Vous êtes ici : Accueil > Années de soutenance > 2013

2013

Les travaux soutenues en 2013

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
213 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Les résistances des médecins généralistes à la substitution aux opiacés‎ : regard sur les pratiques à la marge des réseaux    - Bastiat François  -  17 janvier 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, les patients qui nécessitent un traitement de substitution aux opiacés, ont des difficultés à se faire prendre en charge dans de bonnes conditions, dans certains secteurs où les réseaux ville-hôpital toxicomanie sont peu ou mal implantés. Que faudrait-il faire pour améliorer ces conditions de prise en charge ?

    Méthode : Nous avons réalisé une enquête qualitative dans le secteur de la ville de Cognac, au moyen d'entretiens semi-directifs auprès de douze médecins généralistes. Les entretiens ont été enregistrés sur un dictaphone et retranscrit sur un corpus, qui a été analysé de manière thématique et transversale.

    Résultats : Les résistances principales au suivi des patients usagers d'opiacés sont la surcharge d'activité et le manque de ponctualité, le sentiment d'isolement par rapport au CSST avec qui la majorité n'a pratiquement pas de contact, le manque de connaissance, que l'on retrouve aussi dans l'insatisfaction par rapport aux objectifs de décroissance de dose, qui n'est pas un critère pertinent à prendre en compte. L'image du patient usager de drogues n'apparait pas péjorative dans l'ensemble, il n'y a pas eu de plaintes par rapport au comportement. Les médecins qui s'investissent un peu se plaignent de voir trop de patients, un médecin n'exerce plus suite à des sanctions, générant un afflux de patients. Les autres médecins ont tendance à leur adresser les nouveaux patients. Les médecins ne souhaitent pas se spécialiser malgré eux.

    Discussion : Malgré un recrutement faible inhérent au terrain de l'étude, les résultats sont en accord avec les données de la bibliographie. La prise de contact avec le réseau serait plus bénéfique que la formation. Un axe de réflexion pour imposer des quotas de suivi pour les médecins serait bénéfique pour les médecins et les patients.

  • Evaluation d'une méthode échographique de contrôle du bon positionnement de la sonde d’intubation orotrachéale, SIOT, sur modèle cadavérique    - Kerforne Thomas  -  19 janvier 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Aucune stratégie n'est idéale pour confirmer le positionnement correct de la sonde d'intubation endotrachéale (SIET), même si l'échographie semble un outil prometteur. L'étude visait à évaluer la performance d'un nouveau signe échographique, l'augmentation de diamètre antéro-postérieur de la trachée (ADAPT) pendant l'inflation du ballonnet de la SIET, par un échographiste expérimenté et sa facilité d'apprentissage chez des novices, après une courte formation.

    Matériel et méthodes : Vingt cadavres fraîchement embaumés ont été intubés, après randomisation, correctement ou non trois fois, conduisant à 60 évaluations (30 intubations trachéales, 15 intubations bronchiques, 15 intubations oesophagiennes). Tous les positionnements de l'extrémité de la SIET ont été contrôlés avec un laryngoscope à usage unique et d'un fibroscope (Ambu®, aScope ™, Ballerup, Danemark). Un deuxième opérateur, avec une bonne expérience de l'échographie et aveugle de la position du tube, déterminait si la SIET était correctement placée ou non. Ensuite, la facilité à apprendre cette méthode a été évaluée auprès de 32 novices après une courte formation de 20 minutes au cour de 64 évaluations sur 8 cadavres.

    Résultats : L'ADAPT permis d'identifier l'intubation correcte par l'échographiste expérimenté avec une sensibilité de 90% (IC à 83 à 95 à 95%), une spécificité de 97% (IC à 92 à 99 à 95%), la valeur prédictive positive de 97% (95 % IC 91 à 99) et la valeur prédictive négative de 91% (IC 95 de 84 à 95%). En utilisant ce critère l'échographique, les novices ont identifiés l'intubation correcte avec une sensibilité de 91% (IC 76 à 97 95%), une spécificité de 94% (IC à 80 à 98 à 95%), une valeur prédictive positive de 94% (IC à 79 à 98 à 95%) et une valeur prédictive négative de 91% (IC à 76 à 97 à 95%).La spécificité des novices n'était pas significativement différente de celle de l'opérateur expérimenté (94% vs 97%, P = 1)

    Conclusion : L'ADAPT est un signe échographique performant et d'apprentissage facile dont la performance et place dans l'arsenal diagnostique doivent être confirmés.

  • Evaluation par holter rythmique d'extrasystoles ventriculaires, 1 à 3 extrasystoles ventriculaires, découvertes fortuitement chez des patients non sélectionnés de plus de 60 ans : étude comparative cas témoin    - Mestassi Faris  -  22 janvier 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs de l'étude : Evaluation quantitative et qualitative au holter rythmique de la valeur d'1 à 3 ESV sur un ECG d'entrée chez le patient de 60 ans et plus.

    Méthode : Etude comparative cas témoin de mars 2011 à mars 2012. Inclusion dans la population cible des patients de 60 ans et plus ayant 1 à 3 ESV sur l'ECG d'entrée. La population témoin étant indemne d'ESV sur l'ECG. Nous avons défini un certain nombre de critères d'exclusion cliniques, biologiques et échographiques. L'ensemble des patients ont bénéficié d'un holter rythmique, et d'un bilan biologique prédéfini. - Objectifs secondaires de l'étude : évaluer l'intérêt clinique des classifications de Lown et Myerburg. Juger de la relation entre certaines anomalies biologiques et l'extrasystolie ventriculaire.

    Résultats : Population cible constituée de 36 patients, population témoin de 33 patients. 1. Dans la population cible, la moyenne d'ESV au holter était nettement plus élevée. 2. Parmi cette population, 24 patients (67 %), présentaient une extrasystolie ventriculaire sévère contre 1 des patients témoins (3 %).

    Discussion : L'étude confirme la nette valeur quantitative et qualitative de la présence d'1 à 3 ESV sur l'ECG. Les classifications de Lown et Myerburg peuvent etre une aide mais ne sont pas suffisantes pour apprécier la gravité du trouble du rythme ventriculaire. Notre étude n'a pas permis de mettre en lien certaines données biologiques avec l'extrasystolie ventriculaire.

    Conclusion : La présence d'ESV sur l'ECG chez des patients de 60 ans et plus doit conduire en fonction de l'état général du sujet à réaliser des explorations complémentaires.

  • Evaluation de la satisfaction des patientes de leur reconstruction mammaire après mammectomie    - Robiolle Cyrus  -  29 janvier 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La prise en charge globale des patientes atteintes d'un cancer du sein constitue un enjeu majeur de santé publique. Nous avons évalué la satisfaction des patientes après reconstruction mammaire selon différents facteurs de variabilité. Cette étude rétrospective porte sur les patientes opérées de 01/01/2005 au 31/05/2011 dans le service de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique du C.H.U. de Poitiers, soit 148 patientes. Les facteurs de variabilité étudiés sont les éléments de vie personnelle au moment de la décision de reconstruction, les caractéristiques de la reconstruction (technique, temps, radiothérapie) et le sentiment d'implication des patientes dans les décisions liées à la reconstruction. La satisfaction est quantifiée par les questionnaires pré et postopératoires du module « reconstruction » du questionnaire BREAST-Q modifié, complété par une question ouverte visant à aborder le vécu des patientes. Le taux de participation à l'étude est de 60,14% (89 patientes incluses). La satisfaction globale postopératoire est de 89,07 sur 100, ce qui correspond à « tout à fait satisfaites » converti en échelle de Likert à 4 niveaux. La satisfaction diminue avec le temps, toute technique confondue (p = 0,0153). La satisfaction globale postopératoire est plus élevée en cas de reconstruction autologue de façon non-significative, quelque soit le facteur de variabilité étudié. Le bien-être physique est amélioré par la reconstruction autologue en cas de reconstruction secondaire (p = 0,00085) contrairement à la reconstruction par prothèse. Les patientes expriment une demande inépuisable d'informations concernant les différents types de reconstruction, les suites opératoires, des photos, ainsi que des groupes de soutien (avant et après reconstruction). Cette étude montre que les patientes sont globalement très satisfaites, mais ne permet pas d'expliquer les causes d'insatisfaction des patientes. Elle ouvre la voie à d'autres utilisations plus systématiques de BREAST-Q, afin de développer des bases de données de satisfaction en reconstruction mammaire.

  • Difficultés du médecin généraliste dans la prise en charge des patients atteints de cancer : rôles, besoins et perspectives    - Pinganaud Grégory  -  30 janvier 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les pathologies cancéreuses représentent la première cause de mortalité en France et sont devenues l'une des priorités nationales de Santé Publique. Le nombre de nouveaux cas annuels de cancer en France n'a cessé de progresser en doublant ces 25 dernières années. En parallèle, la loi « Hôpital, Patients, Santé et Territoires » de 2009 et le Plan Cancer 2009-2013 souhaitent replacer les acteurs de Médecine Générale au centre de la prise en charge des patients atteints de cancer, et ce, à toutes les étapes auprès des patients : prévention, dépistage, annonce diagnostique, orientation, coordination et accompagnement en période terminale. Cependant, il existe un décalage entre les objectifs officiels et les possibilités du terrain. La compréhension des difficultés expliquant ce décalage a constitué l'objet de ce travail. Une étude descriptive transversale par questionnaire a été réalisée auprès des médecins généralistes de la région Poitou-Charentes. Le but était de savoir quelles difficultés les médecins traitants rencontraient lors de la prise en charge des patients cancéreux, quelles étaient leurs relations avec les différents intervenants et quels types d'aides pouvait-on leur apporter. 232 médecins généralistes du Poitou-Charentes ont répondu à l'étude. Ils semblent impliqués dans leurs rôles auprès de leurs patients atteints de cancer. Cela à chaque étape, hormis concernant la coordination des soins et l'annonce diagnostique. En outre, les difficultés principales citées sont le manque de temps, le manque de formation pertinente en Cancérologie et la lourdeur de la charge morale. Les problèmes posés par leurs patients sont le plus fréquemment liés à la prise en charge des complications et de la période terminale. Concernant les relations avec leurs confrères oncologues, les médecins traitants de notre région Poitou-Charentes en sont très majoritairement satisfaits, et ils souhaitent poursuivre davantage ces échanges de travail. Il est mis en évidence une forte implication des médecins généralistes de la Vienne dans le Réseau Onco Poitou-Charentes. En revanche, leurs attentes se tournent essentiellement vers une amélioration de la formation en Cancérologie qui est jugée soit insuffisante soit rapidement obsolète. Il existe une nécessité d'entretenir des relations de bonne qualité entre médecins généralistes et oncologues, afin que chacun puisse trouver une place claire et constructive auprès des patients. La participation aux RCP, l'extension de la Formation Médicale Continue ou l'élaboration d'un Bulletin d'Information sont des pistes intéressantes pour la formation en Cancérologie des médecins généralistes. Enfin, l'intégration partielle des médecins traitants dans les structures spécialisées et une rémunération au forfait semblent, elles aussi, des pistes de réflexion, pour pallier les difficultés de la pratique quotidienne.

  • Etat des lieux de la prise en charge médicale de la coronaropathie chronique du sujet âgé hospitalisé    - Collet Amandine  -  07 février 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La cardiopathie ischémique est une pathologie fréquente et grave, elle représente 22,7% de la mortalité cardio-vasculaire chez les plus de 75 ans. Des recommandations sur la prise en charge de la maladie coronaire du sujet âgé ont été élaborées en 2008 par la Société Française de Cardiologie et la Société Française de Gériatrie et Gérontologie.

    Objectifs : Evaluer la prise en charge médicale de la coronaropathie chronique du sujet âgé et sa conformité aux recommandations actuelles.

    Méthode : Etude rétrospective, menée au sein du pôle de Gériatrie du CHU de Poitiers, des dossiers de patients hospitalisés entre le 1er Janvier et le 30 Juin 2011 et atteints d'une cardiopathie ischémique (code PMSI I25,2, I25,5).

    Résultats : Au total, 97 patients (âge moyen = 86,6 +/- 5,3 ans ; 50,5 % de femmes) ont été inclus. Parmi eux, 21,6 % présentaient une insuffisance rénale (clairance Cockcroft < 30 ml/mn), 22,7% un diabète et 30,9% une atteinte polyartérielle. Un antécédent d'infarctus du myocarde était noté chez 88,7 % des patients. Le taux de suivi des recommandations c'est-à-dire l'association d'un bêtabloquant, d'un antithrombotique, d'une statine et d'un IEC ou ARA II était de 27,8% : 68% des patients recevaient un bêtabloquant, 75% un antiagrégant plaquettaire, 61,9 % une statine et 53,6% un IEC ou ARA II. En comparant la population recevant le traitement conforme aux recommandations avec celle ayant une ou plusieurs thérapeutiques manquantes, seule la différence d'âge (83,9 vs 87,6 ans) était statistiquement significative (p<0,001).

    Conclusion : Notre étude montre une sous-utilisation des traitements recommandés dans la maladie coronaire chez le sujet âgé probablement due aux comorbidités du patient, à la iatrogénie et à l'appréhension d'une polymédication. La stratégie thérapeutique doit reposer non sur l'âge réel mais sur une analyse individuelle prenant en compte les comorbidités, le risque iatrogène et l'espérance et la qualité de vie du patient, rendue possible par la collaboration entre cardiologues, gériatres et médecins généralistes.

  • Etude régionale sur les facteurs déterminants le mode d'alimentation chez les nouveau-nés prématurés d'âge gestationnel inférieur à 33 semaines d'aménorrhée    - Lucas Charlotte  -  11 février 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'allaitement maternel est le mode d'alimentation recommandé jusqu'à six mois chez les nouveau-nés à terme ou prématurés. Le choix parental peut-être influencé par de multiples facteurs.

    Objectifs : Déterminer la prévalence régionale en terme d'allaitement maternel chez les nouveau-nés prématurés et identifier les facteurs qui influencent son initiation et sa pérennisation.

    Méthode : Une étude prospective observationnelle régionale a été menée chez les enfants nés avant 33 semaines d'aménorrhée en Poitou-Charentes entre le 1 janvier et le 31 décembre 2010. Un cahier d'observation a été créé pour cette étude avec le réseau périnatal régional, composé d'une partie pour les professionnels prenant en charge l'enfant et d'une autre partie remplie par les parents après envoi postal.

    Résultats : Nous avons obtenus 112 réponses parentales sur 172 questionnaires envoyés, soit un taux de réponses de 65.1 %. Les facteurs significativement associés à un allaitement maternel à la naissance sont : l'IMC maternel, l'emploi maternel, le niveau scolaire paternel, le fait que la mère ait elle-même été allaitée, l'information post natale et le soutien. En analyse statistique multivariée, le facteur qui ressort comme indépendant est le fait que la mère ait elle-même été allaitée avec OR 10,28 IC [2,29-46,2]. En sortie d'hospitalisation, 46,4 % (n = 52) des nouveau-nés prématurés sont allaités. Les facteurs associés à un allaitement pérenne sont : les IMC parentaux, l'emploi maternel, l'absence de tabagisme maternel, le fait que la mère ait été allaitée, l'information post natale et le soutien (famille et professionnels). En analyse multivariée les facteurs prédictifs indépendants sont l'IMC maternel OR 0,07 IC [0,01-0,7], l'IMC paternel OR 0,19 [0,06-0,65] et le fait que la mère ait été allaitée OR 5,50 [1,59-18,99].

    Conclusion : Les facteurs socio-économiques, l'éducation, l'entourage familial, l'information, le soutien influencent de manière différente l'initiation et la pérennisation d'un allaitement maternel chez ses nouveau-nés prématurés. Cette analyse régionale nous permet de mieux adapter notre programme de promotion de l'allaitement maternel dans la région.

  • Patients relevant de la médecine générale consultant aux urgences : caractéristiques de la population et évaluation d'une filière spécifique de prise en charge    - Chaudet Arnaud  -  08 mars 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les patients consultant pour des problèmes non urgents sont souvent rendus responsables de l'engorgement des services d'urgences. Dans la littérature, ils représentent de 4,8% à 90% de l'activité totale. Une filière de prise en charge spécifique intégrée au sein des urgences est une solution peu préconisée en France. L'objectif de ce travail est d'étudier les patients des urgences relevant de la médecine générale ambulatoire (PUMGA) et d’évaluer l'intérêt de leur prise en charge dans une filière spécifique (filière courte).

    Matériel et méthodes : Durant huit semaines nous avons inclus les patients majeurs consultant spontanément aux urgences adultes du CHU de Poitiers, et sortant sans avoir eu d'examen complémentaire ou d'acte thérapeutique. Un questionnaire leur était proposé sur leurs caractéristiques socio-démographiques, parcours de soins et motivation à choisir les urgences comme lieu d'examen. Nous avons comparé les délais et temps de prise en charge des PUMGA entre les diverses filières de soin. Enfin, les délais de prise en charge des patients évalués graves et le nombre de patients « partis sans attendre » ont été collectés puis comparés avec une période antérieure à l'instauration de la filière courte.

    Résultats : 557 patients ont été inclus (8,7% de l'activité totale) et 355 questionnaires remplis. Ils sont jeunes, masculins et plutôt précaires. 50% consultent en journée, pour des motifs d'ordre traumatologique, rhumatologique et cutané. La nuit, les motifs ophtalmologiques et ORL prédominent. Ils choisissent les urgences pour la spécificité du service (42,9%) et l'indisponibilité de leur médecin (26%). La filière courte permet de diminuer les temps et délais de prise en charge des PUMGA, respectivement de 45,8% et de 26%. Elle est associée à une amélioration non significative du délai de prise en charge des patients évalués graves. En revanche, elle n’a aucun retentissement sur les patients « partis sans attendre ».

    Conclusion : Les patients qui viennent aux urgences de manière réellement inappropriée sont peu nombreux. Une filière de prise en charge spécifique intégrée au sein des urgences est une solution performante permettant d'améliorer la gestion du flux de patients.

  • Précision de la mesure continue et non invasive de l'hémoglobine par CO-oxymétrie pulsée chez le patient de réanimation    - Catherine Karen  -  08 mars 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La surveillance des valeurs de l'hémoglobine dans le sang est une mesure indispensable en réanimation, l'anémie étant fréquente et grevée d'une morbimortalité élevée. La CO-oxymétrie pulsée présente l'intérêt de mesurer l'Hb (SpHb) de façon non invasive et continue. Le but de cette étude était d'évaluer la précision de SpHb par rapport à la méthode de référence au laboratoire chez des patients de réanimation, et de la comparer à celle de l'HemoCue® Hb201+ (prélèvement capillaire) et de la CO-oxymétrie déportée (Siemens®RapidPoint 405) (prélèvement artériel).

    Matériels et méthodes : Après accord du CPP ouest III, les patients majeurs ayant un cathéter de pression artérielle sanglante ont été inclus et équipés d'un capteur Rainbow ReSposable (R2- 25, revision E) relié à un dispositif de monitorage de CO-oxymétrie pulsée (Radical 7 Monitor, Masimo® ; version logicielle : 7.6.0.1). Les valeurs recueillies de l'Hb simultanément par les trois méthodes déportées ont été comparées à la méthode de référence selon la méthode de Bland et Altman ajustée. L'interprétation clinique des données a été réalisée grâce à la grille d'erreur de Morey analysant le risque d'erreur transfusionnelle. 95% des points devraient se trouver dans la zone A, zone ou les écarts sont considérés comme cliniquement acceptables. La capacité d'une technique déportée à détecter l'ampleur et le sens des variations de l'Hb dans le temps a été évaluée par la méthode de Critchley, grâce a des diagrammes polaires mettant en évidence l'intensité de l'erreur d'évaluation sous la forme d'un angle. Plus cet angle est proche de 0, plus la méthode est précise. S'il est négatif la méthode sous-estime la variation et s'il est positif, elle la surestime.

    Résultats : 471 mesures ont été réalisées chez 62 patients dont un tiers chez des patients sous noradrénaline. Les valeurs d'Hb étaient comprises entre 6,6 et 14,9 g/dl. Par rapport à la méthode de référence, le biais et les limites de concordances étaient de 0,0±1,0g/dL pour SpHb, de 0,3±1,3g/dL pour l'HemoCue® et de 0,9±0,6g/dL pour le CO-oxymètre déporté. L'administration de noradrénaline n'avait pas influencé ces valeurs avec la CO-oxymétrie pulsée (-0,1±1,4 g/dL). Plus de 90 % des couples de valeurs se trouvaient dans la zone A de Morey pour chacune des 3 méthodes déportées, aucune n'atteignant cependant le seuil des 95 %. 80 couples de valeurs ont permis de déterminer un biais angulaire de -14,4° (± 38,8) pour SpHb, de -17,4° (± 58,2) pour Hemocue® et de -12,6° (±44,0) pour la Co-Oxymétrie déportée.

    Conclusion : Chez le patient de réanimation, la précision de SpHb et sa capacité à prédire les variations d'Hb dans le temps sont supérieures à celles de l'HemoCue® et comparable à celles du CO-oxymètre déporté. Son caractère continu et non invasif devrait faciliter la surveillance de l'Hb au lit du malade. Néanmoins, d'autres études doivent évaluer la précision de ce système de monitorage en cas de choc hémorragique du patient de réanimation.

  • Prise en charge des patients anxiodépressifs en soins primaires : une étude qualitative auprès de 14 médecins généralistes de la Vienne    - Rouet-Nailani Marion  -  13 mars 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La dépression et le trouble anxieux généralisé sont des troubles mentaux fréquents en soins primaires et sont souvent pris en charge exclusivement par les médecins généralistes. Il existe une comorbidité importante entre ces deux pathologies. Si plusieurs études ont montré que la comorbidité augmente la morbi-mortalité des patients, il n'existe pas de recommandations spécifiques sur la prise en charge des patients anxiodépressifs.

    But de l'étude : Recueillir les habitudes de prise en charge des patients anxiodépressifs par les médecins généralistes et les moyens de les améliorer.

    Méthode : Etude qualitative par entretiens semi dirigés auprès de 14 médecins généralistes de la Vienne.

    Résultats : La prise en charge des patients anxiodépressifs associe un traitement médicamenteux, principalement les antidépresseurs IRS et les BZD à une prise en charge non médicamenteuse. La psychothérapie est largement conseillée aux patients qui sont orientés préférentiellement vers les CMP, assez faciles d'accès. Les médecins généralistes adoptent une attitude thérapeutique alliant écoute et suivi régulier mais pratique rarement des psychothérapies structurées. La prise en charge des patients dépressifs est surtout basée sur l'expérience des médecins et n'est pas influencée par la présence d'une comorbidité anxieuse. Des améliorations ont été proposées pour optimiser la prise en charge des patients anxiodépressifs. Elles concernent la formation des médecins généralistes, le remboursement des psychologues et la facilitation de l'accès à la psychiatrie avec une meilleure collaboration entre généralistes et psychiatres.

    Discussion : Cette étude a permis de recueillir les pratiques des médecins généralistes concernant la prise en charge des anxiodépressifs ainsi que des propositions pour l'améliorer. Ces suggestions sont des pistes à considérer pour permettre une optimisation de la prise en charge des patients. Des études complémentaires permettraient de définir plus précisément les attentes des médecins concernant leur formation en psychiatrie et leur collaboration avec les psychiatres pour prendre en charge les anxiodépressifs.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales