Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2138 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1711 à 1720
Tri :   Date travaux par page
  • Mésusage d'alcool, données sociodémographiques et alexithymie : enquête transversale auprès des étudiants de la ville de Poitiers    - Barucq Edouard  -  21 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les enquêtes épidémiologiques nationales récentes pointent une évolution des modes de consommation d'alcool en France : en dépit d'une baisse de la consommation moyenne d'alcool par habitant et par an depuis plusieurs années, de nouveaux modes d'alcoolisations, ponctuels mais massifs, sont mis en évidence, notamment chez les 18-25 ans. Ce type d'usage est appelé alcoolisation ponctuelle importante, ou encore binge drinking, mais aucun des termes qualifiant de tels usages d'alcool n'a fait encore l'unanimité d'un point de vue scientifique.

    Ces nouveaux modes d'alcoolisation s'inscrivent souvent dans des mésusages « aigus » d'alcool : l'usage à risque ou l'abus. Ces comportements aigus d'alcoolisations n'ont été que peu considérés par rapport à l'alcoolodépendance dans le champ du soin, pourtant ils peuvent entraîner des dommages variés et parfois graves (accidents de la voie publique, violences…).

    Nous avons voulu nous intéresser, au sein de ces mésusages d'alcool, à une dimension psychopathologique fréquemment observée chez les sujets dépendants : l'alexithymie. Ce concept, introduit en 1972 par Sifneos, se caractérisait par l'incapacité à identifier et communiquer ses sentiments et à les différencier des sensations corporelles, une limitation de la vie imaginaire, une pensée à contenu pragmatique, avec un mode d'expression très descriptif, et un recours à l'agir pour éviter les conflits ou exprimer ses émotions. Cette dimension a beaucoup moins été étudiée dans la littérature au niveau des mésusages d'alcool aigus, contrairement aux cas de dépendance.

    Notre enquête transversale avait pour objectifs principaux d'apprécier l'étendue et les caractéristiques des mésusages d'alcool en population étudiante, et d'évaluer si un lien entre alexithymie et troubles addictifs de type abus et usage risque d'alcool existait. Nous avons analysé les résultats de 1936 questionnaires, remplis par des étudiants de Poitiers, âgés de 18 à 25 ans.

    Les résultats montrent une part importante des mésusages d'alcool, s'élevant à 54.3%, ce qui est proche des données nationales correspondantes. On a pu mettre en évidence que l'alexithymie évoluait dans un lien significatif aux conduites addictives, se renforçant avec l'intensité et la sévérité de ces dernières. Ce lien apparaissait donc dès l'existence de troubles addictifs de type abus ou usage à risque d'alcool. Ces résultats paraissaient encore plus saillants chez les étudiants ayant déjà pratiqué le binge drinking.

    Il existe une corrélation significativement forte retrouvée entre les mésusages d'alcool et un facteur émotionnel d'alexithymie, « difficultés à identifier ses émotions ». Ce facteur dit thymodépendant, a un lien majeur à la dépression. Il nous semble important d'évaluer la place de la dépression dans le lien entre alexithymie et mésusages d'alcool auprès de notre échantillon par une prochaine étude à ce niveau dans notre échantillon.

    Devant l'importance des mésusages d'alcool chez les étudiants de 18-25 ans, et la place de l'alexithymie, souvent décrite comme un facteur péjoratif dans la prise en charge des troubles addictifs, les professionnels de santé se doivent de proposer des stratégies de prévention et de soin spécifiques. Il faut sensibiliser au mieux ce public, globalement peu demandeur de prise en charge pour des conduites addictives, en dépit des nombreux risques auxquels un mésusage d'alcool, même ponctuel, peut exposer.

  • Résultats des dissections aortiques de type A opérées au CHU de Poitiers de 2002 à 2011 : à propos de 107 cas    - Tomasi Jacques  -  21 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La dissection aortique de type A de Stanford est une affection rare dont le traitement doit être rapidement chirurgical. Deux registres internationaux sont actuellement exploités : IRAD et GERAADA. Nous cherchons à évaluer notre pratique et notre prise en charge des dissections aortiques de type A.

    Matériel et méthodes : Nous avons étudié rétrospectivement les données concernant les 107 patients opérés de dissection aortique de type A au CHU de Poitiers entre le 01/01/2002 et le 31/12/2011. Nous avons recueilli les données démographiques, opératoires et de suivi. Nous avons réalisé une analyse univariée sur les facteurs corrélés à la mortalité à 30 jours.

    Résultats : L'âge moyen est de 60,53 ± 11,9 ans. Il existe une prépondérance masculine (77 hommes pour 30 femmes). L'hypertension artérielle est présente dans 74,77 % des cas. Nous avons réalisé 29 arrêts circulatoires et une canulation axillaire a été réalisée chez 57 patients (53,27 %). Nous avons réalisé une chirurgie de Bentall dans 35,51 % (38/107) des cas. La mortalité à 30 jours est de 23,36 %. En analyse univariée, les malperfusions, une chirurgie de Bentall, et un pontage coronaire étaient associés à une mortalité augmentée à J30 tandis qu'une douleur thoracique inaugurale était protectrice. La survie à 1 an est de 70,98 % soit 93,67 % des survivants à J30.

    Conclusion : La dissection aortique de type A est une urgence chirurgicale avec mortalité élevée. Nos résultats sont comparables à ceux du registre international IRAD. Une stratégie consistant à généraliser les arrêts circulatoires et à réaliser une protection cérébrale par cérébroplégie antérograde unilatérale au moyen d'une canulation axillaire pourrait améliorer les résultats en terme de mortalité précoce. Le suivi à long terme doit être mieux systématisé afin de mieux évaluer l'évolution, en particulier du faux chenal.

  • Développement pharmaceutique d’un aérosol pressurisé : évaluation de l’impact de l’utilisation d’une chambre d’inhalation sur les caractéristiques aérodynamiques de l’aérosol & évaluation de l’amorçage de l’aérosol    - Acun Céline  -  17 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le développement pharmaceutique d’un aérosol pressurisé est constitué de diverses études qui ont pour objectif de caractériser le produit fini et d’apporter des informations qui seront intégrées dans le résumé des caractéristiques du produit et la notice de la spécialité. Ces études doivent être pensées en fonction du ou des pays dans le(s)quel(s) sera déposée la soumission d’AMM. De nombreux textes réglementaires orientent quant aux choix des études à mener mais la mise en place des protocoles expérimentaux reste à l’initiative du laboratoire pharmaceutique. C’est dans ce contexte que deux études ont été conduites au sein du service analytique du laboratoire IDD-Xpert. La première étude a permis d’évaluer in vitro l’impact de l’utilisation de la chambre d’inhalation Volumatic™ sur les caractéristiques aérodynamiques de l’aérosol. La seconde étude a permis de déterminer le nombre de bouffées d’amorçage nécessaire à un usage correct de l’aérosol par la détermination des masses des bouffées et des doses délivrées.

  • Evaluation de l'efficacité de l'antibiothérapie prophylactique sur la qualité de vie des enfants ayant un déficit immunitaire humoral    - Dubois Camille  -  17 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'antibioprophylaxie au long cours est utilisée dans la prise en charge des enfants atteints de déficit immunitaire humoral, pourtant ce traitement n'a pas fait ses preuves. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'impact d'une antibioprophylaxie sur la qualité de vie des enfants ayant un déficit immunitaire humoral.

    Méthode : Nous avons évalué la qualité de vie de 5 groupes d'enfants âgés de 3 à 15 ans grâce au questionnaire de qualité de vie, le Child Health Questionnaire version parentale 50. Le groupe étudié est le groupe des enfants ayant un déficit immunitaire humoral sous antibioprophylaxie et les 4 groupes témoins sont des enfants ayant un déficit immunitaire humoral non traité, des enfants ayant un déficit immunitaire humoral ne nécessitant pas de traitement, des enfants asthmatiques et des enfants sains.

    Résultat : Les scores de qualité de vie de 60 enfants ayant un déficit immunitaire humoral dont 31 enfants traités par antibioprophylaxie ont été obtenus, ainsi que les scores de 100 enfants sains et de 100 enfants asthmatiques. Tous les scores de qualité de vie des enfants avec un déficit immunitaire humoral sont significativement inférieurs aux scores des enfants sains. Les scores de la majorité des domaines de qualité de vie et notamment tous les scores physiques des enfants ayant un déficit immunitaire humoral sous antibioprophylaxie sont significativement supérieurs aux scores des enfants ayant un déficit immunitaire humoral non traités. Ces résultats sont illustrés par un score physique global de 43,1 et un score psycho-social global de 41,1 pour le groupe traité versus 21 et 32,2 pour les enfants non traités.

    Discussion : Il existe une nette amélioration de la qualité de vie, dans les domaines de directement liés à la santé physique, à l'impact de la santé physique sur l'enfant et sa famille et dans les domaines psycho-sociaux, dans le groupe sous antibioprophylaxie par rapport au groupe non traité. D'autres études prospectives et multicentriques sont à réaliser afin de confirmer l'efficacité de l'antibioprophylaxie sur l'amélioration de la qualité de vie des enfants ayant un déficit immunitaire humoral.

  • Education thérapeutique à l'insulinothérapie fonctionnelle au CHU de Poitiers au sein d'une cohorte de 133 adultes diabétiques : évaluation rétrospective de l'impact sur les paramètres cliniques et biologiques à 12 mois    - Fauvergue Nathalie  -  17 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'insulinothérapie fonctionnelle (IF), développée en Allemagne à la fin des années 1970, est le traitement de choix du diabète insulinodépendant. Elle mime la sécrétion physiologique pancréatique via l'adaptation des doses d'insuline aux quantités glucidiques consommées et la correction instantanée des hyperglycémies par des injections d'insuline analogue rapide. Elle s'inscrit dans une démarche d'éducation thérapeutique visant à rendre les diabétiques autonomes dans la gestion de leur traitement et à améliorer leur qualité de vie.

    Objectifs : Nous avons évalué rétrospectivement l'efficacité, la sûreté et la satisfaction de 133 adultes diabétiques bénéficiant d'un programme d'éducation à l'IF au sein du service de diabétologie du CHU de Poitiers entre 2007 et 2012.

    Matériel et Méthodes : La cohorte monocentrique comprenait 147 adultes diabétiques ; 1 sujet a été exclu car formé dans un autre centre, 13 sujets ne disposaient pas de valeur d'HbA1c à 12 mois. Le critère de jugement principal était l'évaluation de l'équilibre glycémique 12 mois après la formation ; les critères de jugement secondaires étaient l'équilibre glycémique intermédiaire entre 3 et 6 mois, l'évolution pondérale, la survenue d'hypoglycémies sévères au cours de l'année suivant la formation et l'évaluation de la satisfaction vis-à-vis de la gestion du diabète à l'aide d'un questionnaire postal.

    Résultats : Parmi les 133 adultes diabétiques, dont 127 diabétiques de type 1, formés entre 2007 et septembre 2012 dans le service de diabétologie, 71 étaient des hommes. L'âge moyen était de 43 ans, le diabète évoluait depuis 19 ans. La valeur moyenne d'hémoglobine glyquée initiale était de 7.78%. Cette valeur diminuait à 7.53% à 12 mois (-0.25% à 12 mois, p <0.0001). Parallèlement, la prise de poids était modeste (+ 900 grammes en 12 mois, p < 0.05). La fréquence des hypoglycémies sévères n'augmentait pas au cours de l'année suivant la formation (0.10 événements/ patient/année contre 0.07 antérieurement, p = 0.18). La présence d'au moins un épisode sévère au cours de l'année précédant la formation était associée au risque de récurrence au cours du suivi. Les 69 sujets (53%) répondeurs sont en majorité satisfaits de cette formation et poursuivent leur pratique tout en l'adaptant à leur vie quotidienne. La note moyenne évaluant la satisfaction vis-à-vis de la gestion du diabète était de 8/10.

    Conclusion : La formation à l'IF permet d'améliorer l'équilibre glycémique et la qualité de vie sans majorer le risque d'hypoglycémies sévères ni entraîner de prise de poids importante. Nous avons confirmé les résultats des essais précédemment publiés.

  • Existe-t-il un lien entre l'inflammation périphérique et le statut cognitif au diagnostic de la maladie d'Alzheimer ?    - Julian Adrien  -  17 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    A côté de la dégénérescence neurofibrillaire et des plaques amyloïdes, il existe un processus inflammatoire décrit dans la maladie d'Alzheimer (MA) au niveau central et en périphérie. Ce processus implique différents acteurs de l'inflammation dont les cytokines et chemokines. Nous avons focalisé l'étude sur les interleukines IL-1β, IL-6, TNFα et la chemokine CCL5 (Rantes) dans le cadre d'une étude multicentrique dont l'objectif principal était de quantifier le taux plasmatique des médiateurs de l'inflammation et de chercher une corrélation avec les scores cognitifs chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer au moment du diagnostic. Une étude ancillaire menée sur Poitiers quantifiait également le taux des médiateurs au sein des cellules mononucléées, ainsi que l'activation de la protéine kinase PKR. Cette étude s'inscrivait dans le cadre d'un programme hospitalier de recherche clinique (PHCR CytoCogMa).

    Nous avons inclus des patients atteints de MA, selon les critères NINCDS-ADRDA avec un score MMSE compris entre 16 et 26. Les patients à l'inclusion étaient naïfs de traitement symptomatique de la MA. Un taux de Protéine C Réactivz > 10 mg/l, une pathologie inflammatoire ou la prise de traitement anti-inflammatoire étaient des critères d'exclusion. L'évaluation cognitive était réalisée à partir des tests MMSE et ADAScog.

    Au total 125 patients (95 femmes et 30 hommes) dont 42 dans l'étude ancillaire de Poitiers ont été inclus sur une période de deux ans. L'âge moyen était de 79.6 ± 6.7 ans, les scores MMSE moyen et ADAScog moyen au diagnostic, étaient respectivement de 21.3 ± 2.7 et 16 ± 5.8. Les taux plasmatiques des marqueurs étaient parfois indétectables (IL-1), ou avec une grande variabilité. Aucune corrélation entre les valeurs plasmatiques des médiateurs inflammatoires et le score MMSE au moment du diagnostic n'a été retrouvée. De même, aucune corrélation n'a été retrouvée avec le score ADAScog. Aucune corrélation entre les valeurs dans le milieu extracellulaire ou les lysats des cellules mononuclées et les scores cognitifs n'a été retrouvée. L'activation de PKR dans les cellules mononucléées était très faible, aucune corrélation entre les différentes formes de PKR et les scores cognitifs n'a été retrouvée.

    A notre connaissance, il s'agit de la première étude de cohorte prospective multicentrique ciblant le rôle de l'inflammation périphérique dès le diagnostic de la maladie d'Alzheimer. Le PHRC se poursuit avec un suivi évolutif de deux ans et permettra de préciser d'une part l'évolution des marqueurs périphériques de l'inflammation avec l'évolution de la maladie, d'autre part le caractère prédictif de ces marqueurs sur la cinétique d'évolution de la maladie.

  • Audit clinique ciblé : évaluation de la traçabilité des pratiques professionnelles de la contention physique passive en gériatrie au CHU de Poitiers en 2013    - Houpert Tyffanie  -  16 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La contention physique passive est une pratique d'usage courante dans les services de gériatrie, qui soulève des questions éthiques et légales. Cette pratique pouvant entraîner des lésions physiques et psychologiques est encadrée par des recommandations de bonnes pratiques, éditées par la Haute Autorité de Santé en 2005.

    Méthode : Une évaluation de la prescription des mesures de contention, sous forme d'audit clinique, a été réalisée sur l'ensemble des services de gériatrie du CHU de Poitiers (72 lits de médecine, 101 lits de soins de suite et 97 lits de soins de longue durée). L'évaluation s'est faite en deux temps sur une semaine, en juillet et en août 2013, avant et après une sensibilisation des internes à cette prescription. Le recueil des données (nombre de contentions, caractéristiques des patients et résidents, observations du dossier infirmier et médical) s'effectuait lors de venues dans les unités en période diurne et début de soirée. La sensibilisation des prescripteurs correspondait à une présentation résultats de la première semaine et à une présentation des recommandations HAS. L'objectif principal était d'évaluer la traçabilité de la prescription de la contention physique passive (ceinture pelvienne, tablette, attache(s), gilet) « avant » et « après » sensibilisation. L'objectif secondaire était d'analyser la conformité de ces prescriptions aux recommandations nationales.

    Résultats : Cinquante-six personnes ont eu une contention passive constatée (27 lors de la première semaine en juillet, 29 lors de la seconde semaine en août après sensibilisation des prescripteurs). Elles étaient âgées de 63 à 101 ans, plus de 50% étaient connues « chuteur » et pour 33 d'entre elles le score GIR d'autonomie fonctionnelle était ≤ 2. Lors de la phase 1, 87 contentions étaient recensées dont 53 (60,9%) tracées dans le dossier. Lors de la semaine d'étude, « après sensibilisation », 131 contentions étaient notées dont 109 prescrites (83,2%). Entre les deux semaines d'observations, nous notons une augmentation significative de la traçabilité de la prescription (p=0,008). La conformité de la prescription aux recommandations était améliorée au cours de la seconde période de recueil.

    Discussion : Les résultats obtenus étaient globalement similaires aux données de la littérature, montrant une insuffisance de connaissance des recommandations HAS et un important défaut de traçabilité concernant l'information, la surveillance, la réévaluation et la pluridisciplinarité de cette décision

    Conclusion : Cette étude a permis d'évaluer une pratique de prescription fréquente. Au regard des résultats, il apparaît nécessaire de sensibiliser et former les prescripteurs (notamment les internes), et d'apporter de nouveaux outils afin de faciliter la traçabilité de cette prescription dans le dossier de soin.

  • Amylose systémique avec atteinte cardiaque : étude et comparaison des critères diagnostiques en IRM cardiaque et en échographie transthoracique : à propos de 23 patients    - Gourdon-Laborie Marie-Eve  -  16 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'amylose AL systémique est une maladie rare caractérisée par l'accumulation de dépôts extracellulaires de fibrilles amyloïdes dans différents organes. L'atteinte cardiaque grève le pronostic avec une survie estimée à 6 mois en l'absence de traitement d'où l'importance d'un diagnostic précoce.

    Objectif : Il s'agissait de comparer les paramètres IRM et échocardiographiques (ETT) évocateurs d'atteinte cardiaque et d'identifier des critères ETT permettant de mieux sélectionner les patients à adresser en IRM cardiaque.

    Matériel et méthodes : Etude rétrospective à propos de 23 patients d'âge moyen 68,9 ans atteints d'amylose systémique ayant bénéficié d'une ETT et d'une IRM cardiaque à la recherche d'une atteinte cardiaque de l'amylose. En ETT nous avons recueilli les mesures du SIV, de la PP, de la masse VG. Nous avons également analysé la déformation longitudinale par AFI. En IRM, nous avons étudié les volumes et la masse du VG , la FEVG et le réhaussement tardif.

    Résultats : En plus des critères classiques échographiques de la cardiopathie amyloïde nous avons mis en évidence une hypertrophie concentrique du VG pour laquelle la mesure de la paroi postérieure était significativement différente entre les 2 groupes avec p=0,04 (IC[1,1 - 4,1]). L'étude du GLS global ne permettait pas de discriminer les 2 groupes. La mesure du GLS segment par segment permettait de différencier précocement les 2 groupes avec une altération importante du GLS au niveau basal p=0,02 [-9,9 ;-0,9] et modérée au niveau médian p=0,01 [-8,7 ; -0,9] en faveur d'une atteinte amyloïde. L'IRM confirmait le diagnostic d'amylose cardiaque en présence d'un réhaussement tardif p< 0,0001 (IC[2,8 – 5,2]) et permettait d'affiner les critères morphologiques.

    Conclusion : L'association de l'échographie et de l'IRM semble donner d'excellents résultats pour la recherche d'une atteinte amyloïde en cas d'amylose systémique. Il reste donc à affiner les critères évocateurs d'atteinte cardiaque en échographie afin d'optimiser la sélection des patients devant ou non bénéficier d'une IRM cardiaque.

  • Cartographie fonctionnelle du cortex préfrontal en chirurgie cérébrale éveillée : étude préliminaire appliquée au raisonnement par analogie    - Hobeika Lucie  -  16 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le raisonnement par analogie peut être défini comme la capacité de trouver des similitudes, des correspondances entre des représentations mentales différentes. Il permet de faire face à de nouvelles situations ou à de nouveaux problèmes en utilisant son expérience de situations passées analogues, ou de comprendre de nouveaux concepts. Son étude en psychologie expérimentale démontre qu'il est essentiel dans l'apprentissage, le raisonnement, la pensée abstraite, et « l'intelligence fluide ». En neuroimagerie fonctionnelle, les tâches d'analogie sont associées à la partie la plus antérieure du cortex préfrontal (CPF) : le CPF rostral ou pôle frontal. Les fonctions frontales ont une importance majeure pour l'autonomie et la qualité de vie de tout individu. En conséquence, elles doivent être au maximum préservées, notamment lors des chirurgies cérébrales. La chirurgie cérébrale en condition éveillée permet, par la méthode de cartographie cérébrale par stimulation électrique, d'identifier et d'épargner certaines régions cérébrales considérées comme fonctionnellement indispensables. Cependant, nous ne disposons pas pour le moment d'outils d'évaluation validés des fonctions frontales en peropératoire.

    L'objectif de ce travail est de créer des outils destinés à la technique de cartographie cérébrale, visant à évaluer et préserver une fonction frontale particulière : le raisonnement par analogie. Pour cela, nous avons élaboré de nouvelles tâches d'analogies adaptées aux contraintes de cette technique. Le pilotage de ces tâches chez le sujet sain démontre leur faisabilité. Nous avons également déterminé une cible de stimulation cérébrale au moyen d'une méta-analyse quantitative incluant vingt-et-une études d'analogie en IRM fonctionnelle. Celle-ci a identifié un seul cluster d'activation au sein du cortex préfrontal rostral gauche (aire 10 de Brodmann). Enfin nous avons appliqué ces deux nouveaux outils en situation réelle, chez un patient opéré d'une tumeur cérébrale en condition éveillée. Il a réalisé le testing pré et peropératoire et nous avons localisé la cible de stimulation sur son IRM par une méthode de normalisation-dénormalisation. Nous avons donc mis en place les étapes méthodologiques qui permettront débuter l'inclusion de patients dans notre protocole d'étude du raisonnement par analogie par cartographie peropératoire du CPF rostral, lors de la chirurgie cérébrale éveillée.

  • Apport de la tomodensitométrie cardiaque à la phase aiguë de l'accident vasculaire cérébral ischémique    - Lamy Matthias  -  16 octobre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction et objectifs : Un thrombus développé au sein de l'auricule de l'oreillette gauche (AOG) est une cause fréquente et curable d'accident vasculaire cérébral ischémique. Il est responsable d'un embole dans près de 90% des cas et est considéré comme une source à «haut-risque» de cardioembolisme d'après la classification TOAST. Sa détection influence directement la thérapeutique. Malgré ses limites et bien que relativement invasive, l'échographie transoesophagienne (ETO) reste à ce jour le gold standard pour la détection des thrombi intracardiaques. La tomodensitométrie cardiaque (TDMc), examen non encore recommandé en routine clinique dans le bilan de l'accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique est elle aussi un examen sensible et spécifique dans le dépistage de ces thrombi.

    L'objectif de ce travail était de déterminer la prévalence des thrombi intra-auriculaires par la tomodensitométrie cardiaque à la phase aiguë de l' AVC et de comparer la population de porteurs de thrombus avec la population libre de thrombus selon leurs caractéristiques cliniques, biologiques et anatomiques afin de déterminer l'apport de cette technique d'imagerie dans le post AVC immédiat.

    Matériels et méthodes : Etude prospective monocentrique réalisée au Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers incluant des patients ayant présenté un accident ischémique cérébral (AIC) ou un accident ischémique transitoire (AIT) entre Novembre 2012 et Juin 2013 et ayant pu bénéficier d'une TDMc associée à un angio-scanner des troncs supra-aortiques (TSA) et du polygone de Willis dans les 15 jours suivant l'évènement. Les patients étaient âgés de plus de 18 ans et avaient présenté un AIC ou un AIT définis cliniquement par les critères HAS et prouvés radiologiquement. Nous avons exclu les AVC d'étiologie déterminée définis comme « autres » dans la classification TOAST. Les patients porteurs de thrombus ont été appelés les thrombus carrier patient (TCP) et les patients libres de thrombus les thrombus free (TF).

    Résultats : 103 scanners avec coupes cardiaques ont été réalisés dont 77 ont été inclus dans cette étude (38 hommes et 39 femmes). L'âge moyen de l'ensemble des patients était de 74,6 ± 13,9 ans. La durée médiane de réalisation de l'imagerie cardiaque était de 9 ± 4 jours dans les 2 groupes. Nous avons retrouvé 13 thrombi (16.9%) au sein de l'auricule de l'oreillette gauche. Aucune différence significative n'a été mise en évidence concernant les facteurs de risque cardiovasculaire ni même en termes de traitements anticoagulants, antiagrégants et cardiotropes. Il a été retrouvé chez les TCP un handicap plus important comme en témoigne un score National Institute of Health Stroke Score (NIHSS) plus élevé que chez les TF avec une moyenne à 18 ± 4 contre 8 ± 7 (p=0,0001). Il a été retrouvé 5 spontaneous echographic contrast (SEC), processus pathologique correspondant à des anomalies de flux au sein de l'AOG (4 chez les TF, 1 chez les TCP). Aucun accident lié à la réalisation même de l'imagerie ou à l'injection de produit de contraste iodé n'a été à déplorer.

    Conclusion : Cette étude montre que la TDMc est une modalité non invasive et sensible pour la détection de thrombus de l'AOG chez les patients ayant présenté un AVC ischémique dans sa phase aiguë. Le taux de thrombi retrouvé est plus élevé que dans la littérature. L'amélioration de la détection pourrait être optimisée par l'acquisition d'un temps tardif et par gating cardiaque. La TDMc offre en plus d'un examen précis et approfondi de l'anatomie cardiaque, une étude angiographique complète des artères extra et intracérébrales. Elle présente un risque théorique lié à l'irradiation ainsi qu'à l'injection de produit de contraste iodé limitant donc sa réalisation à titre systématique. Son intérêt devra être évalué chez une sous-catégorie de patients dont la réalisation d'un examen cardiologique complet et invasif ne pourra être obtenue de manière optimale ou comme alternative aux examens complémentaires cardiologiques en cas de difficulté d'accès.

|< << 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales