Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1456 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 41 à 50
Tri :   Date travaux par page
  • Place de la pragmatique du langage dans le phénomène de harcèlement scolaire    - Lorrillere Pauline  -  14 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : On définit le harcèlement scolaire comme un comportement agressif, intentionnel et répétitif adopté par un ou plusieurs élèves à l'encontre d'un autre élève. Le langage est l'un des vecteurs principaux des interactions entre l'enfant et son environnement. Sa maîtrise et notamment la capacité à utiliser le langage en contexte est un élément fondamental de l'intégration sociale et constitue un facteur probable de protection contre le harcèlement. L'objectif principal de notre étude est de montrer une relation entre harcèlement scolaire et difficultés pragmatiques.

    Matériel et méthodes : Il s'agit d'une étude épidémiologique, observationnelle prospective menée au Centre Hospitalier Henri Laborit de Poitiers. Elle concerne les enfants scolarisés de 8 à 13 ans consultant pour la première fois au CMPEA. Le phénomène de harcèlement scolaire a été évalué par un auto questionnaire : l'échelle de D.Olweus et le langage a été évalué par deux évaluations informatisées (BILO et CAPRA). Une évaluation de l'empathie par un auto questionnaire (BES) et une évaluation de reconnaissance des émotions faciales étaient également réalisées.

    Résultats : Notre échantillon est constitué de 25 enfants dont 76% sont impliqués dans le harcèlement scolaire. L'analyse statistique n'a pas permis de conclure à un lien entre le harcèlement et les troubles de la pragmatique du langage. Seule une tendance concernant la reconnaissance des émotions faciales a pu être observée. Les impliqués auraient plus de difficulté à repérer certaines émotions. Or cette capacité est en lien avec la pragmatique du langage et l'empathie.

    Conclusion : Malgré les résultats de notre étude, les différents apports théoriques confortent l'intérêt que l'on porte à la pragmatique du langage. Ce travail a permis, il nous semble, de mettre en évidence son importance dans les interactions, dans la rencontre entre soi et autrui. Elle permet de réguler les rapports qui s'instaurent entre les individus d'un même groupe, de partager une culture commune et est un élément primordial pour l'intégration dans un groupe de pairs. La prise en compte de cette composante dans la prévention du harcèlement et dans la prise en charge des enfants impliqués nous semble essentielle.

  • Création, mise en place et évaluation d'un carnet de suivi de l'activité physique adapté à des patients sédentaires    - Dagorne Emmanuelle  -  12 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'activité physique a des effets bénéfiques sur la santé. Le médecin généraliste, en prescrivant de l'activité physique adaptée sur ordonnance, peut jouer un rôle clé dans la prévention des maladies chroniques. Nous avons réalisé une étude pilote de faisabilité de prescription de l'activité physique par le médecin généraliste avec pour objectif de créer un carnet de suivi de l'activité physique et d'évaluer l'impact de cet outil sur la motivation et la santé des patients en prenant en compte le niveau global d'activité physique.

    Matériel et Méthodes : L'étude s'est déroulée sur 9 mois, incluant 10 patients de 35 à 71 ans, sédentaires, volontaires, porteurs ou non de maladies chroniques. Les patients participaient une fois par semaine à une séance collective d'activité physique adaptée, gratuite, animée par un éducateur sportif. Un test de Ricci et Gagnon, un test de marche de 6 minutes, un questionnaire évaluant la motivation (inspiré du modèle de Prochaska), un bilan glucido-lipidique et anthropométrique étaient réalisés en début et en fin d'étude afin d'évaluer l'activité et les progrès des patients. Un questionnaire de satisfaction leur était également remis en fin d'étude afin de connaitre leur avis sur le carnet de suivi.

    Résultats : 8 patients ont terminé l'étude. 2 ont été perdus de vue. Nous avons montré une amélioration significative du score d'activité physique de Ricci et Gagnon (22.38+1.51 vs 27+ 1.10, p= 0.0138), et de la distance parcourue lors du test de marche de 6 minutes (465.6+ 16.63 vs 516.3 + 21.04, p=0.0156), ainsi qu'une diminution significative de l'indice de masse corporelle (30.74 + 1.68 vs 29.68 + 1.64, p=0.0313). Après 9 mois, les 8 patients étaient au stade de maintien. Tous ont trouvé le carnet adapté, compréhensible et motivant à la pratique d'une activité physique. 75% des patients ont également apprécié les conseils de l'éducateur sportif.

    Conclusion : Nos résultats ont été encourageants malgré un échantillon de taille réduite. Le carnet de suivi apparait comme un outil intéressant dans le sens où il a su sensibiliser les patients à leur état de santé et les encourager à être actif de leur santé. D'autres cabinets de médecins généralistes pourraient participer à ce type de programmes de prévention, où le carnet de suivi pourrait alors être utilisé à plus grande échelle.

  • État des lieux de la prise en charge des femmes victimes de violences conjugales par les médecins généralistes de la Vienne    - Bonnet Pauline  -  12 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction: Une femme sur dix déclare être victime de violences conjugales en France. Les médecins généralistes sont les premiers interlocuteurs des victimes : leur rôle est donc de dépister mais surtout de prendre en charge ces femmes. L'objectif de cette thèse est de mieux décrire les connaissances, attitudes et pratiques des médecins généralistes de la Vienne face à une situation de violences conjugales.

    Méthode : Une étude observationnelle transversale a été réalisée, entre avril et novembre 2016, à l'aide d'un nouveau questionnaire permettant de collecter des données sur la prise en charge des victimes par les médecins généralistes installés dans la Vienne. Le questionnaire a permis d'évaluer les connaissances, les pratiques et les freins à la prise en charge des violences conjugales qui ont pu ensuite être décrits de façon générale mais aussi en fonction du sexe du médecin et de la durée d'exercice.

    Résultats : Trente-six médecins ont répondu au questionnaire, et parmi eux, 64% ne connaissaient pas la proportion de femmes victimes de violences conjugales en France. Concernant la prise en charge des victimes de violences conjugales et leur dépistage, 69,5% de notre effectif se sentait peu confiant. La première conduite à tenir des médecins était de référer leurs patientes à une association spécialisée. Enfin, les limites à la prise en charge des victimes de violences conjugales identifiées par les médecins de notre étude étaient le refus de la patiente, l'impossibilité de signalement sans consentement et le manque de formation. Peu de résultats significatifs en fonction des groupes de durée d'exercice et de sexe ont été observés.

    Discussion : Les résultats de notre étude montrent que les modalités de prise en charge et de suivi des patientes victimes de violences conjugales par les médecins de la Vienne restent complexes, notamment à cause d'un manque de formation médicale. Afin de pallier ce manque, l'offre de formations universitaires, mais aussi continue proposée par exemple par les agences de santé publique, pourrait être développée.

  • Évaluation dimensionnelle de l'impulsivité dans le syndrome de Gilles de la Tourette    - Balageas Anna-chloé  -  10 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT) est une affection neurodéveloppementale rare associant des tics moteurs et phoniques à des manifestations neuropsychiatriques multiples, responsables d'une altération de la qualité de vie des patients. L'impulsivité semble intimement liée à la maladie et à l'émergence de ses comorbidités en partageant des substrats neuro-anatomiques et neurobiologiques communs.

    Objectif : L'objectif de cette étude est d'évaluer la nature impulsive du syndrome de Gilles de la Tourette, motrice ou cognitive et sa contribution aux troubles.

    Méthode : Dans une approche prospective, vingt-deux patients atteints d'un SGT ont bénéficié d'une évaluation clinique et neuropsychologique centrée sur l'étude de l'impulsivité motrice et cognitive respectivement à l'aide du CPT-II de Conners et de la Cambridge Gambling Task (CGT). Un groupe contrôle a été construit pour l'analyse de l'impulsivité cognitive.

    Résultats : Un tiers de notre cohorte présente une impulsivité motrice. Le groupe des patients SGT présente une altération significative lors de la passation de la CGT concernant la qualité de réponse (p=0,0007), le temps de délibération (p=0,0002), l'ajustement au risque (p=0,05) et l'aversion au délai (p=0,001). Nous ne mettions pas en évidence de corrélation entre la sévérité de l'affection et l'impulsivité motrice. En revanche, il existe une corrélation significative entre le score YGTSS et le temps de délibération de la tâche cognitive (p=0,008).

    Discussion : Il semble exister une impulsivité à la fois motrice et cognitive en lien avec une altération des fonctions inhibitrices d'une part et d'un déficit lors de la prise de décision en condition d'incertitude d'autre part chez les patients atteints d'un SGT. L'association entre sévérité de la maladie et impulsivité est retrouvée.

  • Stabilité physico-chimique des nutritions parentérales pédiatriques : étude préliminaire    - Boutet Meredith  -  07 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En raison de l’absence de formulations standardisées de nutrition parentérale couvrant l’ensemble des situations cliniques de néonatologie, l’usage de formulations « à la carte » reste prépondérante. Il est ainsi pertinent d’étendre les connaissances sur la stabilité physique et chimique de ces formulations. Une étude portant sur plusieurs paramètres de stabilité physico-chimiques a été menée sur 11 compositions de poches (sans lipides) représentatives de ces formulations. Pour cela, un relevé des prescriptions de ces poches pédiatriques au CHU de Poitiers a été fait sur une période de 6 mois. La composition d’une poche de base a été définie, ainsi que celle de 10 autres poches se distinguant chacune par la présence d’un composant variant. Ces 11 formulations ont été fabriquées en triplicata sur paillasse, en poche monocompartimentale, et conservées à température réfrigérée. Les contrôles et dosages ont été effectués sur une durée de 7 jours : inspection visuelle, test de limpidité, mesures du pH et de l’osmolalité, dosages du sodium, du potassium, du fer total, du glucose, du calcium ionisé, des vitamines E et B1, du glucose-1-phosphate et de la méthionine. Des tests de dégradation forcés utilisant le chauffage et la lumière ont été menés sur la poche de base. Les résultats obtenus ont permis de dégager des profils de stabilité et d’instabilité de ces différents mélanges. Les résultats obtenus pour les vitamines E et B1 ne permettent pas de conclure quant à leur stabilité, contrairement aux autres composants. Une instabilité retrouvée concerne les poches à forte concentration en glucose où une diminution de la concentration en méthionine est retrouvée, ce qui correspondrait à la réaction de Maillard entre glucose et acides aminés. Certaines méthodes de dosage sont critiquables, mais une adaptation des contrôles réalisés a été faite en fonction des appareils et techniques disponibles.

  • Accouchement inopiné extrahospitalier : étude nationale sur la formation et les pratiques des médecins du SAMU    - Châtel Candice  -  07 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'accouchement inopiné extrahospitalier (AIE) est un événement peu fréquent mais non rare qui nécessite des connaissances spécifiques. Du fait de sa fréquence et du peu de formation théorique et surtout pratique reçue, selon les médecins urgentistes, cette situation reste stressante en pratique pré-hospitalière. L'objectif de cette étude était de faire un état des lieux en France sur les formations reçues par les médecins du SAMU et les pratiques qu’ils mettent en œuvre en intervention.

    Matériel et méthodes : Il s'agissait d'une enquête déclarative de pratiques. L’ensemble des SAMU de France métropolitaine et DOM-TOM était invité à répondre à un questionnaire standardisé en ligne afin d'évaluer les formations reçues et les techniques mises en pratique en cas d'accouchement inopiné extrahospitalier.

    Résultats : 210 médecins de 44 départements différents ont répondu. Ils étaient formés à l’accouchement physiologique (91,4%) et aux situations obstétricales complexes [hémorragie de la délivrance (81%), siège (67,8%), procidence du cordon (66,5%), dystocie des épaules (57,8%)] par simulation sur mannequin (69,5%), lors d’un stage en salle de naissance (57,6%) et via des supports multimédias (39,2%). Ils étaient pour 66% satisfaits des formations reçues, 84,9% notaient une amélioration de leurs compétences et 59,9% une diminution du stress en situation. Parmi eux, 92,8% étaient demandeurs de formations complémentaires. Ils étaient 81,3% à avoir réalisé un AVB, 76,9% utilisaient le score de Malinas, 26,1% le SPIA et 37% réalisaient 2 TV à 10 min d’intervalle. L’accouchement se faisait dans 95,5% des cas en décubitus dorsal sur un plan surélevé avec une épisiotomie de manière systématique pour 2,5% d’entre eux et 20% en cas de siège. Ils étaient 33,5% à réaliser un sondage évacuateur, 43,2% une délivrance dirigée et 62,2% un massage utérin.

    Conclusion : Cette enquête a montré que les médecins urgentistes sont formés à l’accouchement physiologique et aux situations obstétricales complexes. Ce travail a également montré que les pratiques mises en œuvre en intervention lors d’un AIE sont en accord avec les recommandations d’experts en dehors de l’utilisation des scores décisionnels et de la prévention de l’hémorragie de la délivrance. Il faut maintenant poursuivre l’évaluation des formations et des pratiques en favorisant le développement de l’observatoire national et diversifier les supports de formation et d’aide à la prise en charge des AIE.

  • La dysmorphophobie : clinique et prise en charge : hypothèse d'une relation avec les troubles du comportement alimentaire    - Baret Lorina  -  07 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La dysmorphophobie, ou BDD pour Body Dysmorphic Disorder en anglais est un trouble psychique apparaissant le plus souvent à l'adolescence, se définissant comme une préoccupation sur un ou plusieurs défauts corporels qui apparaissent minimes ou non visibles par les autres. Bien que décrite depuis 1891, elle reste peu connue et peu étudiée ce qui engendre des difficultés en ce qui concerne son diagnostic et son traitement.

    Les individus atteints de cette pathologie développent des comportements répétitifs ressemblant à de véritables rituels, dont le camouflage. Cela va altérer la qualité de vie des malades qui vont montrer un fort taux de tentatives de suicide, de violence, d'addictions et on va souvent retrouver chez eux des troubles psychiques associés.

    Bien que plusieurs hypothèses soient émises, l'étiologie de cette maladie reste à ce jour non connue mais il semblerait qu'elle soit multifactorielle et complexe.

    Les traitements utilisés seront d'une part médicamenteux avec des antidépresseurs : ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de sérotonine) et Clomipramine et d'autre part psychologiques par le suivi d'une thérapie cognitive et comportementale (TCC). D'autres méthodes sont étudiées mais non utilisées à ce jour en pratique.

    Les patients sont suivis le plus souvent par des médecins psychiatres ou des psychologues mais d'autres professionnels de santé peuvent également intervenir.

    Des actes de prévention peuvent-être envisagés localement dans les familles et les écoles mais aussi à grande échelle à travers les médias pour sensibiliser la population à l'acceptation de soi et des autres.

    Malgré l'hypothèse ancienne de la relation entre la dysmorphophobie et les troubles du comportement alimentaire, la littérature actuelle ne montre pas de liens significatifs.

    Les pharmaciens d'officines, tout comme les médecins généralistes, peuvent eux aussi tenir un rôle important d'écoute et de conseil à ce sujet, étant des acteurs importants de proximité au sein du système de soin.

  • Identification des facteurs qui influencent la prise en charge des patients faisant un mésusage de l'alcool en médecine générale : étude qualitative par entretiens semi-dirigés    - Garandel Julie  -  05 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les conséquences d'une consommation excessive d'alcool sont bien établies. Cependant, le nombre de patients pris en charge est bien inférieur au nombre de personnes concernées et la situation, contrairement à celle des autres addictions, ne progresse pas significativement depuis une vingtaine d'années. Nous nous sommes interrogés sur cette contradiction et nous avons tenté d'identifier les facteurs influençant, en médecine ambulatoire, l'évocation de la consommation d'alcool et la prise en charge des patients qui font un mésusage de l'alcool.

    Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 12 médecins généralistes, 6 professionnels de l'alcoologie et un ancien patient, en Poitou-Charentes. Les entretiens ont été retranscrits en verbatim puis analysés de manière thématique. La saturation des données a été atteinte et les données ont été triangulées.

    Résultats : Nous avons identifié plusieurs facteurs influençant les pratiques des médecins généralistes, dont certains freins déjà connus comme le manque de temps, l'insuffisance de formation et de compétences sur le sujet. D'autres ont été mis en évidence, comme les représentations, la notion de la morale, le rapport intime à l'alcool du médecin et sa vision de son propre rôle. Le témoignage des alcoologues a permis d'entrevoir une vision différente de ces mêmes facteurs. Ils proposaient principalement aux médecins généralistes un travail de questionnement sur soi à propos de leur rapport à l'alcool, de leur métier, du patient, de l'autre en général.

    Conclusion : Ce travail a permis d'entrevoir, au travers des freins dits "secondaires", des leviers pour agir et améliorer la prise en charge des patients mésusant l'alcool. Se concentrer sur le médecin lui-même et non sur le sujet "alcool" serait une piste pour lever les barrières qui perdurent malgré les formations.

  • État des lieux et conséquences de la permanence des soins ambulatoires dans le département de la Charente-Maritime    - Pillet Virginie  -  05 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : la Permanence Des Soins Ambulatoires (PDSA) est une mission de service public, qui assure à la population le recours à un médecin en dehors des heures d'ouverture des cabinets médicaux ; et ce pour les actes non urgents. Elle a connu de nombreuses évolutions depuis 2001/2002 suite à la grève des tours de garde. Elle s'est depuis fondée sur deux principes : le volontariat et la rémunération forfaitaire de ses acteurs. A l'étage national, de nombreuses problématiques y sont liées : baisse du nombre d'effecteurs, désaffection des médecins de certains créneaux horaires de garde, régulation insuffisamment déployée, méconnaissance des usagers, rémunération critiquée et enfin problème des actes médico-administratifs. En réponse, des propositions ont été faites : incitations financières, modification de la rémunération et notamment celle des actes médico-administratifs, information du grand public, mise en place d'un numéro dédié à la PDSA.

    Objectifs : l'objectif de cette thèse est d'établir un état des lieux de la PDSA dans le département de la Charente-Maritime. Méthode : nous avons recueilli l'organisation de la PDSA dans le département puis recueilli et évalué les données d'activité et de coût des années 2012 à 2015 auprès de l'ISPL et de l'ARS du département.

    Résultats : l'organisation de la PDSA en Charente-Maritime est similaire à la PDSA nationale. Elle a pour particularité de ne pas avoir d'effecteur en nuit profonde sauf pour un secteur, qui est professionnalisé via la présence de SOS-médecins. L'effection de soirée est en franche diminution du fait de la faible activité. L'effection de week-ends et jours fériés est présente sur tout le département. Les Maisons Médicales de Garde (MMG) sont nombreuses. L'activité globale est en augmentation, et la part d'activité professionnalisée est majeure. Son coût reste stable, mais risque d'augmenter du fait de l'activité professionnalisée. Discussion : l'évolution de l'activité est optimisée ; l'activité est en augmentation mais le coût semble maîtrisé. La PDSA professionnalisée est inflationniste de l'activité de PDSA dans le département.

    Conclusion : pour continuer l'analyse de la PDSA sur le département il serait nécessaire de comparer son activité à celle d'autres départements. Enfin un suivi semblerait utile pour analyser l'impact de la réforme des régions, et l'impact des évolutions à venir.

  • Évaluation de l'équipement matériel nécessaire à la réalisation d'un FCU dont disposent des médecins généralistes installés en cabinet libéral et de l'impact sur l'observance du FCU chez leurs patientes : enquête sur une population de médecins généralistes installés en Poitou-Charentes et leurs patientes    - Rochereau Fanny  -  04 avril 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Actuellement en France, seulement 10% des FCU sont réalisés par des médecins généralistes, et certaines femmes ne savent pas qu'un médecin généraliste peut réaliser cet acte. Cela peut concourir en partie au faible taux de couverture globale du dépistage, estimé à 56,6%. Les conditions actuelles d'exercice ne facilitent pas la réalisation d'actes comme le FCU en cabinet de médecine générale, le manque de temps étant la difficulté la plus citée. Les problèmes matériels sont également évoqués, mais peu d'études se sont intéressées spécifiquement à l'équipement des cabinets de médecine générale. Nous avions alors émis cette hypothèse : l'observance du FCU serait meilleure chez les patientes dont le médecin traitant possède le matériel nécessaire pour réaliser des FCU, alors que les médecins les moins équipés aurait une patientèle moins à jour de leur FCU.

    Objectifs : L'objectif principal de l'étude était d'évaluer l'équipement matériel nécessaire à la réalisation d'un FCU dont disposent des médecins généralistes installés en cabinet libéral et l'impact sur l'observance du dépistage du CCU par FCU chez leurs patientes. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer la connaissance des patientes sur la pratique du FCU par leur médecin traitant et d'analyser d'autres facteurs associés à l'observance des patientes vis-à-vis du dépistage du CCU (critères sociodémographiques/économiques des patientes, supports éducationnels au cabinet du médecin traitant).

    Matériel et méthode : Nous avons mené une étude transversale analytique comparative, par voie électronique, auprès de 55 internes en SASPAS ou médecins généralistes remplaçants en Poitou-Charentes. À partir de leurs réponses, deux populations ont été incluses : un échantillon de 55 médecins généralistes installés en cabinet libéral et un échantillon de 253 patientes éligibles au dépistage du FCU selon les recommandations nationales actuelles. Chez les médecins, les données recueillies concernaient leurs caractéristiques démographiques, les équipements retrouvés au cabinet, l'intuitivité du logiciel informatique et la mise à disposition de supports éducationnels pour les patientes du cabinet. Chez les patientes, les données recueillies concernaient leurs caractéristiques sociodémographiques et économiques, leur dernier FCU et leur connaissance sur la pratique du FCU par leur médecin traitant. Les médecins ont été classés dans trois groupes d'équipement définis selon un score (équipement optimal/équipement insuffisant/pas d'équipement). Pour les analyses statistiques comparatives, deux groupes ont été comparés : groupe « équipement complet » versus groupe « équipement incomplet ». Les analyses ont été basées sur ces deux groupes pour tester les associations entre le niveau d'équipement et l'observance du FCU des patientes / la connaissance des patientes sur la pratique du FCU par leur médecin traitant.

    Résultats : Si 43,6% des médecins étaient équipés de façon optimale, 14,8% d'entre eux ne possédaient pas du tout d'équipement permettant de réaliser un FCU. L'exercice en milieu rural et la fonction de MSU étaient associés à un équipement optimal (p<0,05). Le niveau d'équipement n'avait pas d'impact sur l'observance du FCU des patientes (p>0,05) et la proportion de patientes « à jour » était équivalente entre les groupes « équipement complet » et « équipement incomplet » (respectivement 46,4% et 45%). Les FCU à jour étaient davantage réalisés par le médecin traitant lorsque celui-ci possédait un « équipement complet » ; à contrario, les FCU à jour et réalisés par un autre praticien étaient plus nombreux dans le groupe « équipement incomplet » (p=0,002). Les patientes affirmaient davantage que leur médecin traitant réalisait des FCU quand celui-ci était équipé (p=0,008). Le taux de couverture global du dépistage s'élevait à 60,5%. La majorité des FCU avaient été réalisés par un gynécologue (65,5%) ; la part réalisée par des médecins généralistes représentait 25,4%. Ni les facteurs sociodémographiques/économiques des patientes ni la disponibilité de supports éducationnels au cabinet des médecins généralistes n'étaient associés à l'observance du FCU (p>0,05).

    Discussion : Cette étude n'a pas permis de vérifier l'hypothèse initiale. L'absence d'équipement complet ne semble pas être un obstacle à l'observance des patientes. Le défaut de pratique du FCU par les médecins généralistes reste un problème complexe, lié à des freins propres aux patientes et aux médecins. En vue de la généralisation du DO du CCU prévue en 2018, cette étude permet de proposer plusieurs axes pour renforcer l'implication des médecins généralistes dans ce dépistage : sensibilisation et rappel des recommandations, revalorisation des actes de prévention, meilleure coordination entre les différents acteurs impliqués et campagne d'information auprès de la population féminine en insistant sur la possibilité de faire réaliser leur FCU par un médecin généraliste.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales