Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Pain Stephanie > Pain Stéphanie

Pain Stéphanie

Les travaux encadrés par "Pain Stéphanie"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
7 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 7
Tri :   Date travaux par page
  • Le lentin du chêne, de sa culture à ses propriétés surprenantes    - Taithe Camille  -  29 août 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La tendance actuelle est au naturel, ce qui n’échappe pas au domaine pharmaceutique où la phytothérapie ainsi que l’aromathérapie sont devenus prépondérants dans le conseil officinal. Ce phénomène pousse les scientifiques à se détourner des produits synthétiques pour privilégier les ressources du monde végétal. Pourtant ni végétal, ni animal, les champignons offrent également de nouvelles perspectives thérapeutiques encourageantes. Le lentin du chêne, appelé plus communément shiitaké, est l’un d’eux. Ce champignon est reconnu par les japonais comme l’ « Elixir de vie » depuis des siècles et fait parti des bases de la médecine traditionnelle orientale. Aujourd’hui, il s’agit du deuxième champignon le plus cultivé au monde après « le champignon de Paris ». Le lentin du chêne n’est plus seulement considéré comme simple denrée alimentaire mais commence à être intégré dans l’avenir de la médecine moderne.

    Cette thèse est le fruit d’un travail conjoint d’une revue de la littérature scientifique la plus récente et d’informations recueillies lors d’entretiens menés dans le cadre de la visite de la champignonnière de la Cave des Roches à Bourré, en Loir-et-Cher (France). Ainsi dans un premier temps, la composition du shiitaké sera analysée de manière quantitative et qualitative. Puis dans une deuxième partie, l’évolution de sa culture des méthodes traditionnelles aux plus intensives sera décrite. Pour finir, l’ensemble des propriétés du lentin du chêne sera présenté au vu de leurs effets potentiellement positifs sur la santé de l’homme. D’ailleurs il rentre dans la composition de compléments alimentaires qui vendent et vantent ses éventuels bénéfices. Néanmoins, face à la complexité taxonomique du règne fongique et le manque évident de données chez l’homme, la réglementation n’est pas précise quant à la place occupée par les champignons dans les compléments alimentaires. L’utilisation au Japon du lentinane, extrait du shiitaké, et administré par voie intraveineuse en association avec des chimiothérapies conventionnelles, peut cependant ouvrir à de nouvelles perspectives d’avenir et devrait encourager de nouvelles études cliniques en Europe.

  • Image du médicament et impact des médias : enquête auprès des patients de cinq officines du Grand Poitiers.    - Marassé Gwendoline  -  14 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis plusieurs années, l’expansion des médias et d’Internet a modifié la façon de s’informer du grand public. La concurrence inter-médias entraîne une recherche constante du sensationnel, du scoop, quitte à fournir une information quelquefois incomplète ou inexacte. L’accès constant à Internet entraîne pour sa part une diffusion quasi-instantanée de l’information, parfois avant-même toute vérification. Le milieu de la santé et les médicaments ne font pas exception, comme le témoignent les nombreuses affaires sanitaires publiées ces dernières années. Mais lorsqu’il s’agit de médicaments, tout ceci peut avoir des conséquences sur la vision que les patients s’en font et sur leur relation avec leur traitement.

    Nous avons réalisé une enquête ayant pour objectif de connaître la représentation que les patients d’officine se font du médicament et l’impact éventuel des médias et des récentes affaires sanitaires. Deux cent vingt-sept patients de cinq officines du Grand Poitiers ont ainsi répondu un questionnaire s’intéressant aux médicaments, à la confiance qu’ils leur accordent ainsi qu’à leur opinion sur l’information fournie par les médias.

    Cette enquête a montré que les patients ont une vision juste du médicament en tant que produit de santé. Ils se montrent toutefois en recherche d’informations fiables sur ces produits et critiques au sujet des informations qui sont fournies par les médias. En effet, ce sont les professionnels de santé qu’ils consultent en premier lieu pour obtenir une information juste.

    Enfin, un espace d’expression libre a permis aux patients de pouvoir exprimer librement leur opinion sur les médicaments ; les thèmes abordés étaient entre-autre les médicaments génériques, les professionnels de santé, les médicaments en général, l’industrie, l’économie, les médecines alternatives et les médias.

  • Intoxications par les champignons supérieurs en France : enquête aux Urgences du CHU de Poitiers    - Bergerot Mathilde  -  11 mai 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis des années, en France, des centaines de personnes sont victimes annuellement d’intoxications par les champignons supérieurs. Ces intoxications ont un caractère saisonnier, de mi-septembre à mi- novembre. On dénombre environ 5000 espèces dont 100 sont toxiques et 10 à 20 sont mortelles.

    Face au grand nombre de champignons toxiques et mortels, les pharmaciens d’officine, professionnels de santé, sont en première ligne pour analyser les récoltes des amateurs de champignons.

    Dans cette thèse, les principaux syndromes d’intoxications sont traités : espèces responsables et confusions fréquentes, toxines, symptômes de l’intoxication, traitements et évolution de l’intoxication. Une enquête, menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, a été réalisée auprès de 94 cas d’intoxications pour permettre de connaître les caractéristiques des intoxications aux Macromycètes.

    A travers cette enquête, nous avons observé que la majorité de ces intoxications sont la conséquence d’une confusion avec d’autres champignons comestibles. Ainsi, pour éviter ce genre de problème, il est conseillé aux cueilleurs de champignons de faire vérifier leur panier auprès de spécialistes d’une association mycologique régionale ou d’un pharmacien, seul professionnel de santé compétent dans ce domaine.

    Historiquement, le pharmacien d’officine est considéré comme une référence en mycologie. Il semble donc important que les professionnels soient correctement formés pour répondre aux attentes de leurs clients et garder leur rôle de prévention des risques et de santé publique.

  • Rôle du pharmacien d'officine dans la reconnaissance des champignons : enquête auprès de pharmacies du Poitou-Charentes    - Haineaux Joséphine  -  13 mars 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis de nombreuses années, la recherche des champignons suscite un attrait grandissant. Mais face au grand nombre de champignons toxiques et mortels, il est fortement conseillé que les amateurs fassent analyser leur récolte auprès de spécialistes en mycologie.

    Le pharmacien d’officine est, historiquement, considéré comme une référence en matière de champignons. Mais actuellement, l’opinion générale tend à penser que les pharmaciens ne sont plus autant qualifiés qu’avant en mycologie.

    Dans cette thèse, une enquête a été réalisée auprès de pharmaciens d’officine de Poitou-Charentes, afin de connaitre l’intérêt qu’ils portent à cette discipline, savoir s’ils entretiennent leurs connaissances et s’ils sont encore sollicités par les cueilleurs pour réaliser l’identification de leur panier de récolte.

    Cette étude révèle que la mycologie est une compétence qui se perd au fil des années chez les pharmaciens, faute de temps, de motivation et d’intérêt commercial, en cette période où l’officine doit faire face à un remaniement complet de la profession. Il est pourtant capital que les pharmaciens d’officine conservent la maitrise de cette discipline dans un rôle de prévention des risques et de santé publique.

  • Intoxication aux médicaments psychotropes : enquête aux urgences du CHU de Poitiers    - Touquet Laura  -  19 février 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les intoxications médicamenteuses représentent un des motifs de consultation les plus fréquents aux Urgences. En effet, les médicaments sont responsables de 28% des intoxications accidentelles et de 91% des intoxications volontaires à un toxique. Mais qu'en est il, plus précisément, pour les psychotropes, dont la France est l'un des plus gros consommateurs d'Europe ?

    Pour tenter de répondre à cette question, nous avons réalisé une enquête épidémiologique descriptive rétrospective à partir de 107 dossiers médicaux sélectionnés à l'aide de la base de données du service des urgences du CHU de POITIERS. Les objectifs principaux de cette enquête sont de dresser le profil des patients admis aux urgences pour une intoxication aux psychotropes, d'établir les caractéristiques et la prise en charge de cette intoxication et enfin de définir les médicaments les plus incriminés.

    L’enquête a permis de révéler que pour la majorité des intoxiqués, il s'agit de femmes (61%), d'âge compris entre 30 et 50 ans. Parmi les résultats obtenus, 88% des intoxications sont de nature volontaire, le pourcentage restant concerne des accidents, des erreurs de posologie ou de traitement. Il s'agit majoritairement d'une intoxication mono-médicamenteuse, dont les benzodiazépines sont la classe de psychotropes la plus retrouvée. L'étude a également révélé que le psychotrope incriminé n'était prescrit dans un cadre thérapeutique que dans 40% des cas. A noter que la totalité des cas d'intoxication aux psychotropes a eu une évolution favorable grâce à la mise en place d'une prise en charge thérapeutique efficace.

    Ce travail soulève donc de nombreuses interrogations sur la réglementation de prescription et de délivrance des psychotropes. Cette dernière est elle suffisante et suffisamment encadrée? En effet, les professionnels de santé ont un rôle primordial à jouer pour lutter contre la surconsommation de psychotropes et le mésusage de cette classe médicamenteuse si prisée par les français.

  • Intoxications aux médicaments psychotropes : enquête aux urgences du centre hospitalier universitaire de Poitiers    - Borderie Lucie  -  28 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La consommation de médicaments psychotropes est très répandue dans notre pays et ses conséquences, aussi bien sur le long terme que lors d’intoxications aiguës sont mal connues.

    L’objectif de cette thèse est d’étudier les intoxications aux psychotropes à travers une étude descriptive rétrospective menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers du 1er mai au 31 aout 2012 sur 114 cas d’intoxications. Quels sont les profils des patients ? Quelles sont les circonstances des intoxications ? Quels produits sont consommés ? Quels sont les retentissements cliniques et l’évolution ?

    Tous les cas d’intoxication recensés dans cette enquête ont eu une évolution favorable. La grande majorité des intoxications est d’origine volontaire et a lieu chez des personnes fragiles (antécédents de maladie psychiatrique voire d’autres intoxications, traitement psychiatrique en cours), dans des contextes familiaux ou sociaux difficiles.

    L’enjeu est d’essayer de réduire la fréquence et la gravité de ces intoxications, d’une part en identifiant les personnes à risques, et d’autre part en contrôlant mieux la dispensation des médicaments psychotropes (en particulier les benzodiazépines qui sont les plus impliquées dans les intoxications) qui figurent parmi les médicaments les plus retrouvés dans les cas de mésusage.

  • Intoxications aux drogues: enquête aux urgences du centre hospitalier universitaire de Poitiers    - Gaillardon Vincent  -  11 juillet 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis des années, l’usage de drogues et la toxicomanie constituent un véritable problème de santé publique. A l’échelle mondiale, on estime que plus de 200 millions de personnes consomment des drogues illicites. En Europe, la consommation de drogues est historiquement élevée ces dernières années et de nombreux problèmes, qui remettent en question les politiques et les modèles de pratiques actuels, émergent: apparition de nouveaux produits de synthèse et de nouveaux types d’usage.

    L’objectif de cette thèse est d’étudier les risques engendrés par la consommation de drogues à travers une étude descriptive rétrospective menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, du 1er juin 2008 au 31 mai 2011, sur 48 cas d’intoxication. Quelles sont les principales caractéristiques du patient? L’usage de drogue est-il volontaire ou accidentel? Quelle drogue est incriminée? Quels signes cliniques présente l’intoxiqué? Est-ce une récidive?

    Tous les cas d’intoxication recensés dans cette enquête ont une évolution favorable avec un retour au domicile, soit immédiatement après le séjour aux urgences, soit après quelques jours dans un autre service hospitalier. La grande majorité des intoxications résulte d’une consommation volontaire de drogues à la recherche des effets de renforcement positif la plupart du temps, ou parfois, pour pallier un syndrome de manque.

    L’enjeu est de réduire les risques liés à ces consommations de drogues, qui malgré le fait qu’elles restent souvent isolées, peuvent conduire à des intoxications sévères voire fatales dès la première prise pour certaines substances très toxiques.

    Cette étude préliminaire, présentée aux 7èmes ateliers de la pharmacodépendance et addictovigilance de Biarritz en 2012, nécessite d’être complétée par une étude à plus grande échelle.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales