Vous êtes ici : Accueil > Auteurs > Audige Mathilde

Audige Mathilde

Le(s) travail(ux) soutenu(s) par "Audige Mathilde"

accès internet    accès intranet    pas d'accès
1 travail a été trouvé.
  • Grossesse sous contraception d'urgence : étude rétrospective des cas déclarés au Centre Régional de Pharmacovigilance du CHU de Poitiers    - Audige Mathilde  -  31 mars 2016  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En France, il existe deux types de contraception d'urgence (CU) : la CU hormonale avec le lévonorgestrel et l'ulipristal, et la CU mécanique avec le DIU au cuivre. À l’exception de la CU mécanique qui possède une efficacité « quasi-totale », ces méthodes de contraception ne sont pas efficaces à 100%. En ce sens, le Centre Régional de Pharmacovigilance du CHU de Poitiers a reçu des déclarations de grossesse malgré la prise d'une CU médicamenteuse. Nous avons donc réalisé une étude dont l'objectif dans un 1er temps, est de décrire cette population qui a eu une grossesse malgré la prise d'une CU médicamenteuse après un rapport à risque, afin d'identifier d'éventuels facteurs susceptibles d'expliquer la « non-efficacité » de la CU, et, dans un 2nd temps, de comparer cette population à celle qui a recours directement à l'IVG.

    Il s’agit d’une étude observationnelle, rétrospective, réalisée à partir des cas déclarés au Centre Régional de Pharmacovigilance du CHU de Poitiers de 2008 à 2014. Nous avons obtenu un total de 158 cas de grossesse sous CU dont 157 sous lévonorgestrel : il s’agit de patientes jeunes, majoritairement entre 18 et 24 ans, étudiantes, célibataires, sans enfant, nées en France et de poids normal en moyenne. Même si elles semblent pour les 3/4 d’entre elles bien suivies médicalement, la prise d’une contraception régulière ne concerne que 63% des patientes, et 1/3 avaient des antécédents d’IVG, avec utilisation répétée de la CU. La prise du lévonorgestrel a lieu en moyenne 32 heures après le rapport à risque, avec la moitié seulement qui l’utilise dans les 24 heures, à des périodes du cycle menstruel où l’efficacité est faible pour la majorité d’entre elles et les patientes répètent les rapports non protégés au cours du même cycle dans la moitié des cas. Nous avons comparé cette population à 92 cas de patientes ayant eu recours à une IVG sans utilisation préalable de la CU au cours de cette période. Elles sont plus âgées, célibataires ou en couple, avec des enfants et actives professionnellement, mieux suivies médicalement et plus nombreuses à posséder une contraception régulière. Les patientes étrangères utilisent plus naturellement la CU.

    Globalement, il est retrouvé, dans cette étude, différents paramètres connus comme pouvant influencer le taux de réussite de la CU. Il ressort un manque de connaissances liées à la contraception et plus précisément à la CU. En ce sens, l'éducation à la contraception doit être renforcée pour améliorer l’utilisation de la CU : le rôle des professionnels de santé y est central.

|< << 1 >> >|

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être la seule à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales