Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Ayraud-Thévenot Sarah

Ayraud-Thévenot Sarah

Les travaux encadrés par "Ayraud-Thévenot Sarah"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
22 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • La vaccination à l’officine : enquête auprès des patients    - Chretien Marion  -  20 mars 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis le succès de la première vaccination pratiqué par Jenner, les vaccins ont permis de faire reculer bon nombre de maladies infectieuses. Malgré la promotion de l’efficacité des vaccins et la promotion exercée par les professionnels de santé, la couverture vaccinale n’est toujours pas satisfaisante dans notre pays. Concernant la grippe saisonnière, les objectifs en terme de santé publique sont d’obtenir une couverture vaccinale d’au moins 75 % alors que celle-ci n’était que de 48 % en 2015-2016. Ainsi, en 2016 la décision fut prise d’autoriser une expérimentation de la vaccination anti-grippale par le pharmacien d’officine pour une durée de 3 ans. Cette mesure permet au pharmacien d’accéder à une nouvelle mission et de renforcer son rôle de professionnel de santé au service de la Santé Publique..

    Nous avons choisi dans ce travail de nous intéresser à la perception que peuvent avoir les patients sur la vaccination en général et sur cette nouvelle mission confiée à leur pharmacien. Les résultats de notre enquête révèlent que les patients interrogés ont une image plutôt très positive de la vaccination à laquelle ils adhèrent puisque 79% d’entre eux se déclarent à jour. Concernant la grippe en revanche, 67 % des personnes interrogées déclarent ne jamais se faire vacciner mais perçoivent d’un bon oeil l’administration par le pharmacien d’officine. Certains patients souhaiteraient même voir cette mission étendue à d’autres vaccins comme le DTPolio.

    Le pharmacien est le professionnel de santé le plus en contact avec la population et a un rôle important dans la promotion de la vaccination. Il doit s’impliquer chaque jour dans la communication sur l’intérêt de la vaccination et être en mesure de rassurer les patients actuellement confrontés à de nombreuses interrogations sur les bienfaits de la vaccination.

  • L’exposition aux risques infectieux chez les sapeurs-pompiers : de la perception à la réalité    - Marquenet Justine  -  14 décembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’activité des sapeurs-pompiers dans leurs missions de secours à personne est en progression constante sur l’ensemble du territoire français, et en parallèle l’émergence des problèmes liés aux risques infectieux. De part sa fréquence d’exposition et sa possible gravité, le risque infectieux est et demeure une priorité.

    Le travail réalisé auprès des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires de la Vienne avait pour objectifs d’identifier leurs perceptions du risque infectieux qu’ils sont susceptibles de rencontrer au cours de leurs activités de secourisme, ainsi que d’évaluer l’évolution des pratiques d’hygiène et le niveau de connaissances du personnel vis-à-vis du risque que comporte leur profession, en se basant sur une enquête similaire effectuée en 2010 dans le département.

    Les résultats ont montré une prise de conscience collective de l’importance du risque infectieux de la part des sapeurs-pompiers ainsi qu’une perception réelle de la gravité juste. Néanmoins des lacunes persistent au niveau de l’application de certains protocoles d’hygiène, mais cela n’impacte pas sur la qualité de prise en charge des victimes lors des interventions.

    Les sapeurs-pompiers de la Vienne sont conscients de leurs points faibles et sont demandeurs en formations complémentaires.

  • Le crapaud dans l'histoire et la thérapeutique en France    - Bertrand Damien  -  09 novembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le crapaud, amphibien répandu en France et en Nouvelle-Aquitaine, a une histoire peu commune. C'est à travers le temps que les usages du crapaud ne cessent de surprendre : pratiques chamanes, sorcellerie, empoisonnement, médecine traditionnelle, toxicomanie, ... Le venin de crapaud, un toxique, est riche de composés hallucinogènes comme la bufoténine. Ces composés possèdent également des propriétés cardiotoniques à l'origine d'intoxications graves et mortelles chez l'homme comme chez l'animal. Ainsi la conduite à tenir en cas d'intoxication humaine et vétérinaire est présentée.

    Cependant, correctement utilisé, le venin de crapaud se retrouve au cœur de la médecine asiatique où il est utilisé comme aphrodisiaque sous le nom de Ch'an Su ou encore Jamaïcan Stone aux Etats-Unis. Le venin de crapaud fut également à l'origine du Bufox®, un médicament utilisé comme hémostatique, commercialisé en France pendant environ quarante ans.

  • La théorie du Nudge en Santé Publique : quelles perspectives et limites pour l’avenir en France ?    - Drieu la rochelle Marine  -  26 juin 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce travail de thèse rapporte l’application d’un nouvel outil de l’économie comportementale à la santé publique : le nudge. La théorie du nudge, démocratisée par R. Thaler et C. Sustein d’après leur ouvrage, Nudge : la méthode douce pour inspirer la bonne décision, récompensé du prix Nobel d’économie en 2017. Inciter les patients à adopter un meilleur comportement, pour eux-mêmes ou pour la collectivité représente un enjeu majeur pour la santé publique en France. Toutefois, l’apparition de ce nouvel outil issu de l’économie comportementale suscite bien des critiques quant au risque de « manipulation » de l’être humain, dû à l’absence de réglementation de son utilisation.

    L’objectif de cette thèse est de mener une réflexion sur la démocratisation du nudge en santé publique en France, encore méconnue à ce jour.

    Après avoir fait un focus sur les fondamentaux de l’économie comportementale à travers la littérature, nous avons mené des interrogatoires qualitatifs d’une durée d’une heure auprès de professionnels du nudge, de représentants des politiques publiques et des entreprises. Nous avons construit ces questionnaires sur trois thèmes : la connaissance des fondamentaux du nudge, l’utilisation du nudge dans le cadre professionnel et enfin les problèmes éthiques que ces utilisations soulèvent.

    Les résultats de ces questionnaires ont été analysés par comparaison. Nous nous sommes appuyés sur des expériences nudge et leurs résultats, tirés de la littérature. Nous avons finalement émis des hypothèses concernant l’encadrement futur du nudge en France afin d’éviter des dérives.

    Malgré le manque de transparence et d’encadrement du nudge à ce jour, cet outil promet d’apporter un réel soutien au campagnes marketing de la santé publique en France, en particulier dans le cadre de la prévention sanitaire et de l’éducation thérapeutique. La démocratisation de cet outil semble proche et promet une révolution de l’utilisation des sciences comportementales par les politiques publiques et les entreprises.

  • BPA et Dialyse : État des lieux des DM utilisés en HD et en HDF par les Centres Hospitaliers en France métropolitaine    - Lautier Lea  -  25 juin 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les personnes souffrant d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) sont surexposées au bisphénol A (BPA) d’une part parce que leur excrétion urinaire est diminuée et que celui-ci a donc tendance à s’accumuler mais également parce qu’il a été démontré que les séances d’hémodialyse représentaient une source d’exposition supplémentaire au BPA relargué par la coque et la membrane des dialyseurs. De récents travaux réalisés au CHU de Poitiers ont démontré pour la première fois que le BPA mais également ses dérivés chlorés (ClxBPA), reconnus comme ayant une activité oestrogénique 100 fois plus importante, étaient également présents dans l’eau ultrapure, le dialysat et le liquide de substitution qui est infusé au patient lorsqu’il est traité par hémodiafiltration en ligne (HDF).

    Peu de données sont disponibles sur les conséquences cliniques de cette exposition. Il apparait pourtant indispensable d’étudier l’impact de cette exposition en mesurant chez le patient les concentrations sanguines de BPA et de ses dérivés chlorés au cours du traitement par HD ou HDF. Une étude pilote est ainsi actuellement en cours au CHU de Poitiers. Les résultats de cette étude serviront à l’élaboration d’une étude multicentrique permettant d’inclure des patients en insuffisance rénale chronique terminale débutant une thérapie de suppléance en hémodialyse. Le caractère multicentrique de l’étude permettra d’intégrer d’autres qualités d’eau pour hémodialyse mais également d’autres modèles de dispositifs que ceux utilisés au CHU de Poitiers.

    Ce point nécessite de sélectionner au mieux les centres qui seront inclus afin de réduire la variabilité qui pourraient être introduite par une trop grande diversité de dispositifs. Notre travail, réalisé en 2016, a donc consisté à faire un bilan des dispositifs médicaux utilisés dans les services hospitaliers d’hémodialyse en France métropolitaine puis d’identifier les centres qui pourront être contactés pour participer à l’étude. Sur les 114 établissements qui ont répondu à notre enquête, nous avons pu identifier 17 établissements vers lesquels les investigateurs pourraient se tourner pour participer à l’étude multicentrique. Au regard des informations que nous avons pu recueillir sur les matériaux constituants les dispositifs médicaux utilisés dans ces 17 établissements, nous pouvons suspecter la présence de BPA dans le matériel. Ceci restera à confirmer par la mesure du relargage de BPA par les différents dispositifs utilisés.

  • Dépistage systématique du portage de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) : quelle pertinence en réanimation au CHU de Poitiers ?    - Herve Michael  -  19 mars 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le staphylocoque doré (S. aureus) est une bactérie impliquée dans 16% des infections as-sociées aux soins. Certaines souches de S. aureus présentent une résistance croisée à la plupart des bêta-lactamines. Ces bactéries multi-résistantes (BMR) sont appelées S. aureus résistants à la méticilline ou SARM. En France, la prévalence du portage nasal de SARM varie entre 5 et 10 % à l’admission en Réanimation. La recherche active de ce portage est apparue comme l’une des mesures permettant de limiter la diffusion du microorganisme et ainsi, l’incidence des infections nosocomiales dues à cette bactérie.

    Au CHU de Poitiers, le dépistage systématique à l’admission en réanimation est une mesure qui a été mise en place il y a environ 15 ans. En 2009, la Société Française d’Hygiène Hos-pitalière (SF2H) s’est positionnée sur l’intérêt du dépistage du SARM : celui ne semble perti-nent qu’en cas de situation épidémique récente ainsi que chez certains patients à risque d’infection. Face à ces préconisations, nous avons souhaité évaluer l’intérêt du dépistage systématique en étudiant l’incidence des infections nosocomiales à SARM dans le service de Réanimation médicale et le service de Réanimation chirurgicale du CHU de Poitiers. Deux périodes ont été prises en compte : du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2012, période au cours de laquelle le dépistage était systématiquement réalisé puis du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015, période au cours de laquelle la recherche de SARM n’était plus effectuée systématiquement. Notre étude révèle que la prévalence du portage de SARM dans ces sec-teurs est comprise entre 3 et 4 % et que l’arrêt du dépistage systématique à l’admission des patients n’influence pas l’incidence des IN à SARM (0,41 pour 1000 journées d’hospitalisation sur la période 1 vs 0,25 pour 1000 journées d’hospitalisation sur la période 2). Il semble donc que les mesures de prévention mises en oeuvre (hygiène des mains, res-pect des autres précautions « standard », bon usage des antibiotiques) permettent d’éviter la diffusion du SARM même en l’absence de dépistage à l’admission et de précautions com-plémentaires pour les porteurs.

  • Quelles nouvelles missions pour le pharmacien d’officine de demain ? Etat des lieux en France et à l’étranger    - Philippe Hadrien  -  26 janvier 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis la loi H.P.S.T de Juillet 2009 reconnaissant les missions du pharmacien comme professionnel de santé, la profession a pu développer un certain nombre de services aux patients : les entretiens pharmaceutiques (anticoagulants, asthme), le bilan de médication pour les personnes âgées, l’expérimentation de la vaccination en pharmacie. De plus, depuis le dernier avenant à la convention les pharmaciens sont davantage rémunérés en fonction du type d’ordonnance plutôt qu’au volume de boites dispensées.

    Le travail que nous avons réalisé présente dans un premier temps les différentes propositions de modification de l’exercice pharmaceutique en France. Nous avons ensuite souhaité recueillir la perception des nouvelles missions du pharmacien par les patients mais également les pharmaciens eux-mêmes à travers une enquête menée dans l’ancienne région Poitou-Charentes. Les résultats de cette enquête mettent en évidence que les patients et les pharmaciens sont en majorité favorables à voir s’accroitre l’implication du pharmacien aux côtés du médecin dans la prise en charge de patient. Le développement des soins pharmaceutiques, déjà déployés dans d’autres pays, semble donc attendu.

  • Etat des lieux et place du conseil homéopathique chez le nourrisson et le jeune enfant : enquête auprès des pharmaciens et patients dans les officines de Charente-Maritime (17)    - Gault Clément  -  19 décembre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Trois cent millions de personnes utilisent aujourd’hui ponctuellement ou fréquemment l’homéopathie dans le monde, et cette thérapeutique est largement prescrite et utilisée par près de 400000 professionnels de santé.

    La croissance du marché de l’homéopathie révèle un vrai enthousiasme dans le domaine de la santé, notamment dans le cas de la médication familiale pour les nourrissons et les jeunes enfants. Dépourvue de toxicité, l’homéopathie prend une place de plus en plus importante dans le paysage officinal et les pharmaciens se doivent d’actualiser leurs connaissances dans ce domaine et se doivent d’assurer leur mission d’éducation pour la santé.

    Nous avons réalisé une enquête auprès d’un échantillon d’officines de Charente-Maritime, afin de connaître les connaissances, la perception et les habitudes de conseil des pharmaciens concernant l’homéopathie pour les nourrissons et les jeunes enfants.

    Parallèlement, dans ces mêmes officines, un questionnaire destiné aux patients/parents a permis d’évaluer les connaissances et attentes de cette population autour du conseil homéopathique pédiatrique. Les résultats de notre enquête démontrent que l’homéopathie a une place importante dans les conseils dispensés dans la prise en charge des pathologies pédiatriques, même si le mécanisme d’action reste inconnu. En effet, pour le nourrisson et l’enfant de moins de 6 ans, les solutions thérapeutiques manquent souvent à l’officine. L’homéopathie apparaît alors comme une thérapeutique de choix, de par sa rapidité d’action et son innocuité. Les patients sont quant à eux satisfaits de l’efficacité des traitements homéopathiques, ils estiment que le pharmacien a une place importante et qu’il est le mieux placé pour conseiller l’homéopathie.

  • Gestion des risques en stérilisation : proposition d’un livret pédagogique, outil d’aide, de la formation à la production.    - Deprez Camille  -  07 novembre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    La stérilisation est un procédé spécial pour lequel le résultat ne peut être vérifié sur le produit fini. Il est nécessaire d’en garantir la maîtrise à toutes les étapes du processus. La qualité de la préparation des Dispositifs Médicaux DM stériles dépend en partie de la formation et du comportement du personnel. Bien que des initiatives d’uniformisation des connaissances existent, elles restent insuffisantes. Lors de l’affectation en stérilisation, ce personnel doit acquérir des connaissances nouvelles. Le tutorat est le type de formation privilégiée par les établissements de santé. Cependant il nécessite des outils et référentiels pour son enseignement. En l’absence de support la transmission est uniquement orale et peut de ce fait contribuer à diffuser et entretenir des pratiques non désirées.

    Méthode : Afin d’identifier les risques en lien avec les opérateurs et afin de définir les connaissances et les compétences attendues en formation initiale, la stérilisation du Centre Hospitalier d’Angoulême a choisi de mettre en oeuvre une Analyse Préliminaire des Risques APR. Cette analyse a consisté à établir une cartographie des situations dangereuses et une cartographie des risques à partir d’une liste de dangers pouvant affecter l’activité de stérilisation. Dans cette deuxième cartographie, les évènements indésirables ont été décrits sous forme de scénarii et évalués en termes de criticité afin de prioriser nos actions de maîtrise du risque.

    Résultats : La cartographie des risques a permis d’identifier les dangers Management et Facteur humain comme ceux ayant le plus fort potentiel de préjudice pour notre activité, en particulier pour les phases de recomposition, stérilisation et lavage. La moitié des scénarii identifiés (121/190) nécessitaient la mise en oeuvre d’action de réduction des risques. Ainsi, le livret élaboré à partir des 25 fiches d’action et des documents qualité explique le processus de stérilisation, tient compte du cheminement des DM et des postes tutorés. Il aborde de manière procédurale et sécuritaire des notions importantes afin de supprimer la part de scénarii de criticité inacceptable et de réduire celle des scénarii tolérables sous contrôles (55/190). Le contrôle du risque résiduel correspond alors à l’enregistrement des tâches opérateurs, à la création d’indicateurs, à la réalisation d’audit et à la formation continue du personnel.

    Discussion :

    L’APR ne peut prétendre à des résultats exhaustifs et définitifs. Pour cette raison, les risques identifiés doivent être reconsidérés régulièrement. De plus, la création et l’actualisation des procédures, l’achat de nouveaux équipements impliquent la modification, la validation et la diffusion du support de formation.

  • Don d'organes, don de moelle osseuse, don de spermatozoïdes, don d'ovocytes : qu'en connaissent les étudiants des études médicales et paramédicales de Poitiers?    - Joubert Cecile  -  26 avril 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Actuellement en France, environ 20 000 personnes sont en attente d'une greffe d'organes, 3 000 couples infertiles d'un don de gamètes et 2 400 malades sont en attente d'un don de moelle osseuse.

    Après un rappel sur chaque type de dons en France, une enquête a été menée auprès des étudiants inscrits dans les filières de santé de Poitiers, afin de leurs apporter des connaissances, de déterminer leur niveau de savoir sur chacun de ces dons : organes, moelle osseuse, spermatozoïdes, ovocytes et de comprendre ce qui les inciterait à devenir donneurs.

    Ces étudiants sont la population cible des campagnes de promotion car en effet, ce sont les jeunes de plus de 18 ans les meilleurs donneurs et plus particulièrement les hommes.

    Cette enquête a permis d'éclaircir les points sur lesquels il faudrait axer les campagnes afin d'élaborer de nouveaux projets pour permettre l'inscription de nouveaux donneurs.

|< << 1 2 3 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales