Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2706 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 81 à 90
Tri :   Date travaux par page
  • Mesure de la satisfaction des femmes concernant l'information reçue au cours de la grossesse en fonction du type de préparation à la naissance    - Archambaud Florie  -  22 juin 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction et objectifs : Pour répondre au besoin d’informations des futurs parents, la Préparation à la Naissance et la Parentalité (PNP) a été instaurée pour renforcer l’information délivrée à l’occasion des consultations prénatales. Notre objectif principal était d’évaluer la satisfaction des femmes concernant l’information reçue au cours de la grossesse en fonction du type de préparation à la naissance ainsi que pour l’accouchement. Nos objectifs secondaires étaient d’évaluer le nombre de thématiques abordées et leur fréquence en fonction du type de PNP reçu ainsi que les thématiques pour lesquelles les femmes manquaient d’informations.

    Méthodologie : L’étude était rétrospective et monocentrique au CHU de Poitiers et s’est déroulée durant une période de 4 mois. L’échantillon était de 66 femmes. Un questionnaire était distribué dans le service de suites de couches à chaque femme correspondant aux critères d’inclusion. Les questions étaient adaptées en fonction de la catégorie à laquelle les femmes appartenaient (aucun apport d’informations supplémentaires, EPP seul, séances de PNP seules, EPP + PNP). L’échelle de Likert a permis aux femmes de noter leur satisfaction concernant l’information globale reçue, l’accouchement et les différentes thématiques pouvant être abordées au cours de leur grossesse.

    Résultats : Il n’existait pas de différence concernant la satisfaction à propos de l’information globale reçue ainsi que de l’accouchement en fonction du type de préparation à la naissance suivi. Le sujet concernant le tabac, l’alcool et les drogues était plus abordé pour les femmes ayant bénéficié d’un EPP. Les femmes ayant bénéficié d’un EPP étaient plus satisfaites pour les sujets concernant l’activité physique au cours de la grossesse et la place du conjoint. Il n’y avait pas de différence entre le nombre de thématiques abordées et le type de préparation à la naissance suivi. Les femmes étaient les moins satisfaites de l’information donnée pour les sujets concernant le prolapsus, la sécheresse vaginale, l’apparition de vergetures et la sexualité au cours de la grossesse, quel que soit le type de préparation à la naissance.

    Conclusion : La PNP dans sa globalité améliore la satisfaction des femmes concernant l’information reçue. L’EPP maintenant obligatoire est à promouvoir ainsi que sa mise en place.

  • Accuracy and Repeatability of CT Scan in Hip Surgery (SARAH Study)    - Dutrey Thomas  -  19 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Background: In cases of hip prothesis, acetabular cup wear remains a clinical challenge and current methods are associated with relative accuracy and weak reproducibility. In this study, we evaluated 3DSlicer open-source software providing image segmentation and CT-scan femoral head penetration (FHP) measurements. All 3DSlicer functions were executed in command line to avoid human interaction.

    Methods: To simulate in-vitro FHP, polyethylene cups were modified to obtain given wear. Cups were then placed in a pelvic phantom and images acquired with a high and low dose protocol. Cup thicknesses measured by CT were compared to real values using Bland Altman method. Accuracy, repeatability, and bias of the CT method according to ISO definitions were calculated with the 95% confidence level. Kruskal-Wallis and pairwise Wilcoxon test were performed to compare the effects of the acquisition protocol, the reconstruction filter and the artefact corrector on accuracy. A p value under 0.05 was considered as significative or adjusted according to Bonferroni for multiple tests.

    Results: The systematic error of the 3D fully automated method was -0.012 mm (CI 95% 0.013), the repeatability coefficient and the accuracy were 0.038 mm and 0.027 mm respectively. All measurement errors for all combinations of protocols, filters and corrector lied within the agreement limit under +/- 0.1 mm set as clinical acceptance threshold. The average time for analysis was 15 seconds (13,78 – 17,04). No difference on accuracy was found between routine low dose (3 – 3,4 mSv) and high-resolution (4,8 – 5,5 mSv) protocol (p = 0.36). TISSUE filter group was sensitive to artefacts with 4 outliers.

    Conclusion: This approach is highly clinically applicable in routine use with a single CT method that requires only 15 seconds. The possibility of monitoring wear rate regardless of acquisition protocol and high accuracy level about 0.03 mm should be of interest in further in-vivo prospective studies.

  • Place du médecin généraliste dans le suivi des enfants prématurés : étude transversale auprès de 100 médecins exerçant en Poitou-Charentes et de 70 familles résidant en Poitou-Charentes    - Teilary Maylis  -  18 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les progrès réalisés en réanimation néonatale ont permis d'améliorer la survie des enfants prématurés mais les séquelles à long terme restent importantes. Malgré l'augmentation constante de la natalité, la démographie médicale pédiatrique de ville ne cesse de baisser. La création de réseaux d'aval a permis de prendre en charge de manière précoce et optimale les plus grands prématurés. Le médecin généraliste est aussi sollicité pour le suivi pédiatrique y compris pour celui des enfants prématurés les plus tardifs. L'objectif de notre étude est de décrire la place du médecin généraliste dans le suivi des enfants prématurés.

    Matériels et Méthodes : Nous avons mené une étude épidémiologique descriptive par l'intermédiaire de 2 questionnaires : le premier accessible en ligne et destiné aux médecins généralistes exerçant en Poitou-Charentes et le second envoyé par voie postale ou par mail, et destiné aux parents d'enfants prématurés nés avant 33 SA entre le 01/01/2014 et le 31/12/2015 et domiciliés dans cette même région.

    Résultats : Nous avons obtenu 100 réponses de médecins généralistes entre le 22/03 et le 11/09/2017. 67% assuraient le suivi de nouveau-nés prématurés, 85% d'entre eux suivaient des prématurés tardifs et 64% des nouveau-né nés entre 33 SA et 35 SA. 61% estimaient que ce suivi était difficile, 85% faisaient preuve d'une plus grande vigilance expliquée notamment par l'importance du dépistage des troubles du développement psychomoteur pour 78% d'entre eux. 62% des omnipraticiens interrogés ne connaissaient pas le RPPC mais 60% étaient intéressés par une adhésion. 93% des répondants souhaitaient une formation complémentaire théorique et/ou pratique. Nous avons également analysé 70 réponses parentales entre le 03/08 et le 19/10/2017. 48,6% des enfants étaient suivis par le médecin généraliste en partie ou en totalité. 67% des familles expliquaient avoir choisi un médecin généraliste pour le suivi de leur enfant car il s'agissait de leur « médecin de famille ». 48,6% d'entre eux estimaient qu'il était tout aussi apte que le pédiatre à réaliser ce suivi.

    Conclusion : Le médecin généraliste tient donc sa place de premier recours dans le suivi des enfants prématurés. Il est cependant insuffisamment formé et en demande de formations spécifiques et de ressources à exploiter en temps réel.

  • Évaluation de la satisfaction de patients et intervenants d'un programme d'activité physique adaptée au sein de maisons pluri-professionnelles    - Fournier Lucie  -  11 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’activité physique adaptée est intégrée dans la prise en charge des patients. Depuis 2017 et l’inscription dans la loi, de nombreux programmes ont été mis en place. Des barrières persistent chez les patients et médecins. Un programme a été mis en place dans plusieurs maisons de santé permettant un accès simplifié et gratuit. Cette étude évalue la satisfaction des patients, soignants et éducateurs à six mois du programme. Le flux et les caractéristiques de la population seront également étudiés. Matériel et méthodes : évaluation de la satisfaction par soumission de questionnaire. Étude des données des caractéristiques de la population et de flux.

    Résultats : 55 patients sont inclus. Les réponses montrent une satisfaction globale des patients, 29 pensent poursuivre une activité physique dont 22 dans leur MSP. Les soignants souhaitent le développement d’une prise en charge globale. Les éducateurs ont une divergence d’opinion sur la capacité des patients à intégrer d’autres structures et souhaitent un suivi plus régulier et coordonné. Les populations diffèrent en précarité et en moyenne d’âge. L’hygiène de vie, l’estime de soi et le score d’anxiété-dépression sont considérés comme normaux.

    Discussion : les patients sont satisfaits et souhaitent poursuivre au sein du groupe. La coordination ainsi qu’un suivi régulier semblent nécessaires. Il existe de nombreux biais avec une inclusion restreinte et une participation différente dans les groupes. L’absence de participation des médecins est une limite majeure et leur intégration dans le projet est importante. Cibler une population plus sédentaire pour laquelle un plus grand bénéfice sur la santé est démontré serait pertinent. De nombreuses perspectives existent avec mise en place d’un suivi plus régulier, réalisation de bilan de forme, soumissions de questionnaire à réaliser à long terme. Poursuivre un suivi des patients après l’arrêt du programme pourrait encourager la poursuite de l’activité physique.

  • Profil de personnalité, trouble de stress post-traumatique et épuisement professionnel chez les étudiants : loi Jardé : CER ou CPP ?    - Marin Amélie  -  11 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La loi Jardé, votée en 2012, dans le but d'augmenter la protection des personnes, a imposé que chaque Recherche Impliquant la Personne Humaine (RIPH) requiert, avant de débuter, l'avis d'un comité de protection des personnes (CPP). Après l'entrée en vigueur de cette loi, de nombreux décrets et arrêtés d'application se sont succédés pour apporter des précisions. Cette complexité législative a engendré une augmentation des difficultés de compréhension des obligations réglementaires, n'épargnant pas les étudiants de médecine lors de la formulation de leur protocole. L'objectif principal était à la rédaction du dossier pour une demande d'avis auprès du CPP.

    MÉTHODE : Les modèles respectifs des documents ont été sélectionnés ainsi que la rédaction en s'inspirant de la méthode d'élaboration de la Haute Autorité de Santé, sur la recommandations de bonnes pratiques.

    RÉSULTATS : Rédaction d'un premier document pour le Comité de Protection des Personnes (CPP) et d'un second pour le Comité d'Ethique pour les recherches (CER) impliquant la personne humaine.

    CONCLUSION : Les documents réalisés pourraient servir aux internes mais aussi aux autres étudiants soumis aux mêmes exigences réglementaires. Il parait nécessaire d'exécuter les deux dossiers pour une rédaction optimale. Ces dossiers nécessiteront des révisions ultérieures en fonction du retour d'expérience des utilisateurs ainsi que des évolutions futures du cadre réglementaire.

  • Impact de la mélatonine sur le rythme veille/sommeil et sa place dans l'arsenal thérapeutique contre l'insomnie    - Malhouroux Jonathan  -  09 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale, découverte pour la première fois 1958 par Aaron Lerner. Elle est synthétisée quasiment exclusivement la nuit et permet de réguler notre rythme circadien veille/sommeil. Son taux de sécrétion varie énormément, notamment selon l’âge et les saisons. De plus, son impact sur les individus est très inégal puisque les effets de la mélatonine exogène sont plus ou moins marqués selon l’utilisateur. La mélatonine est donc une hormone majeure puisque le sommeil est indispensable pour être en bonne santé. Toutefois, les troubles du sommeil dans la population sont nombreux et même s’ils sont mieux pris en charge qu’il y a quelques années, il y a encore du chemin à faire. En effet, trop peu de patients consultent exclusivement pour un trouble du sommeil, qui parfois dure depuis plusieurs années.

    La mélatonine exogène est un puissant resynchroniseur de notre horloge biologique et donc serait un traitement potentiel pour certains troubles du rythme circadien du sommeil. Elle pourrait également être une alternative ou un complément thérapeutique dans le traitement de l’insomnie, dont la prise en charge habituelle utilise la thérapie cognitive et comportementale. Son utilisation permettrait d’obtenir des résultats sur la latence d’endormissement, la durée et l’efficacité du sommeil. Mais les véritables atouts de la mélatonine sont peut-être ses effets indésirables moindres que ceux des autres hypnotiques, tout du moins à court terme, et son potentiel dans le sevrage de ces hypnotiques.

  • Validation de la phase socle : ressenti et perception des étudiants en médecine générale de Poitiers    - Coquelle Capucine  -  04 juin 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Dans le souci d'une formation progressive et personnalisée, la réforme de 2017 impose une validation de chacune des phases du troisième cycle des études médicales. Le Département de Médecine Générale (DMG) de Poitiers a initié avec sa promotion 2018 la validation de la phase socle au travers d'un entretien devant jury. L'objectif de l'étude était d'explorer le ressenti et la perception des internes de la promotion 2018 concernant l'entretien de fin de phase socle. L'objectif secondaire était d'identifier des pistes d'amélioration.

    Méthode : Étude qualitative réalisée à partir d'entretiens individuels semi-dirigés. Les internes étaient recrutés au hasard à la sortie de leur entretien. L'analyse thématique des données retranscrites a été réalisée sur la base de la théorisation ancrée.

    Résultats : Les internes ont été globalement satisfaits de l'organisation de l'entretien et de la bienveillance véhiculée par les jurys. Ils ont apprécié la rencontre physique et individuelle avec le DMG pour clôturer l'année. Ils attendaient un entretien personnalisé, axé notamment sur leur projet professionnel et leurs éventuelles difficultés, une valorisation de leur Récit de Situation Complexe et Authentique (RSCA) au travers de la présentation orale et de la discussion qui en découle, et une confirmation du dépôt des documents administratifs et des traces écrites dans leur portfolio. Ils auraient aimé avoir des consignes plus claires sur le déroulement et les attentes de la présentation du RSCA, plus de temps pour l'ensemble de l'entretien. De ces remarques, découlent directement des pistes d'amélioration. Ils ont placé le rôle du tuteur essentiellement dans la préparation du RSCA. Leur absence n'a pas été déplorée. Cependant leur participation aurait permis de les soutenir en cas de difficulté pendant l'entretien et d'échanger avec le jury autour de leur cas.

    Discussion : Les résultats soulèvent la question de la place à accorder à une discussion « centrée interne » lors des entretiens, et de l'identification de critères pertinents à évaluer dans la présentation du RSCA. Une étude angevine similaire à la nôtre a relevé également l'attachement porté par les étudiants à la personnalisation de l'entretien et aux regards croisés du jury et du tuteur sur le suivi de l'interne. Des études sur la phase socle émergent des DMG, notamment sur les critères de validation des RSCA ou de la phase en elle-même.

    Conclusion : Cette première expérience d'entretien de fin de phase socle est positive. Persistent deux frustrations : celle d'un entretien pas suffisamment « centré interne », et celle d'un RSCA pas suffisamment valorisé par la méthode de présentation et d'évaluation.

    Il reste à confronter ces résultats au ressenti des membres des jurys, travail mené par une co-thésarde, pour proposer des modifications dans l'organisation des prochains entretiens.

  • Recommandations sur l'hypercholestérolémie familiale : Enquête sur les connaissances du dépistage et de la prise en charge chez l'enfant, par les médecins généralistes de Poitou-Charentes    - Bouchet Alexis  -  28 mai 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'Hypercholestérolémie familiale (HF) est l'une des maladies génétiques dominantes les plus fréquentes chez l'enfant avec une incidence de l'ordre de 1/250, prédisposant à la survenue prématurée d'accidents coronariens pouvant être évités par une prise en charge précoce. L'objectif de cette étude était de faire un état des lieux des pratiques et des connaissances de cette maladie par les médecins généralistes de Poitou-Charentes et d'évaluer leurs éventuelles difficultés ressenties à la prise en charge de cette maladie.

    Méthodes : Nous avons mené une enquête épidémiologique descriptive basée sur le volontariat avec un questionnaire déclaratif en ligne anonyme. Les médecins répondeurs avaient accès à une fiche synthétique sur l'HF à la fin du questionnaire.

    Résultats : Neuf pour cent des médecins déclaraient connaitre le dépistage de l'HF chez l'enfant dont 56% estimaient leurs connaissances plutôt bonnes et 44% plutôt mauvaises. Six pour cent affirmaient suivre des patients atteints d'HF et 7% avoir au moins un enfant traité par statines dans leur patientèle. Les praticiens déclarant connaitre l'HF pédiatrique connaissaient mieux la fréquence de la maladie (p = 0,009). Quatre-vingt-un pour cent estimaient que la prise en charge de l'HF concernait leur activité, notamment chez les médecins âgés de moins de 55 ans (p = 0,033) et 79% déclaraient ne pas avoir de correspondants spécialisés dans la prise en charge de cette maladie. Six pour cent connaissaient le niveau de LDLc faisant suspecter une HF pédiatrique. Les médecins déclaraient avoir des difficultés à instaurer des règles hygiéno-diététiques et un traitement médicamenteux chez un enfant pour respectivement 45% et 81%. Les principales réticences évoquées étaient le manque de connaissance et d'expérience sur la prise en charge de l'HF pédiatrique ainsi que le doute sur la balance bénéfice risque avec la crainte d'une éventuelle iatrogénie des statines chez l'enfant.

    Conclusion : Notre travail met en évidence un défaut de sensibilisation des médecins généralistes concernant cette pathologie qui reste mal connue, probablement à l'origine du sous diagnostic et la forte inertie thérapeutique des patients atteints. Ils ressentent également quelques difficultés à la prise en charge de cette maladie qu'il convient d'améliorer par la formation continue et par la sensibilisation par les pouvoirs publics.

  • La protéine S 100B : un nouveau biomarqueur qualifiant les greffons rénaux    - Hannezo Cecile  -  28 mai 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La greffe rénale reste le meilleur moyen de remplacement rénal au stade d'insuffisance rénale chronique terminale. Aujourd'hui, il perdure une pénurie d'organe et l'immense majorité des greffons est issue de donneurs décédés en mort encéphalique (DDME). Le nombre de prélèvement depuis 2015 de donneurs décédés en arrêt circulatoire (DDAC) est une réserve de greffons rénaux potentielle probablement sous exploitée en France. Les résultats post greffe sont satisfaisants au prix d'un taux de retard de reprise de fonction un peu plus élevé et de critères drastiques de sélection et de prise en charge.

    En caractérisant mieux la qualité des greffons, on peut imaginer augmenter le pool de DDAC par l'élargissement des critères de recrutement des donneurs. La fragilité de ces greffons potentiels nécessite de développer des outils d'évaluation rapide et précoce chez le donneur par exemple par des biomarqueurs. Cela permettrait d'adapter le conditionnement du DDAC et la conservation afin d'améliorer leur prélevabilité et leur qualité. La protéine S 100B (PS 100B) est un marqueur d'ischémie cérébrale et d'inflammation pouvant refléter le niveau lésionnel subit par le greffon rénal.

    Nous avons mené une étude préclinique sur modèle porcin de DDAC pour étudier la concentration plasmatique de la PS 100B et d'autres biomarqueurs pendant le reconditionnement par circulation régionale normothermique (CRN). L'objectif était d'évaluer la pertinence de la PS 100b comme biomarqueur pronostique de la reprise de fonction post greffe.

    La concentration de la PS 100B pendant la CRN forme un pic à la deuxième heure, son évolution est plus rapidement réactive que la créatininémie. La corrélation entre la concentration de PS 100B à la deuxième heure per CRN et de l'aire sous courbe de la créatinine à J1 chez les receveurs est statistiquement significative. (R² ajusté = O.92 ; p < 0.01.). La PS 100B est un candidat intéressant pour développer un biomarqueur pronostique de la reprise de fonction post greffe chez les DDAC et des stratégies personnalisées de conditionnement et de conservation des greffons.

  • Enquête épidémiologique descriptive rétrospective des traumatismes au sein de l'équipe professionnelle de hockey sur glace des Boxers de Bordeaux au cours de la saison 2018-2019.    - Cadren Sebastien  -  29 avril 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le hockey sur glace, sport collectif le plus rapide au monde, est à risque important de blessures. Cependant, les études, et notamment en France, sont peu nombreuses. Le but de notre travail était donc de dresser une typologie des différentes blessures que l'on peut rencontrer dans le hockey sur glace professionnel français à travers l'équipe des Boxers de Bordeaux.

    Matériel et méthode : Il s'agit d'une étude épidémiologique, descriptive, rétrospective, sur la saison 2018-2019, couvrant la période d'août 2018 à mars 2019, au sein de l'équipe professionnelle de hockey sur glace des Boxers de Bordeaux. L'incidence des blessures a été calculée pour 1000 heures d'exposition (matchs et entrainements) puis pour 1000 heures de jeu en supposant successivement que 100% puis 70% d'entre elles aient été subies pendant un match.

    Résultats : Cette étude a inclus 26 joueurs au cours de la saison 2018-2019. Ils ont disputé 55 matchs sur 8 mois. Au total, 41 blessures ont été répertoriées. L'incidence des blessures était de 7,23/1000 heures d'exposition. La moyenne des blessures par joueur était de 1,57 sur la saison. 41,5 % des blessures étaient des contusions, 24,4 % des entorses et 12,2 % des commotions. 19,5 % d'entre elles étaient localisées au niveau des genoux, 14,6 % au niveau des cuisses et 12,19 % au niveau de la tête. Les blessures les plus fréquentes comprenaient les entorses du genou (14,63 %), les 42 commotions (12,19 %), les contusions de la cuisse (9,75 %) et les contusions du pied (7,31 %).

    Discussion et conclusion : L'incidence ainsi que les différents types de blessures mis en avant par cette étude sont cohérents avec la littérature bien que la comparabilité des études ne soient pas évidentes. En effet on constate l'absence de consensus au niveau de la définition des blessures, du temps d'exposition des athlètes, de la méthode de recueil des données et de la méthode de calcul de l'incidence des blessures. Par ailleurs, elles peuvent être bénignes mais également graves, comme c'est le cas des commotions. Ce travail a permis d'évoquer des pistes préventives afin de diminuer l'incidence de ce type de blessure.

|< << 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales