Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine

Diplôme d'état de Médecine

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1721 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Syndrome de renutrition inappropriée et insulinothérapie à la découverte d'un diabète de type 2 : impact sur les électrolytes. Revue systématique de la littérature et étude pilote    - Dieraert Ségolène  -  13 mai 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction et but de l'étude : Les modifications d'utilisation des substrats énergétiques dans le diabète et la dénutrition, puis lors de l'introduction d'une insulinothérapie et dans le syndrome de renutrition inappropriée (SRI) nous ont conduit à nous interroger sur l'influence de facteurs de risque de SRI sur les électrolytes sanguins chez les patients diabétiques de type 2 mis sous insuline. De plus, l'insulinothérapie est un facteur de risque de SRI. Après une revue de la littérature, l'objectif était de comparer la phosphorémie, kaliémie, la magnésémie et la vitamine B1 à l'introduction de l'insulinothérapie chez des patients diabétiques de type 2 à risque ou non de SRI.

    Matériel et méthodes : La revue de la littérature a été réalisée sur les bases Embase, Cochrane et Pubmed, et les références des articles et consensus de prise en charge ont été consultées pour ne pas méconnaitre d'article pertinent. L'étude pilote incluait des patients hospitalisés pour découverte de diabète de type 2 mis sous insuline intraveineuse ou par pompe à insuline sous cutanée. Des dosages répétés de la phosphorémie, kaliémie et magnésémie ont été réalisés avant introduction de l'insuline, dans les 24h suivant la mise sous insuline puis à 48h et 96h. Une évaluation nutritionnelle (poids actuel et habituel, indice de masse corporelle [IMC]) était réalisée à l'admission des patients dans le service et ceux à risque de SRI selon les critères de NICE recevaient une supplémentation (phosphore, potassium, magnésium et vitamine B1) systématique après réalisation du prélèvement des 24h. Un dosage de la vitamine B1 était réalisé lors du prélèvement des 24h. Les résultats sont exprimés en moyenne ± écart type.

    Résultats et Analyse statistique : De Décembre 2020 à Avril 2021, 25 patients ont été inclus. Neuf patients (36%) étaient à risque de SRI. L'âge était de 57,4 ± 10,9 ans avec 68,0 % d'hommes. L'IMC était de 30,3 ± 5,9 kg/m2. La perte de poids avant le diagnostic de diabète était de 4,5 ± 6,5 % du poids habituel. L'hémoglobine glyquée était de 12,0 ± 1,9 %. La phosphorémie à 24h de la mise sous insuline était similaire dans les deux groupes, 1,0 ± 0,2 mmol/L pour le groupe à risque de SRI vs 1,1 ± 0,2 mmol/L pour le groupe non à risque (p= 0,71). Une hypophosphorémie était présente chez 2 des 9 patients du groupe à risque (22,0 %), et 1 des 16 patients du groupe non à risque (6,2 %), mais sans différence significative entre ces groupes (p=0,53). L'évolution du dosage sanguin du phosphore, du potassium et du magnésium était similaire dans les deux groupes. Il n'existait pas de différence significative entre les dosages de vitamine B1 entre les deux groupes.

    Conclusion : Dans cette étude pilote, 36% des patients inclus présentaient un risque de SRI et 22% d'entre eux ont présenté une hypophosphorémie dans les 24h suivant la mise sous insuline, contre 6% dans le groupe ne présentant pas de facteurs de risque. Les facteurs favorisant l'hypophosphorémie et l'hypomagnésémie, comme une perte de poids significative au diagnostic ou l'existence d'une consommation éthylique chronique méritent cependant une attention particulière puisque ces désordres ioniques ont été régulièrement associés à la présence de complications micro-angiopathiques chez nos patients diabétiques.

  • Élaboration d'un outil pédagogique audiovisuel concernant le Journal d'Activité et de Certification des Compétences à destination des étudiants en médecine générale    - Bandon Pierre  -  05 mai 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le Journal d'activité et de certification des compétences (JACC) est un outil d'aide à la rétroaction des actes effectués en Stage ambulatoire en soins primaires en autonomie supervisée (SASPAS) et participe à la certification du niveau des compétences. Cependant, celui-ci semble largement sous-utilisé. Afin d'améliorer l'information concernant l'existence du JACC et d'apporter une aide concernant sa manière de l'utiliser, l'objectif principal de ce travail a été l'élaboration d'un outil pédagogique de type vidéo concernant le JACC à destination des étudiants en médecine générale (EMG).

    Méthode : La planification de la démarche de construction de l'outil vidéo a été réalisée par un comité de pilotage avec rédaction des objectifs et du cahier des charges. Le script de la vidéo a été rédigé par un groupe d'écriture avec prise en compte des propositions d'amélioration par un groupe de relecture. Enfin, la vidéo a été tournée et montée puis diffusée aux EMG des promotions concernées par courrier électronique et sur les réseaux sociaux.

    Résultats : Un outil pédagogique vidéo a été élaboré d'une durée de 6 minutes, publié sur la plateforme vidéo YouTube le 23 octobre 2021. Il est composé d'une introduction, d'une partie informationnelle concernant le JACC, d'une partie “tutoriel” sur l'utilisation du JACC sous forme d'une situation de soin, et enfin d'une conclusion.

    Discussion : L'outil permet de donner une information claire sur l'intérêt pédagogique du JACC et de faciliter son utilisation de manière accessible et ludique. Une diffusion chaque semestre aux EMG en SASPAS pourrait permettre une adoption du JACC plus importante et pérenne. Cependant, l'acceptabilité du JACC est un paramètre majeur à prendre en compte. L'enjeu principal serait donc de démontrer la validité du JACC sur le développement des compétences et de la réflexivité des EMG et de les accompagner pour donner du sens à ce qu'ils produisent.

  • Évaluation de l'utilisation du dispositif MEDPREVED par les médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine    - Barthélémy Zacharie  -  28 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction :

    Le questionnaire PREVED©, évaluant les connaissances sur les perturbateurs endocriniens et la perception de leurs risques, a été repris, modifié et intégré à un dispositif complet de prévention appelé MEDPREVED. L'objectif était d'analyser l'accessibilité, la faisabilité et l'utilité de ce dispositif auprès des médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine.

    Matériels et méthodes :

    Le dispositif MEDPREVED, composé d'un kit de formation, d'un kit de prévention et d'une affiche à mettre en salle d'attente, a été envoyé aux médecins généralistes inclus dans l'étude. Les patients pouvaient répondre au questionnaire PREVED© en salle d'attente en scannant un QR code présent sur l'affiche. Pendant la consultation, le médecin avait la possibilité de donner des ressources listées dans le kit de prévention. Après plusieurs mois d'utilisation, un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins inclus afin de recueillir leur avis. Une analyse quantitative a été menée.

    Résultats :

    Vingt-six médecins ont rempli le questionnaire sur les 50 médecins généralistes inclus. Le questionnaire PREVED© a été jugé comme accessible par les patients, avec un nombre de questions approprié et une simplicité de compréhension. Néanmoins, l'accès unique par QR code semblait peu adapté à l'ensemble de la patientèle. Le caractère chronophage s'est révélé être un frein à son utilisation. Il a été jugé utile afin d'amorcer le sujet de la prévention aux perturbateurs endocriniens auprès des patients et a aussi eu un impact auprès des médecins, les incitant à faire des recherches sur le sujet. L'impact du dispositif sur le changement de comportements des patients n'a pas été perçu par les médecins.

    Conclusion :

    Le dispositif MEDPREVED semble être accessible par les patients et utile mais non faisable en pratique courante en utilisant uniquement le QR code. Des modifications sur son moyen d'accès doivent être envisagées avant une possible généralisation.

  • Prévention de l'exposition aux perturbateurs endocriniens : évaluation de l'utilisation du dispositif MEDPREVED par les médecins à orientation pédiatrique    - Leyris Agathe  -  28 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    En matière d'exposition aux perturbateurs endocriniens, on sait l'importance des 1000 premiers jours de vie. Les médecins à orientation pédiatrique ont donc un rôle majeur à jouer dans la prévention de l'exposition à ces substances. Le dispositif MEDPREVED, avec son questionnaire PREVED©, intégré à la pratique clinique préventive, pourrait représenter une aide à la sensibilisation des parents.

    Objectifs

    L'objectif était d'évaluer la faisabilité, utilité, accessibilité de ce dispositif de prévention, par les médecins à orientation pédiatrique, ainsi que décrire l'état des lieux des pratiques préventives cliniques en santé environnementale de ces praticiens.

    Méthode

    Le dispositif MEDPREVED a été implémenté dans les cabinets des médecins participants. Le questionnaire PREVED© était rempli en salle d'attente via un QR code par la population cible. Puis les médecins, à l'aide de ressources disponibles dans un kit de prévention, et préalablement informés sur le sujet via un kit de formation, recevaient les parents avec leurs enfants en consultation, et une discussion à propos du sujet pouvait être entamée. Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée pour recueillir l'avis des praticiens sur le dispositif. L'analyse de contenu a été réalisée, avec triangulation.

    Résultats

    L'avis de huit médecins ayant testé le dispositif dans leurs cabinets a été recueilli. Malgré l'utilisation du questionnaire en salle d'attente, il a souvent été remarqué une absence d'amorce sur le sujet en consultation. Les avis concernant la numérisation du questionnaire étaient partagés, et la distribution d'une version papier a été proposée. Le dispositif était jugé faisable, avec des améliorations, et utile pour éveiller la réflexivité, sur un sujet de prévention qui apparaissait comme important mais difficile à aborder en consultation de pédiatrie. Les raisons de la difficulté de mise en place de cette prévention étaient le manque de formation des médecins, la multiplicité des sujets de prévention en pédiatrie, et la difficulté, pour les médecins, d'aborder ce sujet avec des populations défavorisées.

    Conclusion

    La mise en place d'un tel dispositif dans les cabinets de pédiatrie est faisable et utile mais nécessite des adaptations en fonction de la population de parents, et des améliorations, incluant entre autres une meilleure formation des médecins qui l'utiliseront.

  • Prévention de l'exposition aux perturbateurs endocriniens : évaluation de l’utilisation du dispositif MEDPREVED auprès des populations les plus vulnérables    - Degorce Léa  -  28 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La prévention de l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans les 1000 premiers jours de vie est essentielle. Le questionnaire PREVED© évalue les connaissances, les attitudes et les pratiques des patients concernant ces substances néfastes. Le dispositif MEDPREVED, incluant une version simplifiée de ce questionnaire, pourrait favoriser la démarche de prévention.

    Objectif : Evaluer la faisabilité, l'accessibilité et l'utilité de ce dispositif, auprès des parents d'enfant de moins de deux ans et des couples attendant un enfant, afin de prévenir des risques liés à l'exposition aux perturbateurs endocriniens.

    Méthodes : Le dispositif était composé d'une affiche, disposée en salles d'attente des professionnels de santé, intégrant un QR code qui permettait aux patients d'accéder au questionnaire PREVED© numérique. Ce dernier devait servir d'amorce pour une discussion de prévention autour des perturbateurs endocriniens avec le praticien. Le dispositif comprenait également un kit de formation pour les professionnels et un kit de prévention pour les patients. L'étude qualitative s'est déroulée par entretiens semi-dirigés téléphoniques en Nouvelle-Aquitaine en 2021.

    Résultats : Deux femmes enceintes et dix parents ont été interrogés, avec une forte prédominance féminine et des catégories socioprofessionnelles plutôt élevées. La faisabilité et l'accessibilité du dispositif ont été évaluées à 4,5/5 révélant être un outil numérique pratique, rapide et adapté à la population cible. Toutefois, le dispositif n'a pas été utilisé par les patients les plus précaires ainsi que ceux ayant une faible perception du risque. L'amorce avec le professionnel de santé était rare. Le kit de prévention n'a pas été remis. L'utilité a été notée à 4/5 pour un dispositif qui n'apportait pas de nouvelles connaissances sans l'intervention du professionnel de santé mais qui incitait les patients à la réflexion. Ces derniers souhaiteraient recevoir plus de prévention de la part des professionnels de santé, notamment dans le suivi de la grossesse et de l'enfant.

    Conclusion : Les patients ont besoin d'être mieux renseignés, particulièrement par les professionnels de santé, avec des sources d'informations fiables et accessibles sur les perturbateurs endocriniens. Le dispositif MEDPREVED permet d'aider dans cette démarche et pourrait être précurseur d'une prévention en santé environnementale plus active en médecine générale.

  • Évaluation d'un site web d'aide au suivi des patients ayant bénéficié d'une chirurgie bariatrique, à destination des médecins généralistes : bariamed.fr    - Peiffer Sophie  -  19 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La chirurgie bariatrique constitue un progrès thérapeutique majeur dans la prise en charge de l’obésité, en permettant une diminution significative de la morbi-mortalité de cette pathologie. Bien qu’un suivi multidisciplinaire post-opératoire soit recommandé à vie, celui-ci demeure insuffisant actuellement, ce qui peut entraîner une perte de poids moindre et expose à un risque de carences nutritionnelles. Les médecins généralistes pourraient contribuer à améliorer ce suivi, mais se sentent insuffisamment formés pour cela. Nous avons donc créé un site web afin d'essayer de mieux les accompagner. Au travers de cette étude, nous avons souhaité évaluer si ce support pouvait apporter une aide en consultation aux médecins généralistes sur le suivi des patients ayant bénéficié d’une chirurgie bariatrique.

    Méthode : Les médecins généralistes français ont été inclus dans l'étude. Bariamed.fr a été évalué avec un cas clinique de 6 questions au sujet d’une patiente fictive de 36 ans ayant bénéficié d'un by-pass gastrique. Les participants étaient invités à réaliser le cas clinique avec leurs connaissances dans un premier temps (CC1), puis une seconde fois avec l’aide du site web (CC2). A la fin du questionnaire, les médecins généralistes donnaient leur opinion sur l'intérêt de cet outil numérique.

    Résultats : 157 médecins généralistes ont été inclus dans l'analyse. La mise à disposition de Bariamed a amélioré de manière significative les réponses de chaque question relative au suivi de la patiente (p < 0.0001). La moyenne des taux de réponses correctes s’élevait à 18.6% pour CC1 contre 69.8% pour CC2. Les médecins généralistes ont été unanimes sur le fait que le site pouvait leur apporter une aide en consultation.

    Conclusion : Notre outil numérique a permis d'aider les médecins généralistes à répondre aux questions théoriques sur le suivi d'une patiente ayant bénéficié d'un by-pass gastrique. Ces données semblent pouvoir se généraliser à la population susceptible d'être intéressée par les Systèmes d’Aide à la Décision Médicale, en situation réelle de consultation.

  • Analyse rétrospective monocentrique d'une cohorte de patientes traitées pour un cancer du sein avec métastases cérébrales    - Hibon Mélanie  -  15 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'incidence des métastases cérébrales (MC) dans le cancer du sein est en augmentation, avec environ 15-30 % des patients de stade avancé qui en développent. Leur apparition reste un évènement grevant le pronostic fonctionnel et vital des patients, avec une survie globale (SG) après le diagnostic d'environ 7 mois, encore plus sévère en cas de leptoméningite carcinomateuse (LM). Les facteurs influençant la survie des patients atteints de MC sont toujours débattus, notamment ceux associés à la survie sans progression cérébrale (SSPC).

    Objectifs : Les objectifs principaux de notre étude étaient : la description des modalités de prise en charge des MC de cancer du sein et l'analyse des facteurs pronostiques associés à la SSPC. Nos objectifs secondaires étaient : les analyses de SG et SSPC dans notre population, ainsi que l'analyse des facteurs pronostiques associés à la SG et la description de la population spécifique de patientes opérées pour MC.

    Méthodes : Dans cette étude monocentrique et rétrospective, nous avons inclus une cohorte de patientes suivies pour un cancer du sein au CHU de Poitiers, avec un diagnostic d'atteinte cérébrale secondaire (MC intra-axiales et LM) posé entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2019. Les analyses de survie ont été modélisées avec la méthode de Kaplan-Meier et le modèle de Cox.

    Résultats : Parmi les 261 patientes de l'étude, une chirurgie cérébrale a été effectuée chez 27 (10,3 %) patientes, 77,0 % des patientes ont reçu une RT cérébrale : (in toto pour 76,1 %). Des symptômes neurologiques étaient présents au diagnostic dans 74,7 % des cas. Une LM a été retrouvée au cours du suivi dans 42,9 % des cas. Le suivi médian à partir du diagnostic de l'atteinte cérébrale secondaire était de 50,7 mois (IC 95% 45,4 – NA). Les médianes de SSPC et de SG étaient respectivement de 5,95 mois (IC 95 % 4,84 – 7,04) et de 7,99 mois (IC 95 % 5,66 – 10,6). En analyse multivariée, les facteurs pronostiques péjoratifs associés à la SSPC comprenaient les tumeurs primitives triple-négatives (HR = 2,70 ; IC 95 % 1,77 – 4,11 ; p < 0,0001), un traitement systémique préalable aux MC (HR = 1,19 ; IC 95 % 1,11 – 1,27 ; p < 0,0001), un âge > 70 ans au diagnostic des MC (HR = 1,81 ; IC 95 % 1,17 – 2,81 ; p < 0,01), un nombre de MC > 3 (HR = 1,76 ; IC 95 % 1,15 – 2,69 ; p < 0,01) et un nombre de sites métastatiques ≥ 3 (HR = 1,51 ; IC 95 % 1,03 – 2,21 ; p = 0,04). Les facteurs associés à une SSPC plus longue étaient : le contrôle de la maladie extra-cérébrale (HR = 0,45 ; IC 95 % 0,31 – 0,67 ; p < 0,0001) et un état général conservé PS 0-1 (HR = 0,59 ; IC 95 % 0,42 – 0,82 ; p < 0,01).

    Conclusion : Notre étude permet la description détaillée et récente des caractéristiques et de la prise en charge en « vie réelle » d'une cohorte de patientes avec atteinte cérébrale d'un cancer du sein. L'analyse des facteurs pronostiques corrélés à SSPC est peu décrite dans la littérature et pourrait permettre d'adapter au mieux la stratégie thérapeutique à la situation carcinologique. Les données d'essais prospectifs en cours seront essentielles afin d'évaluer l'intérêt d'un dépistage précoce des MC asymptomatiques. La SG de ces patients reste sombre, très corrélée avec la rechute cérébrale. Il est ainsi nécessaire de les intégrer plus largement dans les essais thérapeutiques.

  • Impact du traitement endovasculaire des anévrismes aortiques sur le résultat de la chirurgie conventionnelle    - Jayot Jeanne  -  15 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    OBJECTIF : L'arrivée de la pratique mini-invasive de l'endovasculaire a marqué un tournant dans la prise en charge des anévrismes aortiques (AA), dont le seul traitement était jusqu'alors la mise à plat – greffe en chirurgie conventionnelle à ciel ouvert. L'objectif de notre étude était d'évaluer l'impact de l'endovasculaire sur la mortalité des AA après chirurgie conventionnelle dans notre Centre.

    MATERIEL ET METHODES : Notre étude rétrospective, mono-centrique, a analysé les données de 620 patients opérés d'AA (ATA, AAA para- et juxta-rénaux) au CHU de Poitiers en comparant 2 périodes : 420 patients traités en chirurgie conventionnelle avant l'arrivée de l'endovasculaire entre 1993 et 2011, 150 patients traités en chirurgie conventionnelle après l'arrivée de l'endovasculaire entre 2012 et 2019. Le critère de jugement principal était la mortalité globale et à la mortalité liée à l'anévrisme. Le critère de jugement secondaire était le décès précoce dans les 30 jours post-opératoires ajusté sur le terrain du patient, la pratique chirurgicale et les complications post-opératoires précoces.

    RESULTATS : Dans le groupe de patients traités avant l'arrivée de l'endovasculaire, la durée de suivi moyen était de 58 mois, le décès précoce est survenu dans 3,4% des cas, la survie globale et liée à l'anévrisme était respectivement à 6 mois de 93% et 96%, à 12 mois de 90% et 96%, à 24mois de 84% et 95%. Dans le groupe de patients traités après l'arrivée de l'endovasculaire, le décès précoce est survenu dans 10% des cas, la durée de suivi moyen était de 22 mois, la survie globale et liée à l'anévrisme était respectivement à 6 mois de 76% et 83%, à 12 mois de 70% et 78%, à 24 mois de 60% et 72%. Ainsi, il a été montré une dégradation significative de la survie pour les sujets traités en chirurgie conventionnelle après 2012, avec un plus grand nombre de décès précoce à J30 (OR=3,12 [1,46 ; 6,70] p=0,003), des survies globales plus faibles à M6 (OR=0,23 [0,12 ; 0,41] p<0,001), M12 (OR=0,26 [0,15 ; 0,45] p<0,001), M24 (OR=0,28 [0,16 ; 0,47] p<0,001) et des survies liées à l'anévrismes plus faibles à M6 (OR=0,20 [0,09 ; 0,41] p<0,001), M12 (OR=0,16 [0,07 ; 0,33] p<0,001), et M24 (OR=0,12 [0,06 ; 0,26] p<0,001).

    Cette dégradation s'explique par une plus grande fragilité du terrain de patients traités en chirurgie conventionnelle après 2012 puisqu'ils présentaient plus de comorbidités cardio-vasculaires telles que le surpoids (OR=1,11 [1,05 ; 1,18] p<0,001), l'hypertension (OR=1,86 [1,22 ; 2,90] p=0,005), l'hypercholestérolémie (OR=2,38 [1,63 ; 3,50] p<0,001), et un tabagisme actif (OR=1,63 [1,04 ; 2,57] p=0,032), et plus de coronaropathie (OR=1,75 [1,19 ; 2,57] p=0,004) que les patients traités avant 2011. Par ailleurs, à partir de 2012, il y a eu une complexification des AA traités en chirurgie conventionnelle puisqu'une moindre fréquence des AAA sous-rénaux a été traitée au profit de localisations juxta-rénales (OR=3,36 [1,71 ; 6,52] p<0,001), para-rénales (OR=7,84 [2,97 ; 22,9] p<0,001) et ATA 4 (OR=2,74 [0,98 ; 7,30]).

    En appliquant l'ajustement du modèle multivarié, on constate qu'à terrain préopératoire, pratique chirurgicale et complications post opératoires égaux, la mortalité précoce à J30 a énormément diminué de façon significative puisque l'OR ajusté est très inférieur à 1 (OR=0,01 [0,00 ; 0,10], p<0,001).

    CONCLUSION : Progressivement l'endovasculaire est devenue la pratique thérapeutique priorisée dans la prise en charge des AA simples tandis que la chirurgie conventionnelle demeure le traitement de première intention des AA complexes. Bien que les résultats de la mortalité en chirurgie conventionnelle paraissent moins bons en chiffre absolu, ils restent tout à fait satisfaisants en tenant compte de l'aggravation de l'étendue anatomique des anévrismes aortiques ainsi que de l'augmentation des co-morbidités initiales, et ils encouragent à la poursuite de cette pratique au sein de notre Centre.

  • Comment améliorer la prise en charge somatique des patients atteints de trouble du spectre autistique ? Classification des pathologies somatiques intercurrentes les plus fréquentes dans le but de créer un programme de prévention : Enquête auprès de patients atteints de trouble du spectre autistique consultant en hospitalisation de jour au centre Cap Soins 17 de La Rochelle    - Delattre Leslie  -  14 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : Le trouble du spectre de l'autisme est une pathologie neuro-développementale à laquelle s'associent des vulnérabilités somatiques particulières. Pourtant, les pathologies somatiques intercurrentes restent insuffisamment repérées et traitées alors qu'elles peuvent être à l'origine d'une altération rapide et surprenante du comportement et des capacités. Nous avons donc souhaité enquêter sur ces différentes pathologies par le biais du centre spécialisé Cap Soins 17, qui réalise des bilans complets en hospitalisation de jour auprès du public handicapé dyscommunicant.

    MATERIELS ET METHODES : Nous avons réalisé une étude monocentrique, descriptive sur données rétrospectives de Décembre 2015 à Décembre 2020. Nous avons inclus les patients atteints de trouble du spectre autistique accueillis en hospitalisation de jour à Cap Soins 17, pour lesquels le bilan avait abouti au diagnostic d'une ou plusieurs pathologies somatiques. Les données de leurs comptes rendus d'hospitalisation ont été recueillies par le biais d'un formulaire de saisie de données électronique. Elles concernaient les caractéristiques socio démographiques, les antécédents, les pathologies somatiques diagnostiquées et les prises en charges proposées. La base de données produite a ensuite été exploitée par le biais de formules statistiques.

    RESULTATS : Nous avons inclus 132 patients. Le ratio était de 2.47 hommes pour 1 femme, et la grande majorité avaient moins de 51 ans (128). Les motifs de recours à Cap Soins 17 principaux étaient « le trouble du comportement » (34%) et le « bilan systématique » (34%). Les pathologies les plus fréquentes étaient la constipation (83%) plus ou moins associée au fécalome (26%), le bouchon de cérumen (45%), le tartre (48%), la carie (33%), les troubles de la statique rachidienne (33%) plus ou moins associés aux pieds plats (21%), le portage d'Helicobacter pylori (27%), l'hypovitaminose D (31%) et l'obésité (25%). La iatrogénie des traitements psychotropes, associée à certaines pathologies, a été suspectée dans 48% des cas. A l'issue du bilan, un traitement a presque systématiquement été proposé, des examens complémentaires ont été demandés dans plus de deux tiers des cas, un avis spécialisé a été demandé dans plus d'un tiers des cas.

    CONCLUSION : Les pathologies diagnostiquées étaient la plupart du temps des pathologies bien connues des médecins généralistes, et dont la prise en charge est simple. Pourtant, le patient atteint de TSA leur pose le défi de la compréhension de ses symptômes. La finalité de cette étude serait la réalisation d'un outil à plusieurs volets à destination des médecins dont le but serait la sensibilisation, l'information et la prévention, pour mieux préparer la consultation et permettre, à terme, une meilleure inclusion de cette population dans le parcours de soins.

  • Psychotraumatisme et réponses traumatiques en médecine physique et de réadaptation, étude préliminaire transversale    - Mih Safa  -  13 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : déterminer quelles catégories de patients présentent les symptômes de Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT) les plus élevés en fonction de la pathologie pour laquelle ils sont suivis en Médecine Physique et de Réadaptation (MPR). Les objectifs secondaires étaient de déterminer chez ces mêmes catégories les niveaux de croissance post-traumatique (CPT), les symptômes d'anxiété et de dépression. Puis nous avons recherché une association entre le niveau de douleur déclaré et les symptômes de TSPT, de CPT, d'anxiété, de dépression, le coping et la personnalité.

    Matériels et méthodes : 79 patients suivis dans le service de MPR du CHU de Poitiers auxquels nous avons fait passer une série d'échelles d'auto-évaluation comprenant la PCL-5, le PTGI, la HAD, le BIG FIVE, le Brief Cope, une EVA de la douleur ainsi qu'un recueil d'informations personnelles et d'antécédents traumatiques, sur une durée de trois mois. Des analyses de variance (ANOVA) puis tests de Tukey ont été effectués afin d'explorer les différences entre les groupes en fonction des paramètres cités précédemment.

    Résultats : il n'a pas été retrouvé de différence significative concernant les symptômes de TSPT en fonction de la pathologie pour laquelle le patient était pris en charge en MPR. Parmi les autres paramètre psychiatriques, seuls les symptômes d'anxiété étaient significativement plus élevés chez les patients lombalgiques chroniques et chez ceux présentant des affections orthopédiques. Les niveaux de douleur rapportés étaient plus élevés chez les patients présentant des symptômes de TSPT, d'anxiété et de dépression plus élevés. Ils étaient également plus élevés chez les patients présentant un coping à type de blâme plus important.

    Conclusion : la pathologie somatique MPR ne semble avoir que peu d'impact sur les paramètres psychiatriques, contrairement au ressenti douloureux, qui lui est associé à une augmentation des des symptômes de TSPT, d'anxiété et de dépression.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales