Vous êtes ici : Accueil > Années de soutenance > 2019

2019

Les travaux soutenues en 2019

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
293 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Conseil en officine chez le sportif : la nutrition et l’homéopathie du sportif    - Pacôme Alarie  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Comment pratiquer le sport dans les meilleures conditions ? La nutrition peut aider à rester en forme, à préparer le corps à l’effort et à mieux récupérer lors d’une activité. Lorsque le sportif est blessé ou pour prévenir ces blessures, l'homéopathie est particulièrement adaptée car sans toxicité et sans risque pour le sportif d'absorber des substances dopantes interdites. Cette thèse présente dans une première partie la synthèse des connaissances scientifiques en matière de nutrition du sportif et les conseils à l'officine sur ce sujet. Dans une deuxième partie, ce travail présente l'homéopathie comme thérapeutique et propose des conseils à l'officine adaptés au sportif.

  • Les nouvelles réglementations émanant de l’arrêté du 12 juillet 2017 portant sur la fin de l’exonération de la codéine et d’autres dérivés de l’opium : enquête dans les pharmacies d’officine    - Ricou Julie  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le 12 juillet 2017, la ministre de la santé Agnès Buzyn a décidé d'inscrire la codéine, ainsi que d'autres dérivés de l'opium potentiellement détournés comme le dextrométhorphane, la noscapine et la codéthyline, sur la liste des médicaments délivrés uniquement sur ordonnance. Ceci pour limiter les dérives et les mésusages tel que le Purple Drank surtout consommé par les jeunes.

    A la suite de ces nouvelles règlementations, le nombre d’ordonnances à base de produits codéinés a augmenté car certains patients qui présentaient une addiction à la codéine ont obtenu des prescriptions médicales. Cependant, le nombre total de ventes de médicaments codéinés a chuté car d’autres consommateurs ont tenté de trouver des solutions de sevrage ou se sont tournés vers d’autres substances. Certains consommateurs ont commencé à enfreindre la loi dans le but de se procurer de la codéine. En effet, en 2018, on remarque une recrudescence du nombre d’ordonnances falsifiées comportant des produits codéinés.

    La plupart des préparateurs sont favorables au nouvel arrêté restreignant l’accès à la codéine. En revanche, la majorité des pharmaciens sont contre les nouvelles règlementations car ils considèrent qu’ils manquent de moyens pour soulager les fortes douleurs et notamment les douleurs dentaires. Ne trouvant pas d’autres alternatives efficaces, on remarque de nombreuses délivrances d’anti-inflammatoires pour soulager les douleurs dentaires malgré le risque d’induire de graves effets indésirables potentiellement létaux lors d’un abcès dentaire.

  • Exigences de formation des équipes opérationnelles en milieu de répartition aseptique : aspect qualité, managérial et organisationnel    - Texeron Anne-Claire  -  20 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La conformité (c’est-à-dire : la sécurité, qualité et efficacité) du médicament est garantie par le procédé de fabrication ; celui-ci étant d’autant plus complexe en milieu de répartition aseptique que les contraintes environnementales pour limiter l’introduction de contaminants sont nombreuses. Or, la main d’oeuvre, ressource principale des sites de production, est aussi la source majeure de ces contaminations. Dès lors, la maitrise du procédé par les équipes opérationnelles - dont les activités sont ainsi critiques pour la conformité du produit - doit être garantie par leur qualification. Le présent document s’attache donc à décrire la réglementation, les exigences, les contraintes, les modalités et les bénéfices de la formation des équipes opérationnelles ainsi que les moyens mis en place l’assurer, du point de vue de l’établissement.

    Cette thèse aborde d’abord cette problématique sous un angle « qualité », d’après les référentiels Qualité en vigueur. Ces derniers décrivent les principes généraux du processus de formation, à savoir : une formation initiale et continue, appropriée, documentée, efficace et challengée par le système de gestion de la qualité. L’encadrement est alors responsable de la mise en place des moyens nécessaires pour assurer la compétence et la qualification du personnel. A cet égard, l’habilitation des opérationnels avec un APS apparait comme une étape critique puisqu’elle vient caractériser leur maitrise des contraintes aseptiques, garantissant ainsi la stérilité du procédé.

    Dans un second temps, à l’appui des outils disponibles, des rôles et responsabilités de chacun, des opportunités d’évolution et des interrogations actuelles, sont détaillées les contraintes organisationnelles et les bénéfices de la formation des équipes opérationnelles sous un angle plus « managérial ». En effet, pour rester concurrentielles les entreprises s’adaptent, faisant ainsi évoluer les postes et, incidemment, les axes stratégiques de développement et les plans de formation. Or, en parallèle, le développement professionnel est un facteur d’épanouissement des collaborateurs. Le superviseur d’équipe apparait ainsi comme l’intermédiaire entre les souhaits de l’établissement et les souhaits individuels des opérationnels qu’il doit réussir à concilier pour construire des équipes équilibrées, diversifiées, flexibles et agiles.

    Enfin, la présentation d’une application concrète de ces difficultés et bénéfices dans un service de répartition aseptique, permet d’exposer et de démontrer que la problématique de coordination et de suivi des formations est au coeur des préoccupation du terrain et qu’elle peut être appréhendée avec les mêmes outils d’amélioration continue que la performance.

  • Les compléments alimentaires du sportif : généralités et enquête descriptive    - Rousselot Thibaut  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans notre société actuelle, l’image que l’on renvoie prend de plus en plus d’importance. A l’heure où les réseaux sociaux font partie de notre quotidien, notre corps devient une carte de visite, qu’il est nécessaire de modeler et d’affuter. Pour y parvenir, les sportifs n’hésitent plus à utiliser des compléments alimentaires spécialisés.

    De nombreux influenceurs pratiquent le fitness, font la promotion quotidienne de ces produits et incitent à leur consommation. Ainsi, les réseaux sociaux ont permis la démocratisation de la consommation des compléments alimentaires pour les sportifs.

    Dans ce contexte où le phénomène fitness est en plein essor, associé à un engouement pour les compléments alimentaires, cela constitue une véritable opportunité pour les marques qui multiplient les références disponibles sur le marché. Quels compléments alimentaires consommer pour développer la masse musculaire ou pour améliorer la récupération ? Comment les consommer et à quelle posologie ? Sont-ils efficaces ? Sont-ils sans danger ? Sont-ils de qualité ?

    Face à ce phénomène nouveau de consommation, voici des questions qu’un sportif est en droit de se poser. Le pharmacien d’officine doit être capable d’apporter des réponses à ces interrogations et prodiguer les bons conseils.

    Dans ce travail, nous avons tenté de répondre à ces interrogations en réalisant une enquête auprès des sportifs pratiquant dans les salles de sport pour permettre de visualiser quel type de population est concerné, quelles sont les habitudes de consommation de ces sportifs, quels compléments alimentaires sont consommés et en quelles quantités.

  • Aborder les violences en médecine générale : approches et techniques de communication    - Magret Julie  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La question des violences et particulièrement celle des violences sexuelles est devenue un sujet de santé publique. Le rôle des professionnels de santé dans le repérage et la prise en charge des personnes victimes de violences est reconnu par la Haute Autorité de Santé et l’OMS. Cependant peu de médecins généralistes sont formés aux conséquences à moyen et long terme de ces violences et à leur repérage en consultation. L’objectif principal de cette étude était d’analyser les approches et techniques de communication utilisées par des médecins généralistes formés, pour aborder les violences.

    MATERIEL ET METHODE : Il s’agit d’une étude qualitative observationnelle par analyse de 25 enregistrements de consultations de médecine générale en Poitou-Charentes ayant abouti à un repérage de violences anciennes ou actuelles. Une analyse thématique puis descriptive des retranscriptions a été réalisée ainsi qu’une triangulation des données.

    RESULTATS : Des phrases d’appels apportées par les patients, des symptômes et comportements en lien avec un possible vécu traumatique et des contextes évocateurs faisaient suspecter des violences aux médecins. Ces éléments étaient utilisés pour aborder la question, en les mettant en lien avec des violences. Le praticien pouvait aussi aborder le sujet avec une phase d’approche : parler d’une situation générale, questionner en entonnoir à partir de question larges sur la vie personnelle. Dans un second temps, il posait des questions concrètes et simples, dont la plus efficace serait « Est-ce qu’on vous a fait du mal ? ». Tout en respectant le rythme du patient, le médecin persévérerait dans son questionnement s’il était convaincu de l’existence d’une situation de violence, en abordant le sujet sous un autre angle, à un autre moment. Ces différentes approches nécessitaient la construction d’une relation de confiance, basée sur l’écoute active et l’empathie, plus particulièrement en s’adaptant au timing du patient, sans le forcer, et en respectant les silences. Les techniques de reformulation étaient particulièrement utilisées. Une fois ces violences révélées, la prise en charge était avant tout basée sur l’écoute, sur la reconnaissance des faits, sur la déculpabilisation, puis surune orientation vers une prise en charge en psychothérapie.

    CONCLUSION : Cette approche, facilement applicable à une pratique de médecine générale,nécessite une connaissance des mécanismes des violences et de leurs conséquences sur lasanté. Une formation adressée aux médecins généralistes, pourrait être proposée, à partir des résultats de cette étude et des recommandations des grandes instances.

  • Efficacité de la vaccination contre le méningocoque de type C : revue de la littérature    - Ribollet François  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La vaccination contre le méningocoque de type C (MCC) fait partie des vaccinations obligatoires du calendrier vaccinal français depuis le 1er janvier 2018, avec deux injections à 5 et 12 mois. Afin d’informer les médecins et les patients sur l’efficacité de cette vaccination nous avons entrepris une revue de la littérature.

    Matériel et méthode : Selon les lignes directrices PRISMA, une recherche a été réalisée avec l’équation de recherche suivante : « Neisseria meningitidis, Serogroup C[MeSH Terms] AND vaccine [MeSH Terms] ». La source principale choisie a étéPubmed. D’autres sources de littérature grise ont aussi été explorées.

    Résultats : 249 articles ont été analysés par deux chercheurs. 47 articles ont été retenus après lecture du texte intégral. L’efficacité à court terme est établie, avec une forte décroissance de l’immunité d’autant plus importante que les sujets sont vaccinés jeunes. Les pays qui ont introduit des schémas vaccinaux systématiques contre le MCC, en dehors de la France, ont vu leur incidence des infections diminuer. Aucun effet indésirable létal ou entrainant des séquelles n’a été retrouvé dans nos résultats.

    Discussion : Notre revue de littérature, respectant la majorité des critères PRISMA, s’appuie sur des articles de très bonne qualité scientifique. Il apparait que bien qu’efficace, le vaccin nécessiterait l’ajout d’une dose de rappel à l’adolescence. Or cette dernière ne s’avèrerait pas nécessairement économiquement rentable. Sans elle, il apparait toutefois difficile de viser une couverture vaccinale suffisante afin d’obtenir une immunité de groupe.

    Conclusion : La vaccination contre le MCC est efficace, permettant de diminuer l’incidence des infections à MCC. Il persiste toutefois une baisse d’immunité à l’adolescence qui n’est pas couverte par le schéma vaccinal français.

  • Création d’une fiche d’aide à la décision sur le modèle de la factbox et accessible aux personnes à faible niveau de littératie en santé sur le vaccin conjugué anti- méningococcique C    - Moizeau Laurent  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice


  • Identifier les symptômes et comportements permettant le repérage des violences interpersonnelles : étude qualitative par analyse d’enregistrements de consultations de médecine générale en Poitou-Charentes.    - Loubrieu Clemence  -  19 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    La violence interpersonnelle est définie comme la menace ou l’utilisation intentionnelle de la force physique ou de pouvoir contre autrui, un groupe ou une communauté. On en distingue plusieurs types : violences physiques, psychiques, sexuelles ou négligences. Elles peuvent s’exercer dans différents milieux comme le travail, le milieu scolaire ou la famille. Ses conséquences sur la santé sont désastreuses, ce qui en fait un problème de santé publique de premier plan à l’échelle mondiale. Le médecin généraliste est un acteur de premier plan dans la prise en charge de ces violences. Une étude a été réalisée, dont l’objectif principal était d’identifier les symptômes et comportements permettant le repérage des violences interpersonnelles en consultation de médecine générale en Poitou-Charentes. L’objectif secondaire était d’identifier les attitudes présentées par le patient durant la consultation permettant le repérage des violences interpersonnelles.

    Méthodologie

    Une étude qualitative par l’enregistrement de vingt-cinq consultations de médecine générale a été réalisée. Trois praticiens ont enregistré les consultations dans trois cabinets différents de la région Poitou-Charentes. Les patients inclus ont été ceux ayant subi au moins un type de violence interpersonnelle, ayant donné leur accord oral de participation, les patients de plus de 18 ans, et ceux parlant suffisamment bien le français. Un questionnaire a été rempli à la suite de la consultation, afin que l’investigateur puisse exprimer son ressenti concernant l’attitude du patient pendant la consultation. Les enregistrements ont été retranscrits et analysés par deux investigateurs différents grâce au logiciel RQDA.

    Résultats

    Vingt-cinq enregistrements ont été réalisés par les trois investigatrices, dont 19 femmes et 6 hommes, majoritairement entre 45 et 65 ans. Les symptômes retrouvés ont été regroupés en quatre catégories : physiques (asthénie, troubles du sommeil, troubles du comportement alimentaire, troubles spécifiques d’organe…), psychiques (comportements à risque, symptômes dissociatifs, troubles anxio-dépressifs…), troubles de interactions sociales (opposition aux soins, position de sauveur, sentiment d’injustice, sentiment de solitude, hypervigilance…) et troubles de l’intégration dans la sphère sociale (isolement professionnel, familial, handicap…). Certaines attitudes ont été identifiées chez le patient telles une victimisation, une minimisation des violences subies, une difficulté dans les relations physiques, des atypies de langages, une attitude fermée…

    Conclusion

    Les symptômes et attitudes retrouvés dans l’étude sont en accord avec la littérature actuelle. Ils sont en perpétuelle interaction entre eux et permettent de former un « syndrome violences », qui peut être utilisé pour le repérage de celles-ci par les professionnels de santé.

  • Impact des agences régionales de santé et des organismes d'assurance maladie sur la visite médicale : exemple des G-CSF    - Morel Paul  -  18 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les Agences Régionales de Santé et les Caisses d’Assurance Maladie sont les instances publiques qui permettent l'exécution des politiques de santé publique en France. Il est de notoriété publique que les économies sur les dépenses de santé sont un axe majeur dans ces politiques de santé publique. Les médecins sont poussés à prescrire génériques et les biosimilaires, et plus particulièrement dans les médicaments du PHEV (Prescriptions hospitalières exécutées en ville). Ce PHEV contient les G-CSF (Granulocyte-Colony Stimulating Factor), qui sont des médicaments prescrits dans le cadre des chimiothérapies pour réduire l’incidence des neutropénies fébriles. Les neutropénies fébriles sont des manifestations faisant suite aux chimiothérapies et pouvant entrainer la mort du patient. Pour éviter cela, les recommandations internationales émanant de sociétés savantes renommées suggèrent la prescription de G-CSF qui existent sous deux formes.

    La forme « long-lasting », Neulasta, et la forme dite « quotidienne » Neupogen et biosimilaires.

    Les médecins sont donc poussés à prescrire des biosimilaires de Neupogen car plus économiques mais on sait que ces médicaments sont généralement utilisés dans le mésusage, ce qui entraine des hospitalisations (donc des coûts) et parfois des décès. Il est donc important lors de la visite médicale de continuer à promouvoir le bon usage des G-CSF (et des médicaments en général car il est permis d’imaginer que cette classe de médicaments n’est pas un cas isolé) auprès des médecins prescripteurs de façon à diminuer dans la mesure du possible l’incidence de ces événements.

  • La scopolamine, son utilisation thérapeutique et hors thérapeutique    - Lippi Clara  -  17 décembre 2019  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La Scopolamine, présente en quantités variables dans certaines Solanacées dites « mydriatiques » et obtenue industriellement par extraction à partir d'autres espèces, possède des propriétés parasympatholytiques comparables à celle de l'atropine, elle est un inhibiteur compétitif et réversible des récepteurs cholinergiques muscariniques. Elle agit sur le SNC et a une action sédative, amnésiante, incapacitante et potentiellement hallucinogène à dose élevée.

    Son utilisation thérapeutique en France est uniquement réservée à la prise en charge du mal des transports, des râles agoniques ainsi que des douleurs spasmodiques, occlusions intestinales et coliques hépatiques, sous deux formes, injectable et transdermique.

    Son usage hors thérapeutique est une constante dans l’histoire des civilisations, lors de rites initiatiques ou religieux, puis comme « sérum de vérité » au début du 20ème siècle et plus récemment à des fins criminelles, en Amérique Latine où elle est appelée « Burundanga » ou « souffle du diable ». Les victimes deviennent dociles et perdent leur libre arbitre, permettant à l’agresseur d’obtenir n’importe quelle information ou action, d’apparence consentie, de la part de la victime.

    Son utilisation volontaire récréative est plus récente, désormais hors de l’Amérique Latine et dont l’accès aux procédés de fabrication artisanaux à partir de substances en vente libre est permis au travers d’internet.

    Les intoxications à la scopolamine sont graves et peuvent aboutir au coma. Il existe un antidote, la physostigmine, qui peut s’utiliser en milieu hospitalier.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales