Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1513 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 41 à 50
Tri :   Date travaux par page
  • Identification des freins à la coopération interprofessionnelle entre médecins généralistes et infirmières ASALEE en Charente    - Vezien Céline  -  29 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'association ASALEE est un protocole d'expérimentation en France permettant une délégation de tâches entre médecins généralistes et infirmières ayant débuté en 2004. Le transfert de compétences concerne des actes de santé publique tels que la prévention primaire, le suivi de pathologies chroniques et autres actes dérogatoires. Après avoir constaté une disparité du nombre de patients adressés par chaque médecin à l'IDE ASALEE et une inégalité dans la répartition de tâches dont celle-ci a la compétence au sein d'une maison de santé du Nord Charente,une recherche a été initiée pour identifier les freins à la coopération interprofessionnelle entre les médecins généralistes et les IDE ASALEE.

    Matériels et méthodes : Une étude qualitative a été réalisée auprès de médecins de Charente recevant une IDE ASALEE au sein de leur cabinet médical. La saturation des données a été atteinte après 16 entretiens semi-dirigés enregistrés et retrancrits le plus fidèlement possible. L'encodage des verbatims a été réalisé à l'aide du logiciel Nvivo 11 et a donné lieu à une triangulation.

    Résultats : Les médecins généralistes interrogés mettent en évidence de nombreux freins dans leur collaboration avec l'IDE ASALEE. Les principaux retrouvés sont : -Un problème d'organisation se traduisant par le manque de matériel, le manque de locaux ou par des rendez-vous non honorés. -La difficulté à retrouver un bénéfice pour le médecin dans certains protocoles notamment BPCO et toubles de la mémoire. -L'absence de besoins ressentis par le médecin d'adresser le patient en consultation à l'IDE ASALEE et le manque de nécessite par le patient de rencontrer l'infirmier(ère). -L'abandon du suivi ASALEE par le patient après plusieurs consultations. -Le manque de temps pour échanger au sujet des patients avec l'IDE ASALEE . Cependant les médecins sont satisfaits de leur coopération avec l'infirmier(ère) qu'ils considèrent comme complémentaire dans la prise en charge des patients. Ils mettent en avant une amélioration du suivi et une libération du temps médical. De nouvelles compétences sont proposées par les médecins comme des consultations d'addictologie, le suivi de l'asthme ou encore le sevrage tabagique.

    Conclusion : Cette étude montre que les médecins généralistes sont satisfaits de leur coopération avec l'IDE ASALEE, mais malgré tout il persiste des freins provenant des médecins eux-mêmes ou des patients ce qui limite une collaboration optimale.

  • Apichatpong Weerasethakul ou le cinéma réincarné    - Manceau Thomas  -  28 juin 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce travail de recherche consiste en une étude de la réception cinématographique. A partir d'un corpus de trois films réalisés par le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, il propose un modèle spectatoriel singulier, fondé sur l'analyse des propriétés hypnotiques du dispositif cinématographique et de ses fonctions mémorielles

  • Proposition d’un protocole pour le transport des médicaments thermosensibles à la rétrocession hospitalière du CHU de Poitiers    - Loricourt Laura  -  28 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Certains médicaments se conservent exclusivement à une température comprise entre +2°C et +8°C. Ce sont des médicaments thermosensibles.

    De la fabrication à la dispensation ces médicaments, les professionnels respectent des référentiels stricts afin de garantir la chaine du froid. Cependant, après la dispensation du médicament, le patient ne dispose d’aucun référentiel sur le transport de son médicament jusqu’à son domicile.

    De manière générale, les patients se procurent leurs médicaments à l’officine la plus proche de leur domicile. Or, certains médicaments nécessitant un suivi spécifique ne sont délivrés que dans les pharmacies hospitalières autorisées à la rétrocession. Seule une poignée d’établissement sont autorisés à effectuer cette activité. C’est pourquoi, certains patients habitent à plus de 2 heures de distance de ces établissements. L’enjeu du transport de médicaments thermosensibles est alors encore plus difficile à garantir.

    L’objectif de cette thèse est donc d’apporter des solutions sur les modes de transports possibles des médicaments thermosensibles et plus particulièrement pour les patients qui fréquentent le CHU de Poitiers.

  • Arthroplastie totale de hanche par voie antéro-latérale mini-invasive de Röttinger : étude préliminaire à propos de 100 cas et revue de la littérature    - Pic Jean-baptiste  -  28 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Actuellement l'arthroplastie totale de hanche est l'intervention la plus pratiquée en orthopédie. Les résultats cliniques fonctionnels sont jugés très satisfaisants. L'évolution des techniques chirurgicales a pour objectif d'améliorer la vitesse de récupération, la durée d'hospitalisation, la durée d'incapacité sans négliger la qualité de la pose des implants. Ainsi il y a une démocratisation des techniques mini-invasives dont la voie antéro-latérale de Röttinger. L'objectif de l'étude était de rapporter les résultats cliniques et radiologiques d'une série mono-centrique d'arthroplastie totale de hanche par voie de Röttinger pour coxarthrose ou fracture et de la comparer aux séries de la littérature.

    Matériel & méthodes : Cette étude rétrospective, monocentrique, observationnelle a concerné 100 hanches de 100 patients différents (59 hommes, 41 femmes, âge moyen : 74,8 ans) opérés entre 2010 et 2017. Les critères d'évaluations cliniques étaient : la durée opératoire et d'hospitalisation, le saignement per et post opératoire, le délai avant la reprise de la marche, le score de Postel Merle d'Aubigné (PMA) à 45 jours et à 1 an, la prise d'antalgiques, la taille des cicatrices à per opératoire et 45 jours. Radiologiquement ont été mesuré le degrés d'inclinaison des cotyles, l'axe des tiges fémorales et la longueur des membres inférieures. Les résultats étaient évalués à 45 jours et 1 an post opératoire.

    Résultats : La durée opératoire moyenne était de 71,2 minutes (64-100), et d'hospitalisation de 8,9 jours (5-14). Le saignement per opératoire était en moyenne de 245 mL (100-350) et de 757 mL (510-1003) en post opératoire. La marche était reprise avec appui complet en moyenne à 2,4 jours (1-4). Les scores PMA à 45 jours et 1 an étaient respectivement de 16,7 (13-18) et 17,4 (14-18). L'analgésie complète était obtenue en moyenne à 2,2 jours (0-4) de l'intervention. La taille des cicatrices opératoires évoluait de 8,7 cm (5,5-12) à 7,8 (5,2-11,7) du per opératoire au 45ème jour. Radiologiquement le degrés d'inclinaison moyen des cotyles était de 45,9° (36-60), l'axe des tiges fémorales était de 2° (-2-6) et la moyenne de l'inégalité de longueur de membre était de 4,6 mm (-11,7-7,8).

    Conclusion : Les résultats fonctionnels et radiologiques de cette série sont satisfaisants à court et moyen terme et comparables à ceux de la littérature. La voie d'abord de Röttinger à une courbe d'apprentissage rapide permettant une fiabilité de l'arthroplastie pour coxarthrose mais aussi après fracture cervicale vraie du col fémoral. La diminution du taux de luxation et de boiterie en font une technique de référence. Ce travail pourrait être complété par une étude prospective comparative, randomisée avec un suivi à long terme, utilisant le système EOS ® pour la planification et l'évaluation du positionnement des implants.

  • Facteurs individuels et organisationnels associés à un indice de performance de la durée moyenne de séjour élevé, à l'échelle d'un service d'hospitalisation complète : Service de pneumologie, Centre hospitalier de Niort    - Loustaunau Emmanuelle  -  27 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Un service hospitalier avec un IP-DMS supérieur à 1 représente un déficit budgétaire potentiel pour l'établissement. Le service de pneumologie du CH de Niort présentait un IPDMS de 1,22 en 2015. L'objectif est d'identifier les facteurs de risque de séjour de durée supérieure à la DMS, à l'échelle de ce service.

    Méthodes : Les séjours inclus étaient relatifs à des hospitalisations complètes en pneumologie, hors soins palliatifs, avec ou sans passage en UHCD, avec une date de sortie comprise entre le 01/01/2013 et le 31/12/2015. Ils ont été répartis en deux strates : pneumologie hors cancérologie respiratoire (strate 1) et cancérologie du système respiratoire (strate 2). Dans chaque strate, les facteurs associés à un dépassement de la DMS nationale ont été recherchés via une régression logistique.

    Résultats : L'analyse a porté sur 2 728 RSS. Dans la strate 1, la DMS était de 9,83 jours avec un IP-DMS de 1,19. Dans la strate 2, elle était de 3,91 jours avec un IP-DMS de 1,04. En analyse multivariée, le facteur significativement associé à un dépassement de la DMS nationale dans les deux strates, était la sortie par transfert ou mutation (strate 1 : RC=2,18 ; IC 95 % = [1,57 ; 3,02] ; strate 2 : RC=4,34; IC 95 % = [2,29 ; 8,23] pour les patients âgés de 66 ans ou moins, RC=2,26 ; IC 95 % = [1,04 ; 4,90] pour les patients âgés de plus de 66 ans). Les journées d'attente de convalescence en SSR étaient à l'origine d'un manque à gagner estimé à 273 895 euros, en 2015.

    Conclusion : La sortie par mutation ou transfert constitue un facteur de risque de séjour long. Le déficit budgétaire engendré pourrait être réduit par la mise en place d'un financement à l'épisode de soins.

  • Impact d'une hospitalisation en médecine interne sur les traitements chroniques des patients : étude prospective menée au Centre Hospitalier Nord Vienne de Châtellerault en 2016    - Foulon Julie  -  27 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La polymédication est souvent légitime, mais parfois inappropriée, et dans tous les cas, comporte des risques d'interactions médicamenteuses avec effets indésirables. L'hospitalisation, évènement souvent inévitable dans la vie d'un individu, est propice à des changements dans les traitements chroniques des patients. Beaucoup d'études ont été réalisées dans des services gériatriques. Notre étude a évalué ces modifications dans un service de médecine interne.

    Matériel et méthodes : Nous avons inclus 114 patients, âgés en moyenne de 70 ans, hospitalisés dans le service de médecine interne du centre hospitalier de Châtellerault entre le 1er juillet et le 30 septembre 2016. Nous avons comparé les ordonnances d'entrée et de sortie en classant les modifications selon qu'ils s'agissent d'arrêts, d'introductions ou de modifications de posologie d'un traitement chronique. Nous avons ensuite vérifié la présence de l'explication de ces changements dans les comptes rendus d'hospitalisation. Enfin, nous avons observé le maintien des modifications par le médecin généraliste à 2 mois de leur séjour hospitalier.

    Résultats : 61% des patients ont subi des changements de leur traitement chronique à l'occasion de leur hospitalisation. Ce taux était encore plus élevé chez les patients de 75 ans et plus : 71%. Il s'agissait d'arrêts de médicament dans la moitié des cas. La classe des médicaments cardiovasculaires a été la plus impactée par les arrêts (39% des arrêts), surtout chez les personnes âgées. Les médicaments les plus introduits étaient les antidiabétiques (22% des introductions) puis les médicaments du sang et des organes hématopoïétiques (17%), surtout les antianémiques (10%). Cette réévaluation a diminué de façon significative le nombre de prescriptions chez les patients de 75 ans et plus, passant de 6,2 à 5,7 (p=0.0434). Cependant, seuls 78% des changements étaient explicités dans le compte rendu hospitalier. Les benzodiazépines étaient la classe qui subissait le plus de modifications non expliquées. 89% des changements thérapeutiques étaient suivis par le médecin généraliste lors de l'évaluation 2 mois après la sortie. Le maintien était d'autant plus important que les changements étaient expliqués dans le courrier de sortie (p=0.007).

    Conclusion : Cette étude montre que l'hospitalisation est un moment privilégié d'observation qui permet une réévaluation du traitement chronique avec un allègement de l'ordonnance chez les personnes âgées. Nous retrouvons une cohérence des soins entre ville-hôpital assurée par le courrier de sortie. Sa qualité comme outil communiquant est primordiale.

  • Entretiens pharmaceutiques pour les patients asthmatiques : un bilan mitigé : enquêtes auprès des patients et des pharmaciens    - Rosa Lydie  -  26 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En France, 3,5 millions de personnes sont asthmatiques et ce chiffre est en constante augmentation. Parmi eux, seulement 13% sont observants.

    En 2014, l’Assurance maladie a mis au point un dispositif pour d’une part aider les patients à acquérir de nouvelles compétences sur leurs traitements ou leur maladie, mais aussi d’autre part pour placer le pharmacien au coeur du système de santé et faire de l’éducation thérapeutique une nouvelle mission à laquelle le pharmacien doit désormais accorder plus d’importance. Avec les différentes enquêtes menées nous avons pu voir que certains obstacles diminuent l’intérêt des pharmaciens pour ce dispositif. Il s’agit notamment du recrutement des patients, de la rémunération, des critères de recrutement des patients et de l’enregistrement trop administratif de l’entretien.

    Concernant les patients asthmatiques, 100% d’entre eux ne connaissent pas l’existence de cet accompagnement gratuit et personnalisé qu’est l’entretien, et seulement 26% d’entre eux seraient intéressés pour en effectuer un. Ces entretiens peinent à se mettre en place et le bilan est mitigé. Plusieurs solutions sont possibles pour améliorer ce dispositif mais sans l’implication des pharmaciens il sera difficile d’y parvenir.

  • Déficit de consultation en oncogénétique pour le dépistage du syndrome de Lynch dans la région Poitou-Charentes : une analyse des pratiques à l'aide d'un formulaire de type Connaissances - Attitude – Pratique    - Chanet Marie  -  26 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le syndrome de Lynch (SL), maladie autosomique dominante prédisposant à de nombreux cancers est reconnue depuis plus d'un siècle. De multiples études font état d'un diagnostic encore sous optimal. Nous avons d'abord voulu démontrer la réalité du déficit en consultation d'oncogénétique dans ce cadre dans la région Poitou-Charentes. Puis nous avons tenté d'appréhender la responsabilité médicale dans le sous diagnostic du SL.

    Méthode : Nous avons appliqué les critères d'éligibilités à la consultation d'oncogénétique proposés par l'INCa, à l'ensemble des patients ayant eu un test d'instabilité des microsatellites sur la plateforme de cancérologie biologique du CHU de Poitiers de 2012 à 2014, et avons vérifié si les patients suspects en avaient bénéficié. Ensuite, à l'aide d'un questionnaire de type CAP (Connaissance, Adaptation et Pratique), nous avons évalué les connaissances et pratiques des médecins spécialistes de la région dans le cadre du SL.

    Résultat : 69 patients étaient éligibles à une consultation génétique. 30 l'ont eu dont 11 porteurs du SL. Sur 324 médecins sollicités, 48 ont rempli le questionnaire. 4 (9%) avaient une parfaite connaissance des critères devant amener à la réalisation des tests de dépistages. 30 (63%) savaient interpréter leurs résultats. Au total, 3 praticiens seulement (6%) n'ont fait aucune erreur.

    Discussion : Il existe un important sous diagnostic du SL dans la région Poitou-Charentes. Une responsabilité médicale est indéniable avec un manque de connaissances portant sur le pré-analytique (sélection des patients) comme le post-analytique (interprétation des tests de dépistages). Une dissolution des responsabilités était également objectivée. Plusieurs solutions, issues de la littérature internationale, peuvent être proposées : dépistage universel, signalisation des cas suspects par les laboratoires et implication des conseillers en génétique.

  • Rôle du département Market Access et évaluation médico-économique dans la réponse d'un laboratoire pharmaceutique face à une urgence de santé publique: exemple de la réponse de Sanofi Pasteur face à l'épidémie de virus Zika    - Vuong Edouard  -  23 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Face à l'épidémie de Zika qui sévit en Amérique du Sud depuis 2015 et l’explosion du nombre de cas de microcéphalie liée au virus, l’Organisation mondiale de la santé a décrété le 1er février 2016 que la propagation du virus constituait une urgence de santé publique de portée internationale.

    Fort de la mise sur le marché du premier vaccin contre la dengue, Sanofi Pasteur a décidé de mettre à profit son expertise dans le domaine des maladies infectieuses et des flavivirus afin de mettre au point un vaccin contre ce virus dans les plus brefs délais. Le rôle du Market Access et de l’Evaluation médico-économique est central dans la réponse du laboratoire. Ses activités viennent soutenir le développement clinique du vaccin en contribuant à la définition d’un profil produit optimal en termes de valeur et d’impact en santé publique.

    Dans cette démarche, un modèle médico-économique a été développé par le département sur la situation épidémiologique du Brésil.

  • Facteurs pronostiques des patients avec métastases cérébrales de cancers colorectaux    - Roussille Pauline  -  23 juin 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'incidence des métastases cérébrales de cancers colorectaux est d'environ 2 à 3%. Au diagnostic de la métastase cérébrale, le pronostic de ces patients est sombre. L'objectif principal de cette étude était d'évaluer les facteurs pronostiques des patients avec métastases cérébrales de cancers colorectaux.

    Matériels et Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective multicentrique réalisée entre 2000 et 2017 chez 337 patients atteints de métastases cérébrales de cancers colorectaux. La survie globale au diagnostic des métastases cérébrales était le critère de jugement principal. Les facteurs pronostiques ont été évalués en analyse univariée (test du log rank) et en analyse multivariée (modèle de Cox).

    Résultats : La médiane de survie globale au diagnostic des métastases cérébrales était de 4,8 mois [IC95% 4,0-5,8]. En analyse multivariée, les facteurs de bon pronostic étaient un âge jeune (p=0,02), un statut OMS à 0 -1 (p<0,0001), une métastase cérébrale unique (p<0,0001) et un nombre faible de lignes de chimiothérapies avant le diagnostic des métastases cérébrales (p=0,0003). Il y avait 31,8% des patients qui avaient été initialement opérés de leur MC et 75,6% avaient été irradiés (irradiation de l'encéphale in toto et/ou radiothérapie en conditions stéréotaxiques). En analyse univariée, les patients opérés des métastases cérébrales comparativement aux patients non opérés avaient une survie globale supérieure (12,4 mois [IC95% 2,8-3,6] versus 3,3 mois [IC95% 9,7-16,2], p<0,0001).

    Conclusion : La survie globale au diagnostic des MC de CCR est courte cependant il y a une hétérogénéité entre les patients en fonction des facteurs pronostiques. Les patients jeunes, avec un statut OMS à 0-1, une métastase cérébrale unique et peu de lignes de chimiothérapies avant le diagnostic des métastases cérébrales avaient une survie globale prolongée.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales