Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Thévenot Sarah

Thévenot Sarah

Les travaux encadrés par "Thévenot Sarah"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
22 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Pour une gestion plus responsable des médicaments non utilisés : enquête et analyse dans une officine de la Vienne pendant cinq mois    - Sardain Léa  -  12 novembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Chaque année, des milliers de tonnes de médicaments sont ramenées dans les officines françaises et récupérées par l’organisme Cyclamed.

    L’enquête réalisée dans une officine de la Vienne sur une période de cinq mois a permis de répertorier et d’analyser tous les MNU rapportés et de mettre en évidence les raisons des retours ainsi que la motivation des consommateurs.

    Au total, 2051 boîtes de médicaments ont été répertoriées lors de 136 retours de MNU. Le coût estimé s’élève à 12852 euros et les médicaments valorisables représentent 41% du total.

    Problématique d’actualité, réactivée par la protection de l’environnement et par le fait que les MNU ne peuvent plus faire l’objet de collecte pour bénéficier aux populations des PED.

    Les constats réalisés nous amènent à réfléchir à l’origine même des MNU et engagent les différents acteurs à agir en amont pour en limiter l’accumulation.

    Produire des conditionnements plus adaptés, revoir les dates de péremption, promouvoir le bon usage du médicament, renforcer l’amélioration de l’observance et participer à la maîtrise de la santé sont des pistes à exploiter pour obtenir une meilleure gestion des MNU.

    Chacun des acteurs du médicament, les industriels qui les produisent, les médecins qui les prescrivent, les pharmaciens qui les délivrent et les patients qui les consomment ont un rôle à jouer.

    Une responsabilisation collective est nécessaire pour diminuer le gaspillage des médicaments.

    Le pharmacien d’officine, du fait de la proximité géographique, de la connaissance du patient, de l’accessibilité et de la disponibilité et aussi de la relation de confiance qu’il peut instaurer, a une place privilégiée pour favoriser un usage rationnel du médicament.

  • Evaluation de la qualité de la préparation du champ opératoire au CHU de POITIERS    - Frapin Axelle  -  17 décembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’infection du site opératoire (ISO) représente en fréquence la troisième infection associée aux soins soit 13,5% des infections nosocomiales identifiées dans l’enquête nationale de prévalence 2012. La surveillance des ISO dans le cadre du réseau de surveillance national établit un taux d’incidence de 0,93% parmi les 330 281 interventions surveillées en 2011. Leurs conséquences peuvent être dramatiques pour le patient (séquelles invalidantes, décès…) mais également pour la société puisque le coût d’une infection peut atteindre plusieurs dizaines de milliers de dollars.

    Des mesures préventives appliquées en préopératoire, péri-opératoire et postopératoire permettent de diminuer les risques d’ISO. L’antisepsie du champ opératoire est une étape capitale dans la prévention préopératoire de ces infections. Cette antisepsie permet d’éliminer la flore en transit sur la peau et les muqueuses mais également de réduire considérablement la flore commensale au niveau du champ opératoire.

    Nous présentons dans ce travail une évaluation des pratiques que nous avons menée en 2011 sur 680 interventions réparties sur 11 spécialités chirurgicales au CHU de Poitiers. Celle-ci montre que toutes les étapes de la préparation du champ opératoire sont respectées dans seulement 55 % des cas.

    Après diffusion de ces résultats auprès des équipes chirurgicales et para-médicales, une nouvelle évaluation menée en 2012 montre une amélioration des pratiques dans la plupart des disciplines. Pour certaines, les efforts doivent être maintenus. Pour d’autres l’intégration des bonnes pratiques nécessitera de profondes modifications des organisations. Un travail important a été réalisé avec les disciplines en difficulté qui ont été associées à l’actualisation du protocole institutionnel relatif à l’antisepsie du champ opératoire et qui devrait prochainement être validé par le Comité de Lutte contre les Infections nosocomiales (CLIN).

  • Prévention de la transmission des infections associées aux soins au cabinet médical : enquête auprès des médecins généralistes du Poitou-Charentes    - Marsault Blandine  -  17 septembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les données épidémiologiques sur les infections associées aux soins (IAS) concernent principalement le milieu hospitalier alors que le risque est également présent lors de la prise en charge des patients en dehors des établissements de santé comme par exemple, au niveau des cabinets de médecine générale.

    Cette enquête a été réalisée par auto-évaluation à l’aide d’un questionnaire adressé par voie postale à un échantillon de médecins généralistes exerçant en Poitou-Charentes. Sur les 407 médecins ciblés, 144 médecins ont accepté de participer (taux de retour = 36 %). Nous avons ainsi pu analyser différents aspects de la prévention des IAS au cabinet médical en nous basant sur les recommandations émises par la SFTG en partenariat avec la HAS en 2007 : « Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical ».

    Notre travail démontre qu’il est important de faire quelques rappels aux médecins généralistes concernant notamment :

    - L’intérêt d’avoir recours à la solution hydro-alcoolique afin de favoriser l’observance de l’hygiène des mains entre les patients ;

    - L’intérêt de porter des gants lors des actes courants comme les injections, actes pourtant générateurs d’accidents avec exposition au sang (AES) ;

    - L’intérêt d’avoir une gamme restreinte d’antiseptiques permettant d’assurer l’antisepsie quel que soit l’âge du patient et quel que soit le niveau de risque de l’acte ;

    - Les étapes du traitement des dispositifs médicaux ré-utilisables et les différents produits ou procédés pouvant être utilisés ;

    - Les produits à utiliser dans le cadre de l’entretien des surfaces du cabinet et l’intérêt de mesures simples comme le retrait des jouets disponibles en salle d’attente en période d’épidémie de gastro-entérite ou de bronchiolite.

    La diffusion de ce travail et un renvoi vers la synthèse des recommandations émises par la SFTG et la HAS pourraient permettre à chacun de s’interroger puis d’améliorer ses pratiques.

  • Comment accroître les performances d’un produit en déclin et en faiblesse d’image ? Laboratoires Genévrier    - Robert Stephen  -  21 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Amorçant un virage stratégique important pour compenser la perte de chiffre d’affaires que représentera le déremboursement de son médicament phare, les Laboratoires Genévrier se reposent dès aujourd’hui sur de nouveaux domaines d’activités stratégiques comme la dermatologie ou encore la fertilité.

    Fostimonkit®, seul médicament du pôle fertilité, connaît aujourd’hui une forte involution. Luttant quotidiennement contre de forts concurrents dans un marché de niche, sa performance s’essouffle et menace aujourd’hui le pôle fertilité et à plus grande échelle, l’évolution du laboratoire.

    C’est dans ce contexte que ce mémoire tente d’analyser en détail la situation du marché et d’apporter des solutions concrètes pour inverser cette tendance.

  • «Chlordécone» : le douloureux réveil : l’évaluation et la prévention de l’impact sanitaire et environnemental de ce pesticide en Martinique    - Martial Ingreed  -  03 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le chlordécone est un insecticide organochloré très toxique.

    Sa molécule extrêmement stable et persistante dans l’environnement entraîne ainsi une pollution des sols, des rivières et de l’atmosphère pour plusieurs siècles ainsi que des productions issues de ces milieux. Or, le chlordécone a été utilisé massivement en agriculture aux Antilles Françaises entre 1972 et 1993, principalement pour lutter contre un parasite : le charançon du bananier. La culture de la banane étant un enjeu économique et financier majeur pour ces départements d’outre-mer.

    En octobre 2002 suite à la publication d’un article du journal « Libération » intitulé "Patates douces et toxiques durs" la problématique « chlordécone » s’est révélée.

    En effet, malgré l’arrêt de son utilisation depuis plus de 10 ans, il est toujours présent à des taux élevés sur l’île de la Martinique.

    Des personnalités politiques et médicales ainsi que des associations antillaises telles que l’ASSAUPAMAR et Martinique Ecologie ont alors tiré la sonnette d’alarme afin d’alerter les pouvoirs publics et aussi informer et sensibiliser la population sur la gravité des conséquences de l’utilisation de ce pesticide.

    L’Etat s’est alors mobilisé en mettant en place des mesures qui se sont révélées insuffisantes face à l’ampleur des dégâts.

    A ce jour, la population n’a toujours pas intégré le problème de la pollution massive par les pesticides. Elle n’a pas développé de vigilance alimentaire et les planteurs globalement n’ont pas changé leur comportement agricole.

    Ainsi, l’impact sur la santé des populations qui consomment les produits contaminés et le coût pour la collectivité et la sécurité sociale ne seront pleinement mesurables qu’à un terme lointain.

  • L’eau de Dalibour et les produits topiques au Cuivre/Zinc : intérêt dans les irritations cutanées    - Villemonté Laure  -  03 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’eau de Dalibour est une préparation antiseptique externe créée au XVIIIe siècle utilisée pour guérir les plaies et blessures. Ce produit a traversé les siècles et est encore enseigné sur les bancs des Facultés de Pharmacie, bien que sa notoriété ait beaucoup diminué.

    Cette eau réunit deux actifs, le cuivre et le zinc, bien connus en dermatologie pour leurs propriétés réparatrices et assainissantes.

    De nos jours, les laboratoires dermo cosmétiques se sont inspirés de l’eau de Dalibour pour développer des produits topiques au cuivre et au zinc, principalement sous forme de crème, indiqués dans le traitement des irritations et agressions cutanées.

  • Impact et perception des entretiens pharmaceutiques personnalisés chez les patients traités par Antivitamines K : enquête dans une pharmacie de la Vienne    - Plouviez Joséphine  -  19 décembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La loi HPST marque un tournant dans l’évolution du métier de pharmacien. Le pharmacien devient acteur dans les soins de premiers recours et pour la première fois son rôle est défini dans une loi. La nouvelle convention pharmaceutique va préciser, trois ans plus tard, les nouvelles missions assignées au pharmacien.

    Tandis que les entretiens pharmaceutiques personnalisés pour les patients sous antivitamine K sont mis en place dans la plupart des officines de France, un an après, nous avons voulu faire le point avec les patients. Ce travail a permis de montrer l'engouement du public concerné envers une des nouvelles missions du pharmacien, mais également la place qu'occupe le pharmacien dans l'éducation thérapeutique des patients.

    La première partie de cette thèse situe le pharmacien dans la loi HPST, puis décrit les nouveaux modes de rémunération du pharmacien énoncés dans la nouvelle convention pharmaceutique et destinés à valoriser la profession.

    Les entretiens pharmaceutiques font désormais partie du quotidien des pharmaciens. Du théorique à la pratique, cette deuxième partie est consacrée à l'organisation nécessaire et le déroulement d'un entretien type à l'officine.

    Enfin la dernière partie présente les résultats d'une enquête réalisée auprès des patients traités par Antivitamine K à la pharmacie de Vendeuvre du Poitou. Interroger ces patients a permis de rendre compte du niveau d'information qu'ils ont quant à la mise en place des entretiens pharmaceutiques, d'évaluer l'impact de ces entretiens sur le quotidien des patients adhérents et de connaître leur perception concernant le rôle du pharmacien dans leur éducation thérapeutique.

  • Quelle est la place des acteurs privés de santé, en promotion de la santé, aujourd'hui en France?    - Lagrange Solene  -  03 avril 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En France, la place de la promotion de la santé a été renforcée dans la dernière Stratégie Nationale de Santé présentée fin 2013 même si aujourd’hui elle reste balbutiante. De multiples acteurs interviennent dans ce champ, mais leurs missions et limites d’intervention en promotion de la santé ne sont pas clairement établies. Notre objectif était donc de décrire la place des acteurs privés de santé dans la promotion de la santé en France aujourd’hui.

    Une enquête qualitative basée sur dix entretiens semi-directifs auprès d’acteurs privés travaillant au sein de mutuelles de santé et de laboratoires pharmaceutiques ainsi qu’auprès d’institutions publiques a été menée en 2014.

    L’analyse des résultats met en lumière une réelle difficulté pour les acteurs privés de se positionner comme acteur de promotion de la santé face notamment aux appréhensions des pouvoirs publics à leurs égards. Pourtant, ces acteurs privés ont bien saisi l’importance de s’investir dans le champ de la promotion de la santé, que ce soit en termes d’intérêts sociétaux ou d’intérêts propres à leur modèle économique. Face à la réalité économique des institutions publiques françaises, des partenariats privés publics bien encadrés semblent envisageables au service de la santé publique.

    Au vu des résultats de cette étude, un regard est porté vers les expériences et les pratiques internationales. Au Royaume-Uni, pays où la promotion de la santé est bien intégrée dans le parcours de santé, des partenariats entre le système de santé et les acteurs privés de santé sont déjà formalisés et mis en oeuvre.

  • La drépanocytose en Poitou-Charentes : prévalence, connaissance de la maladie au niveau des pharmacies de la région et élaboration d’un référentiel de prise en charge des complications au CHU de Poitiers.    - Maarek Emmanuel  -  18 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En 2013, la drépanocytose était la plus fréquente des cinq maladies repérées, en France, dans le cadre du dépistage néonatal, devant l’hypothyroïdie congénitale, la mucoviscidose, la phénylcétonurie et l’hyperplasie congénitale des surrénales.

    Il s’agit d’une maladie du sang liée à une mutation génétique à l’origine de la production d’une hémoglobine (Hb) de structure anormale, l’hémoglobine S (HbS). Pour provoquer la maladie, cette mutation doit être transmise par le père et la mère : c’est une maladie génétique héréditaire. La douleur, une des plus intenses qui puisse être décrite, est le symptôme majeur de la maladie. La drépanocytose touche en grande partie la population noire mais elle existe également au Maghreb, dans les pays méditerranéens, en Inde et à travers le monde du fait des migrations.

    Notre étude s’est déroulée en Poitou-Charentes. A partir des données d’assurance maladies, des admissions aux urgences du CHU de Poitiers et des officines de Poitiers et La Rochelle notre travail révèle que :

    - La maladie est peu présente dans la région (1cas /10 000 habitants en 2014)

    - La prise en charge des complications étant peu fréquente, il semble nécessaire d’établir un référentiel. C’est ce que nous avons réalisé, à travers ce travail, au CHU de Poitiers.

    - La maladie est très peu connue des professionnels des officines du Poitou-Charentes qui souhaite être informés sur la maladie. Ces derniers points supposent de mettre en place des supports adaptés :

    - Protocoles de prise en charge mis à la disposition des médecins dans les établissements de santé, à l’instar de ce que nous avons réalisé au CHU de Poitiers.

    - Plaquette d’information, que nous proposons à la fin de ce travail et qui pourrait être accessible sur Internet pour les pharmacies, sur le site du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens, du Conseil de l’Ordre des Médecins et sur celui des Répartiteurs.

  • Impact du don de cellules souches hématopoïétiques chez le donneur : Voies d’amélioration du suivi du donneur et de la promotion du don    - Chesnel Catherine  -  11 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le don de cellules souches hématopoïétiques (CSH) est indispensable pour permettre la guérison de milliers de patients atteints de certaines pathologies telles que les leucémies. Deux types de donneurs existent : le donneur familial et le donneur volontaire ou non apparenté. Actuellement, 240 000 donneurs volontaires sont inscrits en France et un peu plus de 25 millions dans le monde.

    L’objectif de cette thèse est de se placer du côté du donneur et d’évaluer l’impact du don de CSH, d’un point de vue somatique mais également psychologique. Puis, de proposer des voies d’amélioration du suivi du donneur et de la promotion du don.

    Nous nous sommes principalement intéressés aux effets au long terme du G-CSF, facteur de croissance utilisé pour mobiliser les cellules souches dans le sang périphérique, ainsi qu’à l’utilisation des biosimilaires chez le donneur.

    Dans un premier temps, une revue de la littérature nous a permis de constater que l’impact du don restait faible par rapport au bénéfice apporté. Puis, nous avons proposé des axes d’amélioration du suivi du donneur familial par le CHU de Poitiers, notamment au niveau de la traçabilité. De même, des suggestions ont été émises concernant le suivi psychologique du donneur.

    Enfin, nous avons mené une enquête auprès des étudiants de la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers suite à la campagne de sensibilisation au don de moelle osseuse. Ainsi, différents points sur lesquels insister pour la promotion du don ont été mis en évidence. Notamment, l’appréhension du prélèvement et/ou des effets secondaires reste la principale préoccupation.

|< << 1 2 3 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales