Vous êtes ici : Accueil > Formations > Diplôme d'état de Pharmacie

Diplôme d'état de Pharmacie

Les travaux sélectionnés

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
444 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Des ophidiens responsables d’envenimations en France métropolitaine : les vipères    - Villain Marine  -  12 juillet 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les serpents forment le sous-ordre Ophidia (= Serpentes) appartenant à l’ordre des Squamates de la classe des Reptilia. Ces animaux sont caractérisés par la longueur de leur corps squameux, l’absence de membres ainsi que par une adaptation spécifique du crâne. La libération du venin dépend de l’appareil venimeux de l’animal. Les vipères sont munies du système d’injection du venin le plus efficace parmi les serpents pouvant provoquer un syndrome vipérin voire le décès de la victime.

    La morphologie de la tête, la longueur du corps, la forme de la queue et de la pupille sont les principales caractéristiques permettant de différencier les vipères des couleuvres.

    La vipère aspic, la vipère péliade, la vipère d’Orsini et la vipère de Seoane représentent les quatre vipères retrouvées en France. Seules les morsures des vipères aspic et péliade peuvent mettre en jeu le pronostic vital de l’Homme. Les serpents sont responsables d’un grand nombre de morsures pouvant engendrer de graves conséquences. La composition de leur venin est complexe et varie en fonction de l’animal. La gradation clinique permet d’apprécier la gravité et d’adapter la prise en charge thérapeutique des morsures et des envenimations. Il est nécessaire de suivre certaines règles afin de prévenir et d’agir au mieux face à une morsure de serpent. La sérothérapie antivenimeuse reste la seule thérapie spécifique à être efficace afin de lutter contre les envenimations.

  • Mise en oeuvre d'un processus de gestion des données pour la création et l'automatisation d'une nouvelle base de données permettant la conduite d'études de Real World Evidence. Étude de cas : l’impact de l’administration des vaccins de la bronchite infectieuse administrés au couvoir comparé à ceux administrés à la ferme chez le poulet de chair.    - Chatenet Jean  -  02 juillet 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette thèse décrit le processus de gouvernance des données mis en place permettant la collecte et l'harmonisation de la nomenclature des jeux de données, partagés avec Ceva Santé Animale par ses clients pour des études ad hoc, afin de créer et d'automatiser la constitution d'une nouvelle base de données permettant de conduire des études de preuves empiriques. Cette harmonisation a permis de réaliser une étude transversale sur la performance des vaccins administrés au couvoir comparé à ceux administrés à la ferme. Enfin, ce travail a permis de mettre en évidence les problématiques et difficultés que nous avons rencontrées tout au long de ce processus de mise en place d’une base de données obtenues en conditions réelles d’utilisation (« Real world data ») dans le domaine de la santé.

  • Règlement (UE) 2017/745 : mise en place et impacts pour les fabricants de dispositifs médicaux    - Veyrieras Lise  -  02 juillet 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le secteur des dispositifs médicaux présente des spécificités et est marqué par une forte innovation et une large diversité de produits. Depuis presque vingt-cinq ans, le cadre réglementaire de ce secteur était assuré par la Directive 93/42/CEE. Cette directive vient d’être abrogée le 26 mai 2021 et est remplacée par le Règlement (UE) 2017/745, qui vise à unifier l’ensemble des acteurs du dispositif médical sous une seule et même réglementation et met davantage l’accent sur la traçabilité et la transparence des dispositifs médicaux dans l’Union Européenne.

    Ce nouveau règlement introduit de nombreuses exigences plus strictes pour la mise sur le marché des dispositifs médicaux, impactant fortement les fabricants de dispositifs médicaux, qui de plus, sont majoritairement des petites ou moyennes entreprises. Cette thèse s’intéresse aux impacts du Règlement (UE) 2017/745 sur les fabricants et la mise en place par ces derniers des nouvelles exigences réglementaires. Une stratégie de transition ainsi que les principales phases de la mise en place du Règlement sont développées : la mise à jour de la documentation technique des dispositifs médicaux et la mise à niveau du système de management de la qualité de l’entreprise.

    En effet, un travail conséquent est à fournir par les fabricants afin de mettre à jour la documentation technique de leurs dispositifs médicaux, et en particulier pour la mise en place de la documentation technique relative à la surveillance après commercialisation introduite par le règlement. Le système de management de la qualité doit également être mis à niveau afin d’assurer son adéquation avec les exigences européennes et d’y intégrer les procédures documentant les nouvelles activités du fabricant liées au règlement. La mise en place du Règlement (UE) 2017/745 constitue ainsi un défi certain pour les fabricants de dispositifs médicaux, dont les réels impacts ne pourront être observés que durant les prochaines années. En outre, la forte hausse des exigences réglementaires, les coûts économiques associés et le nombre limité d’organismes notifiés peuvent constituer un risque pour l'industrie du dispositif médical. Il est à craindre que des dispositifs soient retirés du marché ou qu'ils ne soient pas commercialisés.

  • Portail de signalement des événements sanitaires indésirables : état des lieux des déclarations de pharmacovigilance dans l’ex-région Poitou-Charentes sur 3 ans    - Joyeux Florian  -  30 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : Face à la sous notification de pharmacovigilance en France, le ministère des Solidarités et de la Santé a mis à disposition, dans la continuité de la loi HPST de 2009, le portail de signalement des événements sanitaires indésirables en ligne le 13 mars 2017. Ce portail, destiné aux professionnels de santé comme aux patients, a pour objectif d’augmenter le nombre de déclarations d’évènements indésirables.

    Objectifs : Il s’agissait de réaliser un état des lieux des déclarations de pharmacovigilance issues du portail de signalement en ex-région Poitou-Charentes afin de répondre à 3 questions : Qui déclare ? Quelle est la nature des effets indésirables (EI) déclarés ? Quelle est la qualité de ces déclarations ?

    Matériel et méthodes : L’ensemble des cas issus du portail de signalement des évènements sanitaires indésirables notifiés au CRPV de Poitiers entre le 13/03/2017 et le 13/03/2020 ont été extraits de la BNPV et analysés. Un score permettant d’évaluer l’informativité des déclarations a été calculé pour l’ensemble des déclarations inclues.

    Résultats : 359 cas ont été inclus et analysés : 58,8% des cas ont été déclarés par des patients et 41,2% par des professionnels de santé. Les professionnels de santé étaient des pharmaciens (48,6%) et des médecins (47,3%). Les patients ayant présenté l’EI étaient majoritairement des femmes (64,0%), de tout âge parmi les déclarations issues des patients et âgés de plus de 65 ans pour les déclarations des professionnels de santé (48,0%). Plus d’un tiers des cas déclarés par les professionnels de santé étaient graves, contre 28% des cas notifiés par les patients. L’hospitalisation ou la prolongation d’hospitalisation et la mise en jeu du pronostic vital faisaient partie des critères de gravité les plus représentés dans les déclarations issues des professionnels de santé alors que le caractère médicalement significatif était plus souvent souligné dans les déclarations issues des patients. Soixante et onze pour cent des EI notifiés provenaient des patients (2,8 EI par cas). Parmi les classes organes les plus représentées aussi bien dans les déclarations des professionnels de santé que celles des patients, figuraient les troubles généraux et anomalies du site d’administration, les affections gastro-intestinales, les affections du système nerveux, les affections de la peau et du tissu sous cutané et les affections psychiatriques. Les anti-infectieux à usage systémique, les médicaments du système cardiovasculaire et les médicaments du système nerveux étaient les plus fréquemment rapportés quel que soit le notificateur. Enfin, le score d’informativité des déclarations étaient respectivement de 4,2 et 4,3/5 pour les déclarations issues des patients et des professionnels de santé. Conclusion : Les patients, impliqués dans plus de la moitié des déclarations, ont donc largement adopté le portail de signalement des événements indésirables Le type d’effet indésirable et l’informativité des déclarations étaient similaires entre les professionnels de santé et les patients. En revanche, les déclarations provenant des professionnels de santé concernaient plus fréquemment des effets indésirables graves ou inattendus. Bien que le nombre de déclarations de pharmacovigilance augmente d’années en années, la sous notification reste un problème majeur et un enjeu pour les années à venir. Le portail de signalement, dont l’utilisation reste encore marginale, mériterait d’être davantage connu et promu auprès de la population et des professionnels de santé.

  • Dermatologie et cosmétologie masculines : conseils en officine et analyse d’enquêtes    - Nzeza kamisele Nathan  -  30 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’objectif de ce travail est d’étudier d’une part les spécificités structurales et physiologiques de la peau de l’homme et d’autre part, les produits dermocosmétiques formulés pour eux, afin d’établir les conseils que peut donner le pharmacien d’officine à ses patients. Une enquête réalisée auprès des clients et des pharmaciens permet de mieux comprendre l’utilisation et les besoins des hommes en matière de dermocosmétiques.

    Dans un premier temps, nous ferons un rappel sur la structure de la peau, détaillerons les spécificités de la peau masculine ainsi que le rôle des androgènes sur sa structure et sa physiologie. Dans un deuxième temps, nous aborderons la dermo-cosmétologie en exposant sa définition et son cadre législatif puis la composition des dermocosmétiques formulés pour les hommes. Nous analyserons ensuite les résultats des questionnaires de l’enquête afin de mieux comprendre les problématiques dermocosmétiques masculines. Enfin, dans une dernière partie, nous détaillerons les conseils à fournir aux patients.

  • Les médicaments biosimilaires en France : état des lieux et rôles du pharmacien dans leur développement    - Ciavatta Paul  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les médicaments biologiques et biosimilaires sont issus du vivant. De cette caractéristique résulte un développement, une mise sur le marché et un statut réglementaire particuliers. Les biosimilaires diffèrent ainsi des médicaments génériques.

    Depuis l’autorisation en 2006 du 1er biosimilaire, ils sont désormais 42 à être commercialisés en France et se répartissent au sein de 16 groupes biologiques similaires. Anticorps, dérivés d’hormones ou encore facteurs de croissance, les biosimilaires s’inscrivent dans la stratégie thérapeutique de pathologies telles que le diabète et les maladies inflammatoires auto-immunes.

    Commercialisés moins chers que leur bioréférent, les biosimilaires représentent une source d’économie considérable pour le système de santé. Leur développement sur le marché hospitalier et en ville dépend non seulement de leur prescription par les médecins, mais aussi de l’adhésion du patient à ce nouveau traitement. Le pharmacien, spécialiste du médicament, a ainsi un double rôle à jouer. D’une part, la formation des professionnels de santé à ces biothérapies relativement récentes. D’autre part, la communication auprès des patients sous la forme d’un discours éclairé et rassurant. Les biosimilaires ont en effet la même qualité, efficacité, sécurité et la même posologie que leur médicament de référence.

  • Gestion Qualité de la crise de la COVID-19 en établissement pharmaceutique producteur de médicaments    - Cagnat Amelie  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice


  • Ergonomie en pharmacie d’officine : état des lieux de l’impact sur la santé, quelles solutions à apporter ?    - Rhalab Leila  -  28 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Travailler en pharmacie d’officine nécessite d’opérer diverses activités, plusieurs rôles et tâches, plus ou moins contraignants. Les gestes répétitifs au quotidien vont être à l’origine, à long terme, de contraintes et d’impacts sur la santé. La position debout prolongée, la manutention et le port de charges sont des contraintes prépondérantes. Afin de remédier et de soulager ces contraintes, des solutions ergonomiques peuvent être mises en place. Un agencement du travail, adapté aux capacités et aux besoins de chacun, peut réduire considérablement les sollicitations physiques. Ralentir l’apparition de troubles musculo-squelettiques, la fatigue et autres inconforts, va permettre d’accroitre le bien-être au travail et le soulagement de toute l’équipe officinale. Nous avons effectué une enquête qui a recensé ces contraintes dans 72 pharmacies d’officine, afin de trouver des solutions ergonomiques adaptées aux besoins de chaque opérateur en fonction de l’activité officinale effectuée.

  • Cannabis : actualités et étude du profil des consommations chez des sujets participant à des événements festifs d’après les données de l’observatoire OCTOPUS 2017-2018    - Chaaban Sarah  -  21 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le cannabis est une plante qui renferme des cannabinoïdes, les plus connus étant le tétrahydrocannabinol et le cannabidiol. Longtemps diabolisé, sa réputation sulfureuse est liée à ses propriétés psychoactives propices à un usage récréatif. Toutefois, depuis une vingtaine d’années, le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes dans de nombreux processus pathologiques suscite un vif intérêt au sein de la communauté scientifique.

    L’objectif de cette thèse était de dresser un bilan des actualités en lien avec le cannabis. Elle visait également à décrire et caractériser le profil des consommateurs de cannabis en milieu festif. A cette fin, une étude ancillaire réalisée à partir des données de l’observatoire OCTOPUS 2017-2018 a été conduite. La population d’étude était constituée par des sujets participant à des festivals se déroulant en Loire-Atlantique entre juillet 2017 à juillet 2018.

    En France, le cannabis ponctue régulièrement l’actualité. D’une part, l’expérimentation du « Cannabis à visée thérapeutique » a officiellement débuté fin mars 2021. D’autre part, de récents travaux parlementaires prônent désormais un assouplissement de la législation encadrant le cannabis et le développement de la filière « chanvre bien-être ». Ces évolutions pourraient être les prémices de profonds changements.

    Concernant le profil des consommations de cannabis en milieu festif, les résultats de l’étude montrent que parmi les 383 sujets inclus dans notre étude, près de 77 % étaient des consommateurs actuels de cannabis. Le tabagisme (p < 0,0001), l’âge entre 18 et 24 ans (p = 0,009), le statut d’étudiant (p = 0,025) et la vie en collectivité (p = 0,040) étaient des facteurs significativement associés au fait d’être consommateur de cannabis. Le cannabis représentait près d’un quart des consommations de substances psychoactives. En général, ces consommations de cannabis avaient lieu dans un contexte non festif (70 %), sous forme d’herbe (63,2 %) et quotidiennement (50,4 %). Parmi les usagers réguliers de cannabis, près de 63 % étaient problématiques. De ce fait, la présence d’équipes de RdR au cours d’événements festifs, est essentielle pour limiter les risques sanitaires, psychologiques et sociaux consécutifs à la consommation de cannabis. En complément, il apparaît nécessaire de déployer les actions de RdR en dehors des contextes festifs afin de cibler plus largement les usagers de cannabis.

  • Impact de la résistance aux inhibiteurs de LpxC dans la pathogenèse de la peste    - Laffitte Alix  -  17 juin 2021  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La diffusion mondiale de la résistance aux antibiotiques est un problème majeur de santé publique, particulièrement chez les bactéries à Gram négatif (BGN), dont l’entérobactérie Yersinia pestis. Les inhibiteurs de LpxC, qui inhibent la synthèse du lipide A, composé essentiel des BGN, sont un réel espoir. Malheureusement, des résistances à ces inhibiteurs ont déjà été décrites, comme chez Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae, conférées, pour la grande majorité des cas, par une mutation du gène fabZ. L’objectif de ce travail était donc de caractériser les mécanismes de résistance aux inhibiteurs de LpxC de Y. pestis et d’en étudier le coût biologique afin de déterminer si cette résistance présenterait un risque d’échec thérapeutique à l’avenir. Les études ont permis de montrer que la résistance aux inhibiteurs de LpxC de Y. pestis était également procurée par la mutation de fabZ, mais leur fréquence d’apparition était faible. 3 phénotypes se sont dessinés lors des études de croissance en milieu de culture artificiel, montrant des morphologies et des croissances plus ou moins impactées par rapport à la souche sauvage. Les études de croissance dans le sérum humain ont montré que ces mutants sont capables de résister à l’action du système du complément. Ces résultats semblent indiquer que ces mutants seraient capables de se développer au sein de leur hôte mammifère, mais leur fréquence de mutation étant faible, le risque d’échec thérapeutique face aux inhibiteurs de LpxC semble modéré.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales