Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2536 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1641 à 1650
Tri :   Date travaux par page
  • Craintes des primipares face au retour à domicile : leurs attentes vis-à-vis d’une Sage-Femme de la maternité : Etude qualitative menée au CHU de Poitiers du 26 Octobre 2014 au 10 Janvier 2015    - Thoubey Clemence  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La naissance d’un premier enfant n’est pas simple pour les jeunes mères. Or la durée de séjour à l’hôpital après un accouchement tend à diminuer ces dernières années. Nous nous sommes donc intéressés à la préparation des primipares face au retour à domicile.

    Matériel & Méthode : Pour répondre à cette problématique, une étude qualitative a été menée. Les patientes inclues ont été interrogées, à J2 du post-partum, selon une trame de questions ouvertes sur leurs craintes concernant le retour à domicile, ainsi que sur leurs attentes vis-à-vis d’une sage-femme de la maternité.

    Résultats : Les primipares sont extrêmement angoissées par le retour à domicile avec leur enfant. Se positionnant comme novices, elles sont envahies dès les premiers jours par la peur de mal faire, d’être jugée comme des « mauvaises mères ». Un fort sentiment de culpabilité les habite. Elles attendent de la sage-femme des conseils, du soutien, mais aussi et surtout une relation personnalisée et humaine.

    Discussion : L’enfant est au coeur des préoccupations de cette période du post-partum. Elles se mettent elle et leur couple entre parenthèse afin de répondre au mieux aux besoins de leur enfant. Une remise en question globale se fait d’où la grande vulnérabilité des femmes dans cette étape de leur vie. Au vu de ces constats, un soutien approprié et prolongé dans le post-partum semble s’imposer.

    Conclusion : La problématique de la connaissance du réseau périnatal se pose puisque les femmes craignent de se sentir seules et démunies une fois rentrées. Les mères ont du mal à avoir confiance en leurs compétences et sont, pour la plupart, en quête d’un soutien physique et moral, aussi bien de la part de leur entourage que des professionnels de la maternité. Le rôle d’aide et de soutien de la sage-femme est indispensable dans cette étape charnière qu’est la sortie de la maternité. De plus, la mise en place de relais à domicile semble aujourd’hui indispensable à l’accompagnement des femmes dans la parentalité. Le PRADO ne serait-il pas alors une bonne alternative ?

  • Représentations et connaissances des femmes enceintes sur les perturbateurs endocriniens liés à l’alimentation et aux produits de soins corporels : étude qualitative par entretiens semi-structurés réalisés à Poitiers (86) en 2014    - Valliccioni Adeline  -  11 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectifs

    Evaluer les représentations des femmes enceintes vis-à-vis d’une exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et leurs croyances en la modification de l’exposition à ce risque dans le but de co-construire une action d’éducation prénatale à la santé environnementale et d’élaborer un outil d’évaluation de cette action.

    Population et méthode

    Il s’agissait d’une étude qualitative par entretiens semi-directif réalisés dans un cabinet de sages-femmes libérales et dans le service de consultations obstétricales du CHU de Poitiers entre le 17 et le 23 décembre 2014. Douze femmes ont été interviewées. Le Health belief model a été utilisé pour guider ces entretiens.

    Résultats

    Les femmes enceintes se sentaient concernées par les perturbateurs endocriniens mais ne parvenaient pas à savoir comment s’en protéger efficacement par manque d’information. Les médias représentaient une source non négligeable d’informations mais les changements ont souvent été le résultat d’échanges avec des personnes de leur entourage. Les femmes les plus âgées et les multipares étaient celles qui déclaraient modifier le plus leurs habitudes de vie. Les principaux freins aux changements étaient la non croyance en l’action, la non perception du risque et le manque d’information sur les risques.

    Conclusion

    Cette étude a permis d’identifier les principales dimensions de perception du risque lié aux PE et de croyance en l’action des femmes enceintes. Une étude concernant les représentations des professionnels de santé permettrait d’obtenir une vision plus globale du sujet afin de construire une action de prévention et son évaluation.

  • Revue de littérature concernant l'épisiotomie depuis les recommandations pour la pratique clinique du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens de France de 2005    - Ricquebourg Helene  -  11 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens de France (CNGOF) a publié en 2005 des Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) concernant l'épisiotomie. Dix ans plus tard, qu'en est-il de ces recommandations ? L’épisiotomie doit-elle être pratiquée de façon libérale ?

    Matériel et méthode : Une revue de littérature a été réalisée à l'aide de la base de données Pubmed, et avec le mot-clé « Episiotomy ». Les travaux réalisés après 2005 ont été inclus, et classés par Niveaux de Preuves (NP) à l'aide de la table des niveaux de preuves du Centre d'Evidence-Based Medicine d'Oxford (version 2011).

    Résultats : 137 articles ont finalement été inclus à la revue de littérature. Une diminution du taux d'épisiotomie chez la femme à bas risque obstétrical permet une augmentation du taux de périnées intacts (NP3), sans augmentation significative du taux de déchirures périnéales sévères (NP3). En cas d’extraction instrumentale, les études ne sont pas unanimes. Dans le post-partum, l'épisiotomie est un facteur de risque d'incontinences fécales à long terme (NP3) et d'incontinences urinaires jusqu'à six mois en post-partum (NP3).

    Conclusion : Une pratique restrictive de l'épisiotomie est toujours recommandée chez la femme à bas risque obstétrical, comme le recommandent les RPC de 2005. En cas d'extraction instrumentale les résultats ne sont pas clairs et de nouveaux essais contrôlés randomisés sont nécessaires. Mais jusqu'à quel point diminuer le taux d'épisiotomies ? Le fait de diminuer le taux d'épisiotomie à l'extrême ne serait-il pas néfaste pour la santé des femmes ?

  • Et si les tortues portaient des patins à glace? Etude des capacités inférentielles des enfants autistes de haut niveau ou porteurs du syndrome d'Asperger    - Vivier Manon  -  11 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L’objectif de cette recherche était d’étudier la compréhension textuelle des enfants autistes de haut niveau ou porteurs du syndrome d’Asperger. Plus précisément, il s’agissait de déterminer l’origine du déficit inférentiel souvent observé dans cette population, processus pourtant indispensable à la compréhension de l’implicite d’un texte. Pour ce faire, nous avons utilisé un protocole original initialement destiné aux enfants ayant des difficultés de compréhension sans trouble autistique associé. Le stock de connaissances était contrôlé grâce à l’apprentissage et à la restitution d’une base d’informations relatant des faits originaux concernant une planète imaginaire où se déroulait l’histoire lue aux enfants. Puis, des questions nécessitant l’inférence et mettant en jeu ces connaissances ont été posées à nos participants. Les résultats obtenus par notre étude montrent une forte hétérogénéité des profils des enfants avec autisme. Ainsi, alors que la moitié des enfants identifiés comme faibles-compreneurs semblent bénéficier de l’apprentissage de la base de connaissances, le déficit inférentiel subsiste chez l’autre moitié de ces enfants. Des pistes de remédiations à différencier en fonction des difficultés de compréhension observées chez ces enfants sont donc proposées.

  • Suivi d'un an d'arthroplastie du genou au CHR d'Orléans : évaluation des pratiques professionnelles et bon usage    - Bertrand Aude  -  11 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La parution d’un ouvrage récent de la HAS concourant à la décision d’arthroplastie du genou et du choix de la prothèse ainsi que l’essor de cette activité ont servi d’éléments déclencheurs à l’élaboration de ce travail, à la fois audit clinique et évaluation du bon usage des prothèses de genou. Les patients admis pour une opération d’arthroplastie du genou en 2013 ont été inclus. L’enquête s’est déroulée sur un mode rétrospectif durant 6 mois, permettant de recueillir les données suivantes dans les dossiers patients : antécédents, facteurs de risque osseux et articulaires, prise en charge, différentes prescriptions et traitements médicamenteux, indications de poses. Les dossiers ont ensuite été réévalués et complétés avec les chirurgiens orthopédistes. Au total, 60 prothèses ont été posées. Les femmes sont davantage concernées que les hommes, avec un ratio de 2 : 1. Les principaux facteurs de risque relevés sont l’âge avancé (73 ans en moyenne pour les femmes et 71 ans en moyenne pour les hommes), une déviation axiale du genou touchant 82 % des patients (n = 49) et une surcharge pondérale (IMC > 25 kg/m2) à laquelle 83 % des patients (n = 50) étaient sujets.

    L’audit clinique rapporte un taux de conformité de pose de l’ordre de 98,3 %. Tous les patients se sont vus implanter une prothèse tricompartimentale, la pose d’une prothèse unicompartimentale ne trouvant pas son indication. La traçabilité dans les dossiers patients était correcte ainsi qu’auprès de la pharmacie.

    Des pistes ont été proposées : une traçabilité informatique auprès de la pharmacie des informations relatives à la pose d’un dispositif médical implantable afin d’éviter les retranscriptions manuelles et la présence des comptes-rendus de staffs de service dans les dossiers patients permettant de les exploiter à postériori.

  • Relationships between macular pigment optical density and lacquer crack related to high myopia    - Benoudis Léa  -  10 juin 2015  - Thèse d'exercice


  • Etat des lieux sur l’aromathérapie dans les officines : enquête sectorielle dans le département de la Vienne    - Gaborieau Benoît  -  10 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Treize millions six cent mille flacons d’huiles essentielles ont été vendus en 2012, soit 13.2% de plus qu’en 2011. Cette croissance du marché de l’aromathérapie révèle un véritable enthousiasme dans le domaine de la santé en lien avec les bienfaits thérapeutiques de plus en plus connus des huiles essentielles.

    Cependant, comme tout produit se présentant comme possédant des propriétés thérapeutiques, son utilisation se doit d’évaluer la balance bénéfice-risque. Il est donc important de prendre en considération, les risques potentiels de l’évolution de l’aromathérapie dans le domaine de la santé.

    Les huiles essentielles possèdent des propriétés thérapeutiques ainsi que des effets indésirables, se pose alors la question : la réglementation concernant les huiles essentielles permet-elle d’assurer la sécurité sanitaire des patients ?

    Ces dernières étant en libre accès dans des lieux non contrôlés par des professionnels de la santé.

    En ce sens, nous avons réalisé une enquête auprès des officines afin de savoir si le pharmacien est d’ores et déjà prêt à assumer son rôle d’acteur de santé publique dans le domaine de l’aromathérapie ainsi que de vérifier les connaissances et les habitudes de consommation des patients dans différentes zones géographiques du département de la Vienne.

    Il est apparu lors de cette enquête, que les pharmaciens prennent leur rôle d’acteur de la santé publique à coeur en s’investissant dans le domaine de l’aromathérapie.

    Les patients sont quant à eux à la recherche d’informations et de conseils dans ce domaine, ces derniers cherchant à être des acteurs de leur propre santé.

  • Entraînement des structures logiques de classification chez les adultes cérébrolésés présentant un manque du mot : approche clinique    - Pauvert Marion  -  10 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre recherche s’inscrit dans la lignée des travaux sur le lien entre langage et raisonnement. Le langage reposant sur la pensée, celle-ci doit être construite par un processus de classification afin d’aboutir à une production langagière correcte. La majorité des études portant sur les enfants, nous nous sommes intéressés aux adultes, et plus particulièrement, à ceux présentant des lésions cérébrales acquises suite à un AVC ou à un TC. Beaucoup d’entre eux auront des difficultés langagières et notamment un manque du mot. Des rééducations classiques, basées sur un entraînement simplement langagier, existent pour faciliter l’accès au stock lexical. Or, le langage et la pensée étant très liés, pourquoi ne pas s’appuyer sur le fonctionnement de la pensée pour améliorer le manque du mot ? Durant dix-huit séances, nous avons donc proposé à quatre adultes un entraînement des structures logiques de classification. Nous avons émis l’hypothèse que la rééducation permettrait un meilleur accès au stock lexical nominal et verbal et ce, quelles que soient les situations de productions langagières. Pour y répondre, nous avons évalué l’importance de leur manque du mot dans différents contextes langagiers en pré et post-entraînement. Seule l’épreuve de dénomination est améliorée chez tous les patients, qu’elle soit nominale ou verbale. Concernant les autres situations de productions langagières, les résultats obtenus sont hétérogènes. Il serait utile de poursuivre cette étude avec une population plus importante afin d’obtenir une validation ou une infirmation des hypothèses avec certitude. Toutefois, cette étude a montré que, face à un adulte présentant un manque du mot, il est intéressant de mettre en place une rééducation des structures logiques de classification.

  • Injections rapprochées de fortes doses de Méthylprednisolone dans le Syndrome HELLP de classes I et II du péripartum : effets sur les paramètres biologiques et tolérance    - Dumas Anais  -  10 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le HELLP syndrome est une pathologie d’une particulière gravité mettant en jeu le pronostic maternel et foetal. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’effet de la Méthylprednisolone à forte dose, sur l’évolution des paramètres cliniques et biologiques, ainsi que sur la morbidité des patientes atteintes de syndrome HELLP de type I et II en antépartum et post-partum.

    Matériel et Méthode : Il s’agit d’une étude descriptive et rétrospective, portant sur l’évolution des différents paramètres cliniques et biologiques du HELLP syndrome, traité par Méthylprednisolone à forte dose dans le service de maternité du CHU de POITIERS de 2008 à février 2015. Le HELLP syndrome ayant été diagnostiqué soit avant l’accouchement soit en post-partum. Notre étude portait sur un effectif total de 14 patientes.

    Résultats : On constatait une diminution significative du taux de LDH, d’ASAT, d’ALAT et une augmentation significative du taux plaquettaire entre H0 et la fin de la corticothérapie. Nous n’avons observé qu’un cas de transfusion plaquettaire. Une hyperglycémie au-dessus de 1,50g/L était retrouvée chez 64 % des patientes. Il n’y avait pas d’hypokaliémie et aucune difficulté de cicatrisation. La diurèse avait tendance à être augmentée entre H24 et H48. La durée d’hospitalisation moyenne était de 8,4 jours dont deux jours en moyenne en USC/réanimation.

    Conclusion : L’injection de Méthylprednisolone à très forte dose s’accompagne d’une amélioration des paramètres biologiques du HELLP syndrome et d’une bonne tolérance. Cependant, des essais cliniques multicentriques randomisés contrôlés versus placebo en double aveugle sont nécessaires pour confirmer que cette amélioration est liée à la corticothérapie.

  • Impact de l’hydratation orale libérale pendant le travail obstétrical sur la satisfaction des parturientes à bas risque    - Nadal Justine  -  10 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les pratiques autour de l’hydratation orale pendant le travail obstétrical varient beaucoup malgré les recommandations encourageant les professionnels à laisser boire et manger les parturientes à bas risque à leur convenance. Cependant, la satisfaction des parturientes liée à l'hydratation orale n’a pas été évaluée. Cette étude avait donc pour but d’analyser l’impact de l’hydratation orale libérale pendant le travail sur la satisfaction des parturientes à bas risque et sur les complications obstétricales.

    Matériels et méthodes : Quarante parturientes ont été incluses dans cette étude prospective monocentrique menée au CHU de Poitiers. A leur arrivée pour l'accouchement, elles étaient randomisées en deux groupes : le groupe restrictif, limité à 150 ml d’eau par heure et le groupe libéral où elles pouvaient boire autant qu’elles le souhaitaient. Chaque prise orale était notée et la satisfaction des parturientes était évaluée par une Echelle Visuelle Analogique (EVA) grâce à un questionnaire remis en suites de couches. Une analyse des dossiers obstétricaux a également été effectuée pour étudier les complications obstétricales.

    Résultats : La satisfaction liée à l’hydratation orale était plus importante dans le groupe libéral avec une EVA de 83 ± 20 contre 68 ± 24 dans le groupe restrictif (p=0,02). La durée des efforts expulsifs était plus courte dans le groupe libéral avec 9 ± 6 minutes contre 17 ± 10 minutes dans le groupe restrictif (p=0,005). Enfin, les groupes étaient comparables en matière de taux de pathologies du travail, d’anomalies du rythme cardiaque foetal, d'extraction instrumentale, de lactatémie et de pH artériel au cordon et de réanimation néonatale.

    Conclusion : L’hydratation orale libérale pendant le travail obstétrical améliore la satisfaction des parturientes à bas risque sans augmenter les complications obstétricales. C’est probablement l’absence de restriction plus que la quantité d’eau ingérée qui est responsable de ce confort supplémentaire. Il parait donc indispensable de laisser boire les parturientes à bas risque à leur convenance.

|< << 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales