Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Migeot Virginie

Migeot Virginie

Les travaux encadrés par "Migeot Virginie"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
5 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 5
Tri :   Date travaux par page
  • Promotion de la santé mentale chez les étudiants en santé : l'expérience de la Faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers    - Enard Ronan  -  18 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Plusieurs enquêtes menées chez les étudiants en santé montrent qu'ils sont en souffrance. En effet ces enquêtes mettent en avant un niveau de burnout, d'anxiété et de dépression plus important que la population générale.

    L'objectif principal de notre étude était d'évaluer le bien-être chez les étudiants en santé et secondairement de savoir si celui-ci était lié ou non avec le burnout, la dépression, l'anxiété et la consommation de toxiques.

    Le score moyen de bien-être était de 48,87 et la médiane de 49,50 chez les 292 répondants à notre étude. Le risque de burnout concernait 24% des répondants, 17% avaient un risque faible, 5% moyen et 2% sévère. L'anxiété était présente chez 39% des étudiants ayant répondu et la dépression chez 7%. Nombreux étaient les étudiants à avoir expérimenté la consommation de divers toxiques : 78% avaient déjà expérimenté l'alcool, 52% le tabac, 37% le cannabis, environ 3% les drogues stimulantes, les hallucinogènes et les opiacés, enfin environ 1,4% avaient déjà consommé de la cocaïne ou un dérivé et 0,7% des nouveaux produits de synthèse.

    Il n'y avait pas de différence statistiquement significative du bien-être en fonction du sexe, de l'âge, du statut matrimonial, de la parentalité, de l'année dans la formation ou de la réussite au concours. Mais il existait une différence en fonction de la formation, les étudiants en PACES semblaient avoir un score plus faible de même que les étudiants en orthophonie. Il existait une corrélation significative entre le bien-être et le burnout dans son ensemble mais aussi avec chacune des sous-échelle. Le bien-être était inversement corrélé avec l'anxiété et la dépression. Il ne semblait pas exister de lien entre le bien-être et la consommation d'alcool, de tabac, et de psychotropes.

    La pratique d'une activité sportive ou culturelle améliorait significativement le score de bien-être cependant seulement un tiers des étudiants en pratiquait une.

    Dans ce contexte, la faculté de Médecine et de Pharmacie de l'université de Poitiers a mis en place un chœur d'étudiants dont les répétitions ont eu lieu au sein du pôle régional de cancérologie, où elles ont pu bénéficier indirectement aux personnels soignants et aux patients. Les retours des participants et des spectateurs (professionnels et patients) sont encourageants et appellent à poursuivre cette initiative.

  • La culture de sécurité des soins au pôle régional de cancérologie : impact d'une journée de formation en équipe interprofessionnelle    - Morineaud Clothilde  -  03 septembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En cancérologie, les équipes médicales, paramédicales et pharmaceutiques, travaillent de concert. Le travail d'équipe est donc le fruit d'un effort quotidien. Pourtant, des événements indésirables surviennent encore dans ces équipes très performantes. En effet, celles-ci sont localisées dans des secteurs variés, chacun avec ses spécificités et ses objectifs de soins, utilisant parfois des modes de communications différents. Le but de cette étude était de créer et de développer une modèle mental commun à tous les professionnels du pôle régional de cancérologie sur la culture de sécurité des soins, en se basant sur leurs représentations.

    Méthode : Un programme d'une journée de formation inter-professionnelle a été imaginé pour le Centre hospitalier universitaire de Poitiers. Ce programme s'est déroulé de décembre 2017 à mai 2018. La culture de sécurité des soins à l'hôpital a été évaluée par la version française du HSOPSC puis ré-évaluée à 3 mois. Un Photolangage® a été utilisé pour faire ressortir les représentations et croyances des participants sur ce thème. Un jeu de rôle et de brefs points théoriques sur la thématique ont ponctué la journée. Des analyses qualitatives et quantitatives des résultats ont été réalisées.

    Résultats : Un total de 63 professionnels de santé, toutes catégories confondues, ont participé à 4 journées de formation indépendantes. L'évaluation de la satisfaction du programme était élevée (4/4 sur une échelle de Likert). La possibilité d'échanger sur les pratiques professionnelles de chacun, ainsi que de mieux comprendre le travail des uns et des autres a été mise en avant, particulièrement au moment du Photolangage®. Bien que la culture de sécurité ait été décrite comme acceptable, les 10 dimensions mises en avant par le questionnaire HSOPSC variaient grandement en fonction des catégories professionnelles.

    Conclusion : Cette étude est la première dans un service de cancérologie français à promouvoir la communication et l'assertivité en travaillant sur les représentations en équipes interprofessionnelles.

  • Promotion de la réussite des étudiants en médecine : rôle de la faculté dans l'instauration des conditions favorables à leur motivation et à leur bien-être    - Naoufal Élise  -  28 avril 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : À la faculté de médecine de Poitiers comme ailleurs, les étudiants en médecine rencontrent des difficultés au cours de leur cursus qui entravent leur réussite tant académique que professionnelle. Ces difficultés peuvent se manifester par une baisse de leur motivation et de leurs performances académiques et parfois même par un décrochage universitaire tardif. Malgré cette problématique, aucun programme d'aide et d'accompagnement des étudiants n'était proposé à la faculté ; un dispositif de soutien pédagogique, le COMe'IN, a alors été créé en septembre 2014 pour répondre à ce besoin et promouvoir la réussite des étudiants. Il reposait sur un postulat qui supposait que l'instauration de conditions favorables au soutien et au renforcement de la motivation contribuerait à promouvoir leur bien-être et leur réussite. L'objectif de ce travail était de réaliser une analyse critique de ce dispositif au regard des apports de la littérature.

    Méthodologie générale : Afin de répondre à l'objectif posé, la partie « Résultats » a été consacrée à la présentation du dispositif, des principales actions menées au cours de la phase test (septembre 2014 - novembre 2015) et des perspectives envisagées à court et moyen termes. La partie « Discussion » a permis de confronter le dispositif aux théories de la motivation et aux implications pratiques qu'elles sous-entendent. Le rôle de la faculté dans la mise en place d'un tel programme a également été appréhendé en analysant les attentes prescrites par l'accréditation, la responsabilité sociale des facultés de médecine et les compétences génériques des étudiants en médecine.

    Résultats : Le dispositif COMe'IN avait pour objectif d'améliorer le bien-être et la motivation des étudiants en médecine tout au long du cursus afin de favoriser leur réussite académique et professionnelle. Il était ouvert à l'ensemble des étudiants de la faculté et était structuré autour de trois axes : 1) Soutien du bien-être des étudiants en replaçant la faculté de médecine dans son ambition d'être un lieu de vie 2) Soutien de la motivation des étudiants par des temps d'information directement liés à leurs perspectives professionnelles 3) Accompagnement des étudiants en difficultés. La phase test a servi à mobiliser les acteurs et partenaires autour de cette initiative. Les principales actions menées durant cette période (forum des carrières, table ronde sur la gestion du stress, ateliers de sophrologie) ont rencontré un franc succès auprès des étudiants et personnels de la faculté et révélé que le COMe'IN répondait à un réel besoin d'accompagnement des étudiants. Cette phase a démontré l'acceptabilité et la faisabilité du projet. Les perspectives s'orientaient vers la structuration du dispositif grâce à une implication plus importante des acteurs au sein de la faculté et vers la mise en place d'interventions visant à répondre aux difficultés académiques et professionnelles mises en évidence par les études réalisées lors de cette phase.

    Conclusion : La confrontation du postulat à partir duquel avait été pensé le dispositif COMe'IN à la théorie de l'autodétermination a permis de montrer que ce dispositif reposait sur un fondement théorique bien établi. Les implications pratiques de cette théorie ont permis d'émettre des préconisations pour les interventions à mettre en place dans le cadre de ce dispositif. Elles concernaient notamment les questions du développement professoral et la formation des enseignants, les méthodes et approches pédagogiques, l'aide des étudiants en difficultés et l'importance de l'évaluation de l'environnement. Au regard des attentes de l'accréditation, de la responsabilité sociale et des compétences génériques, il apparaît que la mise en place de ce projet relève bien du rôle de la faculté de médecine. Ainsi, COMe'IN répond au besoin d'accompagnement des étudiants en médecine au cours de leur parcours. La promotion de la réussite globale des étudiants nécessite une approche systématique impliquant toute l'institution et des interventions sur l'ensemble de l'environnement éducatif. Le développement du sentiment d'appartenance et le rapprochement des liens entre étudiants et faculté apparaissaient primordiaux. Former des professionnels compétents et épanouis représente un enjeu majeur pour l'étudiant, la faculté et la société ; cette démarche s'intègre par conséquent dans le cadre de la promotion de la santé.

  • Évaluation de la connaissance et de l'utilisation du dispositif de permanence des soins ambulatoires par la population de la Vienne    - Poupin Laure  -  12 mai 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Dans le département de la Vienne depuis mars 2013, le numéro « 15 » est le numéro unique de régulation de la permanence de soins ambulatoires. Cependant le dispositif apparaît mal connu de la population. L'objectif de cette étude était d'évaluer l'état des connaissances de la population de la Vienne sur ce dispositif actuel.

    Matériel et méthode : 320 questionnaires ont été distribués dans 8 salles d'attentes de cabinets de médecins généraliste tirés au sort dans le département de la Vienne, du 14 mars 2015 au 30 mars 2015.

    Résultats : 115 questionnaires ont été exploités. La moyenne d'âge est de 45,8 ans, il y a 66,7 % de femmes. En cas de problème médical urgent vécu, 27% ont contacté leur médecin traitant, et 25% le 15. Ils sont 67% à vouloir appeler le 15 en cas de problème médical aux heures de PDSA (permanence des soins ambulatoires). 47% ont entendu parler des maisons médicales de garde et 28% y ont déjà consulté un médecin. Le numéro 15 est un numéro d'appel pour les urgences vitales pour 86% d'entre eux.

    Conclusion : le dispositif de permanence des soins ambulatoires est partiellement connu de la population. Il faudrait poursuivre la campagne d'information de la population sur le numéro de régulation « 15 ».

  • Effet du contexte socio-économique sur la relation entre l’exposition des femmes enceintes à un mélange de perturbateurs endocriniens via l’eau potable et la prévalence d’enfants de petit poids pour l’âge gestationnel    - Limousi Frédérike  -  20 septembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Le petit poids de naissance conditionne l’état de santé des enfants à court et long terme. Il est influencé par de nombreux facteurs dont des facteurs environnementaux et socioéconomiques, qui peuvent interagir et être à l’origine d’inégalités écologiques.

    Objectif : Explorer l’influence du contexte socioéconomique sur la relation entre l’exposition des femmes, au deuxième trimestre de grossesse, à un mélange de nitrates et métabolites de l’atrazine dans l’eau potable, et le petit poids ajusté sur l’âge gestationnel (PPAG).

    Méthodes : Une étude de cohorte rétrospective a été menée dans le département des Deux- Sèvres entre 2005 et 2010 à partir des certificats de santé des enfants et des mesures de nitrates et de pesticides réalisés en routine au niveau des unités de distribution d’eau. La déprivation matérielle du contexte a été caractérisée à l’échelle des plus petites zones de recensement (IRIS), grâce à la construction de l’indice de Townsend à partir des données du recensement des populations.

    Résultats : La relation entre l’exposition à des doses moyennes de nitrates seuls et le risque de PPAG était modifiée par le contexte socioéconomique. Seules les femmes résidant dans les IRIS les plus favorisés avaient un risque significativement accru de PPAG si elles étaient exposées à des doses moyennes de nitrates sans métabolites de l’atrazine, comparées aux femmes exposées à des doses faibles de nitrates sans métabolites de l’atrazine.

    Conclusion : Contrairement à ce qui était attendu, les femmes résidant dans les quartiers les plus favorisés étaient plus sensibles à la pollution de l’eau potable par des nitrates sur le risque de PPAG. Ce résultat peut s’expliquer par la compétition d’autres facteurs de risque qui seraient plus fréquents chez les femmes résidant dans les quartiers plus défavorisés.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales