Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Marivingt Mounir Cecile

Marivingt Mounir Cecile

Les travaux encadrés par "Marivingt Mounir Cecile"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • Déréplication et étude phytochimique des graines d'Annona muricata.    - Dubesset Alexandre  -  01 juillet 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les travaux de recherche présentés dans cette thèse ont permis de poursuivre l’analyse des graines d’Annona muricata, afin d’isoler des composés connus et de caractériser de nouvelles molécules. Ces travaux portent sur le fruit de cette plante qui est utilisé de manière ancestrale comme panacée en médecine traditionnelle. Parmi les substances d’origine naturelle douées d’activités pharmacologiques, les acétogénines d’Annonaceae occupent une place de choix. Cette classe de produits naturels présente, à faible dose, de nombreuses activités biologiques (antitumorales, cytotoxiques, antiparasitaires, insecticides). Néanmoins, cette famille de molécules semble mise en cause dans une forme particulière de syndrome parkinsoniens localisé principalement dans les régions tropicales.

    Ce travail consiste donc à fractionner, purifier et analyser des graines d'Annona muricata récoltées au Sénégal en 2003. Après une description botanique de la plante d’intérêt, l'étude phytochimique réalisée sera décrite dans cette thèse. Au cours de ce travail, nous avons mis au point et établi les conditions d'extraction et de purification de deux substances : l'annonacine et la muricatinone, à partir des graines de Annona muricata.

    L'annonacine a été extraite, purifiée et les analyses structurales des spectres de masse et de RMN ont été réalisées. Par comparaison avec un témoin, nous avons pu confirmer nos analyses et attester qu'il s'agit de l'annonacine. La muricatinone est une nouvelle molécule dont la structure est en cours l'élucidation. C'est une molécule en C36, structure relativement rare dans la famille des acétogénines d'Annonaceae.

    Lors de nos travaux des tests biologiques pour évaluer les propriétés de nos molécules ont été réalisés. Ainsi, nous vous présenterons dans cet ouvrage les résultats des tests antifongiques, antiprotozoaires et ceux obtenus sur un modèle utilisé en screening pour établir l'activité anticancéreuse (les cellules HeLa).

    Au cours de cette étude, nous avons établi un protocole pour la réalisation d'une étude in vivo qui a permis d'établir la composition du véhicule servant à administrer l'annonacine per os et par voie IV. Aussi, nous avons déterminé les doses d'annonacine à administrer aux rats pour ces deux voies.

  • Etude phytochimique de Nitraria retusa Asch. : recherche de composés azotés    - Miladi Ines  -  19 septembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Nitraria retusa Asch. est un arbuste épineux de la famille des Nitrariaceae qui fait partie intégrante de l’alimentation et du panel de plantes médicinales des populations du bassin méditerranéen et du proche orient.

    Les nombreuses études phytochimiques sur cette plante font état de sa diversité en flavonoïdes. Néanmoins, aucune publication scientifique ne relate sa composition en alcaloïdes malgré la richesse des Nitrariaceae en substances azotées. Les squelettes alcaloïdiques retrouvés dans le Nitraria et plus particulièrement les alcaloïdes indoliques à noyau β-carboline, ont un intérêt thérapeutique.

    Ces travaux proposent une étude phytochimique guidée par la chimiotaxonomie de la famille de Nitraria retusa. L’objectif a été de déterminer la composition en molécules azotées de cette plante dans une visée ethnopharmacologique. Pour cela, le protocole d’extractions a été basé sur des méthodes d’extractions alcaloïdiques et les purifications ont été masse-guidées.

    Les résultats obtenus ne permettent pas d’infirmer ou de confirmer la présence d’alcaloïdes dans cette plante. Néanmoins, ils conduisent à la détermination de trois composés isolés pour la première fois dans le genre Nitraria.

    Ainsi un lignane, le (+)-epi-syringarésinol, l’acide para aminobenzoïque et l’acide 4-amino 3-méthoxybenzoïque ont pu être décrit dans Nitraria retusa Asch. L’acide 4-amino 3-méthoxybenzoïque a même été décrit pour la première fois en tant que substance naturelle.

    De plus, le (+)-epi-syringarésinol et l’acide para aminobenzoïque sont des substances ayant déjà des activités biologiques et thérapeutiques avérées.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales