Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Fauconneau Bernard

Fauconneau Bernard

Les travaux encadrés par "Fauconneau Bernard"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
16 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Assurance Qualité dans un centre de distribution pharmaceutique : concept et mise en application d’une démarche de gestion du risque    - Devaud-arnaudeau Alexa  -  25 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’industrie pharmaceutique se situe à un haut niveau de qualité dans le développement, la fabrication et la distribution des médicaments afin de satisfaire les 3 obligations incontournables de l’Autorisation de Mise sur le Marché : Efficacité – Qualité – Innocuité.

    La qualité est un secteur en constante évolution, dont le but est de s’améliorer perpétuellement au travers du développement et de l’optimisation d’outils performants. La version 2014 des Bonnes Pratiques de Distribution introduit la notion de gestion du risque et des outils d’analyse de risques sont développés dans l’International conference on harmonisation Q9 « Quality risk management ».

    L’objet de cette thèse est de présenter la réalisation d’une analyse de risques sur un des procédés critiques des sites de distribution. Elle se traduit par l’identification des risques potentiels de ce processus et leur origine ; l’évaluation de leur probabilité d’apparition ainsi que leur degré de gravité. Un plan d’actions préventives sera mis en place pour mieux maitriser le processus et améliorer la qualité du service lié au produit.

  • État des connaissances du pharmacien sur les gestes de premiers secours : enquête auprès des pharmaciens d’officine du Poitou-Charentes    - Boulet Adeline  -  05 septembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le monde d’aujourd’hui présente des risques très variés pour chaque individu (accident domestique, de la circulation, catastrophe naturelle, attentat…). En France, une minorité de la population connaît les gestes de premiers secours. L’officine, vu sa proximité et la présence de professionnels de santé qualifiés, est considérée par le public comme un lieu permettant de bénéficier de soins de première urgence. Chaque jour, plus de 4 millions de personnes en franchissent la porte et peuvent donc conduire à ce que le pharmacien soit confronté à une situation nécessitant la mise en pratique de gestes d’urgence. Dans ce contexte, une étude sur la connaissance des pharmaciens en termes de gestes de premiers secours a été réalisée au travers d’une enquête auprès des pharmaciens d’officine du Poitou-Charentes, inscrits à la section A ou D de l’Ordre des Pharmaciens. Après une présentation générale des accidents de la vie courante, des formations disponibles d’un point de vue personnel ou professionnel, des obligations et responsabilités du pharmacien dans ce domaine, un bref rappel est effectué sur les gestes de premiers secours abordés dans l’enquête. Sur les 285 pharmaciens interrogés, les résultats montrent que ceux-ci sont en capacité de réaliser les bons gestes pour les situations les plus fréquemment rencontrées à l’officine, mais révèlent également qu’un manque de réactualisation de ce savoir conduit, parfois, à ne pas mettre en oeuvre les dernières recommandations du Ministère de l’Intérieur. En conclusion, ce travail suggère deux axes de réflexion : - Le premier, vis-à-vis de la formation initiale des pharmaciens avec des apports sur la réglementation, - Le second, dans l’organisation de l’officine, par le fait qu’au moins un pharmacien soit titulaire de l’AFGSU 2 et bénéficie d’un recyclage régulier étant donné que des interventions très diverses peuvent être rencontrées à l’officine.

  • Intoxication et dépendance à la Lamaline ®    - Bourdin Marius  -  12 juillet 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Lamaline® est un médicament exclusivement français contenant trois principes actifs : le paracétamol, la poudre d’opium et la caféine. La combinaison de ces trois substances expose le patient à un risque accru d’intoxication notamment lorsque celui-ci a recours à l’auto médication. D’autre part, la poudre d’opium est susceptible d’entrainer une dépendance non négligeable chez les patients.

    Dans cette thèse chaque principe actif de la Lamaline® est analysé : mécanisme d’action, propriétés pharmacologiques, posologie, pharmacocinétique et traitement de l’intoxication. Une analyse d’un cas de patient intoxiqué à la Lamaline®, recueilli au service des urgences du CHU de Poitiers, a été effectuée.

    Enfin, une étude a été réalisée sur 51 cas récoltés sur la base nationale de pharmacovigilance (BNPV) dans lesquels la Lamaline® était impliquée.

    A travers ce travail, nous avons pu constater que le nombre de notifications dues à la Lamaline® augmente depuis ces dernières années du fait d’une prescription plus importante. D’autre part, on a pu relever que la pharmacodépendance à la Lamaline® représente la moitié des cas recueillis.

    Il sera donc du devoir du pharmacien de rappeler régulièrement au patient la posologie du médicament et le mettre en garde sur une possible accoutumance à la Lamaline®.

  • La réglisse : plante antique et plante d’avenir ?    - Lhervois Thomas  -  15 juin 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La réglisse, de son nom latin Glycyrrhiza glabra, appartient à la famille botanique des fabacées, anciennement nommée légumineuses. Le rhizome est la partie de la plante couramment utilisée pour extraire les principes actifs. Ce rhizome possède de nombreuses indications connues depuis l’Antiquité, dans différentes pathologies ORL. Le saponoside caractéristique de la réglisse, l’acide glycyrrhizique, ainsi que les flavonoïdes tels que l’isoliquiritine, la liquiritine, la glabridine, le glabrène et les autres substances actives de la réglisse présentent de nombreuses autres propriétés thérapeutiques encore à l’état de recherches fondamentales. Des études sont actuellement menées avec des dérivés de la réglisse sur des pathologies occidentales très répandues comme le diabète, la dépression et l’obésité. Les composés actifs de la réglisse sont aussi présents dans la formulation de médicaments couramment conseillés dans l’exercice officinal. L’acide glycyrrhizique est dénommé enoxolone dans les différentes spécialités pharmaceutiques actuellement commercialisées. Cette plante, employée à de fortes doses, entraine de nombreux effets indésirables, c’est pourquoi la législation impose un étiquetage particulier des produits alimentaires contenant de la réglisse.

  • Les risques liés à l'utilisation des pesticides : enquête auprès des agriculteurs du Poitou-Charentes    - Morillon Angeline  -  29 avril 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les pesticides ne sont pas des « produits anodins » Les pesticides peuvent impacter notre santé et de nombreuses études attestent aujourd’hui du lien entre exposition aux pesticides et survenue de certaines maladies : cancérogénicité, perturbations endocriniennes, troubles neurologiques. Pour limiter le risque lié à l'exposition de pesticides, les agriculteurs sont tenus de respecter des conditions d'emploi.

    Nous avons réalisé une enquête visant à évaluer le respect des bonnes pratiques d'utilisation des produits phytosanitaires par les agriculteurs, et à évaluer la connaissance des risques associés à l'utilisation des produits phytosanitaires par les agriculteurs.

    Suite à l'enquête, on peut constater que la majorité des agriculteurs mettent en oeuvre les moyens qui sont à leur disposition pour limiter le risque lié à l'usage des produits phytosanitaires. Cependant des efforts restent à faire dans la connaissance des pesticides par les agriculteurs ainsi que dans la prise de conscience de la dangerosité de ces produits.

  • Les cathinones : d'une pratique locale ancestrale aux « Bath salts »    - Gibaux Thomas  -  29 février 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le khat (Catha edulis), une plante traditionnellement utilisée en Afrique pour ses principales vertus tonifiantes et euphorisantes, renferme de la cathinone.

    Cet alcaloïde, un bêta-céto analogue de l'amphétamine présent naturellement dans le khat, a suscité un intérêt particulier dans la recherche de nouveaux traitements et très vite les fabricants de drogues s'y sont intéressés. Des cathinones de synthèse ont alors été synthétisées et ont fait l'objet de mésusages et d'abus.

    Ces dérivés de la cathinone, faisant partie des nouveaux produits de synthèse (NPS), sont vendus en tant que « Bath salts » (sel de bain) et estampillés « not for human consumption » (non destinés à la consommation humaine). Ils constituent en réalité une alternative légale aux stupéfiants tels que les amphétamines, la cocaïne ou bien la MDMA.

    Ces cathinones de synthèse, surnommées des « Legal highs » c'est-à-dire des « euphorisants légaux », profitent à l'origine d'un statut légal ambigu et sont encore pour certaines non contrôlées car non réglementées.

    En apportant de légères modifications à la structure chimique commune aux cathinones de synthèse, les fabricants contournent les législations. Ainsi, dès qu'une cathinone est rendue illégale, naissent, pour la remplacer, de nouvelles cathinones non réglementées.

    Les fabricants et distributeurs ont su attirer un vaste public en proposant un large choix de « Bath salts » comprenant entre autres la méphédrone, la méthylone et la MDPV : des cathinones de synthèse aux effets séduisants et facilement accessibles notamment sur Internet. Ainsi, depuis les années 2000, ces cathinones de synthèse ont connu un certain engouement sur le marché des drogues récréatives. En effet, au total 74 cathinones de synthèse différentes ont été recensées en 2014.

    Cette consommation grandissante n'est pas sans poser problème en matière de santé publique. L'utilisation globale de ces molécules conduit à des intoxications entraînant notamment des troubles neuro-psychiatriques, cardiovasculaires et gastro-intestinaux menant parfois au décès. Le grand public, tout comme les professionnels de santé, doit être informé des risques sanitaires engendrés par ces cathinones.

    Mieux connaître et mieux détecter les cathinones semble donc primordial pour mieux diagnostiquer et mieux traiter ces intoxications, ainsi que pour mieux légiférer et tenter de contrôler cette consommation de cathinones de synthèse devenue un enjeu de santé publique mondial.

  • Le Zolpidem : de l'usage thérapeutique au détournement    - Baijard Aurélie  -  16 octobre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le zolpidem est un hypnotique de la famille des « apparentés aux benzodiazépines ». Mieux connu sous son nom de princeps, le Stilnox®, il est commercialisé pour la première fois dans les années 1980. Indiqué dans le traitement des insomnies occasionnelles, ses conditions de délivrance ont évolué au fil du temps. En effet, son succès s’est très vite soldé par l’apparition de phénomènes de dépendance et de tolérance chez ses utilisateurs.

    Un autre phénomène explique pourquoi, aujourd’hui, le zolpidem bénéficie d’une surveillance accrue par les autorités de santé. Depuis les années 2000, le zolpidem se retrouve souvent en tête des médicaments les plus détournés en Poitou-Charentes et dans le reste de la France.

    A travers cette thèse, nous avons voulu rassembler toutes les informations disponibles actuellement pour pouvoir analyser la trajectoire de ce médicament.

    Tout d’abord, nous développerons le contexte dans lequel le zolpidem est utilisé et plus particulièrement chez le sujet âgé. Ensuite, nous nous intéresserons aux raisons qui ont poussé certains consommateurs à détourner ce médicament ainsi qu’aux mesures prises pour lutter contre ce problème.

    Enfin nous verrons que le zolpidem est un médicament qui n’a pas encore livré tous ses secrets…

  • L'envenimation par les fourmis    - Chauvin Frederic  -  31 août 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les fourmis sont des insectes sociaux, de l’ordre des hyménoptères. On en compte environs 13000 espèces. Elles possèdent différentes stratégies d’envenimation, le plus spécifique étant l’aiguillon. Selon les espèces, leur venin peut contenir, en plus des substances habituellement présentes dans les venins d’hyménoptères : un acide carboxylique (l’acide formique), des alcaloïdes, des mono et dipeptides retrouvés uniquement chez les fourmis. Les réactions engendrées à l’organisme envenimé sont d’ordres algiques, allergiques et hémolytiques. Le traitement des piqûres est actuellement un traitement symptomatique.

  • Soumission chimique en France : état des lieux en 2015    - Nallet Sabrina  -  24 août 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La soumission chimique se définit comme l'administration à des fins criminelles (viol, acte de pédophilie) ou délictuelles (violence volontaire, vol) d'un ou de plusieurs produits psychoactifs, à l'insu de la victime ou sous la menace. Elle vise à altérer la vigilance de l’individu, à le rendre plus vulnérable.

    La vulnérabilité chimique concerne les victimes ayant consommé volontairement des substances psychoactives médicamenteuses ou non (alcool, cannabis …). Elles sont alors fragilisées et plus vulnérables à une agression (agression sexuelle, vol ou violence.) Ces phénomènes prennent de plus en plus d’ampleur avec l’apparition de substances de plus en plus nombreuses et de plus en plus variées. (NPS, cathinones.)

    La drogue en tant qu’arme chimique, caractérisée par sa faculté à induire une amnésie et une sédation appartient le plus souvent à la classe des benzodiazépines, des antihistaminiques ou autres sédatifs. Le GHB est largement utilisé et l’émergence des cathinones ne cessent de faire prendre de l’ampleur à ces phénomènes.

    La prise en charge multidisciplinaire d’une victime et la conduite des enquêtes font notamment appel à des analyses (sang, urine, cheveux) permettant de mettre en évidence toute prise d’une substance, même en infime quantité. Ces analyses, effectuées à l’aide de techniques chromatographiques, ont prouvé leur extrême sensibilité et spécificité.

    L’objectif actuel vise à amplifier l’information de la population sur ces phénomènes et à mettre en place des moyens de prévention plus efficaces afin de lutter contre cette menace.

  • Dioscoride : Son Materia Medica comparé aux connaissances actuelles au travers de quelques plantes    - Garnier Carine  -  19 janvier 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Galien est considéré comme le père de la Pharmacie. Or, un siècle avant lui, Pedanius Dioscoride a rassemblé l’étude des simples dans un ouvrage de pharmacologie qui a été une révolution pour l’époque : le Materia Medica. Cet ouvrage a constitué une référence en la matière durant des siècles au cours desquels il s’est transmis et propagé.

    Cette thèse s’intéresse à cet ouvrage et aux connaissances qu’il renferme en décrivant dans la première partie les relations qu’entretenaient les grecs avec les plantes, les recherches qu’ils pratiquaient et les préparations que les médecins de l’époque concoctaient. La deuxième partie décrit comment, sur la base de ces connaissances et des travaux de Dioscoride, le livre a été structuré et en quoi il a été une révolution lui permettant de devenir une référence et de se propager pendant plusieurs siècles. La troisième et dernière partie se consacre au contenu des écrits de Dioscoride en comparant, sur quelques plantes, les savoirs grecs à l’état des connaissances actuelles.

|< << 1 2 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales