Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Pain Stephanie > Pain Stéphanie

Pain Stéphanie

Les travaux encadrés par "Pain Stéphanie"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
12 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date travaux par page
  • Les champignons hallucinogènes : enquête de consommation auprès d’étudiants du Poitou-Charentes    - Tessandier Pierre  -  04 mai 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les champignons hallucinogènes sont utilisés depuis des milliers d’années lors de rituels chamaniques mexicains ou amérindiens. Il est d’ailleurs très facile de se procurer ces substances psycho-actives (internet, récolte, culture…).

    Il existe plus d’une centaine de champignons hallucinogènes répertoriés depuis de nombreuses années. Le mécanisme d’action et la toxicité chez l’homme sont d’ailleurs parfaitement connus. Aujourd’hui, ils sont désormais très répandus dans les manifestations festives et les soirées étudiantes.

    Nous avons réalisé une enquête auprès d’étudiants du Poitou-Charentes afin de déterminer si la consommation de ces champignons est répandue dans nos facultés, savoir quels sont les effets recherchés ou non-recherchés par ces consommateurs et dans quelle mesure l’utilisation de cette drogue est un problème de santé publique.

    Avec un total de 1221 répondants, nous avons pu constaté que que 6,6% de ces étudiants avaient déjà consommé des champignons hallucinogènes. Cette population, en grande partie des hommes (64,2%), consomment ces champignons dans un contexte festif ou alternatif (77,8%), dans le but de ressentir des hallucinations (59,3%) et une euphorie (67,9%).

    Cette étude montre que malgré une législation connue, en terme de consommation et/ou de trafic, les champignons hallucinogènes ont encore aujourd’hui une place particulièrement importante dans la prise de substances enthéogènes.

  • Intérêt de médecines alternatives (acupuncture, aromathérapie et phytothérapie) dans la prise en charge de la lombalgie chronique    - Drouet Aurelie  -  29 janvier 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La lombalgie chronique, qui touche 8 à 10 % de la population générale, correspond à une douleur située dans la zone lombaire, pouvant irradier à la région fessière, évoluant depuis plus de 3 mois. Le douleur est difficile à prendre en charge puisqu’elle est propre à chaque individu et dépend de son état psychologique. Mais dans tous les cas, elle est un frein aux activités de la vie quotidienne du patient et risque de l’isoler. C’est le cas des quatre patients qui ont été suivis dans un centre anti-douleur et qui sont exposés dans cette thèse. Il existe de nombreuses solutions médicamenteuses pour soulager la douleur. Les antalgiques de paliers 1, 2 et 3, les anti-épileptiques, les anti-dépresseurs, les infiltrations de corticoïdes, les myorelaxants sont des exemples de traitements pouvant être utilisés. Mais aucun médicament ne montre une efficacité totale et leurs effets indésirables, le plus souvent dose-dépendants, peuvent devenir très gênants pour les patients. Face à cette constatation, il est par conséquent indispensable que les professionnels de santé s’ouvrent à des solutions non médicamenteuses qui peuvent être utilisées en association ou en relai des médicaments conventionnels. L’acupuncture est une médecine qui a démontré son efficacité dans le soulagement des lombalgies chroniques. C’est une médecine à part entière qui prend racine dans la médecine chinoise. Les bases fondamentales diffèrent de la médecine occidentale. Elle nécessite donc l’idée que notre médecine, apprise sur les bancs de la faculté, n’est pas la seule explication et la seule solution aux maladies. L’aromathérapie et la phytothérapie sont une aide également précieuse dans le traitement des douleurs chroniques. Ces médecines nécessitent que le pharmacien d’officine ait une connaissance suffisante sur leur utilisation et leurs risques. L’évolution tend de plus en plus vers des prises en charge multidisciplinaires du patient comprenant une éducation thérapeutique, des médicaments, de la kinésithérapie, une ou plusieurs médecines alternatives, un suivi psychologique. Le professionnel de santé, quel qu’il soit, a le devoir de connaître l’arsenal thérapeutique qui s’offre à lui devant un patient souffrant de lombalgie chronique. Il doit prendre en compte le patient dans sa globalité et il a pour rôle d’orienter le patient vers une ou plusieurs méthodes en alternative ou en association aux traitements médicamenteux.

  • Tabac et grossesse : enquête auprès de femmes enceintes fumeuses à la maternité d'Angoulême    - Poitevineau Mathilde  -  15 mai 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En France, environ une femme sur quatre fume au cours de sa grossesse. Or, le tabagisme maternel, bien connu de nos jours, provoque de nombreuses complications mettant en jeu la grossesse et le développement de l'enfant à naître. Perçu comme un véritable problème de santé publique, une prise en charge spécifque est donc nécessaire pour aider la femme enceinte à arrêter de fumer. Lorsque le niveau de dépendance est trop important et le soutien psychologique insuffsant, une aide pharmacologique peut être trop important et le soutien psychologique insuffsant, une aide pharmacologique peut être apportée.

    Notre enquête menée au sein du service de maternité d'Angoulême, reflète bien cette réalité et a permis de mieux comprendre le comportement addictif de ces femmes enceintes fumeuses. Sur 71 femmes, seulement 27% ont arrêté de fumer au cours de leur grossesse, principalement dès le premier trimestre par leur seule volonté. Le fait d'être enceinte est le moteur de la prise de conscience. Pour les autres, on note souvent une diminution de la consommation mais l'arrêt total reste impossible par manque de motivation et la difficulté à surmonter leur dépendance. De nombreux facteurs peuvent s'interposer sur le chemin d'un sevrage comme du stress ou un conjoint fumeur. L'entourage joue un grand rôle dans l'accompagnement de la maman ainsi que les professionnels de santé qu'elle côtoie régulièrement au cours de la grossesse. En tant que professionnel de santé, nous devons féliciter celles qui arrivent à arrêter, encourager et accompagner au mieux celles pour qui le sevrage est plus compliqué. Au sein de l'hôpital d'Angoulême, une consultation d'aide au sevrage tabagique est proposée mais peu de femmes la consulte malgré une bonne communication de son existence au sein du service. Les substituts nicotiniques représentent une véritable alternative lorsqu'en première intention le soutien psychologique ne suffit pas. Or, certaines femmes enceintes ignorent encore qu'ils sont utilisables au cours de la grossesse ou par choix ne les utilisent pas. Seulement 26% des femmes qui n'ont pas réussi à arrêter de fumer les ont utilisés et les substituts nicotiniques ont permis dans 36% des cas de diminuer leur consommation. Les effets du tabac sur le foetus sont réels et bien connus de nos jours, notre enquête a notamment montré un pourcentage de prématurité et de faibles poids de naissance supérieurs à ceux de la population générale. Dans tous les cas, l'arrêt du tabac au cours d'une grossesse doit se faire le plus précocement possible, différents moyens existent et peuvent être utilisés chez la femme enceinte car rien n'est plus mauvais que la cigarette et les 4000 substances toxiques qui la composent.

    Le pharmacien d'officine, doit jouer un rôle important dans la prévention et l'arrêt du tabac. Or l'enquête montre qu'il manque d'implication dans l'éducation de ces femmes car très peu cité par celles-ci dans le questionnaire. Pourtant c'est un professionnel de santé de proximité et obligatoirement confronté, à un moment donné, aux futures ou jeunes mamans. Amené à remplir dans l'avenir de nouvelles missions, il doit être sensibilisé plus sérieusement à ce féau et être mis en lien avec les autres professionnels de santé pour mener à bien ce combat du tabagisme chez la femme enceinte.

  • Automédication pendant la grossesse : enquête auprès de femmes enceintes de la Vienne    - De nucheze Marie-joseph  -  21 mars 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La grossesse correspond à une période de la vie où la femme souffre de symptômes divers, liés directement ou non à son état. Ces symptômes apparaissent principalement au premier trimestre. Le pharmacien a un rôle de soutien et de conseil afin de trouver les médicaments qui seront à la fois rapidement efficaces et qui ne présenteront pas de danger pour le foetus. Toute délivrance sera accompagnée de conseils hygiéno-diététiques, parfois suffisants au rétablissement de la patiente.

    Nous avons réalisé une enquête dans 12 officines de la Vienne afin de déterminer si les femmes utilisent des médicaments en automédication au cours de leur grossesse et pour quelles pathologies elles se soignent. Les données recueillies pourront aider le pharmacien à cibler ces pathologies afin de pouvoir répondre au mieux à une demande provenant d’une femme enceinte. Nous avons également cherché à savoir si la prise du médicament est faite en toute sécurité.

    Nous avons constaté que la majorité des femmes enceintes ont recours à l’automédication et que, dans l’ensemble, elles le font de manière consciencieuse, en s’informant auprès des professionnels de santé avant utilisation d’un médicament. L’allopathie est majoritairement conseillée par les médecins et les sages-femmes alors que ce sont les pharmaciens qui conseillent l’homéopathie. Les compléments alimentaires sont également beaucoup utilisés, sur conseil du médecin généralement, en particulier à la campagne. La phytothérapie et l’aromathérapie, non recommandées dans l’ensemble au cours de la grossesse, ne sont quasiment pas utilisées. Les principales pathologies citées par les patientes sont les céphalées, les infections hivernales et le reflux gastro-oesophagien. Malgré une prise médicamenteuse généralement sécuritaire, on a aussi constaté que les patientes n’informent pas toujours leur pharmacien de leur grossesse lors de l’achat d’un médicament allopathique. Et les femmes rapportent que, de son côté, le pharmacien ne donnerait pas toujours suffisamment de conseils lors de la délivrance d’un médicament. Autre élément qui peut nous interpeller : 40 % des femmes estiment ne pas être correctement informées sur les médicaments et leur risque au cours de leur grossesse.

    Les professionnels de santé, et notamment les pharmaciens, doivent donc être vigilants lors de la prise en charge des pathologies apparaissant au cours de la grossesse. L’équipe officinale a un rôle de conseil majeur lors de la délivrance de médicaments pris en automédication par une femme enceinte.

  • Le lentin du chêne, de sa culture à ses propriétés surprenantes    - Taithe Camille  -  29 août 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La tendance actuelle est au naturel, ce qui n’échappe pas au domaine pharmaceutique où la phytothérapie ainsi que l’aromathérapie sont devenus prépondérants dans le conseil officinal. Ce phénomène pousse les scientifiques à se détourner des produits synthétiques pour privilégier les ressources du monde végétal. Pourtant ni végétal, ni animal, les champignons offrent également de nouvelles perspectives thérapeutiques encourageantes. Le lentin du chêne, appelé plus communément shiitaké, est l’un d’eux. Ce champignon est reconnu par les japonais comme l’ « Elixir de vie » depuis des siècles et fait parti des bases de la médecine traditionnelle orientale. Aujourd’hui, il s’agit du deuxième champignon le plus cultivé au monde après « le champignon de Paris ». Le lentin du chêne n’est plus seulement considéré comme simple denrée alimentaire mais commence à être intégré dans l’avenir de la médecine moderne.

    Cette thèse est le fruit d’un travail conjoint d’une revue de la littérature scientifique la plus récente et d’informations recueillies lors d’entretiens menés dans le cadre de la visite de la champignonnière de la Cave des Roches à Bourré, en Loir-et-Cher (France). Ainsi dans un premier temps, la composition du shiitaké sera analysée de manière quantitative et qualitative. Puis dans une deuxième partie, l’évolution de sa culture des méthodes traditionnelles aux plus intensives sera décrite. Pour finir, l’ensemble des propriétés du lentin du chêne sera présenté au vu de leurs effets potentiellement positifs sur la santé de l’homme. D’ailleurs il rentre dans la composition de compléments alimentaires qui vendent et vantent ses éventuels bénéfices. Néanmoins, face à la complexité taxonomique du règne fongique et le manque évident de données chez l’homme, la réglementation n’est pas précise quant à la place occupée par les champignons dans les compléments alimentaires. L’utilisation au Japon du lentinane, extrait du shiitaké, et administré par voie intraveineuse en association avec des chimiothérapies conventionnelles, peut cependant ouvrir à de nouvelles perspectives d’avenir et devrait encourager de nouvelles études cliniques en Europe.

  • Image du médicament et impact des médias : enquête auprès des patients de cinq officines du Grand Poitiers.    - Marassé Gwendoline  -  14 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis plusieurs années, l’expansion des médias et d’Internet a modifié la façon de s’informer du grand public. La concurrence inter-médias entraîne une recherche constante du sensationnel, du scoop, quitte à fournir une information quelquefois incomplète ou inexacte. L’accès constant à Internet entraîne pour sa part une diffusion quasi-instantanée de l’information, parfois avant-même toute vérification. Le milieu de la santé et les médicaments ne font pas exception, comme le témoignent les nombreuses affaires sanitaires publiées ces dernières années. Mais lorsqu’il s’agit de médicaments, tout ceci peut avoir des conséquences sur la vision que les patients s’en font et sur leur relation avec leur traitement.

    Nous avons réalisé une enquête ayant pour objectif de connaître la représentation que les patients d’officine se font du médicament et l’impact éventuel des médias et des récentes affaires sanitaires. Deux cent vingt-sept patients de cinq officines du Grand Poitiers ont ainsi répondu un questionnaire s’intéressant aux médicaments, à la confiance qu’ils leur accordent ainsi qu’à leur opinion sur l’information fournie par les médias.

    Cette enquête a montré que les patients ont une vision juste du médicament en tant que produit de santé. Ils se montrent toutefois en recherche d’informations fiables sur ces produits et critiques au sujet des informations qui sont fournies par les médias. En effet, ce sont les professionnels de santé qu’ils consultent en premier lieu pour obtenir une information juste.

    Enfin, un espace d’expression libre a permis aux patients de pouvoir exprimer librement leur opinion sur les médicaments ; les thèmes abordés étaient entre-autre les médicaments génériques, les professionnels de santé, les médicaments en général, l’industrie, l’économie, les médecines alternatives et les médias.

  • Intoxications par les champignons supérieurs en France : enquête aux Urgences du CHU de Poitiers    - Bergerot Mathilde  -  11 mai 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis des années, en France, des centaines de personnes sont victimes annuellement d’intoxications par les champignons supérieurs. Ces intoxications ont un caractère saisonnier, de mi-septembre à mi- novembre. On dénombre environ 5000 espèces dont 100 sont toxiques et 10 à 20 sont mortelles.

    Face au grand nombre de champignons toxiques et mortels, les pharmaciens d’officine, professionnels de santé, sont en première ligne pour analyser les récoltes des amateurs de champignons.

    Dans cette thèse, les principaux syndromes d’intoxications sont traités : espèces responsables et confusions fréquentes, toxines, symptômes de l’intoxication, traitements et évolution de l’intoxication. Une enquête, menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, a été réalisée auprès de 94 cas d’intoxications pour permettre de connaître les caractéristiques des intoxications aux Macromycètes.

    A travers cette enquête, nous avons observé que la majorité de ces intoxications sont la conséquence d’une confusion avec d’autres champignons comestibles. Ainsi, pour éviter ce genre de problème, il est conseillé aux cueilleurs de champignons de faire vérifier leur panier auprès de spécialistes d’une association mycologique régionale ou d’un pharmacien, seul professionnel de santé compétent dans ce domaine.

    Historiquement, le pharmacien d’officine est considéré comme une référence en mycologie. Il semble donc important que les professionnels soient correctement formés pour répondre aux attentes de leurs clients et garder leur rôle de prévention des risques et de santé publique.

  • Rôle du pharmacien d'officine dans la reconnaissance des champignons : enquête auprès de pharmacies du Poitou-Charentes    - Haineaux Joséphine  -  13 mars 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Depuis de nombreuses années, la recherche des champignons suscite un attrait grandissant. Mais face au grand nombre de champignons toxiques et mortels, il est fortement conseillé que les amateurs fassent analyser leur récolte auprès de spécialistes en mycologie.

    Le pharmacien d’officine est, historiquement, considéré comme une référence en matière de champignons. Mais actuellement, l’opinion générale tend à penser que les pharmaciens ne sont plus autant qualifiés qu’avant en mycologie.

    Dans cette thèse, une enquête a été réalisée auprès de pharmaciens d’officine de Poitou-Charentes, afin de connaitre l’intérêt qu’ils portent à cette discipline, savoir s’ils entretiennent leurs connaissances et s’ils sont encore sollicités par les cueilleurs pour réaliser l’identification de leur panier de récolte.

    Cette étude révèle que la mycologie est une compétence qui se perd au fil des années chez les pharmaciens, faute de temps, de motivation et d’intérêt commercial, en cette période où l’officine doit faire face à un remaniement complet de la profession. Il est pourtant capital que les pharmaciens d’officine conservent la maitrise de cette discipline dans un rôle de prévention des risques et de santé publique.

  • Intoxication aux médicaments psychotropes : enquête aux urgences du CHU de Poitiers    - Touquet Laura  -  19 février 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les intoxications médicamenteuses représentent un des motifs de consultation les plus fréquents aux Urgences. En effet, les médicaments sont responsables de 28% des intoxications accidentelles et de 91% des intoxications volontaires à un toxique. Mais qu'en est il, plus précisément, pour les psychotropes, dont la France est l'un des plus gros consommateurs d'Europe ?

    Pour tenter de répondre à cette question, nous avons réalisé une enquête épidémiologique descriptive rétrospective à partir de 107 dossiers médicaux sélectionnés à l'aide de la base de données du service des urgences du CHU de POITIERS. Les objectifs principaux de cette enquête sont de dresser le profil des patients admis aux urgences pour une intoxication aux psychotropes, d'établir les caractéristiques et la prise en charge de cette intoxication et enfin de définir les médicaments les plus incriminés.

    L’enquête a permis de révéler que pour la majorité des intoxiqués, il s'agit de femmes (61%), d'âge compris entre 30 et 50 ans. Parmi les résultats obtenus, 88% des intoxications sont de nature volontaire, le pourcentage restant concerne des accidents, des erreurs de posologie ou de traitement. Il s'agit majoritairement d'une intoxication mono-médicamenteuse, dont les benzodiazépines sont la classe de psychotropes la plus retrouvée. L'étude a également révélé que le psychotrope incriminé n'était prescrit dans un cadre thérapeutique que dans 40% des cas. A noter que la totalité des cas d'intoxication aux psychotropes a eu une évolution favorable grâce à la mise en place d'une prise en charge thérapeutique efficace.

    Ce travail soulève donc de nombreuses interrogations sur la réglementation de prescription et de délivrance des psychotropes. Cette dernière est elle suffisante et suffisamment encadrée? En effet, les professionnels de santé ont un rôle primordial à jouer pour lutter contre la surconsommation de psychotropes et le mésusage de cette classe médicamenteuse si prisée par les français.

  • Intoxications aux médicaments psychotropes : enquête aux urgences du centre hospitalier universitaire de Poitiers    - Borderie Lucie  -  28 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La consommation de médicaments psychotropes est très répandue dans notre pays et ses conséquences, aussi bien sur le long terme que lors d’intoxications aiguës sont mal connues.

    L’objectif de cette thèse est d’étudier les intoxications aux psychotropes à travers une étude descriptive rétrospective menée aux urgences du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers du 1er mai au 31 aout 2012 sur 114 cas d’intoxications. Quels sont les profils des patients ? Quelles sont les circonstances des intoxications ? Quels produits sont consommés ? Quels sont les retentissements cliniques et l’évolution ?

    Tous les cas d’intoxication recensés dans cette enquête ont eu une évolution favorable. La grande majorité des intoxications est d’origine volontaire et a lieu chez des personnes fragiles (antécédents de maladie psychiatrique voire d’autres intoxications, traitement psychiatrique en cours), dans des contextes familiaux ou sociaux difficiles.

    L’enjeu est d’essayer de réduire la fréquence et la gravité de ces intoxications, d’une part en identifiant les personnes à risques, et d’autre part en contrôlant mieux la dispensation des médicaments psychotropes (en particulier les benzodiazépines qui sont les plus impliquées dans les intoxications) qui figurent parmi les médicaments les plus retrouvés dans les cas de mésusage.

|< << 1 2 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales