Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Kalifa Emilie

Kalifa Emilie

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Kalifa Emilie"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Etude des freins et des facteurs facilitant la mise en pratique de l'antibiothérapie différée dans l'otite moyenne aiguë chez l'enfant en médecine générale : enquête qualitative réalisée auprès de médecins généralistes charentais en 2012    - Kalifa Emilie  -  18 décembre 2012  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : La France est un des pays européens les plus consommateurs d'antibiotiques. L'émergence de nouvelles souches bactériennes résistantes aux antibiotiques est un réel problème de santé publique. L'otite moyenne aiguë est un des principaux motifs de prescription d'antibiotiques chez l'enfant. Pourtant les recommandations actuelles prévoient une abstention thérapeutique au cours des 48-72 premières heures. L'antibiothérapie différée est une technique étudiée à l'étranger mais qu'en est-il en France ? Quels sont les freins et facteurs facilitant la mise en pratique de cette technique dans l'otite moyenne aiguë en médecine générale ?

    Matériel et méthode : Nous avons mené une étude qualitative par entretiens semidirigés auprès de onze généralistes charentais.

    Résultats : Les médecins interrogés se disent à l'aise dans la non-prescription d'antibiotiques. Cependant, bien qu'ayant tous à l'esprit le délai de 48-72 heures d'abstention thérapeutique, ils s'accordent à prescrire systématiquement un antibiotique dans l'otite moyenne aigue purulente de l'enfant. La plupart ont cependant bien accueilli la technique proposée d'antibiothérapie différée. Notre étude a permis de mettre en avant des éléments perçus par nos informateurs comme pouvant faciliter l'instauration de cette technique comme un discours intelligible du médecin, une relation de confiance entretenue avec les patients, des parents capables de comprendre et de respecter la consigne, le côté rassurant pour le généraliste comme pour le parent de prescrire malgré tout une antibiothérapie en cas d'aggravation de la symptomatologie et le bénéfice pour la collectivité en terme de quantité d'antibiotiques prescrits. Cependant de nombreux freins ont émergé de notre étude. La difficulté pour certains parents de comprendre la consigne, la crainte des complications potentielles en cas d'otite à pneumocoque et le temps que nécessiterait cette technique ont suscité des doutes de la part de nos informateurs envers l'applicabilité de cette technique. Nous avons compris l'importance du passé dans les décisions médicales à travers le récit d'expériences douloureuses ainsi que le poids du vécu et des représentations du médecin dans sa pratique.

    Conclusion : Notre étude a permis de comprendre les freins et les facteurs facilitant la mise en pratique de l'antibiothérapie différée dans le cadre de l'otite moyenne aigue purulente de l'enfant. Nous avons pu élaborer un nouveau cadre de prescription différée qui nécessiterait une étude à plus grande échelle afin de vérifier le gain effectif en terme de rationalisation de la prescription d'antibiotiques dans cette indication en France.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales