Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine

Diplôme d'état de Médecine

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1582 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Mesure de l'impact de l'instauration d'infirmières diplômées d'état d'astreinte la nuit dans les Établissements d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes en Charente-Maritime sur le nombre d'appels émis à la régulation médicale    - Jean Sabrina  -  08 octobre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : Le vieillissement de la population française est un enjeu majeur de santé publique ayant motivé la création d'une astreinte d'IDE la nuit dans les EHPAD pour limiter le recours aux services d'urgences. Notre étude a pour objectif de déterminer si ce dispositif mis en place a un impact sur le nombre d'appel reçu au 15 et in fine sur le recours à une hospitalisation par les urgences.

    METHODE : Sur la période du 01 janvier 2018 au 31 décembre 2020, nous avons inclus tous les appels de nuit en provenance des EHPAD de Charente Maritime disposant d'une IDE d'astreinte afin de mesurer les prévalences d'appels au 15 et les hospitalisations suite à ces appels à la régulation médicale. Nous avons également compilé les données de l'ARS depuis la mise en place du dispositif pour mesurer la prévalence du recours à l'IDE d'astreinte.

    RESULTAT : L'évaluation du dispositif d'astreinte n'a pas démontré d'efficacité sur la prévalence d'appels passés au 15 en 2019 (p = 0,86) et en 2020 (p = 0,36) ni sur la prévalence des hospitalisations engendrées suite à ces appels au 15 en 2019 avec un OR à 0,89 IC [0,51 – 1,57] (p = 1) ou en 2020 avec un OR à 1,48 IC [0,77 – 2,85] (p= 0,059). Les analyses secondaires mettent en évidence une sollicitation accrue aux fils des ans de l'IDE d'astreinte (p = 0,016), reflet d'une amélioration qualitative de la réponse à une demande de soins la nuit mais dont l'efficience du dispositif reste à démontrer.

    CONCLUSION : Notre étude n'a pas permis de démontrer l'efficacité du dispositif d'astreinte IDE dans les EHPAD de Charente Maritime sur la prévalence d'appels au 15 et la prévalence des hospitalisations par les urgences, du fait d'un manque de puissance et des différents biais liés à notre étude notamment le biais de confusion que représente l'épidémie de Sars COV 2. Toutefois, si notre étude n'est pas concluante, elle ouvre la voie à de nouvelles études évaluant le dispositif au niveau national et pose nombre de questions quant aux sollicitations de ces IDE d'astreinte : reflet d'un manque d'effectif et de moyens en journée ? Amélioration de la continuité des soins la nuit ou sur sollicitation de ces IDE pour des motifs inappropriés ?

  • Mesure de l’impact d’un outil de traduction médicale en temps réel sur le temps de passage aux urgences des patients non francophones    - Boisseau Tifenn  -  06 octobre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : la problématique de barrière de la langue entre soignants et patients dans les services d'urgence est une situation complexe connue dans la littérature médicale. Il existe peu d'études interventionnelles sur le sujet. Notre objectif était de mesurer l'impact d'une application de traduction médicale sur le temps de passage aux urgences des patients non francophones.

    Matériel et méthode : cette étude était composée d'une phase descriptive rétrospective incluant des patients non francophones consultant aux urgences du CHU de Poitiers entre août 2020 et janvier 2021 ; puis d'une phase interventionnelle incluant des patients non francophones consultant dans le même service d'urgence entre février et juillet 2021 pour lesquels l'application de traduction médicale TRADUCMED a été utilisée. Chaque groupe était apparié en 4 : 1 avec des patients francophones. Le critère de jugement principal était la durée de passage aux urgences.

    Résultats : 73 patients non francophones ont été inclus dans la phase pré-interventionnelle et 12 patients non francophones dans la phase interventionnelle. La seule différence notable sur les temps de passage était entre les groupes non francophone et francophone de la phase pré-interventionnelle (p = 0,02) : 93,2 minutes. Le faible effectif de cette étude n'a pas permis de montrer de résultat significatif avec l'utilisation de l'application.

    Conclusion : il s'agit d'une étude innovante s'intéressant à l'utilisation d'une application de traduction médicale pour les patients non francophones dans un service d'urgence. Cette étude suggère un allongement du temps de passage aux urgences des patients avec une barrière de la langue, et la possibilité d'améliorer leur prise en charge à l'aide d'une application de traduction médicale.

  • Recueil du consentement des patients atteints de troubles psychiatriques en soins primaires par analyse qualitative    - Delouche Marion  -  30 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La loi Kouchner en 2002, puis la charte du patient hospitalisé en 2006 replaçaient le consentement au soin au centre de la relation médecin-patient et tentaient de rendre le patient acteur de sa santé. Cependant dans la loi Kouchner à aucun moment il n'était question des patients atteints de troubles psychiatriques. Aucune précision non plus n'était apporté sur la façon dont les médecins généralistes devaient recueillir le consentement.

    L'objectif de cette étude était donc d'identifier comment les médecins généralistes recueillent le consentement des patients atteints de troubles psychiatriques.

    Une étude qualitative a été menée avec la réalisation d'entretiens individuels de mars à août 2021 auprès de médecins généralistes volontaires. L'approche méthodologique utilisée était la théorie ancrée.

    Les principaux résultats montrent que les médecins demandaient la plupart du temps le consentement de manière tacite, indirect, et même parfois sans attendre de réponse franche de la part du patient. Ils s'accordaient sur l'utilité du consentement dans la relation de confiance médecin-patient. Les médecins devaient être à l'écoute du patient, prendre le temps, lui fournir une information loyale. Ils devaient également être eux-mêmes convaincus de ce qu'ils avançaient afin que le patient consente. Les médecins étaient conscients que certains patients avaient besoin de plus d'explications ou de temps pour consentir. Certains médecins rapportaient que les troubles psychiatriques pouvaient empêcher le consentement du patient et notamment en cas de non-conscience des troubles par le patient.

    Les médecins généralistes pourraient se poser la question, lors des différentes consultations, s'ils ont demandé le consentement du patient avant de réaliser un acte. Ils pourraient également voir si l'échelle MacCAT (14), utilisée en psychiatrie, les aides à évaluer la capacité à consentir du patient atteint de troubles psychatriques.

    De nombreux autre axes pourraient être également développés comme aller interroger des patients eux-mêmes ou bien, par exemple, nos confrères psychiatres. On pourrait également inclure, par exemple à Poitiers au séminaire 4, intitulé la relation médecin-patient, un chapitre sur le consentement.

  • Facteurs de risque spécifiques de retard de croissance intra utérin au cours des grossesses survenues après chirurgie bariatrique : analyse rétrospective à partir de 71 grossesses.    - Clergue Oceane  -  27 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La chirurgie bariatrique a montré une efficacité durable dans le traitement de l'obésité. Elle est de plus en plus pratiquée chez les femmes en âge de procréer. Le risque de retard de croissance in utéro (RCIU) est plus grand au cours des grossesses après chirurgie bariatrique, avec une morbi mortalité néonatale sévère à court et long terme. L'objectif de ce travail est d'identifier les facteurs de risque de RCIU au cours des grossesses après chirurgie bariatrique.

    Matériel et méthodes : Nous avons réalisé une analyse rétrospective multicentrique des grossesses obtenues chez les patientes opérées d'une sleeve gastrectomie ou bypass entre 2014 et 2018 au centre hospitalo-universitaire (CHU) de Poitiers. Les grossesses ont été identifiées par recherche systématique d'un dossier Audipog dans le logiciel du CHU et de manière déclarative dans le questionnaire de l'étude ICONES (N°ID-RCB : 2020-A02219-30).

    Résultats : Parmi les 71 grossesses monofœtales analysées, 6 RCIU (8,5%) ont été diagnostiqué. Le délai entre la chirurgie et la grossesse n'est pas un facteur de risque de RCIU (25,8 mois dans le groupe RCIU contre 26,1 dans le groupe contrôle, ORa = 1,1 [0,98-1,05]) mais l'obésité en début de grossesse est un facteur protecteur de RCIU (ORa = 0,19 [0,06 – 0,63]) et le risque de RCIU augmente avec la perte d'excès de poids (PEP) (ORa = +1,04/point de PEP ; [1,02-1,06]).

    Conclusion : Notre travail remet en question le délai de sécurité imposé aux femmes après chirurgie bariatrique avant obtention d'une grossesse, et pose la question de la perte de poids idéale avant grossesse, conciliant amélioration de la morbi mortalité liée à l'obésité maternelle et pronostic obstétrico-néonatale optimal chez ces femmes.

  • Comparison of drug-eluting beads pre-charged with doxorubicine (Deb-TACE) versus trans-arterial chemoembolization using polyethylene glycol drug-eluting beads pre-charged with idarubicin (Ida-TACE) in intermediate stage hepatocellular carcinoma: a propensity score matching phase I-II study    - Laza nomenjanahary Finoana  -  27 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    OBJECTIVE Transarterial chemoembolization (TACE) is the recommended treatment of intermediate hepatocellular carcinoma (HCC) according to BCLC statement. Doxorubicin is the most commonly used drug despite a low level of evidence. The objective of this study was to compare the feasibility and the objective response rate of idarubicin-based TACE (Ida-TACE) against doxorubicin-based TACE (Dox-TACE) in intermediate stage HCC.

    METHODS A prospective study was conducted between March 2017 and February 2021 in one center including patients with indication for chemoembolization for intermediated HCC. Inclusion criteria were patients with ChildPugh score A or B, BCLC B or A (unsuitable for a cure) and no prior TACE. Drug-eluting beads selective TACE were performed with 10 mg of idarubicin charged with LifePearl (study group). A control group of patients treated by chemoembolization with 50-75 mg of doxorubicin charged with Dc-Beads was retrospectively selected to match to the study group. TACE response at 4-6 weeks, adverse events and overall survival was compared in the two groups.

    RESULTS Twenty-three patients were included in the studied group and matched with twenty-three patients in a control group. There were 91% and 100% of alcoholic cirrhotic patients in the studied group and control group, respectively. The number of HCC treated per patient was 1.52 and 1.23 and the sum of nodule size treated was 38mm and 39mm for each group respectively. Objective response rate after first TACE was 74% and 78% (P = 0.54) and complete response 47.8% and 39.1% in studied group and control group, respectively. Safety profiles were similar in both groups. Overall survival was significantly better at 30 months for the studied group (P=0.005).

    CONCLUSION Ida-TACE seems to be as safe as Dox-TACE but might be associated with a better overall survival at 30 months.

  • Mise en place de questionnaires patients à reconnaissance informatique    - Ferrière Victor  -  21 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : l'outil informatique est devenu incontournable dans la pratique médicale. De nombreux logiciels métier sont aujourd'hui disponibles afin d'aider le clinicien dans sa pratique quotidienne. La création d'un outil permettant d'informatiser l'analyse et le calcul du score de questionnaires patients en consultation nous paraît être une aide précieuse pour le chirurgien. Trois questionnaires qui sont le DN4, l'EQ5D et l'Oswestry sont couramment utilisés en consultation de chirurgie rachidienne. L'objectif de ce travail est le développement d'un outil complet adapté au parcours du patient en consultation du rachis. Pour cela nous avons mis en place un protocole lors de l'accueil du patient parallèlement à la programmation et la mise en œuvre d'un logiciel de reconnaissance de ces questionnaires.

    Matériels et méthodes : le logiciel de reconnaissance des questionnaires choisi est SDAPS (Scripts for data acquisition with paper-based surveys), logiciel libre de tout droit programmé en langage python, modifié avec un module additionnel. Les trois questionnaires ont été codés afin d'être reconnus par ce logiciel. Les questionnaires ont été distribués en consultation puis numérisés et récupérés après leur renseignement. Une revue manuelle des questionnaires a été effectuée. Les résultats obtenus par le logiciel après analyse des copies numériques et par la méthode de calcul manuelle ont été comparés.

    Résultats : sur les 600 questionnaires générés, 352 ont été récupérés et analysés. L'analyse manuelle a duré 12h, l'analyse informatique 58mn. Après comparaison, 8 erreurs ont été commises par le logiciel et 13 erreurs de calcul manuel ont été retrouvées.

    Conclusion : le logiciel SDAPS avec son module additionnel nous parait être un outil fiable dans la pratique courante. La stratégie questionnaire papier secondairement informatisé permet un bon taux de réponse des patients, et une analyse rapide et reproductible des données. L'outil permet ainsi un gain de temps médical. Cette piste d'amélioration des pratiques en consultation peut également s'étendre à d'autres spécialités, son modèle peut être exporté pour d'autres usages.

  • Fréquence des hématomes musculaires après injection de toxine botulinique dans une population de patients spastiques post-AVC : recommandations de bonnes pratiques    - Zeghloul Karim  -  10 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'accident vasculaire cérébral (AVC) constitue un problème de santé publique majeur. Parmi les déficiences à l'origine de limitation d'activité et de restriction de participation, les troubles moteurs occupent une place importante dans les gênes fonctionnelles acquises en situation post-AVC. La TOXINE BOTULINIQUE (TOXBOT) fait partie des traitements disponibles, permettant une action ciblée sur les muscles spastiques ; la spasticité reste le seul symptôme moteur accessible aux traitements. Le contexte environnemental thérapeutique de la prévention secondaire des AVC est marqué par l'importance de la prévalence des antiagrégants plaquettaires (AAP) et/ou anticoagulants (ATCG). Ces traitements peuvent majorer le risque hémorragique inhérent au geste d'injection de TOXBOT. Peu de données existent quant au risque hémorragique post-injection de TOXBOT. L'objectif de l'étude est d'évaluer dans une population de patients spastiques post-AVC le risque hémorragique après réalisation d'injections de TOXBOT par une étude de la prévalence rétrospective des hématomes musculaires dans la population étudiée bénéficiant de telles injections.

    Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective menée au centre hospitalo-universitaire (CHU) de Limoges sur les mois de mai et juin 2020 sur un total de 52 patients ayant bénéficiés d'une session d'injection de TOXBOT dans l'indication d'une spasticité post-AVC. Les données recueillies concernent l'âge, le sexe, le traitement, la TOXINE BOTULINIQUE utilisée, l'indication et les muscles injectés. L'information relative à la survenue d'une éventuelle complication hémorragique bénigne ou maligne a été recueillie dans les dossiers médicaux informatisés.

    Résultats : Parmi les 52 patients étudiés, il est dénombré 71,2 % d'AVC ischémiques, 27 % d'AVC hémorragiques et 1,9 % de dissection carotidienne. La prévalence des hématomes pour la cohorte rétrospective du CHU de Limoges sur la période étudiée est de 1,9 % (1 hématome rapporté pour 52 patients). Le pourcentage est bien moindre si l'on considère le nombre d'hématome par rapport au nombre total de piqûres (1 hématome pour 419 piqûres soit 0,2 %).

    Conclusion : Le risque de complication hémorragique cliniquement significatif apparaît minime malgré l'injection concomitante de TOXBOT lors d'un traitement en cours par anticoagulation ou antiagrégation plaquettaire. S'il existe toujours une grande hétérogénéité de pratique concernant l'injection de TOXBOT parmi les médecins injecteurs dans ce contexte de modification de l'hémostase, des études récentes tendent vers une volonté d'uniformisation des pratiques.

  • Évaluation de l'efficacité des entretiens motivationnels dans les cabinets de médecine générale : revue de littérature systématique    - Edmond Kévin  -  09 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'émergence des maladies chroniques est majoritairement due à de mauvaises habitudes ou mauvais comportements. Il est essentiel pour les médecins généralistes d'identifier les approches les plus efficaces afin d'aider le patient à s'engager sur la voie du changement.

    Objectif : Évaluer l'efficacité de l'entretien motivationnel (EM) en cabinet de médecine générale.

    Conception de l'étude : une revue de littérature systématique composé des essais contrôlés randomisés comparant un groupe de patients ayant, comme intervention, l'EM par rapport à un groupe recevant des conseils traditionnels de santé. La consultation ne devait pas dépasser 36 minutes.

    Méthode : Après critères de sélection, 3 essais contrôlés randomisés ont été sélectionnés dans 5 bases de données. Une évaluation de la qualité des articles a été faite avec une échelle validée. Résultats : Les 3 articles retenus ont montré que l'EM améliorait les chances de sevrage tabagique chez le patient fumeur et le taux combiné de Cholestérol et LDL-cholestérol. L'étude de Soria a montré que l'action de l'entretien motivationnel était 5,2 fois plus élevée que les conseils anti-tabac (18,4 % vs 3,4 % ; OR = 6,25 ; IC95 = 1,8-21,71) pour le suivi de 6 mois ainsi que le suivi de 12 mois. L'étude de Bóvetán-Fontán a montré qu'un pourcentage plus élevé de patients atteignaient les valeurs cibles dans la population EM versus contrôle (13,1 % vs 5 % ; OR ajusté = 5,77 ; IC95 = 1,67-19,91 ; p = 0,028) en combinant les paramètres cholestérol < 200 mg/dl et LDL-cholestérol < 130 mg/dl. L'étude de Butler a montré que le groupe EM a déclaré ne pas fumer au cours des 24 heures précédant la remise du questionnaire (p ≤ 0,01), retarder leur première cigarette de plus de 5 minutes après le réveil (p ≤ 0,01), et essayer d'arrêter de fumer pendant au moins une semaine pendant le suivi (p = 0,04).

    Conclusion : L'entretien motivationnel surpasse les conseils traditionnels dans le traitement de problèmes de comportement et de maladies. Des études à grande échelle sont maintenant nécessaires pour prouver que l'EM peut être utilisé dans les cabinets de médecine générale.

  • Troubles du sommeil dans la sclérodermie systémique : caractéristiques cliniques et polysomnographiques    - Rabin Axel  -  03 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les troubles du sommeil et le syndrome d'apnée du sommeil (SAS) semblent fréquents dans la sclérodermie systémique (ScS) et altèrent la qualité de vie de ces patients. Toutefois les données restent pauvres et le plus souvent basées sur des autoquestionnaires. Cette étude avait pour objectif principal de caractériser les altérations du sommeil en polysomnographie dans une cohorte de patients sclérodermiques. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer la fréquence du SAS, son impact sur la qualité de vie et les facteurs cliniques associés.

    Méthodes : Trente-et-un patients sclérodermiques ayant eu une polysomnographie au centre hospitalo-universitaire de Poitiers (Poitiers, France) entre juin 2018 et mars 2021 ont été rétrospectivement inclus. Le jour de la polysomnographie, les patients répondaient à 12 auto-questionnaires : Le Short-Form 36 (SF-36), l'index de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI), le FACIT-fatigue, les questionnaires Hospital Anxiety and Depression (HAD), l'EQ5D, le Scleroderma Health Assessment Questionnaire (SSc-HAQ), l'échelle de la main de Cochin (CHFS), l'échelle de Bouche (MHISS), l'Urological Distress Inventory (UDI-6), l'UCLA SCTC GIT 2.0, l'échelle de somnolence d'Epworth et le score de sévérité du syndrome des jambes sans repos (IRLS). Les caractéristiques démographiques et cliniques des patients étaient recueillies à partir des dossiers médicaux.

    Résultats : Dix-sept (54.8%) déclaraient une mauvaise qualité de sommeil indiquée par un PSQI≥6. Dix-neuf (61,3 %) avaient une réduction de l'efficacité du sommeil, 25 (80,7%) avaient une augmentation de la phase N1, 17 (55%) et 16 (51,6%) une durée anormale des phases N2 et N3, respectivement. Vingt-et-un (67,7%) présentaient un SAS dont 18 (58.1%) sans antécédent connu de SAS. Aucune association du SAS avec des facteurs cliniques généraux ou associés à la ScS n'était retrouvée en analyse multivariée. Les patients avec un SAS avaient une augmentation de la phase N1, une diminution de la phase N3 et plus de microéveils. La présence d'un SAS n'avait pas d'impact sur les scores de qualité de vie ou de sommeil.

    Conclusion : Les altérations du sommeil et le SAS semblent fréquents dans la ScS, sans facteur clinique associé clairement identifié. Des études complémentaires de plus grand effectif et incluant un groupe contrôle apparié sont nécessaires afin de confirmer ces données et d'identifier de potentiels facteurs cliniques associés.

  • Les freins à la recherche d'aide médicale décrits par les femmes souffrant de troubles sexuels : revue systématique de la littérature    - Berger Laure  -  02 septembre 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : On note un décalage entre la fréquence élevée des troubles sexuels et le faible nombre de personnes consultant pour ces troubles. Le but de cette revue de la littérature est de connaître les freins à la recherche d'aide médicale pour les femmes souffrant de dysfonction sexuelle et ce quel que soit leur âge.

    Méthode : Cette revue de la littérature a été menée en suivant les critères PRISMA. Les mots clés « comportement de recherche d'aide », « dysfonctionnements sexuels psychogènes », « troubles sexuels d'origine physiologique » ont été utilisés pour effectuer les recherches dans PubMed, LiSSa, Psychinfo et Google scholar. Les articles sélectionnés étaient ceux datant de moins de 2000, écrits en Français ou en Anglais dont le critère de jugement principal ou secondaire abordait les raisons de non-consultation médicale pour des dysfonctions sexuelles.

    Résultats : Onze études ont été sélectionnées. Seulement sept études apportaient des résultats significatifs. Les principales raisons mises en évidence étaient que les femmes n'étaient pas gênées ou pensaient que c'était normal, que ça passerait tout seul. Certaines pensaient que les médecins ne pouvaient pas les aider ou n'étaient pas à l'aise pour en parler avec eux. D'autres femmes avançaient que le médecin n'était pas à l'aise pour en parler.

    Conclusion : Peu d'études apportent des résultats significatifs concernant ce sujet. Cette revue de la littérature met en évidence un manque d'information concernant les troubles sexuels, mais également un tabou de la part des patientes et du médecin. Elle met aussi en avant la notion de gêne induite, ou non, par ces troubles.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales