Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1648 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 31 à 40
Tri :   Date travaux par page
  • L’art-thérapie par la photographie et les arts plastiques, menée auprès d’adultes souffrant du syndrome d’épuisement professionnel, suivis dans le cadre d’une activité libérale en Cabinet à Saint-Paul les Dax, dans les Landes.    - Huet Pascale  -  20 novembre 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Au sein d’un Cabinet libéral, regroupant des professionnels spécialisés en psychothérapie, accompagnement thérapeutique et en psychologie du travail, l’auteur de ce mémoire relate son expérience pratique et son analyse lors de la création et mise en place d’ateliers en art thérapie par la photographie et les arts plastiques auprès d’adultes souffrant du syndrome d’épuisement professionnel ou « Burn out Syndrome » (B.O.S.) en anglais. L’épuisement professionnel est une conséquence de ce qu’il est convenu d’appeler souffrance au travail ou stress lié au travail. A partir d’un groupe d’adultes volontaires présentant des signes plus ou moins avancés de ce syndrome, l’objectif principal est d’évaluer l’impact de séances individuelles d’art-thérapie sur la qualité de vie des personnes puis pour objectifs secondaires de mesurer cet impact sur leur anxiété, leur estime de soi, et leur capacité à reprendre une activité.

  • Mise en place de systèmes de filtration à usage unique en contact produit, dans le contexte d’une nouvelle usine de production de médicaments dérivés du plasma : l’Usine d’Arras du LFB Biomédicaments    - Grellaud Marion  -  13 novembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans le cadre de sa croissance et de son développement international, le LFB Biomédicaments développe ses capacités de production grâce à la construction d’une nouvelle usine à Arras. Elle devrait permettre, d’ici dix ans, de tripler la capacité globale de production de trois médicaments dérivés du plasma actuellement produits entre les Ulis et Lille : l’albumine (VIALEBEX®), l’immunoglobuline G 10% (IQYMUNE®) et le fibrinogène (CLOTTAFACT®). L’enjeu général de ce projet sera donc de tripler la capacité de production de ces biomédicaments avec un niveau de performance élevé et pour le monde entier. Pour répondre aux enjeux associés, le LFB a notamment choisi d’implémenter des équipements à usage unique sur l’ensemble des processus de fabrication des biomédicaments concernés.

    Cette thèse présente la mise en place de systèmes de filtration à usage unique en contact produit, dans le contexte d’une nouvelle usine de production de médicaments dérivés du plasma : l’Usine d’Arras du LFB Biomédicaments. Les réflexions menées sur ce sujet seront présentées en suivant la méthodologie générale d’un projet AMDEC. Quatre points critiques y seront alors développés : le coût de l’usage unique, le risque de relargables, la nécessité de rinçage ainsi que la nécessité de stérilité des filtres à usage unique.

  • La réglementation des essais cliniques pédiatriques et les Plans d’Investigations Pédiatriques (PIP)    - Bouvier Astrid  -  10 novembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le règlement pédiatrique N°1901/2006 est entré en vigueur dans l'Union européenne le 26 janvier 2007.

    Son objectif est d'améliorer la santé des enfants en Europe, en facilitant le développement et la disponibilité des médicaments pour les enfants âgés de 0 à 17 ans, en assurant que ces médicaments sont de qualité appropriée et en améliorant la disponibilité des informations d’utilisation des médicaments au sein des diverses populations pédiatriques.

    Celui-ci instaure l’obligation de plan d’investigation pédiatrique (PIP) pour tout nouveau médicament en Europe avec des incitations en contreparties.

    10 ans après la mise en place de ce règlement en Europe, un bilan est en cours de rédaction par la Commission Européenne. L'effet positif du règlement sur la recherche pédiatrique au sein de l'union européenne a été largement reconnu par les industriels, l’EMA et le comité pédiatrique.

  • Mise au point d'une solution intrarectale de pentobarbital sodique pour la sédation pédiatrique avant examen d'imagerie.    - Billeaud Mathias  -  06 novembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le pentobarbital est un barbiturique utilisé par plusieurs PUI d’hôpitaux pour la sédation des enfants de 2 mois à 6 ans avant les examens d’imagerie afin de faciliter leurs réalisations, diminuer leurs durées et éviter les échecs d’acquisitions d’images dus aux mouvements.

    Historiquement, la molécule qui était utilisée dans cette visée et qui avait une efficacité sédative remarquable était l’hydrate de chloral. L’ANSM a publié plusieurs avis depuis 2001 pour informer du risque carcinogène de cette molécule, même en utilisation sporadique. C’est pourquoi des avis de retrait de spécialité contenant l’hydrate de chloral, puis d’éviction d’utilisation de cette molécule dans des préparations hospitalières ont succédé et ont conduit les PUI à choisir d’autres molécules. Le CHU de Poitiers a privilégié le pentobarbital dans les procédures sédatives avant examens d’imagerie, la PUI réalise donc des préparations magistrales pour chaque demande de service. La préparation hospitalière nécessite des données bibliographiques pour appuyer la validation d’une méthode analytique d’une molécule et la stabilité de celle-ci. Le cas échéant, la validation de la méthode analytique devra être réalisée et l’étude de stabilité évaluée. C’était l’objet de cette étude.

  • Étude de la pose d'un DIU : relation entre l'expérience clinique de professionnels de santé et la performance mesurée en simulation sur mannequin gynécologique    - Arenas Alonso Maria  -  31 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le dispositif intra-utérin est une méthode contraceptive recommandée et plus fréquemment utilisée. Cependant une formation technique insuffisante reste un des freins à sa prescription. Des études récentes proposent la simulation comme méthode d'apprentissage de ce geste technique. Un outil évaluant la performance de pose sur mannequin gynécologique, à type d'échelle a été validée et l'intérêt de son utilisation dans l'apprentissage du geste chez des internes de médecine générale à été démontré. S'agit-il d'un outil permettant de discriminer différents niveaux d'expérience de pose de DIU ?

    Objectif: L'objectif de cette étude était d'étudier le lien entre le niveau d'expérience de pose de DIU de professionnels proposant ce geste dans leur pratique courante et le score de performance obtenu sur une échelle récemment validée, en simulation sur mannequin gynécologique.

    Méthode : Il s'agissait d'une étude observationnelle, descriptive des pratiques professionnelles, prospective, monocentrique à recrutement régional, qui s'est déroulée de septembre 2016 à avril 2017, dans différents centres hospitaliers et cabinets médicaux et de sages-femmes de l'ancienne région Poitou-Charentes. Des gynécologues, médecins généralistes et sages-femmes posant des DIU et acceptant d'être filmés ont été inclus. Ils ont ensuite été testés par simulation et évalués à l'aide de l'échelle d'évaluation de la performance de pose de DIU. Une étude de corrélation entre le score de performance des professionnels utilisant la même méthode de pose et le niveau d'expérience de pose, défini par le nombre mensuel de DIU posés par le professionnel, a été réalisée. Le pourcentage de réalisation de chaque item constituant l'échelle a été analysé.

    Résultats : Au total 30 professionnels ont été inclus. Parmi eux, 28 utilisaient la méthode classique de pose du DIU et 2 la méthode de la torpille. Le nombre mensuel moyen de DIU posés étaient de 8.63 (± 10,1) et le score de performance moyen dans le groupe méthode classique était de 12,5/20 (± 3,28). Il n'a pas été retrouvé de lien entre le score de performance et le niveau d'expérience des professionnels aussi bien lors d'une analyse générale (coefficient de corrélation de Spearman de 0,012 (p = 0,58)) que dans une analyse en sous-groupes. Deux items de l'échelle étaient réalisés par moins de 20% des professionnels (positionnement correct de la bague bleue et réalisation du toucher vaginal).

    Conclusion : L'utilisation de l'échelle d'évaluation de la performance de pose de DIU ne semble pas adaptée chez les professionnels posant des DIU couramment. Elle n'a pas permis d'identifier différents niveaux d'expérience de pose de DIU.

  • Prise en charge de l'inconfort chez le patient relevant de soins palliatifs en incapacité de s'exprimer : enquête auprès des médecins de soins palliatifs français    - Dijoux Cédric  -  31 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : l'inconfort du patient est au cœur des préoccupations des acteurs des soins palliatifs. Celui-ci doit être dépisté pour être traité. Quand le patient n'est plus en mesure de verbaliser sa plainte, reste pour le professionnel de santé à déchiffrer le langage du corps souffrant pour déterminer l'origine de l'inconfort. L'objectif de notre travail était d'établir un état des lieux de la prise en charge de l'inconfort du patient hors d'état de s'exprimer en soins palliatifs.

    Matériel et méthode : il s'agit d'une étude observationnelle descriptive menée auprès des médecins de soins palliatifs français entre le 29 mai 2017 et le 2 juillet 2017, à l'aide d'un questionnaire standardisé auto-administré fondé sur l'échelle de Likert.

    Résultats : 510 médecins ont été sollicités, 217 questionnaires ont été reçus et exploités. Le taux de participation était de 39,7%. 49,31% avait moins de 35 ans et 58,06% moins de 10 ans d'expérience médicale. 92,93% des médecins étaient fréquemment confrontés à la prise en charge de l'inconfort du patient en incapacité de s'exprimer et 59,10% ressentaient des difficultés à discriminer l'origine de l'inconfort alors que 34,85% n'avaient pas de difficulté à définir leur approche thérapeutique. L'échelle Algoplus® était utilisée couramment par 73% des médecins, et 54,04% des médecins estimaient que l'échelle Algoplus® permettait de distinguer la douleur d'une anxiété ou d'autres troubles neuropsychiques. Pour définir l'origine de l'inconfort, les médecins s'appuyaient sur l'examen clinique (100%), l'historique de l'inconfort (97,85%) et le ressenti de l'équipe soignante (95,70%). 79,50% des médecins estimaient que leur intuition influençait leur évaluation. La stratégie du test thérapeutique (bolus d'antalgique puis bolus d'anxiolytique) était jugée la plus pertinente pour 79,33% des médecins. Les médecins considérant que l'Algoplus® permettait la distinction entre la douleur et l'anxiété était plus âgés (p < 0,01), et plus expérimentés (p = 0,03), et déclaraient davantage de difficultés et à discriminer l'origine de l'inconfort (p = 0,04) et à définir leur approche thérapeutique (p = 0,04). L'incertitude diagnostique n'influençait pas la prise en charge thérapeutique.

    Discussion : les échelles comportementales sont certes utiles pour évaluer l'intensité d'une douleur avérée et pour affirmer un inconfort sans en présumer l'origine. Elles ne permettent cependant pas d'affirmer une douleur non dépistée antérieurement. Le test thérapeutique pourrait permettre de discriminer efficacement la souffrance physique et psychique. Reste à définir un protocole pertinent selon la voie d'abord disponible, définissant le choix des molécules et les échelles d'évaluation.

  • Statut nutritionnel des enfants atteints de tumeurs solides au CHU de Poitiers : description, prise en charge et évolution    - Malédon Natacha  -  27 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Malgré l'amélioration des techniques de prise en charge nutritionnelle, la prévalence de la dénutrition en milieu hospitalier reste élevée. Bien qu'ils existent des recommandations sur la prise en charge de la dénutrition chez l'enfant, peu d'études concernent spécifiquement les enfants atteints de pathologies cancéreuses.

    Nous avons mené cette étude au sein du service d'Oncologie pédiatrique du CHU de Poitiers chez des enfants atteints de tumeurs solides afin de déterminer la prévalence de la dénutrition au diagnostic et au cours du traitement, d'évaluer les modalités de prise en charge nutritionnelle et son efficacité.

    Cinquante-quatre enfants atteints de tumeurs solides et prise en charge dans le service d'Oncologie pédiatrique de Poitiers entre janvier 2013 et décembre 2016 ont été inclus. Les paramètres anthropométriques, les caractéristiques tumorales, les modalités de traitement ainsi que les stratégies de prise en charge nutritionnelles ont été recensés.

    La prévalence de la dénutrition au diagnostic dans notre étude était de 26% à 35% selon un IMC <3ème percentile et un indice de Waterlow RPT < 90% respectivement. La majorité des enfants dénutris était des garçons, de sexe masculin et atteints de tumeurs cérébrales. Soixante-quatorze pourcents des patients ont bénéficié d'un support nutritionnel. La prise en charge nutritionnelle précoce dès le diagnostic permettait une amélioration des paramètres anthropométriques chez les patients dénutris comme non dénutris. La prévalence de la dénutrition restait élevée à 12 mois de suivi.

    La collaboration entre le service d'Oncologie pédiatrique du CHU de Poitiers et le Comité de liaison alimentation-nutrition ou les Unités Transversales de Nutrition Clinique permettrait une amélioration des pratiques professionnelles.

  • Collaboration ville-hôpital pour le suivi du nouveau-né : exemple des médecins généralistes de Charente maritime    - Gellis Chloé  -  27 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La prise en charge de la grossesse, de la naissance et des premiers jours de vie se sont considérablement modifiés au cours des dernières années. Dans un contexte de raccourcissement des séjours en maternité, l'enjeu actuel de la prise en charge du nouveau-né est de satisfaire le souhait des parents en limitant le temps d'hospitalisation en maternité tout en préservant une sécurité optimale pour la mère et son enfant. Il est donc essentiel que des médecins généralistes formés pour les différentes étapes de la vie extra-utérine et de ses pathologies, prennent part au suivi du nouveau-né. Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer l'implication des médecins-généralistes de Charente-Maritime dans le suivi des nouveau-nés et de déterminer les différents points à améliorer pour que la prise en charge de ces enfants soit optimale. Le but, plus général de cette étude, étant de créer une collaboration ville-hôpital fiable grâce à laquelle les professionnels de santé peuvent s'entraider pour une surveillance néonatale de qualité.

    Méthode : Il s'agissait d'une étude transversale descriptive des pratiques et du ressenti des médecins généralistes de Charente-Maritime vis-à-vis de leurs connaissances concernant le suivi du nouveau-né. Entre Avril et Juin 2017, les 400 médecins généralistes exerçant dans un périmètre de 50 km du Centre hospitalier de Saintes ont été contactés par téléphone pour répondre à un questionnaire transmis par mail.

    Résultats : Le nombre total de médecins généralistes ayant répondu au questionnaire est de 94 soit un taux satisfaisant de réponse de 23,5%. Parmi ces médecins généralistes, plus de 50 % voyaient moins d'un nouveau-né par semaine. Ceux qui voyaient plus de 3 nouveau-nés par semaine exerçaient plus souvent une activité rurale en collaboration. 16 % n'appréciaient pas les consultations de nouveau-nés. Près de 90 % estimaient avoir des connaissances correctes voire certaines sur l'allaitement maternel. 43% estimaient avoir peu voire pas de connaissances sur l'ictère néonatal. En cas de difficulté, la majeure partie des médecins généralistes orientait vers le secteur hospitalier que ce soit en prenant un avis auprès d'un pédiatre de maternité (44,7%) ou en adressant l'enfant vers les urgences pédiatriques (55,3%).

    Conclusion : De nombreux médecins généralistes de Charente Maritime se sentent à l'aise avec le suivi des nouveau-nés et montrent un réel souhait d'implication dans ce suivi. Il est essentiel de renforcer ce réseau de collaboration ville-hôpital pour une surveillance néonatale de qualité et permettre aux professionnels de santé, acteurs du suivi du nouveau-né, de s'entraider et d'avoir recours à des interlocuteurs adaptés en cas de difficulté. L'organisation d'un suivi du nouveau-né de qualité nécessite de solliciter des professionnels de santé ayant de solides connaissances théoriques présentant une pratique régulière dans ce domaine. De nombreux aspects de cette collaboration sont encore à améliorer pour faciliter le travail des médecins de ville, approfondir leurs compétences en termes de suivi du nouveau-né, les soutenir en cas de difficulté concernant le cas d'un nouveau-né. La poursuite de formations annuelles sur le thème du suivi du nouveau-né destinées aux médecins généralistes représente une opportunité de renforcer cette collaboration tout comme l'ouverture de consultations pédiatriques au plus près des familles et de leurs médecins traitants au sein des Centre Périnataux de Proximité.

  • Etat des lieux de la prise en charge de patients souffrant d’une pathologie du membre inférieur, de la prescription du médecin à la coopération entre pharmaciens et kinésithérapeutes dans le choix du matériel orthopédique    - Contard Elie  -  26 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La prise en charge d’un blessé à la pharmacie, qu’il soit sportif du dimanche ou professionnel, est confrontée aux mêmes problématiques que lors de la dispensation d’un traitement médicamenteux. Quels sont les antécédents du patient ? Suit-il ou a-t-il suivi une rééducation particulière ? Me décrit-il correctement ses symptômes ?

    Quelle est la place du pharmacien orthésiste, au milieu des médecins généralistes, spécialistes, chirurgiens et kinésithérapeutes qui interviennent tous de manière concomitante dans la prise en charge du patient ? La Haute Autorité de Santé le reconnaît elle-même, du fait de la diversité des lésions, des techniques chirurgicales, des protocoles de rééducation individualisés, des antécédents et du contexte même de chacun des patients, il n’existe pas de programme type de prise en charge d’un patient souffrant d’une pathologie orthopédique.

    C’est dans ce contexte de jungle des protocoles et de trop peu de collaboration entre les différents professionnels de santé que cette thèse est née.

    Cette thèse, par le biais de trois études, va chercher de manière non exhaustive à faire l’état des lieux de la prise en charge des patients souffrant d’une pathologie du membre inférieur. D’abord par l’analyse des prescriptions dispensées en pharmacie, puis par le sondage des kinésithérapeutes et des pharmaciens vis-à-vis de leur collaboration et de leur exercice en rapport avec le matériel orthopédique.

  • Femme pharmacien : comment vivre sa grossesse et l’accueil du nouveau-né dans sa pratique officinale ?    - Prudent Anne-sophie  -  26 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La femme pharmacien occupe une place substantielle au sein des officines réparties sur l’ensemble du territoire français. Tout professionnel de santé qui exerce en officine, a été ou sera amené à considérer une ou plusieurs grossesses, en tant que mère, confrère, collègue ou encore conjoint.

    En tant que professionnel de santé, l’obligation d’accueil du patient n’exonère pas de l’application rigoureuse des dispositions du Code du travail et de la Convention collective nationale de la pharmacie d’officine dont bénéfice la femme pendant sa grossesse et l’allaitement qui en découle.

    Les facteurs de risques inhérents à la pratique officinale ont été explorés, la station debout et le piétinement sur de larges plages horaires, au préparatoire, l’exposition à des substances potentiellement dangereuses, au contact des patients, la transmission de maladies infectieuses respiratoires contagieuses comme la grippe saisonnière, ceci, à la lumière de contraintes décuplées par les modifications physiologiques induites par une grossesse.

    Enfin, une enquête menée à large échelle, a permis l’expression des voix des femmes pharmaciens, adjointes, titulaires, étudiantes, exerçant en France et en Outre-mer, mettant ainsi en exergue les difficultés qu’elles ressentent à mener une grossesse et un allaitement dans le cadre exigeant de l’exercice de la fonction de pharmacien officinal.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales