostic des CBNPC avec métastase(s) cérébrale(s), en fonction du caractère synchrone ou métachrone du diagnostic de l'atteinte cérébrale. Le critère de jugement principal était la survie sans progression cérébrale (SSPc). Les critères de jugement secondaires étaient la survie sans progression (SSP) et la survie globale (SG).

    Résultats : Entre janvier 2017 et décembre 2018, 76 patients ont été inclus, répartis entre le groupe métachrone (n = 44) et le groupe synchrone (n = 32). Il n'existait pas de différence statistiquement significative entre les deux groupes concernant la SSPc (14,71 vs 11,66 mois ; p = 0,91), la SSP (9,26 vs 4,73 mois ; p = 0,10) et la SG (15,24 vs 8,02 mois ; p = 0,11). Le taux de SG à 24 mois était de 26,32%. En analyse multivariée, le type histologique était corrélé de façon significative à la SG, se traduisant par une médiane de survie globale pour les carcinomes non épidermoïdes avec addiction oncogénique significativement supérieure à celle des carcinomes épidermoïdes (24,96 vs 5,66 mois ; p = 0,012).

    Conclusion : La prise en charge multidisciplinaire permet un excellent contrôle de l'atteinte secondaire cérébrale. L'existence de longs survivants est un encouragement, mais le pronostic réservé des patients sans addiction oncogénique justifie la poursuite du développement de thérapies ciblant de nouvelles « niches » oncogéniques et des efforts pour inclure la population avec métastases cérébrales dans de larges essais prospectifs évaluant des combinaisons de traitement.

  • Etude qualitative sur la faisabilité de la supervision vidéo en stage SASPAS dans l'apprentissage des compétences relationnelles des internes de médecine générale    - Faulmeyer Laura  -  01 avril 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Supervision par Observation Directe avec Enregistrement Vidéo (SODEV) est une méthode pédagogique utile pour l'apprentissage des compétences relationnelles des internes. Elle est pourtant peu utilisée en France. L'objectif de ce travail est d'étudier la faisabilité de sa généralisation en Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée (SASPAS), par l'utilisation d'un protocole adapté.

    Une enquête qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de six internes de SASPAS en Poitou Charente ayant expérimenté ce protocole de supervision vidéo, de mai 2019 à mai 2020.

    La SODEV a été validée par tous les internes comme une expérience positive qui leur a permis d'améliorer leurs compétences relationnelles et organisationnelles. Ils sont favorables à son utilisation. La généralisation de cette méthode semble possible si elle est réalisée dans le respect du protocole proposé, notamment en prévoyant un aménagement de la journée, ce qui permettrait de lever les freins concernant l'aspect chronophage. L'acceptabilité des patients est bonne si la technique est bien expliquée. Les internes ont ressenti un bénéfice pour le maître de stage, mais la faisabilité de cette supervision est dépendante de son implication, sa disponibilité et sa bienveillance.

    La SODEV est une pratique généralisable en SASPAS si le protocole proposé est suivi et le maitre stage impliqué. Son développement dans les différents départements de médecine générale et son intégration au cursus de l'interne pourrait permettre une amélioration de l'apprentissage des compétences relationnelles des internes.

  • Etude par Spider SASTM de la prévalence du Syndrome d'Apnées/Hypopnées du Sommeil chez les patients en pré-ablation de Fibrillation Atriale    - Azais Clara  -  26 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : la fibrillation atriale (FA) et le syndrome d'apnées/hypopnées du sommeil (SAHS) sont deux pathologies fréquentes qui représentent un problème majeur de santé publique. Ces deux pathologies sont associées entre elles et le SAHS a des conséquences néfastes chez les patients avec FA et notamment l'augmentation du risque de récidive de FA après ablation. Son dépistage fait partie des recommandations en vigueur puisqu'un traitement par CPAP permet de corriger ce surrisque. L'objectif principal de cette étude est d'évaluer la prévalence du SAHS par Spider SASTM chez les patients avec FA dans le cadre du bilan pré-ablation.

    MATERIEL ET METHODE : cette étude épidémiologique observationnelle a été réalisée de manière rétrospective et monocentrique au CHU de Poitiers de juillet 2019 à mars 2020. Les patients étaient appareillés du Spider SASTM juste après avoir bénéficié du scanner cardiaque nécessaire au bilan pré-interventionnel d'ablation de FA.

    RESULTATS : 69 patients ont été inclus (dont 52 hommes soit 75% avec un âge moyen de 65 +/- 10,6 ans). La prévalence du SAHS déterminée par Spider SASTM dans notre population a été évaluée à 90% et la prévalence du SAHS modéré à sévère – relevant d'un traitement par CPAP d'après les recommandations HAS de 2014 – à 45%. Il existe une corrélation statistiquement significative entre les résultats d'IAH de l'ApneaLinkTM et ceux du Spider SASTM. Nous n'avons pas mis en évidence de corrélation entre le volume atrial gauche et les variables reflétant l'hypoxémie nocturne. Nous avons retrouvé une différence statistiquement significative entre les patients avec IAH ≥ 15 versus < 15 en ce qui concerne le diamètre de l'aorte tubulaire (33,7 +/- 4,9 mm vs 31,5 +/- 4,0 mm ; p = 0,0473).

    CONCLUSION : il s'agit de la première étude s'intéressant à déterminer par polygraphie ventilatoire la prévalence du SAHS chez les patients avec FA. Cette étude suggère un sous-diagnostic du SAHS par les scores de dépistage clinique tels que le questionnaire de Berlin. Elle suggère la réalisation systématique d'une polygraphie ventilatoire dans cette population dont la prévalence du SAHS est élevée et l'impact médico-économique fort.

  • Etude rétrospective et multicentrique de l'efficacité de la chimiothérapie après l'immunothérapie dans le mélanome métastatique (CHIMMIO)    - Chasseuil Hannah  -  19 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: L'arrivée des immunothérapies a permis une augmentation de la survie globale dans le mélanome métastatique et a remplacé la chimiothérapie en traitement de première ligne. La majorité des patients progresse après immunothérapie. La valeur ajoutée d'une chimiothérapie de dernière ligne est discutée. Notre étude avait pour but d'étudier l'efficacité de la chimiothérapie après immunothérapie, ainsi que d'éventuels facteurs pronostiques de réponse à une chimiothérapie dans ce contexte.

    Matériel et méthode: Nous avons réalisé une étude multicentrique rétrospective des patients ayant reçu une chimiothérapie après immunothérapie pour un mélanome métastatique entre janvier 2013 et décembre 2020. Les données de survie globale, de survie sans progression et de réponse à la chimiothérapie ont été recueillies. Nous avons évalué la valeur pronostique des caractéristiques suivantes : type de chimiothérapie, présence de métastases cérébrales, taux de lactate déshydrogénase (LDH) supérieur à la normale, échelle de performance ECOG ≥2 et réponse ou stabilité lésionnelle après une immunothérapie antérieure.

    Résultats: Trente patients ont reçu une chimiothérapie (dacarbazine n=12, témozolomide n=9, fotémustine n=9) après immunothérapie. La survie globale (SG) médiane était de 7,0 mois (0,9 – 54,0). La survie sans progression (SSP) était de 2,7 mois (0,5 – 6,9). Les réponses après chimiothérapie étaient une réponse partielle (n=6), une maladie stable (n=1) et une maladie progressive (n=23). La présence de métastases cérébrales et un taux de LDH supérieur à la normale étaient significativement associés à une survie globale plus courte.

    Discussion: Nos données de SG, SSP et taux de réponse sont similaires à celles datant de l'ère pré-immunothérapie. Les données contemporaines sont difficilement comparables du fait d'une grande hétérogénéité des patients. Il s'agit de la première description de facteurs prédictifs de réponse à la chimiothérapie après immunothérapie. Après analyse des patients répondeurs, nous avons identifié deux profils pouvant être susceptibles de mieux répondre à une chimiothérapie après immunothérapie.

    Conclusion: Le mélanome métastatique après échec d'immunothérapie reste associé à un pronostic très sombre. L'efficacité de la chimiothérapie est relativement décevante, mais les quelques réponses étonnantes et parfois durables justifient son utilisation en dernière ligne.

  • Impact du confinement, lors de la pandémie de COVID-19, sur le suivi de l'hémoglobine glyquée des diabétiques de type 2, dans le département des Deux-Sèvres    - Fouassin Esther  -  18 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: Le confinement du 17 mars au 11 mai 2020, lors de la pandémie de COVID-19, a eu un impact sur le suivi des patients diabétiques de type 2. Dans ce contexte, les professionnels de santé et les patients se sont adaptés. La réorganisation des cabinets en médecine générale et le développement de la téléconsultation ont contribué à limiter la propagation du SARS-CoV-2, et à protéger les patients à risque. La sédentarité s'est renforcée et les habitudes de vie ont pu être modifiées, notamment l'alimentation et l'activité physique. Le confinement a pu également avoir des répercussions sur la santé mentale des patients, l'observance et l'accès aux soins. L'objectif principal de notre étude est d'évaluer l'impact du confinement sur le suivi de l'hémoglobine glyquée des diabétiques de type 2, dans le département des Deux-Sèvres.

    Méthode : Nous avons mené une étude observationnelle descriptive chez les patients diabétiques de type 2 du département des Deux-Sèvres. Ont été inclus, sans limites d'âge, les patients présentant un diabète de type 2 compliqué ou non, équilibré ou non, quel que soit le traitement suivi, et bénéficiant ou non d'un suivi par une infirmière ASALEE. Le recueil de données a concerné les hémoglobines glyquées pré et post-confinement, l'âge et le sexe des patients. La dernière valeur de l'hémoglobine glyquée pré-confinement (soit du 1er janvier au 17 mars 2020 inclus) et la première valeur de l'hémoglobine glyquée post-confinement (soit après le 11 mai jusqu'au 31 octobre 2020 inclus) ont été recueillies. Les données de 787 patients ont été recueillies (734 patients suivis par une infirmière ASALEE et 53 patients non suivis par une infirmière ASALEE). L'analyse statistique principale a porté sur l'évolution de l'hémoglobine glyquée pré et post-confinement. Des sous analyses de la variation de l'hémoglobine glyquée pré et post-confinement en fonction de l'âge et du sexe ont également été réalisées.

    Résultats: Dans notre étude, les patients sont en moyenne âgés de 70 ans, et majoritairement des hommes. L'hémoglobine glyquée des patients diabétiques de type 2 a diminué de manière significative après le confinement avec une différence pré et post-confinement en moyenne de 0,16%. Nous retrouvons notamment une diminution significative chez les diabétiques de type 2 suivis par une infirmière ASALEE. Sur l'ensemble de la population étudiée, l'amélioration de l'hémoglobine glyquée est significative chez les femmes et les hommes diabétiques de type 2. Nous ne constatons, par ailleurs, pas de corrélation significative entre l'âge et la variation d'HbA1c pré et post-confinement.

    Conclusion: Notre étude met en évidence une amélioration de l'hémoglobine glyquée post-confinement chez les diabétiques de type 2, dans le département des Deux-Sèvres. Toutefois, les résultats sont à appréhender avec prudence. De nombreux facteurs peuvent influencer les valeurs de l'hémoglobine glyquée. Il apparaît intéressant d'approfondir le sujet avec des études sur de plus grands échantillons. Nous pourrions enrichir notre approche du confinement en étudiant ses effets sur d'autres aspects du suivi du diabète de type 2, sur d'éventuels retards de prise en charge de complications micro/macroangiopathiques, ou sur d'autres pathologies chroniques notamment cardiovasculaires.

  • Intoxications volontaires admises aux Urgences pédiatriques du CHU de Poitiers en 2009 et 2019    - Ferru Charlotte  -  15 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Qu’il s’agisse de suicides ou de tentatives de suicides, ces comportements demeurent une réelle préoccupation chez les jeunes.

    En effet, l’adolescence est une période fragile au cours de laquelle le risque de suicide est élevé. Celui-ci représente d’ailleurs la deuxième cause de mortalité chez les adolescents. Ce travail a donc pour but de collecter l’ensemble des admissions aux Urgences Pédiatriques du CHU de Poitiers pour intoxications volontaires en 2009 et en 2019 ; ceci afin d’étudier l’évolution épidémiologique de cette population : produits utilisés, motivations du passage à l’acte, prise en charge…

    Le nombre d’admissions en 2019 a augmenté de 54% par rapport à l’année 2009, avec une prédominance féminine. Les molécules ingérées ont évolué entre les deux années, avec une plus grande implication des antalgiques, notamment le paracétamol et au contraire une diminution de l’utilisation des psychotropes. Les enfants sont désormais plus souvent acheminés aux urgences en véhicules particuliers que par les transports sanitaires.

    Une modification de la prise en charge des suicidants a été observée, principalement une diminution de l’utilisation du charbon activé mais une augmentation de l’évaluation sociale avec un avis psychiatrique aux urgences.

    Avec une augmentation de la prise des antalgiques lors des tentatives, le pharmacien d’officine occupe un rôle prépondérant dans la prévention de l’acte suicidaire chez les adolescents et auprès de leur famille : rappel des doses maximales, délai entre la prise de deux comprimés, stockage des médicaments…

  • Présentation de trois espèces de Trichomonas : Trichomonas vaginalis, Trichomonas tenax et Pentatrichomonas hominis    - Bernard Alizee  -  12 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les infections humaines par le genre Trichomonas, et particulièrement T. vaginalis, est un véritable problème de santé publique mondiale.

    Si les morphologies et la physiopathologie des trois espèces se ressemblent, le lieu de nichage et les symptômes qu’elles entrainent permettent de les dissocier. T. vaginalis occupe le tractus uro-genital, T. tenax est présent dans la cavité buccale et pulmonaire tandis que P. hominis occupe la sphère intestinale de l’homme. Une diversité de ces espèces peut être observée dans leur comportement envers leur hôte : T. vaginalis est considéré comme parasite stricte, or P. hominis et T. tenax sont décrits comme commensales ou en tant que parasite selon les différents auteurs.

    Les symptômes provoqués par T. vaginalis sont vastes : une colonisation par T. vaginalis peut être asymptomatique ou provoquée des vaginites, leucorrhées, urétrite allant parfois jusqu’à la stérilité si elle n’est pas traitée. Quant à T. tenax, il peut être un facteur aggravant des gingivites et des parodontites, ainsi que responsable de trichomonose pulmonaire. Enfin, P. hominis est responsable de diarrhées et autres symptômes gastro-intestinaux. Même si le diagnostic de la trichomonose vaginale est essentiellement clinique, il est possible d’effectuer un prélèvement et d’analyser celui-ci par microscopie, par tests immunochromatographiques afin de détecter les antigènes présents ou alors par PCR.

    Après le diagnostic de trichomonose posé, le traitement reste commun aux trois espèces : le métronidazole ou autres molécules appartenant à la famille des nitro-imidazolés. Cette famille est généralement bien tolérée, entrainant peu d’effets indésirables avec une bonne observance, malheureusement, la recrudescence de trichomonoses résistantes ainsi que les personnes allergiques aux nitro-imidazolés motivent les chercheurs à trouver des alternatives dans de nouveaux traitements.

    Cette thèse fait le point sur les connaissances actuelles que l’on possède sur T. vaginalis, T. tenax et P. hominis, les symptomatologies qu’ils entrainent, les traitements et les moyens de prévention qu’ils existent.

  • La place du pharmacien auprès des patients résidant dans les EHPAD ne disposant pas de pharmacie à usage interne : enquête auprès des pharmaciens d’officine de l’ancienne région Poitou-Charentes    - Bonacchi Pia  -  09 mars 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La population française est de plus en plus âgée, en 2021 20,7% des français ont plus de 65 ans, alors qu’en 2010, ils ne représentaient que 18,1%.

    Le vieillissement physiologique conduit à une fragilité des personnes âgées. Elles perdent leur autonomie dans les tâches quotidiennes, ce qui conduit à intégrer des établissements d’hébergements dont les EHPAD.

    Les personnes âgées développent des pathologies chroniques, de ce fait, elles ont recours plus souvent à la polymédication. Le médicament est une chance mais il expose à des risques d’effets indésirables. La fréquence de ceux-ci est plus importante dans cette population. 20% des effets indésirables provoquent des hospitalisations alors que 30% sont évitables.

    Le pharmacien d’officine est acteur au sein de l’EHPAD qui ne dispose pas de PUI. Il prend part à la prise en charge médicamenteuse des patients résidant dans les EHPAD. Son rôle de santé publique incite à prévenir les effets indésirables des médicaments. J’ai réalisé un audit des pratiques professionnelles au sein des officines prenant en charge des patients en EHPAD. Mon objectif a été de faire un état de lieux des pratiques pour ensuite offrir des perspectives d’amélioration.

    L’assurance qualité au sein d’une officine est perspective d’avenir pour la prévention de l’iatrogénie. Elle offre des repères et conditionne les bonnes pratiques de dispensation.

    La délivrance sous forme de PDA est la méthode de choix pour approvisionner les EHPAD en médicaments.

    La communication entre les professionnels de santé, permet une meilleure prise en charge du patient.

    Le pharmacien investi de nouvelles missions de santé publique, peut aisément développer le suivi de l’observance grâce aux bilans de médication.

  • Reconstruction des tumeurs osseuses malignes au membre inférieur chez l'enfant par la technique de membrane induite : résultats radiologiques et fonctionnels    - Marty-diloy Thibault  -  05 mars 2021  - Thèse d'exercice


|< << 1 2 3 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales