Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Parthenay Pascal

Parthenay Pascal

Les travaux encadrés par "Parthenay Pascal"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
9 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 9
Tri :   Date travaux par page
  • Responsabilité sociale de la Faculté médecine de Poitiers : le ressenti des membres de l'Agence régionale de santé    - Abu Takieh Miriam  -  23 juin 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La responsabilité sociale des facultés de médecine est un principe qui se développe autour des valeurs fondamentales de pertinence, efficience, qualité et équité. En 2010, un consensus mondial sur la responsabilité sociale des facultés de médecine a proposé 10 axes stratégiques permettant à une faculté de médecine de devenir socialement responsable. Le projet de recherche action-responsabilité sociale (RA-RS) des facultés de médecine, auquel la Faculté de médecine de Poitiers participe, a pour but d'expérimenter et d'évaluer la mise en œuvre et l'impact d'une démarche inspirée des valeurs fondamentales de la responsabilité sociale. Dans le cadre de ce projet, ce travail a été réalisé avec l'objectif d'explorer le ressenti des membres de l'Agence régionale de santé du Poitou-Charentes, concernant l'approche de la faculté de médecine pour répondre aux besoins de santé de la population.

    Méthode : Il s'agit d'une étude qualitative par entretiens individuels réalisés avec les membres des ARS des quatre départements de la région Poitou-Charentes : Vienne, Deux Sèvres, Charente, Charente Maritime. Elle s'intéresse à 5 axes du consensus mondial.

    Résultats : La Faculté de médecine joue un rôle fondamental dans l'adaptation de la pratique des futurs médecins au contexte territorial où les médecins exercent. Le partenariat entre des organismes administratifs (tels que l'ARS) et la Faculté de médecine est à renforcer, dans le but d'identifier les besoins en santé du territoire et d'orienter la formation, répondre au mieux à ces besoins. La problématique de la démographie médicale est une actualité à prendre en compte dans l'analyse des besoins. La formation doit aussi s'adapter à l'évolution de la société civile. La coordination et le travail d'équipe sont des principes fondamentaux pour que la pratique des futurs professionnels puisse rejoindre les besoins en santé de la population. La responsabilité sociale de la Faculté de médecine passe par la mise en place d'une évaluation continue des compétences des médecins.

    Conclusion : La Faculté de médecine de Poitiers avance dans le projet de recherche action-responsabilité sociale (RA-RS). Les résultats de cette étude sont alignés aux principes retrouvés dans le consensus mondial. Ce travail fait partie de la première phase du projet RA-RS, dont le but est de recueillir les ressentis des différents acteurs en santé. Restent à déterminer les indicateurs qui permettront d'évaluer l'engagement des facultés de médecine dans la responsabilité sociale.

  • Ressenti du médecin généraliste sur le dépistage des troubles visuels et auditifs des enfants d'âge préscolaire    - Caillaud Hélène  -  19 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles visuels et auditifs de l'enfant de moins de 3 ans, représentent une pathologie fréquente. Ils peuvent compliquer le développement de la vie sociale, les apprentissages scolaires, voire créer un handicap définitif quand aucun traitement n'est mis en place. Le médecin généraliste, au centre de ce dépistage, en a une pratique perfectible.

    Cette étude a recueilli sur ce sujet, le ressenti de 19 médecins généralistes, choisis de manière raisonnée. Il s'agit d'une enquête qualitative, menée au moyen d'entretiens semi-dirigés.

    Notre étude a permis de découvrir que le médecin généraliste avait un sentiment d'incompétence, concernant le dépistage visuel et auditif. Nous avons confirmé que le manque de connaissances et de sensibilisation posaient problème. D'autre part, nous avons découvert que le manque de ressources dans ce domaine était une difficulté. Notre étude a réussi à répertorier les obstacles à la pratique de ce dépistage. Le cadre de la médecine générale, la compliance parentale, le manque d'outil, la maîtrise des outils et l'accès difficile aux spécialités ont été décrits comme des freins. Parallèlement des éléments facilitant ont été identifiés : la présence d'autres acteurs dans ce dépistage, la prise en charge globale de l'enfant, la délégation de cette tâche et l'avis spécialisé. L'interrogatoire et le carnet de santé ont été décrits comme des outils facilitant, mais pouvant présenter des difficultés.

    Ainsi, notre travail a permis de proposer des solutions pour améliorer ce dépistage : sensibiliser la population et les médecins des différentes spécialités au dépistage ; former les médecins généralistes pour parfaire leurs connaissances théoriques, mais surtout leur pratique des tests de dépistage ; engager les autorités de santé dans le processus d'amélioration, du cadre de réalisation de ce dépistage ; rechercher avec plus de précision, la prévalence de ces troubles, la validité des programmes de dépistage et la possibilité d'une délégation. Enfin, convaincre le médecin généraliste de se perfectionner par la formation, pour lui permettre de cibler ses orientations, vers les spécialistes ou éventuellement le conduire à envisager la délégation de cette tâche.

  • Évaluation de la formation en SASPAS par les internes de Médecine Générale de la Faculté de Poitiers    - Andrieux Marine  -  03 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La Médecine Générale est considérée comme spécialité à part entière depuis 2004. Des réformes du Diplôme d'Etudes Spécialisées (DES) de Médecine Générale sont prévues par le Ministère de la Santé pour 2016, rendant le Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée (SASPAS) obligatoire dans le cursus de l'interne.

    Objectifs : Evaluer la satisfaction des internes de Médecine Générale quant à leur formation pendant le SASPAS.

    Matériel et Méthodes : Enquête déclarative d'opinion. Un questionnaire évaluant la formation a été envoyé au mois d'août 2014 par courriel aux internes ayant réalisé un SASPAS entre mai 2013 et mai 2014 à la faculté de Poitiers.

    Résultats : Le taux de réponses était de 65%. La formation était jugée satisfaisante par la majorité des internes. La note globale de satisfaction était supérieure ou égale à huit sur dix pour 74% des internes interrogés. Les internes ont ressenti une progression en terme d'autonomisation entre le début et la fin du stage à 71%. Les points faibles de la formation étaient la rétroaction quotidienne non systématique et les versants administratifs et comptables insuffisamment traités. Les internes étaient davantage confrontés à des consultations de pathologies aiguës programmées ou non qu'à des consultations de suivi de pathologies chroniques. Le SASPAS a conforté les internes dans leur choix de Médecine Générale à 81%.

    Discussion : Les internes sont globalement satisfaits de leur formation en SASPAS. Toutefois, des améliorations peuvent être apportées notamment sur la rétroaction quotidienne, la confrontation à certaines situations cliniques, et la formation à la comptabilité. Il est nécessaire de poursuivre les efforts visant à améliorer la formation des internes pendant ce stage professionnalisant afin qu'ils se sentent mieux préparer à exercer leur futur métier.

  • Évaluation du ressenti des internes de TCEM 3 de la Faculté de Médecine de Poitiers par rapport aux GEAPI    - Vincent Nelly  -  10 juillet 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Un certain nombre d'internes de Médecine Générale de la faculté de Médecine de Poitiers semblait insatisfait par rapport aux GEAPI (Groupe d’Échange et d'Analyse de Pratique entre Internes) mis en place dans leur formation de DES depuis trois années. Ce travail a donc permis de recueillir le ressenti de certains internes en fin de cursus en ce qui concerne la technique, le contenu et l'organisation de cette nouvelle forme d'enseignement.

    Matériel et méthode : La méthode qualitative avec un focus group constitué de huit internes et treize entretiens individuels semi-dirigés a été utilisée pour recueillir ces ressentis. Ils ont tous été retranscrits de la manière la plus fidèle possible sur documents Word puis analysés grâce au logiciel QDA Miner Lite 4 pour en ressortir les points évoqués et les regrouper en arbre thématique.

    Résultats : En ce qui concerne la technique, les internes interrogés étaient satisfaits de l'échange autour de situations cliniques authentiques mais n'appréciaient pas la forme de la tâche pédagogique à présenter. Pour ce qui est du contenu, les thèmes leur paraissaient souvent abstraits et redondants. Enfin, en ce qui concerne l'organisation, la convivialité des séances leur apportait des moments de détente mais les difficultés d'organisation étaient tout de même présentes. Ils avouaient quand même une progression grâce aux GEAPI. Certains internes ont également apporté des propositions d'amélioration.

    Conclusion : Les doléances des internes interrogés ont été prises en compte puisque les internes actuels n'ont plus le même calendrier d'enseignement théorique. Ce travail peut ouvrir sur différentes études futures, la comparaison avec le ressenti des internes de début de cursus de Poitiers, la comparaison entre les différentes facultés de médecine françaises, une évaluation du ressenti des animateurs de séances de GEAPI.

  • Critique de la grille d'évaluation du stage d'externe chez le médecin généraliste : étude qualitative en région Poitou-Charentes auprès de 10 médecins généralistes enseignants    - Bach-Monribot Marie  -  14 novembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis 2009, chaque étudiant doit effectuer un stage d'initiation à la médecine générale pendant la deuxième partie du deuxième cycle des études médicales. En Poitou-Charentes, il a été mis en place à la rentrée d'octobre 2010. Même si le démarrage est freiné par le manque de lieux de stage, le département de médecine générale a pour volonté d'augmenter ce nombre pour faciliter l'accès des externes à la médecine générale. Avec le recul, nous pouvons commencer à évaluer les modalités de réalisation de ce stage et les outils proposés aux enseignants pour les guider dans la formation et l'évaluation des externes.

    L'objectif de ce travail est de recueillir l'avis critique des maîtres de stage universitaire concernant la grille d'évaluation du stage d'externe chez le médecin généraliste. Nous avons donc effectué une étude qualitative auprès d'un échantillon raisonné de maîtres de stage universitaire. Nous leur avons proposé un entretien semi-dirigé lors de rendez-vous effectués à leur cabinet médical. L'objectif secondaire était de mettre en évidence les améliorations proposées par les maîtres de stage universitaire interrogés, en ce qui concerne le contenu d'une nouvelle grille d'évaluation. Globalement, les maîtres de stage insistent sur l'importance d'avoir une grille qui reflète les spécificités de leur pratique en médecine générale. Particulièrement la relation et la communication qu'ils instaurent avec leurs patients. Ils souhaiteraient également que ressortent des notions telles que la découverte du monde libéral, l'observation de situations variées en médecine générale, les techniques d'entretien, la sémiologie et l'assimilation de gestes techniques propres à leur activité. Enfin, ils préconiseraient le regroupement de ces éléments dans une grille simplifiée et précise, adaptée aux niveaux des externes.

    Grâce aux critiques recueillies et en nous appuyant sur les données de la littérature, nous avons fait émerger des orientations guidant la révision de la grille d'évaluation du stage d'externe chez le médecin généraliste. Ainsi la nécessité de définir des objectifs précis pour les étudiants comme pour les enseignants, présentés en début de stage et évaluables de façon formative apparaît déterminante. Ces objectifs sont à redéfinir précisément en insistant sur les spécificités de la médecine générale, tout en gardant le besoin de s'adapter aux niveaux des externes.

  • Responsabilité sociale de la faculté de médecine de Poitiers : le ressenti des internes de médecine générale    - Olariu Vanessa  -  23 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La responsabilité sociale des facultés de médecine est la clé pour une médecine pour tous avec quatre principes : qualité, efficience, pertinence, équité. La notion de responsabilité sociale des facultés de médecine se développe pour répondre à cela. En 2010, un consensus mondial liste 10 axes nécessaires pour qu'une faculté de médecine soit socialement responsable. Notre travail consiste à recueillir le ressenti des internes de médecine générale de Poitiers concernant l'implication de leur faculté en terme de responsabilité sociale.

    Méthodologie : Etude qualitative par focus groups d'internes de médecine générale de Poitiers, s'intéressant à 5 axes du consensus.

    Résultats : Les internes de médecine générale de Poitiers pensent que la faculté ne s'investit pas dans l'identification des besoins de santé, qu'elle permet une réponse partielle aux besoins de santé et qu'elle donne une formation satisfaisante à ses étudiants grâce à l'autoformation et aux stages. Les internes critiquent le manque de transmission par leurs pairs d'un savoir-faire. Concernant les tâches du généraliste, la faculté devrait avoir un rôle dans leurs déterminations ainsi que dans l'évaluation des objectifs fixés pour répondre aux besoins de santé. La réflexion visant à améliorer l'appréhension des besoins concerne tous les acteurs du système de santé.

    Discussion : La faculté de médecine de Poitiers offre un début de réponse en termes de responsabilité sociale : stages, commissions... Elle progresse doucement sur cette voie bien que ses étudiants ne le ressentent pas suffisamment. Reste à déterminer les indicateurs qui permettront d'évaluer objectivement l'engagement des facultés de médecine dans la responsabilité sociale.

  • Comment les internes en médecine générale prennent-ils en charge leur propre santé ? : enquête menée auprès des internes en médecine générale de la faculté de Poitiers    - Ridet Olivia  -  14 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Différents travaux ont abordés la question de l'attitude des médecins envers leur propre santé mais on en sait peu sur celle des internes. Pourtant ils éprouvent déjà les mêmes difficultés : stress, charge de travail…et ont eux-aussi la possibilité de s'autoprescrire.

    Une étude descriptive a été réalisée à l'aide d'un questionnaire auprès de tous les internes de médecine générale de la faculté de Poitiers inscrits en 2012/2013.

    128 internes ont répondu à l'enquête. 14,1% fument du tabac, 5,5% consomment de l'alcool régulièrement. 93,3% des femmes ont déjà réalisé un frottis de dépistage du cancer du col de l'utérus. Pour 15,6% d'entre elles celui-ci remonte à de plus de 3 ans. La moitié des internes pratique une activité physique régulière et seulement 12,5% ont un IMC supérieur à la normal (23,7% des hommes et 7,8% des femmes). Même s'ils sont nombreux à avoir déclaré un médecin traitant, ils ne le consultent que très rarement. Ils s'estiment majoritairement en bonne santé mais près de 30% pensent que leur prise en charge médicale est moins bonne depuis qu'ils sont internes. Les principaux facteurs incriminés sont le manque de temps et la mobilité géographique au cours de l'internat.

    En matière de prévention, les comportements sont semblables voire meilleurs que ceux de la population générale par contre certains éprouvent déjà des difficultés à consulter et ont recours à l'auto-prescription, l'autodiagnostic et aux consultations informelles.

    Le Conseil de l'Ordre alerte sur la tendance des médecins à appréhender seuls leur propre santé. Ces comportements semblent débuter dès l'internat. Il serait donc important de sensibiliser les internes avant même leur prise de fonction aux dangers de l'autoanalyse et l'auto-prescription et leur apprendre à être tout simplement des patients.

  • Représentations de la médecine générale chez les étudiants de deuxième cycle des études médicales ayant effectué le stage ambulatoire de trois mois : enquête qualitative réalisée en 2012 à la faculté de Poitiers    - Boinot Mathilde  -  13 décembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Malgré sa revalorisation par la reconnaissance de la spécialité, la médecine générale reste peu choisie à l'issue des épreuves classantes nationales. Ceci semble lié à la méconnaissance que les étudiants ont de cette discipline. L'objectif de ce travail est de décrire les représentations qu'ils ont de la spécialité après la réalisation d'un stage ambulatoire de médecine générale de trois mois et de les comparer avec celles des étudiants n'ayant pas fait ce stage.

    Matériel et méthode : Une recherche qualitative a été menée auprès d'étudiants de la faculté de Poitiers ayant réalisé le stage. Le recueil des données a été effectué par trois entretiens collectifs qui ont permis d'obtenir la saturation des données. Ces entretiens ont été enregistrés, retranscrits puis analysés à l'aide du logiciel NVivo 9. Les données ont été analysées de manière déductive à partir des occurrences retrouvées dans l'enquête complémentaire concernant les étudiants n'ayant pas réalisé le stage et inductive puisque de nouvelles occurrences sont apparues. Les occurrences ont ensuite été organisées en sous-thèmes regroupés en cinq thèmes.

    Résultats et discussion : Les étudiants ont globalement une vision positive de la médecine générale. Ils abordent les fonctions du médecin généraliste et ses compétences. On retrouve une différence des représentations avec les étudiants n'ayant pas réalisé le stage. Le groupe ayant fait le stage ambulatoire a une vision plus concrète de la spécialité et se projette plus aisément.

    Conclusion : Après un stage ambulatoire de trois mois, les étudiants ont une représentation positive de la médecine générale. Ce stage leur permet de mieux connaître cette spécialité et d'en appréhender les aspects concrets. La modification de leurs représentations devrait les aider à faire un choix éclairé de spécialité à l'issue des épreuves classantes nationales.

  • Rôles de l’infirmière libérale et du médecin généraliste dans le suivi des plaies chroniques : enquêtes menées en Charente en 2009-2010    - Noaillan Florence  -  11 septembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : Les plaies chroniques représentent un problème majeur de santé publique. L’infirmier(ère) libéral(e) (IDEL) et le médecin généraliste (MG) sont les acteurs principaux de cette prise en charge en ambulatoire. L’objectif de cette étude était d’effectuer un état des lieux des modes de collaboration et de communication entre ces deux professionnels de santé dans le suivi des plaies chroniques en Charente.

    METHODE : Etudes transversales réalisées en Charente auprès de l’ensemble des MG en 2010 et des IDEL en 2009 et 2010. Auto-questionnaires envoyés par voie postale sans relance, évaluant la satisfaction vis-à-vis de la collaboration entre les MG et les IDEL, leurs pratiques et les solutions d’amélioration qu’ils seraient prêts à envisager.

    RESULTATS : 92 IDEL en 2009, 55 IDEL et 94 MG en 2010 ont répondu. Les MG étaient globalement satisfaits de la prise en charge de l’IDEL (89.3%) mais regrettaient un défaut d’informations concernant l’évolution des plaies (30.8%) et les modifications des protocoles de soins locaux (59.8%). Les IDEL étaient insatisfaites des rythmes de réévaluation des plaies par les MG (73.9%) et les trouvaient insuffisamment impliqués (64.9%), mais les estimaient disponibles en cas de problèmes (90.2%). MG et IDEL souhaitaient une collaboration plus importante (MG : 67% ; IDEL : 88.4%). Les IDEL proposaient des traitements locaux plus adaptés que les MG (plaie fibrineuse : p=0.00007 ; infectée : p=0.004 ; bourgeonnante : p=0.03). Une formation complémentaire (MG : 92.4% ; IDEL : 96.3%) et la mise en place d’un cahier de suivi (MG : 88.1% ; IDEL : 88.7%) étaient les solutions d’amélioration les plus plébiscitées.

    CONCLUSION : Cette étude démontrait les problèmes de communication entre IDEL et MG concernant le suivi des plaies chroniques, et les lacunes de chacun dans cette prise en charge. Elle permettait également d’orienter vers des solutions adaptées à leurs souhaits.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales