Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Linlaud Virginie

Linlaud Virginie

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Linlaud Virginie"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Le harcèlement scolaire entre pairs : à propos d'une étude en Vienne visant à évaluer l'apport d'un support ludique mettant en jeu les émotions    - Linlaud Virginie  -  06 novembre 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La notion de harcèlement scolaire, qui est la traduction de school-bullying, est un concept récent. On parle de harcèlement scolaire lorsqu'un élève est soumis de manière répétée et à long terme à des comportements intentionnellement agressifs visant à lui porter préjudice, le blesser, le mettre en difficulté et établir une relation dominant-dominé de la part d'un ou plusieurs élèves. L'échec de la dynamique de groupe, l'incapacité à verbaliser ses émotions, la difficulté à se mettre à la place de l'autre sont des éléments clefs dans le harcèlement scolaire.

    Objectifs : Nous pensons que l'alexithymie et l'empathie sont modifiées chez les élèves impliqués dans le harcèlement et qu'une médiation en classe a un intérêt pour limiter le phénomène. Ce travail a pour objectifs tout d'abord de mettre en évidence une diminution du harcèlement après une intervention en classe avec un médiateur qui met en jeu les émotions des élèves, puis d'étudier l'évolution des harceleurs, de l'empathie et de l'alexithymie, enfin d'explorer les corrélations entre l'empathie, l'alexithymie, les agresseurs et les victimes.

    Matériel et Méthode : Nous avons réalisé une étude interventionnelle, suivie dans le temps avec cas-témoins. L'évaluation s'est déroulée sur six mois chez des élèves de 4ème suivis durant l'année 2014 dans un échantillon de volontaires « actifs » soumis à des interventions en classe basées sur le jeu « Feelings » versus des élèves de 4ème « témoins ». Le harcèlement a été évalué par un autoquestionnaire de victimisation, l'alexithymie et l'empathie par deux échelles (TAS 20 et BES).

    Résultats : Une diminution de la victimisation est mise en évidence. Les élèves harceleurs sont aussi moins nombreux en fin d'étude. Une corrélation entre l'alexithymie et le fait d'être victime a été mise en évidence, tout comme l'existence d'une corrélation entre une faible empathie et les harceleurs. Il nous est plus difficile de statuer sur les résultats en termes d'évolution de l'empathie et de l'alexithymie qui ne sont pas modifiés.

    Conclusion : Ces résultats ouvrent des pistes de réflexion sur l'intérêt de travailler autour de la dynamique de groupe, mais aussi autour de toutes les habiletés sociales, et pas uniquement des émotions, dans le cadre de la lutte contre le harcèlement. La médiation n'est pas encore suffisamment pensée comme un outil qui peut-être utilisé en milieu scolaire.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales