Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Chaumont Maxime

Chaumont Maxime

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Chaumont Maxime"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Prise en charge des femmes victimes de violences par les médecins et sages-femmes des urgences et des maternités des centres hospitaliers de Charente-Maritime : état des lieux et obstacles    - Chaumont Maxime  -  17 décembre 2018  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, une femme meurt tous les trois jours victime de son conjoint ou ex-conjoint. L'objectif principal de cette étude est d'analyser la prise en charge des femmes victimes de violences (FVV) dans les services d'Urgences et Maternités des Centres Hospitaliers (CH) de Charente-Maritime. L'objectif secondaire est la mise en évidence d'obstacles à une prise en charge optimale.

    Matériel et Méthode : Nous avons réalisé une enquête de pratique, observationnelle et descriptive sous la forme d'un questionnaire destiné aux urgentistes, gynécologues-obstétriciens et sages-femmes des CH de Charente-Maritime du 17 mars au 4 juillet 2018.

    Résultats : 78 praticiens ont répondu au questionnaire. 10% estimaient n'avoir vu aucune FVV en 2017 et aucun gynécologue-obstétricien ne posait systématiquement la question des violences à ses patientes. Dans 36% des cas, la patiente consultait pour un motif gynéco-obstétrical et dans 35% pour une demande de certificat médical initial (CMI). 91% des sages-femmes et 71% des gynécologues-obstétriciens ne rédigeaient pas de CMI et 50% des urgentistes le rédigeaient systématiquement et avec détermination de l'Incapacité Totale de Travail. Il existait une différence significative entre les trois groupes de praticiens dans le fait de rédiger le CMI dans de bonnes modalités (p<0,0001). Les résultats sur le critère secondaire ont montré que les praticiens formés repéraient plus de FVV (p<0,0001), qu'ils étaient plus à l'aise dans la gestion de ces consultations et 82% des praticiens souhaiteraient être formés sur le réseau local existant.

    Conclusion : Cette étude montre la nécessité de former les professionnels de santé afin d'améliorer le repérage des FVV, de promouvoir la bonne rédaction systématique du CMI et de favoriser la prise en charge en réseau de ces patientes.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales