Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2706 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 61 à 70
Tri :   Date travaux par page
  • L’art-thérapie orientée vers la musique et les arts plastiques pour revaloriser l’estime de soi des personnes en situation de précarité    - Pomier Morane  -  25 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les Restos du coeur proposent de mettre en place des actions pour lutter contre la pauvreté sous toutes ses formes. A leur début, cette association française était uniquement accès sur le don de nourriture. Mais, la lutte contre les exclusions et la précarité mobilise des mécanismes psycho-sociaux complexes. Cela implique souvent de prendre en compte des pathologies qui ne font qu’ajouter à la détresse de ces personnes fragilisées par la vie. La perte de confiance en soi et en les autres devient un fardeau de plus. L’estime de soi est mise à mal par des évènements traumatiques, une perte de capacité due à la maladie, l’isolement social ou simplement la honte de devoir aller demander de l’aide. Une des difficultés repérées par les professionnels médico-sociaux est celle de faire face à la diversité des profils, faute de pouvoir s’adapter au public, c’est bien souvent aux bénéficiaires de s’adapter à ce qui est proposé. La non prise en compte de l’autre devient systémique et ne fait qu’ajouter à la fragilisation de l’estime de soi des personnes. Nous verrons dans quelle mesure l’art-thérapie par la musique et l’art-plastique, peut valoriser l’estime de soi des bénéficiaires des Restos du coeur, à travers la mobilisation de capacités émotionnelles, physiques et relationnelles. Nous montrerons l’importance de l’alliance thérapeutique et la prise en compte globale de l’autre. Les résultats de notre expérience seront à l’origine de réflexions sur le rôle de la saveur existentielle, du cadre d’intervention et de la construction identitaire dans la valorisation de l’estime de soi de ce public.

  • Expérience d’Art-Thérapie dans la prévention du syndrome d’épuisement professionnel auprès du personnel soignant dans une Communauté Professionnelle Territoriale de Santé via les médias artistiques plastiques et musicaux    - Van Herreweghe Elise  -  25 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce mémoire relate une expérience d’art-thérapie dans la prévention du syndrome d’épuisement professionnel auprès du personnel soignant au sein d’une Communauté Professionnelle Territoriale de Santé. Les médiums utilisés sont la musique et les arts plastiques. L'étude menée, malgré un contexte de crise sanitaire, a permis de montrer avec trois séances, l’effet positif sur la diminution du stress par la gestion des émotions dans un groupe de trois aides-soignantes. Celles-ci sont désireuses de reprendre les séances après la fin du confinement. L'alliance thérapeutique créée par l’art-thérapeute a renforcé la cohésion du groupe. Tandis que l’utilisation du protocole art-thérapeutique a mis en évidence les différentes problématiques des personnes prises en charge en art-thérapie.

  • Impact de la promotion de la cigarette électronique chez les adolescents et les jeunes adultes : revue systématique de la littérature.    - Parnaudeau Lea  -  25 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : La cigarette électronique est très utilisée actuellement notamment par les adolescents et les jeunes adultes. Il a été montré que dans cette catégorie de la population, son emploi peut être une porte d'entrée dans le tabagisme à l'âge adulte. La publicité pour ce dispositif est visible de tous, les supports pour la véhiculer sont nombreux étant donné la multitude de moyens de communication différents. Nous nous sommes demandé si la publicité influençait la consommation des adolescents et jeunes adultes.

    Objectifs : Evaluer l'impact de la publicité sur l'utilisation ou l'initiation de la cigarette électronique chez les adolescents et jeunes adultes. Déterminer si un support est plus impactant sur cet usage.

    Méthode : Nous avons réalisé une revue systématique de la littérature dans les bases de données Pubmed, Cochrane Library et ClinicalTrials. Les mots-clés utilisés sont les suivants : e-cigarette ou electronic notice delivery system et advertising as topic ou advertisement ou marketing ou social media. Nous avons inclus une étude randomisée contrôlée et trois cohortes.

    Résultats : Aucune analyse quantitative n'a pu être réalisée. La publicité est associée significativement à l'utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes dans trois études sur quatre et augmente l'intention d'utilisation dans ces trois études. Dans un de ces travaux, Facebook est significativement associé à l'usage du dispositif.

    Conclusion : Notre revue de la littérature retrouve une association significative entre l'exposition à la publicité en faveur de la cigarette électronique et son utilisation dans l'étude randomisée contrôlée inclue. Des études supplémentaires randomisées contrôlées doivent être réalisées pour confirmer nos résultats.

  • Intérêt de l'art-thérapie, par la technique des arts plastiques, dans la revalorisation narcissique et la diminution de l'anxiété, chez des enfants présentant des troubles psychiques. Expérience en pédopsychiatrie, au sein d'un hôpital de jour à médiations animales.    - Bajon Leila  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Lorsque les enfants présentent des troubles psychiques, une prise en charge en hôpital de jour de pédopsychiatrie peut être indiquée. Les troubles psychiques sont des troubles d'origines très différentes qui entraînent des difficultés dans la vie de l'enfant, des souffrances et des troubles du comportement. Nous retrouvons souvent chez les enfants présentant ces troubles des interactions précoces perturbées et un type d'attachement non sécure. Cela génère pour la plupart une défaillance de l'estime de soi et un sentiment d'insécurité favorisant l'anxiété. Ces enfants nécessitent une prise en charge globale. C'est en ce sens qu'ils peuvent être adressés à l'Hôpital de jour l'Arche pour des médiations animales afin de favoriser l'apaisement sur le plan psychique et la mobilisation des processus psychiques. C'est aussi pour cela que nous avons choisi de montrer que l'art-thérapie, par les arts-plastiques, pouvait contribuer à améliorer l'estime de soi et à diminuer l'anxiété chez ces enfants. Nous faisons part dans ce mémoire de notre expérience à l'Arche à travers notamment la présentation de deux études de cas d'enfants pour qui l'art-thérapie s'est inscrit dans leurs projets de soin individualisés durant notre stage. Nous montrons ainsi la spécificité de la profession d'art-thérapeute et justifions le positionnement paramédical de cette profession, l'art-thérapie s'inscrivant comme un soin complémentaire ayant toute sa place en pédopsychiatrie.

  • Séances d’art-thérapie au sein de l’hôpital psychiatrique de Niort, utilisant la pratique des arts-plastiques afin de stimuler l’expression verbale et non verbale auprès de personnes atteintes de schizophrénie    - Baleste Karine  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre stage en art-thérapie au sein du secteur 1 de psychiatrie de Niort a été une expérience riche, de rencontre avec les patients. Nous avons pu mettre en pratique des outils et techniques propres à la formation d’art-thérapeute, des savoir-faire artistiques en arts-plastiques. Les séances d’art-thérapie ont été un éclairage sur les difficultés des patients notamment concernant les symptômes négatifs de la schizophrénie et leur impact sur leur expression, leur communication et relation. Ce mémoire met en relief de manière détaillée ses problématiques. Nous verrons quelles stratégies ont été développée pour permettre aux patients de s’impliquer dans les séances, à travers les études de cas de trois patients. Nous soulignerons l’importance de notre stage et notre mémoire qui ont été deux temps importants dans la construction de notre posture d’art-thérapeute.

  • Le modelage de l’argile en séance d’art thérapie favorise l’expression des émotions positives chez des militaires souffrant d’un état de stress post-traumatique et présentant une alexithymie    - Guillou Marine  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le modelage de l’argile en séance d’art thérapie favorise l’expression des émotions positives chez des militaires souffrant d’un état de stress post-traumatique et présentant une alexithymie. Voilà le titre du mémoire présenté par Marine Guillou, étudiante en art thérapie à la faculté de médecine de Poitiers (France). Dans ce papier, elle relate son expérience de stage au sein d’un service psychiatrique d’un hôpital militaire, où elle prend en charge deux patients en état de stress post-traumatique et présentant une alexithymie. Elle pose alors l’hypothèse que ces patients seraient plus à même d’exprimer des émotions positives grâce à des séances d’art thérapie avec la médiation artistique du modelage de l’argile. Après avoir introduit le lecteur par une revue de littérature détaillant les différents concepts de son étude, ainsi qu’expliqué le matériel et la méthode utilisés, elle expose les résultats de l’analyse qualitative des données obtenues par observation. Enfin, une discussion au sujet des limites, des bénéfices et des ouvertures qu’apportent son travail, vient compléter ce mémoire.

  • Interactions sociales et autonomie en milieu associatif : utilisation du théâtre, de l'écriture, des arts plastiques dans une dépression et dans une altération chromosomique    - Humeau Catherine  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Nous avons accompagné deux adhérentes de 28 et 68 ans de l’association Cord’âges de Poitiers dans une étude intitulée « Interactions sociales et autonomie en milieu associatif : utilisation du théâtre de l’écriture des arts plastiques dans une dépression et dans une altération chromosomique ». Pour mener cette étude nous nous adaptons au fonctionnement d’une association hors normes. L’équipe d’animation est formée à l’approche Carpe Diem, approche humaniste élaborée par Nicole Poirier au Québec, et propose un accueil intergénérationnel qui abolit les étiquettes sociales et médicales. L’enjeu de cette étude est de savoir si l’art-thérapie représente un apport intéressant pour les deux personnes et leur permet d’acquérir l’autonomie recherchée en utilisant différents médiums artistiques. Pour l’association : de savoir si l’expérience peut être étendue à davantage de personnes. L’étude a révélé que les ateliers sont bénéfiques pour l’une et peu pour l’autre. Mais la petite taille de l’échantillon et la courte durée de l’essai sont à prendre en compte dans les résultats.

  • Perception des étudiants sages-femmes par les couples en salle de naissance du CHU de Poitiers : étude observationnelle, transversale, descriptive, portant sur les accouchées d’octobre 2019 à mars 2020 de la maternité du CHU de Poitiers    - Anselme Auriane  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans un centre hospitalier universitaire, le statut des étudiants en salle de naissance, qui se situe entre apprenti et professionnel, peut amener à diverses réactions de la part des patientes. Nous avons donc cherché à étudier le ressenti initial et final ainsi que la satisfaction globale des parturientes concernant la prise en charge en salle d’accouchement par un élève sage-femme. Pour cela, une étude descriptive a été menée au CHU de Poitiers. Elle a été réalisée dans le service de suites de couches de la maternité, à l’aide un questionnaire de satisfaction reprenant le déroulement global de la prise en charge, de la consultation d’entrée jusqu’à l’accouchement en salle de naissance. Il s’adressait à toute les accouchées ayant des suites de couches physiologiques et n’ayant pas leur bébé hospitalisé. Cette étude a montré que les femmes ont eu un avis positif (78%) ou plutôt positif (19%) des étudiants, les trouvant dotés de compétences techniques et relationnelles. Les patientes ont eu confiance pour 95% d’entre elles, et se sont senti majoritairement en sécurité. Le taux de satisfaction globale s’élève pour 89% des femmes à une note ≥ 8/10. Ces chiffres nous permettent de dire que les patientes du CHU de Poitiers ayant répondues à notre enquête ont globalement été satisfaites de la prise en charge par un étudiant, et que celles-ci ont considéré leur présence comme positive. Pour accroître encore davantage la satisfaction maternelle, nous pourrions également nous demander ce que pensent les femmes du binôme indissociable sage-femme / étudiant très présent dans ce contexte.

  • La plagiocéphalie positionnelle postérieure : évaluation des connaissances des sages femmes et leur rôle préventif dans le territoire picto-charentais    - Boulai Aurianne  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La PPP est une pathologie croissante depuis les années 90 et est devenu un problème de santé public à la suite des recommandations de couchage sur le dos des nouveau-nés. L’étude a eu pour objectif d’évaluer les connaissances des sages-femmes, de connaitre leur rôle préventif et d’évaluer leurs besoins de formation.

    Matériel et méthodes : Une étude observationnelle et transversale a été réalisée par questionnaire anonymes en ligne du 10 juillet au 31 décembre 2019 auprès des sages-femmes hospitalières, libérales et territoriales du territoire Picto-Charentais.

    Résultats : 93 % (n=146) avait déjà entendu parler de la PPP. 82,2 % (n=129) des sages-femmes connaissait une définition de la PPP. 93,6 % (n=147) et 74,5 % (n=117) d’entre elles savaient que la PPP peut être prise en charge par respectivement des séances d’ostéopathie et/ou de kinésithérapie et 16 % (n=25) connaissaient le caractère de résolution spontanée de la PPP. 53,5 % (n=84) pensaient que les facteurs de risques n’interviennent qu’en post-partum. Les sages-femmes connaissaient les conséquences à court terme tels que l’asymétrie de la mâchoire et de la face (73,2 % n=115) et les troubles de la succion (61,8 % n=97) mais étaient moins au fait des conséquences à long et moyen terme notamment ; la difficulté de coordination des membres, le retard de développement moteur, les troubles du langage, la scoliose. L’étude a montré que les sages-femmes de moins de 35 ans connaissent significativement mieux le sujet que les plus de 35 ans. 75,8 % (n=119) ont déjà délivré des conseils de prévention mais 14 % d’entre elles (n=22) contredisent les recommandations de couchage sur le dos des nouveau-nés. Ne pas connaitre assez la PPP reste la raison principale pour les sages-femmes qui ne délivrent pas de conseils de prévention (26,8 % (n=8)). 95 % des sages-femmes ayant répondu au questionnaire aimeraient obtenir plus d’informations.

    Conclusion : L’étude a montré que malgré des connaissances fragiles concernant les facteurs de risques pré et per partum et les conséquences à long terme de la PPP, les sages-femmes connaissent la pathologie, jouent déjà un grand rôle de prévention auprès des parents et aimeraient obtenir plus d’informations sur le sujet.

  • La plagiocéphalie positionnelle : étude sur l’information, autour de la plagiocéphalie positionnelle et sa prévention, reçue par des parents dont l’enfant est atteint de plagiocéphalie    - Lascaud Laura  -  24 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Il est observé depuis la campagne ayant pour objectif de prévenir la mort subite du nourrisson en 1992 une hausse de l’incidence des cas de plagiocéphalie positionnelle, alors qu’un certain nombre de conseils de prévention existe pour éviter son apparition. Nous nous sommes alors demandé si les parents recevaient des informations sur la plagiocéphalie positionnelle et sa prévention et si ces conseils étaient facilement applicables.

    Matériel et méthodes : Un questionnaire a été distribué, dans un cabinet de kinésithérapie à Poitiers, à tous les parents consultant pour une plagiocéphalie positionnelle chez leur enfant. Quarante réponses ont pu être recueillies.

    Résultats : Vingt-deux couples soit 55% avaient déjà entendu parler de la plagiocéphalie avant le diagnostic de celle-ci chez leur enfant. Les couples estimaient leur niveau de connaissance à deux sur dix avant le diagnostic puis à neuf sur dix après le diagnostic de leur enfant. Vingt-neuf couples soit 72,50% auraient préféré être informés plus tôt sur la plagiocéphalie. Vingt-quatre couples soit 60% disaient être sensibilisés de recevoir des informations à propos de ce sujet, 21 soit 52,50% disaient être rassurés et un couple soit 2,50% disait être stressé. Concernant la mise en pratique des conseils de prévention, 65% ont trouvé cela facile à faire, 27,50% ont trouvé cela très facile et 10% difficile. Trente-huit couples soit 95% estimaient qu’il n’existe aucune contradiction entre les conseils de prévention de la plagiocéphalie et d’autres conseils qui pourraient être donnés pour leur enfant. Deux couples soit 5% trouvaient qu’il existait une contradiction avec les conseils de prévention de la mort subite du nourrisson.

    Conclusion : Il y a encore une trop grande partie des parents qui sont peu ou pas informés sur la plagiocéphalie positionnelle et les moyens de prévention. Notre étude a été faite avant la publication de la HAS sur les déformations crâniennes, il serait intéressant de faire une autre étude à plus grande échelle pour voir si cette publication a eu un impact sur les informations données aux parents.

|< << 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales