Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1804 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 11 à 20
Tri :   Date travaux par page
  • Étude de l'effet de production pour l'acquisition de l'orthographe chez l'enfant et l'adulte normo-lecteurs    - Poloni Pauline  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’effet de production correspond au fait qu’un mot lu à voix haute est mieux mémorisé qu’un mot lu silencieusement. Les recherches montrent que chez l’adulte la lecture à voix haute permet également de mémoriser l’orthographe des mots. L’objectif de cette étude est de vérifier si l’effet de production influence la mémorisation de l’orthographe chez l’enfant normo-lecteur. Nous utilisons pour cela une phase d’apprentissage de pseudo-mots en lecture silencieuse et en lecture à voix haute, suivie d’une tâche de dictée afin d’évaluer la mémorisation orthographique. Nous avons étudié trois groupes de participants d’âge différent : CM2, 5e et adulte. Plusieurs hypothèses ont été formulées. D’abord, nous pensions que la mémorisation de l’orthographe s’améliorerait avec l’âge. Nous nous attendions également à retrouver un bénéfice de la lecture à voix haute au profit de la mémorisation de l’orthographe pour l’ensemble des participants et aussi pour chaque groupe d’âge séparément. Enfin, nous pensions retrouver une augmentation du bénéfice de la lecture à voix haute avec l’âge. Nos résultats montrent que le score global obtenu à la dictée s’améliore avec l’âge. D’autre part, les mots lus à voix haute ont été mieux retenus que les mots lus silencieusement, chez l’adulte comme chez l’enfant. Le bénéfice qu’apporte l’acte de lire à haute voix est finalement stable à tout âge. L’effet de production peut donc contribuer, chez l’enfant comme chez l’adulte, à l’apprentissage de l’orthographe de nouveaux mots.

  • Etude de la rétrogenèse dans la gestion des processus de l'écriture manuscrite au sein de la maladie d'Alzheimer    - Guillouche Romane  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Tout au long de notre vie, l'écriture occupe une place centrale dans nos apprentissages et nos habiletés de communication. Ecrire implique différents processus, centraux ou orthographiques et périphériques ou moteurs. Ces processus interagissent, partiellement chez l'enfant, entièrement chez l'adulte pour qui les traitements périphériques débutent avant la fin des centraux. Ces derniers se répandant ensuite sur ceux périphériques à l'image d'une cascade. Ce phénomène ne serait pas encore constaté chez l'enfant de CE2 pour qui processus centraux et périphériques opèrent de façon sérielle. L'objectif de cette étude est d'étudier l'évolution du phénomène de cascade au regard de l'hypothèse de rétrogenèse au sein de la maladie d'Alzheimer, l'écriture étant peu étudiée au sein de cette pathologie. L'hypothèse de rétrogenèse suppose que les mécanismes dégénératifs imposent un parcours de déconstruction des capacités allant à l'inverse de l'ordre d'acquisition. Cette étude intègre donc des élèves de CE2, de CM2, des jeunes adultes et des sujets atteints de la maladie d'Alzheimer. L'effet du vieillissement sera questionné grâce à l'inclusion de personnes âgées contrôles sans troubles cognitifs. Le phénomène de cascade observé chez les enfants de CM2 et les jeunes adultes devrait donc être présent chez les personnes âgées sans troubles cognitifs. Par contre, les patients avec une démence de type Alzheimer devraient présenter un patron de résultat proche des enfants de CE2. C'est ce que montre notre étude. Le pattern de résultat des patients Alzheimer diffère amplement de celui des adultes et des personnes âgées sans troubles cognitifs. Il se situe plus précisément entre celui de CE2 et des CM2 confirmant l'hypothèse d'une rétrogenèse dans la dégradation de l'écriture au sein de la maladie d'Alzheimer.

  • Création d'un atelier d'accompagnement familial dans un service de PMI    - Perichon Jeremy  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’accompagnement familial précoce a obtenu de nombreux résultats scientifiquement validés. Il permet de limiter les facteurs de risque pouvant conduire à l’apparition d’un retard langagier significatif. L’objectif de notre étude est d’analyser le lien entre un accompagnement familial précoce et le développement d’attitudes communicatives favorables à l’acquisition du langage. Notre projet expérimental tente de répondre à la question suivante : Est-ce qu’une action écologique précoce permet le développement quantitatif et qualitatif des interactions parent –enfant, au sein de familles « à risque » ?

    Nous avons élaboré des questionnaires (pré et post-programme) en vue d’une évaluation statistique. Nous avons également évalué en deux temps les familles à l’aide de grilles d’observation spécifiques aux interactions parent – enfant.

    Nous pouvons mettre en évidence l'amélioration objective des participants, à l’aide des grilles d’observation, ainsi qu’une évolution plus subjective (fondée sur le ressenti des participants) des interactions entre le parent et son enfant. Ces améliorations ont des répercussions plus globales (émergence de mots, développement de la morphosyntaxe, compétences sociales améliorées …).

    L’application de ce projet au sein de nos pratiques n’est pas toujours aisée, il nécessite une réelle implication de la triade concernée (professionnel – parent – enfant). Cela nécessite également une prise en compte des nombreuses avancées publiées dans la littérature scientifique ces dernières années. Enfin, cette pratique de soins est essentielle à la clinique orthophonique car elle permet aux parents de se sentir compétents, utiles dans leur rôle d’éducateur et à l’enfant de manifester toutes les potentialités dont il dispose.

  • Et si ce n'était qu'une question d'imagination? : étude des capacités d'imagerie mentale des enfants faibles compreneurs spécifiques    - Julienne Charlotte  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Lire n’est pas comprendre ! Certains enfants, qualifiés de « faibles compreneurs spécifiques », présentent des difficultés dans la compréhension de ce qu’ils lisent en dépit d’un bon niveau d’identification de mots écrits. En effet, nombreux sont les déterminants de cette activité cognitive complexe qu’est la compréhension. Avec l’essor de la cognition incarnée, l’activité de compréhension est considérée comme une simulation mentale de la situation décrite par le texte permettant ainsi au lecteur d’accéder à sa signification. Par ailleurs, des entraînements de l’imagerie mentale se sont révélés concluants, y compris chez les enfants faibles compreneurs spécifiques. Toutefois, nous ignorons si de tels entraînements reposent sur l’utilisation de capacités d’imagerie mentale préservées ou déficitaires. Cette étude vise donc à explorer les capacités d’imagerie mentale des enfants faibles compreneurs de l’écrit. Pour cela, une étude a été menée auprès de 75 enfants scolarisés en classe de CM2. Après avoir évalué l’identification de mots écrits et la compréhension en lecture, nous avons constitué un échantillon final de 33 sujets parmi lesquels deux groupes de lecteurs-compreneurs : bons lecteurs-bons compreneurs (BIBC) et bons lecteurs-faibles compreneurs (BIFC). Les BIFC ont été comparés aux BIBC sur les 5 tâches d’imagerie mentale. Nos résultats montrent que ces enfants présentent un déficit spécifique au processus explicite d’imagerie mentale. Ces résultats seront discutés en termes d’implications théoriques et cliniques.

  • Etude des liens entre conscience morphologique, vocabulaire académique et réussite scolaire chez des élèves de sixième    - Lefevre Coline  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette recherche a examiné les liens entre conscience morphologique, vocabulaire académique et réussite scolaire chez 60 élèves de 6e. La conscience morphologique, le vocabulaire académique et général, le décodage, la compréhension écrite, l’orthographe, le raisonnement non-verbal et la réussite scolaire ont été évalués. Nous nous attendions à trouver des contributions spécifiques significatives de la conscience morphologique au vocabulaire académique, de la conscience morphologique et du vocabulaire académique au décodage, à la compréhension écrite et à l’orthographe ainsi que des apports directs et indirects significatifs de la conscience morphologique et du vocabulaire académique à la réussite scolaire. Des analyses de variance et de régression hiérarchique, neutralisant le raisonnement non-verbal et le vocabulaire général, ont été réalisées. Nos résultats ont montré l’apport spécifique significatif de la conscience morphologique au vocabulaire académique. Nous avons mis en évidence la contribution spécifique significative du vocabulaire académique aux niveaux de décodage et d’orthographe et son apport marginal à la compréhension écrite. Une fois le vocabulaire académique neutralisé, la conscience morphologique n’a aucune contribution significative, nous notons cependant son apport marginal au décodage. Aucune contribution directe de la conscience morphologique ou du vocabulaire académique à la réussite scolaire n’a été trouvé après neutralisation des apports du raisonnement non-verbal, du décodage, de la compréhension écrite, de l’orthographe et du vocabulaire général. Nos résultats viennent conforter l’hypothèse d’une contribution indirecte de la conscience morphologique et du vocabulaire académique à la réussite scolaire. Cette étude confirme l’importance de la conscience morphologique en 6e et montre l’enjeu que constitue la maîtrise du vocabulaire académique à cette période.

  • Apport de la lecture labiale dans le traitement de la phonologie des mots chez les enfants dysphasiques âgés de 6 à 12 ans    - Grimaud Mailys  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Des représentations phonologiques de faible qualité ont été mises en évidence dans plusieurs études chez les enfants dysphasiques. Néanmoins, celles-ci utilisent généralement des paradigmes expérimentaux artificiels. Par conséquent, elles omettent la part de l’analyse des informations visuelles dans le traitement phonologique. Ce travail cherche donc à mettre en évidence le degré d’influence des informations visuelles dans le traitement de la phonologie des mots chez les enfants dysphasiques âgés de 6 à 12 ans. Pour répondre à cette problématique, les performances de 16 enfants dysphasiques ont été comparées à celles de 16 enfants au développement typique du langage appariés sur l’âge lexical réceptif via une tâche de détection d’erreurs de prononciation. Celle-ci est informatisée et présentée sous forme de vidéos dans lesquelles une locutrice française prononce des mots et des pseudo-mots. Chaque item est alors présenté dans deux conditions de perception de la parole : avec lecture labiale (perception audiovisuelle de la parole) et sans lecture labiale (perception strictement auditive de la parole). Les résultats mettent en évidence de moins bonnes performances des enfants dysphasiques par rapport aux enfants du groupe contrôle à cette tâche expérimentale. Elle révèle d’autre part que la lecture labiale n’améliore ni le traitement phonologique des mots des enfants dysphasiques ni celui des enfants contrôles. Cette recherche semblerait donc indiquer que le traitement phonologique des mots des participants des deux groupes s’appuierait principalement sur une entrée auditive.

  • Les stratégies de recherche d'informations chez les adolescents porteurs de dyslexie    - Travart Fanny  -  26 juin 2018


  • Elaboration d'un partenariat avec la PMI de la Vienne et les orthophonistes : création d'un questionnaire de recueil des attentes des professionnels de PMI afin d'améliorer leur évaluation du langage et de la communication, puis propositions d'outils pour y répondre    - Boutry France  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le métier d’orthophoniste comme le dispositif des protections maternelles infantiles (PMI) ont un rôle de prévention auprès des enfants et de leurs parents. Les professionnels de PMI de la Vienne qui manquent de repères sur le développement du langage et de la communication se sont rapprochés des orthophonistes de la région. Nous avons tenté de répondre à leurs demandes de mises à jour de leurs connaissances sur le développement du langage et de la communication dans une démarche d’andragogie et de travail en équipe pluridisciplinaire. La prévention concrète des orthophonistes auprès de la PMI s’est faite à travers plusieurs actions. Tout d’abord, des ateliers parents-enfants dans l’une des antennes de Poitiers ont été mis en place pendant un an. Ensuite un questionnaire de recueil des attentes des professionnels a été créé. Enfin deux journées de formation concernant le langage et la communication ont été organisées, un arbre décisionnel pour statuer de l’envoi ou non chez un orthophoniste ainsi qu’un questionnaire de satisfaction ont été réalisés. Ces différentes actions tentent de montrer l’intérêt et le rôle préventif que peut avoir un orthophoniste au sein d’une PMI.

  • Premières représentations de l'oralité dans les coordinations oeil-main-bouche chez l'enfant de 0 à 6 mois à travers les neurosciences et les stratégies neuronales au niveau de la jonction oeil-main-bouche    - Picault Emma  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’oralité se développe in utero. Les premiers contacts foetaux génèrent des afférences sensitivosensorielles vers les réseaux d’interneurones para-solitaire et para-ambigu du tronc cérébral, formant les central pattern generators de succion et de déglutition. Après la naissance, l’oralité sera progressivement sous contrôle cortical. Les mouvements associés entre l’oeil, la main et la bouche se développent également in utero et évoluent après la naissance vers une coordination plus corticale, liée au comportement alimentaire. Le réseau neuronal dédié à l’alimentation est intimement lié au circuit de la récompense. Les expériences variées du nourrisson dans ses interactions avec l’environnement lui permettent de sélectionner et d’entretenir les réseaux neuronaux offrant les comportements les plus adaptés. Le lien entre la coordination oeil-main-bouche et le réseau dédié à l’alimentation permet de faire l’hypothèse que les contacts main-bouche répétés lors des expériences motrices du bébé seraient préservateurs du réflexe nauséeux anormal. Cependant, elles sont limitées par l’installation contraignante (cosy, …). L’évaluation des contacts main-bouche dans différentes installations ne peut être réalisée par l’évaluation qualitative des General Movements. De nouveaux outils et critères d’analyse des mouvements du bébé doivent donc être développés. L’objectif de cette étude est de valider l’utilisation du logiciel ELAN dans cette évaluation et de développer de nouveaux critères d’analyse. 5 bébés entre 9 et 16 semaines ont été filmés en motricité libre pendant 15 minutes dans cinq types d’installation. Ces vidéos ont été analysées indépendamment par deux examinateurs et réanalysées par chacun des examinateurs à distance. La fiabilité des résultats des analyses vidéo inter-examinateur et intra-examinateur obtenus avec ce logiciel a été vérifiée. ELAN est un outil simple et fiable d’analyse des mouvements de l’enfant. Il sera prochainement utilisé pour comparer les premières représentations de l’oralité dans différentes installations.

  • Evaluation de la plateforme en ligne TACIT-Orthophonie comme outil de rééducation visant l'amélioration de la compréhension de l'implicite des textes    - Barre Justine  -  26 juin 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Comprendre un texte, c’est en construire une représentation mentale cohérente. Cela nécessite pour le lecteur de savoir identifier les informations implicites, qui ne sont pas accessibles spontanément pendant la lecture : les inférences. Cependant, de nombreux lecteurs en difficulté de compréhension présentent un déficit de la résolution de ces inférences. Ainsi, l’enjeu pour les orthophonistes est de trouver des outils adaptés et ayant montré leur efficacité dans l’amélioration de la compréhension de l’implicite. Notre recherche propose d’étudier les effets d’un entraînement ciblé sur la compréhension des inférences avec la plateforme en ligne TACIT-Ortho. Dans ce but, nous avons entraîné dix élèves de CM2, à raison d’environ deux séances de trente minutes par mois pendant quatre mois. Afin d’apprécier les progrès des élèves, l’expérimentation a été conduite en modalité pré-test/entraînement/post-test. Les séances d’entraînement, individuelles, ont favorisé la réflexion des élèves à propos des stratégies à mettre en place pour réussir à répondre aux questions inférentielles. Grâce à notre protocole, nous avons pu répliquer des résultats obtenus dans la littérature et vérifier l’implication dans la compréhension écrite des performances en matière de vocabulaire, d’identification de mots écrits, de mémoire de travail et de compréhension de l’implicite. Nous avons également étudié la validité de la plateforme TACIT-Ortho comme outil d’évaluation de la compréhension et avons mis en évidence son efficacité en tant qu’outil de remédiation des difficultés de compréhension liées à l’implicite des textes. Toutefois, l’absence de groupe contrôle ne nous permet pas d’affirmer que c’est bien l’utilisation de la plateforme qui a permis aux élèves de progresser. De plus, nous ne sommes pas en mesure de dire si cette progression est généralisée à toutes les situations de lecture des élèves, ou si elle se restreint au cadre de l’utilisation de la plateforme. Ainsi, des études complémentaires sont nécessaires.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales