Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Mignot-Grandcolin Stéphanie

Mignot-Grandcolin Stéphanie

Les travaux encadrés par "Mignot-Grandcolin Stéphanie"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
3 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date travaux par page
  • Dépister les violences sexuelles chez les adolescents : nécessité de valider le test "SSToP-Aux-Violences" par une étude multicentrique, création du dossier pour l'autorisation par le Comité de protection des personnes    - Charbonnier Marie  -  01 mars 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les agressions sexuelles sont reconnues et punies par la loi. Elles font de nombreuses victimes à travers le monde et ne sont pas sans conséquences, notamment sur la santé. Il est demandé aux acteurs de soins primaires de repérer les mineurs victimes de maltraitance. Cependant, il n'existe à l'heure actuelle aucun outil de dépistage valide et adapté à la pratique en soins primaires. Des études récentes ont mis en évidence des facteurs de risque chez les adolescents, particulièrement reliés aux antécédents de violences sexuelles et ont ainsi permis d'élaborer le test "SSToP-Aux-Violences". Pour pouvoir le proposer en tant qu'outil de dépistage des antécédents de violences sexuelles, il est nécessaire de réaliser une étude interventionnelle, multicentrique, en soins courants. La première étape est de constituer le dossier pour obtenir l'autorisation d'un CPP, ce qui fait l'objet de notre travail.

    Matériels et méthodes : Le contenu du dossier de demande d'avis au CPP est fixé au niveau national par l'arrêté du 2 décembre 2016. Pour l'élaborer, nous nous sommes appuyés sur l'étude préliminaire ainsi que sur le dossier d'une étude similaire en soins courants, l'étude MICAS. L'objectif principal de notre travail est de réaliser en totalité le dossier de l'étude "SSToP-Aux-Violences" pour la présenter en commission auprès d'un CPP.

    Résultats : Après avoir défini le type d'étude, nous avons établis le protocole de recherche de l'étude "SSToP-Aux-Violences" en suivant une méthodologie rigoureuse. Nous avons ensuite effectué la démarche nécessaire pour l'obtention d'un CPP, à savoir : l'inscription de la recherche à l'ANSM qui délivre un numéro d'enregistrement puis l'inscription sur le site VRB qui permet le tirage au sort pour l'attribution d'un CPP.

    Conclusion : La démarche pour aboutir à l'avis auprès d'un CPP est obligatoire pour toute étude interventionnelle en soins courants. L'étude "SSToP-Aux-Violences" pourra débuter après obtention d'un avis favorable et peut être permettre de proposer un outil valide et adapté aux soins primaires pour dépister les antécédents de violences sexuelles chez les adolescents.

  • Étude de la pose d'un DIU : relation entre l'expérience clinique de professionnels de santé et la performance mesurée en simulation sur mannequin gynécologique    - Arenas Alonso Maria  -  31 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le dispositif intra-utérin est une méthode contraceptive recommandée et plus fréquemment utilisée. Cependant une formation technique insuffisante reste un des freins à sa prescription. Des études récentes proposent la simulation comme méthode d'apprentissage de ce geste technique. Un outil évaluant la performance de pose sur mannequin gynécologique, à type d'échelle a été validée et l'intérêt de son utilisation dans l'apprentissage du geste chez des internes de médecine générale à été démontré. S'agit-il d'un outil permettant de discriminer différents niveaux d'expérience de pose de DIU ?

    Objectif: L'objectif de cette étude était d'étudier le lien entre le niveau d'expérience de pose de DIU de professionnels proposant ce geste dans leur pratique courante et le score de performance obtenu sur une échelle récemment validée, en simulation sur mannequin gynécologique.

    Méthode : Il s'agissait d'une étude observationnelle, descriptive des pratiques professionnelles, prospective, monocentrique à recrutement régional, qui s'est déroulée de septembre 2016 à avril 2017, dans différents centres hospitaliers et cabinets médicaux et de sages-femmes de l'ancienne région Poitou-Charentes. Des gynécologues, médecins généralistes et sages-femmes posant des DIU et acceptant d'être filmés ont été inclus. Ils ont ensuite été testés par simulation et évalués à l'aide de l'échelle d'évaluation de la performance de pose de DIU. Une étude de corrélation entre le score de performance des professionnels utilisant la même méthode de pose et le niveau d'expérience de pose, défini par le nombre mensuel de DIU posés par le professionnel, a été réalisée. Le pourcentage de réalisation de chaque item constituant l'échelle a été analysé.

    Résultats : Au total 30 professionnels ont été inclus. Parmi eux, 28 utilisaient la méthode classique de pose du DIU et 2 la méthode de la torpille. Le nombre mensuel moyen de DIU posés étaient de 8.63 (± 10,1) et le score de performance moyen dans le groupe méthode classique était de 12,5/20 (± 3,28). Il n'a pas été retrouvé de lien entre le score de performance et le niveau d'expérience des professionnels aussi bien lors d'une analyse générale (coefficient de corrélation de Spearman de 0,012 (p = 0,58)) que dans une analyse en sous-groupes. Deux items de l'échelle étaient réalisés par moins de 20% des professionnels (positionnement correct de la bague bleue et réalisation du toucher vaginal).

    Conclusion : L'utilisation de l'échelle d'évaluation de la performance de pose de DIU ne semble pas adaptée chez les professionnels posant des DIU couramment. Elle n'a pas permis d'identifier différents niveaux d'expérience de pose de DIU.

  • Intérêt de la simulation dans l'apprentissage de la pose de dispositif intra-utérin : étude prospective chez les internes de médecine générale du Poitou-Charentes    - Berthomé-Jauffrais Anne-Charlotte  -  13 octobre 2017  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Peu d'étudiants reçoivent un enseignement pratique à la pose de DIU, pourtant 1ère méthode de contraception réversible dans le monde. La simulation en santé permet un entraînement respectant l'intégrité du patient et la sécurité des soins. Cette pédagogie peut-elle améliorer la performance et le taux de réussite des internes de médecine générale lors de la pose de DIU sur simulateur ?

    Objectif : L'objectif de cette étude était de montrer si l'apprentissage par simulation répétée de l'insertion d'un DIU sur mannequin améliorait le score de performance et le taux de réussite des participants. La reproductibilité de l'échelle d'évaluation et l'apport pédagogique ont été évalués.

    Méthode : Cette étude prospective multicentrique non randomisée s'est déroulée d'Avril 2016 à Mars 2017, dans les Centres Hospitaliers de Royan, La Rochelle et l'ABS-lab du Laboratoire de Simulation de la faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers. Tous les internes acceptant de participer aux journées de simulation ont été inclus. Chaque participant recevait une formation par vidéo en e-learning. Les scores de performance des participants ont été évalués grâce à une échelle validée de 27 items lors de trois essais durant les séances. L'évolution des taux de réussite, la concordance entre l'observation directe et la vidéo et l'évaluation du bénéfice pédagogique ont été étudiées.

    Résultats : La participation de 17 novices et 10 débutants a été analysée. Un participant a été perdu de vue. Les moyennes des scores de performance aux trois simulations étaient respectivement de 16,31, 22,92 et 24,12 (p<0,0001). Il existait une amélioration significative du taux de réussite entre les 2 premières simulations 19% versus 46% (p=0,04)). Il n'existait pas de différence significative selon le niveau des participants. Le score seuil déterminant la réussite à la simulation 3 était de 22/27. La reproductibilité de l'échelle était bonne. Les participants ont confirmé le bénéfice pédagogique de cette méthode de formation et ont reconnu leur progression.

    Conclusion : Dans cette étude, la simulation comme méthode de formation pour la pose de DIU a permis une progression du score de performance et du taux de réussite des internes de médecine générale.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales