Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de travaux > Grignon Claire

Grignon Claire

Les travaux encadrés par "Grignon Claire"

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
7 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1 à 7
Tri :   Date travaux par page
  • Audit des pratiques en nutrition parentérale pédiatrique au CHRU de Brest et mise en place d’actions d’amélioration au sein de la PUI : optimisation des procédures de production et des contrôles libératoires des préparations nutritives pédiatriques    - Thiec Julie  -  07 octobre 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La nutrition parentérale est une technique qui consiste à administrer des nutriments par voie veineuse. Elle est régulièrement utilisée en pédiatrie et notamment pour les nouveau-nés prématurés dont le tube digestif n’est pas fonctionnel. En 2013, des erreurs liées au circuit des nutritions parentérales ont conduit aux décès de plusieurs nourrissons au Centre Hospitalier de Chambéry. Par la suite, une équipe constituée par l’Inspection Générale des Affaires Sociales a mené une enquête nationale sur les pratiques en terme de nutrition parentérale dans les établissements de santé en France. Les recommandations issues du rapport de cette mission insistent sur la sécurisation des différents processus du circuit : prescription, analyse pharmaceutique, préparation, dispensation, transport, stockage, administration. Au CHRU de Brest, après un état des lieux de nos pratiques locales, nous avons souhaité appliquer les recommandations dans chacun de ces domaines. A la PUI, le plan d’actions prioritaires mis en place consiste en une optimisation de notre procédé de fabrication des poches de nutrition parentérale et une mise en place de contrôles quantitatifs de nos préparations.

  • Détermination d’un marqueur de déconjugaison pour l’étude du métabolisme des perturbateurs endocriniens.    - Condylis Maxime  -  13 juillet 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans l’urine et le plasma, les micropolluants peuvent apparaitre sous deux formes, la forme conjuguée et la forme non conjuguée, à cause du métabolisme hépatique. Dans les études de biomonitoring, afin de déterminer l’ensemble des micropolluants, c’est-à-dire conjugués et non conjugués, une étape d’hydrolyse enzymatique est requise. Notre choix d’enzyme s’est porté sur une enzyme avec une activité glucuronidase mais aussi sulfatase. Pour vérifier cette déconjugaison par l’enzyme, la 4-methyl-umbellieferone (4MU), ainsi que la 4-methyl-umbelliferone-glucuronide (4MUG) et la 4-methyl-umbelliferone-sulfate (4MUS) ont été proposés comme marqueurs. Dans la littérature, seule une étude de Zimmerman et Al. explique le développement et la validation d’une méthode d’analyse du 4MU, 4MUG, 4MUS afin de mesurer la concentration de 4MU formée, et la diminution des concentrations de 4MUG et 4MUS. Cependant cette dernière utilise une chromatographie liquide couplée à un détecteur ultra-violet (LC-UV), qui est aujourd’hui de moins en moins utilisée dans les laboratoires, au profit des chaines de chromatographie liquide couplée à un spectromètre de masse en tandem (LC-MS/MS). L’objectif de cette étude était de développer et valider une méthode de dosage par LC-MS/MS de ces marqueurs dans l’urine et le plasma. Dans notre méthode, nous avons désactivé l’enzyme par la chaleur, puis celle-ci a été ajoutée au plasma ou à l’urine, avec des concentrations connues de 4MU, 4MUG, 4MUS et de l’umbelliferone utilisé comme étalon interne. Pour le plasma, les concentrations finales de nos points de gamme dans les tubes vont de 0,52 à 8,33 nmol/mL de 4MUG et de 4MUS, et de 1,04 à 16,67 nmol/mL de 4MU. Tandis que dans l’urine, les concentrations vont de 0,625 à 10 nmol/mL de 4MUG et de 4MUS, et de 1,25 à 20 nmol/mL pour la 4MU. Les concentrations de nos marqueurs ont été déterminées par LC (Shimadzu) couplée à un spectromètre de masse à triple quadripôle (3200 QTRAP Applied Biosystems). La justesse et la précision ont été déterminées par des contrôles qualités à 3 concentrations différentes. Les conditions chromatographiques permettent la séparation de nos 4 composés (4MU, 4MUG, 4MUS et umbelliferone). La linéarité de la méthode a été demontrée avec des r2>0,995 dans le plasma et dans l’urine. La méthode est juste (biais < 16% pour le point le plus bas) et précise (CV < 9%) dans les deux matrices.

    En conclusion, les formes conjuguées et non conjuguées des micropolluants possèdent des propriétés et caractéristiques chimiques différentes, c’est pour cela qu’il est important d’identifier les deux formes séparément. La méthode analytique développée dans cette étude est utilisable pour permettre la déconjugaison des micropolluants en utilisant 4MU, 4MUG et 4MUS comme marqueur de déconjugaison.

  • Relation entre trouble affectif saisonnier et insuffisance en vitamine D : étude comparative sur la prise de vitamine D entre la Suède et la France, pendant l'hiver    - Chaumont Fanny  -  27 novembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière est une pathologie largement invalidante pour les personnes qui en sont atteintes et leurs familles. Sa prévalence varie de 3 à 10% en fonction de la latitude. Le TAS semble avoir plusieurs étiologies dont un dérèglement des rythmes circadiens. Un des traitements principaux de cette pathologie est la luminothérapie.

    Le rôle de la vitamine D dans le métabolisme osseux est bien connu de longue date. L’intérêt des chercheurs pour cette vitamine/hormone est grandissant puisque, presque chaque mois, une nouvelle étude vient étendre les propriétés de la vitamine D (effet immuno-modulateur, contrôle de gènes régulant la prolifération, la différenciation, l’apoptose des cellules saines et cancéreuses…) ou son implication dans une pathologie. L’insuffisance en vitamine D n’est pas une maladie à proprement parler mais une situation clinique entrainant un risque plus important de développer de nombreuses pathologies.

    De nombreuses études ont mis en évidence un lien entre concentrations basses de vitamine D et dépression. Cependant, les différentes études n’ont pas permis de déterminer si des concentrations faibles en vitamine D sont une cause ou une conséquence de la dépression. Plutôt que de fonctionner comme un mécanisme direct dans le développement du TAS, la vitamine D pourrait jouer un rôle dans la régulation des mécanismes associés aux facteurs saisonniers et de dépression.

    Les médecins généralistes ont un rôle important à jouer afin d’identifier les patients pré-sentant un TAS et de leur prescrire des séances de luminothérapie. Ils doivent également s’assurer que les patients ne présentent pas une carence en vitamine D. Les pharmaciens d’officine, quant à eux, doivent sensibiliser les patients aux pathologies provoquées par une carence en vitamine D. Ceci passe par l’accompagnement des patients : conseil d’une supplémentation en vitamine D et rappel des règles hygiéno-diététiques.

  • Formes orales chez l'enfant de moins de 6 ans : état des lieux des difficultés rencontrées par les différents acteurs du circuit du médicament    - Waton Karen  -  29 septembre 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Le manque de spécialités pédiatriques, reconnu par les autorités, peut obliger le médecin à prescrire des spécialités « hors AMM » de forme galénique et de formulation inadaptée. L’objectif de ce travail est d’identifier les difficultés rencontrées par les acteurs du circuit du médicament quant à la prescription, à la dispensation et à l’administration des formes orales en pédiatrie afin de pouvoir identifier et proposer des outils d’amélioration.

    Matériel et Méthode :

    Afin d’identifier les difficultés rencontrées par les acteurs du circuit du médicament, les études suivantes ont été menées : une étude des pratiques de prescriptions et d’administration des médicaments chez 46 enfants de moins de 6 ans, la comparaison des méthodes de fractionnement des comprimés et des sachets identifiées dans les services, l’identification des spécialités contenant du benzoate de sodium ou de l’éthanol et la mesure de l’osmolalité des formes orales liquides (FOL).

    Résultats :

    Ces études ont permis de montrer les difficultés rencontrées par les prescripteurs et les infirmières face à l’administration des formes orales, notamment des comprimés. Cependant, aucune des méthodes de fractionnement étudiées n’a permis d’obtenir les doses souhaitées de principe actif. Les FOL contenants du benzoate de sodium et de l’éthanol ont été identifiées. La mesure de l’osmolalité des FOL a permis d’identifier les dilutions nécessaires pour permettre une administration sécurisée.

    Discussion et conclusion :

    Une méconnaissance des médecins, des IDE, des préparateurs et des pharmaciens, concernant l’administration des médicaments en pédiatrie a été identifiée et nécessite la mise en place d’outils répondant à cet objectif. Ainsi, ce travail a permis d’en développer mais a surtout permis d’en identifier un certain nombre qui nécessitent pour leur développement un travail collaboratif avec l’IFSI, les cadres de santé, les facultés et les autorités.

  • Préparation des médicaments anticancéreux : mise en oeuvre et évaluation d'un outil de formation théorique à destination des préparateurs en pharmacie hospitalière    - Danguy des deserts Laurene  -  12 juin 2015  - Thèse d'exercice


  • Mise au point d'une suspension buvable d'hydrochlorothiazide    - Rousseau Hélène  -  14 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L’hydrochlorothiazide est un diurétique thiazidique utilisé dans la prise en charge thérapeuti-que de la dysplasie broncho-pulmonaire chez les nouveau-nés prématurés. Aucune spécialité à base d’hydrochlorothiazide n’étant disponible en France pour une utilisation pédiatrique, la Pharmacie du CHU de Poitiers prépare depuis plusieurs années des gélules d’hydrochlorothiazide à des dosages adaptés aux nourrissons. Cependant, la forme gélule pose des problèmes en termes d’administration, mais aussi en termes de réalisation par la multitude de dosages à préparer lors des adaptations posologiques. C’est pourquoi une forme buvable d’hydrochlorothiazide ainsi qu’une étude pour évaluer sa stabilité ont été mises en place.

    Objectifs : Mettre au point et valider la méthode de dosage de l’hydrochlorothiazide par HPLC-UV pour étudier la faisabilité et la stabilité physico-chimique de la suspension buvable d’hydrochlorothiazide dans divers véhicules commercialisés en France (Ora-Plus® et Ora-Sweet®, Inorpha®, et Syrspend®).

    Matériels et méthode : La suspension d’hydrochlorothiazide est préparée à la concentration de 2 mg/mL dans 3 excipients différents Ora-Plus® /Ora-Sweet®, Inorpha®, et Syrspend®. Pour chaque excipient, 9 flacons de cette suspension sont préparés : 3 en verre transparent et 3 en verre brun sont conservés à température ambiante, 3 en verre brun sont conservés à 4°C. La stabilité chimique des trois suspensions est évaluée à J1, J2, J7, J14, J28 et J56. Elle est considérée comme correcte si la dégradation du principe actif est inférieure à 10%. La stabilité chimique est déterminée en dosant l’hydrochlorothiazide par HPLC-UV. Le dosage est effectué avec une colonne Purospher® 5 µm RP-18 Merck (150 x 4,6 mm). La phase mobile est constituée d’un mélange eau/méthanol (80/20, v/v). Son débit est de 1,5 mL/min. La détection se fait à 224 nm. La gamme d’étalonnage est réalisée à partir d’hydrochlorothiazide dissout dans du méthanol puis dilué dans de l’eau pour obtenir des concentrations comprises entre 12 et 28 µg/mL. La stabilité physique a été déterminée par le pH, l’osmolalité et la présence de précipité à J1, J2, J7, J14, J28 et J56.

    Résultats : La méthode de dosage est linéaire de 12 à 28 μg/mL, spécifique vis-à-vis des excipients et des produits de dégradation, fidèle et juste avec des biais, et des coefficients de variation inferieurs à 5%. Les dosages par HPLC-UV ont montré pour les trois excipients que quelles que soient les conditions de stockage (à +4°C ou à température ambiante), la dégradation du principe actif était inférieure à 10% jusqu’à 56 jours. Aucune modification de couleur ou d’odeur n’a été observée au cours de la période de stockage, cependant il est à noté un colmatage de l’hydrochlorothiazide au fond du flacon lorsqu’il est préparé dans l’Inorpha®. Aucune difficulté particulière de remise en suspension n’a été notée. Les variations de pH au cours de la période de stockage sont inférieures à 1 unité pH.

    Conclusion : A l’abri ou non de la lumière, la suspension d’hydrochlorothiazide mise au point dans 3 excipients différents au CHU de Poitiers est stable au moins 56 jours à température ambiante ou à +4°C. Cette formulation est appropriée pour une administration par voie orale en pédiatrie.

  • Étude de stabilité d’un collyre à l’Amphotéricine B 0.5%    - Dermu Marine  -  19 septembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Background and Objective: Amphotericin B ophthalmic solutions, manufactured by the Hospital Pharmacy, are regularly administered as treatment for fungal keratitis. Until now, the stability of Amphotericin B ophthalmic solution has only been shown under refrigerated conditions and for a short period. We performed a stability study in order to assess its stability in the freezer (-20°C) over 2 months and for a further use during 4 days at 4-8°C. Such a stability length could allow us to prepare this compounding preparation beforehand, it would also facilitate the distribution and speed up the provision in order to begin the treatment as early as possible.

    Setting and Method:

    The quantitative analysis was performed with a HPLC-UV method previously validated according to ICH guidelines (the method has been tested in terms of specificity, linearity, accuracy and fidelity). The 0,5% (w/v) Amphotericin B eye drops were prepared from the branded product and diluted with glucose 5% and sodium carbonate, and performed according to recommendations for aseptic preparation. The vials were then placed at -20°C (monitored) and stored for up to 60 days, protected from light. Vials were analysed at 0, 7, 15, 30 days. The stability study has been conducted according to SFPC and Gerpac's Guidelines for Stability Study. After 30 and 60 days, the vials were also stored for the 4 following days under refrigerated conditions to mimic the use by the outpatients and then subsequently analysed each of these days.

    Chemical stability was assessed when less than 10% difference from initial concentration was observed. Physical stability was assessed using visual inspection, osmolality, coloration using UV-Visible spectrophotometry and pH assay. As high microbiological risk compounding preparation, the sterility has also been assessed in Pharmacopoeia broths (Thioglycolate and Trypticase soja).

    Results:

    There were no significant differences before the storage and after 7, 15, 30 and 60 days of freezing in the concentration (0.49 w/v ± 0.029), osmolality (344.40 mOsm/kg ± 14.31), turbidimetry and pH (7.76 ± 0.17) of the solutions. There were no significant differences either in the concentration and physical parameters during the 4-days storage under refrigerated conditions.

    Conclusion:

    Amphotericin B eye drops can be stored for 60 days at -20 °C. After this time, these eye-drops should be stored at 4°C and safely used during 4 days following vial opening, provided it is properly used and stored.

|< << 1 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales