Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2706 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 11 à 20
Tri :   Date travaux par page
  • Permanence des activités pharmaceutiques sur le secteur des chimiothérapies au CHU de Nantes : difficultés et axes d'amélioration ?    - Clapeau Eugenie  -  16 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le CHU de Nantes, centre de référence, est amené à gérer les urgences en onco-hématologie. Dix-neuf pharmaciens, issus de secteurs différents, effectuent une astreinte de pharmacotechnie mais éprouvent des difficultés depuis l’instauration du logiciel Chimio® en 2018. L’objectif est d’identifier ces difficultés et d’apporter une solution pérenne.

    Nous avons réalisé une enquête nationale adressée aux responsables d’unité de chimiothérapie pour établir un état des lieux puis soumis un questionnaire d’autoévaluation aux pharmaciens d’astreintes du CHU afin d’identifier leurs besoins.

    Au niveau national, les unités s’organisent globalement de manière identique.

    Au CHU de Nantes, 33,3% des pharmaciens s’estiment initiés pour assurer leurs missions d’astreinte. Ils présentent des difficultés quant à la maitrise du logiciel CHIMIO® (46,6% d’initiés et débutants). Neuf fonctionnalités de ce dernier ont été identifiées comme à risque et devant être solutionnées. Ils souhaitent un changement de la formation initiale et continue, respectivement à 66,7% et 100%. Enfin, 40% qualifient les supports disponibles comme insuffisants pour assumer leurs missions d’astreinte.

    Pour la formation initiale, une fiche d’habilitation listant l’ensemble des compétences indispensables à acquérir, a été validée. Pour la formation continue, la solution retenue a été de réaliser des vidéos tutoriels sous forme de capture d’écran en direct du logiciel CHIMIO® agrémentées d’explications écrites et orales. Elles reprennent les 9 fonctionnalités à risque. Une newsletter biannuelle détaillant les chiffres clés (nombre de déplacements et préparations réalisées en astreinte) et principaux changements dans l’organisation de l’unité complète ce dispositif.

    Une enquête de satisfaction des pharmaciens d’astreinte a été réalisée afin d’obtenir leur opinion sur ce nouveau format de formation continue après visualisation. Il est évalué comme très pertinent et facilement compréhensif. Pour confirmer cette tendance, il a été convenu de réévaluer dans quelques mois le niveau de maitrise des pharmaciens en réutilisant le questionnaire initial. Enfin, le service envisage d’étendre ce support à l’ensemble des formations.

  • La cocaïne : étude des cas d’hospitalisations au CHU de Poitiers (2011-2019)    - Robreau Nathan  -  15 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La cocaïne, drogue la plus couramment consommée après le cannabis ne cesse d’augmenter en terme de nombre de consommateurs au cours des années. Drogue auparavant présente dans les milieux bourgeois et ne touchant qu’une partie de la société, elle se retrouve aujourd’hui beaucoup plus démocratisée avec des consommateurs de tous types et de toutes situations professionnelles, en raison d’une forte diminution de son prix ces dernières années. La dangerosité de la cocaïne semble très largement sous-estimée, pourtant celle-ci rend énormément dépendant et peut-être responsable de décès.

    La cocaïne est une drogue stimulante qui de par son mécanisme d’action sur la neurotransmission dopaminergique, active le circuit de la récompense induisant alors une certaine euphorie et un sentiment de bien être recherchés par les consommateurs. Néanmoins, cette activation sympathomimétique peut engendrer une toxicité neurologique, cardiaque, pulmonaire, digestive.

    Nous avons réalisé une enquête rétrospective des cas d’hospitalisations en lien avec une consommation de cocaïne entre 2011 et 2019 au CHU de Poitiers. Les résultats montrent une réelle toxicité de cette drogue avec un nombre croissant d’hospitalisations chez des individus surtout masculins âgés entre 18 et 29 ans et poly consommateurs. Il peut être observé des signes d’intoxication aiguë, en particulier neurologiques et cardiaques, mais il ne faut pas minimiser le risque de dépendance psychique et physique des patients cocaïnomanes.

    Les professionnels de santé doivent donc guider au mieux ces patients pour une prise en charge optimale.

  • Intérêt des réunions de concertation pluridisciplinaire dans la prise en charge des troubles de l'humeur et des troubles bipolaires    - Kollen-Rassow Pierre-Clément  -  13 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) s'est imposée dans les soins des pathologies chroniques mais peu de données existent quant à son application en psychiatrie. Cette étude est la première en France consacrée aux troubles bipolaires incluant la multidisciplinarité. Elle avait pour objectif d'analyser si les décisions prises en RCP concernant une personne malade présentée, amélioraient la clinique des troubles de l'humeur.

    Méthodes: Une revue de la littérature incluant 63 études évoquant les spécificités des RCPs a été réalisée dans le but de mener une étude quantitative, par questionnaires, auprès d'un échantillon de 27 médecins, afin de jauger à postériori, l'état clinique du patient. 24 patients résidant en région Nouvelle Aquitaine et présentant un trouble de l'humeur, furent présentés de mars 2017 à mars 2020. Leurs caractéristiques cliniques et démographiques ont été soumises à une analyse statistique.

    Résultats: En médecine, les études soutiennent que l'instauration de RCPs et l'application des décisions prises permettaient l'amélioration des pratiques cliniques. Des difficultés persistent dans leur fonctionnement. Ici, a été retrouvé une corrélation négative entre la présence d'antécédents psychiatriques et l'amélioration clinique (AC). La prescription d'un thymorégulateur était corrélée négativement avec l'AC du patient, mais celle d'un antidépresseur était corrélée positivement à l'AC.

    Conclusion: Dans la littérature, l'accumulation de preuves des avantages du travail en équipe multidisciplinaire était soutenue par un fort consensus, malgré certaines limites. Dans cette étude, les psychiatres référents ont révélé une AC pour 77.5% des patients présentés en RCP. Au niveau comportemental, un changement a été observé pour 53% d'entre eux.

  • Violences physiques intrafamiliales sur mineurs de quinze ans : Étude épidémiologique des victimes vues en consultation Médico-Judiciaire au CHU de Poitiers entre 2011 et 2019    - Dutripon Julia  -  09 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction

    La maltraitance infantile est un problème majeur de santé publique. Bien que des mesures de prévention primaire et secondaire aient été mises en place par le gouvernement depuis plusieurs années, les chiffres ne diminuent pas et sont encore sous-estimés. Il persiste des idées reçues sur le sujet et bien souvent ce type de violence reste dissimulé dans le huis clos familial. Objectif et méthode

    Notre étude épidémiologique monocentrique, rétrospective et observationnelle analyse 667 dossiers de mineurs de 15 ans vus en consultation à l’Unité Médico-Judiciaire du CHU de Poitiers entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2019 pour suspicion de violences physiques intrafamiliales par ascendant. Le but est de décrire cette population et d’étudier les caractéristiques communes entre les victimes et entre les auteurs.

    Résultats

    L’âge moyen des victimes était de 7,39 ans, avec une majorité de garçons issus d’une fratrie composée de plusieurs enfants. L’auteur était l’un des deux parents, issu d’un couple séparé dans la plupart des cas. En ce qui concerne les violences, il s’agissait le plus souvent de violences éducatives ordinaires évoluant depuis plusieurs années. L’ITT était fixé à 0 jour dans 86,42% des cas.

    Discussion

    Déterminer des profils type de victime et d’auteur nous a permis de proposer des axes de prévention à mettre en place sur notre territoire : développer la recherche, former et impliquer davantage les professionnels de santé, de la protection de l’enfance et de l’éducation nationale, créer du lien entre les différents services.

    Conclusion

    L’étude des caractéristiques épidémiologiques des mineurs victimes de violences physiques intrafamiliales permet de mieux appréhender cette population et d’envisager des actions de prévention ciblées. Elle mérite d’être approfondie à l’aide d’études prospectives et multicentriques.

  • Téléconsultation en santé au travail : Intérêts et ressentis des médecins du travail des 3 services interentreprises de Vienne et de Charente    - Boncoeur Hugo  -  08 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La crise sanitaire de 2020 liée au Covid-19 a rendu nécessaire l'utilisation de la téléconsultation dans notre spécialité afin d'assurer la continuité du suivi des salariés. Aucune étude n'a encore interrogé les médecins du travail sur cette nouvelle pratique. L'objectif principal de cette étude était d'évaluer, dans une population de médecin du travail exerçant en services interentreprises, leurs ressentis et leurs perspectives concernant l'utilisation de la téléconsultation dans leur exercice quotidien. Les objectifs secondaires étaient d'évaluer les facteurs ayant pu faire varier leur recours à la téléconsultation et l'influence de leur intérêt sur son utilisation future.

    Matériels et méthodes : Une étude transversale a été menée auprès des médecins du travail dans les 3 services interentreprises de Vienne et de Charente. Le recueil des données a consisté en la passation d'un auto-questionnaire anonyme en ligne permettant d'évaluer leurs recours, leurs ressentis, leurs intérêts et leurs perspectives sur la téléconsultation.

    Résultats : 39 médecins du travail ont répondu sur la période du 30/06/20 au 30/07/20. Dans le contexte, 79,5% des répondants ont eu recours à la téléconsultation et un âge plus jeune était un facteur positif à son utilisation. Pas du tout intéressé à 53,8%, leurs ressentis était négatifs pour 75% d'entre-deux, mettant en avant l'absence d'examen clinique à 84,6%, les problèmes de connexion à 57,9% et le caractère déshumanisant à 56,4%. Les perspectives se tournent vers les visites à la demande à 64,7% et la visite de pré-reprise à 56,3%, dans le secteur tertiaire de type administratif à 83,3% sur un mode de réalisation médecin-salarié à 63,6% ou médecin-salarié assisté par un IDEST à 62,1%. Le bénéfice revenant à l'employeur à 63,2%.

    Conclusion : Ces résultats montrent une réelle défiance à l'emploi de la téléconsultation dans l'exercice quotidien des médecins du travail, la crainte de voir se détériorer la relation médecin-salarié et les limites cliniques inhérentes à la consultation à distance. Une telle pratique ne pourra être imposée mais bien choisie et devra s'inscrire dans une démarche d'amélioration du service rendu par les SSTI encadrée par une doctrine adaptée à cette spécialité.

  • Conseils et traitements pour les troubles gastriques à l’officine, et aperçu sur le risque d’un mésusage des inhibiteurs de la pompe à protons    - Kaci Benjamin  -  06 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles gastro-œsophagiens sont très fréquents dans la population générale. Le plus souvent anodins ils méritent une attention particulière du professionnel de santé afin de déceler l’existence de critères de gravité et ainsi éviter une pathologie gastrique sévère (ulcère, cancer…).

    Le pharmacien est un acteur de premier plan dans la prise en charge de ces troubles que ce soit par ses conseils hygiéno-diététiques, la préconisation de recourir à l’automédication (homéopathie, aromathérapie, phytothérapie ou allopathie), l’orientation du patient vers une consultation médicale ou l’accompagnement de ce dernier lorsqu’il est déjà suivi pour ces troubles.

    Dans ce travail, nous repréciserons donc la physiopathologie de ces divers troubles gastro-œsophagiens, et également ce que le pharmacien d’officine peut apporter en terme de conseils.

    Dans une dernière partie, ce travail abordera un problème souvent banalisé qu’est celui des effets secondaires des IPPs notamment sur le long terme. Cette classe de médicaments est souvent jugée comme bien tolérée et est donc un recours facile au soulagement de ses signes, si bien qu’elle est souvent prescrite en dehors des indications validées dans les AMM de ces IPPs et pour des durées dépassant souvent ces dernières. Nous verrons que pourtant bon nombre d’études soulèvent des risques non négligeables d’effets secondaires dans l’utilisation de ces médicaments au long cours (augmentations de risques cardiovasculaires, de cancers, d’atteintes rénales et osseuses…), mais aussi que beaucoup d’interactions médicamenteuses existent avec les IPPs. Cette partie a donc pour but de sensibiliser le pharmacien d’officine aux mésusages des IPPs et aux risques qui en découlent.

  • Valeur pronostique de la mesure de l'Excursion Diaphragmatique chez les patients admis pour une insuffisance respiratoire aiguë aux urgences    - Deville Jeremy  -  06 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La dyspnée est un motif fréquent de venue aux urgences, 10% des patients hospitalisés par le biais des urgences le sont pour ce motif. L'augmentation régulière des hospitalisations en soins intensifs pour détresse respiratoire aiguë (DRA) rend nécessaire de prédire rapidement la gravité du patient dès le SAU, comme le fait le score NEWS2. La dysfonction diaphragmatique peut être retrouvée chez les patients présentant une DRA, la mesure échographique de l'excursion diaphragmatique (ED) peut être utilisée chez ces patients. Nous chercherons donc à comparer l'ED échographique au score NEWS2.

    Méthode : Au sein d'une étude prospective, observationnelle et multicentrique, nous réalisons une mesure moyennée de l'ED pour définir une valeur seuil prédictive de la survenue d'un événement grave. Le critère de jugement principal est le décès ; un arrêt cardiaque ; le recours à une ventilation invasive et/ou non invasive et/ou une oxygénothérapie à haut débit nasal, du patient dans les vingt-huit jours suivant leur admission, comparé au score NEWS2. Nous souhaitons inclure 350 patients.

    Résultats : 99 patients répondant aux critères d'inclusions ont été recrutés. L'ED droite spontanée ne permet pas de prédire la survenue d'un événement grave. Le score NEWS2 retrouve une valeur p significative.

    Conclusion : des études complémentaires de plus grande envergure, avec une formation adaptée et une méthodologie améliorée suite à nos résultats sont souhaitables afin de définir l'utilité de l'ED dans la DRA aux urgences.

  • Sentiment de déshumanisation et de stigmatisation en addictologie et en psychiatrie, quelles différences ?    - Larquier Bérénice  -  02 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La déshumanisation est un concept très actuel retrouvé dans plusieurs domaines. En psychiatrie, il est intimement lié à la stigmatisation. La stigmatisation des troubles mentaux dans la population générale est majeure, surtout envers les malades alcooliques. En pratique clinique, les patients suivis pour des troubles addictifs refusent souvent l'hospitalisation en psychiatrie et préfèrent le sevrage en service de médecine. L'objectif de notre étude est de comparer le sentiment de déshumanisation et de stigmatisation entre les patients pris en charge en addictologie d'une part et en psychiatrie d'autre part, et d'évaluer l'impact des prises en charges antérieures sur ces sentiments.

    Méthode : Il s'agit d'une étude observationnelle, transversale et multicentrique, réalisée auprès de 68 patients dont 48 hospitalisés en addictologie et 20 hospitalisés en psychiatrie. Des questionnaires évaluant les sentiments de deshumanisation, de stigmatisation, et la symptomatologie dépressive (STAI, BDI) ont été utilisés.

    Résultats : Les patients interrogés ont obtenu un score de déshumanisation non négligeable et de stigmatisation relativement élevé. En revanche, nous n'avons pas observé de différence significative entre les deux groupes. Après ajustement, le sentiment de déshumanisation est lié au sentiment de stigmatisation, ainsi qu'aux symptômes anxieux et dépressifs, mais pas à la maladie pour laquelle les patients sont hospitalisés.

    Conclusion : Nos résultats suggèrent que les sentiments de déshumanisation et de stigmatisation sont des facteurs à prendre en compte dans le soin, d'un point de vu clinique et institutionnel. Il est possible que ces sentiments diffèrent selon les pathologies mais cela nécessiterait d'approfondir les recherches et d'agrandir l'échantillon.

  • Étude des pratiques soignantes recommandées dans l'accompagnement au sevrage tabagique des patients suivis pour des troubles mentaux en psychiatrie à Poitiers    - Vinckier Camille  -  02 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La prévalence tabagique et ses conséquences en termes de morbi-mortalité sont deux fois plus importantes chez les patients atteints de troubles mentaux, malgré l'intensification des mesures politiques et de santé publique actuelles. Le but de cette étude est d'évaluer les pratiques soignantes recommandées dans l’accompagnement au sevrage tabagique de patients atteints de troubles mentaux afin de repérer les facteurs pouvant influencer ces soins.

    METHODE : Un questionnaire informatisé a recueilli les pratiques des médecins, infirmiers et aide-soignants de l’hôpital psychiatrique de Poitiers. Les taux de dépistage, de conseil, d'évaluation, d'aide et de planification de l’accompagnement au sevrage tabagique, sont évaluées selon la méthode des 5A. Des tests non paramétriques sont réalisés afin d'identifier les freins aux interventions, en termes de compétence, de formation, de tabagisme actif, de représentations tabagiques personnelles ou de perception de soutien institutionnel.

    RESULTATS : L'analyse porte sur 146 questionnaires complets. Les pratiques souvent réalisées de la méthode des 5A sont : Ask=67% ; Advise=23% ; Assess=29% ; Assist=34,5% ; Arrange=40%. Les interventions sont davantage réalisées par les soignants de sexe féminin (p= 0,036), formés (p<0,001), travaillant en addictologie (p<0,001), non-fumeur (p= 0,012), ayant du temps (p<0,001) et soutenus institutionnellement (p<0,001). En moyenne, seul 30% des soignants sont formés. La moitié des soignants non formés ne souhaitent pas l'être. Or, après ajustement, la formation (p=0,021) et le soutien institutionnel (p<0,001) sont les facteurs significativement associés à ces pratiques.

    CONCLUSION : Un tiers des soignants rapportent ne pas réaliser les pratiques recommandées en dehors du dépistage. Le manque de soutien institutionnel et de formation sont les principales barrières identifiées à améliorer.

  • Recherche des cancers primitifs chez les patients hospitalisés en rhumatologie pour métastases osseuses inaugurales entre 2013 et 2020    - Fock si ming Damien  -  01 octobre 2020  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction Le diagnostic de métastase inaugurale est fréquent en Rhumatologie et la recherche de la tumeur primitive peut s'avérer difficile. Les techniques d'imagerie récentes couplées à la plus grande facilité de réalisation des biopsies, ont certainement permis ces dernières années d'améliorer ce diagnostic. L'objectif de cette étude rétrospective était d'évaluer les diagnostics de la tumeur primitive effectués et les différentes étiologies retrouvées, chez les patients hospitalisés dans le service de Rhumatologie du CHU de Poitiers, entre le 1er juillet 2013 et le 1er juillet 2020, et de les comparer aux autres études réalisées depuis 1986.

    Patients et méthodes Cent seize patients présentant une ou plusieurs métastases osseuses inaugurales ont été hospitalisés pendant cette période. Un bilan comportant outre les examens clinique et biologique, des radiographies des zones douloureuses, une radiographie pulmonaire, un scanner thoraco-abdomino-pelvien (TAP) et/ou une tomographie par émissions de positons couplée à la tomodensitométrie (TEP-TDM) étaient effectués, ainsi qu'une biopsie de la métastase osseuse ou d'une autre métastase ; d'autres examens ciblés pouvaient être réalisés en fonction de l'orientation clinique (mammographie, fibroscopie digestive...).

    Résultats La tumeur primitive a été diagnostiquée chez 103 patients (88.8%). Les cancers les plus fréquents étaient pulmonaires (51.7%), suivis par les cancers du sein (12.9%), les cancers de la prostate (6.9%), les cancers rénaux et des voies urinaires (6.9%) et les cancers digestifs (5.2%). La radiographie pulmonaire et la mammographie ont permis de retrouver d'emblée le cancer primitif chez respectivement 16 et 12 patients. La tumeur primitive n'a pas été diagnostiquée chez 13 patients ; les résultats anatomopathologiques permettaient cependant de suspecter une origine bilio-pancréatique dans 3 cas et une origine urothéliale dans 1 cas. L'examen TEP-TDM s'est avéré plus performant pour le diagnostic que le scanner TAP dans 2 cas (2 cancers pulmonaires). Le délai diagnostique moyen était de 4 semaines.

    Discussion Les progrès réalisés avec l'arrivée du scanner TAP puis de l'examen TEP-TDM et l'analyse des biopsies ont permis d'augmenter le nombre de tumeurs primitives diagnostiquées chez les patients hospitalisés dans le service de Rhumatologie ; le diagnostic était en effet de 61% (109/179) avant 1995, 78% (116/148) entre 1995 et 2005, 82.1% (78/95) entre 2005 et 2013. On note une augmentation du nombre de métastases osseuses révélatrices de cancers pulmonaires (51% versus 43.2% entre 2005 et 2013, et 36% entre 1995 et 2005 et 13% dans la première série de patients).

    Conclusion Ces résultats montrent l'amélioration du diagnostic du cancer primitif, lors de la survenue de métastases inaugurales, ainsi que la prédominance du diagnostic de cancer pulmonaire.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales