Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Médecine

Diplôme d'état de Médecine

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1728 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Caractéristiques et comparaison du trouble de stress post-traumatique chez les étudiants des universités françaises dans le contexte de pandémie COVID-19    - Barret Antoine  -  08 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le contexte de pandémie COVID-19 exacerberait certains troubles psychologiques, en particulier le trouble de stress post-traumatique (TSPT). L'éventualité d'une recrudescence de cas de troubles de stress post-traumatique, spécifiquement parmi la population étudiante, est préoccupante. Une première étude à l'Université de Poitiers, un an après le début de la pandémie, avait mis en évidence une prévalence forte de TSPT, notamment chez les étudiants non soignants. Il semblait pertinent de mener une étude de plus grande ampleur, afin de vérifier ces résultats et obtenir une meilleure puissance pour des analyses plus fines.

    Objectif : Estimer la prévalence du trouble de stress post-traumatique chez les étudiants des universités françaises, identifier les caractéristiques du TSPT et mettre en évidence les différences entre les étudiants des filières soignantes et non soignantes.

    Matériels et méthodes : Une étude descriptive, multicentrique, transversale, « PTSDBO2 », a été réalisée du 26 février 2021 au 11 Janvier 2022. Soixante-quatorze facultés ont été invitées à participer en diffusant un questionnaire aux étudiants. Vingt-deux d'entre elles ont déclaré avoir transmis notre questionnaire. L'évaluation du TSPT a été réalisée via le PCL-5 (PTSD Checklist for DSM-5), le PDI (Peritraumatic distress inventory), le PTGI (Post Traumatic Growth Inventory), les événements traumatisants ont été analysés via le LEC-5 (Life Events Checklist for DSM-5).

    Résultats : 9430 questionnaires ont été réceptionnés, dont 2112 remplis par des soignants. La prévalence du TSPT est de 23,9%. Il n'existe pas de différence de prévalence entre les soignants et les non soignants, néanmoins, l'intensité des symptômes est plus faible chez les soignants. Il existe une différence selon les événements traumatisants. Les soignants sont davantage traumatisés par les agressions et moins par les événements qui surviennent au cours de leur exercice professionnel. Les non soignants sont davantage traumatisés par les agressions sexuelles et les abus survenus dans l'enfance.

    Conclusion : Ces résultats à l'échelle nationale appuient les résultats obtenus à Poitiers, avec une forte prévalence du TSPT. Il apparaît une différence entre les étudiants soignants et non soignants en fonction des événements traumatisants. Il semble exister des caractéristiques psychologiques propres aux étudiants selon leurs filières. L'objectif de PTSDBO2 est de mettre en évidence ces caractéristiques par la répétitions d'analyses et d'études spécifiques. Devant l'ampleur des troubles constatés, il apparaît pertinent de mettre en place des mesures de prise en charge précoces, spécifiques et efficaces de ces troubles.

  • Étude du lien entre burnout et trouble du stress post traumatique chez les étudiants universitaires français dans le contexte de pandémie COVID-19    - Carbonnet Sylvie  -  08 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Rares sont les études où le burnout et le trouble du stress post-traumatique ont été conjointement étudiés. Les seules réalisées chez des soignants suggèrent que les syndromes sont intimement liés et pourraient avoir des effets l'un sur l'autre. A ce jour, aucune étude de ce lien chez les étudiants universitaires français n'a été réalisé. Cette thèse s'intègre dans une étude plus globale nommée PTSDBO2

    Objectif : Mettre en évidence un lien entre burnout académique et trouble du stress post-traumatique chez les étudiants universitaires français soignants et non soignants.

    Matériel et méthode : PTSDBO2 est une étude descriptive transversale multicentrique menée par auto-questionnaire entre le 26 février 2021 et le 11 janvier 2022. Soixante-quatorze facultés ont été invité à participer et vingt-deux d'entre-elles ont déclarées avoir transmis notre questionnaire aux étudiants. L'évaluation du burnout académique a été réalisé via l'auto-questionnaire MBI-SS. Le trouble du stress post-traumatique a été évalué via l'auto-questionnaire PCL-5.

    Résultats : Un total de 9 430 auto-questionnaires complets ont été réceptionnés sur un total de 1 675 000 étudiants. Parmi les répondeurs, on note 2 112 étudiants soignants et 7 318 étudiants non soignants.

    Les résultats de notre étude ne mettent pas en évidence de lien de corrélation entre burnout académique et trouble du stress post-traumatique chez les étudiants. Les analyses révèlent par contre un lien entre les trois composantes du burnout académique et la croissance post traumatique. Quelle que soit leur filière, l'efficacité académique semble avoir une influence positive sur le développement de la croissance post-traumatique. Chez les non soignants, le cynisme semble être corrélé négativement à la croissance post-traumatique. L'épuisement académique semble avoir un effet, mais moindre, sur la croissance post-traumatique.

    Conclusion : Il s'agit donc d'un résultat innovant mettant en lumière l'influence de l'effet du burnout académique sur la capacité des étudiants à tirer des changements positifs suite à un évènement traumatique.

  • Caractéristiques et comparaison du burnout académique des étudiants des universités françaises en contexte de pandémie covid-19    - Signoret Thibaut  -  08 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Ce travail s'intéresse aux caractéristiques du burnout académique des étudiants universitaires de France au cours de l'année 2021. Il fait partie d'une étude plus globale nommée PTSDBO2 qui analyse les thématiques et liens existants entre Burnout (BO), Schémas Précoces Inadaptés (SPI), Syndrome Post-Traumatique (SPDT) et Empathie.

    Objectif : Mise en évidence d'une différence de prévalence du burnout académique entre les étudiants de filière de soin et de filière hors soin, en France, sur l'année 2021.

    Matériel et méthode : PTSDBO2 est une étude descriptive multicentrique transversale réalisée du 26 février 2021 au 11 Janvier 2022. Soixante-quatorze facultés ont été invitées à participer. L'évaluation de l'épuisement professionnel a été réalisée via l'auto-questionnaire MBI-SS (Maslach Burnout Inventory – Sudent Survey) pour les non-soignants, et via le MBI-SS et le MBI (Maslach Burnout Inventory) pour les soignants.

    Résultats : 9430 questionnaires complets ont été réceptionnés sur un total de 1 675 000 étudiants, parmi lesquels on note 2112 étudiants soignants et 7318 étudiants non-soignants.

    Les résultats de l'étude PTSDBO2 mettent en évidence un risque majoré de burnout académique chez les étudiants en soin par rapport aux étudiants des filières hors soin, conséquence d'un épuisement émotionnel et d'un cynisme plus élevés.

    L'épuisement émotionnel est significativement plus élevé chez les étudiants en 6ème année comparativement aux étudiants de toutes les autres années d'étude.

    Au-delà d'un temps de travail hebdomadaire de 40 à 50h, les étudiants ont un risque d'épuisement émotionnel significativement plus élevé.

    Conclusion : Les résultats mettent en évidence un risque majoré de burnout chez les étudiants de filières de soin par rapport aux étudiants de filières hors soin. Ils confirment la nécessité de documenter spécifiquement le burnout des professionnels de santé en formation afin de détecter cet épuisement professionnel et ainsi de mettre en place des mesures de prévention adaptées et une prise en charge précoce.

  • Représentations, ressentis et réactions parentales face aux pleurs inexpliqués du nourrisson de 0 à 4 mois : une étude qualitative    - Martin Justine  -  02 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    Certains auteurs et certaines études supposent que l'impossibilité de consoler un nourrisson dont les pleurs ou l'agitation sont excessifs, sont susceptibles d'induire une série de réactions négatives et préoccupations parentales pouvant conduire à certaines situations de malveillance puis de maltraitance. L'objectif de cette étude est d'explorer ce que rapportent les jeunes parents face aux pleurs inexpliqués de leur nourrisson lors des quatre premiers mois de vie : connaissances, ressentis, réactions, et échanges avec les professionnels de santé.

    Méthode

    Étude qualitative observationnelle réalisée du 12 octobre 2021 au 31 janvier 2022 dans les départements de la Vienne (86) et de la Charente-Maritime (17) par entretiens semi-dirigés auprès de 23 parents de nourrissons âgés de 0 à 4 mois.

    Le protocole, le formulaire d'information et l'attestation de consentement de l'étude ont été soumis pour avis au Comité de Protection des Personnes, un avis favorable a été reçu. Les réponses au questionnaire recueillies sur dictaphone ont été rendues anonymes lors de leur retranscription puis analysées à l'aide du Logiciel NVivo. Une triangulation a été effectuée.

    Résultats

    Le pleur apparait majoritairement comme synonyme de l'expression d'un besoin qu'il faut combler. S'il persiste, les notions d'inconfort, de douleur, de mauvaise habitude sont citées. Si les parents essayent, d'une façon générale d'accompagner les pleurs de leur nouveau-né, le phénomène est responsable de nombreux sentiments négatifs.

    Les échanges sur le sujet avec les professionnels de santé restent pauvres, si la réponse apportée par le soignant est jugée insatisfaisante par le parent, celui-ci cherchera d'autres ressources auprès de son entourage proche ou des réseaux sociaux, dans une moindre mesure il pourra être amené à multiplier les consultations auprès d'autres professionnels de santé.

    Discussion

    En corrélation avec la littérature, s'il est prolongé, le pleur demeure majoritairement un phénomène négatif. La perturbation de la relation parent-enfant n'est pas ici évoquée, mais le lien est fait avec la survenue du syndrome du bébé secoué.

    En cohérence avec d'autres résultats d'études, la sensibilisation semble d'avantage se concentrer sur la prévention du syndrome du bébé secoué. Les études proposent pourtant la mise en place de campagnes de prévention, favorisant une réaction parentale appropriée, aidant au bon développement de la relation parent-enfant et prévenant le risque de malveillance.

    La consultation de suivi du nourrisson peut à ce titre être un outil intéressant. Améliorer les connaissances et la transmission de ces notions physiopathologiques de la part des soignants intervenants en période périnatale, pourrait permettre une meilleure sensibilisation parentale.

    Conclusion

    Malgré les avancées faites par l'approche neurobiologique, la physiopathologie du pleur inexpliqué demeure mal connue par les parents. Enjeu de santé publique et sur le plan économique, il parait intéressant de pouvoir trouver les clés nécessaires à une meilleure sensibilisation parentale.

  • Les facteurs associés à un mauvais état néonatal en cas de grossesse prolongée : Une étude cas témoins au CHU de Poitiers    - Diffaza Floriane  -  02 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif :

    L'objectif principal de l'étude est de comparer la morbidité néonatale sévère entre une population d'enfants nés en contexte de grossesse prolongée versus une population d'enfants nés à terme mais avant 41 SA. Le premier objectif secondaire était, au sein de la population des enfants nés à plus de 41 SA, de rechercher les facteurs associés à un mauvais état néonatal, spécifiquement en fonction du mode d'accouchement. Le deuxième objectif secondaire était de décrire la morbidité maternelle dans ces deux mêmes groupes.

    Matériel et méthode :

    Il s'agit d'une étude rétrospective, cas témoins au CHU de Poitiers du 1er janvier 2020 au 30 Juin 2021. Les cas correspondaient aux femmes ayant accouché après terme, c'est-à-dire après 41SA. Chaque cas était apparié à un témoin selon les critères d'appariement suivant : femmes ayant accouché entre 37SA et 40SA+6j, de même parité que les cas, d'âge maternel égal à plus ou moins 5 ans, et au mieux ayant accouché le même jour que le cas. Le critère de jugement principal était un critère composite associant des critères biologiques et/ou cliniques avec un pH<7.10 et/ou score d'Apgar <7 à 5 minutes de vie et/ou hospitalisation en réanimation.

    Résultats :

    Au total, sur la période étudiée, nous avons inclus 590 cas et 590 témoins. En analyse univariée, le critère de jugement principal est plus fréquent après 41SA (OR=1,5 [1,1 – 2,1]), en particulier en ce qui concernant le score d'Apgar<7 à 5 minutes de vie (OR=2,1 [1,1 – 2,2]). En analyse multivariée, quelle que soit la voie d'accouchement, le facteur associé à un mauvais état néonatal est la présence d'un liquide amniotique méconial (OR=2,5 [1,3 – 4,6] pour un accouchement voie basse instrumental ou non ; OR=3,9 [1,5 – 9,7] pour une césarienne).

    Conclusion :

    La naissance après 41SA est associée à une morbidité néonatale sévère plus importante, notamment en ce qui concerne le score d'Apgar<7 à 5 minutes de vie. Nous avons mis en évidence que les facteurs associés à un mauvais état néonatal étaient la présence d'un liquide amniotique méconial quelle que soit la voie d'accouchement, faisant réfléchir sur une prise en charge plus active dès sa constatation.

  • Enquête auprès des médecins généralistes collaborant avec un(e) assistant(e) médical(e) : Quel est l'impact de ce dispositif sur l'accès aux soins ?    - Chartrain Deborah  -  02 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La France fait face à des difficultés d'accès aux soins consécutives à l'augmentation de la consommation de soins (vieillissement et augmentation de sa population) et une diminution de l'offre médicale de soins. L'assistant(e) médical(e) réalise des tâches administratives et de soins pour redonner du temps aux médecins. En contrepartie d'une aide financière, les médecins s'engagent à recevoir davantage de patients. Cette étude a pour but de déterminer, auprès des médecins travaillant avec un(e) assistant(e) médical(e), l'impact de ce dispositif sur l'accès aux soins.

    Méthode : Il s'agissait d'une étude quantitative descriptive multicentrique évaluant auprès des médecins généralistes collaborant avec un(e) assistant(e) médical(e), l'évolution de l'accès aux soins depuis le début de la collaboration. Elle a été réalisée à l'aide d'un questionnaire en ligne qui leur a été adressé par mail.

    Résultats : L'enquête menée auprès de 101 médecins a montré une augmentation significative moyenne de 6,2 consultations par jour et de 334 patients supplémentaires dans la patientèle médecin traitant, depuis le début de la collaboration. Parmi les médecins interrogés, 79% étaient en accord avec le fait que cette collaboration améliore l'accès des patients aux soins de premier recours. Le nombre de consultations et la patientèle étaient significativement plus petits pour les médecins femmes comparativement aux hommes. La présence d'une IDE ASALE ou le type de secrétariat n'influençaient pas l'avis des médecins concernant l'impact du dispositif sur l'accès aux soins. Les médecins utilisaient également le temps médical libéré pour améliorer leurs conditions d'exercice (respecter davantage les horaires de consultations (71%), augmenter le temps d'échange verbal avec le patient (66%) et réaliser des tâches administratives professionnelles (63%)). La majorité des médecins estimaient que la collaboration avec l'assistant(e) médical(e) avait un retentissement positif sur leur qualité de vie professionnelle et personnelle. Au total, 98% des médecins recommanderaient cette collaboration à un(e) confère.

    Conclusion : Cette étude a montré que la collaboration avec un(e) assistant(e) médical(e) permet d'augmenter le nombre de consultations par jour et la patientèle médecin traitant et ainsi d'améliorer l'accès des patients aux soins.

  • État des lieux des connaissances des professionnels de santé concernant les pleurs inexpliqués des nourrissons de 0 à 4 mois : étude qualitative sur un échantillon de médecins de La Vienne et de Charente Maritime    - Séguinot Marion  -  02 juin 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les pleurs des nourrissons, physiologiques et de résolution spontanée, sont source d'une grande inquiétude pour les parents et à l'origine de nombreuses consultations médicales. L'objectif de cette étude est de faire un état des lieux des connaissances des professionnels de santé concernant les pleurs des nourrissons et d'en décrire la prise en charge en ambulatoire.

    Matériel et méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 17 médecins généralistes et pédiatres, exerçant en Poitou-Charentes. Les entretiens portaient sur la connaissance et la prise en charge des nourrissons consultants pour pleurs. Les entretiens ont été enregistrés et retranscrits en verbatim. Les données recueillies ont fait l'objet d'une analyse thématique triangulée à l'aide du logiciel NVivo.

    Résultats et discussion : Motif fréquent de consultation ou de sollicitation pour les médecins, ceux-ci tentent à travers leur interrogatoire et examen clinique d'exclure une cause organique ; mais aussi d'évaluer le ressenti des parents face aux pleurs de leur enfant. Concernant leur prise en charge, un certain nombre de médecin a tendance à prescrire des médicaments non validés dans cette situation que ce soit pour un traitement d'épreuve, à visée placebo ou orienté par une hypothèse organique principalement autour de la sphère digestive. Cette prise en charge est accompagnée de conseils centrés sur des conduites de maternage comme le portage ou les massages. La prévention du syndrome du bébé secoué n'est pas faite de manière systématique car jugée parfois brutale ou inappropriée. Quand elle est réalisée, il est conseillé aux parents de mettre si besoin l'enfant en sécurité, de le laisser pleurer et de solliciter l'aide de l'entourage. Malgré la formation initiale reçue, certains mettent l'accent sur leurs expériences personnelles et professionnelles comme une aide précieuse dans cette prise en charge.

    Conclusion : Notre étude permet de mettre en évidence principalement une méconnaissance de la physiologie des pleurs et une médicalisation encore trop présente de ceux-ci ; cela étant possiblement lié à une incertitude diagnostique. Le renforcement de la formation sur les pleurs des nourrissons semble donc être un point clé de l'amélioration de la prise en charge.

  • Syndrome de renutrition inappropriée et insulinothérapie à la découverte d'un diabète de type 2 : impact sur les électrolytes. Revue systématique de la littérature et étude pilote    - Dieraert Ségolène  -  13 mai 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction et but de l'étude : Les modifications d'utilisation des substrats énergétiques dans le diabète et la dénutrition, puis lors de l'introduction d'une insulinothérapie et dans le syndrome de renutrition inappropriée (SRI) nous ont conduit à nous interroger sur l'influence de facteurs de risque de SRI sur les électrolytes sanguins chez les patients diabétiques de type 2 mis sous insuline. De plus, l'insulinothérapie est un facteur de risque de SRI. Après une revue de la littérature, l'objectif était de comparer la phosphorémie, kaliémie, la magnésémie et la vitamine B1 à l'introduction de l'insulinothérapie chez des patients diabétiques de type 2 à risque ou non de SRI.

    Matériel et méthodes : La revue de la littérature a été réalisée sur les bases Embase, Cochrane et Pubmed, et les références des articles et consensus de prise en charge ont été consultées pour ne pas méconnaitre d'article pertinent. L'étude pilote incluait des patients hospitalisés pour découverte de diabète de type 2 mis sous insuline intraveineuse ou par pompe à insuline sous cutanée. Des dosages répétés de la phosphorémie, kaliémie et magnésémie ont été réalisés avant introduction de l'insuline, dans les 24h suivant la mise sous insuline puis à 48h et 96h. Une évaluation nutritionnelle (poids actuel et habituel, indice de masse corporelle [IMC]) était réalisée à l'admission des patients dans le service et ceux à risque de SRI selon les critères de NICE recevaient une supplémentation (phosphore, potassium, magnésium et vitamine B1) systématique après réalisation du prélèvement des 24h. Un dosage de la vitamine B1 était réalisé lors du prélèvement des 24h. Les résultats sont exprimés en moyenne ± écart type.

    Résultats et Analyse statistique : De Décembre 2020 à Avril 2021, 25 patients ont été inclus. Neuf patients (36%) étaient à risque de SRI. L'âge était de 57,4 ± 10,9 ans avec 68,0 % d'hommes. L'IMC était de 30,3 ± 5,9 kg/m2. La perte de poids avant le diagnostic de diabète était de 4,5 ± 6,5 % du poids habituel. L'hémoglobine glyquée était de 12,0 ± 1,9 %. La phosphorémie à 24h de la mise sous insuline était similaire dans les deux groupes, 1,0 ± 0,2 mmol/L pour le groupe à risque de SRI vs 1,1 ± 0,2 mmol/L pour le groupe non à risque (p= 0,71). Une hypophosphorémie était présente chez 2 des 9 patients du groupe à risque (22,0 %), et 1 des 16 patients du groupe non à risque (6,2 %), mais sans différence significative entre ces groupes (p=0,53). L'évolution du dosage sanguin du phosphore, du potassium et du magnésium était similaire dans les deux groupes. Il n'existait pas de différence significative entre les dosages de vitamine B1 entre les deux groupes.

    Conclusion : Dans cette étude pilote, 36% des patients inclus présentaient un risque de SRI et 22% d'entre eux ont présenté une hypophosphorémie dans les 24h suivant la mise sous insuline, contre 6% dans le groupe ne présentant pas de facteurs de risque. Les facteurs favorisant l'hypophosphorémie et l'hypomagnésémie, comme une perte de poids significative au diagnostic ou l'existence d'une consommation éthylique chronique méritent cependant une attention particulière puisque ces désordres ioniques ont été régulièrement associés à la présence de complications micro-angiopathiques chez nos patients diabétiques.

  • Élaboration d'un outil pédagogique audiovisuel concernant le Journal d'Activité et de Certification des Compétences à destination des étudiants en médecine générale    - Bandon Pierre  -  05 mai 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le Journal d'activité et de certification des compétences (JACC) est un outil d'aide à la rétroaction des actes effectués en Stage ambulatoire en soins primaires en autonomie supervisée (SASPAS) et participe à la certification du niveau des compétences. Cependant, celui-ci semble largement sous-utilisé. Afin d'améliorer l'information concernant l'existence du JACC et d'apporter une aide concernant sa manière de l'utiliser, l'objectif principal de ce travail a été l'élaboration d'un outil pédagogique de type vidéo concernant le JACC à destination des étudiants en médecine générale (EMG).

    Méthode : La planification de la démarche de construction de l'outil vidéo a été réalisée par un comité de pilotage avec rédaction des objectifs et du cahier des charges. Le script de la vidéo a été rédigé par un groupe d'écriture avec prise en compte des propositions d'amélioration par un groupe de relecture. Enfin, la vidéo a été tournée et montée puis diffusée aux EMG des promotions concernées par courrier électronique et sur les réseaux sociaux.

    Résultats : Un outil pédagogique vidéo a été élaboré d'une durée de 6 minutes, publié sur la plateforme vidéo YouTube le 23 octobre 2021. Il est composé d'une introduction, d'une partie informationnelle concernant le JACC, d'une partie “tutoriel” sur l'utilisation du JACC sous forme d'une situation de soin, et enfin d'une conclusion.

    Discussion : L'outil permet de donner une information claire sur l'intérêt pédagogique du JACC et de faciliter son utilisation de manière accessible et ludique. Une diffusion chaque semestre aux EMG en SASPAS pourrait permettre une adoption du JACC plus importante et pérenne. Cependant, l'acceptabilité du JACC est un paramètre majeur à prendre en compte. L'enjeu principal serait donc de démontrer la validité du JACC sur le développement des compétences et de la réflexivité des EMG et de les accompagner pour donner du sens à ce qu'ils produisent.

  • Évaluation de l'utilisation du dispositif MEDPREVED par les médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine    - Barthélémy Zacharie  -  28 avril 2022  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction :

    Le questionnaire PREVED©, évaluant les connaissances sur les perturbateurs endocriniens et la perception de leurs risques, a été repris, modifié et intégré à un dispositif complet de prévention appelé MEDPREVED. L'objectif était d'analyser l'accessibilité, la faisabilité et l'utilité de ce dispositif auprès des médecins généralistes de Nouvelle-Aquitaine.

    Matériels et méthodes :

    Le dispositif MEDPREVED, composé d'un kit de formation, d'un kit de prévention et d'une affiche à mettre en salle d'attente, a été envoyé aux médecins généralistes inclus dans l'étude. Les patients pouvaient répondre au questionnaire PREVED© en salle d'attente en scannant un QR code présent sur l'affiche. Pendant la consultation, le médecin avait la possibilité de donner des ressources listées dans le kit de prévention. Après plusieurs mois d'utilisation, un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins inclus afin de recueillir leur avis. Une analyse quantitative a été menée.

    Résultats :

    Vingt-six médecins ont rempli le questionnaire sur les 50 médecins généralistes inclus. Le questionnaire PREVED© a été jugé comme accessible par les patients, avec un nombre de questions approprié et une simplicité de compréhension. Néanmoins, l'accès unique par QR code semblait peu adapté à l'ensemble de la patientèle. Le caractère chronophage s'est révélé être un frein à son utilisation. Il a été jugé utile afin d'amorcer le sujet de la prévention aux perturbateurs endocriniens auprès des patients et a aussi eu un impact auprès des médecins, les incitant à faire des recherches sur le sujet. L'impact du dispositif sur le changement de comportements des patients n'a pas été perçu par les médecins.

    Conclusion :

    Le dispositif MEDPREVED semble être accessible par les patients et utile mais non faisable en pratique courante en utilisant uniquement le QR code. Des modifications sur son moyen d'accès doivent être envisagées avant une possible généralisation.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales