Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2426 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1511 à 1520
Tri :   Date travaux par page
  • Evaluation de la formation en éducation à la sexualité proposée par l’académie de Poitiers : étude observationnelle transversale menée auprès de 60 intervenants en éducation à la sexualité dans lycées et collèges de l’académie    - Fernandes leitao Lucia  -  25 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs : évaluer la formation « Education à la sexualité » du rectorat de Poitiers auprès des bénéficiaires de la formation.

    Méthode : étude observationnelle transversale menée en deux temps avec une évaluation immédiate et à distance pour répondre aux étapes de la méthode Kirkpatrick. La collecte de données a été réalisée avec un questionnaire papier pour l'évaluation immédiate, et avec un questionnaire informatisé pour l'évaluation à distance.

    Résultats : La formation est satisfaisante pour les intervenants en éducation à la sexualité. Cependant cette satisfaction est plus élevée immédiatement qu’à distance. Nous avons mis en évidence une amélioration de la maîtrise de toutes les compétences abordées au cours de la formation (définir les objectifs, les différents champs, mettre en place un projet d’éducation, prendre du recul) sauf celle qui est de mener l’animation autour de l’éducation à la sexualité. Il serait alors intéressant d’accentuer ce dernier point au cours de la formation afin de permettre aux intervenants de mener leur action de façon optimale.

    Conclusion : La formation est adaptée, cependant celle-ci pourrait être améliorée afin d’aider ses bénéficiaires à mener l’animation. Les intervenants expriment le souhait d’une suite à cette formation avec la création d’une rencontre entre anciens participants pour faire des mises à niveau et permettre un échange d’expérience.

  • La désignation de la personne de confiance dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) du Poitou-Charentes et des Pays de la Loire : état des lieux    - Khemiri Djamel  -  24 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Rationnel : La notion de personne de confiance, introduite en France avec la loi du 4 mars 2002, reste encore trop méconnue des patients comme des soignants. Elle est considérée comme un progrès dans la relation médecin-malade, notamment avec les personnes âgées, plus fragiles. Les EHPAD peuvent jouer un rôle important pour promouvoir ce dispositif de la personne de confiance.

    Objectif : déterminer si les EHPAD ont formalisé la désignation de la personne de confiance pour leurs résidents et étudier la méthodologie relative à cette désignation au sein des établissements.

    Méthode : Nous avons réalisé une étude rétrospective observationnelle, quantitative de type descriptif, à partir d'un questionnaire individuel (29 questions à réponses fermées et 3 ouvertes) adressé par e-mail à l'ensemble des 929 EHPAD de Poitou-Charentes et des Pays de la Loire.

    Résultats : 162 EHPAD ont répondu au questionnaire (17,3%). 84,5% des EHPAD participants hébergeaient de 40 à 120 résidents, 83,3% avaient un médecin coordonateur et 85% déclaraient un soignant référent pour chaque admission. Près des trois quarts (72,8%) ont formalisé la désignation de la personne de confiance pour leurs résidents (dont 58,5% au cours des 3 dernières années), 24,7% déclaraient ce projet en cours de mise en place ou en projet. Dans la majorité des cas, la désignation de la personne de confiance était réalisée avant l'admission (21,9%) ou au moment de l'admission (66,1%) et réalisée par le secrétariat administratif de l'EHPAD. Dans 58,5% des cas, il n'était pas rapporté de formation spécifique des soignants sur cette problématique Un document écrit remis au résident est rapporté dans 72,9% des cas. Dans 56,9% des cas, les participants déclaraient l'absence d'actualisation de la personne de confiance au cours du séjour.

    Discussion : notre étude met en évidence que cette désignation est trop souvent liée aux formalités administratives de l'admission dans l'établissement. Le personnel soignant n'est alors pas suffisamment impliqué, alors qu'il devrait être au coeur du dispositif de la personne de confiance, car c'est lui qui est amené à l'utiliser au quotidien.

  • État des lieux des connaissances et pratiques des médecins généralistes sur les hépatites virales B et C en 2014, en Poitou Charentes    - Plaa Remi  -  24 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les hépatites virales B et C sont un problème de santé publique, avec un important coût humain et financier du fait de leurs complications que sont la cirrhose et le CHC (carcinome hépato-cellulaire). A l'heure où les nouveaux traitements permettent de guérir ces pathologies, notamment l'infection au VHC (virus de l’hépatite C), il persiste un déficit en terme de dépistage et de prévention.

    Objectifs : Cette étude a pour objectifs d'aborder les connaissances et pratiques des médecins généralistes en matière de dépistage et de prévention des hépatites virales B et C, pour cibler les lacunes et proposer des formations adaptées.

    Matériels et méthodes : Il s'agit d'une étude prospective observationnelle proposée à 954 médecins du Poitou-Charentes entre juin 2014 et mai 2015. Deux cas cliniques avec questions ouvertes et fermées ont été soumis par email, via l'URPS (union régionale des professionnels de santé), et courrier papier.

    Résultats : Quatre vingt neuf médecins (9,3%) ont répondu sur 954. Les modes de transmission de l'hépatite B sont connus par 74,2% des médecins et ceux de l'hépatite C par 75,3%. Encore trop pensent que le VHC est à transmission sexuelle (63%) et préconisent des rapports sexuels protégés (69%). La transmission par toxicomanie intra nasale est peu connue : 36% pour le VHC et 27% pour le VHB (virus de l’hépatite B). La transmission materno-foetale du VHB est bien connue mais pas les modalités de sa prévention, seulement 11,2% préconisent la sérovaccination. La vaccination contre l'hépatite B est bien acceptée, 97,6% y sont favorables, mais 47,2% des médecins ne vaccinent pas s'il existe des antécédents familiaux de sclérose en plaque. Les complications des deux infections, la cirrhose et le CHC, sont connues seulement de 48,3% des médecins.

    Conclusion : Les hépatites virales B et C sont un enjeu de santé publique du fait de leur fréquence, leur dépistage incomplet et de leurs complications. Des traitements au stade chronique sont efficaces mais le carcinome hépatocellulaire garde un pronostic sombre. Il faut donc agir en amont et c'est là que le rôle du médecin généraliste en prévention, dépistage et vaccination est primordial. Renforcer les connaissances des médecins généralistes parait indispensable pour réduire la morbi-mortalité et réduire le coût pour notre société.

  • Etude des erreurs morphosyntaxiques d'enfants dyslexiques-dysorthographiques en production écrite    - Szopinski-virondeau Guillaume  -  24 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La morphologie est une composante de l’orthographe peu étudiée, y compris concernant la dyslexie-dysorthographie. Les recherches ont commencé à présenter l’idée que les enfants dyslexiques possèderaient des compétences morphologiques préservées, en partie indépendantes de leurs difficultés globales en langage écrit. Notre étude a pour objectif d’analyser et de catégoriser les erreurs morphologiques dérivationnelles et flexionnelles produites par des enfants dyslexiques et des enfants contrôles appariés par âge chronologique et par âge lexique. Trois types de tâches leur ont été proposés : lecture, dictée de texte et rédaction écrite. Nous hypothèse principale est que les performances des enfants dyslexiques seraient inférieures à celles des enfants contrôles de même âge chronologique dans les trois types d’activités, et qu’elles seraient également inférieures à celles des enfants contrôles de même âge lexique dans les deux activités de production écrite. Néanmoins, leurs performances en lecture seraient supérieures à celles des enfants contrôles de même âge lexique. Le groupe des enfants dyslexiques était composé de 20 participants, tandis que le groupe des enfants contrôles était composé de 254 participants. Nos résultats montrent que les performances des enfants dyslexiques sont inférieures à celles des enfants de même âge chronologique dans toutes les activités, mais qu’elles sont égales à celles des enfants de même âge lexique en lecture. De plus, les enfants dyslexiques ont produit autant, voire moins d’erreurs morphologiques dérivationnelles en dictée et en rédaction que les enfants de même âge lexique. Ceci confirmerait l’idée que les enfants dyslexiques s’appuieraient sur leurs capacités de traitement morphologiques pour compenser leurs difficultés. Cette perspective offrirait de grandes possibilités thérapeutiques pour soutenir les enfants dyslexiques à l’écrit.

  • Etude Noburnout : Évaluation de l’impact d’un programme en ligne et en autoformation de méditation pleine conscience de huit semaines sur le syndrome d’épuisement professionnel des étudiants en médecine de la quatrième à la sixième année, des internes de médecine et de chirurgie et des étudiants en maïeutique de l’Université de Poitiers.    - Baillargeat Maude  -  23 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le burn out ou syndrome d'épuisement professionnel est un concept récent et encore peu pris en considération par la communauté médicale et dans le monde du travail. S'il touche particulièrement les professionnels de santé, il n'épargne pas les étudiants, et aucune mesure n'a été mise en place afin de le prévenir. Des études ont montré qu'un programme MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) de méditation pleine conscience avait un impact positif sur le syndrome d'épuisement professionnel, l'empathie et les troubles anxiodépressifs. Des études ont également montré qu'un programme MBSR de méditation pleine conscience avait des effets bénéfiques sur les étudiants en soin. Et enfin, des études ont montré que l'enseignement en ligne et en autoformation de ce type de programme était réalisable. C'est dans ce contexte que cette étude a été élaborée. Le but de cette étude est d'évaluer l'impact d'un programme MBSR adapté aux étudiants en soin, de 8 semaines, en ligne et en autoformation, sur le syndrome d'épuisement professionnel des étudiants en Médecine et Maïeutique.

    Matériel et Méthodes : Sur une population cible de 1635 étudiants en médecine (de la quatrième à la sixième année et les internes en médecine et chirurgie) et en maïeutique, 450 (27,5 % de la population cible) ont été randomisés dans trois groupes parallèles sans insu (Méditation Pleine Conscience (MPC), Témoin, SECCA) après avoir répondu en ligne aux quatre questionnaires de l'étude ; socio-démographique, MBI (Maslach Burnout Inventory), IRI (Interpersonal Reactivity Index de Davis) et HAD (Hospital Anxiety and Depression Scale). 152 ont été affectés au groupe MPC et ont pu bénéficier du programme. À la fin des huit semaines du programme, les mêmes questionnaires ont été envoyés aux étudiants ; 82 ont répondu sur les 152 étudiants randomisés dans le groupe MPC (54%).

    Résultats : Les résultats retrouvent une amélioration significative de l'anxiété (M4 : 8,8 vs M7 : 8,3 ; p < 0,05) et des composantes « Accomplissement Personnel » du MBI (M4 : 35,2 vs M7 : 36,4 ; p < 0,05) et « Perspective Taking » de l'IRI (M4 : 17,6 vs 18,6 ; p < 0,05) des étudiants du groupe MPC. Dans ce même groupe, on retrouve une diminution significative de la dépression (p < 0,05) auprès des étudiants présentant un SEP moyen ou fort. Dans le groupe Témoin, on retrouve une aggravation significative de la dépression (M4 : 3,5 vs M7 : 4,4 ; p < 0,05) et des composantes « Épuisement Émotionnel » (M4 : 19 vs M7 : 21,4 ; p < 0,05) et « Dépersonnalisation » (M4 : 8,3 vs M7 : 9,7 ; p < 0,05).

    Conclusion : Le programme MBSR adapté aux étudiants en soin sur huit semaines en ligne et en autoformation permet d'une part d'améliorer les symptômes d'anxiété, et d'autre part d'éviter une aggravation du syndrome d'épuisement professionnel et de la dépression des étudiants en profession de soin. Ces résultats mitigés par rapport aux données actuelles de la littérature peuvent s'expliquer par différents paramètres qui seront étudiés dans une nouvelle étude. Avec les résultats de cette nouvelle étude, de nouveaux travaux pourront être réalisés permettant alors de vérifier la possibilité de mettre en place un programme de méditation pleine conscience pour les étudiants en profession de soin et ainsi répondre aux besoins de prévention et prise en charge du syndrome d'épuisement professionnel de cette population souvent délaissée.

    Le complément de la thèse (fichiers audios et vidéos) n'est pas disponible en version électronique.

  • Impact de la grille SECCA sur 8 semaines sur le Burn Out des étudiants en médecine et étudiants sages-femmes dépendant de la Faculté de Poitiers    - Touzalin Gabrielle  -  23 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'épuisement professionnel ou « Burn Out Syndrome » (BOS) est un phénomène apparaissant tôt dans la vie des soignants, souvent dès leur formation. Il a de multiples visages. Il est responsable principalement d'arrêts précoces d'exercice professionnel, de suicides, d'une diminution de la qualité des soins. Malheureusement, la médecine du travail concernant les médecins comme les futurs médecins n'est que peu développée. Ce phénomène reste tabou, même si certains médias commencent à en parler.
    Aucune étude française n'a évalué de prise en charge thérapeutique psychologique du BOS des étudiants en médecine. L'étude NO BurnOut a été créée par 7 internes en médecine générale de la faculté de Poitiers pour étudier entre autre la relation entre empathie et BOS, et pour étudier 2 outils de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) sur un an. Cette thèse en est une partie.
    Certains outils de TCC, tel que la grille SECCA (Situation Emotions Cognitions Comportements Analyse) sont utilisés depuis longtemps par les psychologues, dans la prise en charge de l'anxiété et la dépression. La grille SECCA a été choisie dans cette étude car efficace, utilisable de façon spontanée et autonome, sans formation particulière.
    Permettrait-elle de faire diminuer le score MBI (Maslach Burnout Inventory) ? Est-elle adaptée aux étudiants en médecine du Poitou-Charentes en tant qu'outil de prévention primaire et secondaire ?

    Matériel et Méthode : Étude expérimentale interventionnelle prospective appariée et comparative, randomisée d'efficacité thérapeutique, sans insu, en 3 groupes parallèles, comparaison des résultats avant et après l'intervention chez les utilisateurs de la grille SECCA, unicentrique.
    Le BOS a été évalué dans cette étude par l'échelle MBI, l'empathie par le test de Davis (IRI = Interpersonal Reactivity Index) et l'échelle HAD (Hospital Anxiety and Depression scale) a mesuré l'anxiété et la dépression.
    Objectif principal : étude de l'impact de la grille SECCA sur le BOS des étudiants en études médicale de Poitiers sur 8 semaines d'utilisation.
    Objectif secondaire : Analyse appariée de l'impact de la grille SECCA sur l'IRI et sur l'HAD, comparaison avec le groupe Témoin du score MBI, de l'IRI et de l'HAD.

    Résultats : Dans le groupe SECCA durant les 8 semaines d'utilisation, il n'y a pas de différence significative entre les scores de BOS entre M4 et M7, le taux d'empathie émotionnelle et la sous-échelle « Personnal Distress » ont diminué ainsi que leur niveau d'anxiété. Les étudiants du groupe Témoin ont vu s'aggraver leur score d'Epuisement Emotionnel et de Dépersonnalisation en 8 semaines, sans que la modification sur le score global de MBI soit significative. Il n'y pas de modification des scores d'empathie et le score d'Anxiété est resté stable comme le score global, le score Dépression a augmenté.
    En 8 semaines, il n'existe pas de différence significative des scores de BOS, des sous-échelles de l'IRI ni du score HAD entre des groupes SECCA et Témoin.

    Conclusion : La grille SECCA permet de garder un score global du MBI stable, et donc un BOS stable, et qui ne s'aggrave pas, mais qu'il ne l'améliore pas. Notre hypothèse principale n'a donc pas été vérifiée. La grille SECCA est en revanche significativement efficace sur l'empathie émotionnelle, et sur l'anxiété en pré et post-interventionnel.
    Le délai de 8 semaines est sûrement trop court pour juger de son impact sur le BOS, et il existe de nombreux biais : nombre de répondants peu élevé, gestion informatique, biais d'analyse.
    L'étude No BurnOut se termine en automne 2015 : de nombreux résultats et analyses devraient donner de nouvelles réponses et perspectives de travail.

  • La réhabilitation après mandibulectomie interruptrice pour cancer de la cavité orale : intérêt de la prothèse maxillo-faciale et du suivi orthophonique conjoint    - Louarn Jane  -  23 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le but de cette recherche est de vérifier l’intérêt de la mise en place d’une prothèse maxillo-faciale pour la réhabilitation des personnes traitées par mandibulectomie interruptrice pour un cancer de la cavité orale. Nous avons également souhaité montrer l’importance qu’il y avait à ce que les patients, généralement suivis par un orthophoniste en post-opératoire, poursuivent leur rééducation au moment de l’appareillage.

    Nos hypothèses de départ étaient les suivantes : la prothèse endo-buccale permet des progrès dans la réhabilitation des fonctions de déglutition, d’articulation et de mastication chez ces patients. L’appareillage entraîne également une amélioration de la qualité de l’alimentation et de la vie de ces patients. Le suivi orthophonique conjoint à la mise en place de la prothèse est souvent absent malgré son intérêt évident.

    Nous avons ainsi testé ces hypothèses auprès d’un patient ayant subi une résection mandibulaire due à un cancer de la cavité orale et porteur d’une prothèse maxillo-faciale.

    Nos hypothèses ont été partiellement validées. Nous avons, en effet, conclu sur l’intérêt de la prise en charge prothétique pour la réhabilitation de la déglutition, de l’articulation ainsi que pour la qualité de vie. Il apparaît, en outre, que l’éducation à une mastication avec l’appareillage pourrait être envisageable par une reprise de l’orthophonie. Les effets positifs sur l’alimentation pourraient alors être considérables.

    La réhabilitation des patients porteurs d’une prothèse maxillo-faciale nécessite une étroite collaboration du médecin, du prothésiste et de l’orthophoniste.

    Cette recherche ouvre ainsi des pistes sur la prise en charge des séquelles des traitements des cancers de la cavité orale. En effet, après l’éradication du cancer, l’objectif des soignants est de permettre au patient de retrouver une qualité de vie qui soit la meilleure possible. L’intervention de l’orthophoniste et du prothésiste auprès de ces patients est alors à conforter.

  • L'éducation pour la santé en faveur du développement de la communication chez l'enfant de moins de trois ans : création d'un partenariat entre l'association de prévention en orthophonie "Les Orthos Vienne(nt)" et des relais d'assistants maternels    - Roullier Marie  -  22 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La communication participe de notre mise en relation avec autrui. Constitutive de l'homme, elle est essentielle à son épanouissement personnel et social. Lorsque celle-ci est entravée, les orthophonistes accompagnent les individus vers son évolution harmonieuse. Plus encore, l'une des missions fondamentales de l'orthophonie se définit dans la notion de prévention.

    Ce concept de prévention s'est enrichi au fil de l'histoire de nos sociétés. Désormais, sa définition s'appuie sur une approche positive, participative et orientée vers la population. Un de ses axes d'intervention repose sur la promotion de la santé de chaque citoyen. Sa mise en oeuvre consiste en l'élaboration de projets d'éducation pour la santé. Fondée sur des approches socio-anthropologiques, éducatives, psychosociales et relationnelles, cette démarche encourage l'acquisition, pour chacun de nous, des compétences nécessaires à la promotion de notre santé, de notre qualité de vie et de celle de la communauté.

    Adressée au jeune enfant, l'éducation pour la santé vise à renforcer ses compétences, notamment langagières, afin qu'il acquière toutes les chances de réussite. Cette finalité suppose la participation active de son entourage. Les parents sont les principaux partenaires d'un tel projet, de même que les assistants maternels, professionnels privilégiés pour l'accueil des enfants. Il s'agira de développer leurs compétences pour soutenir le développement langagier des enfants.

    Notre travail consiste en l'élaboration d'un projet d'éducation pour la santé en faveur du développement de la communication chez l'enfant de moins de trois ans, dans le cadre d'un partenariat entre l'association de prévention en orthophonie "Les Orthos Vienne(nt)" et des relais d'assistants maternels. Nous avons organisé des soirées d'échanges et des ateliers que nous poursuivons afin de nous inscrire dans une démarche de durabilité.

  • Analyse de l’écologie microbienne des conduites d’eau d’units de soins dentaires du grand Poitiers    - Costa Damien  -  19 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    De par la présence de nombreux microorganismes dans les eaux de sortie des units de soins dentaires (USD), un risque potentiel de survenue d’infections associées aux soins (IAS) est couplé à la pratique des soins dentaires par projection ou inhalation des aérosols générés lors des soins.

    Afin de mieux appréhender ce risque, une étude microbiologique et moléculaire approfondie de la flore microbienne présente dans les lignes d’eau des units de soins dentaires a été réalisée. Pour cela, sept USD différents ont été investigués. Pour chaque USD, trois conditions d’eaux ont été analysées : l’eau alimentant les USD, l’eau en sortie d’USD après la stagnation d’eau du week-end et l’eau en sortie d’USD après une journée d’activité. Les techniques d’analyse employées ont combiné : technique d’ensemencement, PCR, qPCR et séquençage haut débit.

    La population microbienne varie selon chaque USD prélevé et évolue au cours du trajet de l’eau au sein des USD. De façon générale, la contamination microbienne en sortie d’USD apparaît plus importante qu’en entrée d’USD. Parmi les genres bactériens présents en forte proportion dans les différentes conditions d’eau étudiées figurent des genres d’intérêt en santé humaine : Halomonas, Propionibacterium, Mycobacterium, Sphingobium, Sphingomonas, Shewanella, Stenotrophomonas, Pseudomonas ou Legionella…

    Du fait de la présence de ces genres pouvant être pathogènes pour l’Homme, un contrôle efficace de la qualité microbiologique de l’eau sortant des USD semble essentiel afin de limiter la survenue d’IAS dans ce contexte.

  • La drépanocytose en Poitou-Charentes : prévalence, connaissance de la maladie au niveau des pharmacies de la région et élaboration d’un référentiel de prise en charge des complications au CHU de Poitiers.    - Maarek Emmanuel  -  18 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En 2013, la drépanocytose était la plus fréquente des cinq maladies repérées, en France, dans le cadre du dépistage néonatal, devant l’hypothyroïdie congénitale, la mucoviscidose, la phénylcétonurie et l’hyperplasie congénitale des surrénales.

    Il s’agit d’une maladie du sang liée à une mutation génétique à l’origine de la production d’une hémoglobine (Hb) de structure anormale, l’hémoglobine S (HbS). Pour provoquer la maladie, cette mutation doit être transmise par le père et la mère : c’est une maladie génétique héréditaire. La douleur, une des plus intenses qui puisse être décrite, est le symptôme majeur de la maladie. La drépanocytose touche en grande partie la population noire mais elle existe également au Maghreb, dans les pays méditerranéens, en Inde et à travers le monde du fait des migrations.

    Notre étude s’est déroulée en Poitou-Charentes. A partir des données d’assurance maladies, des admissions aux urgences du CHU de Poitiers et des officines de Poitiers et La Rochelle notre travail révèle que :

    - La maladie est peu présente dans la région (1cas /10 000 habitants en 2014)

    - La prise en charge des complications étant peu fréquente, il semble nécessaire d’établir un référentiel. C’est ce que nous avons réalisé, à travers ce travail, au CHU de Poitiers.

    - La maladie est très peu connue des professionnels des officines du Poitou-Charentes qui souhaite être informés sur la maladie. Ces derniers points supposent de mettre en place des supports adaptés :

    - Protocoles de prise en charge mis à la disposition des médecins dans les établissements de santé, à l’instar de ce que nous avons réalisé au CHU de Poitiers.

    - Plaquette d’information, que nous proposons à la fin de ce travail et qui pourrait être accessible sur Internet pour les pharmacies, sur le site du Conseil de l’Ordre des Pharmaciens, du Conseil de l’Ordre des Médecins et sur celui des Répartiteurs.

|< << 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales