Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Muscat Pierre

Muscat Pierre

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Muscat Pierre"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Pourquoi les usagers de la Buprénorphine Haut Dosage préfèrent la forme princeps au générique ? étude transversale quantitative auprès des patients vus en pharmacie    - Muscat Pierre  -  12 décembre 2013  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : La part du générique de la Buprénorphine Haut dosage (BHD) est significativement plus faible (20% en 2012) que la part de générique de l'ensemble des médicaments (plus de 80%). Pourquoi les usagers de la BHD préfèrent la forme princeps au générique ?

    Matériel et méthode : étude quantitative transversale réalisée auprès des patients vu en pharmacie dans la région Poitou-Charentes.

    Résultats : sur 149 questionnaires proposés, 25 patients l'ont rempli à l'officine, 120 l'ont emporté pour le remplir à domicile mais seulement 40 le renverront finalement, et 4 l'ont refusé. 78,6% de patients prenaient le princeps du Subutex®, 21,4% le générique.

    Les usagers du générique sont plus nombreux à consommer actuellement de l'héroïne et de la cocaïne. Les usagers du princeps s'injectent d'avantage les drogues. La posologie moyenne est de 10,3 mg/j, plus faible pour les usagers du générique (9,36mg/j) que du princeps (11,3 mg/j). Le mésusage (administration en plusieurs prises, « sniff », injection du traitement) est plus fréquent avec le princeps.

    On retrouve des causes objectives de préférences du princeps, le générique étant moins pratique (pour 76,7%, mauvaise fonte sous la langue et difficile à couper), moins efficace (pour 63,3%, 2/3 ont augmenté les doses) et moins bien toléré (mauvais goût, céphalées, et syndrome de manque), justifiant le retour des usagers du générique à son princeps. Discussion : les patients qui ont essayé le générique sont revenus à son princeps car retrouvent, avec ce Subutex®, avant tout « un traitement avec lequel je suis normal », puis « un traitement de maintenance comme un autre traitement» même s'ils le conçoivent aussi comme « un piège qui me fait du tort », trois ressentis qu'ils n'avaient pas en prenant le générique.

    Conclusions : cette enquête présente une bonne fiabilité au vu de la conformité de ses résultats avec les données de la littérature, mais le faible retour des questionnaires explique que les tendances mises en évidence manquent de significativité.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales