Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine

Diplôme d'état de Médecine

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1648 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Étude de la prescription des antibiotiques chez les patients bénéficiaires de la Couverture Médicale Universelle complémentaire et de la prestation de référence par l'Assurance Maladie, en Médecine Générale en France en 2015    - Baillergeau Clément  -  17 décembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les bénéficiaires de la Couverture Médicale Universelle Complémentaire ( CMU-C), dispositif de prise en charge totale financière de leurs dépenses de santé afin de favoriser un égal accès aux soins entre populations précaires par rapport aux populations non précaires, sont plus exposés aux maladies infectieuses et ont un état de santé plus dégradé que le reste de la population générale, influencés par des déterminants socio-démographiques et environnementaux. Cette population précaire surconsomme les médicaments, et la consommation d'antibiotiques provient à 93 % de la médecine de ville. L'objectif de cette étude est de déterminer si l'exposition des médecins généralistes libéraux chez les bénéficiaires de la CMU-C modifie leur prescription d'antibiotiques par rapport à la population en prestation de référence de l'Assurance Maladie, en évaluant les consommations d'antibiotiques de ces deux populations.

    Matériel et Méthodes : Il s'agit d'une étude descriptive, observationnelle, quantitative et rétrospective. Il a été comparé la consommation de neuf des onze premiers antibiotiques les plus prescrits par les médecins généralistes en France entre les bénéficiaires de la CMU-C et ceux bénéficiant de la prestation de référence en 2015 dans quatre régions. Les données de prescription d'antibiotiques par population ont été récupérées auprès de l'Institut des professionnels de santé libéraux en prenant les feuilles de soins des médecins généralistes remboursées en 2015. Une analyse de variance ANOVA a été réalisée, le critère d'évaluation principal était la Defined Daily Dose (DDD) et le critère de jugement principal était qu'il existe une répartition différente de la DDD au seuil de 5% par antibiotique entre les populations CMU-C et celle en prestation de référence.

    Résultats : Les résultats de notre étude ont permis de conclure qu'il existe une différence statistiquement significative de consommation, donc de prescription, chez les bénéficiaires de la CMU-C par rapport à la population en prestation de référence pour quatre antibiotiques : la ceftriaxone, la ciprofloxacine et la fosfomycine sont sous-remboursées chez les patients précaires, alors que, a contrario, la spiramycine associée à d'autres médicaments antibactériens est sur-prescrite chez les patients précaires. Il n'y a pas de différence significative pour l‘amoxicilline et inhibiteur d'enzyme, azithromycine, cefixime, cefpodoxime et ofloxacine.

    Conclusion : Les données de notre étude nous suggèrent que la CMU-C n'annule pas entièrement les différences de prescriptions d'antibiotiques entre les bénéficiaires de la CMU-C et notre population de référence, et de facto, réduit l'inégalité d'accès aux soins. Il semblerait intéressant d'effectuer de nouvelles études rétrospectives avec des paramètres de stratifications comme l'âge, l'indication thérapeutique précise ou le sexe afin d'affiner ces résultats notamment pour déterminer quel facteur prédisposant pourrait être à l'origine de ces écarts.

  • Les apports des Groupes d'Echanges de Pratiques « savoir dire non, patient pharmaco-dépendant, demande indue » : étude qualitative par analyse documentaire des traces de la séance.    - Guilbot Alice  -  09 décembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Les internes de médecine générale participent au groupe d'échanges de pratiques « savoir dire non » au cours de leur 3è année d'internat.

    Objectif : Analyser les apports déclarés du GEP « savoir dire non ».

    Méthodes : Etude qualitative par analyse documentaire des grilles de situations des internes de médecine générale de Poitiers. Analyse phénoménologique interprétative.

    Résultats : Les internes ont fait ressortir l'ensemble des apports du GEP à travers leur grille, comme savoir repérer son propre comportement pour améliorer la communication avec son patient. Savoir écouter la demande et explorer les représentations tout en gardant une attitude empathique, amène à répondre au mieux à la demande. Adopter un comportement assertif, et non agressif ou passif, et apprendre à dire non avec sérénité permet d'établir une meilleure relation médecin-patient mais aussi de se préserver du risque de burn out. Des techniques de communication pour rester dans le refus ont été données par les enseignants comme la technique du disque rayé. La notion de refuser dans l'intérêt du patient ainsi que l'aspect non-verbal de l'assertivité n'ont pas été retrouvés dans les grilles. Il serait pertinent de prendre en compte ces deux aspects dans les objectifs d'apprentissage du GEP.

    Conclusion : Il serait intéressant d'étudier le refus du point de vue des patients. Corréler nos résultats à l'étude similaire portant sur le GEP « patient insatisfait et revendicateur » peut faire l'objet d'une prochaine recherche. Des études de comparaison sur l'efficacité des GEP à d'autres techniques d'apprentissage seraient pertinentes.

  • L'endométriose en soins primaires : évaluation des connaissances et des pratiques des internes de médecine générale en région Poitou Charentes    - Henck Julie  -  09 décembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'endométriose est une pathologie chronique qui affecte une femme sur dix dans le monde. Le délai diagnostique est encore à ce jour de 7 ans environ en France avec une moyenne de six consultations chez un médecin généraliste et deux consultations chez un gynécologue. L'objectif de cette étude est d'évaluer les connaissances et les pratiques des internes de médecine générale de la région Poitou-Charentes à ce sujet.

    Matériel et méthodes : Un questionnaire en ligne a été proposé aux internes issus de tous semestres de l'internat de médecine générale en région Poitou-Charentes pendant cinq mois. Les données obtenues ont été analysées selon le sexe des participants, leur réalisation d'un stage en gynécologie, leur aisance concernant l'examen gynécologique et leur participation à une formation au sujet de l'endométriose ; puis elles ont été comparées aux données obtenues auprès des médecins généralistes.

    Résultats : 220 internes ont participé à cette étude de novembre 2020 à avril 2021. Les résultats concernant la triade diagnostique principale, la conduite des examens complémentaires et le traitement de la maladie sont satisfaisants. Les facteurs de risques, la pathogénèse, les signes fonctionnels secondaires et les signes cliniques demeurent quant à eux moins bien connus. Les internes femmes, la réalisation d'un stage orienté « médecine de la femme » et l'aisance lors de la réalisation de l'examen gynécologique sont statistiquement associés à des réponses plus satisfaisantes concernant la conduite thérapeutique. Les connaissances et les pratiques des internes et des médecins généralistes sont sensiblement identiques excepté pour la conduite des examens complémentaires en faveur des internes.

    Conclusion : Comparativement à la littérature disponible à ce sujet, les données récoltées révèlent une amélioration satisfaisante des connaissances des internes au sujet de l'endométriose. Une poursuite du renforcement de leur formation à ce sujet pourrait permettre de réduire le délai diagnostique tout comme la simplification du parcours de prise en charge des patientes.

  • Étude du lien entre empathie et burnout chez les étudiants universitaires français    - Yonneau Bastien  -  25 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le lien entre empathie et burnout a été exploré à plusieurs reprises mais systématiquement chez des soignants ou étudiants soignants et on retrouve essentiellement 3 résultats. Le burnout pourrait altérer l'empathie et entrainer une déshumanisation de la relation soignant-patient. Une capacité empathique pourrait engendrer le burnout. L'empathie aurait un rôle protecteur face au burnout. Il semble donc exister un lien entre épuisement proffessionnel et empathie mais à ce jour aucune étude de ce lien chez les étudiants universitaires français et à fortiori les étudiants non soignants n'a été réalisée. Cette thèse s'intègre dans une étude plus globale nommée PTSDBO2.

    Objectif : Mettre en évidence un lien entre épuisement professionnel et empathie chez les étudiants universitaires français soignants et non soignants.

    Matériel et méthode : PTSDBO2 est une étude descriptive multicentrique transversale réalisée du 26 février au 16 Octobre 2021. Soixante-quatorze facultés ont été invitées à participer et vingt-deux d'entre elles ont déclaré avoir transmis notre questionnaire aux étudiants. L'évaluation de l'épuisement professionnel a été réalisée via l'auto-questionnaire MBI-SS (Maslach Burnout Inventory – Sudent Survey) pour les non soignants, et via le MBI-SS et le MBI (Maslach Burnout Inventory) pour les soignants. L'empathie a été évaluée via l'échelle IRI (Index de Réactivité Interpersonnel).

    Résultats : Un total de 8775 auto-questionnaires complets et 13878 auto-questionnaires incomplets ont été réceptionnés sur un total de 1 675 000 étudiants. Parmi les répondeurs complets, on note 1923 étudiants soignants et 6852 étudiants non soignants. Les résultats de l'étude PTSDBO2 mettent en évidence un lien entre l'épuisement professionnel facultaire et les différentes composantes de l'empathie chez les étudiants soignants ou non soignants. Chez les non soignants, la sous échelle PD (personnal distress), composante de l'empathie émotionnelle semble être corrélée à l'épuisement émotionnel.

    Chez les soignants, la sous échelle PD semble être corrélée à l'épuisement émotionnel et inversement corrélée à l'accomplissement personnel. La sous échelle EC, composante de l'empathie émotionnelle, semble être inversement corrélée à la dépersonnalisation. Conclusion : Il existe un lien entre empathie et épuisement professionnel chez les étudiants français. Nos résultats semblent cohérents avec les études précédentes réalisées sur d'autres populations et étoffent les données avec une analyse d'une population non soignante.

    La finalité de cette étude reste néanmoins de caractériser la population étudiante française dans un but futur de démarches de prévention des souffrances psychologiques des étudiants.

  • Corrélation entre empathie et syndrome d'épuisement professionnel : revue systématique de la littérature    - Chaigneau Sara  -  25 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : La prévalence de l'épuisement professionnel au sein de la profession médicale est importante et ses conséquences sont nombreuses et non négligeables. Par la dépersonnalisation et l'épuisement émotionnel, le syndrome d'épuisement professionnel interfère donc sur la relation médecin-patient par une attitude négative du soignant, tandis que l'empathie du médecin est une compétence cruciale dans la relation avec le patient. Cependant, la nature exacte de la relation entre ces deux phénomènes n'est pas encore totalement comprise, au vu des hypothèses contradictoires retrouvées dans la littérature.

    Objectif : Le but de cette revue de la littérature est donc d'étudier le lien de corrélation entre empathie et épuisement professionnel afin d'étayer de nouvelles pistes de prévention.

    Matériel et Méthode : Revue systématique de la littérature sur la base de données Pubmed à l'aide des mots clés « Empathy AND Burnout » avec les recommandations PRISMA, jusqu'en Mars 2021 en utilisant le logiciel Rayyan avec l'aide de deux chercheurs.

    Evaluation des études selon les critères STROBE et élaboration d'une synthèse qualitative. Etaient incluses toutes les études évaluant le lien entre l'empathie et le burnout avec des mesures validées, MBI pour le burnout et IRI et/ou JSPE pour l'empathie.

    Résultats : 33 études ont été retenues sur 65 identifiées. La prise de perspective et la préoccupation empathique sont corrélées négativement avec la dépersonnalisation mais positivement avec l'accomplissement personnel. La détresse personnelle est corrélée négativement avec l'accomplissement personnel mais positivement avec la dépersonnalisation et l'épuisement émotionnel.

    Conclusion : Notre revue de la littérature permet de conclure dans l'ensemble à une corrélation négative entre empathie et épuisement professionnel en prenant en compte les aspects multidimensionnels de l'empathie, où la prise de perspective et la préoccupation empathique pourrait jouer le rôle de facteur protecteur et la détresse personnelle le rôle de facteur prédisposant. Évidemment qu'un dysfonctionnement de l'empathie n'est pas le seul facteur impliqué dans la survenue de l'épuisement professionnel, néanmoins la confirmation de ce lien de corrélation ouvre des perspectives en matière de prévention.

  • Exploration du lien entre Schémas Précoces Inadaptés et Empathie chez les étudiants universitaires de France    - Blandin Céline  -  25 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Titre : Exploration du lien entre Schémas Précoces Inadaptés et Empathie chez les étudiants universitaires de France. Introduction : L'empathie et des schémas précoces inadaptés (SPI) sont deux grands thèmes de santé mentale importants qui semblent avoir une connexion particulière non encore démontrée avec puissance. Le développement de l'empathie et des SPI se déroule dans l'enfance. Une dysfonction de l'empathie et la présence de SPI à l'âge adulte peuvent être à l'origine de difficultés.

    Objectifs : Premièrement, explorer le lien complexe entre l'empathie et les SPI chez les étudiants universitaires de France. Secondairement, rechercher les singularités du lien Empathie et SPI chez les étudiants des filières santé.

    Matériel et Méthodes : L'étude PTSDBO2 est une étude descriptive transversale multicentrique réalisée du 26 février au 16 octobre 2021. Les 74 universités françaises ont été invitées à diffuser notre questionnaire à leurs étudiants. L'empathie a été mesurée à partir de l'auto-questionnaire IRI (Index de Réactivité Interpersonnel) et la prévalence des SPI à partir de l'YSQ-S3 (Young Schema Questionnaire 3ème version). L'analyse des données a été réalisée à l'aide du logiciel STATISTICA.

    Résultats : 22 universités et 2 facultés ont participé. Sur 1.6 millions d'étudiants universitaires français 22655 ont participé à l'étude. 8775 questionnaires ont été intégralement remplis et inclus dans l'étude. Les SPI les plus fréquents chez les étudiants de France sont Abnégation, Négativité pessimisme, puis Idéaux exigeants, Surcontrôle émotionnel, Abandon instabilité. Chez les étudiants des filières santé on remarque que l'ordre de fréquence des schémas est différent avec Idéaux exigeants en premier. Il existe des corrélations significatives entre les échelles de l'empathie et les différents SPI chez les étudiants universitaires. Le lien SPI et empathie est différent pour les étudiants des filières santé et hors santé, il est plus fréquent chez les étudiants des filières hors santé avec plus d'échelles de l'IRI concernées. Le SPI Idéaux exigeants possède un lien avec l'empathie seulement pour les étudiants des filières santé.

    Conclusion : Il existe un lien entre l'empathie et les SPI retrouvé chez une large population de huit milles étudiants universitaires. Le lien entre l'empathie et les SPI des étudiants en filières de santé est différent par rapport aux étudiants hors santé et pourrait participer à la réflexion autour de la santé mentale des soignants. La multiplication des thèses du projet PTSDBO2 fait la force et la continuité de notre réflexivité dans la compréhension des différents paramètres de santé mentale.

  • Rédaction d'un modèle de directives anticipées approprié pour les femmes atteintes de cancer du sein, à l’aide d’un consensus d’experts obtenu par la Méthode Delphi    - Martinet Axelle  -  18 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le cancer du sein, premier cancer féminin, touche la femme jeune. Vingt pourcent des nouveaux diagnostics concernent des femmes de moins de cinquante ans. Les directives anticipées ont été introduites par la Loi Léonetti en 2002. Elles permettent à un sujet d’exprimer ses volontés concernant sa fin de vie. Elles sont modifiables à tout moment et sont opposable au médecin. Seuls 18% des Français de plus de 65 ans les ont rédigées. Ceci s’explique notamment par le fait que les Français ne se sentent pas forcément concernés par les directives anticipées. Les médecins généralistes évoquent de vraies difficultés à parler de fin de vie avec leurs patients et ne sont pas bien formés à cet exercice. Nous avons recherché les directives anticipées existantes dans d’autres pays pour s’en inspirer. Nous proposons ici un modèle de directives anticipées adapté aux femmes atteintes de cancer du sein, issu d’un consensus d’experts obtenu par méthode Delphi. Les experts de ce travail sont issus de différentes professions : soignants qui travaillent chaque jour auprès de patientes atteintes de cancer du sein, une Docteure en sociologie qui est Directrice adjointe du Centre National des Soins Palliatifs et de la Fin de Vie, ainsi qu’une ancienne patiente en rémission qui est Présidente d’association de patientes. Cette diversité d’experts permet d’obtenir un consensus solide. Ce modèle aborde les valeurs morales, les souhaits en termes de soins médicaux et les soins concernant l’environnement de soin. Il permet d’ouvrir un échange entre le médecin et sa patiente, et se veut être un témoignage fidèle de ce que souhaite la patiente.

  • Troubles du sommeil induits par les pharmacothérapies validées du sevrage tabagique et par la cigarette électronique : une méta-analyse en réseau    - Pomès Charlotte  -  18 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : le tabagisme et la santé du sommeil sont des enjeux actuels de santé publique. Plusieurs travaux ont mis en évidence un lien entre ces deux sujets. Notre objectif est d'évaluer la relation entre les pharmacothérapies validées du sevrage tabagique ainsi que la cigarette électronique et les troubles du sommeil à l'aide d'une revue systématique et d'une méta-analyse en réseau.

    Matériel et méthodes : une recherche systématique a été réalisée jusqu'en Novembre 2020 dans les bases de données suivantes : PUBMED, COCHRANE, CLINICALTRIAL. Ont été incluses les études randomisées contrôlées contre placebo ou méthodes de sevrage tabagique thérapeutiques validées et cigarettes électroniques, chez des fumeurs adultes sans comorbidité, non hospitalisés. Le critère de jugement principal est déterminé par la présence, d'une part, d' « insomnies » et d'autre part, de « parasomnies ». Le risque de biais de chaque étude a été évalué par l'outil Cochrane « Risk of Bias 2 ».

    Résultats : 1034 études ont été sélectionnées. 22 études ont été incluses dans l'analyse quantitative (21 pour les insomnies et 13 pour les parasomnies). Les analyses Bayésiennes retrouvent que les insomnies sont moins fréquentes avec la cigarette électronique et avec les substituts nicotiniques mais plus fréquentes avec le Bupropion. Les parasomnies sont moins fréquentes avec le Bupropion mais plus fréquentes avec la Varénicline.

    Discussion et conclusion : les pharmacothérapies validées du sevrage tabagique et la cigarette électronique peuvent induire des troubles du sommeil à différents degrés de fréquence. Notre méta-analyse en réseau montre un profil plus favorable de la cigarette électronique et des substituts nicotiniques dans l'insomnie ainsi que du Bupropion pour les parasomnies. Cependant, nos résultats sont à nuancer par la présence d'incohérences. Celles-ci émanent probablement d'un manque d'homogénéité des études sélectionnées et d'un manque de données analysant certaines interventions telles que la cigarette électronique. Systématiser l'évaluation des troubles du sommeil dans l'initiation du sevrage tabagique semble important. Cela pourrait aider les professionnels de santé encadrant les patients tabagiques à adapter leur pratique et ainsi réduire les rechutes. Prendre en compte les co-addictions, élargir les populations étudiées - comme par exemple les patients aux comorbidités psychiatriques - et standardiser la mesure sont des pistes d'études complémentaires pour les recherches futures sur ce sujet.

  • Perceptions des patients reçus dans un bureau non séparateur / non exclusif : étude descriptive observationnelle, qualitative ordinale, multicentrique, sur questionnaires    - Ducommun Rémi  -  18 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    -Introduction : La relation médecin-patient évolue vers une relation centrée sur le patient. La généralisation de l'informatique peut avoir un effet limitant sur cette relation. Une modification de la disposition du bureau permettrait de concilier ces évolutions. L'objectif de cette étude est d'évaluer les perceptions des patients reçus autour d'un bureau non exclusif.

    -Méthode : 5 médecins ont participé pour inclure des patients. L'étude a consisté en un questionnaire, remis au patient par leur praticien, après une consultation dans un bureau non exclusif.

    -Résultats : 76 réponses ont été obtenues de mars à mai 2021. Les réponses ont majoritairement été favorables avec des catégories médianes de « plutôt d'accord » et « totalement en accord » avec les items proposés.

    -Discussion : Une disposition non exclusive parait acceptable par les patients, une relation de confiance avec le médecin étant le principal élément pour cette acceptabilité. La communication est satisfaisante pour les patients, par la levée de l'obstacle qu'est le bureau, qui permet aux deux parties de se voir complètement, et de faciliter la communication non verbale. Cela crée une proximité qui facilite la parole pour des faits intimes ou psychologiques. La participation du patient est facilitée par une rupture d'asymétrie dans la relation et par l'accès à l'écran de l'ordinateur qui invite le patient à discuter de son contenu.

    -Conclusion : un bureau non exclusif est acceptable en population française, et permet de concilier l'intégration de l'ordinateur avec la relation médecin patient, notamment en termes de communication et de participation du patient.

  • Revue systématique et méta-analyse de prévalence du syndrome dépressif chez les soignants par rapport à la population générale    - Idbrik Ahmed  -  09 novembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : de par la nature de leur profession, les soignants sont exposés à un stress chronique. Des études semblent suggérer une plus grande prévalence du burn-out et du syndrome de stress post-traumatique dans cette population.

    Objectif : déterminer si la population soignante présente une prévalence de syndrome dépressif caractérisé plus élevée que dans la population générale.

    Matériel et méthode : nous avons réalisé une revue systématique de la littérature du 1er février au 30 avril 2021 en utilisant la base de données MEDLINE (PUBMED). Après identification des articles, les données concernant le test diagnostic utilisé, le nombre de sujets inclus, la prévalence, la catégorie professionnelle, la répartition entre les sexes et l'âge médian ont été extraites.

    Résultats : 6486 articles ont été identifiés parmi lesquels 136 ont été inclus dans la synthèse quantitative. 10668192 sujets ont été inclus dans le groupe population générale et 77057 dans le groupe soignant. Le résultat sur le critère principal montrait une prévalence des symptômes dépressifs de 11,1% dans la population générale et de 27,3% dans la population soignante. Il existe une différence significative avec un p<0.001.

    Conclusion : Cette étude montre un risque majoré de présenter un syndrome dépressif dans la population soignante comparativement à la population générale. Des recherches complémentaires pourraient être réalisées afin de déterminer les facteurs protecteurs et délétères de la santé mentale des soignants. Une prochaine étude pourrait essayer de quantifier l'impact des conditions de travail dans l'apparition du syndrome dépressif chez les soignants.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales