Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Penard Nicole

Penard Nicole

Les travaux encadrés par "Penard Nicole"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date travaux par page
  • Les apports de la théorie de l'attachement dans la clinique et l'accompagnement des enfants pris en charge en hôpital de jour à l'EMPE de Poitiers    - Salomon-haquette Constance  -  26 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La théorie de l'attachement a été introduite par John BOWLBY dans les années cinquante. Elle s'intéresse à la qualité des interactions enfant caregivers sur le développement de comportements puis de représentations d'attachement chez l'enfant. BOWLBY définit l'attachement comme un « besoin primaire » dont la fonction principale serait de garantir la proximité et la survie de l'enfant. Cette théorie a montré l'implication de l'attachement dans le développement psychique de l'enfant, et les risques psychopathologiques associés aux troubles de l'attachement. Dans ce travail, nous nous intéresserons à un domaine encore peu exploré ; l'étude des représentations d'attachement chez les enfants suivis en hôpital de jour pédopsychiatrique. Nous étudions les représentations d'attachement par la méthode des « histoires à compléter ». Sur les 7 enfants inclus, six ont été analysés. Les résultats de cette étude montrent, contrairement à ce que l'on pourrait penser, des prototypes d'attachement variables, allant de représentations d'attachement sécure à des représentations d'attachement insécure désorganisé. On retrouve un prototype d'attachement insécure désorganisé chez 4 enfants, un enfant a une typologie d'attachement insécure évitant et un sécure. Ces résultats montrent que malgré la variabilité des diagnostics pour lesquels ces enfants sont pris en charge en hôpital de jour, un grand nombre présente des troubles de l'attachement. Il semble important de proposer, en complément des recommandations habituelles, un accompagnement de type « attachementiste » aux parents et aux enfants pris en charge en hôpital de jour pour prévenir l'apparition ou l'aggravation de troubles psychopathologiques ultérieurs en lien avec un trouble de l'attachement.

    EMPE = Externat médico-psychologique de l'enfant

  • Empathie et reconnaissance des émotions faciales chez les mineurs auteurs de violences sexuelles : à partir d'une étude sur 9 mineurs auteurs de violences sexuelles    - Boyer François  -  25 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les études sur l'empathie et la reconnaissance des émotions faciales sont rares chez les mineurs auteurs de violences sexuelles. Cette étude s'intéresse au processus multidimensionnel de l'empathie en utilisant comme variable de contrôle l'alexithymie, l'anxiété, la dépression qui sont censées influer sur les émotions et la mesure de l'empathie. Neuf mineurs auteurs de violences sexuelles et trente mineurs témoins de sexe masculin ont passé une épreuve de reconnaissance des émotions faciales présentant six émotions (peur, tristesse, dégoût, colère, joie, surprise) et des autoquestionnaires d'empathie (BES), d'alexithymie (TAS-20), d'anxiété (RCMAS) et de dépression (BDI-13). Les mineurs auteurs de violences sexuelles sont moins précis dans la reconnaissance des émotions faciales, et ce plus particulièrement pour la peur et la tristesse. L'empathie affective, le taux d'erreur et le taux de reconnaissance de la tristesse à l'épreuve de reconnaissance des émotions faciales sont les seules dimensions qui permettent de distinguer les mineurs auteurs de violences sexuelles, des témoins. L'empathie affective et l'empathie cognitive sont positivement corrélées à la reconnaissance des émotions faciales. L'alexithymie, l'anxiété, la dépression sont corrélées de façon négative à l'empathie et ceci plus particulièrement chez les mineurs auteurs de violences sexuelles. Bien que l'échantillon soit petit et que l'étude nécessite d'être menée avec un plus grand nombre de participants, il est retrouvé que les mineurs auteurs de violences sexuelles ont des difficultés à reconnaître des indices permettant de décoder une émotion faciale, ce qui pourrait être en lien avec l'altération de différentes étapes du processus d'empathie, notamment de la contagion émotionnelle.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales