Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2800 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 31 à 40
Tri :   Date travaux par page
  • L’influence de l’alimentation sur le syndrome de l’intestin irritable    - Jucquois Chloe  -  12 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le SII est une pathologie qui est de plus en plus reconnue et de plus en plus présente dans notre société actuelle. Malgré des difficultés de diagnostic et de prise en charge, de nouvelles approches et de nouveaux traitements permettent d’améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec ce syndrome. Il s’agit d’une pathologie multifactorielle, pour laquelle il est difficile de définir des causes. En effet, un certain nombre de facteurs entrent en ligne de compte, notamment des facteurs physiologiques, comme des troubles de la motricité, de la perméabilité, ou de la flore intestinales. De plus, d’autres facteurs peuvent jouer un rôle dans la survenue de ce syndrome, notamment des causes psychologiques et hormonales (comme le stress et les hormones sexuelles), mais également l’environnement, avec l’alimentation ou les perturbateurs endocriniens.

    Le traitement de première intention, l’alimentation, est particulièrement facile à mettre en place, lorsque l’on sait quels aliments favorisent les symptômes, ou lesquels permettent d’éviter les diarrhées ou la constipation. De plus, des médicaments ainsi que des approches non médicamenteuses peuvent s’ajouter à cette modification de l’alimentation, afin d’améliorer de façon plus importante la qualité de vie des patients, notamment la relaxation ou l’hypnothérapie qui permettent d’agir sur le stress.

  • Élaboration d'un outil « Ma fiche de bord médicaments » et évaluation de son impact sur la connaissance du patient polymédiqué de son traitement de fond    - Lefort Marilou  -  12 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : La connaissance qu'ont les patients de leurs médicaments est inversement liée au nombre de médicaments sur l'ordonnance. Afin de renforcer la compréhension de celle-ci, des supports écrits personnalisés d'éducation thérapeutique ont été développés, mais ces derniers s'adressaient jusqu'alors majoritairement aux patients âgés ou étaient délivrés dans des contextes hospitaliers. Pourtant, la polymédication concerne toutes les tranches d'âge et est une problématique centrale en médecine de ville. Objectif : Évaluer l'impact d'un support éducatif « Ma fiche de bord médicaments » sur la connaissance qu'ont les patients polymédiqués de leur traitement de fond en médecine générale.

    Méthode : Étude prospective, non contrôlée, menée dans six cabinets de médecine générale de la Vienne, chez des patients polymédiqués prenant au moins quatre médicaments décomptés en principes actifs. La connaissance du traitement de fond des patients était évaluée avant, puis trois mois après un entretien initial avec remise du support papier créé pour l'étude, selon un critère composite : connaissance du nom des médicaments, de l'organe visé, de l'indication et de la posologie (schéma de prise).

    Résultats : Nous avions inclus 100 patients entre le 8 Janvier et le 21 Février 2020. L'utilisation de l'outil « Ma fiche de bord médicaments » améliorait significativement la connaissance des patients sur leurs médicaments trois mois après l'intervention : le nom de 74 % des médicaments était cité correctement après intervention contre 54 % initialement ; l'organe visé par le médicament à 91 % contre 82 % ; l'indication à 90 % contre 76 % et le schéma de prise à 97 % contre 87 % (p < 0,001 pour l'ensemble de ces paramètres).

    Conclusion : « Ma fiche de bord médicaments » est un outil personnalisé d'aide à la compréhension du traitement habituel du patient polymédiqué. Ce support papier apparaît être un complément intéressant des informations orales délivrées en consultation et pourrait être développé plus largement en soins primaires, en l'intégrant aux logiciels de prescription médicale ou en l'associant aux actions d'éducation thérapeutique du pharmacien d'officine et des infirmières libérales formés.

  • Prise en charge de la broncho-pneumopathie chronique obstructive grâce à une nouvelle approche thérapeutique : la triple thérapie    - Giraudet Agathe  -  06 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est un problème majeur de santé publique en terme de morbi-mortalité ainsi qu’en terme de coût pour notre société. Longtemps considérée comme une pathologie respiratoire isolée et sans lien avec des facteurs environnementaux, il est aujourd’hui admis qu’elle coexiste souvent avec d’autres pathologies (maladies cardiovasculaires, anxiété́, dépression, ostéoporose, cancers liés au tabac).

    L’objectif principal de notre travail est l’étude de la triple thérapie, une nouvelle façon de traiter la BPCO. En effet, celle-ci est l’association d’un corticoïde et de deux bronchodilatateurs alors qu’au préalable chaque classe thérapeutique était utilisée séparément. Par une revue de la littérature scientifique, notre thèse se propose d’explorer et d’analyser les solutions thérapeutiques existantes dans la BPCO pour mettre en exergue l’innovation que peut représenter la triple thérapie. Les données rassemblées dans notre thèse prouvent que l’utilisation de ce nouveau médicament améliore la fonction respiratoire et la qualité de vie. Dans le cadre de cette prise en charge, nous assistons à une augmentation significative du VEMS, des scores de qualité de vie et à une diminution du risque de survenue de complications. Cette nouvelle approche est une avancée importante dans le traitement de la BPCO mais elle est insuffisante à elle seule pour avoir une évolution favorable de la pathologie. Une prise en charge globale du patient est nécessaire à chaque étape du parcours de soins : diagnostic, traitement et suivi. La triple thérapie n’est finalement qu’un progrès du traitement.

  • Rupture de tendons fléchisseurs après ostéosynthèse de fracture de l'extrémité distale du radius par plaque antérieure : revue et analyse de la littérature    - Floquet Arthur  -  06 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les ostéosynthèses par plaque antérieure des fractures de l'extrémité distale du radius peuvent se compliquer exceptionnellement d'une rupture du long fléchisseur du pouce. Nous rapportons quatre cas dont la rupture est survenue à 4 mois et à 33 mois après l'ostéosynthèse et dont le traitement a consisté pour un en une greffe de long palmaire, pour deux en une arthrodèse de l'inter-phalangienne et pour l'autre en une suture directe se soldant par deux ruptures itératives et pour laquelle une abstention thérapeutique a été décidée.

    Deux causes principales ont été retrouvées, d'une part le positionnement de la plaque trop distal par rapport à la watershed line et d'autre part la saillie des têtes de vis. C'est probablement la localisation latérale du long fléchisseur du pouce qui explique son atteinte préférentielle mais d'autres atteintes sont possibles comme les fléchisseurs profonds de l'index et du majeur : 119 cas ont pu être recensés dans la littérature sur les 25 dernières années alors que l'incidence serait de 0.3 à 5,6 % selon les séries.

    Il est conseillé de procéder à l'ablation précoce du matériel autour du 4e mois si une malposition pouvait être observée, si une saillie des vis venait à apparaître au cours du suivi mais également si des signes de ténosynovite se manifestent. En dehors de ces cas, alors que l'on conseille un suivi radio-clinique d'une année, il n'y a pas de consensus sur une ablation systématique du matériel.

  • Bénéfices des groupes d'échanges de pratiques des secrétaires médicales : Étude qualitative en Charente-Maritime    - Denat Loic  -  05 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Les secrétaires médicales ont des rôles complexes et variés. Elles répondent à la fois aux attentes des patients et des médecins et doivent s'adapter pour chacun d'entre eux. Des groupes d'échanges de pratique entre pairs, construits sur le modèle des GEP des médecins et des internes, pourraient être une ressource aux problématiques rencontrées dans leur profession. La Maison de Santé pluriprofessionnelle Cœur de Saintonge (Charente-Maritime) a mis en place des GEP de secrétaires trimestriels. Objectifs : Identifier les bénéfices ressentis et les points forts des GEP des secrétaires médicales. Les objectifs secondaires étaient de rechercher les limites des GEP.

    Méthode : Etude qualitative avec double codage des verbatims des entretiens semi-dirigés réalisés en janvier 2020, après la réalisation de 4 GEP. Ces entretiens ont été menés auprès de secrétaires ayant participé à au moins un GEP trimestriel en 2019.

    Résultats : L'impact ressenti était dans la grande majorité positif. Le GEP permettait aux secrétaires de rencontrer leurs collègues du secteur pour essayer de rompre leur isolement et le mal être qu'elles peuvent parfois ressentir à leur travail. Grâce aux échanges bienveillants au sein du groupe et des liens qu'elles avaient tissés, elles pouvaient accéder à des réponses aux problématiques qu'elles rencontraient. Les séances contribuaient au bien être psychologique en déculpabilisant et en rassurant. Le rôle de l'animateur était indispensable et apportait de nouveaux éléments avec une vision extérieure. Des éléments restaient encore à débattre tels que l'horaire, la durée, la fréquence et la localisation des GEP. Certaines déploraient la répétition des sujets de discussion et des plaintes non constructives et chronophages.

    Conclusion : Les GEP dédiés aux secrétaires médicales sont vécus comme des moments agréables et enrichissants du point de vue professionnel et personnel avec des impacts ressentis multiples et variés. Des améliorations restent encore à apporter et sont en cours de réflexion.

  • Insuffisance cardiaque : stratégies thérapeutiques et utilisation du Burinex dans les stades les plus avancés au CHU de Poitiers    - Bouhard Romain  -  04 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’insuffisance cardiaque est une affection très fréquente touchant 1 à 2% de la population mondiale (1.8% des français), dont plus de 10% chez les plus de 70 ans. C’est l’une des principales causes de mortalité et de morbidité dans le monde entraînant des coûts importants dans les soins de santé constituant ainsi un enjeu majeur de santé publique.

    Cette maladie étant évolutive, il est important de bien diagnostiquer son stade afin que la prise en charge soit optimale. De ce fait, de nombreuses stratégies ont vu le jour au fur et à mesure des années améliorant la qualité de vie et l’espérance de vie des patients atteints d’insuffisance cardiaque.

    Le pharmacien, en qualité de spécialiste du médicament, a un rôle à jouer dans le suivi thérapeutique de ces patients en leur prodiguant des conseils hygiéno-diététique mais aussi en leur expliquant l’intérêt d’une bonne observance du traitement.

    Ce travail abordera la physiopathologie de l’insuffisance cardiaque, sa prise en charge ainsi que l’avancée des futures stratégies thérapeutiques. Cette thèse évoquera aussi l’utilisation du Burinex par le CHU de Poitiers dans les cas les plus sévères permettant une possible amélioration de la fin de vie de ces patients et des économies de soins.

  • Jeûne et cancer    - Zaari Bilal  -  30 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le cancer est une maladie très redoutée et souvent perçue comme la pire des maladies qui puissent nous toucher. De ce fait, les personnes atteintes du cancer ont souvent tendance à se tourner vers des médecines alternatives tel que le jeûne, dont on entend beaucoup parler dans les médias, en plus de leur chimiothérapie.

    Malheureusement, en France il n’existe pas d’encadrement médicalisé de cette pratique contrairement à d’autres pays.

    Au cours de cette thèse, après avoir replacé le jeûne dans son contexte, nous avons étudié les différents mécanismes métaboliques du jeûne chez l’Homme pour mettre en évidences les effets du jeûne sur le cancer et ses traitements. Les études précliniques montrent qu’en période de jeûne, alors que les cellules saines détournent leur métabolisme afin de s’adapter au déficit énergétique, les cellules cancéreuses en sont incapables et continuent à privilégier la multiplication cellulaire, ce qui conduit à leur mort. Cette différence laisse penser que le jeûne pourrait avoir des effets préventifs et curatifs bénéfiques vis-à-vis du cancer.

    Peu d’études cliniques ont été menées sur les effets du jeûne contre le cancer. Les bénéfices préventifs du jeûne n’ont été montrés que sur des biomarqueurs du risque de développement de cancer, principalement l’IGF-1, Quelques études montrent que, au contraire des cellules cancéreuses, le jeûne semble augmenter la résistance des cellules normales à la chimiothérapie ce qui entraine une diminution des effets indésirables.

    Cependant, même si le jeûne sur de courtes périodes est prometteur pour améliorer l'efficacité et la tolérabilité de la chimiothérapie, il n’est pas sans risque.

    Un jeûne long chez un patient déjà dénutri pourrait aggraver son état de santé. Il est donc important de mettre en place un suivi médicalisé pour les personnes souhaitant accomplir un jeûne pendant leur thérapie.

    Globalement, le jeûne semble susceptible d’avoir des effets bénéfiques sur le cancer mais des études cliniques sont nécessaires afin d’établir son rôle préventif et de déterminer ses modalités de pratiques et les patients pour lesquels il pourrait être préconisé.

  • Étude qualitative sur le ressenti des médecins généralistes de Charente par rapport à la loi élargissant l'obligation vaccinale à onze pathogènes    - Guay Antoine  -  29 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Afin d'améliorer la couverture vaccinale des nourrissons et lutter contre une hésitation vaccinale grandissante depuis plusieurs années, une loi élargissant l'obligation vaccinale à onze pathogène pour les nouveau-nés à partir du 1er janvier 2018 a été promulguée. Notre travail a pour but de recueillir le ressenti des médecins généralistes, principaux vaccinateurs, suite à la mise en application de cette loi.

    Méthode : Étude qualitative réalisée à partir d'entretiens individuels semi-dirigés auprès de médecins généralistes de Charente entre février et juin 2020.

    Résultats : Alors que les consultations en rapport à la vaccination des nouveau-nés avant 2018 étaient décrites par les médecins comme étant longues et chronophages avec des besoins d'argumentation importants notamment pour les vaccins recommandés qui étaient considérés selon eux comme moins importants que les vaccins obligatoires par les patients, il ressort de nos entretiens que la loi de 2018 a permis selon les médecins généralistes interrogés de faciliter les consultations avec un besoin d'argumentation moindre et une importance identique de chaque vaccin dans la prévention des différentes pathologies concernées ; ceci ayant pour résultat une augmentation de la couverture vaccinale pour des vaccins jusqu'alors difficiles à faire accepter à la population. Cependant ils déplorent un manque de communication en amont de la loi ayant conduit selon eux à une mauvaise compréhension de cette dernière par les patients. Ils regrettent également une place moins centrale du médecin généraliste dans le système de vaccination actuel avec un rôle qu'ils qualifient d'exécutant. Ils notent également un manque de souplesse de cette loi avec des schémas de rattrapages pouvant s'avérer complexe. Plusieurs pistes ont été proposées afin de continuer à améliorer la couverture vaccinale s'articulant principalement autour de la communication et l'éducation des futurs parents.

    Conclusion : Les médecins généralistes interrogés sont globalement satisfaits de la loi vaccinale de 2018. Malgré cela, certains points négatifs ont pu être mis en évidence ce qui laisse des axes de progression. La communication et l'éducation des futurs parents semblent devoir prendre une place majeure dans le travail pour l'amélioration de la couverture vaccinale.

  • Etude des modifications de pratiques des médecins généralistes charentais face à la COVID 19    - Brun Benjamin  -  29 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La pandémie de COVID 19, singulière qui doit autant à son nouvel agent qu'au mode de vie du XXI SIÈCLE, aura demandé des efforts d'adaptation de la part de tous les acteurs en santé, médecins généralistes inclus, notamment lors de l'instauration du confinement de 8 semaines en France.

    Objectif : Identifier les modifications de pratiques mises en place par les médecins généralistes charentais, et les freins à leur mise en place pour faire face au covid 19, lors de la période de confinement.

    Méthodes : Il a été réalisé une étude descriptive, qualitative auprès des médecins généralistes libéraux installés en Charente, sur le mois d'avril 2020, par questionnaire à remplir en ligne. Comprenant des questions à choix multiples et des questions à rédaction libre.

    Résultats et discussion : 71 médecins ont répondu, sur 256 correspondant aux critères d'inclusion (28%), répartis sur tout le département. Ils se sont mis à pratiquer fortement la téléconsultation, malgré des difficultés liées aux réseaux de télécommunications. Ils ont augmenté leurs communications envers les autres intervenants de santé. Mise en évidence de la limitation de la diffusion au maximum du virus, tout en essayant de prendre en charge au mieux les autres personnes. Et cela malgré un manque de moyens matériels.

    Conclusion : Il est nécessaire de continuer à développer la téléconsultation. Il faut aussi renforcer la coordination entre les différents professionnels de santé mais aussi gérer au mieux les stocks de matériels au niveau national et local.

  • Mise en place d'une nouvelle analyse génétique pour les patients atteints de surdité au CHU de Poitiers    - Foucart Caroline  -  28 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La surdité est le handicap sensoriel le plus fréquent dans le monde avec plus de 450 millions de personnes atteintes. Les surdités d'origine génétique représentent la 1ère cause de surdité dans les pays développés. Malgré des gènes clés identifiés dans cette pathologie, des zones d'ombres restent à élucider et de nombreux diagnostics ne sont pas établis.

    C'est dans ce contexte que nous avons mis en place au laboratoire une nouvelle stratégie d'analyse génétique en vue d'améliorer notre rendement diagnostic et notre délai de rendu de résultats. Après la sélection d'un panel de 14 gènes, un travail d'optimisation de l'étape de sélection de variants d'intérêt a été effectué grâce à GenSCor.

    84 patients présentant une surdité isolée ont bénéficié d'analyses génétiques : séquençage Sanger et recherche des grandes délétions (MLPA) du gène GJB2 en 1ère intention, puis séquençage par NGS des 14 gènes du panel associé à la MLPA du gène STRC. 24% de diagnostics ont été établis à l'heure actuelle. 7 enquêtes familiales sont en cours et pourraient faire augmenter ce taux à 32% si elles s'avèrent concluantes.

    Cette étude a montré l'efficacité globale des analyses proposées dans le diagnostic de surdité au CHU de Poitiers, malgré les résultats décevants concernant le gène STRC. Le panel NGS de 14 gènes va être proposé en 1ère intention aux patients présentant une surdité isolée en association avec la MLPA des gènes de connexines auditives principales (GJB2 et GJB6) et du gène STRC. Cette nouvelle stratégie permettra un gain de temps supplémentaire dans la prise en charge des patients atteints de surdité.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales