Vous êtes ici : Accueil > Années de soutenance > 2015

2015

Les travaux soutenues en 2015

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
306 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 21 à 30
Tri :   Date travaux par page
  • Évolution de la prise en charge de l'asthme du nourrisson et de l'enfant par les médecins généralistes de la Vienne entre 2004 et 2014    - Guittet Laurence  -  01 décembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'asthme est la maladie chronique de l'enfant la plus fréquente. Celle-ci est en constante augmentation particulièrement chez l'enfant entrainant des hospitalisations et une mortalité qui reste importante. Différentes études ont démontré un sous-diagnostic et un sous-traitement de l'asthme auprès des patients mais peu d'études s'intéressent aux pratiques des médecins généralistes.

    Objectif : Le but de notre étude était de comparer la prise en charge de l'asthme du nourrisson et de l'enfant auprès des médecins généralistes de la Vienne entre 2004 et 2014.

    Matériel et méthode : Il s'agit d'une enquête épidémiologique descriptive transversale adressée aux 432 médecins généralistes de la Vienne, via un envoi par courrier.

    Résultats : Cent trente médecins ont répondu. Les résultats montrent que 78% des médecins font le diagnostic d'asthme et 93% instaurent un traitement de fond soit une amélioration de 20% par rapport à 2004. Les EFR (Explorations fonctionnelles respiratoires) et le bilan allergologique sont utilisés respectivement à 72% et 86% dans le suivi de l'enfant.
    Sur le traitement de la crise d'asthme, 98% des médecins utilisent les bronchodilatateurs de courte durée d'action mais seule la moitié des médecins respecte les recommandations concernant la fréquence d'administration.

    Conclusion : Notre étude retrouve une amélioration du diagnostic et du traitement de fond de l'asthme de l'enfant et du nourrisson mais une dégradation du traitement de la crise d'asthme. Ces résultats pourraient être améliorés par l'utilisation de plan d'action et le renforcement du réseau ville-hôpital via les Écoles de l'asthme.

  • Relation entre trouble affectif saisonnier et insuffisance en vitamine D : étude comparative sur la prise de vitamine D entre la Suède et la France, pendant l'hiver    - Chaumont Fanny  -  27 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière est une pathologie largement invalidante pour les personnes qui en sont atteintes et leurs familles. Sa prévalence varie de 3 à 10% en fonction de la latitude. Le TAS semble avoir plusieurs étiologies dont un dérèglement des rythmes circadiens. Un des traitements principaux de cette pathologie est la luminothérapie.

    Le rôle de la vitamine D dans le métabolisme osseux est bien connu de longue date. L’intérêt des chercheurs pour cette vitamine/hormone est grandissant puisque, presque chaque mois, une nouvelle étude vient étendre les propriétés de la vitamine D (effet immuno-modulateur, contrôle de gènes régulant la prolifération, la différenciation, l’apoptose des cellules saines et cancéreuses…) ou son implication dans une pathologie. L’insuffisance en vitamine D n’est pas une maladie à proprement parler mais une situation clinique entrainant un risque plus important de développer de nombreuses pathologies.

    De nombreuses études ont mis en évidence un lien entre concentrations basses de vitamine D et dépression. Cependant, les différentes études n’ont pas permis de déterminer si des concentrations faibles en vitamine D sont une cause ou une conséquence de la dépression. Plutôt que de fonctionner comme un mécanisme direct dans le développement du TAS, la vitamine D pourrait jouer un rôle dans la régulation des mécanismes associés aux facteurs saisonniers et de dépression.

    Les médecins généralistes ont un rôle important à jouer afin d’identifier les patients pré-sentant un TAS et de leur prescrire des séances de luminothérapie. Ils doivent également s’assurer que les patients ne présentent pas une carence en vitamine D. Les pharmaciens d’officine, quant à eux, doivent sensibiliser les patients aux pathologies provoquées par une carence en vitamine D. Ceci passe par l’accompagnement des patients : conseil d’une supplémentation en vitamine D et rappel des règles hygiéno-diététiques.

  • Tachycardies atriales post-lésionnelles : apport de la cartographie ultra-haute densité    - Viera Frederic  -  25 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Depuis l'avènement de l'ablation des arythmies cardiaques par radiofréquence l'incidence des tachycardies atriales (TA) post lésionnelles (p), d'ablation difficile, s'est accrue.
    Notre travail prospectif a pour objectif de montrer l'apport du dernier système de cartographie, Rhythmia, dans ces ablations complexes.

    Méthodes : De mars à octobre 2015, au sein du centre hospitalier de Monaco, nous avons inclus des patients présentant une TAp. Pour chaque circuit cartographié, nous avons mesuré l'amplitude et les vitesses de conduction isthmiques et au niveau des oreillettes les bruits de fond et les surfaces des zones cicatricielles.

    Résultats : 16 patients ont été inclus dans l'étude. 22 circuits ont été cartographiés et 21 ablations ont pu être réalisées avec succès.
    Les vitesses de conduction moyennes étaient de 0,3 ± 0,2 m/s dans l'isthme, 1 ± 0,5 m/s avant l'isthme et 0,9 ± 0,8 m/s après l'isthme. Les amplitudes des potentiels électriques étaient de 0,6 ± 1 mV avant l'isthme, 0,1 ± 0,1 mV dans l'isthme ou les focales et 0,9 ± 1,8 mV après l'isthme.
    Les bruits de fond moyens du système étaient de 0,012 ± 0.005 mV, minimum 0,005 mV, maximum 0,110 mV. La surface totale moyenne des cavités était de 137,3 ± 27,1 cm2. La zone cicatricielle était respectivement de 59 ± 24 %, 21 ± 17 % et 13 ± 9 % pour des voltages inférieurs à 0,5 mV, 0,05 mV et inférieurs aux seuils de confiance.

    Conclusion : La cartographie UHD (ultra-haute densité) est une solution particulièrement précise et fiable pour réaliser le diagnostic et l'ablation des TA cicatricielles.

  • Hypotension orthostatique chez les plus de 65 ans en médecine générale    - Lequipe Johan  -  24 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'hypotension orthostatique (HO) est fréquente chez le patient âgé. Elle est le plus souvent asymptomatique et donc méconnue. Ses conséquences en terme de morbimortalité et de perte d'autonomie sont importantes.

    Objectif : L'objectif principal était d'évaluer la prévalence de l'hypotension orthostatique lors de consultations de médecine générale ambulatoire chez les plus de 65 ans. L'objectif secondaire était de juger la faisabilité de cette recherche en médecine ambulatoire.

    Méthodologie : L'inclusion des patients était réalisée lors de remplacements effectués dans 6 cabinets médicaux distincts en Vienne. Le test d'hypotension était effectué chez tout patient de plus de 65 ans consultant pour un motif autre que malaise ou vertige. Une fiche de recueil permettait de renseigner les caractéristiques socio-démographiques, les antécédents et traitements des patients. Après un repos en position allongée de 5 minutes, le test était réalisé à l'aide d'un tensiomètre automatique avec mesure de la pression artérielle en position allongée, au passage en orthostatisme puis à 1, 2, 3, et 5 minutes. En cas de recherche positive (HO+, baisse de la systolique ≥20 mmHg et/ou de la diastolique ≥10 mmHg), les modifications thérapeutiques étaient notées. La durée de la consultation était mesurée.

    Résultats : Cinquante-cinq patients ont été inclus entre le 22 novembre 2013 et le 31 décembre 2014. L'âge moyen était de 74,85+/-4,99 ans et la moyenne des traitements était de 3,96+/-1,45. La prévalence de l'hypotension orthostatique méconnue dans notre échantillon était de 32,73% dont 83,33% asymptomatique. L'âge moyen était significativement plus élevé dans le groupe HO+ (p=0,04). La pression artérielle de repos était significativement plus élevée dans le groupe HO+ aussi bien pour la pression artérielle systolique (p=0,03) que diastolique (p=0,01). Les principales actions thérapeutiques réalisées étaient : l'apprentissage des mesures hygiéno-diététiques, l'introduction d'une contention veineuse et l'arrêt d'un traitement. Le temps moyen de consultation était de 21,45 +/-2,98 minutes.

    Discussion : L'HO est fréquente en médecine générale ambulatoire chez les plus de 65 ans. Des actions thérapeutiques sont disponibles pour le médecin généraliste comme l'apprentissage des mesures hygiéno-diététiques, la lutte contre la iatrogénie et la réévaluation des traitements ainsi que les moyens de compression veineuse. L'HO est un facteur de morbidité cardiovasculaire, de morbidité toutes causes confondues et un facteur de risque indépendant de chute récurrente chez les patients âgés. Sa recherche systématique, bien que chronophage, présente un intérêt en matière de prévention secondaire et tertiaire.

  • Topiques réparateurs cutanés et molécules cicatrisantes : évaluation des connaissances de l’équipe officinale.    - Brodeau Marie  -  23 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La peau est un organe fondamental de l’organisme puisqu’il s’agit d’une véritable barrière physiologique entre les organes internes et l’environnement extérieur.

    Pour favoriser la cicatrisation et garder un bel aspect de la peau, on peut utiliser aujourd’hui des topiques réparateurs cutanés dont un large choix est présent sur le marché et qui représentent aujourd’hui un incontournable de la trousse à pharmacie familiale.

    Le pharmacien et son équipe se trouvent souvent sollicités par les patients pour des problèmes de dermatologie du quotidien et sont, de fait, les acteurs principaux dans la délivrance de ce type de produit.

    Cette thèse explore la physiologie de la peau et de la cicatrisation. Dans une seconde partie, nous évoquons les topiques cicatrisants les plus utilisés et leurs propriétés. Enfin, au travers d’une enquête auprès d’équipes officinales, nous avons cherché à établir le niveau de connaissance de l’équipe vis-à-vis des produits ainsi que leurs critères de choix lors qu’un conseil sur la cicatrisation.

  • Équithérapie : étude de l'impact sur le troubles psychiatriques et leur traitements    - Voisin Valentine  -  23 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'utilisation d'animaux à des fins thérapeutiques, ou zoothérapie, est une thérapie intégrée en parallèle de thérapies traditionnelles. Elle se pratique sous la responsabilité d'un professionnel et cherche à utiliser le rapport privilégié que développe certaines personnes avec des animaux dans un objectif de thérapie physique, sociale ou mentale. L'animal comme médiateur a un impact sur les troubles cardiovasculaires, sur le bien-être psychique comme l'anxiété, la douleur, et sur les troubles psychiatriques comme l'autisme. L'animal facilite le contact entre le patient et son thérapeute, favorise le dialogue et le bien-être.

    La thérapie par le cheval s'inscrit dans cette notion de zoothérapie. Le cheval a cette particularité de permettre une thérapie mentale et physique. Lors de handicap physique, le mouvement du cheval permet de muscler de manière harmonieuse et symétrique les muscles abdominaux et lombaires. La pratique de l'équithérapie améliore la spasticité, l'équilibre, la posture et la coordination motrice. Dans le handicap mental, le cheval prend la place de médiateur entre le thérapeute et le patient. Il permet de travailler les principes nécessaire à la construction de l'individu et s’intègre dans la thérapie de personne souffrant de dépression, d'anxiété, de troubles de la personnalité, de troubles de l'humeur.

    L'étude de dix dossiers de patients hospitalisés au centre psychiatrique Henri Laborit à Poitiers a pour objectif de montrer l'impact de l'équithérapie sur les troubles psychiatriques dont ils souffrent et leurs traitements. Nous avons mis en corrélation l'évolution de leurs traitements psychiatriques ainsi que leurs comportements avant le début de thérapie par le cheval et au moment de notre période d'observation. Les résultats montrent que peu de modification sur le traitement psychiatrique sont à noter mais que le comportement des patients est sensiblement amélioré notamment sur l'anxiété, l'agitation, la concentration, la décontraction et la motivation.

  • Le mésusage d'alcool en post chirurgie bariatrique : Étude de cas chez des personnes obèses morbides opérées    - Mis Marie  -  19 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les résultats de la chirurgie bariatrique, étayés par des preuves scientifiques, ne sont plus à démontrer, tant sur le plan somatique que psychologique. Cependant un nombre croissant d'études indiquent que les personnes obèses opérées d'une chirurgie bariatrique ont un risque accru de développer un mésusage d'alcool.

    Notre étude a pour but d'apporter un éclairage clinique sur ces patients particuliers, aux antécédents d'extrême obésité, ayant eu recours à une chirurgie de réduction de poids.Pour cela, dans un premier temps, nous avons mis en perspective ces deux troubles complexes, multifactoriels et hétérogènes, que sont l'obésité morbide et le mésusage d'alcool par le biais d'une approche théorique transnosographique.

    Puis la lecture de quatre cas cliniques, nous a permis d'aborder cette complexité des liens entre alimentation et consommation d'alcool, dans un contexte psychopathologique et chirurgical favorisant le passage de l'un à l'autre.

    En conclusion, une prise en charge intégrative, inspirée du modèle biopsychosocial des addictions, pourrait être indiquée, en complément de la chirurgie bariatrique.

  • Certificats de coups et blessures et incapacité totale de travail : enquête auprès des médecins généralistes et urgentistes de la région Poitou-Charentes en 2016, à partir d'un jeu de sept cas cliniques    - Boisseau Jean-Charles  -  16 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L'incapacité totale de travail, au sens pénal du terme, est la période durant laquelle un individu n'est pas en totale capacité de se livrer aux actes usuels de la vie courante, pour des raisons physiques ou psychologiques, que ce soit dans l'exercice d'une profession ou en dehors de celle-ci. Son évaluation constitue la principale source de difficultés lors de la rédaction de certificats de coups et blessures. Afin de proposer des mesures adaptées, nous avons souhaité connaître l'état actuel des connaissances des médecins généralistes et urgentistes sur le sujet.

    Matériels et méthodes : Cette étude descriptive transversale, réalisée au cours de l'année 2016 par questionnaire auto-administré, était transmise à une majorité des médecins généralistes et urgentistes de la région Poitou-Charentes. L'enquête permettait le recueil de données sociodémographiques et de connaissances théoriques. Il s'agissait de la première étude à soumettre des situations cliniques aux médecins, leur apportant une vision orientée vers la pratique médicale courante, et permettant une meilleure identification de leurs difficultés.

    Résultats : Le taux de participation était de 22,4% (365 questionnaires reçus). L'incapacité totale de travail était citée comme source de difficultés par 78,9% des médecins de notre étude. Les médecins se déclarant formés à l'incapacité totale de travail (41,1%) mentionnaient significativement moins de difficultés à l'évaluer (p=0,016), et semblaient présenter de meilleurs résultats sur les questions sous forme de cas cliniques (p=0,03) que les médecins sans formation. Près de 90% des médecins ne s'estimaient pas assez formés. Quatre-vingt-un pour cent des médecins de l'étude déclaraient « toujours » ou « souvent » évaluer l'incapacité totale de travail. La fréquence de rédaction des certificats de coups et blessures était au moins mensuelle pour 40% des médecins. C'était le cas pour 92,2% des médecins urgentistes, et 28,7% des médecins généralistes. Ceux déclarant rédiger des certificats au moins mensuellement étaient 37,1% à éprouver des difficultés à évaluer l'incapacité totale de travail, contre 51,4% pour les autres (p=0,02). Enfin, quarante-cinq pour cent des médecins ont donné la bonne signification du sigle ITT.

    Conclusion : Notre étude a permis de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les médecins généralistes et urgentistes, en particulier concernant l'incapacité totale de travail. Son évaluation repose sur des principes issus de la jurisprudence, paraissant généralisables, c'est pourquoi le développement d'actions de formation et d'un référentiel orientés vers la pratique courante permettrait probablement d'améliorer et d'homogénéiser le niveau global d'évaluation de l'incapacité totale de travail. Une organisation des examens de victimes en réseau de proximité permettrait également une meilleure couverture des besoins en France.

  • Etat des lieux de la consommation de tabac chez les étudiants français en 2015, et proposition d'une nouvelle campagne de prévention chez cette population    - Chavagnac Antoine  -  13 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La prévalence du tabac en France est préoccupante, puisqu’en 2014 on estime à 28,2 % le nombre de fumeurs réguliers – fumant au moins une cigarette par jour - parmi la tranche d’âge des 15-75 ans. Même si la prévalence diminue chez les femmes de 20 à 44 ans, l’analyse par tranche d’âge montre que la prévalence la plus élevée en 2014 concerne la tranche d’âge des 20-25 ans, à la fois parmi les hommes et les femmes, avec une prévalence de 44,8 % et 32,5 % respectivement.

    Parmi cette tranche d’âge on retrouve notamment les étudiants. Cette population est une cible de choix, à la fois quantitative puisqu’on estime à 2,4 millions le nombre d’étudiants en France, et à la fois qualitative puisque les fumeurs d’aujourd’hui seront les fumeurs de demain. Cependant, il est très difficile d’obtenir des informations relatives aux étudiants, d’où la nécessité de réaliser une étude qualitative et quantitative à destination des étudiants.

    L’étude qualitative FumEtu, réalisée dans le cadre de cette thèse, a notamment révélé la présence de 3 profils d’étudiants fumeurs différents, qu’il serait intéressant de pouvoir cibler dans les campagnes de prévention luttant contre le tabac. L’étude quantitative a quant à elle montré que près d’une étudiante sur trois et près d’un étudiant sur deux sont fumeurs quotidiens ou occasionnels. Il en ressort également que la santé et l’argent sont les deux principaux axes sur lesquels il serait intéressant de communiquer dans les campagnes de prévention destinées aux étudiants.

    L’institut national de prévention et d’éducation à la santé prévient chaque année sur les dangers liés à la consommation de tabac. Cependant, les campagnes de prévention ne communiquent pas sur l’argent que dépense un fumeur pour sa propre consommation de tabac, et sur ce qu’il pourrait faire avec cet argent s’il ne fumait pas.

    La proposition faite dans le cadre de cette thèse consiste donc à ce que des entreprises proposent un produit ou un service, dans le but d’arrêter de fumer, et dont le coût serait inférieur à celui d’une consommation de tabac.

  • Évaluation de la qualité de vie des femmes en cours de Fécondation In Vitro    - Devaud Coraline  -  13 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : Évaluer la qualité de vie des femmes et son évolution en cours de stimulation ovarienne pour Fécondation in vitro.

    Patientes et méthodes : Analyse secondaire incluant 87 patientes prises en charge au CHU de POITIERS dans le cadre d'une FIV entre juillet 2012 et juillet 2013. Les données étudiées ont été extraites de l'étude ENDOFI. Les patientes ayant répondu à l'EuroQol 5D avant et pendant la stimulation étaient incluses dans notre étude. L'objectif principal était d'étudier la qualité de vie et son évolution en cours de FIV et de chercher des facteurs explicatifs parmi l'âge, la parité, la durée de l'infertilité, le nombre de tentative de FIV antérieures et l'existence d'une endométriose.

    Résultats : 87 patientes ont été incluses sur les 163 patientes de l'étude ENDOFI. En majorité, il s'agissait de femmes jeunes (33 ans ± 5), nullipares, ayant un désir de grossesse depuis 3 ± 2 ans. La qualité de vie était globalement conservée avec un EQ 5D VAS moyen supérieur à 75/100. Les domaines de la qualité de vie les plus altérés en cours de FIV étaient la douleur et l'anxiété. Une anxiété était signalée par 66% des patientes avec une intensité extrême dans 19% des cas. L'intensité de l'anxiété était stable alors que la douleur augmentait significativement en cours de FIV (p=0,03118). Il n'a pas été retrouvé de facteurs explicatifs concernant la douleur et l'anxiété parmi l'âge, la duré de l'infertilité, la parité, le nombre de tentative de FIV et l'existence d'une endométriose. L'état de santé était significativement moins bon lorsque les patientes souffraient d'endométriose (p<0,0001) que ce soit avant ou pendant la stimulation ovarienne. L'existence d'une endométriose diminuait de 21 points sur 100 l'état de santé. Le nombre de FIV était également un facteur explicatif de l'altération de l'état de santé avec cependant moins d'impact que l'endométriose. A chaque tentative de FIV, l'état de santé diminuait de 3,76 points sur 100.

    Conclusion : La qualité de vie des patientes au cours d'un parcours en AMP (aide médicale à la procréation) doit faire partie des préoccupations médicales et ce d'autant plus qu‘il existe une pathologie chronique comme l'endométriose associée à l'infertilité.

|< << 1 2 3 4 5 6 7 8 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales