Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Tranchée-Vergé Valérie

Tranchée-Vergé Valérie

Les travaux encadrés par "Tranchée-Vergé Valérie"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • « Les attentes des femmes victimes de violences concernant le dépistage et la prise en charge par leur médecin généraliste » : Enquête qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 10 femmes victimes de violences dans les Deux-Sèvres    - Paris Laurane  -  02 octobre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les violences faites aux femmes sont fréquentes, sous dépistées et extrêmement destructrices pour les victimes, tant sur le plan humain que sur le plan sanitaire, social ou financier.

    Elles sont devenues un véritable enjeu de santé publique notamment suite aux résultats alarmants de l'Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France (ENVEFF) réalisée en 2000.

    Ce travail de recherche a pour but de connaître les attentes des femmes victimes de violences, sous toute forme, dans tout contexte et par tout auteur, concernant le dépistage et la prise en charge par leur médecin généraliste.

    La méthode utilisée est une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 10 femmes victimes de violences dans le département des Deux-Sèvres.

    La trame d'entretien s'articule autour de 5 axes : l'histoire de la femme, l'installation de la violence, le dépistage des violences par le médecin généraliste, la prise en charge et le suivi, la sortie de la violence.

    Les principales attentes retrouvées dans cette enquête sont :
    1/ Liées à l'attitude du médecin
    Établir une relation de confiance et respecter le secret médical
    Discuter et informer sur les violences
    Avoir des qualités humaines d'écoute, d'empathie, d'attention et de soutien
    Disposer de plus de temps de consultation et de plus de disponibilité
    Ne pas banaliser les violences subies
    Ne pas juger
    2/ Liées à l'action du médecin
    Proposer une prise en charge psychologique
    Proposer une orientation
    Diminuer la médication par psychotropes
    Mener des actions de prévention
    Dépister au cas par cas les violences
    Rédiger d'un certificat médical complet
    Connaître les réseaux locaux pour proposer un relais vers les professionnels
    Se former sur les violences
    3/ Liées à l'environnement
    Plus de lieux d'accueil pour les femmes victimes
    Associations de victimes

    Les attentes de ces femmes sont donc nombreuses et riches d'enseignement quant à l'attitude à adopter en consultation et aux actions à leur proposer.

    Le médecin généraliste tient donc un rôle clé pour aider les femmes victimes de violences dans leur démarche personnelle.

    Ses missions peuvent être résumées selon 5 axes :
    Repérer : Motifs de consultation, attitude de la femme
    Identifier : Dépistage et attitude d'écoute du médecin
    Évaluer : Type de violences, examen clinique, conséquences sanitaires et sociales
    Agir : Certificat médical, discussion, informations, prise en charge psychologique, orientation et suivi
    Se former

  • Evaluation des préférences des préadolescents sur l'organisation, le contenu et les modalités de l'information sur la sexualité : analyse d'entretiens semi-dirigés auprès de 15 jeunes adolescents âgés de 11 à 13 ans    - Hummel Cécile  -  17 septembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Accepter et informer les jeunes sur leur sexualité est un enjeu de Société et de Santé Publique. L'information sur la sexualité devrait être apportée dès la petite enfance par l'entourage familial, L'Education Nationale et les professionnels de la Santé.

    Notre étude cherche à déterminer quelles sont les préférences d'organisation, de contenu et de modes d'information sur la sexualité auprès des préadolescents. Pour cela nous réalisons une étude qualitative : nous menons 15 entretiens semi-directifs auprès de jeunes adolescents âgés de 11 à 13 ans issus de milieu rural et urbain. Notre trame d'entretien s'organise autour de six thèmes : interlocuteurs privilégiés, mode d'information actuel, intervenants privilégiés, modalités d'information, organisation de l'information et les thèmes à aborder. Nous réalisons ensuite une analyse thématique du verbatim recueilli.

    Notre principale difficulté est de s'adresser à des jeunes adolescents qui ne se sentent pas encore concernés par le sujet et qui s'expriment avec réserve devant les adultes. Nous devons parfois préciser nos questions, ce qui peut entrainer une saturation artificielle des données.

    Les préadolescents que nous interrogeons réclament une information de qualité, respectueuse de leur intimité, progressive et adaptée à leur âge. Ils insistent également sur le respect de l'anonymat.

    Ils souhaitent que les personnes qui leur apportent ces informations soient disponibles, dignes de confiance et pédagogues (habituées aux adolescents). Ils sont favorables à l'intervention de plusieurs personnes afin de multiplier les avis et les explications. Ils accordent une crédibilité particulière aux professionnels de la Santé. Dans l'idéal, ces séances doivent être animées par des personnes d'âges et de sexes différents, en présence de l'infirmière de l'établissement.

    Ils sont favorables à ce que la séance soit préparée (évaluation de leurs connaissances, de leurs attentes, préparation des questions à poser) puis organisée en plusieurs parties : en classe entière et en petits groupes mixtes ou non. Ils souhaiteraient constituer eux-mêmes les groupes en fonction de leurs affinités pour favoriser la prise de parole des élèves.

    Ils souhaitent des séances d'information interactives avec des animations ludiques qui serviraient de support de réflexion et leur permettraient de mémoriser les messages plus efficacement.

    Ils s'accordent sur le fait que le contenu des informations doit être concret, adapté aux connaissances qu'ils ont déjà acquises et porter sur des sujets qui les concernent. Ils soulignent que la façon d'aborder la sexualité conditionnera l'image qu'ils en garderont et sont donc favorables à un discours positif sur la sexualité. Enfin, en fin de séance, il est important de les aider à identifier les différents interlocuteurs ultérieurs (infirmière scolaire, médecins traitants et associations locales) afin de pouvoir aborder le sujet de façon plus personnelle en entretiens individuels.


|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales