Vous êtes ici : Accueil > Dernières soutenances

Dernières soutenances

Pour être informé de la mise en ligne des nouveaux travaux correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    pas d'accès
2536 travaux ont été trouvés. Voici les résultats 1631 à 1640
Tri :   Date travaux par page
  • Impact de l'entraînement à la conscience morphologique sur l'orthographe d'enfants et adolescents dyslexiques    - Marionneau Charlotte  -  17 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La dyslexie est un trouble spécifique, sévère et durable du langage écrit qui touche 5% des enfants en âge scolaire mais sans cause évidente connue. La majorité des dyslexiques présentent des troubles en lecture mais également en orthographe. Cependant, leurs capacités morphologiques seraient relativement préservées et ils auraient de meilleures performances en orthographe lorsqu’il s’agit de mots morphologiquement construits par rapport à des enfants plus jeunes et de même niveau en orthographe. Le mot « bavard » serait alors mieux orthographié que « buvard » car il possède d’autres mots de la même famille comme « bavarder ». Dès lors, l’objectif de ce mémoire était double : tester la capacité des dyslexiques à représenter l’information morphologique en orthographe et leur proposer un entraînement morphologique spécifique. Tout d’abord, la conscience morphologique de 10 dyslexiques a été analysée à travers une tâche de complétion de phrases, où trois conditions leur étaient proposées (mots, pseudo-mots et néologismes). Puis, à travers une tâche de lecture écologique de texte, où deux pseudo-mots étaient insérés ; l’un en condition morphologique (« le vensoit » est un instrument de musique ; le « vensoitiste » est le joueur de vensoit) et l’autre en condition opaque. Les compétences des dyslexiques à développer incidemment une représentation orthographique de ces pseudo-mots en fonction de la condition ont ensuite été évaluées. Puis, un entraînement morphologique différencié en modalité orale et écrite leur a été proposé sur 10 séances. Malgré l’absence de transfert sur l’orthographe, les résultats obtenus après cet entraînement ont montré la supériorité des dyslexiques en conscience morphologique par rapport aux enfants de même niveau orthographique. De plus, l’analyse des effets de la modalité était une approche novatrice et a permis de fournir de nouvelles données cliniques.

  • Stress parental chez les mères d'enfants de 8 à 10 ans présentant un trouble spécifique du langage    - Plassart Marjorie  -  15 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les troubles spécifiques du langage (TSL) constituent une préoccupation sociétale du fait de leur incidence. Ils impactent durablement la vie de l’enfant et la sphère familiale. D’ailleurs, les parents d’enfants porteurs de TSL présentent un niveau de stress supérieur à celui des parents d’enfants tout-venants. Le stress parental influence le développement psychologique, social mais aussi cognitif de l’enfant. Ce mémoire d’orthophonie se propose de mesurer le stress parental chez les mères d’enfants d’âge scolaire porteurs de TSL, et de mettre en exergue les principaux facteurs de stress maternel liés à l’enfant. Un outil statistique d’estimation du stress parental sera ainsi élaboré. Les données ont été recueillies auprès de quarante dyades mère-enfant à l’aide de l’Indice de Stress Parental (ISP) d’Abidin ; d’un questionnaire de renseignements généraux précisant les caractéristiques de l’enfant, de son environnement éducatif et rééducatif, selon la mère ; d’un questionnaire de 10 items investiguant des domaines de vie reconnus comme particulièrement stressants pour un parent d’enfant avec TSL ; et du test de lecture l’Alouette de Lefavrais. Les résultats confirment que le stress parental est lié positivement à la sévérité du TSL de l’enfant, et négativement au degré de progression de l’enfant vis-à-vis de son trouble, selon l’appréciation de la mère. De plus, tandis que la présence d’un trouble associé au TSL chez l’enfant semble aggraver le stress parental, l’accompagnement parental orthophonique constitue un facteur protecteur. D’autre part, aucune relation n’a été prouvée entre le stress parental et le type de TSL, l’âge de diagnostic de l’enfant, la mise en place d’un suivi orthophonique, ou la présence d’antécédents de troubles langagiers chez la mère. Ces données tendent à orienter la pratique orthophonique vers le dépistage et la prévention du stress parental, en favorisant le développement de projets d’accompagnement parental dans le cadre des TSL chez l’enfant.

  • Babésiose canine : état des connaissances officinales en Poitou-Charentes    - Eliot Guillaume  -  15 juin 2015  - Thèse d'exercice

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La babésiose canine, encore appelée piroplasmose, est une maladie endémique en France, touchant préférentiellement certaines régions dont le Poitou-Charentes fait partie.

    Cette pathologie est causée par un hémoprotozoaire, du genre Babesia ou Theileria, transmis par les tiques, parasite des érythrocytes et responsable de tableaux cliniques s’étendant de la simple fièvre léthargique à des formes beaucoup plus complexes entrainant des défaillances multiviscérales et la mort de l’animal. La babésiose concerne également l’Homme puisqu’il peut être hôte de Babesia spp. et développer la maladie. Celle-ci reste fortement sous diagnostiquée en médecine humaine malgré la nécessité d’une prise en charge rapide et spécifique des patients.

    La forte prévalence de la babésiose en Poitou-Charentes implique que les officinaux y soient régulièrement confrontés dans leur exercice professionnel. Grâce à une enquête réalisée auprès des officines de la région, ce travail dresse un état des lieux des connaissances officinales sur la pathologie afin de mettre en lumière les améliorations à apporter à la formation des pharmaciens et de leurs équipes en matière de pharmacie vétérinaire.

  • Le traitement médiatique des situations de crise par les pages de Une françaises : le rapprochement entre le 11 septembre 2001 et le 7 janvier 2015    - Jaffel Inaam  -  15 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les journaux se servent de la vocation attractive que possèdent leurs pages de Une pour mettre en forme l’événement en question et tenter d’établir un récit journalistique cohérent. En France, suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats Unis et aux attaques contre Charlie Hebdo en 2015 à Paris, titres et images de Une ont renfermé des renvois implicites et explicites à des références marquantes dans la conscience collective des Français, ce qui a inscrit ces événements respectifs dans le domaine du symbolique

  • Préparation des médicaments anticancéreux : mise en oeuvre et évaluation d'un outil de formation théorique à destination des préparateurs en pharmacie hospitalière    - Danguy des deserts Laurene  -  12 juin 2015  - Thèse d'exercice


  • Amniotomie au cours du travail spontané : étude descriptive rétrospective au CHU de Poitiers    - Clochard Soline  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : L’amniotomie est une des pratiques obstétricales les plus utilisée au cours du travail, ce geste est-il alors en accord avec les recommandations ou est-il systématique ?

    Afin d’étudier la pratique de ce geste nous avons décrit les conditions de réalisation ainsi que les indications de la rupture artificielle des membranes, puis nous avons étudié l’incidence de la pratique sur la morbidité maternelle et foetale.

    Matériel et Méthode : Une étude descriptive rétrospective a été menée sur 302 dossiers au sein du CHU de Poitiers, dossiers portant sur l’année 2013 et une partie de l’année 2014. Les patientes primipares et multipares avec début spontané du travail et amniotomie pendant le travail ayant une grossesse unique, avec foetus eutrophe, vivant, en présentation céphalique, à terme et ayant une grossesse de déroulement normal ont été incluses dans l’étude.

    Résultats : L’amniotomie était réalisée le plus souvent tardivement (93%) avec une présentation appliquée, fixée ou engagée (99%). De l’ocytocine a été introduit chez 61% des patientes. L’APD a été instaurée dans 75%. Un accouchement voie basse eutocique a été réalisé dans 86,75% des cas ; une extraction instrumentale a eu lieu dans 11,93% et une césarienne dans 1,32%. La durée totale du travail était en moyenne de 216 minutes. L’adaptation néonatale a été bonne dans l’ensemble. Suite à l’amniotomie une augmentation significative des ARCF a eu lieu ainsi qu’une modification de la couleur du liquide amniotique (p<0,001). La RAM a été pratiquée suite à une indication dans plus de 85% des cas. L’étude comparative n’a pas montré de différence concernant la morbidité maternelle ou foetale excepté une augmentation de la durée de l’ouverture de l’oeuf dans le groupe sans indication.

    Conclusion : Les pratiques respectent en majorité les recommandations. Mais l’amniotomie reste encore un geste fréquemment utilisé

  • Le dépistage de la surdité néonatale : évaluation des pratiques professionnelles et des connaissances sages-femmes des maternités de la région Poitou-Charentes    - Fontaine Ericka  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Objectif : Principal : Décrire les pratiques de dépistage systématique de la surdité à la maternité en région Poitou-Charentes en 2014 suite à l’arrêté du 23 avril 2012. Secondaire : Evaluer les connaissances sages-femmes sur le dépistage de la surdité néonatale à la maternité.

    Matériels et méthodes : Une étude descriptive, transversale, a été réalisée à l’aide de deux questionnaires distincts. L’un s’adressant aux pédiatres et cadres de la maternité portant sur les modalités de dépistage, le second aux sages-femmes exerçant en maternité évaluant leurs connaissances.

    Résultats : Le dépistage n’est pas effectué systématiquement en région Poitou-Charentes. De plus il ne revêt pas d’un caractère organisé. Parmi les sages-femmes interrogées 71,1% n’ont jamais été confrontées à une pratique de dépistage, 38,4% déclarent ne pas avoir été formées. Les connaissances relatives à la surdité sont globalement faibles, les modalités de dépistage sont cependant mieux connues et ce quel que soit le centre d’exercice.

    Conclusion : En 2015, 13 des 14 maternités proposeront le dépistage systématique couvrant ainsi près de 85% des naissances. Certains points portant sur les modalités de dépistage seront à améliorer. Sensibiliser les sages-femmes à la surdité et à son dépistage semble nécessaire.

  • Dépistage du cancer du sein : évaluation de la pratique de l'examen clinique auprès des femmes et des radiologues    - Aziz Salwa  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction :

    En France, une femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie.

    Cependant, l’efficacité de l’autopalpation des seins est controversée.

    La HAS rappelle l’intérêt de l’examen clinique annuel par un professionnel de santé à partir de 25 ans pour toutes les femmes et l’obligation de sa réalisation dans le cadre du DO.

    L’objectif principal de cette étude est d’évaluer la fréquence de réalisation de l’ECS par les radiologues et de l’autopalpation mammaire par les femmes.

    Matériel et méthode :

    L’étude s’est déroulée dans les établissements de radiologie de la Vienne (publics et privés) par des entretiens individuels et dirigés auprès des radiologues.

    Un questionnaire à été proposé à des femmes dans le cadre d’Octobre Rose.

    Résultats:

    L’auto-examen clinique des seins apparaît difficile pour les femmes et selon les radiologues, peu d’entre elles le maîtrise. Il apparait que seule une femme sur 2 réalise de temps en temps une autopalpation mammaire. Les modalités de réalisation n’apparaissent pas satisfaisantes puisque les femmes se concentraient essentiellement sur la région péri-aréolaire, posaient toute la main sur le sein ou se contentaient d’une inspection.

    Pour aider les radiologues à communiquer sur l’intérêt du suivi sénologique entre deux mammographies et aider les femmes à pratiquer une auto-surveillance, des outils pédagogiques sont en cours de réalisation.

    Conclusion:

    Notre étude aboutit à la nécessité de renforcer la place du suivi gynécologique et le rôle du médecin généraliste, gynécologue ou sage-femme dans le dépistage précoce du cancer du sein afin d’améliorer l’information, la formation des patientes à l’AES ainsi que leur formation à l’ECS.(19)

    Le choix de participer au dépistage du cancer du sein c'est-à-dire de réaliser une mammographie et un examen clinique des seins, appartient aux femmes.

    Il est nécessaire, pour ce faire, de leur donner une information qui soit complète, compréhensible et pertinente. Un enseignement des techniques de dépistage aux médecins non formés, des outils d’information et de prévention des patientes pourraient s’avérer être utiles.

  • Les difficultés du diagnostic clinique de Chlamydia Trachomatis : étude qualitative réalisée du 7 octobre 2014 au 23 mars 2015    - Moncourt Julie  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    INTRODUCTION

    L’infection uro-génitale à Chlamydia trachomatis (Ct) est la plus fréquente des Infections Sexuellement Transmissibles d’origine bactérienne chez la femme et la plus répandue dans les pays industriels, elle peut causer des complications chroniques avec des séquelles importantes. Elle est fréquemment décrite comme asymptomatique or il existe des signes fonctionnels associés qui ont souvent une expression clinique insidieuse. Des moyens diagnostiques et thérapeutiques performants de cette IST existent.

    OBJECTIFS

    Notre objectif était d’explorer les éléments du parcours du soin de la patiente qui entrainait un retard dans le diagnostic de l’infection à Ct. L’étude avait pour but également d’explorer les éléments qui faciliteraient ce diagnostic mais aussi recueillir les symptômes initiaux et le vécu des patientes.

    POPULATION ET MÉTHODE

    Étude qualitative transversale, réalisée d’octobre 2014 à mars 2015, par entretiens individuels semi-directifs auprès de 12 patientes sélectionnées au sein de la population générale avec antécédents d’infection à Ct. Une analyse thématique et descriptive des entretiens semi-directifs a été réalisée jusqu’à saturation des données puis triangulée.

    RÉSULTATS

    Les difficultés mises en avant par l’étude étaient liées à un manque de connaissance de l’infection par le professionnel et la patiente, à un manque de contrôle en cas de recontamination et à un manque de spécificité des signes cliniques. Une relation médecin/patiente trop ancienne entrainait également un retard de diagnostic. Le diagnostic était favorisé quand la patiente faisait confiance au professionnel. La plupart des interrogées ont un mauvais vécu de l’infection, ce qui leur a fait prendre conscience, après la guérison, qu’il fallait se protéger.

    CONCLUSION

    Les difficultés relevées permettent de proposer des actions qui favoriseraient le diagnostic de Ct et une étude quantitative compléterait notre enquête en recherchant les proportions de celles-ci.

  • Devenir neurologique à 18 mois d'âge corrigé des prématurés ayant une hémorragie intra-ventriculaire sévère    - Garric Clara  -  12 juin 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Introduction : Les hémorragies intra-ventriculaire sévères sont responsables d’atteintes neurosensorielles et cognitives. L’objectif principal était d’étudier la prévalence des hémorragies intra-ventriculaires sévères et d’évaluer leur devenir neurologique à 18 mois d’âge corrigé. L’objectif secondaire était de décrire les facteurs influençant la survenue d’une hémorragie intra-ventriculaire sévère.

    Matériel et Méthode : Il s’agissait d’une étude descriptive, rétrospective. Notre population était constituée de tous les prématurés de moins de 34 semaines d’aménorrhée ayant eu une hémorragie intra-ventriculaire de grade III ou IV entre 2010 et 2014, nés au Centre hospitalier Universitaire de Poitiers ou ayant été transférés après la naissance à Poitiers.

    Résultats : Au total, notre étude portait sur un effectif de 31 prématurés dont 13 ayant survécu. 4,2 % des prématurés présentaient une hémorragie intra-ventriculaire sévère. À 18 mois d’âge corrigé, 44,4 % des enfants avaient un examen neuro-moteur et sensoriel normal. Des séquelles sévères étaient retrouvées chez 22,2 % des enfants, ces derniers présentaient tous des grades IV. La moitié des enfants ayant eu un grade III n’avait aucune séquelle motrice. 55,6 % des prématurés avaient nécessité de séances de kinésithérapie neuro-motrice. Chez 44,4 % des enfants, un suivi spécialisé dans un centre d’action médico-sociale précoce était indispensable.

    Conclusion : Un pronostic relativement bon était retrouvé chez les enfants ayant survécu à un grade III. Concernant le grade IV, le taux de mortalité était important et les deux tiers des enfants présentaient des séquelles sévères. La mise en place d’un réseau d’aval semble nécessaire à une prise en charge plus globale et harmonisée.

|< << 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 >> >| travaux par page

Haut de page


affiche de communication sur le dépôt des travaux d'étudiants : 215, c'est le nombre de fois où le réveil a sonné trop tôt cette année pour travailler sur mon mémoire. Franchement j'aimerai ne pas être le seul à l'avoir lu ! / Lionel Bernardin / idsworks.com
  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
petille@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales