Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Bui Bardet Tan Luc

Bui Bardet Tan Luc

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Bui Bardet Tan Luc"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Vécu et ressenti des médecins généralistes dans la prise en charge du patient Alzheimer : étude à partir d'un focus group de 11 médecins généralistes du pays de Saintonge    - Bui Bardet Tan Luc  -  15 avril 2014  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : En France, les démences touchent environ 856 000 personnes de plus de 65 ans et il y a plus de 225 000 nouveaux cas chaque année. La maladie d'Alzheimer représente 55% des démences. Elle est devenue un problème de santé publique par ses répercussions familiales et sociales considérables. Mais, ce nombre est sous-estimé.

    Objectif : notre objectif est de rechercher ce qui influence la prise en charge du patient Alzheimer du stade de la plainte mnésique aux périodes diagnostiques et post-diagnostiques c'est-à-dire au stade de la maladie, mais non pas au stade de la démence avérée.

    Hypothèse : le vécu et le ressenti du médecin généraliste influencent sa prise en charge du patient atteint de la maladie d'Alzheimer.

    Matériel et méthode : Nous avons réalisé un focus group auprès de 11 médecins généralistes du pays de Saintonge.

    Résultats et discussion : Notre étude a fait un état des lieux des sentiments et du vécu du médecin généraliste. Nous avons également pu faire ressortir ses difficultés, du stade de la plainte mnésique à la prise en charge post-diagnostique. Ces dernières constituent des freins au diagnostic et à la prise en charge globale. De cette analyse ressort tout d'abord, des sentiments paradoxaux mêlant anxiété, angoisse et impuissance qui contrastent avec un statut rassurant de la maladie. Ensuite, des questionnements d'ordre moral dans des situations spécifiques amènent le médecin généraliste à temporiser la démarche diagnostique. Enfin, des difficultés dans la prise en charge socio-environnementale et des problèmes relationnelles peuvent naître dans ce système où intervenants et interlocuteurs sont nombreux.

    Conclusion : En réponse à ces difficultés, nous proposons d'améliorer la communication et relation médecin-malade par des groupes Balint, par la supervision de la pratique ou encore par la mise à contribution de la personne de confiance. Une autre suggestion serait d'améliorer l'image de la maladie d'Alzheimer et du ressenti du médecin pour dépasser ce sentiment d'échec et d'impuissance par des thérapies personnelles. Enfin, il semblerait propice de rompre la solitude et l'isolement du médecin généraliste grâce à des colloques entre généralistes, spécialistes ou médecins des centres de mémoire. Notre dernière proposition consisterait à réaliser une étude quantitative dans le but de valider statistiquement nos résultats et de connaitre la proportion exacte de médecins se trouvant dans ces situations.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales