Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Lemercier Xavier

Lemercier Xavier

Les travaux encadrés par "Lemercier Xavier"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Vécu et ressenti des médecins généralistes à propos de l'annonce diagnostique et du suivi de leurs patients atteints de cancer : étude qualitative auprès de médecins généralistes de la Vienne    - Favre Helene  -  02 avril 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : Notre objectif était de mettre en évidence le vécu et le ressenti des médecins généralistes dans leur exercice quotidien au sujet de la prise en charge de leurs patients atteints de cancer.

    Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 7 médecins généralistes de la Vienne, sélectionnés selon des critères de diversité. L'analyse du verbatim a été réalisée selon les méthodes de l'analyse thématique transversale des entretiens, nous permettant de mettre en parallèle des regroupements thématiques et d'exposer ainsi une vision globale des vécus et des ressentis des médecins généralistes.

    Résultats : Nous avons mis en évidence quatre regroupements thématiques autour desquels se focalisent le vécu et le ressenti des médecins généralistes : l'annonce, la phase des traitements spécifiques, les conséquences du cancer sur la vie sociale et professionnelle des patients, et le suivi post thérapeutique. Chacun est détaillé avec le fruit de l'analyse croisée des entretiens, illustrée par des extraits de verbatim.

    Discussion : La discussion relève les ambivalences et les contradictions des ressentis des médecins, notamment autour de la définition de l'annonce et de leur place dans la prise en charge. On constate que l'intégration initiale des médecins, de leur fait, ou du fait des spécialistes, a des répercussions sur la suite de la prise en charge des patients.

    Conclusion : La prise en charge des patients atteints de cancer ne cesse d'évoluer que ce soit par les moyens diagnostiques et thérapeutiques, ou par la prise en charge du patient dans sa globalité. Les plans cancers successifs ont été en partie l'élan de ces changements. Cette étude met en évidence qu'il est possible de faire évoluer positivement le ressenti des médecins notamment en confortant le lien ville-hôpital et en renforçant le rôle du médecin généraliste dans cette prise en charge. Cela passe par une meilleure compréhension et connaissance, par tous, du rôle, du point de vue et du ressenti de chacun des professionnels de santé acteurs de la prise en charge.

  • Quelles sont les divergences de points de vue entre médecins généralistes et patients de plus 50 ans concernant les préoccupations sexuelles et les attentes de ces derniers ?    - Carrin Déborah  -  17 octobre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La population française vieillit. L'exercice de la médecine générale est de ce fait de plus en plus tourné vers les plus de 50 ans. Dans cette population, la demande de prise en charge de la santé sexuelle est forte et les médecins généralistes y répondent de façon insuffisante et partielle. La faute aux freins sociétaux, au manque de formation, aux a priori sur la vieillesse mais aussi aux probables divergences de points de vue sur ce qui préoccupe les seniors et ce qu'ils attendent de leur médecin généraliste.

    Objectif : Le but de cette étude exploratoire était de mettre en évidence ces divergences entre médecins généralistes et patients âgés de plus 50 ans afin de mieux comprendre ce qui les empêchait de se retrouver sur le terrain de la santé sexuelle.

    Méthode : Nous avons mené dans ce but un entretien collectif avec des médecins généralistes afin de recueillir leurs points de vue, faire un état des lieux de leurs pratiques en terme de santé sexuelle après 50 ans. En parallèle, nous avons effectué sur internet une recherche organisée, à saturation, basée sur l'algorithme de Google afin de dégager les principales préoccupations sexuelles des patients concernés. Enfin, nous avons mis en comparaison les deux travaux, après une analyse thématique du contenu afin d'en tirer les divergences et les convergences.

    Résultats et Discussion : Les principaux sujets de divergences sont le manque de connaissances des préoccupations sexuelles des patients âgés, l'absence de recherche des conséquences sexuelles des pathologies courantes, l'insuffisance d'accompagnement des changements physiologiques corporels liés à l'âge, le manque de prise en charge des dysfonctions sexuelles féminines et le recours trop fréquent à la porte d'entrée organique ou médicamenteuse pour aborder la sexualité.

    Conclusion : Il n'existe actuellement pas de formation à la faculté concernant la sexualité et encore moins celle des plus de 50 ans. Il conviendrait de rassurer les futurs médecins généralistes ainsi que les médecins installés quant à leurs capacités à prendre en charge ces problématiques en leur proposant de développer leurs connaissances des changements physiologiques liés à l'âge et des préoccupations sexuelles afin de franchir les tabous et de permettre la délivrance de conseils pratiques aux patients.

  • Patients dépendants aux opiacés : éléments déterminant le choix du médecin prescripteur du traitement substitutif : analyse d'entretiens semi-dirigés auprès de patients substitués du nord Deux-Sèvres    - Martin Virginie  -  06 décembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION : La prise en charge des patients usagers de drogues présente une grande disparité : une minorité de praticiens suit une majorité de patients. Les médecins généralistes avancent des facteurs de réussite et des obstacles à la prise en charge des usagers de drogues. Mais les patients eux-mêmes ne privilégient-ils pas certains médecins pour leurs soins ? Quels sont leurs critères pour choisir un médecin prescripteur de leur traitement substitutif aux opiacés (TSO) ?

    MATERIELS ET METHODE : Nous avons réalisé une enquête qualitative de terrain par des entretiens semi-dirigés auprès de 19 patients aux profils diversifiés dépendants aux opiacés substitués dont le médecin prescripteur exerce dans le du nord Deux-Sèvres. Les données ont été analysées de façon thématique grâce à un double codage et à l'utilisation du logiciel NVivo 8.

    RESULTATS ET DISCUSSION : Les critères des patients dépendants aux opiacés pour choisir leur médecin prescripteur de TSO correspondent à la définition et aux fonctions de la médecine générale : ce sont ceux d'une relation thérapeutique basée sur l'approche centrée sur la personne. Ils prennent également en compte les compétences dans le domaine de la toxicomanie. Mais les préjugés et les représentations du médecin tiennent également une place importante : si le médecin renvoie l'image d'un patient porteur des stigmates attribués au toxicomane par la norme sociale, la prise en charge est vouée à l'échec ; si le médecin renvoie l'image d'un patient dont la toxicomanie n'est qu'un problème à prendre en charge parmi d'autres, le patient n'est plus réduit à un être « déviant » la norme et le projet de soin pourra s'élaborer dans le temps. La persistance des préjugés et représentations explique en partie la disparité des pratiques des médecins généralistes dans le soin aux usagers de drogues.

    CONCLUSION : Pour les patients dépendants aux opiacés, la prise en charge par le médecin généraliste est satisfaisante lorsque les stigmates portés aux usagers de drogues sont levés par le praticien. Il est donc nécessaire de réfléchir à l'influence de nos représentations et préjugés dans notre pratique afin de répondre au mieux la fonction du médecin généraliste.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales