Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1809 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1511 à 1520
Tri :   Date travaux par page
  • Impact sur la couverture vaccinale de la mise à disposition des vaccins au cabinet du généraliste : étude prospective sur la vaccination dTCaPolio et ROR dans la Vienne    - Rethore Berthome Emilie  -  24 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La couverture vaccinale reste insuffisante en France, empêchant l'éradication de certaines maladies infectieuses. Une étude de 2011 auprès des généralistes de la Vienne constate que programmer un rendez-vous pour la vaccination dès la prescription permet d'améliorer le taux de réalisation des vaccins dans le délai souhaité par le médecin, mais 25% des prescriptions n'aboutissent pas à une vaccination. L'objectif de cette étude est d'estimer si la mise à disposition des vaccins au cabinet du généraliste permettrait d'améliorer significativement la couverture vaccinale. A cette fin, une étude prospective a été réalisée sur la vaccination ROR et DTCaPolio auprès de 127 généralistes de la Vienne répartis en 3 groupes homogènes (« témoin », « rendez-vous » et « vaccination immédiate »). Chacun prescrivait selon ses habitudes durant une semaine puis, la semaine suivante, le groupe « témoin » continuait ainsi, le groupe « rendez-vous » proposait de programmer les vaccinations et le groupe « vaccination immédiate » proposait de vacciner immédiatement grâce à un stock de vaccins disponible au cabinet. Dans le groupe « vaccination immédiate », les résultats montrent une amélioration significative du taux de vaccins réalisés dans le délai souhaité par le prescripteur passant de 50 % lors de la première semaine (31/62) à 82 % durant la deuxième semaine (37/45). 34 des 45 prescriptions de la deuxième semaine ont été réalisées immédiatement (75%). L'impact de la programmation des vaccinations n'a pas été confirmé puisque dans le groupe « rendez-vous », les résultats montrent une diminution du taux de réalisation des vaccins dans le délai souhaité, passant de 62% (41/66) à 58% (21/36). Cette diminution est également retrouvée dans le groupe « témoin », qui passe de 58% (33/57) lors de la première semaine à 50% (18/36) durant la deuxième semaine. Ainsi, la mise à disposition de vaccins au cabinet du généraliste permet d'améliorer la couverture vaccinale. Néanmoins, ce protocole mérite d'être évalué auprès des praticiens l'ayant testé.

  • Mastocytose et intolérance alimentaire : 37 patients    - Fleury Julie  -  23 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Contexte : L'étude menée par l'association française pour les initiatives de recherche sur le mastocyte et la mastocytose (AFIRMM) en 2008 rapporte une prévalence de 61% des intolérances / allergies alimentaires sur 363 patients porteurs de mastocytose. Dans la population générale, la prévalence est estimée à 17%.

    Objectifs : Evaluer la prévalence des intolérances alimentaires dans une population de patients atteints de mastocytose, identifier des facteurs prédictifs d'intolérance alimentaire aux aliments riches en histamine et histamino-libérateurs, déterminer des conseils alimentaires adaptés lors du diagnostic initial.

    Matériels et méthodes : Une étude prospective monocentrique a été réalisée dans le service de dermatologie du CHU de Poitiers de 2008 à 2012. Si le patient déclarait au moins une intolérance alimentaire, il devait remplir un questionnaire portant sur les effets (cutanés, digestifs, généraux) de 20 aliments histamino-libérateurs ou riche en histamine connus pour leur capacité à déclencher des manifestations en lien avec la dégranulation mastocytaire.

    Résultats : 37 patients ont été inclus. 54% des patients se déclaraient intolérants à au moins un aliment. dans le groupe intolérant, le taux de tryptase moyen était de 57,86 μg/l; 95% des patient avaient une mastocytose systématique et 80% une atteinte digestive (fonctionnelle ou endoscopique). Dans le groupe tolérant, le taux de tryptase moyen était de 30,49 μg/l. 59% des patients avaient une mastocytose cutanée pure. 78% des patients étaient intolérants à l'alcool. On remarque que les intolérances rapportées par l'alcool sont dominées par les manifestations cutanées (urticaire, prurit) et générale (flush, sensation de malaise). Il existe une différence significative entre les 2 groupes. Un taux de tryptase inférieur à 27 μg/l est prédictif de l'absence d'intolérance alimentaire au risque 5%. Un taux de tryptase supérieur à 50 est prédictif de la présence d'une intolérance alimentaire au risque 5%. La mastocytose systémique est associée à un risque très élevé d'intolérance alimentaire. La présence d'une atteinte digestive spécifique de la mastocytose est également un facteur de risque.

    Conclusion : Une mastocytose systémique, une atteinte digestive, un taux de tryptase supérieur à 50 μg/l sont prédictifs d'une intolérance alimentaire. En revanche, en présence d'une mastocytose cutanée et d'un taux de tryptase inférieur à 27 μg/l, les consignes d'éviction de certains aliments ne sont pas utiles. L'alcool semble être très pourvoyeur de manifestations paroxystiques.

  • L'unité de médecine générale dix ans après : étude rétrospective des hospitalisations des 6 premiers mois de l'année 2009    - Burnham Emmanuel  -  21 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : Etudier les patients hospitalisés dans l'unité de médecine générale du Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers afin de vérifier si les hospitalisations correspondaient aux objectifs de la charte établie en 2007, et voir si d'autres CHU de France ont des unités similaires.

    Matériels et méthodes : Etude rétrospective observationnelle de 590 patients hospitalisés de janvier à juin 2009 préalablement sélectionnées par le programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) et recueil des données épidémiologiques via le CRH. Enquête par internet et téléphone auprès des CHU métropolitains.

    Résultats : Le sex ratio était de 1, la durée moyenne de séjour (DMS) était de 6.8+/-6.7 jours, l’âge moyen (AM) était de 67.7+/-17.9 ans, avec 48.7% patients de plus de 80 ans. 72.5% venaient de leur domicile, 68.5% étaient hospitalisés par le service d’accueil des urgences (SAU). 51% avaient une affection de longue durée (ALD). 422 diagnostics posés pour 81.7% des patients. 55% sortaient à domicile et 29% étaient transférés vers une autre unité. 21.7% étaient des hébergements pour une autre unité du CHU avec une DMS de 2.1+/-2.3 jours, un AM de 65.8+/-17.1 ans et 93.8% ont été transférés. Cinq CHU présentent des unités similaires.

    Discussion : L'objectif d'une hospitalisation de moins de 5 jours n'est pas atteint. Cela peut s'expliquer par le nombre important d'hébergement (20%) qui participe au ralentissement de l'activité en bloquant des lits. Plusieurs propositions d'amélioration sont proposées pour diminuer la DMS par exemple la mise en place d'une ligne téléphonique accessible aux médecins libéraux pour faciliter les entrées directes et la création d'une fiche sociale pour faciliter la sortie d'hospitalisation.

  • Optimisation du mélange de deux fluides non miscibles   21 mai 2013


  • Introduction à la théorie des revêtements et application    - Lejeune Sophie  -  21 mai 2013


  • Arbres couvrants aléatoires pavages par dominos    - Godin Thibault  -  21 mai 2013


  • Optimisation du mélange de deux fluides non miscibles    - Debaud Gautier  -  21 mai 2013


  • Effets de la corpulence sur la composition en macronutriments du lait maternel    - Gaud Marie-Agnès  -  03 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le gain pondéral à un mois de vie des enfants allaités par une mère obèse est moindre que celui des enfants allaités par une mère normo-pondérale. La composition du lait de femme obèse a été peu étudiée et pourrait expliquer la différence de gain pondéral. Le but de cette étude était de comparer le débit et la composition en macronutriments du lait maternel de femmes obèses et non obèses à 1 mois.

    Matériel et méthodes : Il s'agit d'une étude prospective, cas-contrôles, dans le cadre d'un PHRC. Les patientes ont été incluses dans les maternités du CHU de Poitiers et du CH de Châtellerault, puis convoquées à 1 mois pour un prélèvement de lait maternel. Cinquante femmes obèses (IMC ≥ 30kg/m2) et cinquante normo-pondérales (18,5 ≤ IMC < 25 kg/m2), appariées selon leur âge, niveau d'étude, origine ethnique et parité, ont été incluses. La composition du lait a été étudiée avec l'analyseur de lait maternel de la société MIRIS.

    Résultats : Le débit de lait lors de la tétée était moindre chez les femmes obèses (6,7 ± 3,7 vs 5,1 ± 3,5 ml/min, p<0,05) mais nous n'avons observé aucune différence pour la concentration en glucides, lipides, protides et énergie. Seule la matière sèche était supérieure dans le lait des femmes obèses (12,4 ± 1,6 vs 11,7 ± 1,3 g%, p<0,05).

    Conclusion : Ce travail suggère un moindre débit de lait lors d'une tétée qui pourrait rendre compte d'une moindre prise de poids chez le nouveau-né de mère obèse allaité exclusivement. Nous n'avons pu confirmer un plus grand contenu en lipides et énergie dans le lait de la femme obèse en raison d'un manque de puissance statistique. L'analyse qualitative des lipides du lait est en cours.

  • Effets de la corpulence sur la composition en macronutriments du lait maternel    - Gaud Marie-Agnès  -  03 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le gain pondéral à un mois de vie des enfants allaités par une mère obèse est moindre que celui des enfants allaités par une mère normo-pondérale. La composition du lait de femme obèse a été peu étudiée et pourrait expliquer la différence de gain pondéral. Le but de cette étude était de comparer le débit et la composition en macronutriments du lait maternel de femmes obèses et non obèses à 1 mois.

    Matériel et méthodes : Il s'agit d'une étude prospective, cas-contrôles, dans le cadre d'un PHRC. Les patientes ont été incluses dans les maternités du CHU de Poitiers et du CH de Châtellerault, puis convoquées à 1 mois pour un prélèvement de lait maternel. Cinquante femmes obèses (IMC ≥ 30kg/m2) et cinquante normo-pondérales (18,5 ≤ IMC < 25 kg/m2), appariées selon leur âge, niveau d'étude, origine ethnique et parité, ont été incluses. La composition du lait a été étudiée avec l'analyseur de lait maternel de la société MIRIS.

    Résultats : Le débit de lait lors de la tétée était moindre chez les femmes obèses (6,7 ± 3,7 vs 5,1 ± 3,5 ml/min, p<0,05) mais nous n'avons observé aucune différence pour la concentration en glucides, lipides, protides et énergie. Seule la matière sèche était supérieure dans le lait des femmes obèses (12,4 ± 1,6 vs 11,7 ± 1,3 g%, p<0,05).

    Conclusion : Ce travail suggère un moindre débit de lait lors d'une tétée qui pourrait rendre compte d'une moindre prise de poids chez le nouveau-né de mère obèse allaité exclusivement. Nous n'avons pu confirmer un plus grand contenu en lipides et énergie dans le lait de la femme obèse en raison d'un manque de puissance statistique. L'analyse qualitative des lipides du lait est en cours.

  • Impact d'une évaluation gériatrique sur l'orientation des personnes âgées au sein d'un service d’accueil des urgences : expérience au centre hospitalier de La Rochelle    - Noe Sophie  -  02 mai 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'évolution démographique entraîne une augmentation du nombre de personnes âgées aux urgences. Les patients fragiles sont à risque de décompensation et de pathologies en cascade qui peuvent aboutir à une perte d'autonomie. Pour faire face aux spécificités médico-psycho-sociales de cette population, une équipe de gériatrie (EGU) intervient aux urgences (SAU) de La Rochelle. Nous avons mené une étude pour décrire la population gériatrique admise aux Urgences et comparer l'orientation dans la filière de soins avec celle d'une population témoin antérieure qui était prise en charge par des urgentistes uniquement.

    Méthode : étude rétrospective portant sur 292 patients vus par l'équipe de gériatrie entre le 1er août et le 31 octobre 2012. Recueil des données socio-démographiques, d'un score de fragilité (ISAR) et de l'orientation au décours du passage aux urgences : unité d'hospitalisation de courte durée (UHCD, unité court séjour gériatrique (CSG) ou retour au domicile).

    Résultats : L'équipe de gériatrie a vu 87,5% des patients fragiles (score ISAR > 2), qui nécessitaient une évaluation gériatrique globale. Le taux de retour à domicile après l'UHCD était de 36,4% pour les patients pris en charge par l'EGU contre 12,5% pour ceux antérieurement vus par les urgentistes (p = 0,0005). Le taux d'admission vers le CSG à partir des urgences était de 50,4% pour les patients pris en charge par l'EGU contre 16,2 % (p = 0,001) auparavant. L'adéquation entre l'orientation souhaitée et l'orientation effective était significativement plus élevée, 77,1% contre 54% (p <0,0001) pour les patients pris en charge par l'EGU au SAU. Le taux de retour aux urgences des patients rentrés à domicile un mois après la consultation aux urgences était de 27,3% contre 9% pour l'EGU (p = 0,027).

    Discussion : Les orientations des patients semblaient plus adaptées à leur profil et à leur pathologie. Face à l'augmentation du nombre de personnes âgées, la filière gériatrique aux urgences devrait se développer pour permettre d'offrir une prise en charge médico-psycho-sociale adaptée à tous les patients de plus de 75 ans fragiles.

|< << 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales