Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2895 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 81 à 90
Tri :   Date travaux par page
  • Les lézards sont-ils responsables d’envenimations ?    - Verkimpe Valentine  -  07 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les ophidiens, animaux emblématiques de la pharmacie ne sont pas si éloignés de leur cousins les lézards, d’un point de vue phylogénétique et cladistique.

    Au fil des recherches, il a été découvert que le nombre de lézards venimeux était supérieur à ce que l’on pensait auparavant.

    Cette thèse a pour objectifs d’informer sur le risque d’envenimation par les lézards en France et de par le monde.

    Elle développe dans un premier temps, les relations de parentés entre les lézards et les ophidiens avant de définir ce que sont les lézards et de décrire ceux-ci plus en détails.

    Dans une deuxième partie, c’est le risque d’envenimation lié aux lézards en France et à l’étranger qui sera abordé. Je me suis alors intéressée à la répartition géographique des lézards venimeux et au risque que ceux-ci peuvent présenter pour l’être humain.

    Enfin, je me suis intéressée au venin des lézards et aux envenimations : les envenimation humaines par les lézards sont-elles possibles ? Quels sont les risques encourus par une morsure de lézard ? Comment les éviter et les soigner ?

  • Elaboration et validation d'une échelle d'évaluation pour la réalisation simulée d'une ponction pleurale sous échographie pour pleurésie    - Nabier Aline  -  07 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La ponction pleurale est un geste technique médical fréquemment réalisé en pédiatrie et en médecine adulte. Son apprentissage se réalise actuellement majoritairement par mimétisme et compagnonnage auprès de médecins séniors. La pédagogie par simulation est une méthode d'apprentissage basée sur la mise en situation des apprenants dans un environnement réaliste et un cadre sécurisé, pour réaliser une procédure sur un modèle le plus réaliste possible. Il n'existe pas encore à notre connaissance de modèle de simulation permettant l'apprentissage de la ponction pleurale sous échographie dans un contexte de pleurésie. Cette étude a permis d'élaborer une échelle d'évaluation de performance pour la réalisation d'une ponction pleurale sous échographie en simulation par la méthode du groupe nominal, c'est-à-dire par questionnaires successifs auprès d'un groupe expert dans la réalisation de ce geste technique. L'échelle finale sera ensuite utilisée afin d'évaluer et de permettre une progression de participants lors de séances de simulation sur un modèle de ponction pleurale sous échographie.

  • Etat des lieux du marché de l’hépatite C et stratégie des différents acteurs de l’hépatite C dans le cadre de l’objectif d’éradication de cette maladie en France à horizon 2025    - Fauveau Pierre  -  07 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    71.1 millions de personnes sont infectées par le VHC dans le monde, représentant une prévalence de 1.0%. En 2011, en France, 344 500 personnes ont été infectées par le VHC et 192 700 personnes ont une infection chronique au virus de l’hépatite C. Plusieurs traitements ont été mis au point, par vagues. Dans les années 1990, l’interféron alpha, cytokines efficaces pour lutter contre les infections, a été le premier traitement contre l’hépatite C. De nombreux effets indésirables sont induits par l’interféron : somnolence, convulsions, syndrome dépressif, troubles psychotiques… 10% des personnes chroniquement infectées par le VHC sont guéries. A la fin des années 1990 la ribavirine est ajoutée à l’interféron ce qui permet de passer à 30% de guérison. En 2011, une première révolution a lieu : l’arrivée des anti-protéases, qui, associées à la bithérapie, permettent d’atteindre des taux de guérison de 60% à 80%. Une deuxième révolution majeure a lieu en 2013 avec l’arrivée du sofosbuvir, qui guérit 90% des infections, avec un meilleur profil de tolérance et une durée de traitement réduite. Enfin, en 2017, une troisième révolution apparaît : l’arrivée des nouveaux anti-viraux à action directe. Ces nouveaux traitements, simples, courts et efficaces à plus de 95%, se partagent le marché encore aujourd’hui et sont les principaux acteurs de l’éradication.

    L’éradication de l’hépatite C en France se construit autour de 3 axes. Le premier, c’est donner accès aux traitements pour le plus grand nombre. Avant 2016, le remboursement des traitements n’était disponible que pour les malades atteints de fibrose de niveau 2 à 4. En 2016, Marisol Touraine annonce son souhait d’élargir les conditions de remboursement des traitements contre l’hépatite C. La Commission de Transparence de la HAS annonce que le remboursement des traitements est élargi « à l’ensemble des patients infectés par le VHC, y compris les porteurs asymptomatiques ayant un stade de fibrose F0 ou F1 ». Le deuxième axe, c’est la décentralisation du système de soins. Cette décentralisation réclamée par Agnès Buzyn en 2018, passe par le renforcement des réseaux ville-hôpital, ainsi que par l’ouverture de la prescription à de nouveaux prescripteurs. La disponibilité de ces traitements en pharmacie de ville (en mars 2018), l’autorisation de la prescription des nouveaux traitements à tous les médecins non spécialistes (en mai 2019), la fin des RCP (Réunions de Concertation Pluridisciplinaire), ainsi que le soutien apporté aux CSAPA et CAARUD participent à cette décentralisation. Le troisième axe, c’est le dépistage massif de la population par prise de sang ou grâce aux TROD. Le dépistage en population générale en France est recommandé par l’AFEF pour « chaque adulte au moins une fois dans sa vie ».

    Ces actions ont permis depuis 2014 de traiter près de 90 000 patients en France. En continuant sur le même rythme de patients traités qu’en 2019 (11 400 par an), on peut raisonnablement penser qu’en 2025, 68 400 patients de plus auront été traités. Il resterait donc 27 000 patients à traiter. Pour éradiquer l’hépatite C en 2025, il faut donc que chacun des acteurs redouble d’efforts que ce soient les laboratoires, les autorités, ou les médecins.

  • La nébulisation des anti-infectieux dans le traitement des infections pulmonaires    - Godon Camille  -  04 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’anatomie du système pulmonaire permet de protéger les poumons des agents pathogènes, mais complique l’administration des médicaments directement dans les alvéoles, site principal des infections. Les infections pulmonaires représentent un réel enjeu de santé publique. De par leur nombre et leur fréquence, elles représentent une part importante du recours aux antibiotiques. L’utilisation d’antibiotiques par voie orale ou intraveineuse expose le patient à des doses élevées, responsables d’effets indésirables, qui peuvent être graves. Cette exposition systémique peut également induire l’apparition de résistances. Ces dernières sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus problématiques car de nombreuses bactéries deviennent multirésistantes. Cependant, les poumons présentent l’intérêt non négligeable d’avoir une voie d’abord directe pour les médicaments, ce qui permet de s’affranchir d’une exposition systémique et de diminuer les doses administrées, tout en maintenant des concentrations efficaces suffisantes au site de l’infection.

  • Evaluation des pratiques professionnelles de l'oxygénation traditionnelle de la ventilation non invasive et de l'oxygénation à haut débit dans la prise en charge des détresses respiratoires dans les services d'urgences des centres hospitaliers universitaires de France    - Henaff Thomas  -  04 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Pour la prise en charge des détresses respiratoires, le médecin urgentiste dispose de trois types de supports ventilatoires dont le but est de permettre d'éviter de recourir à la ventilation mécanique invasive : l'oxygénothérapie traditionnelle, la ventilation non invasive et l'oxygénothérapie à haut débit. Le but de cette étude est d'évaluer l'état actuel d'utilisation de ces trois techniques dans la prise en charge des détresses respiratoires aux urgences.

    Matériel et Méthodes : le design de l'étude est une enquête déclarative de pratique adressée aux médecins urgentistes de 8 CHU de France.

    Résultats : 85 praticiens ont répondu à notre enquête. Les praticiens interrogés estiment que l'OT est indiqué à plus de 90% dans 5 étiologies sur 6, que la VNI est indiquée à 98 et 99 % dans l'OAP et la BPCO, que l'OHD est indiquée à 98% dans la pneumopathie infectieuse. Tous les praticiens disposent du matériel d'OT et de VNI, mais ce n'est pas le cas de l'OHD.

    Discussion : Notre étude montre que les praticiens estiment que l'OT est très souvent indiquée mais que son taux d'échec est élevé. La VNI est principalement utilisée dans 2 étiologies OAP et BPCO, et l'OHD dans la pneumopathie infectieuse. L'OHD est la seule technique à laquelle certains praticiens n'ont pas encore accès. L'OHD est la technique où le manque de preuve scientifique, et le manque de formation du personnel médical est le plus invoquée comme raison d'insatisfaction.

    Conclusion : Notre étude permet de montrer que l'OT reste une technique très utilisée même si elle apporte des échecs fréquents, les indications de la VNI sont bien connus des urgentistes, en revanche l'OHD reste une technique mal maîtrisée encore aujourd'hui.

  • Évaluation des pratiques professionnelles sur la prise en charge des traumatisés crâniens graves et modérés au service d'accueil des urgences vitales du CHU de Poitiers    - Volkun Viktoria  -  04 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le traumatisme crânien est une pathologie fréquente et grave. La prise en charge initiale consiste à mettre en place des mesures pour limiter l'ischémie cérébrale secondaire. L'objectif principal de l'étude était d'évaluer l'adéquation de la prise en charge des patients avec score de Glasgow (GCS) < 9 à la SAUV du CHU de Poitiers avec les dernières recommandations de la SFAR.

    Matériel et méthodes : Il s'agissait d'une étude de type « avant / après » qui s'est déroulée à la SAUV du CHU de Poitiers de juin 2019 à août 2020 pour évaluer différents items : GCS initial, prévention des Agressions Cérébrales Secondaires d'Origine Systémique (ACSOS), la réalisation d'une imagerie cérébrale, la réalisation d'une osmothérapie, la réalisation du doppler trans-crânien (DTC). Une formation pratique à la réalisation du DTC et un rappel des recommandations ont été réalisés durant la période de wash-out.

    Résultats : L'évaluation initiale avec le score de Glasgow, la recherche et le traitement des ACSOS ont été réalisés dans la majorité des cas. La réalisation d'une imagerie cérébrale ainsi que l'administration d'une osmothérapie étaient réalisées dans 100% des cas. L'évaluation initiale par un DTC reste une pratique rare et ce, malgré la réalisation d'une formation pratique.

    Conclusion : La prise en charge des traumatisés crâniens modérés et sévères était partiellement respectée à la SAUV du CHU de Poitiers selon les dernières recommandations de la SFAR. Des axes d'amélioration existent afin d'y remédier.

  • État actuel des connaissances du concept de décision médicale partagée dans la démarche de dépistage organisé des cancers en France, par comparaison avec l’international ? Revue narrative de la littérature    - Deschamps Apolline  -  03 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La prise de décision partagée est un modèle de prise de décision où, à la suite d'un échange d'informations et d'une délibération entre le patient et le professionnel de santé, les deux parties convergent vers une décision acceptée. Cette approche valorise une approche centrée sur le patient. Ce modèle répond particulièrement à la problématique du dépistage. Un état des connaissances sur ce sujet a été réalisé en France par rapport à l’international.

    MÉTHODE : Revue narrative de la littérature par l’interrogation des bases de données PubMed, LiSSa, Google Scholar, BDSP, Cochrane et le SUDOC à l’aide des mots clés suivants : « dépistage du cancer », « participation du patient ».

    RÉSULTATS : Sur les 477 articles éligibles, 14 articles ont été retenus pour analyse. En France, aucune étude sur le sujet n’a été trouvée. Les résultats principaux mettent en évidence une amélioration des connaissances des patients en matière de dépistage, une diminution du conflit décisionnel, une augmentation de la fréquence à laquelle ils font un choix éclairé, ainsi qu’une meilleure participation à la décision, à la suite de l’utilisation d’aides décisionnelles. En ce qui concerne les intentions des patients de se faire dépister, les résultats sont plus mitigés.

    CONCLUSION et PERSPECTIVES: En France le concept de prise de décision partagée en matière de dépistage organisé est très peu étudié. Il est nécessaire de développer la recherche en soins primaires, pour la réalisation d’outils décisionnels respectant les recommandations actuelles. Les éléments de notre travail offrent des pistes pour l’exploration de la décision partagée en France et notamment des caractéristiques et du contenu des outils d’aides qui pourraient être développés dans ce domaine dans le dépistage des cancers mais aussi d’une manière plus générale pour ce qui concerne la santé individuelle des patients.

  • Attentes de formation à la relation médecin-patient des étudiants de deuxième cycle en médecine de l'université de Poitiers    - Vergara Lancelot  -  03 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La formation à la relation médecin-patient est un enseignement de plus en plus important dans le cursus des étudiants en médecine, mais ceux-ci ne se sentent pas suffisamment bien formés, que ce soit sur le fond ou bien la forme. L'objectif est d'identifier les principales attentes de la formation à la relation médecin-patient des étudiants de deuxième cycle en médecine de la faculté de médecine de Poitiers.

    Le matériel et les méthodes : Une étude quantitative a été menée à partir d'un questionnaire envoyé du 20 juillet 2020 au 21 juillet 2020 aux étudiants de DFASM 1, 2 et 3 de la faculté de médecine de Poitiers.

    Les Résultats : Les étudiants estiment souffrir d'un déficit de compétences dans la relation médecin-patient. Ils souhaitent une formation régulière, obligatoire, personnalisée et repartie tout au long de leur cursus d'externe. La formation devrait être pratique via des jeux de rôles filmés. Mais beaucoup demandent à ce qu'il y ait aussi des cours théoriques et à participer à des groupes d'échanges pour débriefer des situations compliquées. Ils disent ne pas être assez intégrés dans les équipes soignantes.

    Conclusion : Ces résultats peuvent servir de base de travail quant à l'amélioration des programmes d'enseignements de la relation médecin patients existants, ainsi que l'amélioration des conditions d'accueil des stages hospitaliers pour les étudiants en médecine.

  • Orthorexie mentale : état des connaissances et rôle du pharmacien d’officine dans la prise en charge    - Tamisier Sindy  -  01 décembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles du comportement alimentaire (TCA) touchent une proportion de personnes non négligeable avec un impact important en termes de morbidité et de mortalité à long terme. Cela en fait donc un véritable problème de santé publique. Certains d’entre eux sont moins connus mais figurent malgré tout au sein de classifications internationales répertoriant les diverses pathologies existantes.

    Cependant, à ce jour, d’autres TCA existent mais ne bénéficient pas encore de recul suffisant afin d’y figurer. C’est notamment le cas de l’orthorexie mentale qui a été décrite pour la première fois par le Dr Steven Bratman en 1997.

    L’orthorexie mentale se caractérise par une préoccupation excessive concernant l’alimentation saine ayant pour but une amélioration de l’état de santé. Cependant, cette préoccupation devient obsessionnelle jusqu’à entrainer des conséquences négatives sur la qualité de vie (carences nutritionnelles, anxiété, isolement social, etc…).

    L’objectif de cette thèse est de faire un état des lieux des connaissances existantes à ce jour sur l’orthorexie mentale mais également de démontrer la nécessité pour les patients ainsi que pour les professionnels de la santé et de la nutrition de faire reconnaitre ce trouble. Il apparait cependant nécessaire de poursuivre les recherches scientifiques sur le sujet afin de définir de manière universelle ce trouble ainsi qu’un cadre en termes de caractéristiques, de diagnostic et de prise en charge. De plus, cette thèse a également pour but de montrer le rôle que peut jouer le pharmacien d’officine, acteur de santé publique de proximité, en étant intégré dans la prise en charge multidisciplinaire de ce trouble tout comme dans les autres TCA.

  • Le groupe d’échanges de pratiques « le patient insatisfait ou revendicateur », quels apports pour les internes de médecine générale ?    - Boutiller Claire  -  26 novembre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La gestion d'une relation conflictuelle ou d'un désaccord avec un patient est une situation pouvant être rencontrée et restant problématique pour de nombreux professionnels de santé, avec une demande forte de formation sur ce point soulevée par les IMG ces dernières années. Les IMG, en Poitou-Charentes, sont sensibilisés, à ce sujet via un Groupe d'Échanges de Pratiques (GEP) intitulé «Le patient insatisfait ou revendicateur», technique pédagogique retenue à la suite de l'Arrêté du 12 avril 2017. Ce travail a comme objectif principal d'analyser les apports de ce GEP décrits par les IMG de Poitiers et comme objectif secondaire de confronter ces apports aux objectifs pédagogiques fixés par le DMG.

    Matériel et méthode : Une analyse qualitative documentaire des grilles d'écriture et d'analyse de situation de soins de ce GEP de 30 IMG de la promotion 2017 de la faculté de Poitiers a été effectuée pour recueillir ces apports. Elle a été réalisée grâce au logiciel Nvivo jusqu'à saturation des données.

    Résultats : Les apports décrits sont très nombreux et classés en 2 catégories : les apports concernant la gestion d'une consultation avec un patient insatisfait ou revendicateur et les apports sur le professionnalisme. Concernant la gestion du déroulement de la consultation, 3 thèmes ressortent : la définition du problème de façon commune, la place de l'émotionnel dans une consultation et la négociation des changements avec les outils pour y parvenir. Ces thèmes correspondent aux objectifs pédagogiques attendus par le DMG. Concernant l'organisation professionnelle, 5 thèmes ressortent concernant le champ médico-légal, la nécessité d'échanges entre confrères, les apports des intervenants et les ressources mobilisées, les apports immédiats du GEP 5 dans la pratique et enfin, l'absence d'apport pour certains internes.

    Conclusion : Ce GEP 5 a permis une auto-réflexion intéressante sur leur pratique et des partages d'expériences enrichissants. Le principe d'adaptabilité domine cette séance dans la prise en charge globale du patient. Ce travail pourrait ouvrir une réflexion sur la possibilité d'augmenter le temps dédié à cet enseignement et l'introduction de cet enseignement lors du 2ème cycle des études médicales, permettant aux étudiants en médecine de se prémunir des conséquences émotionnelles négatives engendrées lors d'une relation conflictuelle.

|< << 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales