Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > González Cabrera Edward Armando

González Cabrera Edward Armando

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "González Cabrera Edward Armando"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
4 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 4
Tri :   Date travaux par page
  • La forme du genre, le genre en forme. Carrières de façonnage corporel à la salle de sport    - González Cabrera Edward Armando  -  04 juillet 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les salles de sport deviennent un loisir de masse : elles se multiplient, leurs coûts d’abonnement baissent et les façons de s’entraîner se standardisent. C’est la « révolution du fitness » (Andreasson & Johansson, 2014a). Si les injonctions à la préoccupation du corps datent du début du XXème siècle, le fitness se constitue comme une offre de façonnage corporel importante depuis les années quatre-vingt. Dans un zeitgeist néolibéral où l’individu doit « se prendre en main » pour devenir un véritable « entrepreneur de soi » (Castel, 2016), améliorer son capital corporel (Mauger, 2018) est un enjeu central. Le corps est toujours en interaction avec le social, mais comment la salle de sport (re)produit elle le genre dans ce cadre ? Une enquête ethnographique mixte, quantitative et qualitative, a été menée de façon discontinue dans une salle de sport pendant un an et demi. Afin d’étudier les rapports de genre à l’œuvre ainsi que les carrières (e.g., Goffman, 1961) de façonnage corporel en jeu, nous avons réalisé des analyses permettant de comparer des pratiques entre les femmes et les hommes. Nous nous sommes appuyés sur les matériaux suivants : une enquête nationale sur les pratiques sportives (EPPS, 2010) ; la production d’un modèle logic ; une carte des salles de sport de la ville ; des observations participantes et chiffrées (492 observations, dont 6.064 femmes, 13.035 hommes cumulé·e·s et non distinct·e·s) ; des photographies ; 26 entretiens approfondis auprès de client·e·s (ayant différentes morphologies, origines sociales et âges) et 2 entretiens informatifs auprès du personnel de la salle. Nous avons analysé : la socialisation primaire sportive des enquêté·e·s pour identifier la constitution de dispositions corporelles sexuées ; les interactions dans les espaces occupés et le façonnage corporel. Trois séquences émergent de la carrière de façonnage corporel, chacune possédant des variations : dans sa structuration (e.g., assiduité, planification), dans son ascétisme (e.g., changements d’alimentation) et dans le goût pour la pratique (e.g., déplaisant, plaisant et dépendance). La socialisation primaire sportive des enquêté·e·s était genrée produisant des dispositions corporelles sexuées. Bien que débuter une carrière à la salle de sport soit motivé par l’insatisfaction physique (e.g., esthétique, performance, santé), lesdites dispositions sont revisitées. L’analyse in situ révèle une division socio-sexuée de l’espace. Les hommes privilégient la musculation par rapport au cardio-training (79 % contre 21 %), tandis que les femmes ont tendance à occuper de manière équitable ces deux espaces (44 % contre 56 %). Selon les observations chiffrées et les entretiens, les jeunes femmes limiteraient leur mobilité dans l’espace de la musculation ayant « peur » d’être harcelées. Par ailleurs, les hommes privilégient le façonnage du haut du corps par rapport au bas/centre (80 % contre 20 %), alors que pour les femmes l’écart est plus faible (38 % contre 62 %). Toutefois, on remarque que la monopolisation de la musculation par les hommes limite le libre entrainement des femmes. De ce fait, le sexe des acteur/trice·s influence leur carrière, au sein de laquelle les femmes peuvent limiter plus rapidement leur engagement. Finalement, tout façonnage corporel ne se constitue pas en capital corporel, car il se doit d’être en lien avec les attentes normatives du genre, donc être un capital corporel genré. La salle de sport en tant qu’institution joue un rôle actif dans ce processus, elle apparaît comme un espace d’une seconde socialisation où les habitus peuvent se transformer, une technologie de genre qui peut déplacer les frontières construites par le social entre les corps des femmes et des hommes, mais aussi parfois une manière de troubler le genre.

  • Évaluation de projets d'un centre socioculturel : rapport de stage, Maison des Trois Quartiers (M3Q)    - González Cabrera Edward Armando  -  31 mai 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce stage en évaluation de projets a eu lieu entre février et mai 2018 dans le cadre d’une formation de master en sociologie à l'université de Poitiers. Suite à la reformulation de la commande, il s'agissait de mobiliser une enquête pour réviser les objectifs opérationnels du contrat de projet d'un centre socioculturel afin de les prioriser, les redéfinir, mais également de redynamiser ce processus. En conséquence, faire émerger une réflexion sur les stratégies et/ou outils de suivi, était important. Nous avons mis en place une démarche du type mixte, c'est-à-dire qualitative et quantitative. Sous l'angle quantitatif, nous avons pris en compte les données du tableau de bord de l'accueil et des salariées, établi dès le début 2017. Sous l'angle qualitatif, nous avons effectué des entretiens auprès des salarié.e.s du centre socioculturel et ensuite nous avons constitué des groupes de réflexion mobilisés lors de deux animations. Enfin, nous commençons une mise à jour des éléments ciblés par les groupes de réflexion concernant les objectifs du contrat projet pour aboutir à une série de pistes d'action qui seront à mettre en discussion lors de futurs temps collectifs. Au regard du caractère horizontal de cette démarche, nous proposons de continuer les travaux afin de préciser les éléments qui n'ont pas été développés faute de temps. Nous considérons l'importance de repréciser les objectifs de suivi du contrat de projet, pour améliorer le sens donné à la démarche, voire la création de formes alternatives pour procéder. Enfin, nous soulignons les limites et les points de vigilance d'une approche centrée sous un angle quantitatif pour rendre compte du travail effectué.

  • Contribution d’un psychologue à la conception d’une Politique Publique portant sur l’équité de genre    - González Cabrera Edward Armando  -  10 septembre 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette image d’une femme qui est reléguée naturellement aux fonctions du foyer est-elle restée derrière nous ? Aujourd’hui les mots égalité ou équité deviennent si courants dans le discours politique, médiatique et même académique. A contrario, la psychologue féministe Florence Thomas (2006) dit « notre égalité dépend des heures du jour et des besoins d’une société et du pays qui nous demande en même temps de nous moderniser sur la place publique mais de rester comme d’habitude dans l’arrière-cour. Une femme moderne dehors et une bonne mère traditionnelle dedans […] l’égalité s’estompe dès que nous poussons la porte de la maison». Le contexte Latino-Américain et bien entendu le colombien ont été marqués historiquement par des conditions d’inégalité envers les femmes, en leur attribuant des conditions de travail pires que celles des hommes et ce qui les a plongés davantage dans le travail informel. Ainsi, il y a eu plusieurs mesures en Colombie pour y faire face. Au niveau national, nous trouvons le CONPES 161, politique publique portant sur l’équité de genre. D’ailleurs, les différents départements doivent créer leur politique publique en garantissant la prise en compte de la diversité de leurs territoires. Ici notre rôle s’est posé en tant que psychologue, afin de contribuer à la conception de cette politique publique sur l’axe de travail auprès des experts et travailleurs informels de deux marchés de la ville de Tunja. Nous avons réajusté notre démarche pour bien nous adapter au contexte. Ainsi, nous avons mis en place une revue de la littérature, des contacts avec des intermédiaires clés, des observations, des échanges informels, des entretiens, des réunions à la mairie et deux journées de prévention de problèmes de santé au marché du nord. Suite à la collecte de l’information délivrée par les différents acteurs et actrices sociaux/ales, nous avons abouti à une série de recommandations qui portent principalement sur le caractère systémique de la politique, faire attention à ne pas tomber dans les stéréotypes, garder un regard critique envers le travail et ne pas se focaliser que sur les populations sensibles ou pas. Vues les limites de temps pour participer jusqu’à la fin de la conception de la politique publique au Conseil Départemental (décembre 2015-janvier 2016), la Casa de la Mujer, en partenariat avec la secrétaire du bureau de la femme de la Mairie de Tunja, s’est portée garante afin de considérer les recommandations issues de notre étude.

  • Approche inductive de la Qualité de Vie au Travail dans une structure d'’hôtellerie et restauration    - González Cabrera Edward Armando  -  29 mai 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Aujourd’hui le discours politique et médiatique met un fort accent sur la Qualité de vie au travail (QVT) cela étant mis en évidence avec la signature en 2013 d’un Accord National Interprofessionnel portant sur ce sujet. Ainsi, il est devenu courant de parler de QVT, cependant nous n’avons pas d’idée claire sur ce qu’elle signifie. En effet, suite à une revue de la littérature nous constatons une bifurcation de ce concept entre scientifique et politique, par ailleurs la variabilité des définitions ont mis en relief son caractère multidimensionnel et polyphasique. Nous avons développé notre étude au sein de l’ARACT Poitou-Charentes, notre mission portait sur l’accompagnement à la mise en place d’une démarche QVT dans une structure du secteur de l’hôtellerie et la restauration. Donc, vu les vicissitudes du syntagme QVT, nous avons proposé une approche inductive, c’était-à-dire, découvrir la représentation que les salariés de cette entreprise avaient de leurs QVT. Dans ce processus, l’hôtel nous a sollicité pour les outiller, afin de faire l’état des lieux sur ce sujet et aboutir à la mise en place d’un baromètre QVT. Pour atteindre nos objectifs, nous avons utilisé une méthodologie multitechnique pour contraster différentes sources d’information. Lors de notre intervention, un Comité de Pilotage a accompagné et guidé la démarche, cela dans le but d’impliquer les salariés et garantir la pérennité de celle-ci. Pendant le déroulement de notre mission nous avons eu différentes contraintes, notamment pour rencontrer les salariés et accéder aux documents de l’hôtel. En conclusion, la QVT pour les salariés de cette entreprise est loin d’être un concept concret, sinon un objectif à poursuivre. La représentation de la QVT varie en fonction du poste de travail, mais aussi selon les expériences de chaque travailleur.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales